Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUEBasheer Al-Bakr, itinéraire d’un ...

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE

Basheer Al-Bakr, itinéraire d’un journaliste syrien dans la presse panarabe

Entretien réalisé et traduit de l’arabe par Franck Mermier
Franck Mermier et Basheer Al-Bakr
p. 207-226

Résumés

Cet entretien vise à retracer l’itinéraire du journaliste et écrivain syrien Basheer Al-Bakr dans le monde de la presse arabe, de Beyrouth à Istanbul, en passant par Paris et Londres, depuis le début des années 1980 jusqu’en 2021. Le récit du parcours de ce journaliste permettra de saisir comment les évolutions des contextes et des rapports de force politiques ont non seulement affecté les localisations géographiques de la presse arabe hors du monde arabe mais aussi les paysages médiatiques. Cet itinéraire singulier est celui d’un journaliste condamné à vivre en exil puisque son opposition au régime d’Al-Assad lui interdit de retourner en Syrie. Il aide à appréhender l’importance des réseaux idéologiques et culturels qui impriment leur marque sur les orientations et les recrutements professionnels, ainsi que certaines des transformations de cette sphère médiatique au long de quatre décennies.

Haut de page

Texte intégral

1Basheer Al-Bakr est un journaliste et écrivain syrien. Opposant au régime de Hafez Al-Assad, il quitte la Syrie en 1980 pour s’installer à Beyrouth où il travailla pour l’agence de presse palestinienne Wafa. Il a participé à la fondation de plusieurs titres importants de la presse arabe en Europe dont le quotidien Al-Araby al-Jadeed installé à Londres. Il a publié sept recueils de poésie, dont Ākhar al-jundī [Le dernier soldat], Milan, Manchūrāt Al-Mutawassit, 2020, ainsi que des essais politiques sur le Yémen et Al-Qaïda. Les références de ses livres sur le Yémen sont : Al- ḥarb fī-l-Yaman. Al-qabīla tantaṣir ‘alā-l-waṭan [La guerre au Yémen. La tribu défait la nation], Beyrouth, Al-Muassassat al-‘arabiyya li-l-dirāsāt wa-l-nachr, 1995 et Al-Qā‘ida fî-l-Yaman wa-l-sa‘ūdiyya al-‘arabiyya [Al-Qaïda au Yémen et en Arabie saoudite], Beyrouth, Dār al-Sāqī, 2010. Cet entretien a été réalisé en juin 2021 à Istanbul alors que Basheer Al-Bakr dirigeait la rédaction de la chaîne TV Syria.

Si vous aviez la possibilité de revenir en arrière, choisiriez-vous le même métier, auquel vous avez consacré votre vie ?

Après trente ans passés comme journaliste, j’éprouve un sentiment de reconnaissance envers ce métier qui a façonné ma vie entière et que j’ai choisi quand j’avais dans les 20 ans, surtout quand je me compare à ceux de ma génération que j’ai côtoyés durant les études. Si je n’avais pas été journaliste, je serais peut-être devenu agriculteur en raison de mes études universitaires. Mon intention était, après l’obtention d’un baccalauréat scientifique en 1974, d’étudier l’agronomie pour travailler dans ce domaine car je suis né dans un environnement rural, celui de la Haute Djéziré syrienne selon les classifications administratives du Mandat français. Je pensais constamment devoir compenser l’échec de mon père agriculteur qui avait perdu ses terres en raison d’une réforme agraire désastreuse et des années de sécheresse qui avaient frappé la Djéziré durant l’union avec l’Égypte (1958-1961). Je n’ai pas vécu moi-même les déconvenues de mon père mais quand je suis né, au début des années 1960, ma famille était déjà passée du statut de grand propriétaire terrien sur les rives de la rivière Al-Khabour dans le secteur de Al-Shaday, au sud de la ville de Hassaké, à celui de propriétaire de terres de culture pluviale situées au bord de la route entre Hassaké et Kameshli près du secteur de Tell Brak. J’éprouvais beaucoup de peine quand j’entendais ma mère évoquer nos terres perdues en raison de la sécheresse et des échecs de mon père. Celui-ci était orgueilleux et ne parlait pas beaucoup de cette période qui le déprimait. Ces années de l’unité syro-égyptienne lui inspiraient une telle aversion qu’il les qualifiait d’années de la famine car il avait perdu son capital foncier et ses troupeaux en raison d’une épidémie qui avait frappé toute la Syrie, de la réforme agraire et des politiques de planification adoptées par l’État et les banques agricoles. Il considérait que la politique suivie par la France en matière d’agriculture était meilleure que celles mises en place par les régimes de l’unité et du Baas. La France a créé le Crédit agricole à Hassaké, introduit de nouvelles espèces de blé, combattu les maladies agricoles et, durant le Mandat français, les terres consacrées à la culture du blé, de l’orge et du coton ont augmenté, tandis que, à l’époque de l’unité, on a été laissé seuls face à une situation dramatique, nous avons croulé sous les dettes, n’avons pu récupérer nos dettes auprès des négociants en céréales et coton d’Alep et de Mossoul, et nous avons finalement tout perdu.

Lorsque j’ai terminé mes études universitaires en 1980, je n’ai pu travailler dans le domaine agricole comme je l’avais prévu. La politique s’était introduite, de manière négative, dans la planification agricole improvisée et il n’y avait plus de place pour une activité indépendante du fait que les services de renseignement s’ingéraient dans le travail des agriculteurs. La région a commencé à perdre progressivement ses richesses et c’est ce qui s’est révélé après quelques années quand s’est asséchée la rivière Al-Khabour qui prend sa source dans la ville de Ra’s Al-‘Ayn et qui se jette dans l’Euphrate. Mais la première raison qui m’a poussé vers le journalisme est ma passion pour l’écriture, qui domine ma vie. Depuis que j’ai commencé le journalisme, je n’ai pas passé un seul jour sans écrire même si c’était pour transmettre une nouvelle. Sans cela, je ressens un manque terrible, comme le fumeur sans cigarette par exemple. Je rapporte une anecdote avec l’ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh que j’ai rencontré après l’unité des deux Yémen. Nous avions parlé de son parcours en marge de l’entretien destiné à être publié. Il m’avait confié qu’il avait réussi à mettre au pas la plupart des personnalités yéménites sauf certains écrivains et intellectuels qui « écrivent et disent des choses sur lesquelles je n’ai aucune prise ». Il en parlait avec amertume et en ressentant un complexe car il ne maîtrisait pas complétement l’écriture.

Mon métier de journaliste m’a fait beaucoup voyager et cela comblait mon désir premier de connaître le monde arabe, ses populations, ses traditions, sa géographie et sa culture. Ces voyages, de Nouakchott à Basra ou de Tanger jusqu’à Aden et Sanaa, eurent une grande influence sur la construction de ma personnalité en m’ouvrant de nouveaux horizons et ont accru ma passion pour le journalisme. Durant ces déplacements, on rencontre parfois quelqu’un qui te dit : « Te rappelles-tu de moi ? ». Tu te souviens alors que tu l’as rencontré vingt ans auparavant quand il débutait sa carrière de journaliste et qu’il est maintenant responsable d’un organe de presse. Cela est survenu avec le jeune mauritanien Abdallah Mohammadi dont j’ai fait la connaissance à Nouakchott en 1987 quand j’étais venu couvrir, venant de Paris, une conférence sur le racisme en Afrique. À cette époque, Abdallah était un correspondant du journal Al-Sharq al-awsat et il m’avait présenté à plusieurs ministres et journalistes africains. Il fait partie aujourd’hui du cercle des meilleurs connaisseurs du continent africain. En 2016, il m’avait aidé à obtenir un rendez-vous avec le Président sénégalais Macky Sall. Il m’avait accompagné pour réaliser cet entretien et j’avais pu constater combien était grande la considération dont il jouissait au Sénégal.

