Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154SECONDE PARTIELecturesSEURAT Leïla et SFEIR Jihane (dir...

SECONDE PARTIE
Lectures

SEURAT Leïla et SFEIR Jihane (dir.), Écrits politiques arabes : une anthologie du Machrek au Maghreb au xxe siècle

CNRS Éditions, 2022
Sadia Agsous-Bienstein
Référence(s) :

SEURAT Leïla et SFEIR Jihane (dir.), 2022. Écrits politiques arabes. Une anthologie du Machrek au Maghreb au xxe siècle, Paris, CNRS Éditions, 425 p.

Texte intégral

1Écrits politiques arabes. Une anthologie du Machrek au Maghreb au XXe siècle est édité par deux spécialistes des études sur le Moyen-Orient et le Maghreb : Leïla Seurat, chercheuse au Centre arabe de recherches et d’études politiques de Paris (CAREP) et Jihane Sfeir, historienne, enseignante-chercheure à l’ULB et directrice de la Maison des Sciences Humaines (MSH-ULB). Comment aborder la pensée politique arabe contemporaine ? Comment aller au-delà de l’orientalisme qui imprègne la manière dont on aborde l’espace arabe ? Comment aborder l’hétérogénéité de cet espace arabe pour penser et comprendre ses influences historiques et ses fabrications politiques modernes ? Cet extrait de l’introduction nous oriente déjà vers quelques réponses :

« Parler de ‘monde arabe’, c’est s’inscrire, consciemment ou non, dans une tradition orientaliste qui attribue arbitrairement des caractéristiques communes aux sociétés de la région. S’il n’existe pas de critères politiques communs aux pays arabes, il existe pourtant, pour paraphraser Jean-François-Bayart, une interdépendance de leurs univers symboliques. Les mondes arabes contemporains sont en effet traversés par un ensemble de références partagées qui informent les imaginaires politiques : la fin de l’Empire ottoman, les accords de Sykes-Picot, l’établissement de colonies, le maintien de la domination coloniale après les indépendances, les coups d’état militaires, autant d’évènements qui modulent en profondeur les représentations politiques des sociétés de la région. Appréhender le commun dans cet ‘espace arabe et politique’ implique de penser l’articulation de grandes séquences qui viennent bousculer et transformer les imaginaires politiques » (p. 15).

2Cette anthologie propose aux étudiants, aux chercheurs et aux curieux de la région du Maghreb et du Machrek 84 textes (écrits juridiques, discours, articles) produits par divers acteurs de la vie politique arabe dont des hommes issus d’institutions religieuses, des hommes de lettres, des intellectuels, des militants et des dirigeants politiques. Certains textes sont des traductions inédites de l’arabe réalisées par Seurat, M. Babut, R. Beaumont et R. El-Youssef. Cet ouvrage offre une perspective holistique sur la circulation des idées et les mouvements politiques qui ont façonné l’espace arabe au cours du XXe siècle, plus précisément entre les années 1920 et 2000. Les textes choisis couvrent des contextes variés qui incluent les luttes anticoloniales et les combats pour la démocratie dans des situations postcoloniales avec des orientations idéologiques et politiques composites, dont le panarabisme, les mouvements communistes et socialistes et l’islamisme. Cette vision globale que porte l’ouvrage vient combler un manque certain dans la bibliographie en français ; à cet égard, Seurat et Sfeir s’inscrivent dans les pas de certains travaux pionniers qui examinent l’évolution de la pensée et des idéologies arabes depuis la Nahḍa, dont Arabic Thought in the Liberal Age, 1798-1939 d’Albert Hourani (1962), Pensée et politique dans le monde arabe de Georges Corm (2015), The Arab Lefts: Histories and Legacies, 1950s-1970s de Laure Guirguis (2020), ou encore Enlightenment on the Eve of Revolution: The Egyptian and Syrian Debates d’Elizabeth Suzanne Kassab (2019), pour n’en citer que quelques-uns.

3Pour se démarquer des ouvrages cités dans l’introduction, les autrices ont limité la représentation de l’Islam politique, car il est déjà traité dans plusieurs anthologies et, comme elles l’expliquent : « parce qu’il nous semble que l’islamisme est arrivé à un tel niveau de saturation dans les sphères politique et académique qu’il empêche de penser les autres références qui ont elles aussi nourri l’histoire sociale et politique des sociétés de la région » (p. 14). Un autre point central que propose cet ouvrage est le décentrement de cette pensée arabe généralement étudiée à partir du Machrek pour inclure celle produite au Maghreb. En ce sens, le choix d’un plan thématique pour l’organisation des textes est un pari réussi pour « redonner toute leur place aux penseurs et acteurs originaires du Proche-Orient tout en les confrontant avec des auteurs marocains, algériens et tunisiens. » (p. 15).

