Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154SECONDE PARTIEContrechampsLes Frères musulmans en Europe, e...

SECONDE PARTIE
Contrechamps

Les Frères musulmans en Europe, entre fantasmes et réalité

Interview de François Burgat réalisée par Sylvie Denoix et François Siino pour la REMMM, mai 2023 
François Burgat

Notes de la rédaction

La rubrique « Contrechamp » a pour vocation d’accueillir des textes sur le champ des études que couvre la Remmm, celui des sciences sociales portant sur les mondes arabes et musulmans.  « Contrechamp » car la prise de vues se voudrait réalisée non pas dans le sens des études que nous promouvons par ailleurs, mais dans celui d’un regard réflexif sur les travaux, les institutions, les acteurs à l’œuvre dans ce champ, ceci avec une certaine profondeur historique (lire la suite…).

Texte intégral

Les Frères musulmans font l’objet, en France particulièrement, de représentations pour le moins empreintes d’émotion. Pourriez-vous nous expliquer pourquoi ?

1En France, tout particulièrement, la connotation et la sonorité émotionnelles produites par la référence aux « Frères musulmans » sont en effet extrêmement négatives. Devant d’autres interlocuteurs que le petit nombre de ceux qui en ont une connaissance scientifique et donc rationnelle, une simple référence à leur existence ou à leur activité fait surgir des voix exogènes, revendicatives, sectaires qui s’élèvent des scènes musulmanes, aussi bien extérieures que, pire, internes à nos sociétés occidentales.  

  • 1 Sari Hanafi, « Pourquoi la laïcité française n’est-elle plus exportable ? », Billet de blog. Les ca (...)

2Sur l’intellect d’un très grand nombre d’acteurs des scènes médiatiques ou politiques, une telle référence a en réalité, un effet opacifiant voire incapacitant. Il convient donc de comprendre pourquoi et, pour ce faire, de décrypter les fondements d’une telle répulsion. Il se trouve qu’une telle approche peut en réalité se passer de la référence à ce lexique « islamique » qui affecte la sérénité des observateurs concernés. À mon sens, la fracture française ou européenne avec les « Frères musulmans » passe en effet ailleurs que le long de la rivalité entre deux dogmes religieux. Au cœur des tensions générées par les affirmations de l’« islamisme » ou du « frérisme » en France, je ne perçois ni la banale rivalité entre les dogmes (l’Islam venant concurrencer, de surcroît sur ses terres cette fois, et non comme au temps de la colonisation sur celles des musulmans, le vieux monopole du dogme chrétien) ni même la résistance à la très spécifique laïcité française sous sa forme révolutionnaire « excluante »1. J’y vois beaucoup plus globalement l’écho de la revendication formulée par la quatrième ou la cinquième génération de la descendance… des colonisés. Si on fait le recensement des membres de cette substantielle minorité de la population française que l’appellation de « frériste » a vocation à discréditer, c’est très indiscutablement cette réalité qui apparaît. La revendication des descendants des colonisés, relativement banale eu égard à l’histoire coloniale, parfaitement légitime, est double. Ils réclament d’abord l’application effective des droits individuels ou collectifs inhérents à leur insertion dans le tissu national français. Au terme d’une trajectoire qui est absolument indissociable des dynamiques coloniale et décoloniale, ils demandent ensuite le droit de participer à l’écriture de l’histoire de la relation entre la France et le terroir de leurs ancêtres. Si ces descendants sont, comme c’est le cas de la majorité d’entre eux, issus de sociétés de culture musulmane et ne veulent pas renier radicalement leurs racines, ils seront discrédités au nom de leur « islamisme ». On les stigmatise aujourd’hui comme autant de « fréristes ». Mais il est éclairant de noter que s’ils sont originaires d’une société de culture autre que musulmane, le regard dominant les disqualifiera tout autant en tant que « racialistes » cette fois.

  • 2 Voir le compte de Tweeter : Rafik Chekkat@r_chekkat.

