Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUELa presse arabophone en Angleterr...

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE

La presse arabophone en Angleterre au prisme des politiques du Golfe

The Arabic-speaking press in England through the prism of the Gulf policies
الصحافة الناطقة بالعربية في إنجلترا من خلال عدسة السياسات الخليجية
Amal Nader et Mohamed Bendahan
p. 137-162

Résumés

Dans le cadre de cet article, nous choisissons d’étudier trois journaux arabes, édités à Londres, qui ont survécu aux mutations du métier de la presse en sachant évoluer vers des pratiques en ligne. Ils regroupent des journalistes arabophones venus de différents pays arabes. Ces journaux quotidiens arabophones ont couvert et accompagné les grands événements mondiaux ainsi que l’actualité du monde arabe en suivant des lignes éditoriales marquées soutenant, chacun, l’un des pays du Golfe tout au long d’un conflit historique, qui s’est étalé de 2017 à 2021 et a engendré une rupture diplomatique et une fermeture de frontières. Il s’agit des journaux suivants : Acharq Alawsat ou Le Moyen-Orient, un journal saoudien ; Alquds Alarabi ou Jérusalem arabe, actuellement pro-qatari ; Alarab ou Les Arabes, actuellement pro-émirati. Le but de la démarche est de répondre à une question, qui n’est pas des moindres : quelle place occupe cette presse arabophone prise entre gérer son implantation dans un pays d’accueil et une mission à accomplir dans sa région d’origine ? Autrement dit : cette presse se considère-t-elle comme une presse pleinement arabe ou plutôt comme une presse d’exil ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Trois quotidiens arabophones publiés à Londres font l’objet du présent article. Il s’agit d’Acharq Alawsat [Le Moyen-Orient], avec une ligne éditoriale proche de l’Arabie Saoudite ; Alquds Alarabi [Jérusalem arabe], actuellement proche du Qatar ; Alarab [Les Arabes], avec une ligne éditoriale actuellement en harmonie avec les Émirats arabes unis. Ces journaux quotidiens ont couvert et accompagné les grands événements mondiaux ainsi que l’actualité du monde arabe et celle des pays du Golfe, qui ont connu un réel conflit, de 2017 à 2021. Pour autant, ils ont rempli leur mission avec un professionnalisme sans faille, indépendamment de leur ligne éditoriale, ce qui fait d’eux des journaux de référence sur la scène médiatique arabe actuelle.

2Ils ont survécu, par ailleurs, aux mutations du métier de la presse, en adoptant rapidement la migration vers les pratiques de l’édition numérique. Ils regroupent des journalistes arabophones originaires de différents pays arabes, de grandes plumes lues et suivies par un large public pour la qualité de leur décryptage de l’actualité.

3L’objectif de cet article est de répondre à une question importante : quelle place occupe cette presse arabophone prise entre les exigences de l’implantation dans un pays d’accueil et une mission à accomplir dans les régions d’origine ? Cette presse se considère-t-elle comme une presse pleinement arabe ou plutôt comme une presse d’exil ? Des éléments de réponses ont été récoltés grâce à une analyse du discours médiatique propre aux trois titres de presse choisis.

Le cadre contextuel

4Rendre visible une position de puissance, renforcer la respectabilité de l’État en en maîtrisant les représentations et en soignant son image, tels sont les enjeux de tout pouvoir politique dans sa quête d’influence sur le plan international. Si la politique étrangère est l’instrument par lequel un État essaie de façonner son environnement politique international, tente d’y préserver les situations qui lui sont favorables et d’y modifier celles qui ne le sont pas, les médias et leurs différents supports, écrits, audiovisuels et numériques, sont l’un des piliers de sa politique étrangère, un outil diplomatique qu’ils ne manquent pas de manier pour parvenir à leurs fins en matière de communication.

5Les pays arabes ne dérogent pas à cette règle, notamment les pays du Golfe qui souhaitent imposer leur pouvoir sur le plan régional : d’abord l’Arabie saoudite, ensuite les Émirats arabes unis, puis le Qatar. À l’instar de ses voisins saoudiens et émiratis, qui l’ont précédé, le Qatar forge sa place dans le jeu de rivalités régional, se servant du soft power pour asseoir son pouvoir. Pour ce faire, il élargit son empire médiatique qui regroupe Al Jazeera, Al-Arabi Al-Jadeed et d’autres groupes médiatiques. « Les médias sont devenus des supports de la politique d’influence des États tout au long du xxe siècle ainsi qu’un enjeu de séduction sur la scène internationale », comme l’explique Philippe Boulanger, qui met l’accent sur le rôle des médias dans le façonnement de l’image puis le contrôle de l’information dans le but de séduire. Il rappelle la théorie de soft power, développée par le politologue américain Joseph Nye en 1990, en montrant l’importance du pouvoir d’influence pour le rayonnement international d’un État à partir de la diplomatie, la communication et l’influence culturelle, ou le concept anglo-saxon de Nation Branding désignant « la théorie et les usages consacrés à la gestion de la réputation des États à travers les médias à des fin économiques ou politiques ». Cette théorie s’appuie sur trois piliers : « l’identité d’un pays, la perception qu’il donne à l’étranger et les moyens utilisés pour faire évoluer son image » (Boulanger, 2018 :177-178).

6Cette dimension théorique prend tout son sens lorsque l’on comprend le contexte dans lequel évoluent les trois journaux : un espace de concurrence médiatique panarabe qui traverse une révolution de l’information, due à la « mondialisation » des médias arabes et à l’essor d’Internet. Comme l’expliquent Y. Gonzalez-Quijano et T. Guaaybess, « au milieu des années 1990, l’émir du Qatar lançait Al-Jazira, élément, parmi bien d’autres, d’une révolution de l’information dans le monde arabe, expression qu’il faut entendre à la fois comme la possibilité d’un bouleversement en profondeur du paysage médiatique local et comme l’entrée des pays de la région dans l’ère de l’information globalisée ». À partir de là, les téléspectateurs ne sont plus prisonniers des chaînes nationales « aux bulletins d’information soporifiques qui détaillent par le menu les faits et gestes du zaïm au pouvoir ». Ce changement favoriserait la remise en cause des rapports à l’autorité civile et religieuse et permettrait la rénovation du monde arabe (Gonzalez-Quijano et Guaaybess 2009 : 11-17).

7« La prolifération des chaînes satellitaires a restructuré en profondeur la scène télévisuelle arabe en diversifiant l’offre et le contenu des programmes et en accroissant la compétition régionale sur le marché des images » (Mermier, 2003 : 10). Cependant, malgré l’essor des chaînes satellitaire, « la presse écrite continue d’afficher une santé relativement bonne. Elle est née très tôt dans les pays arabes, les premiers quotidiens ont ainsi paru dès la fin du xixe siècle, et ont été rapidement intégrés dans la vie politique et intellectuelle. […] Aujourd’hui, la presse garde sa place entière aux côtés des autres médias. Internet, loin de la menacer, a été adopté par elle et sert de complément ou de soutien à ces éditions papier » (Guaaybess, 2011 : 11). T. Guaaybess plaide pour le concept de confluence médiatique pour analyser les médias arabes et comprendre le contexte dans lequel ils évoluent ainsi que l’interdépendance croissante existant entre eux : « La confluence médiatique traduit l’imbrication progressive des médias au sein d’un système “complet” permettant la coexistence de plusieurs formats et de plusieurs médias. […] La complémentarité entre les différents médias est plus importante que jamais, l’apparition d’un nouveau média consolidant le système plus qu’elle ne l’affaiblit. » En revanche, la révolution de l’information et l’évolution de l’espace médiatique arabe ont un prix. Il est évident que « les nouveaux médias et la concurrence qui en résulte, de même que les infrastructures techniques requises, ou l’évolution du système audiovisuel et la nécessaire amélioration qualitative des productions, requièrent une assise financière de plus en plus solide ». À cet égard, « les pays du Golfe reviennent en force et acquièrent progressivement une centralité importante, qu’ils n’ont pas eue depuis longtemps » (Guaaybess, 2011 : 7-14).