4Ces écrits, parfois contradictoires et parfois en dialogue, qui émanent du Maghreb (Messali al-Haj, Hassan II ou Said Saadi) ou du Machrek (Hassan al-Bana, Constantin Zureik ou Yasser Arafat) sont organisés en quatre grands sujets : les frontières de l’umma et ses symboles d’identification, l’exercice du pouvoir politique, l’indépendance économique et le développement, les autocritiques. La première partie, « Les frontières de l’umma », rassemble des textes qui élargissent notre compréhension des formes d’identification et de définition de l’umma (terme arabe généralement traduit en français par « communauté » ou « nation »), en montrant le rôle joué par l’intellectuel (muthaqqaf) dans la genèse de cette catégorie. L’umma est un concept non-figé et polysémique. Il est nourri par des expériences qui méritent d’être prises en compte à partir de moments historiques clés. À travers les textes proposés, on comprend que ce collectif est formé par la diversité des conceptualisations du nationalisme arabe (qawmiyya) et la centralité des expériences anticoloniales et anti-impérialistes. Par certains textes on saisit le rôle de la résistance palestinienne qui a permis la redéfinition des modalités d’identification de cette umma après la défaite arabe et palestinienne de 1967 (Naksa) et comment les déçus du nassérisme ont rejoint le projet socialiste révolutionnaire. Existent dans cette définition de l’umma des projections spatiales qui oscillent entre l’identification de la patrie et des revendications territoriales plus larges au nom de l’anti-impérialisme. Cette partie est conclue par une série de textes écrits dans les années 1990 qui reflètent l’essor de l’islam politique et pour le comprendre Seurat et Sfeir expliquent : « C’est aussi la révolution islamique en Iran de 1979 qui apparait comme une rupture majeure pour penser les recompositions des identifications de la umma : elle donne lieu d’une part à une fusion idéologique entre nationalismes et islam (comme en témoigne la conversion de nombreuses trajectoires marxistes vers l’islam), d’autre part à une polarisation régionale sur une opposition doctrinale en chiites et sunnites » (p. 24).

5Les textes de la deuxième partie, « L’exercice du pouvoir politique », nous plongent dans plusieurs expériences des affaires politiques situées non seulement sur le plan national, mais aussi au-delà des frontières nationales comme c’est le cas pour les gouvernements islamiques (califat et État Islamique) ou les pratiques des communistes et des nationalistes arabes. Le paradigme autoritaire est représenté par des textes qui traitent des expériences irakienne, algérienne et syrienne. La question palestinienne est articulée par les quelques régimes autoritaires « comme un outil de légitimation central permettant aux dirigeants d’afficher publiquement un soutien aux Palestiniens tout en les réprimant de manière officieuse » (p. 24) (discours de Anouar al-Sadate à Jérusalem). Cette partie est clôturée par les discussions autour de la question démocratique et la sécularisation des sociétés arabes.

6La troisième partie, « Independence économique et développement », nous introduit dans les questions complexes de ce volet économique et plus exactement sur les choix de politiques économiques. Celles-ci varient entre l’imitation du modèle de développement occidental, des pratiques économiques liées au nationalisme, au socialisme ou au communisme, ou encore le recours à des référents économiques islamiques qui donnent l’illusion d’une prétendue justice sociale (Islam politique). Ces textes nous permettent également de voir ces sociétés arabes comme des sociétés de classe dotées de bourgeoisies locales qui s’inscrivent dans le capitalisme international et parfois comme une extension du colonialisme.

7On est agréablement surpris par la quatrième et dernière partie intitulée « Autocritiques ». Le lecteur est face à des textes d’intellectuels engagés qui pensent les faiblesses et les échecs de leurs sociétés sans pour autant produire un essentialisme destructeur qui reprendrait l’idée d’un Occident développé et d’une aire Machrek-Maghreb déchirée par de profondes crises politiques et économiques. Les textes d’Arwa Saleh (Égypte) et Yassine al-Haj Saleh (Syrie) introduisent cette partie et offrent un regard introspectif sur leurs engagements passés sans toutefois tomber dans le nihilisme qu’a pu produire la chute de l’URSS pour plusieurs de ces militants impliqués dans les mouvances communistes et socialistes et réprimés par des régimes qui usaient de slogans socialistes et égalitaires. D’autres textes enrichissent les débats en soulignant les facteurs endogènes des défaites, particulièrement celle de 1967, et des crises des différents États. Cette partie est conclue par le débat et contre-débat sur la question de l’orientalisme, dans le sillage de l’ouvrage publié par Edward Said en 1978 et dont l’impact est encore aujourd’hui mondialement central.

8La présentation de ce monde arabe politique hors de la tradition orientaliste, évitant l’attribution arbitraire de caractéristiques communes à ces pays et hors de catégories figées, est un défi relevé par Seurat et Sfeir. Il manque certes des voix féminines, lacune que les deux chercheures reconnaissent en expliquant leur choix de ne pas cantonner ces actrices de la pensée politique arabe au féminisme et en soulignant l’importance d’une future anthologie qui leur sera consacrée. Il reste indéniable que ces textes divers proposés par Seurat et Sfeir, abordés au prisme des sciences humaines et sociales, représentent une richesse pour tout public et particulièrement pour les étudiants qui visent à se former sur ce vaste, riche et divers espace qu’est le monde arabe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sadia Agsous-Bienstein, « SEURAT Leïla et SFEIR Jihane (dir.), Écrits politiques arabes : une anthologie du Machrek au Maghreb au xxe siècle  »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 154 | 2023, mis en ligne le 19 juillet 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/19767 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.19767

Haut de page

Auteur

Sadia Agsous-Bienstein

Département d’études arabes, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 ; Chercheuse associée à l’IREMAM Aix Marseille Univ, CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence, France ; msbien[at]free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search