3« À chaque fois qu’on me qualifie de “frère musulman”, écrit Rafik Chekkat, avocat militant fondateur du site islamophobia.fr, je demande quels sont les éléments à l’appui de cette affirmation. Et 9 fois sur 10, on me répond (...) qu’étant donné que je tiens un discours critique, je dois certainement être un FM. On l’aura compris, le “frérisme” n’est rien d’autre que le nouveau stigmate pour accuser, disqualifier et marginaliser toute parole dissidente venant de personnes musulmanes ou de leurs alliés de gauche. »2

4Si, à cette lumière-là, on décrypte le sens caché de la question récurrente de savoir si « les Frères musulmans existent encore », alors je dirais : pour que la réponse ait une certaine crédibilité scientifique, il faut que la question posée le soit dans ce cadre plus large que je viens d’esquisser. Et donc s’abstraire de focaliser strictement l’attention sur telle ou telle expression organisationnelle du courant stigmatisé et criminalisé. La vraie question devient donc : les profonds contentieux nés au sein de la société française ou à sa périphérie de la phase de colonisation/décolonisation du monde musulman appartiennent-ils au passé, comme le voudraient la doxa médiatique et la classe dirigeante ? Si tel est bien le fond de cette question, j’ose alors donner une réponse péremptoirement négative : les réminiscences en tous genres de la fracture coloniale font plus que jamais partie de la plus brûlante actualité nationale et régionale de la France. Et donc, avec elles, de toutes les formes de réaction, y compris celles qui se manifestent à travers d’une part la mobilisation du lexique « frériste » et, d’autre part, sa criminalisation. 

Qu’est-ce qui fait que cet unanimisme « anti-Frères » englobe presque toute la gauche ? Comment se fait-il que Le Canard enchaîné évolue désormais, sur ce terrain, sur la même ligne que Le Figaro ou Valeurs actuelles ?

5C’est une question essentielle. En peu de mots, pour user d’un exemple que j’estime particulièrement parlant, je dirais que les gauches françaises ont accepté qu’en Amérique latine des adeptes de la « théologie de la libération » concilient leur foi religieuse avec un engagement politique et que cela ne les empêche pas de demeurer respectables au regard des critères les plus universels. Mais ils n’ont pas su faire le même effort vis-à-vis des acteurs politiques du monde musulman. Le bruyant petit groupuscule du Printemps républicain et la gauche vallsiste représentent l’aile la plus radicale de ce rejet émotionnel. Mais, dans leur profondeur, les autres strates de la gauche n’ont pas une posture substantiellement différente. Le logiciel qui permettrait de réconcilier la gauche avec les acteurs de l’islam politique, ou avec les associations musulmanes françaises et européennes luttant sur le simple terrain de l’intégration citoyenne, n’a trouvé son équivalent que dans une toute petite frange politique, trotskyste d’abord, écologiste ensuite éventuellement, voire chrétienne (avec l’association italienne San Egidio), qui a entrepris depuis plusieurs années d’opérer cette jonction/réconciliation. Mais pour les piliers de la gauche laïciste, c’est le temple du vieil anticléricalisme, dont le Canard enchaîné est l’un des gardiens intransigeants, qui tient lieu d’inamovible référence. L’appartenance religieuse musulmane est donc traitée en politique comme l’a été l’Église par les révolutionnaires de 1789 : comme obstacle de principe et absolu, incompatible avec toute forme de modernisation politique. Or, dans le contexte de la décolonisation, le rôle de l’appartenance musulmane dans les identités politiques du « Sud » ne saurait en aucun cas être assimilé à celui d’accessoire de l’absolutisme monarchique qu’a été l’Église catholique sous l’ancien régime. Elle recèle au contraire une dimension banalement identitaire dont la mobilisation dans le monde musulman, dans ce contexte décolonial de rejet de l’hégémonie culturelle occidentale, joue un rôle absolument central et loin d’être seulement négatif. Lorsque, en portant un voile, une femme musulmane affirme son « islamité », elle le fait certes pour des raisons religieuses intimes mais également en direction de son environnement non-musulman, comme une affirmation identitaire que l’anticléricalisme viscéral des anciens du Canard échoue complètement à entre-apercevoir. Le malentendu est ravageur. En politique étrangère, c’est lui qui permet de discréditer la résistance palestinienne sous prétexte qu’elle serait trop « islamique ». En politique intérieure, c’est lui qui permet de disqualifier les revendications des Français qui luttent pour affirmer leur citoyenneté, sous prétexte qu’ils ne veulent pas dissocier leur combat de l’affirmation de leur croyance religieuse.   

Maintenant que le cadre est posé, quel est l’impact véritable des Frères musulmans en Europe ?

  • 3 Brynjar. Lia, « Hasan al-Banna et la fondation des Frères musulmans » in Histoire des mobilisations (...)

