Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155 (1/2024)SECONDE PARTIELecturesGOURISSE Benjamin, ERDINÇ Işıl (d...

SECONDE PARTIE
Lectures

GOURISSE Benjamin, ERDINÇ Işıl (dir.), La domination politique en Turquie : une analyse relationnelle

Paris, Éditions Karthala, 2022
Elif Can
Référence(s) :

GOURISSE Benjamin, ERDINC Isil (dir.), La domination politique en Turquie : une analyse relationnelle, Paris, Éditions Karthala, coll. » Meydan », 2022.

Texte intégral

  • 1 P. Bourdieu définit le concept du champ du pouvoir de la manière suivante : « le champ du pouvoir e (...)

1L’ouvrage collectif sous la direction de Benjamin Gourisse et d’Işıl Erdinç a une ambition importante : documenter les mécanismes sociaux de la (re)production de la domination politique en Turquie contemporaine. En revisitant les notions classiques de la sociologie bourdieusienne, l’ouvrage réunit douze chapitres originaux. Ainsi, l’ouvrage met en circulation la notion du « champ du pouvoir »1 (Bourdieu : 2012 ; Lenoir : 2012, 127). Les éditeurs ont fait le choix de ne pas limiter le politique à un objet précis au profit d’une approche relationnelle multisectorielle et multiscalaire. Avant d’examiner les contributions de plus près, nous nous focalisons sur le fil conducteur et les axes de questionnement de l’ouvrage.

2D’emblée, on remarque le souci de se distinguer des travaux essentialisant les régimes autoritaires et démocratiques. Les directeurs de l’ouvrage soulignent ainsi l’importance de rendre compte des formes de domination qui s’observent dans les interactions sociales à diverses échelles (locales, nationales, transnationales, internationales). En interrogeant la thèse « d’inachèvement démocratique », B. Gourisse et I. Erdinç pointent un biais normatif crucial dans l’étude de la trajectoire de la démocratique en Turquie : considérer les normes démocratiques occidentales comme un objectif ultime à atteindre empêche d’examiner les dynamiques sociohistoriques et institutionnelles de la structuration de la domination politique. B. Gourisse et I. Erdinç notent ainsi une inflation des labels qui tentent de caractériser le régime politique et la trajectoire de la démocratie en Turquie en soulignant que ces derniers paraissent dans la plupart des cas surplombants. Ils soulignent qu’en essentialisant les régimes politiques, ces approches classificatoires échouent à documenter les configurations sociales plurielles et variables à l’échelle locale ainsi que leurs évolutions au fil du temps.

  • 2 Voir P. Bourdieu à propos de la conversion des capitaux dans le champ du pouvoir : « les forces qui (...)

3L’ouvrage s’articule autour de trois axes transversaux aux contributions rassemblées. Le premier axe interroge essentiellement la structuration du champ du pouvoir et les mécanismes par lesquels la domination politique se reproduit. Il s’agit alors d’analyser le fonctionnement des ressources comme « capitaux » à valeur inégale dans un champ donné ainsi que leur conversion2. Le deuxième axe s’interroge sur l’autonomie relative des champs en Turquie. Le troisième et dernier axe est consacré aux contestations locales d’un pouvoir politique qui cherche à ériger une hégémonie nationale. Autrement dit, les contributions de ce dernier analysent les luttes du pouvoir à partir des ressources et des marges de manœuvre des institutions et acteurs localisés.

4L’ouvrage réactive ainsi le débat académique sur l’autonomie des champs et les rapports interchamps en Turquie. Nous pouvons donc considérer cet ouvrage comme une contribution majeure à l’interrogation sur la pertinence de l’usage de la notion du champ pour le contexte de la Turquie. En référence à Bernard Lahire (Lahire, 2012 : 89), le chapitre d’Işıl Erdinç explicite bien l'ambiguïté des usages courants du concept du champ. Ainsi, l’auteure souligne l’importance de distinguer « autonomie-spécificité » et « autonomie-indépendance » d’un champ (p.215). Plus précisément, le fait qu’un champ exige des titres, des savoir-faire ou des capitaux spécifiques qui distinguent les acteurs du champ en question des profanes n’est pas l’équivalent de l’indépendance du champ par rapport au champ politique. L’interrogation sur l'autonomie des champs prend un sens particulier dans les contextes du durcissement autoritaire. Autrement dit, les interventions constantes du champ politique sur les champs universitaire (Alemdaroğlu, 2022), syndical (Erdinç, 2017), judiciaire (Kaya, 2021) entre autres, conduisent à interroger la pertinence de l’usage du concept de champ dans les contextes autoritaires comme ceux de la Turquie. La contribution d’I. Erdinç dans cet ouvrage illustre ainsi la reconfiguration du champ syndical sous l’emprise de l’AKP à travers l’exemple du Syndicat Öz Orman-İŞ affilié à la confédération HAK-İŞ (proche du gouvernement) à Sakarya. 

