Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155 (1/2024)SECONDE PARTIELecturesBACZKO Adam, La guerre par le dro...

SECONDE PARTIE
Lectures

BACZKO Adam, La guerre par le droit : Les tribunaux Taliban en Afghanistan

Paris, CNRS Éditions, 2021
Alessandro Monsutti
Référence(s) :

BACZKO Adam, La guerre par le droit : Les tribunaux Taliban en Afghanistan, Paris, CNRS Éditions, 2021, 382 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Adam Baczko offre une vision originale et nécessaire de la société afghane, une société traversée par une série de conflits apparemment sans fin à cheval entre les xxe et xxie siècles. S’appuyant sur sa thèse de doctorat soutenue en 2018 à l’EHESS, l’auteur anticipe avec une singulière acuité les développements politiques et militaires de l’Afghanistan par son approche sociologique du droit en guerre civile. Quoique rédigé et publié avant la prise de Kaboul par les Taliban en août 2021, le manuscrit porte un regard pertinent pour expliquer comment une milice isolée au niveau international a pu s’imposer face à un gouvernement soutenu par une large coalition internationale et par la plus formidable armée de toute l’histoire humaine.

2Pour situer cet argument, rappelons quelques dates. En avril 1978, un coup d’État violent porte au pouvoir le parti communiste afghan. Des régions rurales du pays sans cesse plus nombreuses entrent en rébellion. La situation devient rapidement intenable, l’Armée rouge intervient en décembre 1979. Les années 1980 voient l’exode de millions de réfugiés afghans au Pakistan et en Iran, alors que la résistance s’organise avec le soutien logistique et financier des États-Unis et de leurs alliés européens. Les accords de Genève du printemps 1988 conduisent au retrait soviétique. Les factions de la résistance prennent Kaboul en avril 1992 et se livrent une lutte sans merci. Le mouvement des Taliban voit le jour en automne 1994 et vole de succès en succès. La capitale tombe en septembre 1996. Les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington déclenchent l’intervention militaire d’une coalition dirigée par les États-Unis, qui chasse très rapidement les Taliban du pouvoir. Un vaste programme de reconstruction postconflit et de démocratisation, marqué par plusieurs élections présidentielles et parlementaires ainsi que l’adoption d’une nouvelle Constitution, est mise en place avec l’implications des organisations internationales et d’une myriade d’organisations non gouvernementales. Toutefois les Taliban se réorganisent dans leurs bastions du Sud et de l’Est. Le Président Trump annonce en décembre 2018 un retrait total des forces étasuniennes, décision confirmée et rendue effective au printemps 2021 par son successeur. Le gouvernement de Kaboul ne tarde pas à se désagréger et les Taliban prennent pour la deuxième fois la capitale en août 2021, mettant fin à vingt années d’une des plus vastes expériences d’ingénierie politique et sociale depuis la Deuxième Guerre mondiale.

3Le travail d’Adam Baczko anticipe à bien des égards cet échec retentissant. Il porte sur la mise en place d’un système judiciaire par les mouvements armés et plus généralement sur l’exercice du droit dans un contexte de guerre civile. Il conteste explicitement la littérature académique et politique qui considère la guerre civile et le droit comme antithétiques. Selon l’auteur, les sciences sociales – s’appuyant sur une réinterprétation des travaux de philosophes comme Aristote ou Cicéron, et plus récemment Hobbes ou Locke – reposent sur la dichotomie fondatrice entre paix et droit d’une part, violence et chaos d’autre part. Les pères fondateurs de la sociologie contemporaine – Tönnies, Durkheim ou Weber – décrivent le processus par lequel l’État monopolise progressivement la violence et le droit. L’État et le droit étant considérés comme consubstantiels, il devient difficile d’admettre et de concevoir l’existence d’un système juridique en dehors de l’État et a fortiori dans un contexte de guerre.

4Adam Baczko se montre insatisfait à la fois des positions selon lesquelles la guerre est la négation de la vie sociale ou à l’inverse est le cadre d’une simple reconfiguration de l’ordre social. Dans un pays comme l’Afghanistan, la guerre civile ne consiste pas en une situation de non-droit mais en une rupture caractérisée par l’intervention d’acteurs extérieurs et la présence de plusieurs systèmes juridiques qui sont en compétition. L’auteur ne s’inscrit pas toutefois dans la ligne du pluralisme juridique qui tend à considérer que les systèmes coexistent, et donc à négliger les rapports de force et les insertions dans un ordre hiérarchique contesté.