Trois quotidiens arabophones comme objet de recherche

8Le cadre contextuel étant défini, afin de vérifier l’hypothèse de départ, nous choisissons d’étudier trois journaux arabes édités à Londres. Ils regroupent des journalistes arabophones provenant de différents pays arabes. Ces journaux quotidiens arabophones ont couvert et accompagné les grands événements mondiaux ainsi que l’actualité du monde arabe en suivant des lignes éditoriales marquées et bien précises. Il s’agit des journaux suivants :

9En sachant que l’essence même d’une presse d’exil est la recherche d’un environnement de liberté souvent absent dans les pays d’origine (ce qui pousse les journalistes et les rédactions à partir vers de nouveaux horizons), notre hypothèse de départ suppose que ces journaux ne se détachent jamais des orientations politiques des pays auxquels on leur prête leur appartenance idéologique, à tel point qu’ils en deviennent les porte-paroles. Cette presse arabophone à portée internationale publiée à Londres est une presse pleinement arabe et non une presse d’exil. D’où la question sur le rôle de ces journaux et le sens de leur existence à l’étranger, en l’occurrence en Europe.

10L’objectif de notre analyse est de répondre à une question centrale : quelle place occupe cette presse arabophone prise entre l’implantation dans un pays d’accueil et une mission à remplir dans sa région d’origine ? Cette question en appelle deux autres : cette presse se considère-t-elle comme une presse pleinement arabe ou plutôt une presse d’exil ? Les crises et conflits locaux ont-ils une répercussion internationale grâce à cette presse ?

Les aspects méthodologiques et conceptuels

11Notre étude empirique consiste à comprendre le cadre historique, les contextes de création, les traits identitaires, la dimension culturelle et communautaire, l’organisation et le processus de production de chacun de ces trois titres, ainsi que les modalités de valorisation de l’information et les différents profils et statuts de leurs éditeurs et journalistes. Et ce, à travers des entretiens semi-directifs recueillis auprès d’un responsable au sein de chaque journal.

12Il s’agit également de faire une analyse du discours de cette presse écrite en appliquant les règles de ses corrélations avec les deux espaces dont elle est issue. Comme le précise J.-F. Tétu :

l’analyse de discours aujourd’hui porte d’abord sur des textes, i.e. des énoncés dont le mode de production et de structuration peut être complexe, mais stable : le journal, le discours politique, syndical, didactique etc. […] Le discours, c’est ce qui suppose qu’on revendique une place propre dans un champ discursif. Bien sûr, le « genre » en fait partie, par exemple l’éditorial vs la chronique dans la presse écrite, la conférence de presse vs le débat dans le discours politique, etc. mais il faut l’entendre d’une façon plus large, comme nous y invitait M. Foucault : le corpus sur lequel peut travailler l’analyse de discours n’a pas de sens par lui-même, il n’est intéressant que dans la mesure où il est l’expression d’une institution qui, toujours selon Foucault, définit pour une aire sociale, économique, linguistique […] donnée les conditions d’exercice de la fonction énonciative. (Tétu, 2002 : 205-217)

13Foucault, également cité dans Le dictionnaire d’analyse du discours (Charaudeau et Maingueneau, 2002), « considère qu’un énoncé est toujours un événement dans la mesure où son analyse ne peut être réduite à des considération sur la langue, le sens et le référent ». Cette référence à Foucault sert à confirmer que « l’événement médiatique se définit par rapport à l’inscription de ce qui est dit à un moment donné dans des configurations d’énoncés ». Il n’en demeure pas moins que la « singularité des points de vue individuels constitutifs de l’événementialité » rend d’autant plus complexe le processus de transformation d’une situation bien précise en événement discursif. Dans le cas précis du discours médiatique, et celui de la presse écrite en l’occurrence, « l’événement discursif se définit par rapport à l’inscription de ce qui est dit à un moment donné dans des configurations d’énoncés » (Charaudeau et Maingueneau, 2002 : 244-245).

14Il va sans dire que toute presse recourt, dans sa couverture des événements discursifs, à l’usage des guillemets et de l’italique et fait « un emploi abondant d’un mode de discours rapporté, le résumé avec citations, qui porte sur l’ensemble d’un texte » comme l’expliquent P. Charaudeau et D. Maingueneau (2002 : 244-245). « Le discours rapporté constitue une énonciation sur une autre énonciation… pour qu’un énonciateur indique qu’il n’est pas responsable d’un énoncé, il lui suffit d’indiquer qu’il s’appuie sur un autre discours ; on parle alors de modalisation en discours second » (Maingueneau, 2000 : 117-132). Ainsi, la citation serait l’« interaction dynamique de deux dimensions, le discours à transmettre et celui qui sert à la transmission ». Cette interaction viserait, selon M. Bakhtine (cité dans Mouillaud et Tétu, 1989 : 132), à conserver au discours « son intégrité et son authenticité ». Dans ce cas, « la dominante du discours est transférée au discours rapporté, qui devient plus fort et plus actif que le contexte narratif qui l’encadre ».

15L’analyse du discours ainsi défini nous permet de répondre aux questions relatives aux lignes éditoriales (politique et idéologie au-delà des frontières) ainsi qu’au lien que ces journaux entretiennent avec les pays qui les financent. Pour ce faire, nous nous appuyons sur la couverture de trois événements discursifs marquants qui ont été sujet d’accord ou de discorde entre les trois pays du Golfe concernés : l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Qatar.

16Le financement de la presse arabe étant un sujet tabou, nous manquons de données plausibles sur le financement des trois journaux au niveau de cette recherche. C’est pourquoi, nous nous limitons à l’étude de la ligne éditoriale. Néanmoins, il est connu dans la sphère médiatique que le quotidien Alarab qui a eu recours, tout au long de sa vie, à une multitude de bailleurs de fonds, principalement libyens, est, depuis 2013, financé essentiellement par des fonds émiratis. Acharq Alawsat, créé par des journalistes saoudiens, compte sur le financement saoudien, un budget officiel lui étant alloué par l’État saoudien. Pour faire vivre son quotidien, le fondateur d’Alquds Alarabi a eu recours à différents financements. Après sa démission en 2013, le journal a été acheté par des bailleurs de fonds qataris. Ceci dit, dans la majorité des cas, le financement n’est jamais direct. Le chercheur et ancien ambassadeur des États-Unis aux Émirats arabes unis et au Yémen William Rugh consacre, dans son livre sur les médias arabes, un chapitre à la presse arabe offshore (« Offshore Pan-Arab print media ») et la relation qu’elle entretient avec les pays qui la parrainent. Il conclut que ces journaux défendent toujours les régimes politiques en place et sont souvent soutenus économiquement par des investisseurs privés en relation avec les régimes des pays du Golfe. L’observation montre que ces médias offshore se comportent différemment des médias basés à l’intérieur du monde arabe, parce qu’ils ne sont pas soumis aux mêmes contraintes. Ils sont cependant circonscrits par les réalités politiques des pays arabes et doivent suivre les règles de base des autres médias nationaux. Malgré leur siège à Londres, lorsqu’ils prennent leurs décisions éditoriales, les rédacteurs en chef doivent penser à leurs lecteurs vivant dans les pays arabes, être conscients des restrictions imposées par les différents gouvernements arabes et surtout de l’impact possible sur leurs revenus publicitaires (Rugh, 2004 : 167-180).

17L’analyse de discours à laquelle nous consacrons la dernière partie de l’article vient confirmer ces tendances à travers ce que reflètent les politiques éditoriales des trois journaux. Cette analyse permet de cerner, au-delà des lignes éditoriales, d’abord, l’inscription dans le prolongement des conflits mondialisés ; ensuite, la représentativité politique ; enfin le clivage dans le traitement de l’actualité sur un échantillon couvrant, entre 2017 et 2021, les trois focales suivantes : la crise du Golfe survenue en 2017, le conflit entre l’Iran, la Grande-Bretagne et les États-Unis en 2019, et le désaccord sur la production de pétrole entre les Émirats arabes unis et les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, dont l’Arabie saoudite, en 2021.

18Pour cela, nous choisissons d’observer, sur leurs sites internet respectifs, les productions des trois journaux – concernant les sujets sélectionnés ci-dessus – en se focalisant sur la période suivant l’annonce de l’événement, à partir du jour J jusqu’à son déclin. Une centaine d’articles a ainsi constitué l’objet de cette étude, sur l’ensemble de la période choisie.

19Le travail sur les archives numérisées permet également d’observer, au-delà des aspects politiques et idéologiques, l’usage du digital et les pratiques en ligne de cette presse, qui a dû migrer vers le journalisme web pour survivre et répondre aux exigences de l’époque. Cette presse, qui a longtemps existé sur support papier, appartient à une vielle tradition de l’écrit ancrée dans le paysage journalistique londonien.

