Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUEEntretien avec Mme Fatna Ziani, c...

PREMIERE PARTIE : DOSSIER THEMATIQUE

Entretien avec Mme Fatna Ziani, chargée de collections pour le domaine arabe, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC, Paris)

Entretien réalisé par Diana Cooper-Richet
Diana Cooper-Richet et Fatna Ziani
p. 227-232

Texte intégral

1Fatna Ziani a fait ses études à l’Université Sorbonne Nouvelle. Elle s’est ensuite orientée vers la documentation et la bibliothéconomie, d’abord au sein du service commun de la documentation de cette même université, avant de se former à la gestion des fonds et au catalogage, notamment à Mediadix. En 2009, elle est entrée à la Bibliothèque de l’Orient et du Monde arabe de la Sorbonne Nouvelle où elle s’est initiée à la bi-écriture et à la gestion des fonds en langues orientales. Après avoir réussi le concours de bibliothécaires, en 2015, et suivi une formation à l’ENSSIB (École nationale des sciences de l’information et de la bibliothéconomie), elle a été recrutée l’année suivante comme chargée des collections du domaine arabe à la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC).

Combien de titres de périodiques en arabe y-a-t-il dans les collections de la BULAC ?

Il y a près de 465 périodiques en arabe à la BULAC, cela comprend aussi bien des périodiques totalement en arabe que d’autres bilingues ou multilingues.

Parmi ces titres, combien ont été ou sont encore publiés en France ? Combien à Paris, combien en province ? Dans quelles régions ?

Il y a une vingtaine de périodiques publiés en France, majoritairement à Paris, sauf deux : Al-Shuhra [La Renommée. Revue arabe illustrée], publiée à Angers à partir de 1888 par un éditeur inconnu, et Al-Tafāhum [La Compréhension], publiée à partir de 1942, par un éditeur anonyme, à Vichy. Ces périodiques sont presque tous morts. Leur publication a parfois changé de format : par exemple, la revue pédagogique Al-Mukhtārāt de l’Institut du monde arabe a été éditée sur papier de 1987 à 2016, avant de devenir une revue électronique. Certains périodiques ont été publiés de manière irrégulière ou ont changé de périodicité avant de disparaître définitivement. Enfin, il y a des périodiques qui ont été édités simultanément en France et au Moyen-Orient, ou à Chypre.

À partir de quelles années et comment ces journaux sont-ils entrés dans les collections de la BULAC (dépôt légal, dons, autres) ?

Les périodiques arabes édités en France ont commencé à entrer dans ce qui est devenu plus tard la BULAC dès le xixe siècle. Ils sont le plus souvent arrivés par le biais de dons au moment de leur parution ou peu de temps après. Il a parfois été très difficile, voire impossible, de retrouver les noms des donateurs dans les registres de la bibliothèque. Ils sont majoritairement le fait de dons des éditeurs, des rédactions des périodiques ou des universités et centres de recherche. Des dons ont aussi été faits par le service des échanges internationaux de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Ensuite, soit l’envoi des numéros s’est poursuivi avec plus ou moins de régularité – ce qui explique l’état lacunaire des collections (qui est le plus fréquent) –, soit la BIULO (Bibliothèque des langues orientales, autrement dit la bibliothèque de l’INALCO), l’un des neuf établissements fondateurs du groupement d’intérêt public BULAC, s’est abonnée.

De quels types de périodiques s’agit-il ?

La périodicité de ces publications est très variée : il y a des mensuels, des bimensuels, des hebdomadaires, ainsi que des trimestriels devenant, par la suite, bimestriels ou semestriels. Au xixe siècle, ils sont le plus souvent mensuels ou bimensuels. Leur parution pouvait être assez irrégulière faute de financements ou en raison des autres activités qui occupaient les rédacteurs.

Leurs formats diffèrent également. S’ils se répartissent entre in-quarto, in-octavo et in-folio, c’est le premier format qui est le plus utilisé. Les périodiques les plus anciens sont centrés sur la politique et l’actualité. Les plus récents sont, le plus souvent, scientifiques et pluridisciplinaires, couvrant des domaines très divers des sciences humaines, comme l’histoire, la philosophie, la linguistique, la littérature et la critique littéraire, la science politique, les sciences économiques et sociales, le droit et l’étude de l’islam.