Où pouvais-je rencontrer Abdelaziz Bouteflika quand il était presque banni de son pays et qu’il cherchait à obtenir un passeport diplomatique pour travailler dans une organisation internationale ? C’est arrivé à Sanaa en 1992 dans la maison du ministre yéménite des Affaires étrangères, Mohamed Salim Basindwa, qui m’avait invité à déjeuner en présence de Bouteflika et Yahya Al-Moutawakkil. Ce dernier, un homme très cultivé qui était alors ministre de l’Intérieur et avait été ambassadeur du Yémen à Paris et à Washington, lui donna un passeport diplomatique afin qu’il travaille aux Nations unies. Le Président des Émirats arabes unis, le cheikh Zayed Bin Sultan, lui tendit une main généreuse en le nommant conseiller spécial et en lui offrant un terrain agricole dans l’oasis d’Al-Ayn. Mais Bouteflika oublia tout cela quand il parvint au pouvoir.

Parmi les multiples rencontres que je pourrais évoquer, je mentionnerai particulièrement celle avec Yasser Arafat, que j’ai connu de près lors de l’invasion israélienne du Liban en 1982. Cela survint lors du troisième jour de l’invasion quand, revenant d’Inde, il se rendit, avec un petit groupe d’accompagnateurs, au siège de l’agence d’information palestinienne pendant que j’assurais la permanence. Nous passâmes la nuit dans la salle de rédaction où il s’était installé pour suivre les nouvelles de l’invasion. Deux jours après, j’assistais à une réunion élargie du commandement palestinien et du Mouvement national libanais pour qu’une décision soit prise concernant l’attitude à adopter face à l’avancée israélienne à Beyrouth. Un sentiment de défaite planait sur la réunion. Arafat demanda à l’assistance de lui accorder une demi-heure pour qu’il accomplisse sa prière. À son retour, il leur dit qu’il avait exhorté Dieu à le guider et que ce dernier lui avait enjoint de combattre. À ces paroles, l’esprit de résistance gagna toute l’assemblée. Je me suis retrouvé avec lui sur le bateau qui nous transporta de Beyrouth à Athènes le 30 août 1982. Je l’ai ensuite accompagné dans plusieurs de ses voyages au Soudan pour rencontrer le maréchal Suwar Al-Dahab, dans une de ses tournées africaines, et même jusqu’à Mogadiscio.

Lorsque le journaliste est proche des sources du pouvoir, il peut découvrir le dessous des cartes et donc parvenir à une lecture plus juste des événements, ce qui est une des conditions de son succès professionnel. J’ai bénéficié de cette proximité durant toute ma carrière. En raison de mon expérience de journaliste à Beyrouth, j’ai occupé un poste important dans la revue panarabe Al-Yawm al-Sābi’ [Le septième jour], dont le premier numéro fut publié à Paris en octobre 1983. J’ai ensuite travaillé dans plusieurs organes de presse dont j’ai contribué, de manière essentielle, à la fondation, comme Barīd al-Janūb [Le courrier du Sud], Bayt al-chi’r [La maison de la poésie] ou Al-Araby al-jadeed [Le nouvel Arabe].

Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à vous installer à Beyrouth et à travailler dans la presse palestinienne ?

J’ai débuté ma relation avec le journalisme par la culture. Avant de commencer à écrire dans les journaux, j’étais un lecteur assidu des journaux et revues qui parvenaient dans ma ville de Hassaké depuis Beyrouth, Le Caire et Damas. La librairie Al-Hurriya [Liberté] et le centre culturel mettaient à notre disposition journaux et revues. À cette époque, les hebdomadaires et les mensuels étaient les périodiques les plus diffusés. On recevait ainsi Al-Usbū‘ al-‘arabī, Al- Ṣayyād et Al-Adīb du Liban, Roz Al-Youssef et Al-Muṣawwar d’Égypte, Al-Ṭalī’a de Syrie, Al-‘Arabī du Koweït. La bibliothèque du centre culturel était dirigée par Mohamed Sabah, un intellectuel à la connaissance encyclopédique qui prodiguait des conseils de lecture avisés. Grâce à lui, j’ai découvert l’écrivain soudanais Tayyib Saleh et son roman Saison de la migration vers le nord, la poésie de Mohamed Fitouri, puis la poésie moderne avec Badr Chaker Al-Sayyab et Abdalwahab Al-Bayati. Il m’a aussi donné à lire le roman de Khalil Al-Nuaimi, L’homme qui s’était mangé. Cet écrivain est originaire de Hassaké et il a émigré en France. Son roman, interdit, était autobiographique. Il y évoquait sa famille qui était nos voisins et dont les enfants étaient mes amis. Pour cela, sa lecture eut un effet certain et planta en nous les graines de la révolte et du refus de notre condition sociale.

Après l’achèvement de mes études universitaires en 1980, j’étais devant deux options : quitter la Syrie ou entrer en prison. De fait, tous les amis que je fréquentais appartenaient à des organisations de gauche que le régime commençait à combattre ouvertement. Ma décision de quitter Damas ne fut pas prise à la légère, elle résultait d’un processus qui a pris plusieurs années et qui avait commencé durant mes études universitaires, que j’ai suivies d’abord à Alep puis à Damas entre 1975 et 1980. Durant cette période, le nouveau régime sécuritaire mis en place par Hafez Al-Assad commençait de s’imposer sur toute la Syrie et tout indiquait que le pays se dirigeait vers une terrible explosion. Un des premiers signes survint en 1979 quand des affrontements armés mirent aux prises le régime avec des groupes supposés dépendre des Frères musulmans. Je me rendais souvent à Beyrouth durant ces années et je publiais des articles, des enquêtes et des poèmes dans des journaux libanais tels qu’An-Nahar et Al-Safīr et dans des revues comme Filisṭīn al-Thawra et Al-Hadaf. Je nouais des relations d’amitiés avec des intellectuels et écrivains libanais, syriens, palestiniens et irakiens tels que Salim Barakat, Emile Mun’im, Mu’ayyad Al-Rawi, Hasan Al-Batal, Mahmoud Al-Khatib, Ali Foda, Amjad Nasser, Ghassan Zaqtan, Rasmî Abou ‘Ali, Adam Hatem, Chawqi Abou Chaqra, Mohamed Ali Farhat, Paul Chaoul, Hasan Daoud, Nasri Al-Sayegh, Sakhr Habach (Abou Nizar), Saqr Abou Fakhr… Lorsque la répression s’est aggravée en Syrie et que les affrontements ont commencé entre les Frères musulmans et le régime, il devenait évident que la situation allait se dégrader. J’ai saisi une opportunité de travailler à Beyrouth au sein de Wafa, l’agence d’information palestinienne. Puis ce fut le départ avec Arafat, le 30 août 1982. Je débarquai moi-aussi à Tunis puis je gagnai la France où j’allais travailler pour la revue Al-Yawm al-sābi’. Elle fut créée par l’OLP à Paris et son premier numéro parut en octobre 1983. Ce fut alors le moment de ma deuxième naissance, si l’on considère que Beyrouth constitua le lieu de ma première naissance avec la découverte de la liberté.