Les débuts de la presse arabophone à Londres

20Londres a été la terre d’exil et de naissance de plusieurs journaux arabophones, et ce depuis le milieu du xixe siècle, lorsque le journaliste syrien Rizkallah Hassoun fonde un journal hebdomadaire politique en 1868 visant à critiquer l’Empire ottoman. Venu de Russie, après avoir fui Istanbul par crainte pour sa vie, il s’est réfugié à Londres suite à la fermeture de son journal, Mir’āt Al Ahwal, premier magazine arabe publié à Istanbul, capitale de l’Empire ottoman, en 1855. Un autre journaliste, le Libanais Louis Sabounji, a lui aussi choisi Londres pour s’exiler et rééditer son journal An-Nahla en 1877 – journal créé à Beyrouth en 1870, fermé, puis transféré au Caire avant de s’installer à Londres, où le journaliste a également fondé deux autres titres (Abū Zayd, 1993 : 15-80). À cette époque, le manque de liberté sous l’Empire ottoman a contraint les journalistes, et avec eux leurs journaux, à l’exil. Un mouvement de retour vers la terre d’origine a eu lieu après 1908. Avec la conquête britannique de l’Égypte, en 1882, Londres a cessé d’être une destination privilégiée des journalistes arabes.

21Entre les deux guerres mondiales, le journalisme arabe s’est métamorphosé. Cette période a vu un phénomène de professionnalisation des journalistes, comme l’explique L. Dakhli : « La figure “absolue” de l’intellectuel fait petit à petit place à celle du journaliste “professionnel” » (Dakhli, 2009 : 39-52).

22Le conflit israélo-palestinien contraint beaucoup de journalistes palestiniens à l’exil, d’abord vers les pays voisins, ensuite vers l’Europe ou les États-Unis, préfigurant le début de la deuxième vague d’exil de journalistes. Cette vague se prolonge dans les années 1970 à la suite de la guerre au Liban, berceau d’une vieille tradition journalistique. Une guerre qui a poussé de nombreux journalistes et journaux à chercher d’autres lieux d’ancrage. Lors des guerres du Golfe, ce fut au tour des journalistes irakiens et koweïtiens de faire l’expérience du départ vers des horizons lointains. Sans oublier la répression du régime de Saddam Hussein, qui a forcé des opposants à s’installer en dehors de l’Irak et notamment en Grande-Bretagne. Le même sort est réservé aux journalistes syriens avec la guerre en Syrie.

23Les contraintes linguistiques ont, elles aussi, pesé dans le choix de la Grande-Bretagne. Les ressortissants des pays du Golfe et, comme eux, les Irakiens et les Syriens sont majoritairement anglophones. La capitale britannique était dès lors un lieu d’accueil par excellence pour la presse libyenne, saoudienne, koweïtienne, libanaise, palestinienne, irakienne, etc., sans pour autant oublier l’existence d’autres destinations, comme Paris, Washington, etc.

Genèse des trois journaux

24Dans son ouvrage, en langue arabe, La presse arabe immigrée (1993), F. Abū Zayd brosse le portrait de chacun des trois titres sélectionnés dans notre étude ; des portraits que nous avons mis à jour en nous appuyant sur les informations publiées sur les sites internet de chaque journal.

25La fiche signalétique de personnalité du journal proposée par J. Kayser dans Le quotidien français (1963 : 38) a servi de modèle de base pour cerner les traits distinctifs de leur personnalité. Elle a été complétée par la fiche élaborée par L. Mundschau (2007), qui propose, pour présenter un titre de presse, un modèle structuré en trois parties : les « données externes » relatives à « l’état civil » du journal ; les informations « internes » relatant son histoire, sa situation socio-économique ainsi que son contenu ; et, enfin, les « données méta », destinées à faciliter le travail des chercheurs.

26Le travail sur la littérature existante a été complété par des entretiens semi-directifs menés avec des personnalités phares de chacun des trois titres. Ces récits de vie nous permettent de connaître les mécanismes éditoriaux tels qu’ils sont pratiqués par ces professionnels de l’information et l’évolution de chaque journal à l’ère numérique.

Alarab

27Le premier quotidien arabe publié à Londres est libyen. C’est une des conséquences du coup d’État de 1969, qui a mis fin à la monarchie en Libye. Les journaux ont été fermés. Plusieurs journalistes ont été arrêtés et incarcérés, dont le journaliste libyen Ahmad Alsalhine Alhouni, ancien ministre de l’Information à l’époque royale. Libéré trois ans plus tard, il quitte le pays et finit par s’installer en Grande-Bretagne, où il fonde Alarab en 1977. Contre toute attente, le journal n’endosse pas un rôle d’opposition au régime libyen. Bien au contraire, tout au long de son histoire, la ligne éditoriale d’Alarab a consisté à défendre la politique de Mouammar Kadhafi dans le monde arabe. Le journal est passé par des périodes difficiles, au cours desquelles il a connu des interruptions, mais a su renaître régulièrement de ses cendres. Sa dernière renaissance date de 2013, avec l’arrivée aux commandes de l’intellectuel irakien, Haytham Alzoubaydi, son PDG et rédacteur en chef actuel. Le fils du fondateur, Mohammad Ahmad Alhouni, continue à avoir sa place dans l’organigramme du journal, en tant que directeur général. Le journal est diffusé sur Internet (www.alarab.co.uk, www.alarabonline.org) ainsi qu’en version papier en Europe et dans les pays arabes. En plus de son adresse à Londres (située à Hammersmith Road 177-179, Londres W6 8BS, Royaume-Uni), le journal possède des bureaux à Tunis, à Tripoli, au Caire et à Abou Dabi. Alarab est publié chaque matin par la société éditrice Alarab Publishing House. Sa version papier est constituée de 24 pages de grand format (36x58) et traite de différentes thématiques : politique, médias, économie, sport, culture, islam politique, éducation, famille, opinion, enquête, santé, technologie, voitures… Son prix de vente, en France, est de 2 euros. Le journal a deux suppléments : Alarab weekly, hebdomadaire publié en langue anglaise, qui regroupe un nombre d’articles traduits de la version arabe ainsi que des articles inédits rédigés en anglais, et le magazine culturel Al Jadeed, qui regroupe des articles de fond et accorde une place réelle à la culture, avec des plumes reconnues du monde arabe.

  • 1 Entretien réalisé par les auteurs le 22 janvier 2022.

28Ibrahim Aljabine1, romancier syrien responsable de la page d’opinion et l’un des grands journalistes d’Alarab, nous explique qu’à sa création,

Le journal était bien un journal d’exil avant de se transformer en journal pleinement arabe, avec des bureaux et des correspondants dans différents pays arabes et occidentaux, surtout à partir de 2013.
Malgré les crises qu’a connues la presse écrite dans le monde et la transformation de beaucoup de journaux en pure player, Alarab a réussi à s’imposer grâce à un équilibre délicat entre tradition et modernité, et en recrutant de jeunes journalistes à l’aise avec l’espace internet et les nouvelles technologies. Moderniser les méthodes de travail était un défi majeur. Garder la version papier avec toute la tradition qui l’entoure était une évidence pour le premier journal arabe à Londres. Néanmoins, le journal a su prendre rapidement conscience de l’importance du numérique et se moderniser à temps. Son site internet et sa présence sur les plateformes numériques lui ont permis de faire le saut vers de nouveaux horizons et conquérir de nouveaux lecteurs.
Alarab regroupe des écrivains provenant de différents pays arabes, que ce soit l’Irak, la Syrie, la Jordanie, l’Égypte, la Libye, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, les Émirats, le Bahreïn, l’Arabie saoudite…, sans compter les correspondants du journal et ses éditorialistes installés à l’intérieur des pays arabes ou à l’étranger. Le caractère institutionnel fait la force de ce journal, qui recrute ses journalistes pour leurs compétences et leur savoir-faire.
Le journal s’adresse au lectorat arabophone, qui s’élargit avec la diffusion sur le web. Le lectorat d’Alarab a bien évidemment évolué avec l’évolution technologique depuis que le journal est sur la toile. Le monde a changé. On ne trouve plus les lecteurs de jadis, qui lisaient le journal en entier en buvant le thé. Le site internet offre au journal de nouveaux lecteurs, plus jeunes, dispersés partout dans le monde, qui viennent s’ajouter aux lecteurs traditionnels du journal papier. Aujourd’hui, le lecteur arabophone vivant à l’intérieur ou à l’extérieur du monde arabe cherche un contenu fiable mais condensé, qui va à l’essentiel. Le lecteur n’a plus le temps de lire de longs articles ou des autobiographies qui s’étalent sur plusieurs semaines. Le journal en est conscient, tout comme il est conscient de l’importance de s’adapter au développement technologique et à la révolution numérique en modernisant ses outils de travail et son contenu, mais aussi en modernisant les esprits, et cela n’est pas une mince affaire.