6Il y a deux façons de répondre à cette question. Il faut d’abord, avant de le quantifier, proposer une évaluation « qualitative » réaliste de la portée potentielle d’un tel impact. Comme je viens de tenter de le faire, il faut donc extirper l’image des Frères musulmans du carcan de caricature dans lequel elle demeure à ce jour enfermée. Pour ce faire, il faut premièrement rappeler la centralité et la relative banalité du rôle historique de la Confrérie parmi les musulmans d’Europe, eu égard aux conditions de sa naissance en Égypte3. Comme l’a récemment et très utilement rappelé Olivier Hanne, un chercheur à la fois très proche du terrain de l’islam de France mais qui se décrit lui-même comme « peu suspect d’empathie islamo-gauchiste » :

  • 4 Olivier Hanne, « Accuser le conservatisme musulman de frérisme permet de ne pas traiter le fond du (...)

« (...) les Frères ont représenté dans les années 1990 la seule structure intellectuellement solide du champ musulman français, ce qui explique pourquoi de nombreux acteurs de l’islam français ont été marqués par la confrérie. Leurs formations étaient complètes, leurs intervenants pertinents, leur enracinement dans les traditions historiques musulmanes clair et assumé 4».

7Cette constatation n’a pas, tant s’en faut, perdu de sa pertinence. À cela près que si la principale structure de regroupement des « Musulmans de France », qui a longtemps organisé par exemple l’impressionnant rassemblement du Bourget (<https://www.musulmansdefrance.fr/​>), traditionnellement associée au courant des Frères musulmans, se reconnait bien dans leur héritage intellectuel, il n’existe pas et n’a jamais existé de lien organisationnel ou de subordination la rattachant à leur organisation internationale, ou a fortiori celle des Frères égyptiens. Ce courant a été, rappelons-le, réalistement reconnu comme fréquentable et légal en France, notamment par Nicolas Sarkozy, au sein du Conseil français du culte musulman (CFCM). En politique étrangère, rappelons également que, depuis les déclarations d’Alain Juppé en avril 2011 à l’Institut du monde arabe, au lendemain du Printemps arabe, les partis « islamiques », selon la terminologie que le ministre avait employée sur suggestion de ses conseillers (le terme étant apparu comme moins clivant que celui d’« islamiste »), sont tous devenus  -- à l’exception du Hamas palestinien – des interlocuteurs légitimes des diplomates français. Et que, depuis lors, tous les gouvernements ont banalement interagi aussi bien avec le gouvernement co-dirigé par Ennahda en Tunisie qu’avec celui de l’Égyptien Mohamed Morsi.

8Le second niveau de réponse est celui cette fois de l’évaluation… quantitative de l’impact de ce courant associatif, à la fois dans mais également hors de France. Le premier volet consiste à souligner que, depuis leur éviction du pouvoir et la terrible répression qui s’est abattue sur eux, les founding fathers égyptiens, logiquement considérés comme le moteur de l’organisation, traversent sans surprise une crise profonde. Des militants déconcertés par la répression ont entrepris de chercher d’autres modes d’action, aussi bien d’ailleurs en direction de la radicalisation jihadiste que dans celle du désengagement de tout activisme politique. 

9En exil à Istanbul, la direction de la Confrérie s’est fracturée en deux tendances qui sont entrées en tension notamment sur la gestion des avoirs des Frères hors d’Égypte. Cette crise s’incarne dans la querelle de succession : depuis sa prison, le guide suprême des Frères musulmans nomma, pour lui succéder, Mounir Ibrahim qui était alors le secrétaire général adjoint de l’Organisation internationale des Frères. Depuis leur exil, principalement depuis Istanbul, un groupe d’exilés, dénonçant cette ingérence de l’organisation internationale dans le destin des Frères égyptiens a échoué à faire invalider cette nomination par un vote. Les perdants du scrutin, conduits par Mahmoud Hussein, se sont depuis lors autonomisés de l’organisation. Lors du décès récent de Mounir Ibrahim, Abdelhaq Salah a pris sa suite.  