Lorsque j’ai quitté Damas en avril 1980, je pensais qu’il s’agissait d’une absence temporaire qui n’aurait duré que quelques mois ou une année tout au plus, sans imaginer que ce départ serait définitif. Je n’avais ainsi pas abandonné la chambre que j’avais habitée dans le quartier Al-Tijara. Je continuais à payer le loyer et j’y avais laissé toutes mes affaires. Les services de renseignement firent une descente dans le quartier et confisquèrent mes livres et mes documents. Je fus alors recherché de manière officielle car, parmi mes livres, se trouvaient des publications d’organisations de gauche interdites, telles que le journal Al-Rāya al-ḥamrā, organe de la Ligue de l’action communiste contre laquelle le régime avait déclaré une guerre ouverte et punissait de prison tous ceux qui lui étaient liés de près ou de loin. Je ne suis donc jamais revenu en Syrie depuis cette date ; un retour aurait signifié l’emprisonnement et l’assurance d’un avenir dévasté. Le sentiment de profond déracinement que je ressentis alors, et pas seulement le sentiment de l’exil, n’a cessé de me hanter durant ces quarante ans. Il me fallut donc commencer une nouvelle vie loin de ma famille et de mes amis. Quant à la terre que j’avais perdue, j’ai continué cependant à la parcourir à travers l’écriture.

Mon expérience beyrouthine, en dépit de sa courte durée, fut une des plus belles expériences que j’ai vécues dans le monde arabe. Il faudrait plus de place pour en parler mais, en résumé, Beyrouth, dans les années 1980, connaissait encore une certaine ébullition politique en dépit de l’échec de la résistance palestinienne et du Mouvement national libanais à contrer le régime syrien durant la guerre civile libanaise. Ces deux mouvements jouaient un rôle essentiel dans la vie politique, culturelle et sociale du pays. Si l’on revient à cette période, comprise entre l’invasion israélienne du sud du Liban en 1978 et le départ des forces palestiniennes de Beyrouth en 1982, on se rend compte que Beyrouth était la seule capitale arabe qui abritait une presse libre, variée et pluraliste, et un secteur de l’édition qui publiait des livres de grande qualité artistique sans que s’exerce le couperet de la censure. Elle accueillait aussi des conférences politiques, des festivals culturels, sans ingérence de l’État. De fait, Israël et les régimes arabes partageaient un intérêt commun, celui de voir se terminer au plus vite cette expérience. Il faut ainsi signaler que la réponse à la visite d’Anouar El-Sadate à Jérusalem et à la signature des accords de Camp David en 1979 vint de Beyrouth. Elle joua aussi un rôle important dans la chute du Chah d’Iran car tous les cadres de la révolution iranienne se sont entraînés dans les camps du Fatah, que ce soit les Fedayin ou les Moudjahidin du peuple iranien.

Lors de mon séjour à Beyrouth, je travaillais à l’agence Wafa et j’écrivais dans des journaux palestiniens et libanais. J’étais passé du statut de lecteur de presse à celui de contributeur régulier des journaux et il me fallait recevoir une formation professionnelle. Le journaliste libanais Joseph Samaha m’ouvrit, pour ce faire, les portes du journal Al-Safīr mais je n’allais pas jusqu’au bout de la formation car j’étais très engagé dans la revue Filisṭīn Al-Thawra. Cet hebdomadaire était animé par d’excellents journalistes ayant des arrière-plans professionnels variés. Il concurrençait les autres revues libanaises, pas seulement parce qu’il reflétait au plus près l’actualité palestinienne, mais parce qu’il était aussi une source pour l’actualité arabe, voire internationale. Malheureusement, cette expérience journalistique a pris fin avec l’invasion israélienne du Liban en juin 1982. Lorsque j’y repense maintenant, je me dis que l’expérience de Beyrouth – politique, culturelle et humaine – ouvrit la voie qui m’a conduit à ce que je suis aujourd’hui. Elle constitua la première étape de mon parcours professionnel dans la presse.

Comment est née l’idée de créer Al-Yawm al-sābi‘ et pourquoi cette revue a-t-elle été publiée à Paris ?

En quittant Beyrouth, l’OLP avait perdu le centre principal à partir duquel se déployait son action médiatique, dont l’importance était même supérieure à celle du secteur militaire. De fait, et sans vouloir amoindrir le rôle du volet militaire, l’information constituait le moteur essentiel de la cause palestinienne et Yasser Arafat lui accordait une attention toute particulière. La bataille de 1982 fut à la fois militaire et médiatique. Je me rappelle d’une journée d’août 1982 dans Beyrouth Ouest, qui avait été vidée de ses habitants à la suite de bombardements israéliens provenant de tous côtés, depuis les batteries maritimes, les avions et l’artillerie concentrée dans le secteur du Musée, afin de provoquer le maximum de destruction, de faire pression sur la population et d’éliminer des dirigeants palestiniens. Le facteur psychologique jouait un rôle essentiel et si Arafat n’était pas apparu, ce jour-là, dans le quartier Fakahani, il était sûr qu’Israël aurait remporté cette manche. Mais il arriva inopinément sur le coup de midi aux bureaux de l’agence Wafa, accompagné de Ziad Abd al-Fattah, le directeur de l’agence. Il convoqua le responsable de l’information extérieure, Mahmoud Al-Labadi, qui vint avec des journalistes étrangers. Arafat entreprit une tournée d’inspection dans le quartier Fakahani sous les bombardements israéliens et, en à peine un quart d’heure, arrivèrent environ 200 journalistes travaillant pour les plus grandes chaînes de télévisions américaines, britanniques et françaises. Ainsi, Arafat gagna-t-il la bataille ce jour-là, même si cela était contraire à la tournure que prenait la guerre sur le plan militaire.

Les services officiels de l’information palestinienne se transportèrent de Beyrouth à Chypre et à Tunis. Arafat ressentit le besoin de créer un autre organe d’information sous la forme d’un hebdomadaire au ton professionnel et mesuré qui paraîtrait à Paris. C’était d’abord une décision politique et le gouvernement socialiste français de l’époque l’avait approuvée. Le premier numéro d’Al-Yawm al-sâbi‘ fut donc publié en octobre 1983 par une équipe de journalistes arabes professionnels qui comprenait aussi des écrivains et des intellectuels de renom, tels que Mohamed Abed Al-Jabiri, Chaker Mustafa, Hasan Hanafi, Salah Ahmad Ibrahim, Mahmoud Darwich, Emile Habibi, Samih Al-Qasim, Anouar Abdelmalek, Hicham Djaït.

La revue Al-Yawm al-sābi‘ a constitué une nouvelle école pour le journalisme arabe émigré, dont les financements provenaient des régimes arabes et de leurs rivalités. Elle bénéficiait, quant à elle, d’une marge certaine de liberté, ce qui lui permettait de couvrir l’ensemble du monde arabe. Elle donnait une place importante à la culture, aux enquêtes et aux articles d’opinion, en satisfaisant à des critères d’indépendance et de professionnalisme absents du reste de la presse arabe émigrée. La rubrique opinion, qui fait la force et l’identité d’un journal pour ses lecteurs, la distinguait particulièrement. Al-Yawm al-sābi‘ a réussi à constituer un espace de dialogue pour le Maghreb et l’Orient arabe, pour des penseurs arabes éminents et aux orientations différentes comme l’Égyptien Hasan Hanafi et le Marocain Mohamed Abed Al-Jabiri. Elle a ouvert ses pages à la correspondance littéraire, comme celle entre les poètes Mahmoud Darwich, depuis la Palestine, et Samih Qasim, depuis Israël, publiant ainsi un dialogue sur la situation palestinienne pareille à une orange coupée en deux moitiés. Les pages culturelles de la revue occupaient aussi une place importante, notamment pour rendre compte de la culture de ce qui constituait, à l’époque, les périphéries du monde arabe, à savoir la Mauritanie et les pays du Golfe. On peut vraiment avancer que, pour la première fois, un échange culturel véritable avait lieu entre le Maghreb et le Machrek. Les cultures étrangères étaient aussi présentes dans la revue, notamment celle de l’Amérique du Sud dont la situation politique pouvait alors rappeler celle du monde arabe.