Avant de conclure :

Enfin, ce qui fait la spécificité d’Alarab est loin d’être l’information, accessible partout et largement diffusée par les agences de presse. Ce qui fait la différence est la matière de qualité produite par le journal lui-même, comme les reportages ou les enquêtes, l’article d’opinion qui analyse l’actualité et la met en perspective, le profil (un genre nouveau dans la presse arabe) qui raconte l’histoire à travers le portrait d’une personnalité connue. Ce qui fait la différence aussi ne se limite pas à la politique. Le genre culturel que le journal choisi de couvrir est également important. À cela s’ajoute la parole de journalistes spécialisés qui donne une valeur ajoutée à l’information.

Acharq Alawsat

29Acharq Alawsat est un journal quotidien en langue arabe, fondé par les deux frères saoudiens Hicham et Mohammed Ali Hafez, et édité par Saudi Research and Marketing Group à Londres. L’idée de créer ce journal à Londres, à l’instar de l’International Herald Tribune, est venue à la suite de l’acquisition, par le groupe, de l’agence photos Central Press et du bâtiment qui héberge le journal à High Holborn, WCRV7AP Londres, 182-184 Royaume-Uni. Le premier numéro date du 4 juillet 1978. Son rédacteur en chef actuel est le journaliste libanais Ghassan Charbel.

30Acharq Alawsat, qui dispose de bureaux à Jeddah, à Riyad, au Caire, à Rabat, à Beyrouth et à Ramallah, est diffusé dans le monde entier. Il est imprimé simultanément en Angleterre, en Arabie saoudite, au Maroc, en Égypte, au Soudan, au Liban, en Irak, aux Émirats arabes unis, en Jordanie, en Turquie, en Allemagne et aux États-Unis. Asharq Alawsat a été le premier quotidien arabe à utiliser la transmission par satellite pour l’impression simultanée dans un certain nombre de grandes villes du monde. Sa version papier est constituée de 24 pages de grand format (36x58) et traite de différentes thématiques : politique (Golfe, monde arabe, Iran, international), économie, sport, culture, opinion… Sa version en ligne (www.aawsat.com) est partiellement traduite en quatre langues : l’anglais, le turc, le perse et l’ourdou. Le journal a plusieurs suppléments. Il est vendu en France au prix de 2 euros.

  • 2 Entretien réalisé par les auteurs le 16 janvier 2022.

31Ghassan Charbel2, le rédacteur en chef d’Acharq Alawsat, rappelle que :

L’identité du journal se résume, depuis sa création, par l’indication accompagnant son titre : le journal international des Arabes ; un journal qui crée des passerelles entre le monde arabe et l’international. Il diffuse l’actualité internationale au lecteur arabe, et l’actualité arabe au lecteur international. Le journal est suivi par de grandes instances autour du monde et ses articles sont traduits et largement diffusés. Ses pages opinions accueillent des écrivains russes, britanniques, américains, français, en plus de ceux arabes. La diversité et l’ouverture s’inscrivent dans l’ADN du journal. Sa rédaction regroupe des journalistes venant d’Algérie, du Maroc, de Syrie, du Liban, d’Égypte, d’Irak, d’Arabie saoudite, etc. Ceux-ci sont recrutés pour leurs compétences et non pour leur nationalité. Cette diversité culturelle constitue une grande richesse et facilite la vérification des informations, comme elle offre des regards multiples sur l’actualité.
Le lecteur d’Acharq Alawsat est arabe, résident dans son pays d’origine ou à l’étranger. Plusieurs générations ont grandi avec ce journal. Conscient de cet héritage, mais conscient aussi des transformations qu’a subi le métier de journalisme avec la révolution internet, ce média tente de se transformer et d’évoluer pour continuer à vivre et à toucher le plus grand nombre de lecteurs. De nouveaux journalistes, capables de travailler dans un environnement numérique, ont été recrutés. Les anciens journalistes ont été formés aux nouveaux outils afin de moderniser la rédaction. Choisir de rester fidèle à l’essence-même du métier, avec la capacité de se moderniser afin d’intégrer le changement en cours, permet de garder son public, qui s’élargit et se rajeunit avec la version web. Pour réussir ce défi, il faut se former en continu et se remettre en question en permanence.
Le rôle du journal a changé avec le temps. L’intérêt du lecteur ne ressemble plus à celui d’il y a trente ans. La tâche est bien plus ardue aujourd’hui car il ne suffit plus d’informer ; il s’agit plutôt d’offrir à ses lecteurs des analyses approfondies et des éditoriaux exclusifs. Les articles d’opinion revêtent plus d’importance que jadis. En plus de la politique, les sujets culturels sont extrêmement importants. Le monde arabe traverse une période charnière ; accompagner ce changement doit être un des soucis majeurs de la presse.

Avant de conclure :

La scène médiatique arabe est submergée par une offre médiatique pléthorique, avec les chaînes satellitaires et les nouveaux médias. Mais la presse écrite qui respecte l’intelligence du lecteur y garde toute sa place. Aujourd’hui, les journaux qui savent attirer de grandes plumes et présenter des enquêtes sérieuses et des articles de fond sont appréciés par les lecteurs. Acharq Alawsat en fait partie. Le journal a toujours essayé de créer une relation de confiance avec ses lecteurs, bâtie sur le respect, le professionnalisme, et non sur le sensationnel et l’émotionnel.

Alquds Alarabi

32Sur son site internet, Alquds Alarabi se présente, de son côté, comme « un quotidien politique arabe indépendant ». Fondé à Londres en avril 1989 par le journaliste palestinien Abdel Bari Atouane, il a été le quatrième quotidien arabe publié à Londres (après Alarab, Acharq Alawsat et Alhayat). On ne le répète jamais assez : depuis la création de l’État d’Israël en 1948, un grand nombre de journalistes palestiniens ont dû partir vers d’autres horizons, d’abord arabes, ensuite occidentaux. Plusieurs titres de presse ont été fondés par des journalistes palestiniens qui ont opté pour une édition en dehors du monde arabe, trop impliqué dans la question palestinienne. Le but premier de l’édition d’Alquds Alarabi à Londres était de créer une version internationale d’Alquds palestinien, déjà existant depuis 1951. Au fil du temps, la version internationale a pris son envol et réussi à devenir un journal plus arabe que palestinien, même s’il s’était fixé pour mission de défendre la cause palestinienne.

33Sa rédactrice en chef est Sana Aloul, palestinienne. Il est édité par Alquds Alarabi Publishing LTD. Le siège du journal est situé au 26-28 Hammersmith Grove, Londres W6 7HA, Royaume-Uni, et il dispose de bureaux au Caire, à Rabat, à Amman, etc. Il est imprimé principalement à Londres, puis à New York, à Francfort et à Amman, et il a des bureaux ou des correspondants dans tous les pays arabes, ainsi qu’en Europe et aux États-Unis. Actuellement, le journal est interdit en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et au Bahreïn, et, périodiquement, en Égypte et au Yémen. Sa version papier compte 24 pages de grand format (36x58), couvrant des thématiques diverses : politique, médias, économie, sport, culture, opinion, enquête, etc. Son site web (www.alquds.co.uk) est à la pointe des sites internet arabes, avec une rédaction dédiée. Le journal est distribué au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Europe et en Amérique. S’appuyant sur un réseau de correspondants, le journal fournit une analyse approfondie des questions arabes et internationales. Il compte un large éventail d’écrivains et de commentateurs provenant de différents pays arabes.

34Le journal est vendu en France au prix de 2,50 euros. Il publie un supplément hebdomadaire, Alquds Weekly, qui traite l’événement le plus marquant de la semaine par des reportages et des enquêtes politiques, et comprend une page dédiée à la littérature et aux arts, aux médias et à la technologie.