10Mais l’essentiel de ma réponse est sans doute ailleurs : malgré les succès évidents de la répression menée ici et là, sous le leadership plus ou moins explicite des Émiratis, des Saoudiens et des Égyptiens, par la contre-révolution arabe, puissamment soutenue par les Occidentaux et, bien sûr, par Israël, sur toutes les scènes électorales extra européennes ayant conservé un peu de crédibilité, l’influence de ces courants fréristes (non rattachés organiquement aux Frères mais inspirés par leur expérience historique) reste très significative, potentiellement majoritaire. C’est le cas aussi bien dans les rangs des musulmans européens, et donc français, que dans ceux des électeurs du monde arabe. Il n’est donc pas possible de démontrer que, comme le voudrait le wishfull thinking de trop d’observateurs, ce courant ait subi un reflux tel qu’il permette de signer un quelconque « échec » et encore moins une quelconque disparition. Depuis la victoire de Moqtada Sadr en Irak aux législatives de 2018 jusqu’à celle du Hizbollah (fût-ce dans un contexte libanais très spécifique) ou le scrutin tunisien de 2019, pour ne rien dire bien sûr de la résilience de Recep T. Erdogan aux présidentielles et aux législatives de mai 2023, dans des contextes nationaux fondamentalement différents, les tenants du courant central de « l’islam politique » sont bel et bien sortis régulièrement en tête des scrutins post-printaniers. La meilleure preuve de leur résilience réside d’ailleurs dans cet acharnement obsessionnel que déploient à leur encontre tous les défenseurs régionaux de l’ordre autoritaire arabe avec le soutien – en partie seulement clientéliste – que leur accordent leurs marchands d’armes occidentaux. Mieux que quiconque, les dirigeants autoritaires arabes savent que – bien davantage que leurs rivaux salafistes, plus faciles à instrumentaliser – et, bien sûr, que les gauches particulièrement affaiblies, ce sont bien les militants de ce courant « frériste » médian et légaliste qui constituent la première menace démocratique à la pérennité de leur règne.

  • 5 Mediapart, 1er mars 2023 « Une fuite de données révèle l’ingérence des Émirats en France » <https:/ (...)
  • 6 Nabil Ennasri, La montagne des accusations et la souris de la réalité, Middle East Eye édition fran (...)

11 Le second volet de cette évaluation quantitative de la présence des Frères pourra apparaître comme contradictoire, ou, à tout le moins, contre-intuitif : malgré leur capacité à résister à la répression et à préserver leur assise oppositionnelle dans le monde musulman, en Europe, leur force de communication ou d’influence – d’autres diraient de « pénétration » ou d’« infiltration » – est étonnamment faible aussi bien dans l’opinion publique qu’a fortiori dans le tissu institutionnel. Tel est bien le paradoxe de la récente (et nième) campagne contre leur supposée infiltration des institutions européennes. Ou contre leur ambition supposée d’y implanter rien moins qu’un califat islamique. L’exagération de leur influence est en fait systématique. Prenons un exemple empirique parmi d’autres : les affirmations contenues dans un ouvrage paru sous le titre Qatar papers sous la plume de deux journalistes français, à la fois très largement diffusé et prolongé par des émissions de grande diffusion et dont la traduction en anglais et en arabe a bénéficié d’un financement des Émirats5. Les auteurs, Christian Chesnot et Georges Malbrunot ont en effet tenté d’imposer l’idée que le Qatar avait établi une emprise financière et idéologique (celle de la tendance frériste que l’émirat est réputé soutenir) sur l’entièreté de « l’islam de France ». Un examen attentif de ces accusations a permis de montrer que le soutien financier du Qatar n’avait en réalité bénéficié qu’à moins de 2 % des lieux de culte musulmans en France ! Et, bien évidemment, rien n’a permis de démontrer que cette influence limitée avait la moindre portée « radicalisante » sur ses bénéficiaires.6 

12Accessoirement, on notera que, comme l’a révélé Mediapart, se demandant si cela ne pose pas « un problème déontologique » : « les deux journalistes ont touché personnellement (...) une partie de l’argent versé par CRP (Countries Report Publishing), alors qu’ils soupçonnaient que les fonds venaient des Émirats ».

13Ce lobbying des Frères, qui est fréquemment dénoncé comme aussi puissant qu’il serait « masqué », il se trouve que je puis en parler pour ma part en connaissance de cause. Tout comme les associations musulmanes européennes s’efforcent de dénoncer (à Strasbourg ou à Bruxelles) les mesures de stigmatisation inhérentes à la loi séparatiste française, les Frères égyptiens, pour prendre cet exemple, essaient assez désespérément, d’attirer la sympathie et la solidarité des Européens sur la terrible répression (60 000 prisonniers politiques) dont ils sont la cible depuis 2013. Il se trouve que j’ai été très fréquemment sollicité de m’associer aux efforts de ceux qui sont aujourd’hui stigmatisés comme « fréristes ».