Parmi les périodiques conservés à la BULAC, il y a des périodiques égyptiens du xixe siècle publiés en France, tels que : Jarīda Abū Naẓẓārāt [Journal de l’homme aux lunettes], édité à Paris de 1877 à 1910 sous différents autres noms ; ou bien Abū Al-Hawl [Le Sphinx], journal égyptien publié à Paris à partir de 1880 par l’imprimerie Lefebvre, passage du Caire, qui publiait une grande partie des journaux égyptiens, notamment les journaux lithographiés, mais le nom de l’éditeur est inconnu ; mais également des publications plus récentes comme Āfāq ‘Arabiyya [Horizons arabes], mensuel publié à Paris entre 1969 et 1977, traitant de l’immigration arabe en France ; Al-Badīl [L’alternative ou Le Changement], périodique algérien publié à Paris à partir de 1984 ; enfin, Al-Waṭan Al-‘Arabī [Le monde arabe], périodique hebdomadaire libanais nationaliste, panarabe et pro-irakien, fondé en 1977 à Paris, transformé en site électronique en 2013. Ces journaux traitent tous de politique dans le monde arabe et les pays occidentaux.

Tous ces titres ont-ils été publiés en France ?

Oui, tous ces titres ont été publiés en France. Voici, de manière un peu détaillée, quelques périodiques possédés par la BULAC :

Al-Huqūq [Les droits], publié à Paris à partir de 1880 par un éditeur anonyme, est un hebdomadaire politique gratuit, dont la BULAC conserve 23 numéros publiés en 1880 et 1881.

Le périodique Ru’ā [Visions], publié à Paris à partir de 1999, traite de l’Islam et de son histoire, en Europe et dans les pays arabes.

Al-Baṣā’ir [Les connaissances] est une revue trimestrielle sur le patrimoine oriental, publiée à Paris, à Chypre, en Syrie et au Liban de 1985 à 1994. Elle publie « toute étude et recherche qui a trait au patrimoine culturel oriental en général, d’une façon objective, analytique et critique ». Elle est éditée par l’Union culturelle en France, basée à Paris.

Al-Waḥda [L’Unité], publié de 1984 à août 1993 (date du dernier numéro en dépôt légal à la BnF, par le Conseil national de la culture arabe à Paris), traite de la civilisation arabe.

Majalla Bārīs, [La Revue de Paris], édité par la Société « Orient » d’études et de publications de 1957 à 1964, est un mensuel « grand public », centré sur l’actualité des pays et personnalités arabes à Paris et en France.

Parmi les publications trimestrielles, signalons :

Fikr [Pensée], publié à Paris par les éditions Al Fikr à partir de 1984, qui est une revue d’études et de recherches politiques.

Al-Muntaqā [Le Favori], publié à Paris par le Centre d’études et de documentation islamique, de 1983 à 1990 (date du dernier numéro déposé à la BnF). Plurilingue, il a pour sous-titre : Courrier de l’Islam, pour l’unité des musulmans, pour une meilleure connaissance de la pensée islamique. Il traite d’islamologie.

Al-Bāhith [Le chercheur] est un périodique culturel bimestriel édité à Paris par la Société orientale scientifique d’édition et de presse de 1978 à 1984. En 1985, il devient trimestriel. La BULAC ne possède que les fascicules des années 1978 et 1979. Les thèmes d’étude sont la littérature, la philosophie, la civilisation et la sociologie arabes.

Les Cahiers d’études arabes et islamiques, publié à Paris par l’Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III de 1976 à 1977, est arrivé par don du service des échanges internationaux de la BnF. Il présente des articles en arabe et en français qui traitent de linguistique et de littérature arabes.

Signalons enfin Al-Yawm al-Sābi‘ [Le Septième Jour], édité à Paris par Nouvelle Andalousie entre 1983 et 1991. Cet hebdomadaire traite de la vie politique et culturelle dans les pays arabes. La BULAC conserve les numéros des années 1984 et 1985. Notons que la BnF a reçu un dernier numéro en 1991.

Quelles périodes couvrent-ils ?