  • 3 Entretien réalisé par les auteurs le 23 janvier 2022.

35Sana Aloul3, rédactrice en chef du journal, estime que :

L’appartenance d’Alquds Alarabi à la diaspora lui confère une plus grande capacité à être un journal arabe à part entière. Il a profité de sa présence à Londres pour être équidistant de tous les pays arabes. Le journal compte, parmi ses équipes, des journalistes originaires des différents pays arabes, comme la Palestine, le Liban, l’Irak, l’Algérie, le Maroc, l’Égypte, le Soudan et la Syrie… Le secret de sa longévité tient dans la relation créée et entretenue avec le lecteur. Les abonnés du journal dans certains pays arabes réservent en effet leurs exemplaires dans les kiosques même s’ils arrivent en retard.
Malgré la prolifération des chaînes satellitaires dans l’espace médiatique arabe, le rôle de la presse écrite reste d’une grande importance pour la contextualisation, l’analyse et les commentaires qu’elle fournit. Nonobstant la conviction profonde que le journalisme traditionnel est loin d’être à l’agonie, la révolution numérique a incité la rédaction d’Alquds Alarabi à changer fondamentalement son mode de pensée et sa façon de traiter l’information, en essayant de suivre le rythme des mutations auxquelles assiste le monde aujourd’hui. Le site internet du journal bénéficie d’une large part de lecteurs, la version électronique progressant parallèlement à la version papier. La présence sur la toile s’est répercutée de manière positive, avec une augmentation nette du lectorat.
Le journal s’adresse principalement aux lecteurs arabes, d’abord le grand public mais aussi une élite intellectuelle, sans oublier certaines institutions et universités européennes. Les chiffres reflétés par le moteur de recherche Google confirment que la portée du journal ne se limite pas à une zone géographique spécifique. Certains de ses articles sont parfois même traduits dans d’autres langues.

Selon elle,

Alquds Alarabi se distingue par son intérêt prononcé pour les droits humains, en l’occurrence ceux du peuple palestinien. En parallèle, le journal s’intéresse aux questions de liberté d’expression dans le monde arabe. Il accorde une place considérable aux articles d’opinion et d’analyse. Une grande diversité se lit sur ses pages, qui accueillent des écrivains aussi bien libéraux que conservateurs, en plus de la diversité géographique des pays arabes couverts. Enfin, le journal accorde une attention particulière à la culture et présente les différents courants culturels. Il couvre des expositions d’art, des salons du livre, des festivals de films arabes et internationaux et consacre une rubrique à la musique.

36Finalement, il apparaît clairement que les trois journalistes (responsables) interviewés se rejoignent sur un certain nombre de constats. Ils confirment que le socle de la presse écrite et ce qui fait sa spécificité de nos jours sont les articles de fond, comme les articles d’opinion, les analyses et les enquêtes. Ils insistent sur l’importance de la culture, qui occupe une place prépondérante dans les pages des trois journaux et de leurs suppléments. Enfin, l’écriture sur le site électronique est devenue prépondérante. Elle est complémentaire de la version papier.

Des discours médiatiques contrastés

37L’analyse du discours des quotidiens sélectionnés, à travers une mise en parallèle de leur production journalistique sur les trois focales historiques choisies, permet de dégager les lignes éditoriales, les aspects politiques et idéologiques au-delà des frontières, la représentativité politique, la typologie des contenus, le clivage de ces journaux dans le traitement de l’actualité, ainsi que leur inscription dans le prolongement des conflits mondialisés.

  • Focale I : lors de la crise du Golfe survenue en 2017, nous nous arrêtons sur la décision de l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Bahreïn et l’Égypte de suspendre toute relation diplomatique avec le Qatar, le 5 juin 2017.

  • Focale II : lors du conflit entre l’Iran, la Grande-Bretagne et les États-Unis, nous choisissons de nous intéresser à la série de saisies mutuelles de pétroliers, plus précisément celle du 19 juillet 2019.

  • Focale III : le conflit entre l’Arabie saoudite et les Émirats, survenu à la suite du désaccord sur la production de pétrole et dévoilé le 5 juillet 2021 avec l’annulation de la réunion des pays de l’OPEP+.

La crise du Golfe, survenue le 5 juin 2017

38Les pays du Golfe ont connu, en 2017, une crise politique aiguë qui a scindé la péninsule arabique en deux blocs : d’une part, l’Arabie saoudite et, avec elle, les Émirats arabes unis et le Bahreïn ; de l’autre, le Qatar, le Koweït et le sultanat d’Oman. La crise trouve ses origines dans la rivalité historique opposant le Qatar à l’Arabie saoudite, tous deux prétendant au leadership dans le monde sunnite, mais aussi dans la rivalité opposant le Qatar aux Émirats arabes unis. Le premier camp soutient les mouvements liés aux Frères musulmans et le second est très hostile à cette organisation. D’après les sources médiatiques, le Qatar aurait été sur le point de convaincre l’Arabie saoudite de soutenir les Frères musulmans yéménites comme étant le seul parti capable de vaincre les Houthis, mais la proposition déplaisait aux Émirats arabes unis. La crise éclate en mai 2017. L’agence de presse officielle du Qatar cite l’émir Tamim Ben Hamad Al Thani, qui déclare que « l’Iran constitue une puissance islamique régionale qui ne peut pas être ignorée et à laquelle il serait imprudent de se confronter ». L’émir du Qatar dément la citation et l’agence de presse qatarie affirme que son site a été piraté. Le Qatar est boycotté par ses voisins du Golfe avec la fermeture des frontières terrestres, aériennes et maritimes. Cette crise ne s’est dénouée qu’en 2021.

Alquds Alarabi

39La crise du Golfe est le sujet phare qui fait l’objet des manchettes des trois journaux sans exception. Mais son traitement varie d’un quotidien à l’autre, en fonction des différentes lignes éditoriales, qui reflètent les appartenances politiques de chacun des trois journaux. L’étude des titres en est la preuve. Alquds Alarabi divulgue une citation du prince héritier d’Abou Dhabi Mohammed Ben Zayed, publiée dans la presse américaine, dans laquelle il aurait confié à un responsable américain son souhait d’envoyer le Qatar « en enfer », en accusant par la même occasion la chaîne qatarie Al Jazeera d’être responsable de « l’instabilité régionale et de l’extrémisme ».

« Ben Zayed veut envoyer le Qatar “en enfer” et propose de faire taire “Al Jazeera” » (05/06/2017)

40Dans ses multiples titres, le journal reprend la terminologie choisie par les autorités du Qatar refusant toute « tutelle » et subissant « le blocus » (al-ḥisār), terme adopté par les autorités politiques qataries et par la chaîne Al Jazeera pour diagnostiquer la crise. Il n’hésite pas à blâmer l’Arabie saoudite, qui a accueilli le président américain Donald Trump à bras ouvert.

« L’Arabie Saoudite et les pays arabes ont rompu les liens avec le Qatar, et Doha rejette la tutelle ». « Le Qatar n’acceptera pas qu’on lui impose une tutelle »

« Le blocus imposé au Qatar et les attaques féroces à son encontre résultent de la “danse de l’épée” de Trump à Riyad » (06/06/2017)

41Deux jours après l’éclatement de la crise, le journal explique, à sa une, que les deux monarchies voisines préparent depuis longtemps leur projet d’affaiblir le Qatar.

« C’est un processus mijoté de longue date. Les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont décidé de soumettre le Qatar et de le forcer à se plier... Et Ben Zayed a trouvé en Salmane un partenaire disposé à saper l’indépendance de la décision à Doha » (07/06/2017)

42Alquds Alarabi prend ainsi, dans ses pages, parti pour le Qatar dans son conflit avec les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, contrairement à Acharq Alawsat qui, pour sa part, défend le camp adverse.

Acharq Alawsat

43Le lendemain de la crise, Acharq Alawsat reprend les déclarations du ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al Jubeir, dans lesquelles il explique les différentes raisons pour lesquelles son pays décide de couper les liens avec le Qatar. Le ministre affirme, selon les déclarations rapportées par le journal, que les politiques du Qatar « nuisaient aux pays de la région, en particulier les pays du Conseil de coopération du Golfe » ; que la décision de rompre les relations avec le Qatar a été prise en raison de « son non-respect des accords conclus sur le non-soutien aux groupes terroristes », de son soutien aux « médias hostiles qui menacent la stabilité » de la région. Son homologue émirati, Anwar Gargash, prône l’option d’adopter davantage de sanctions contre la monarchie voisine. L’accusation du Qatar de soutenir le « terrorisme » est mise en exergue et répétée maintes fois par le journal.