5Dans un contexte aussi violent que l’Afghanistan, la force du droit est conditionnée par la capacité des juges à faire reconnaître socialement leurs décisions comme des actes légaux et non comme des actes politiques, même s’ils ont des effets politiques. Cette reconnaissance sociale du juge en tant que juge dépend de la perception que ses verdicts sont détachés du conflit environnant et équitables envers les parties impliquées dans l’affaire. Évitant d’instrumentaliser des décisions judiciaires spécifiques, en renonçant à un contrôle trop direct sur les acteurs du droit, un mouvement armé peut utiliser politiquement son système judiciaire dans son ensemble pour se faire reconnaître comme impartial et légitimer sa vision de la société. Paradoxalement, l’influence et la crédibilité des tribunaux Taliban doivent beaucoup à la présence internationale. En effet, le système judiciaire du gouvernement est perçu par de larges segments de la population – bien au-delà des groupes sociaux qui soutiennent l’insurrection – comme corrompu et partial, et chroniquement incapable de rendre une justice transparente. Les Taliban ne cherchent pas à transformer les hiérarchies sociales et politiques. Ils mettent en œuvre un programme conservateur, respectant la propriété privée et les structures familiales patriarcales. Leur stratégie diffère de celle de la redistribution des ressources favorisée par certains groupes rebelles de par le monde.

6Le cas de l’Afghanistan est ici emblématique avec la forte présence du personnel international, que ce soient les militaires, les juristes ou les experts d’aide humanitaire ou de développement. Bien que cet aspect soit peu évoqué dans les différents chapitres, Adam Baczko reconnaît la présence cruciale d’entités transnationales qui prétendent s’appuyer sur les pratiques locales alors qu’elles contribuent à façonner un système juridique calqué sur les institutions occidentales.

7Au niveau théorique, l’argument général est convaincant. Peut-être que la notion d’hégémonie, qui n’apparaît que marginalement dans le manuscrit, aurait pu offrir une piste féconde pour enrichir ultérieurement la réflexion sur les questions de légitimité et de souveraineté. L’histoire récente de l’Afghanistan ne peut-elle être interprétée comme l’échec du projet hégémonique de la paix et de la démocratie libérales ? Il apparaît en effet que de larges franges de la population n’aspirent pas au modèle de société imaginé pour eux par les promoteurs de l’État de droit ou les experts en coopération et développement envoyés par les organisations internationales et non gouvernementales ?

8Il est également important de mentionner la compétence avec laquelle Adam Baczko a négocié son travail de terrain dans un contexte particulièrement difficile. Malgré certaines réticences institutionnelles – d’ailleurs compréhensibles –, il est crucial de mener des recherches de type ethnographique dans des régions en guerre si l’on veut questionner de façon critique des catégories telles que « failed states » ou des oppositions telles que « greed versus grievance ». On peut toutefois regretter que les questions méthodologiques soient reléguées dans une annexe. Il aurait été passionnant de les intégrer au fil des pages en proposant un mouvement réflexif sur les conditions du travail qualitatif en Afghanistan. Au-delà des regrets exprimés par l’auteur de n’avoir pu ni assister à une session de tribunal ni s’entretenir avec les femmes, il s’agit d’objectiver sa subjectivité en s’interrogeant sur la manière dont on est perçu par ses interlocuteurs.

9Si la chronologie finale est utile par sa brièveté même, on peut regretter au niveau formel un index qui consiste essentiellement en noms propres et en quelques thèmes qui semblent choisis de façon contingente.

10Le travail d’Adam Baczko est remarquable à plus d’un titre. L’un de ses grands mérites est de développer un dialogue constant entre une réflexion théorique originale et innovante d’un côté et un matériau empirique à la fois ample et minutieux de l’autre, chaque aspect venant enrichir l’autre de façon particulièrement heureuse. La portée dépasse tout ancrage géographique étroit. La comparaison ne réside pas ici en une juxtaposition mécanique de cas qui s’appuierait sur des variables considérées comme identiques d’un contexte à l’autre, mais par une attitude épistémologique qui consiste – pour nous référer à certaines considérations d’Andrew Shryock, ancien éditeur de la revue Comparative Studies in Society and History – en un mindset, une manière de traiter son matériau empirique de façon à ce qu’il puisse enrichir la réflexion de collègues travaillant dans d’autres régions du monde. La guerre par le droit présente une contribution substantielle et originale à l’étude du droit en contexte de guerre et, par là-même, de la légitimité politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessandro Monsutti, « BACZKO Adam, La guerre par le droit : Les tribunaux Taliban en Afghanistan  »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 155 (1/2024) | 2024, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/20676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.20676

Haut de page

Auteur

Alessandro Monsutti

Graduate Institute of International and Development Studies, Geneva, Switzlerdand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search