La plupart de ces périodiques traitent, au moment de leur parution, de l’actualité contemporaine. Tout comme les périodiques égyptiens de la seconde moitié du xixe siècle, ils sont le plus souvent des instruments politiques utilisés par leurs rédacteurs exilés en France ou ailleurs en Europe.

Ainsi, Al-Naẓẓārāt Al-Miṣriyya [Les lunettes égyptiennes], édité à Paris de 1879 à 1880, est un journal qui traite des actualités égyptienne et ottomane, ainsi que de l’actualité française de l’époque. Ce périodique a pour titre l’un des douze titres successifs du journal Jarīda Abū Naẓẓārāt. La BULAC possède également les autres titres de ce journal, dont Al-Tawaddud-Sympathisons, un très beau périodique mensuel en français et en arabe, relié et illustré en couleurs, publié de 1888 à 1903 à Paris. Il traite de « Lettres-Science-Commerce » selon son sous-titre. En effet, les articles abordent la vie culturelle et politique en France et à l’étranger au xixe siècle.

Les périodiques plus récents, notamment les publications universitaires et des centres de recherche, sont pluridisciplinaires et couvrent tous les domaines de la civilisation arabe.

Quelle est la spécificité de la collection des périodiques en arabe de la BULAC par rapport à d’autres bibliothèques ?

L’ancienneté et la richesse du fonds arabe à la BULAC sont exceptionnelles. La bibliothèque a été créée à l’époque de la fondation de l’École des jeunes de langues en 1669, sous Colbert et Louis XIV. En 1873, elle a été absorbée par l’École spéciale des langues orientales, fondée en 1795, puis elle a été nommée Institut national des langues et civilisations orientales en 1971. La BULAC conserve donc des documents collectés depuis le xviie siècle. Ce sont souvent des numéros de périodiques anciens en excellent état, reliés et valorisés par la bibliothèque lors d’expositions ou de journées d’études et de recherche. Son catalogue comporte plus de 460 périodiques papier, mais également de très nombreux périodiques en ligne et des bases de données en langues occidentales et vernaculaires très utiles pour les étudiants et chercheurs orientalistes, tels que Brillonline, Eastview, E-Ma’rifa, Jstor, Persée, OpenEdition, etc.

La BULAC possède-t-elle des collections uniques de périodiques qui ne se retrouvent pas dans d’autres bibliothèques ?

Oui, comme ces périodiques étaient édités en France, la BULAC possède des documents que seule la BnF conserve, ce qui confère une grande rareté à ces collections.

La BULAC est ainsi, avec la BnF, la seule bibliothèque universitaire à posséder les numéros parus en 1888 et 1889 de Al-Shuhra [La Renommée]. Ce journal bimensuel illustré est centré sur la vie culturelle et politique, mais traite aussi des relations entre pays colonisateurs et pays colonisés. Par exemple, au sommaire du numéro 11, on trouve des articles sur les économies des pays colonisés du Maghreb, un bulletin politique, une partie linguistique et une bibliographie orientale, ainsi qu’une œuvre littéraire, « Sous le Voile », roman de mœurs arabes de M. S. Bistany. Il y est annoncé que le prochain numéro « donnera le portrait de M. Massicault, ministre résident de Tunisie ». Enfin, des gravures représentant des personnalités et des lieux du Maghreb illustrent la revue.

La BULAC est également l’une des rares bibliothèques à posséder quatre numéros encore en parfait état, parus entre septembre 1879 et mars 1880, du périodique lithographié Al- Naẓẓārāt Al-Miṣriyya [Les lunettes égyptiennes] édité à Paris par Ragueneau. Il s’agit de l’un des douze titres successifs de Jarīda Abū Naẓẓārāt [Le Journal de l’homme aux lunettes], que la BULAC possède également, un journal fondé par Yaʽqūb Ṣannūʽ (1839-1912), un journaliste et nationaliste juif égyptien, pionnier du théâtre égyptien, qui s’exila en France après l’interdiction de son journal par le Khédive Ismaïl Pacha. En effet, dès la fin des années 1870, tout journal critique envers le pouvoir et les Britanniques – l’Égypte était alors sous influence britannique – pouvait être suspendu, d’où l’apparition d’une « presse égyptienne de l’exil ». Original et d’une grande longévité pour l’époque, ce journal a été publié plus ou moins régulièrement de 1877 à 1910, d’abord en arabe, puis en arabe et en français à partir de 1885. Premier journal arabe satirique illustré, il comporte de nombreuses caricatures et illustrations en couleurs ou en noir et blanc. Ses changements de titre avaient pour objectif de contourner la censure égyptienne et de permettre au journal d’atteindre le lectorat égyptien. Il a été reproduit en fac-similé sous format électronique par la maison d’édition Dar Sader à Beyrouth.