Le choix de Paris pour publier la revue renvoie à plusieurs raisons. La capitale française représentait alors une localisation importante pour la presse arabe émigrée et de nombreux titres hebdomadaires y étaient publiés, tels que Al-Mustaqbal, Kull al-‘Arab, Al-Waṭan al-‘arabī, Al-Ṭalī’a, Al-Afkār…Les autorités françaises garantissaient une certaine marge de liberté et protégeaient les périodiques qui avaient été visés par des attentats commandités par des régimes arabes, dont Al-Yawm al-sābi‘ qui avait reçu des menaces du régime syrien. Le professionnalisme et la liberté d’expression étaient ce qui importait aux autorités françaises, en dépit du fait que certains périodiques étaient financés par des régimes arabes pour en attaquer d’autres. Al-Yawm al-sābi‘ jouissait d’un crédit certain auprès de celles-ci car l’hebdomadaire ne participait pas aux luttes interarabes. Il suivait une orientation éditoriale visant à former une opinion publique arabe et internationale solidaire de la cause palestinienne après l’évacuation des forces de l’OLP de Beyrouth et à constituer un support médiatique professionnel et original se distinguant de la presse arabe mercenaire. Le gouvernement français entretenait alors de bons rapports avec l’OLP, qu’il avait aidée lors des sièges de Beyrouth et de Tripoli. Le Président Mitterrand avait reçu pour la première fois Yasser Arafat au Palais de l’Élysée en 1988. Tout cela entrait dans le cadre de la politique de la France qui entendait jouer un rôle particulier pour le règlement de la question palestinienne. En outre, Paris, en tant que capitale politique et culturelle, jouissait d’un statut particulier auprès des Arabes et des Palestiniens.

Quel a été le rôle de cette presse dans la formation d’une nouvelle génération de journalistes arabes et quels ont été les sujets que vous avez traités en priorité ?

Pour ma part, ce fut ma première expérience professionnelle au sein d’un hebdomadaire et avec les responsabilités qui m’incombaient, et cela était aussi le cas pour d’autres journalistes tels que les journalistes libanais Samir Kassir et Pierre Abi Saab. D’autres journalistes importants y ont aussi travaillé, dont Bilal Hasan qui était directeur de la publication, Joseph Samaha, le directeur de la rédaction, Faysal Jalloul, Khamis Khayati, Jean Deguy, Abdallah Iskandar, Ibrahim Al-Ariss, Issa Makhlouf, Al-Bahi Mohamed, etc. Tous ont joué un rôle important dans la presse arabe et les titres qui ont été créés après Al-Yawm al-sābi‘ ont été influencés par cet hebdomadaire, jusqu’à en voler le nom comme c’est le cas d’un site électronique égyptien relevant de ce qu’on appelle la presse de caniveau. Al-Yawm al-sābi‘ n’avait pas de souci de financement, au contraire de nombreux autres périodiques arabes, et cela lui conférait une marge plus grande de liberté pour décrypter la situation politique arabe sans prendre en considération les lignes rouges de la presse arabe. Je me souviens ainsi, qu’en juin 1986, j’ai écrit, depuis Tunis, un article sur la lutte pour la succession de Habib Bourguiba qui a provoqué mon expulsion du pays. Le Premier ministre de l’époque, Mohamed Mzali, se plaignit auprès de Yasser Arafat, qui résidait alors à Tunis. La plainte de Mzali était motivée par le fait que mon enquête rapportait que ce dernier représentait la partie la plus faible face au courant de Wasila Bourguiba, l’épouse du Président. Il attendait que Yasser Arafat intervienne auprès d’Al-Yawm al-sābi‘ mais sa réponse fut que l’hebdomadaire était indépendant et que la preuve en était qu’il publiait même des articles critiques contre lui, qui assurait pourtant son financement. Je mentionnais dans mon article que Mzali n’occuperait pas longtemps son poste de Premier ministre et, de fait, il cessa de l’être un mois après sa parution : Rachid Sfar lui succéda, et il dût fuir la Tunisie pour aller en France via l’Algérie. Un autre exemple me vient à l’esprit. C’est lorsque le Premier ministre israélien Shimon Peres visita le Maroc et que l’hebdomadaire critiqua les autorités marocaines en dépit du fait que Bilal Hasan avait la nationalité marocaine et que l’hebdomadaire était enregistré sous son nom en France et en tant que citoyen marocain. Bien que le régime ait été irrité par cette prise de position, le Maroc ne prit aucune mesure contre la revue.

Je voudrais apporter quelques éclaircissements concernant mon expulsion de Tunisie. Plusieurs des informations que j’avais rapportées dans mon article sur la succession de Bourguiba avaient déjà été mentionnées dans la presse tunisienne et j’avais obtenu des renseignements complémentaires de la part de mon ami Éric Rouleau, alors ambassadeur de France en Tunisie, que j’avais connu à Beyrouth lorsqu’il était journaliste. Il m’avait reçu dans son bureau à l’ambassade de France. Lors de mon expulsion, un agent de la sûreté de l’aéroport de Tunis m’a offert, de son propre chef, de passer des appels téléphoniques aux personnes de mon choix. J’ai ainsi effectué plusieurs communications avec le bureau de Yasser Arafat et j’ai appelé Éric Rouleau ainsi que Bilal Al-Hasan à Paris. J’ai appris, en marge de cet événement, que Mzali souhaitait que je sois expulsé vers la Syrie et l’ambassadeur palestinien, Hakam Ballawi, avait exprimé son accord même si je n’avais pas de passeport syrien et travaillais dans une revue dont le siège était à Paris. Le bureau de Yasser Arafat intervint cependant pour que je sois expulsé vers Paris. L’agent de la sûreté de l’aéroport ne se conduisit pas avec moi comme avec une personne bannie du pays mais exprima sa solidarité en me permettant de prendre le dernier avion pour Paris le dimanche 6 juin 1986. La police française n’était pas au courant de mon expulsion et me garda dans une salle de transit jusqu’au matin. Je me rappelle y avoir regardé le match entre l’Irak et le Mexique lors du mondial de football, qui se tenait alors au Mexique. Dans la matinée, trois agents des services de renseignement français se présentèrent et me posèrent une seule question : « Est-ce que mon article contenait une critique contre Habib Bourguiba ? » Lorsque je leur répondis que mon texte ne concernait pas directement le Président tunisien mais traitait du problème de sa succession, ils cessèrent de m’interroger. Pendant ce temps, l’ambassadeur Éric Rouleau avait envoyé un télégramme et Ibrahim Souss, le délégué de l’OLP à Paris, avait téléphoné. La sûreté de l’aéroport se comporta avec moi avec un grand respect, jusqu’à me proposer de me conduire au siège de la revue ! À la suite de cet incident, je fus interdit de séjour en Tunisie jusqu’à la chute de Ben Ali en 2011. J’y retournai en septembre 2014 pour réaliser un entretien avec le Président Moncef Marzouki. J’entrai dans le pays avec mon passeport français et non avec le passeport sud-yéménite qui était en ma possession lors de mon expulsion. Ce fut l’occasion de retourner dans un pays qui occupe une place particulière dans ma vie car j’y ai vécu après mon départ de Beyrouth en 1982.

J’appris ensuite, par le biais de Hani Al-Hasan, que Yasser Arafat se rendit chez Mzali le jour suivant mon expulsion, qui correspondait au premier jour de la fête de la rupture du jeûne. Hani Al-Hasan, Farouk Kaddoumi et Hakam Ballawi l’accompagnaient lors de cette visite. Ils trouvèrent Mzali très en colère contre l’article et Arafat avait tenté de le calmer en lui disant que la revue exprimait même des critiques contre lui.

