Navigation – Plan du site

AccueilNuméros154SECONDE PARTIELecturesCORREALE F., FELIU L. et LÓPEZ BA...

SECONDE PARTIE
Lectures

CORREALE F., FELIU L. et LÓPEZ BARGADOS A. (ed.), Rebelarse en el desierto. Movilizaciones políticas en el Oeste sahariano [1932-2020]

Alborán Bellaterra, 2022
Sébastien Boulay
Référence(s) :

CORREALE F., FELIU L. et LÓPEZ BARGADOS A. (ed.), Rebelarse en el desierto. Movilizaciones políticas en el Oeste sahariano [1932-2020], Alborán Bellaterra, 2022, 434 p.

Texte intégral

1Il n’est jamais simple de recenser un ouvrage collectif, a fortiori lorsqu’il présente un nombre conséquent de contributions et suit un plan chronologique. Mais c’est je crois la force de cet ouvrage en castillan, publié aux éditions catalanes Bellaterra – un éditeur très actif sur le Sahara et le Maghreb – et portant sur les mobilisations politiques dans la région ouest-saharienne, que de proposer au lecteur une succession de regards revisitant cette histoire politique mouvementée. Le fil chronologique permet en effet au lecteur de percevoir très simplement les continuités et discontinuités qui traversent cette chaîne d’événements qui ont, plus ou moins, marqué les mémoires collectives dans cette région.

2L’objectif des éditeurs scientifiques de l’ouvrage était de décrypter, sur une période de près d’un siècle (1932-2020) et sur un espace incluant le Sud marocain, le Sahara Occidental (ex Sahara espagnol), le Sud-Ouest algérien et la Mauritanie, les moteurs, les répertoires d’action, les logiques des acteurs et actrices impliqué.e.s dans ces mobilisations, en croisant les sources et les points de vue. Ce pari me semble largement tenu, tant le lecteur perçoit progressivement ce « fil invisible à travers le temps » (Correale et López Bargados, p. 27) qui semble relier les événements entre eux, les cas d’étude « mauritaniens » étant peut-être à mettre à part mais offrant d’intéressants contrepoints aux cas « sahraouis ».

  • 1 L’historien Francesco Correale (CNRS, UMR Citeres, Tours) et l’anthropologue Alberto López Bargados (...)

3Ce pari réussi tient d’abord à la qualité des contributions mais aussi à leur diversité. Francesco Correale, Laura Feliu et Alberto López Bargados ont pu en effet rassembler parmi les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine de la région ouest-saharienne1, offrant au lecteur un riche dialogue entre historiens, anthropologues, politistes, mais aussi entre Européens et Sahariens. Les textes mettent ainsi en relation des approches théoriques variées, habituellement prisonnières des cadres mono-disciplinaires, ainsi que des méthodes diverses allant de l’enquête de terrain au travail en archives, en passant par l’entretien téléphonique à distance ou les souvenirs et réflexions d’un activiste (Malainin Lakhal).

4Le fruit de cette entreprise collective est une œuvre très dense, comportant une introduction, dans laquelle Correale et López Bargados posent de façon pertinente les enjeux épistémologiques de ce projet, puis quinze contributions (onze sur le Sahara Occidental et ses pourtours septentrionaux marocain et algérien, quatre sur la Mauritanie), et un épilogue dans lequel Laura Feliu et Lluís Mateo Dieste replacent utilement l’ensemble de ces contributions dans le cadre d’une discussion plus large sur les relations des sociétés ouest-sahariennes à l’État et au capital, rappelant combien ces derniers tiennent une influence directe sur les modes de contrôle politique des populations et sur les mobilisations (p.415).