« Al Jubeir : le Qatar doit cesser de soutenir les groupes extrémistes »

« Al Jubeir : les raisons pour lesquelles l’Arabie saoudite a décidé de rompre ses relations avec le Qatar »

« Le prince héritier de Bahreïn : nous sommes confrontés à une tentative désespérée de financer le terrorisme et de semer le chaos » (07/06/2017)

« Des mesures punitives contre le Qatar ne sont pas exclues pour les voisins », selon Anwar Gargash (08/06/2017)

44En plus du discours politique rapporté, nombre d’éditoriaux écrits par les plumes du journal sont publiés dans ses pages pour critiquer le Qatar et Al Jazeera, dont on explique qu’elle est devenue « la voix des terroristes » et des Frères musulmans.

« Al Jazeera et les Frères musulmans », par Elie Layek (25/06/2017)

45Sawsan Al Shaer dresse, dans son billet, la liste des exigences attendues de la part du Qatar pour lever le boycott.

« Ce qui est attendu de la part du Qatar » (25/06/2017)

46Ghassan Charbel, rédacteur en chef d’Acharq Alawsat, conseille indirectement au Qatar de faire preuve de plus d’humilité, en comparant le pays à « une goutte dans l’océan ». « L’humilité », écrit-il, « est un maître permanent, et la vanité est un piège ouvert ».

« Une once d’humilité dans l’intérêt du Qatar » (26/06/2017)

47Un autre article, qui va dans le même sens, écrit par Jibril Al Obaidi, accuse ouvertement le Qatar d’être « tombé dans le bourbier de l’entêtement, de l’arrogance, de l’intimidation et de la provocation envers les pays voisins ».

« Le Qatar et l’illusion de la force » (27/06/2015)

48Abdul Rahman Al-Rashed, ancien rédacteur en chef, décrit « le Qatar comme un chat assiégé à la recherche d’un exutoire pour échapper au boycott des pays en colère ». Plus loin, il considère que Doha « doit admettre qu’elle est devenue un grave problème pour tout le monde ».

« Doha doit hisser le drapeau blanc » (28/06/2015)

Alarab

49La position d’Acharq Alawsat envers le Qatar rejoint celle d’Alarab, dont la ligne éditoriale penche vers les Émirats arabes unis, comme le montrent différents titres traitant de la crise du Golfe. La position des Émirats est toujours mise en exergue.

« L’émir du Qatar ne parvient pas à briser les relations entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis avec le Koweït » (06/06/2017)

« Doha cherche à diviser les rangs du Golfe en flattant Riyad et en rejetant la faute sur Abu Dhabi » (07/06/2017)

50Comme pour Acharq Alawsat, le journal Alarab énumère aussi les conditions saoudiennes pour lever le boycott, en menaçant de « punir » Doha. Il relie le « terrorisme » au Qatar, et Al Jazeera aux Frères musulmans ou aux « groupes armés suspects ».

« La punition du Qatar devrait être sévère cette fois » (07/06/2017)

« Les 10 conditions saoudiennes pour mettre fin aux manœuvres du Qatar… » (08/06/2017)

« Trump : isoler le Qatar est le début de la fin du terrorisme » (07/06/2017)

« Le gel des comptes des personnes impliquées dans le terrorisme paralyse les banques du Qatar » (11/06/2017)

51À sa une du 7 juin, le quotidien consacre un article à la chaîne qatarie, intitulé « Le Qatar dans l’œil du cyclone, et Al Jazeera sans voile ! ». L’article note que la diffusion retentissante de la chaîne s’est continuellement détériorée après le « printemps arabe », en raison des déceptions du public d’une part et de l’échec du projet révolutionnaire islamiste d’autre part. L’article est accompagné d’une photo d’Al Jazeera avec une légende qui relaie un message politique cinglant : « Des concepts moyenâgeux et une technologie du troisième millénaire ».

« Le Qatar dans l’œil du cyclone, et Al Jazeera sans voile ! » (07/06/2017)

« Al Jazeera est la tribune des groupes armés suspects » (08/06/2017)

« Récits du poignard de trahison qatarie » par Amin Ben Mas’oud (08/06/2017)

52Les Frères musulmans, ennemis jurés des autorités émiraties, sont désignés explicitement dans plusieurs articles de ce quotidien, qui ne cesse de les désigner comme un mouvement terroriste, sans mâcher ses mots.

« Les Frères musulmans brisent le silence et attaquent l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis » (08/06/2017)

53Parmi les éditoriaux dédiés au sujet, nous relevons celui écrit par Hisham Al Najjar, dans lequel il explique que la Confrérie a choisi de suivre le principe de la taqiya (dissimulation) pour faire face à la tempête de colère à l’encontre du Qatar qui le fait fléchir (08/06/2017).

« Les Frères musulmans se perdent dans la tempête de colère contre le Qatar : la nécessité de s’incliner jusqu’à ce que la crise passe » (08/06/2017)

Le conflit entre l’Iran, la Grande-Bretagne et les États-Unis en juillet 2019

54Le 19 juillet 2019, les Gardiens de la révolution iraniens ont annoncé avoir saisi un pétrolier britannique dans le détroit d’Ormuz, à la suite de la décision de la Cour suprême de Gibraltar de prolonger l’immobilisation du pétrolier iranien Grace 1, accosté le 4 juillet par les autorités de Gibraltar, territoire situé à l’extrême sud de l’Espagne. Cette affaire n’est qu’un épisode d’une longue série de saisies mutuelles de pétroliers, en raison de la tension politique entre les autorités iraniennes et les États-Unis (et leurs alliés, dont les Britanniques), à la suite de la décision du président américain Donald Trump, le 8 mai 2018, de retirer son pays de l’accord sur le programme nucléaire iranien, conclu en 2015, et de rétablir des sanctions économiques contre l’Iran. Pourtant, l’accord conclu sous Barak Obama en 2015 entre l’Iran, les pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Allemagne avait permis l’allègement des sanctions en échange d’un engagement iranien à ne pas se doter de l’arme nucléaire. Depuis son arrivée au pouvoir et tout au long de son mandat, Donald Trump affiche ouvertement son soutien à l’Arabie saoudite et son hostilité à l’Iran.

Alquds Alarabi

55Alquds Alarabi relate à sa une l’information au sujet de l’arrestation dans le détroit d’Ormuz de deux pétroliers, dont l’un est britannique. La manchette est titrée, « L’Iran défie l’Occident et s’empare de deux pétroliers, dont un britannique ». Les déclarations iraniennes sont citées entre guillemets comme marque de distanciation.

« La télévision d’État iranienne cite une déclaration des Gardiens de la révolution disant qu’ils avaient détenu le pétrolier à la demande des autorités maritimes dans la province iranienne d’Hormozgan parce qu’il “ne respectait pas les règles de la navigation internationale”. Le pétrolier a été escorté jusqu’à une zone au large des côtes et remis aux autorités pour prendre des mesures juridiques à son encontre » (20/07/2019)

56Aussitôt, la position britannique accusant les autorités iraniennes de détenir son pétrolier est relayée sur les pages du journal. L’action iranienne est analysée comme une démonstration de force dans la région.

« Londres accuse Téhéran de saisir son pétrolier dans les eaux d’Oman. L’Iran affiche sa puissance dans le Golfe et la Grande-Bretagne étudie les options de réponse » (22/07/2019)

57En marge de cette crise diplomatique entre l’Iran et la Grande-Bretagne, le journal choisit de consacrer quelques titres au prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salman, d’abord en résumant un article du New York Times consacré au rôle saoudien dans la guerre du Yémen et l’éventuel soutien américain à son ancien allié ; ensuite, en rappelant l’affaire de l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat de son pays en Turquie.