Al-Yawm al-sābi‘ représenta pour moi une étape essentielle dans ma vie de journaliste. Je couvris plusieurs dossiers d’importance, tels que la question palestinienne, le Yémen, la guerre Iran-Irak, la Tunisie, l’Algérie et la Syrie. En raison de mes rapports étroits avec la direction palestinienne, je disposais d’un accès privilégié à des sources d’information précieuses. Parmi les entretiens que je réalisais avec Yasser Arafat, l’un d’eux possède une valeur particulière car il a été conduit pendant la guerre des camps en 1985, en compagnie de Bilal Al-Hasan et Mahmoud Darwich. Il eut lieu dans le bureau d’Arafat à Tunis et dura de deux heures du matin jusqu’à l’aube. La publication de cet entretien suscita des tensions avec plusieurs parties arabes.

Concernant le Yémen, je me suis spécialisé sur le Yémen du Sud et j’ai notamment couvert les événements du 13 janvier 1986, lorsque le conflit a éclaté entre le Président Ali Nasser Mohamed et la tendance du parti socialiste dirigé par Abd al-Fattah Ismaël, ainsi que les négociations et la proclamation de l’unité le 22 mai 1990, à laquelle j’assistais dans la salle Palestine à Aden. J’ai voyagé avec la délégation yéménite de Sanaa à Bagdad pour couvrir le sommet arabe qui s’est tenu dans cette ville fin mai 1990. La délégation était dirigée par le Président Ali Abdallah Saleh et son vice-Président Ali Salem Al-Bid. Durant la guerre Iran-Irak, je me suis rendu plusieurs fois sur la ligne de front côté irakien, notamment lors de batailles décisives, dont celle de l’Est de Bassora et la libération d’Al-Faw en avril 1988. J’ai alors publié un article intitulé « Al-Yawm al-sābi‘ est témoin de la dernière bataille de la guerre Iran-Irak ». Une semaine après, Saddam Hussein recevait le journaliste égyptien Hussein Mohamed Hasanayn Haykal qui déclara, après la rencontre, que la guerre entre l’Iran et l’Irak était terminée. Peu après, l’Ayatollah Khomeini accepta le cessez-le-feu qui mit fin à la guerre, le 8 août 1988.

Mais, pour diverses raisons financières, administratives et politiques, Al-Yawm al-sābi‘ ne dura pas longtemps et cessa de paraître en janvier 1991.

Qu’avez-vous fait après la disparition d’Al-Yawm al-sābi‘ ?

Je fus engagé, depuis Paris, par la revue hebdomadaire Al-Shurūq que le journal Al-Khalīj avait relancée et qui palliait le vide laissé par la disparition des hebdomadaires Al-Yawm al-sābi‘, Kull al-‘Arab et Al-Mustaqbal. Al-Shurūq disposait de la même marge de liberté culturelle et politique que le journal Al-Khalīj. Son premier numéro fut publié en mai 1992 avec en couverture le Président yéménite Ali Abdallah Saleh. Cela suscita des réactions indignées dans le Golfe car le Yémen avait soutenu l’invasion du Koweït par l’Irak et était, de ce fait, frappé d’ostracisme sur le plan journalistique. Cet entretien n’avait pas été improvisé mais avait été mûrement préparé par Tarim Omran, le directeur d’Al-Khalīj, qui voulait jeter un pavé dans la mare et initier un dialogue avec les pays rangés dans le camp de l’Irak. Il est à noter que les autorités officielles ne prirent pas ombrage de la publication de cet entretien. Ainsi, le Cheikh Zayed Bin Sultan, le Président des Émirats arabes unis, fit une déclaration appelant à une réconciliation avec le Yémen.

J’ai travaillé comme correspondant d’Al-Shurūq en Europe et dans le monde arabe pendant plusieurs années. J’ai couvert différents sommets internationaux, européens et arabes et j’ai continué à suivre l’actualité européenne, maghrébine et yéménite. J’ai notamment été un observateur attentif du conflit yéménite, qui connut son acmé en avril 1994 avec la guerre que déclara Ali Abdallah Saleh contre le Sud. À partir de 2000, j’ai réparti mon activité professionnelle entre l’hebdomadaire Al-Shurūq et le quotidien Al-Khalīj, puis je me suis progressivement consacré à la presse quotidienne. J’ai ainsi expérimenté une nouvelle forme de journalisme, axée sur l’actualité. Cela est très différent de la presse hebdomadaire, plus exigeante sur le plan des enquêtes, des entretiens et de la collecte des informations. Dans les colonnes d’Al-Khalīj, j’ai présenté chaque mois, en plusieurs épisodes, un livre venant de paraître et j’ai publié des entretiens politiques et culturels. J’ai aussi rédigé des articles d’investigation sur les pays européens, la plupart sur la France. Mon enquête sur « Le vote arabe dans les élections présidentielles françaises » fut couronnée du prix du Club de la presse politique de Dubaï en 2008. C’était la première fois qu’un journaliste de ce quotidien recevait ce prix. Mon enquête de terrain avait duré environ trois semaines et l’article fut publié en quatre volets de deux pages chacun en mai 2007 après l’élection de Nicolas Sarkozy. Il fut aussi remarqué en France et en Europe car il était le premier article d’investigation à traiter de ce sujet. J’ai travaillé une vingtaine d’années pour le quotidien Al-Khalīj ; il s’agit de mon expérience professionnelle la plus longue et aussi la plus riche quant à la diversité des sujets traités. Elle m’a ainsi permis d’approfondir ma connaissance des classes politique européennes et françaises et de nouer de nombreuses relations personnelles dans les milieux de la presse et de la culture notamment.

Par la suite, j’ai travaillé pour le journal libanais Al-Akhbār durant une courte période en raison de mon amitié avec son fondateur, le journaliste Joseph Samaha. J’ai assumé la responsabilité de son service arabe et international à la fin de l’année 2010. L’accord conclu avec le directeur de la publication, Ibrahim Al-Amin, prévoyait que je devais préparer une équipe pour publier un nouveau périodique, intitulé Al-Akhbār al-‘arabī, mais les événements du Printemps arabe sont venus perturber le projet et j’ai démissionné d’Al-Akhbār en août 2011 en raison de son soutien au régime syrien.

Pouvez-vous revenir sur votre relation avec le Yémen et sur l’expérience de Barīd al-Janūb ?

Ma relation avec le Yémen a commencé pendant mes études universitaires. J’ai fait la connaissance de plusieurs étudiants yéménites à l’Université de Damas. Ils étaient originaires du Sud et du Nord Yémen. Le hasard a voulu que, dans l’immeuble que j’habitais, dans le quartier Al-Tijara, mes voisins étaient deux étudiants yéménites. L’un était Hamid Al-Saqqaf, venant de Sanaa et inscrit à la faculté de commerce. Il me fit ensuite connaître son frère Zayn qui devint le président de l’Union des écrivains yéménites au début des années 1990. L’autre était Saïd Abduh Ghanem, originaire de Hodeïda. Nous avons peu à peu brisé la glace et je me suis finalement retrouvé à vivre au milieu d’une grande famille yéménite. Les étudiants du Yémen avaient en effet pour habitude de vivre en groupe et il arrivait que plus de vingt personnes occupent un appartement. Alors que Hamid était calme et timide, Saïd était bruyant et ne cessait de théoriser sur tout. Les deux étaient cultivés, ouverts, très amicaux et hospitaliers. Nous avons ainsi vécu dans le même immeuble pendant deux ans et notre relation s’est poursuivie après leur retour au Yémen. Je suis aussi resté ami avec d’autres étudiants yéménites. À Beyrouth, une délégation du Yémen du Sud a fait une formation à l’agence Wafa. Il y avait parmi eux Marouf Haddad du journal 14 Octobre qui couvrit la guerre de 1982 à Beyrouth. Grâce à ces connaissances yéménites, j’ai aussi connu d’autres étudiants, qui sont ensuite entrés dans les cercles gouvernementaux au Sud et au Nord. Lorsque je suis allé à Aden pour la première fois, je ne m’y sentais pas du tout étranger et j’en savais même déjà beaucoup sur la ville. Je me rappelle d’Abdallah Al-‘Oud, l’ambassadeur du Yémen du Sud à Beyrouth, qui m’avait présenté à plusieurs responsables politiques, dont Abdallah Al-Ashtal, le représentant yéménite auprès des Nations unies, et Mohamed Abd al-Qawi, le ministre de l’Information qui fut emprisonné après les événements de janvier 1986. Je suis allé lui rendre visite en prison à Aden et j’ai contribué à sa libération.