5Si cette suite chronologique n’empêche pas le lecteur de découvrir les textes dans l’ordre qui lui sied, apparaissent toutefois très vite des « regroupements » temporels qui vont de soi. Après une première contribution captivante de Benjamin Acloque et Camille Evrard, respectivement anthropologue et historienne, revisitant les histoires officielles et réécritures mémorielles contemporaines du ghazzi (raid) de Oum Tounsi sur une unité coloniale française en 1932 (Mauritanie), on entre dans un premier groupe de textes portant sur la fin des années 1950 et le début des années 1960 et sur les tiraillements entre les populations locales, les autorités des États nouvellement indépendants du Maroc et, plus tard, de l’Algérie et les puissances coloniales, l’Espagne encore agrippée à ses territoires de Sidi Ifni et de la province du Sahara, et la France, qui exerce une tutelle néocoloniale sur le jeune État mauritanien et qui vient de signer avec le FLN les accords d’Evian (18 mars 1962). La lecture croisée de ces trois textes – un texte de Alberto López Bargados sur la décolonisation de Sidi Ifni et sur l’incontrôlable Armée de libération marocaine (ALM), un second de Francesco Correale sur les enjeux de la délicate cession de Tarfaya par l’Espagne au Maroc, un troisième de Ana Torres sur les rivalités entre le Maroc et l’Algérie pour le contrôle des populations de Tindouf à l’été/automne 1962 – permet de mieux saisir les problématiques d’allégeance, de ralliement, de résistance des populations et les stratégies de contrôle – et souvent de répression violente – des populations par ces mêmes autorités.

6Un second ensemble de chapitres porte sur la fin des années 1960 et le début des années 1970, ensemble inauguré par une contribution de l’anthropologue Abdel Wedoud Ould Cheikh sur le mouvement des « prolétaires » Kadihines qui embrasa la jeunesse mauritanienne de 1968 à 1975, mouvement qui était idéologiquement en phase avec les soulèvements étudiants de 1968 et qui notamment reprochait au régime de Moctar Ould Daddah son inféodation à l’ex-puissance coloniale française. Puis trois textes viennent documenter la montée en puissance du nationalisme sahraoui durant ces mêmes années : un premier texte de l’historien Emboirik Ahmed Omar sur l’Organisation avancée pour la libération du Sahara, un second, signé Larosi Haidar Atik, sur les manifestations des étudiants sahraouis de Tan Tan en 1972, dont faisait partie El Ouali Moustapha Seyyid, futur et éphémère leader du Front Polisario (fondé en mai 1973), un troisième, coécrit par Isaías Barreñada Bajo et Mohamed Salem Abdi Mohamed, analysant les manifestations populaires sahraouies lors de la visite, en mai 1975, d’une mission du Comité de décolonisation des Nations unies. Dans ce même ensemble, une contribution de Bernabé López García offre une indispensable relecture des événements de la Marche Verte tels que relatés par la presse et les partis progressistes marocains à cette époque. Enfin, non moins indispensable est le texte de la juriste Eloísa González Hidalgo sur l’invisibilité des femmes sahraouies dans leur exode vers Tindouf (fin 1975 et début 1976), introduisant la question du genre dans l’ouvrage.

7Un troisième ensemble de textes porte sur les cycles de révoltes sahraouis au cours des décennies 2000 et 2010. Malainin Lakhal fait ainsi la généalogie de l’« Intifada de l’Indépendance » qui eut lieu en 2005 dans les territoires du Sahara Occidental sous occupation marocaine, mouvement auquel participèrent de très jeunes manifestants, qui commencèrent à utiliser l’Internet et les NTIC dans leurs pratiques protestataires. Puis, Carmen Gómez Martín questionne l’héritage du campement de protestation de Gdeim Izik en octobre-novembre 2010 et les évolutions des répertoires d’action, des espaces de confrontation et des stratégies des jeunes militants sahraouis dans les territoires occupés par le Maroc. Enfin, Victoria Veguilla del Moral, une des seules chercheuses à mener des enquêtes de terrain dans cette zone, revient sur l’évolution des revendications des jeunes Sahraouis de la ville de Dakhla et sur leurs stratégies de négociation avec l’État marocain.

8Enfin, deux autres contributions sur la Mauritanie viennent parachever cette ambitieuse entreprise scientifique. Une contribution originale, signée Francisco Freire et Moustapha Taleb, met en lumière les vicissitudes du mouvement baasiste dans la vie politique mauritanienne entre 1978 et 1995. Quant au dernier chapitre de l’ouvrage, écrit par Giuseppe Maimone, il documente les conséquences de la visibilisation internationale du mouvement I.R.A. (Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste de Mauritanie) et de son leader charismatique, Biram Dah Abeid, dans les reconversions de ce mouvement, désormais au cœur du jeu politique mauritanien.