« New York Times : ben Salman se noie dans le bourbier yéménite. Trump lui offrira-t-il une bouée de sauvetage ? » (20/07/2019)

« Washington Post : Mohammed ben Salman doit porter la responsabilité du meurtre de Khashoggi » (22/07/2019)

Acharq Alawsat

58Si le ton est quelque peu nuancé au sujet de l’Iran dans Alquds Alarabi, qui a tenté de relater les faits sans pour autant prendre position, dans Acharq Alawsat, la responsabilité de l’Iran est nettement engagée. Le journal l’accuse explicitement de « détournement » de pétrolier, « d’escalade » et de « provocations ». Il apparaît clairement que, lorsqu’il s’agit de l’Iran, le quotidien saoudien ne mâche pas ses mots. Dans l’un des articles du 22 juillet, l’Iran est accusé d’être un « État maléfique qui ne veut pas la paix ».

« L’Iran poursuit son escalade et s’empare d’un pétrolier britannique » en réponse à la saisie de son pétrolier Grace 1 à Gibraltar le 4 juillet (20/07/2019)

« Le détournement de pétrolier renforce l’isolement de l’Iran » (21/07/2019)

« Le régime iranien va-t-il revoir sa copie ? » (22/07/2019)

59Les deux plus grandes plumes du journal, Abdul Rahman Al-Rashed, ancien rédacteur en chef, et Ghassan Charbel, rédacteur en chef actuel, écrivent deux articles le même jour, le 22 juillet, pour décrypter la politique iranienne. Le premier, titré « Gardez vos nerfs au réfrigérateur », montre que ce qui se passe dans le Golfe est un « jeu sur les nerfs ». Il effectue une analyse géopolitique, présentant le rôle de l’Iran dans les grands conflits du Moyen-Orient, et conclut qu’« affronter l’Iran est un jeu de cubes complexe, dont la résolution nécessite un certain nombre de tentatives pour atteindre la forme finale correcte ». Le second invite à la prudence, comme l’indique son titre : « Les otages d’Ormuz, “la prudence et la prévoyance” ». Pour son auteur, Ghassan Charbel, la région n’a aucun intérêt à se lancer dans une nouvelle guerre. Cependant, les conditions de la stabilité ne semblent pas réunies, à ses yeux.

Alarab

60Le journal Alarab rejoint encore une fois Acharq Alawsat pour expliquer les raisons qui poussent l’Iran à agir de la sorte. La saisie du pétrolier britannique dans le détroit d’Ormuz y est également décrite par des termes comme « provocation », « escalade » et « piraterie ».

« Le but des provocations de l’Iran dans le Golfe est de connaître les limites à atteindre en toute impunité » (22/07/2021)

« Quels choix pour la communauté internationale afin de lutter contre la piraterie iranienne ? Téhéran parie sur la réticence du monde à risquer une nouvelle guerre destructrice » (23/07/2021)

61Farouk Youssef se demande, avec ironie, dans son article du 25 juillet, si les Iraniens ne se rendent toujours pas compte que « le métier de policier du Golfe » a disparu. Sous le titre, « Le policier du Golfe dont le temps est révolu », l’auteur ajoute :

« Quelle drôle d’idée, celle de confier la sécurité du Golfe à un pirate idiot, arriéré et fou. Il serait juste que ce pirate soit arrêté et mis en prison pour nuisance. Par conséquent, on peut dire que les Iraniens négocient avec le monde sur la base d’une illusion. » (25/07/2021)

62Dans plusieurs articles, le quotidien n’omet pas de placer les Émirats arabes unis au cœur du conflit entre l’Iran et la Grande-Bretagne, et avec elle les États-Unis.

« Une escalade iranienne contre les Émirats arabes unis pour évacuer la pression américano-britannique » (25/07/2021)

63Les Émirats arabes unis (EAU) sont également cités sur d’autres sujets, évoquant de nouveaux partenariats internationaux ou un plus grand rayonnement mondial. Il est clair que le journal accorde une importance spécifique à l’information liée aux Émirats ; une information qui montre une image favorable du pays.

« Le Sommet EAU-Chine pour approfondir les partenariats » (23/07/2021)

64Ce même jour, le Qatar est accusé de tenter de « saboter » l’accord entre les composantes politiques soudanaises et de semer le chaos au Soudan avec l’aide de ses alliés, notamment le Mouvement islamique soudanais et le Mouvement pour la justice et l’égalité, opérant dans la région du Darfour.

« Le Qatar utilise ses bras armés pour saboter l’accord politique au Soudan » (23/07/2021)

Le désaccord entre l’Arabie saoudite et les Émirats en juillet 2021

65Une fois que la crise du Golfe touche à sa fin, avec la réconciliation entre les dirigeants saoudiens et qataris, un autre désaccord émerge, cette fois entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Une mésentente, révélée au grand jour à la suite du désaccord sur la production de pétrole entre les Émirats et les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs dix alliés via l’accord OPEP+, a entraîné l’annulation d’une importante réunion ministérielle, prévue le 5 juillet 2021. Cet incident n’est, en soi, que la partie émergée de l’iceberg. Entre les deux frères alliés, un conflit latent sommeille depuis la création des deux États, avec un désaccord, d’abord sur les frontières géographiques, contestées en vain par les Émirats arabes unis malgré la signature de « l’accord de Djedda » en 1974 ; ensuite sur la question de la gestion de la crise engendrée par la longue guerre du Yémen. Alors que les Émirats placent parmi leurs objectifs la lutte contre le parti Islah (Rassemblement yéménite pour la réforme) – la branche des Frères musulmans au Yémen –, l’Arabie saoudite coopère avec ses forces militaires sur le terrain pour soutenir les forces du président Yéménite Abed Rabbo Mansour Hadi. Les Émirats arabes unis retirent finalement leurs troupes du Yémen en juillet 2019, après avoir mis la main sur plusieurs sites stratégiques, dont les ports donnant sur la mer d’Oman et du golfe d’Aden, ainsi que sur des sites gaziers et pétrolifères, ce qui a certes déplu à Riyad. Enfin, le rapprochement entre les princes du Qatar et de l’Arabie saoudite vient inquiéter davantage les Émiratis et raviver les anciennes querelles.

Alquds Alarabi

66Au lendemain de l’annulation de la réunion ministérielle de l’OPEP+, Alarab évoque une « grave » crise se profilant à l’horizon entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Le journal cite des sources anonymes qui lui auraient confirmé l’existence d’un « réel fossé entre Riyad et Abu Dhabi » et explique que les points de vue divergent sur un certain nombre de questions, du pétrole au rapprochement saoudo-qatari, en passant par le Yémen.

« Une crise silencieuse entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis commence à sortir au grand jour » (06/07/2021)

67Un autre article renchérit pour mettre l’accent sur les anciennes divergences entre les deux pays, auxquelles s’ajoute le rapprochement récent entre les dirigeants saoudiens et qataris, qui irrite les Émirats. Le rejet par Abou Dhabi de l’accord OPEP+ et l’interdiction des voyages entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont présentés par le journal comme la goutte d’eau faisant déborder le vase de divergences anciennes et profondes entre les deux pays sur un certain nombre de questions.

« Des divergences manifestes et latentes font éclater la crise entre les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite... en échange du rapprochement de Riyad et de Doha » (06/07/2021)

68Le sujet continue à avoir sa place sur les pages du journal plusieurs jours après, sous différents angles, dont celui des inquiétudes économiques quant à la montée des prix du pétrole.

« Bloomberg : la poursuite du différend saoudo-émirati ouvre la porte à la spéculation d’une guerre des prix [du pétrole] » (11/07/2021)

Acharq Alawsat

69Pour Acharq Alawsat, la crise entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis n’existe pas. Il s’agit juste d’un problème purement économique en lien avec l’avenir du pétrole et les décisions des partenaires de l’alliance de l’OPEP avec les grands producteurs extérieurs au sein de l’alliance OPEP+.

70Son journaliste Wael Mahdi suit le sujet de très près et annonce la tenue d’un nouveau rendez-vous qu’il décrit comme « fatidique ». Il explique que cette alliance contrôle plus de la moitié de la capacité de production de pétrole dans le monde, ce qui signifie que la décision que ses ministres prendront affectera les prix des carburants, d’autant plus que les prix du pétrole sont à leur plus haut niveau.

« Le pétrole, vers quel horizon après la réunion OPEP+ ? » (01/07/2021)

71Le 4 juillet, le journal reprend la déclaration du ministère de l’Énergie des Émirats arabes unis à ce sujet :

« Le ministère de l’Énergie des Émirats arabes unis : nous sommes les plus attachés aux accords de l’OPEP et soutenons une augmentation inconditionnelle de la production » (04/07/2021)

72En revanche, contrairement à Alquds Alarabi, le journal saoudien publie ce jour-là l’information sur l’interdiction des voyages entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sans évoquer le moindre lien avec la crise politique.