Mon premier voyage au Yémen du Sud se déroula fin 1982 avec une délégation de journalistes palestiniens envoyée depuis Tunis pour participer à la célébration du déclenchement de la révolution palestinienne. Nous étions près de 90 personnes et le seul passeport que nous avions était un document sur lequel nos noms avaient été inscrits de manière manuscrite. Dans l’avion, le dirigeant palestinien Salah Khalaf (Abou Iyad) voyageait avec nous. Nous fîmes une escale de deux heures à l’aéroport de Djeddah avant d’atterrir à Aden où, à la différence de l’Arabie saoudite, le contrôle sécuritaire fut des plus modestes. Nous fûmes logés sur une base maritime près d’une plage portant le nom d’Arthur Rimbaud.

J’étais à la tête de la délégation de la presse et, le premier jour, nous avons visité une école où je rencontrais le représentant du journal 14 Octobre auquel je dis : « Nous sommes venus au Yémen, notre deuxième pays. » Le gardien de l’école, un homme simple, me corrigea en disant : « Le Yémen est ta première patrie, tu es un Arabe, et ton origine est yéménite. » Cette parole me fit une forte impression et, depuis ce jour, je me suis comporté comme si le Yémen était ma première patrie sans que personne ne trouve à y redire. Durant cette visite, on nous offrit des passeports sud-yéménites et j’utilisais ce document jusqu’à ce que Ali Abdallah Saleh décide de l’annuler en raison de ma prise de position contre la guerre de 1994 qu’il avait déclenchée contre le Sud.

Après cette visite à Aden, qui m’ouvrit les portes du Sud, je me rendis à Sanaa en septembre 1983 pour assister à la célébration de la révolution du 26 septembre au Nord. Ce fut l’occasion de connaître Sanaa, l’autre capitale yéménite, et de faire connaissance avec son milieu culturel, qui se retrouvait dans le salon du poète Abd Al-Aziz Al-Maqaleh. Je me rendis compte que l’atmosphère culturelle de Sanaa était un peu plus ouverte que celle d’Aden grâce notamment à la présence d’enseignants arabes à l’université. Je ne retournais plus à Sanaa jusqu’à la proclamation de l’unité en 1990, mais mes visites à Aden se poursuivirent. Je revins notamment en août 1986 et je fus le premier journaliste à entrer dans le pays après la guerre de janvier. Je ressentis un grand choc quand, dans la matinée, je fis un tour en ville et découvris l’ampleur des destructions qu’avait causé la guerre d’un mois qui avait mis aux prises deux tendances du Parti socialiste. À travers mes entretiens avec des responsables politiques, je pris conscience que le pays avait perdu une grande partie de son crédit et s’était grandement affaibli alors qu’il avait connu une expérience unique dans le monde arabe. Il était cependant résolu à surmonter les ravages de la guerre, et surtout à réaliser une réconciliation interne pour dépasser les divisions partisanes et tribales. Durant cette visite, j’ai noué des liens avec plusieurs dirigeants, tels que Ali Salem Al-Bid, l’homme fort du Parti et de l’État, Haydar Al-Attas, le Président de la République, Salem Saleh Mohamed, le deuxième homme fort du Parti, Yassin Saïd Numan, le Premier ministre, Jarallah Omar, le théoricien et l’intellectuel, Sultan Ahmed Omar, le dirigeant de l’opposition nordiste, Saleh Abou Bakr Bin Husaynoun, le ministre du Pétrole, Khaled Al-Hariri, l’intellectuel progressiste et le brillant expert, sans compter de nombreux écrivains, journalistes et intellectuels. Je retournai à Aden, deux ans après, en septembre 1988, et je constatais que beaucoup avait été fait pour dépasser les conséquences négatives de la guerre. Les responsables étaient résolus à suivre la voie d’une ouverture politique et économique et à réaliser l’unité yéménite pour exploiter en commun les ressources pétrolifères qui avaient été découvertes dans une zone frontalière entre les deux pays. Le ministre du Pétrole, Bin Husaynoun, conduisait les négociations avec le Nord sous l’égide d’Ali Salem Al-Bid qui me déclara, lors d’une rencontre, que la seule solution pour résoudre les problèmes du Yémen était l’unité et que l’on devait commencer par le pétrole qui, au lieu de déclencher une guerre entre le Sud et le Nord, serait un facteur d’union. Je couvris ces négociations sur l’exploitation partagée du pétrole avec Bin Husaynoun, puis les négociations sur l’unité qui se déroulaient alternativement à Aden et à Sanaa. Un accord de principe fut trouvé entre Ali Salem Al-Bid et Ali Abdallah Saleh en novembre 1989 à Aden, connu sous le nom de l’accord du tunnel de Gold Mohur. Après cela, le travail des comités mixtes s’accéléra et, en février 1990, un accord final fut conclu, dont les textes fournirent la base pour une période intérimaire de deux ans.

Au Nord, le principal opposant au projet d’unification des deux pays était Abdallah Hussein Al-Ahmar, le cheikh suprême des tribus Hached, et Abd al-Majid Al-Zandani. Ils représentaient une force très importante au Nord, le premier en raison de son pouvoir tribal, et le second en raison de son influence parmi les islamistes. Ils entretenaient aussi une relation étroite avec l’Arabie saoudite, qui avait initié des contacts avec les dirigeants du Sud pour les inciter à renoncer au projet d’unification. Mais Ali Salem Al-Bid et Ali Abdallah Saleh décidèrent de poursuivre leur marche en avant et ne cédèrent pas aux pressions internes et aux sirènes saoudiennes. Lorsque la date du 22 mai 1990 fut arrêtée pour la proclamation de l’unité, elle ne fut pas annoncée officiellement pour ne pas susciter de réactions de la part des opposants. J’assistais donc à la proclamation dans la salle Palestine à Aden et il n’y avait aucun autre représentant de la presse étrangère. Nous attendîmes plusieurs heures l’arrivée d’Ali Abdallah Saleh dans une atmosphère pesante, qui ne fut détendue que par la présence de Yasser Arafat. Celui-ci joua un rôle de conciliateur et prononça un discours qui reçut un écho positif. La proclamation se fit sans accroc et nous partîmes à Sanaa. Commença alors une nouvelle étape de l’histoire du pays, qui se conclut tragiquement lors de la guerre de 1994.

L’hebdomadaire Barīd al-Janūb fut créé après cette guerre et l’éviction des organes du pouvoir de la partie sudiste. Ali Salem Al-Bid souhaitait présenter le point de vue sudiste par rapport à l’unité et à la guerre déclenchée par une coalition réunie autour d’Ali Abdallah Saleh. Le conflit fit voler en éclats le système de partenariat politique mis en place par les accords de l’unité. Les dirigeants sudistes qui avaient conclu l’unité avaient été exclus du pouvoir et cela signifiait le retour à la situation antérieure. De là est née « la question sudiste » avec pour objectif de défendre les droits de la partie sudiste, tandis que la partie nordiste, victorieuse, se comportait comme si le Sud était devenu un butin de guerre. De fait, les propriétés de l’État sudiste ont été confisquées et le secteur public privatisé, tandis que les alliés nordistes se partageaient les propriétés et résidences des responsables sudistes.