La bibliothèque conserve également un numéro, en excellent état, d’Abū Al-Hawl [Le Sphinx] de septembre 1880, donné par un donateur dont la trace n’a pas été conservée. Il constitue un très beau vestige de la presse égyptienne en exil en France au xixe siècle. Les pages de ce périodique ont certainement été rédigées à la main par un calligraphe.

La BULAC possède aussi les numéros d’un périodique particulier, Al-Tafāhum [La Compréhension]. Ce journal bimensuel illustré, lancé par le célèbre islamologue français Charles Pellat (1914-1992) en 1942 à Vichy, était un outil de propagande. Le nom de son éditeur est inconnu. L’objectif du service des Affaires musulmanes de Vichy, qui employait Charles Pellat et recevait ses ordres du récent Comité des affaires musulmanes présidé par l’historien Lucien Romier (1880-1944), très proche collaborateur du maréchal Pétain, consistait à surveiller l’état d’esprit des populations musulmanes installées sur les territoires encore contrôlés par Vichy et à aider le régime à élaborer une véritable politique musulmane. Ce périodique, comme d’autres institutions du régime de Vichy, visait avant tout à exalter la grandeur de la patrie et les vertus d’un ordre colonial présenté comme un facteur de paix et de prospérité.

Ces collections attirent-elles de nombreux lecteurs, notamment des chercheurs et étudiants de l’étranger ?

Avec les fonds turc et persan, le fonds arabe est l’un des trois grands fonds historiques de la BULAC. Leurs collections sont consultées par les étudiants et chercheurs de l’INALCO, des autres universités françaises, ainsi que par des chercheurs du monde entier. Même si, d’une manière générale, les périodiques sont moins consultés que les monographies, leur rareté, leur disparition en format papier et leur spécificité justifient la venue de chercheurs étrangers pour les consulter, même si cela ne s’est que rarement produit depuis l’ouverture de la BULAC en 2011.

Quelle est aujourd’hui la politique d’achat de la BULAC pour les périodiques en arabe ?

Aujourd’hui, les périodiques en arabe sont surtout édités dans les pays arabophones. Je travaille donc avec notre fournisseur égyptien, Leila Books, pour prendre et renouveler les abonnements de la bibliothèque. Il propose régulièrement des listes de nouveaux périodiques, parmi lesquels sont choisis des titres scientifiques pertinents dans les domaines étudiés par les étudiants et chercheurs arabisants. Les abonnements aux périodiques vivants sont renouvelés chaque année, que ce soit sous format papier ou numérique. Par ailleurs, dans le but de compléter les collections de la bibliothèque, la BULAC procède à l’achat rétrospectif de numéros manquants quand cela s’avère possible. Les abonnements aux bases de données en arabe et en langues occidentales sont renouvelés chaque année et la BULAC teste régulièrement de nouvelles plateformes pour les proposer ensuite, si elles sont satisfaisantes, aux lecteurs de la bibliothèque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diana Cooper-Richet et Fatna Ziani, « Entretien avec Mme Fatna Ziani, chargée de collections pour le domaine arabe, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC, Paris) »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 152 | 2022, 227-232.

Référence électronique

Diana Cooper-Richet et Fatna Ziani, « Entretien avec Mme Fatna Ziani, chargée de collections pour le domaine arabe, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC, Paris) »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 152 | 2022, mis en ligne le 20 décembre 2022, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/18993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.18993

Haut de page

Auteurs

Diana Cooper-Richet

Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
diana.cooper-richet[at]uvsq.fr

Fatna Ziani

Chargée de collections pour le domaine arabe, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC, Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search