9Au final, l’angle commun de la révolte offre une perspective comparative fort stimulante sur l’histoire de cette région, encore trop méconnue. Certes on pourra regretter dans cet ouvrage la quasi absence des approches féministes, que certain.e.s auteur.rice.s travaillant sur la région auraient pu combler (mais on sait combien il est compliqué de convaincre des collègues de participer à des ouvrages collectifs), l’absence également de références aux travaux d’historiens autour de Françoise Blum sur les mai 1968 et les socialismes en Afrique (Blum 2014, Blum et al. 2021) qui auraient fourni d’utiles contrepoints aux cas d’étude ouest-sahariens. De même que des réflexions transversales sur les méthodes d’investigation des différent.e.s contributeur.rice.s auraient été particulièrement stimulantes et utiles au lecteur.

10Mais ces quelques regrets n’enlèvent rien à la richesse de cette œuvre qui parvient à nous familiariser avec les principaux enjeux qui traversent ces mobilisations depuis un siècle : choix délicats entre lutte armée et lutte pacifique, modalités d’organisation collective, choix du vocabulaire employé pour parler de ces événements, continuités et ruptures entre ces modes de mobilisation, rôle de leadership assumé par certaines personnalités (Bassiri, El Ouali, Biram), question de la visibilité de ces mouvements, à différentes échelles et à l’aide de différents moyens matériels et symboliques, évolutions des motifs de mobilisation et de contestation, tout autant de thèmes autour desquels se déploie une histoire bien plus complexe que l’on ne voulait bien l’envisager et que l’irrésolution du conflit du Sahara Occidental ne cesse de brouiller

Haut de page

Bibliographie

Barona Castañeda C., 2015, « Memorias de una resistencia. La otra historia del Sahara Occidental », Les Cahiers d’EMAM, 24-25 | 2015, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 03 avril 2015. URL : http://emam.revues.org/859

Bengochea Tirado E., 2019, La Sección femenina en la Provincia del Sahara, Edicions Bellaterra, Barcelona

Blum F., 2014, Révolutions africaines - Congo, Sénégal, Madagascar, années 1960-1970, Presses universitaires de Rennes, 214 p.

Blum F., Kiriakou H., Mourre M., Basto M.-B., Guidi P., Pauthier C., Rillon O., Roy A., Vezzadini E. (dir.), 2021, Socialismes en Afrique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 716 p.

Correale F. et López Bargados A., 2017, « Rashômon au Sahara occidental : perspectives, contradictions et défis dans l’interprétation du conflit de 1956-1958 », pp. 211-241 in S. Boulay et F. Freire (dir.), Culture et politique dans l’Ouest saharien : Arts, activisme et État dans un espace de conflits, Igé, L’Étrave, 489 p.

Juan Carlos Gimeno Martín et Juan Ignacio Robles Picón, « Vers une contre-histoire du Sahara occidental », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 24-25 | 2015, mis en ligne le 17 février 2015, consulté le 03 avril 2015. URL : http://emam.revues.org/866.

Haut de page

Notes

1 L’historien Francesco Correale (CNRS, UMR Citeres, Tours) et l’anthropologue Alberto López Bargados (GRECS, Universitat de Barcelona) sont bien connus depuis une vingtaine d’années pour leurs efforts de déconstruction des histoires hégémoniques coloniales et post-coloniales (voir par exemple Correale et López Bargados 2017), dans le sillage des Subaltern studies et des études décoloniales, en lien avec d’autres chercheurs hispanophones comme l’historienne mexicaine Claudia Barona Castañeda (2015), dont on vient d’apprendre la disparition, les anthropologues Juan Carlos Gimeno Martín et Juan Ignacio Robles Picón (2015), ou plus récemment l’historien Enrique Bengochea Tirado (2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Boulay, « CORREALE F., FELIU L. et LÓPEZ BARGADOS A. (ed.), Rebelarse en el desierto. Movilizaciones políticas en el Oeste sahariano [1932-2020] »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 154 | 2023, mis en ligne le 19 juillet 2023, consulté le 04 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/19794 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.19794

Haut de page

Auteur

Sébastien Boulay

Université Paris Cité, UMR 196 Ceped, en délégation CNRS à l’Institut des mondes africains (UMR IMAF 8171)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search