« L’Arabie saoudite empêche les voyages dans trois pays et continue de renforcer les mesures de protection contre la Covid-19. Les Émirats arabes unis, l’Éthiopie et le Vietnam ont été ajoutés à la liste des restrictions... » (04/07/2021)

Alarab

73Ce qui attire cette fois l’attention s’agissant du journal Alarab, ce n’est pas la couverture d’une information mais sa non-couverture. La crise entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis est passée sous silence. Une information purement économique sur l’OPEP+ est évoquée de manière extrêmement timide. Le sujet, qui touche avant tout les Émirats arabes unis, est beaucoup moins évoqué si l’on établit la comparaison avec la couverture faite par Acharq Alawsat comme ce fut le cas pour les deux événements précédents.

« L’OPEP+ met en garde contre le danger de perturbation du marché pétrolier en 2022 » (01/07/2021)

Conclusion

74L’analyse des titres des trois journaux montre un rapprochement entre Alarab, qui soutient ouvertement les Émirats arabes unis, et Acharq Alawsat, qui s’aligne sur la politique saoudienne. La rupture avec Alquds Alarabi est évidente, ce dernier défendant le Qatar dans son conflit politique avec ses voisins. La couverture de la crise du Golfe en 2017 ne laisse pas l’ombre d’un doute quant aux affiliations de chacun des quotidiens et la programmation de leurs lignes éditoriales. Même constat pour la crise entre l’Iran, la Grande-Bretagne et les États-Unis en 2019, bien que la couverture de cette crise se soit montrée beaucoup plus subtile, notamment du côté d’Alquds Alarabi, l’Iran étant un adversaire commun. Le conflit entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, surgi en 2021, a la particularité de mettre dans l’embarras aussi bien Alarab, pro-émirati, qu’Acharq Alawsat, saoudien, ce qui explique le silence observé par les deux journaux à ce sujet, alors qu’Alquds Alarabi révèle l’affaire au grand jour.

75Au-delà des journaux analysés ci-dessus, l’exemple d’Alhayat, qui a fermé définitivement ses portes en 2018, illustre aussi le fait que cette presse n’existe que tant qu’elle remplit sa mission de porte-voix du régime qui la parraine. Une fois que sa raison politique a disparu, son activité s’éteint avec elle. Alhayat, qui mériterait une étude à part entière à l’avenir, était sans conteste l’un des plus grands, des plus anciens et des plus prestigieux quotidiens arabes. Dans leurs livres, William Rugh, Elias Hanna Elias et Fārūq Abū Zayd font tous trois référence à ce journal avant sa disparition. Fondé à Beyrouth en 1946, puis exilé à Londres en 1988, à la suite de l’assassinat de son fondateur, le journaliste libanais Kamel Mroué, le journal devient le rival d’Acharq Alawsat. Il s’agit d’ailleurs du seul titre correspondant à la définition d’une presse d’exil. Mais à quoi bon continuer à financer deux quotidiens qui ont la même mission à l’époque des nouveaux médias, d’Internet et de la télévision satellitaire ? Entre un journal saoudien et un journal libanais acheté par les Saoudiens le choix était sans équivoque. Avec la crise mondiale dont souffre la presse écrite, Alhayat perd sa raison d’être et ferme ses portes un mois après sa tentative de se transformer en pure player.

76Les résultats de l’étude confirment bel et bien notre postulat de départ. Cette presse arabophone à portée internationale publiée à Londres est une presse pleinement arabe et non une presse d’exil. Une presse qui soutient le pouvoir politique dont elle est proche en devenant son porte-voix prestigieux, parce qu’elle est publiée à l’étranger, avec un lectorat beaucoup plus vaste que le lectorat local. Elle participe à l’explication des choix politiques de ces pays, sans intention de les critiquer. Elle ne cherche nullement à jouer un rôle d’opposition. Pour autant, cette presse est loin d’être considérée comme une presse de propagande. Elle a réussi, au fil des ans, à se forger une place respectée dans le paysage médiatique arabe et international. Elle est reconnue par ses pairs comme étant une presse de référence et par ses lecteurs comme étant une presse de qualité. Elle relève davantage d’une presse arabe offshore que d’une presse d’exil, vu que les trois journaux ont été créés et publiés à Londres et n’ont guère émigré d’un pays arabe vers l’étranger.

Haut de page

Bibliographie

ABŪ ZAYD, Fārūq,1993, Al-Sahâfa al-‘arabiyya al-muhâjira [La presse arabe émigrée], Le Caire, Le monde des livres (2e éd.).

BEAUREGARD, Claude, CANUEL, Alain et COUTARD, Jérôme, 2002, Les médias et la guerre, de 1914 au World Trade Center, Québec, Méridien.

BOULANGER, Philippe, 2018, Géopolitique des médias. Acteurs, rivalités et conflits, Paris, Armand Colin.

BOUSTANI, Rafic et FARGUES, Philippe, 1993, Atlas du monde arabe, Paris, Bordas.

CHARAUDEAU, Patrick, 2005, Les médias et l’information, L’impossible transparence du discours, Bruxelles, De Boeck.

CHARAUDEAU, Patrick et MAINGUENEAU, Dominique (dir.), 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.

DAKHLI, Leyla, 2009, Une génération d’intellectuels arabes. Syrie et Liban (1908-1940), Paris, Karthala.

ELIAS, Elias Hanna, 1993, La presse arabe, Paris, Maisonneuve et Larose.

FLORY, Maurice, KORANY, Bahgat et MANTRAN, Robert, 1990, Les régimes politiques arabes, Paris, Presses universitaires de France.

FLEURY-VILLATE, Béatrice, 1992, Les médias et la guerre du Golfe, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

GONZALEZ-QUINJANO, Yves et GUAAYBESS, Tourya (dir.), 2009, Les Arabes parlent aux Arabes, La révolution de l’information dans le monde arabe, Arles, Actes Sud.

GUAAYBESS, Tourya, 2011, Les médias arabes. Confluences médiatiques et dynamique sociale, Paris, CNRS Éditions.

KAYSER, Jacques, 1963, Le quotidien français, Paris, Armand Colin.

KIENTZ, Albert, 1971, Pour analyser les médias : l’analyse de contenu, Paris, Mame.

MAINGUENEAU, Dominique, 2009, Les termes clés de l’analyse du discours, Paris, Seuil.

MERMIER, Franck (dir.), 2003, Mondialisation et nouveaux médias dans l’espace arabe, Paris, Maisonneuve et Larose.

MILLER, Catherine, 2011, Langues et médias dans le monde arabe/arabophone. Entre idéologie et marché, convergences dans la glocalisation, HAL SHS, [en ligne] https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00578851.

MOUILLAUD, Maurice et TÉTU, Jean-François, 1989, Le journal quotidien, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

MUNDSCHAU, Laurence, 2007, « Présenter un titre de presse. Quels champs pour l’établissement d’une fiche signalétique des journaux ? », Communication, 25(2), p. 212-228, [en ligne] https://doi.org/10.4000/communication.881.

TÉTU, Jean-François, 2002, « L’analyse française de discours », in VIALLON, Phillipe et WEILAND, Ute (dir.), 2002, Kommunikation, Medien, Gesellshaft. Eine Bestandsaufnahme deutscher und französischer Wissenschaftler, Berlin, Avinus, p. 205-217.

RUGH, William, 2004, Arab Mass Media. Newspapers, Radio, and Television in Arab Politics, Westport, Praeger.

Haut de page

Notes

1 Entretien réalisé par les auteurs le 22 janvier 2022.

2 Entretien réalisé par les auteurs le 16 janvier 2022.

3 Entretien réalisé par les auteurs le 23 janvier 2022.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amal Nader et Mohamed Bendahan, « La presse arabophone en Angleterre au prisme des politiques du Golfe »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 152 | 2022, 137-162.

Référence électronique

Amal Nader et Mohamed Bendahan, « La presse arabophone en Angleterre au prisme des politiques du Golfe »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18805 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18805

Haut de page

Auteurs

Amal Nader

Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3, France ; amal.nader[at]gmail.com

Mohamed Bendahan

Faculté des lettres et des sciences humaines-Université Mohammed V de Rabat, Maroc ; mhbendahan[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search