Les Sudistes ressentaient l’impérieuse nécessité de disposer d’un organe d’information qui présente leur point de vue. Des hommes d’affaires sudistes, en contact avec Ali Salem Al-Bid, se cotisèrent pour financer un hebdomadaire de 16 pages, dont le premier numéro fut publié à Londres en 1995. La revue reçut un bon accueil de la part des Sudistes et des Nordistes qui avaient pris position contre la guerre et qui étaient partisans d’une réforme du projet d’unité. Cela n’était pas contradictoire avec l’existence d’une question sudiste, basée sur la défense des droits des Sudistes dans l’État unifié, sachant que le Yémen du Sud représentait les deux tiers du territoire et un tiers de la population, sans parler des ressources pétrolières et gazières. La revue attira de nombreux journalistes et écrivains yéménites, comme l’intellectuel Abou Bakr Al-Saqqaf qui développa dans ses colonnes sa notion de « colonialisme intérieur » et dont les écrits conférèrent à l’hebdomadaire une valeur particulière. Le périodique publiait aussi, chaque semaine, des pages culturelles, que dirigeait le journaliste et écrivain syrien Sobhi Hadidi.

Le journal avait une forte présence sur la scène yéménite et 2 000 exemplaires environ étaient diffusés chaque semaine en Grande-Bretagne, un chiffre supérieur à celui de la diffusion du quotidien Al-Sharq al-awsat, et ce en raison de l’importance de la communauté yéménite émigrée et de son attachement aux affaires du Sud. L’hebdomadaire suivait une ligne éditoriale modérée et dénonçait l’imposition de l’unité par la force et dans le sang. Il faut se rappeler que le cheikh Abdallah Al-Ahmar avait déclaré que la guerre de 1994 avait eu pour but « de ramener la branche à la racine » et ainsi justifié l’occupation du Sud. Barīd al-Janūb a réussi à devenir une source d’information de référence parmi les élites yéménites et arabes et pour les milieux diplomatiques en lien avec le dossier yéménite. Il fut distribué, de manière régulière, en Égypte, en Tunisie, au Maroc, au Liban, et de manière plus erratique aux États-Unis et dans certains pays du Golfe. Il y avait environ 1 000 abonnements, provenant de toutes les parties du monde. Sa crédibilité et sa réputation faisaient que nombre de ses articles étaient reproduits dans la presse du monde arabe.

Barīd al-Janūb cessa de paraître, dans sa formule originale, en 2000 en raison de la fin des financements. Il continua de paraître sous la forme d’un bulletin consacré au Yémen, rédigé par de jeunes yéménites. Ce périodique a joué un rôle important dans la vie politique yéménite en mettant en avant la question sudiste, un thème devenu essentiel au Yémen, en promouvant le dialogue pour une réforme du processus de l’unité et en liant ce projet au renforcement du pluralisme et de la démocratie. On peut en retrouver une trace dans les programmes des partis d’opposition de la Rencontre commune, dans la création d’un rassemblement des militaires sudistes retraités et dans le Mouvement sudiste qui débuta en 2007 et qui constitua les prémices de la révolution de la jeunesse yéménite en février 2011 dans la vague des Printemps arabes.

Pourquoi Londres a-t-elle remplacé Paris comme capitale de la presse arabe en Europe ? Comment avez-vous commencé à travailler pour le journal Al-Araby al-jadeed et quel rôle y avez-vous joué ?

La création de journaux arabes à Paris et à Londres s’est réalisée à des périodes rapprochées, dans la deuxième moitié des années 1970. La première raison en a été le déclenchement de la guerre au Liban en 1975, qui a contraint certains journalistes à quitter le pays et à créer des journaux et des revues à Paris, tels que An-Nahar al-‘arabī wal-duwalī, Al-Mustaqbal, Al-Waṭan al-‘arabī. Ensuite, le quotidien Al-Sharq al-awsat a été fondé à Londres en 1978, puis le journal Al-‘Arab. Paris était attractif pour la presse arabe car elle pouvait y bénéficier de facilités accordées par les autorités politiques et parce que la plupart des journalistes étaient francophones. La question de la langue a joué un rôle important dans le choix entre Paris et Londres. Lorsque le journaliste libanais Nabil Khouri a créé Al-Mustaqbal à Paris, le journaliste syrien Riad El-Rayyes lançait Al-Manar à Londres car il avait une culture anglophone. Il avait étudié à Cambridge et vécu en Grande-Bretagne. Paris se différenciait de Londres par la présence de communautés qui suivent la presse publiée à l’extérieur, tandis qu’à Londres il y avait une présence ancienne de gens du Golfe. À Paris, ce public s’est formé plus tardivement, après la création de l’Institut du monde Arabe au milieu des années 1980, sous l’égide de François Mitterrand qui avait perçu l’importance de la culture et de l’information pour le rapprochement avec le monde arabe.

Poussés par les difficultés financières, plusieurs journaux retournèrent à Beyrouth, comme Al-Mustaqbal, acheté par Rafic Hariri, et dont la parution devint celle d’un quotidien. La revue Al-Waṭan al-‘arabī se transporta au Caire et Al-Yawm al-sābi‘ et Kull al-‘Arab cessèrent de paraître en 1991, au début de la première guerre menée par les États-Unis contre l’Irak. Il faut ici mentionner la différence des règlementations entre Paris et Londres pour ce qui concerne la publication des périodiques et la création d’entreprises de presse. Elles sont beaucoup plus souples en Grande-Bretagne où l’obtention d’une autorisation officielle n’est pas exigée. De fait, le gouvernement britannique ne s’ingère dans les affaires de la presse que pour des questions ayant trait au droit du travail et aux impôts, alors qu’en France, il est possible d’être contacté par un service officiel afin d’arrêter de critiquer une personnalité ou un gouvernement d’un pays ami de la France. Il ne s’agit pas d’une pression directe mais plutôt indirecte pour faire passer le message que la situation est embarrassante et que des plaintes ont été reçues de la part de telle ou telle partie qui considère que la France doit jouer son rôle de protectrice.

Je ne livre pas un grand secret quand je révèle que nous avions pensé au début publier Al-Araby al-jadeed à Paris. Lorsque nous avons approfondi le sujet, nous avons décidé de nous tourner vers Londres, où étaient déjà édités des journaux tels que Al-Sharq al-awsat et Al-Hayat. Les raisons de ce choix étaient motivées par la présence d’une imprimerie arabe et d’entreprises de distribution capables de faire parvenir les journaux dans les pays européens dans des délais acceptables. En France, le secteur de la distribution de la presse est le monopole d’une seule entreprise, qui n’a pas la capacité véritable de diffuser en-dehors de l’Europe.

Mon rôle dans la création d’Al-Araby al-jadeed a été essentiel puisque j’ai été parmi les premières personnes à qui M. Azmi Bishara s’est ouvert de ce projet fin 2012, qu’il a conçu et créé, et ce fut une chance et un honneur de travailler avec lui. Je me suis consacré à la réalisation de ce projet à partir de février 2013 et j’ai contribué fortement à définir l’identité du journal et la composition de son équipe. À sa parution, j’occupais le poste d’adjoint au directeur de la publication puis, deux ans après, j’en dirigeais la rédaction pour une période de deux ans, avant d’être nommé directeur de la rédaction de la chaîne TV Syria en mai 2019, à Istanbul. Travailler dans une télévision a représenté une expérience radicalement différente de ce que j’avais connu jusque-là car c’était la première fois que je travaillais dans l’information télévisuelle. Cette expérience, qui a duré deux ans, fut riche et pleine d’enseignements. J’ai en fait appris un autre métier, totalement différent du journalisme de la presse écrite.