14Il m’est arrivé ainsi notamment de participer, au Club de la presse de Bruxelles, à un évènement organisé par des proches des Frères égyptiens, soucieux de faire attester par des témoins extérieurs, l’ampleur de la répression dont ils étaient les victimes. Je puis témoigner que les organisateurs, ce qui donne une idée de la fragilité de leur ancrage dans la capitale européenne, avaient échoué à remplir une seule des rangées de sièges du public ! À Strasbourg, l’association COJEP, proche de la Turquie, qui m’avait invité en compagnie de deux autres orateurs à témoigner dans l’enceinte du Parlement européen, s’est vue, à la suite d’une réclamation d’un député français du Rassemblement National, retirer brutalement son agrément. 

15Mais même si l’on s’abstrait du strict terrain de leurs expressions organisationnelles, la réponse relative à la popularité des Frères et à leur marge d’influence demeure la même : la capacité de mobilisation de l’opinion publique française ou européenne par la totalité des acteurs associatifs dénoncés comme « islamistes », « fréristes » ou « séparatistes » – ceux par exemple qui ont protesté contre la dissolution du CCIF – est à peu près aussi inexistante que celle des Frères égyptiens stricto sensu.

16C’est bien là, me semble-t-il, que l’on mesure le côté irréel, hors sol, des affirmations péremptoires, massivement relayées par la presse, pas seulement de droite, sur la main mise rampante des adeptes de l’instauration d’un « Califat islamique sur l’Europe ».

17Pour conclure, je voudrais dire ma conviction que la réaction virulente de la société française face aux affirmations citoyennes répétées de sa composante musulmane se nourrit plus vraisemblablement du rejet instinctif de la revendication égalitaire des descendants de ses ex-colonisés que du rejet de… leur religion. Les craintes existentielles générées par cet inexorable rééquilibrage de l’histoire régionale et mondiale constituent un puits de ressources politiques si profond que tout porte à penser que ces tensions ne sont pas près de prendre fin. 

18 Le dernier en date des prurits anti « frériste » n’en est que la plus récente et aussi la plus banale des expressions. Elle manifeste le désarroi relativement prévisible d’une société qui s’entend rappeler, et le vit dans la douleur, qu’elle doit inévitablement sortir du confort de son hégémonie coloniale. Le lexique du désaveu des porteurs de ce rappel (« les Fréristes » pour ne pas avoir à dire « les descendants des colonisés ») masque des réactions qu’il est plus difficile d’exprimer de façon plus explicite. En paraphrasant le grand Edward Saïd, soulignant la véritable fonction politique du terme de « terrorisme », je serais tenté de dire que « le problème, c’est sans doute que le terme (“frériste”) a été créé pour protéger les intérêts des plus forts ».  

Haut de page

Notes

1 Sari Hanafi, « Pourquoi la laïcité française n’est-elle plus exportable ? », Billet de blog. Les carnets de l’IREMAM, 5 mai 2023 <https://iremam.hypotheses.org/7724>.

2 Voir le compte de Tweeter : Rafik Chekkat@r_chekkat.

3 Brynjar. Lia, « Hasan al-Banna et la fondation des Frères musulmans » in Histoire des mobilisations islamistes (xixe-xxie siècle). D’Afghani à Baghdadi, F. Burgat et M. Rey (dirs), CNRS Éditions, 2023, page 93-106.

4 Olivier Hanne, « Accuser le conservatisme musulman de frérisme permet de ne pas traiter le fond du sujet », La Croix, 23 mai 2023, <https://www.la-croix.com/Debats/Accuser-conservatisme-musulman-frerisme-permet-pas-traiter-fond-sujet-2023-05-23-1201268439>.

5 Mediapart, 1er mars 2023 « Une fuite de données révèle l’ingérence des Émirats en France » <https://www.mediapart.fr/journal/france/010323/une-fuite-de-donnees-revele-l-ingerence-des-emirats-en-france>.

6 Nabil Ennasri, La montagne des accusations et la souris de la réalité, Middle East Eye édition française, 23 avril 2019. Consulté le 17 juillet 2023<https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/qatar-papers-la-montagne-des-accusations-et-la-souris-de-la-realite>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Burgat, « Les Frères musulmans en Europe, entre fantasmes et réalité »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 154 | 2023, mis en ligne le 17 juillet 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/19732 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.19732

Haut de page

Auteur

François Burgat

Chercheur retraité associé à l'IREMAM ; Aix-Marseille Univ, Cnrs, Iremam, Aix-en-Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search