Je voudrais ici m’arrêter sur un point important qui concerne les raisons qui ont poussé M. Azmi Bishara à créer Al-Araby al-jadeed. Lorsque je l’ai rencontré, fin 2012, il me fit donc part de son intention de fonder un quotidien papier et un site d’information actif 24h/24. Il s’était rendu compte qu’il n’existait pas d’organe d’information qui couvrait, de manière professionnelle, les événements du Printemps arabe et selon une ligne éditoriale qui soutienne les révolutions arabes en promouvant les valeurs de la démocratie et des droits de l’homme et en combattant l’occupation, le racisme et le confessionnalisme. Il fut plus facile de construire le site d’information que de créer le journal quotidien, que nous avons voulu différent, de grande qualité sur la forme et le contenu. Nous avons ainsi suivi le modèle des grands journaux internationaux, tels que The New York Times, The Guardian et Le Monde, et nous avons opté pour le modèle de la presse magazine pour publier non pas de l’information brute mais des données traitées et vérifiées. Nous avons aussi donné une grande place aux rubriques politique, culture et opinion avec une équipe de journalistes provenant de l’ensemble du monde arabe. Cette conception du journal a suscité maintes réactions au sein de l’opinion publique et des milieux rivaux, et constitue sa force jusqu’à aujourd’hui.

Après Beyrouth, Tunis, Paris et Londres, vous avez poursuivi votre parcours dans le journalisme avec la chaîne de télévision Syria TV à Istanbul. Vous êtes donc passé de la presse écrite à la presse audiovisuelle. Pourriez-vous nous expliquer les raisons qui ont poussé à la création de Syria TV et rendre compte de votre expérience à Istanbul ?

Je n’ai pas participé à la création de Syria TV, que j’ai rejointe au milieu de l’année 2019. Cette chaîne a été créée en 2016, sur décision de M. Azmi Bishara, qui préside le conseil d’administration de Fadaat Media, dont elle est la seule entreprise médiatique spécialisée dans un seul pays, la Syrie, alors que ses autres médias ont un caractère panarabe et sont destinés à l’ensemble du monde arabe. La raison de cette spécialisation renvoie à la spécificité de la question syrienne, à la guerre dévastatrice conduite contre la révolution et le peuple syriens. M. Azmi Bishara considérait que la question syrienne méritait un traitement à part. Il y avait, en outre, un grand nombre de journalistes syriens réfugiés en Turquie. Rassembler ces énergies et ces compétences dans un seul projet médiatique pouvait aussi satisfaire grandement à l’intérêt général dans un contexte de dispersion et d’exil forcé dont le régime syrien porte la responsabilité.

Il faut reconnaître que cette chaîne a suscité de nombreuses campagnes contre elle, venant de différents secteurs, certaines provoquées intentionnellement par le régime syrien, la Russie ou l’Iran, et d’autres émanant de jugements erronés sur son rôle. La chaîne est aujourd’hui bien installée dans le paysage télévisuel arabe et possède une audience à la fois syrienne et arabe. Elle est en effet devenue une source d’information essentielle sur l’actualité syrienne et dispose d’une équipe de correspondants qui couvrent une grande partie des territoires syriens et des pays où les Syriens se sont réfugiés. Son site électronique fait partie des meilleurs sites d’information et d’analyse sur la question syrienne. La chaîne propose des émissions hebdomadaires de grande valeur telles que « La Syrie aujourd’hui », qui analyse les coulisses de l’actualité, et l’émission sur la mémoire syrienne, qui documente la mémoire politique à travers des entretiens avec des personnalités qui ont été acteurs ou témoins des événements.

Mon expérience à Syria TV diffère de mes autres expériences professionnelles qui m’ont fait passer aussi bien par l’activité de grand reporter que par celle de directeur de rédaction. C’est la première fois que je travaille dans un milieu majoritairement syrien alors que toutes mes expériences antérieures se sont déroulées dans des milieux arabes, que ce soit à Al-Yawm al-sābi‘, au journal Al-Khalīj, à Barīd al-Janūb, à Al-Akhbār ou à Bayt al-chi‘r. Mon travail à Syria TV m’a permis de tirer profit de toute l’expérience professionnelle accumulée dans la presse, que ce soit comme rédacteur ou comme organisateur, et les témoignages exprimés par mes collègues lors de mon départ de la chaîne en juin 2021 m’ont confirmé que cela avait été plutôt bénéfique. Les deux ans passés à Syria TV m’ont fait connaître de nombreux professionnels des médias syriens, libanais, palestiniens, qui ont enrichi mon expérience professionnelle et humaine. Cette chaîne est en passe de devenir un média complet, en plus de posséder un statut unique dans le paysage télévisuel syrien. L’enjeu essentiel aujourd’hui est qu’elle continue à se développer pour poursuivre son travail de décryptage et d’analyse de la question syrienne, qui nécessite des médias sérieux et crédibles.

Je dois reconnaître que je n’ai jamais été totalement en harmonie avec mon travail dans le secteur télévisuel ni avec le contenu des émissions de télévision de manière générale. J’ai cependant découvert, à travers cette expérience, que mes préventions résultaient de mon ignorance complète de ce que pouvait apporter l’écran télévisuel. Le contenu est ce mot magique qui ouvre les portes au journaliste, qui différencie la réussite de l’échec, et, durant mon travail à la télévision, j’étais responsable du contenu, et notamment de ce qui sortait chaque jour de la salle de rédaction comme journaux télévisés et émissions politiques. Finalement, cette expérience nouvelle à Syria TV a été une source d’enrichissement et de satisfaction sur le plan professionnel.

Mon séjour à Istanbul a laissé en moi des traces profondes et, comme le disait Mahmoud Darwich au sujet de Tunis, je ne guérirai jamais de mon amour pour Istanbul. Cette expérience fut différente de mes expériences antérieures sur les plans professionnel et humain et, même si je n’ai pu connaître véritablement la ville en raison du peu de temps que me laissait le travail, j’ai été fasciné par Istanbul où les cultures se sont succédé et coexistent, et dont le quotidien se déploie dans un espace vaste et généreux. Il me faudra y revenir pour plonger dans son passé archéologique et culturel, et pour combler le désir de tout écrivain de transformer sa fascination en témoignage littéraire.

  • 1 Après deux ans passés à Istanbul comme directeur de la rédaction de TV Syria, Basheer Al-Bakr a réi (...)

Je voudrais relever, pour finir, que la Palestine a toujours été au cœur de mon parcours professionnel, politique et culturel. Mon itinéraire a été marqué par quatre personnalités palestiniennes de premier plan qui sont Yasser Arafat, Mahmoud Darwich, Bilal Al-Hasan et Azmi Bishara. Il se poursuit aujourd’hui par mon implication professionnelle dans le groupe Fadaat qui possède Al-Araby al-jadeed, TV Syria et le site électronique Al-Modon1.

Haut de page

Notes

1 Après deux ans passés à Istanbul comme directeur de la rédaction de TV Syria, Basheer Al-Bakr a réintégré Al-Araby al-jadeed durant l’été 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Mermier et Basheer Al-Bakr, « Basheer Al-Bakr, itinéraire d’un journaliste syrien dans la presse panarabe »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 152 | 2022, 207-226.

Référence électronique

Franck Mermier et Basheer Al-Bakr, « Basheer Al-Bakr, itinéraire d’un journaliste syrien dans la presse panarabe »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18930 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18930

Haut de page

Auteurs

Franck Mermier

CNRS (IRIS), Paris, France ; franckmermier[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Basheer Al-Bakr

Journaliste au quotidien Al-Araby al-jadeed

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search