5Plusieurs contributions s’attachent à analyser la structuration du champ politique. Gilles Dorronsoro et Benjamin Gourisse examinent tout d’abord les approches historiographiques par rapport au kémalisme en soulignant qu’une bonne partie de ces dernières portent en elles des biais réduisant la population cible des réformes comme aux simples réceptrices. Les auteurs tiennent à souligner que les réformes kémalistes ont surtout donné naissance à l’émergence d’une nouvelle classe dominante (p.41). Le chapitre investit ainsi l’étude de la circulation inter-champs des élites et de la conversion des capitaux (id.). C’est aussi le cas du chapitre de Béatrice Garapon, consacré aux rapports de clientèle entre les notables ruraux et le pouvoir central du DP [Parti démocrate], et qui montre que l’encastrement du parti dans les institutions étatiques est à l’origine de la domination du DP. L’auteure souligne que les partis politiques de droite qui sont ultérieurement arrivés au pouvoir ont hérité de ces pratiques de mobilisation électorale et des relations clientélistes entretenues avec les élites locales. Prunelle Aymé défend l’idée selon laquelle l’étude des rapports de genre dans le champ politique peut contribuer à mieux cerner la production de la domination politique (p.171). En s’appuyant sur une enquête de terrain menée dans la ville de Gaziantep, l’auteure souligne que les militantes de l’AKP fournissent un travail de médiation entre les institutions étatiques et les habitants de la ville. Plus précisément, l’accès des habitants aux droits sociaux se réalise notamment par le biais de ces branches féminines de l’AKP dans un système de protection sociale familialiste et clientéliste (p.176). De la même manière, Gabrielle Angey s’attache à analyser le champ politique par le prisme des relations internationales. Les enjeux de la politique étrangère se cristallisent autour du devenir des écoles gülenistes au Sénégal après la tentative du coup d’État militaire du 15 juillet 2016. L’auteure analyse les prises de position des élites sénégalaises en faveur des écoles gülenistes contre la menace de fermeture de la part des autorités turques. Ainsi, G. Angey souligne que l’appropriation locale de la cause de ces écoles repose en grande partie sur une conversion du capital social accumulé par la formation des élites sénégalaises dans ces institutions scolaires en capital politique.

6La contribution d'Élise Massicard se trouve au carrefour de plusieurs axes de questionnement explorés dans le cadre de l’ouvrage. D’une part, l’auteure explicite les capitaux mobilisés pour obtenir un mandat de chef de quartier (muhtar) et les trajectoires politiques de muhtar en suivant une approche sociohistorique. D’autre part, l’article interroge l’autonomie de champ du pouvoir micro-local ainsi que l’imbrication des logiques partisanes et institutionnelles. L’auteure note ainsi la dissolution de la logique partisane (auparavant très présente, notamment dans les années 1970) après le coup d’État militaire de 1980. Quant à la situation actuelle sous l’AKP, elle présente un double dynamique : la désautonomisation de cette institution en raison de la centralisation de leurs fonctions, et le réalignement des muhtar avec le pouvoir politique. E. Massicard en conclut que ces logiques permettent à l’AKP de renforcer sa domination politique à l’échelle micro-locale.

7Le chapitre consacré à l’étude des noms patronymiques, rédigé par Emmanuel Szurek, montre que la domination s’exerce aussi par l’imposition d’injonctions contradictoires aux populations non musulmanes. Alors que l'homogénéisation de la population de la République naissante s’inscrit dans la lignée des pratiques de la société post-génocidaire, une tension entre la logique que E. Szurek appelle « minorisation » (p.67) et celle de l’assimilation est saillante. La précarité politique engendrée par cette réforme patronymique qui oscille entre ces deux logiques ainsi que son application différentialiste aux non-musulmans s’inscrit dans la lignée des pratiques persécutrices. Ainsi, l’auteur montre les mécanismes de la (re)production d’une domination politique qui s'exerce de manière dissymétrique aux populations musulmanes et non musulmanes. 

8Prenant pour objet respectivement l’action publique de patrimonialisation et la gestion du dossier du Kurdistan irakien au regard des enjeux de sécurité nationale, les chapitres de Julien Boucly et de Yohanan Benhaïm se focalisent sur les luttes de pouvoir entre les institutions disposant de capitaux à l’ampleur et aux formes différentes ainsi que d’intérêts politiques contradictoires. J. Boucly analyse le processus de la candidature de la ville de Diyarbakir au classement sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en prêtant attention aux enjeux de la municipalisation de l’action publique d’une part et le maintien de la domination du pouvoir central national d’autre part. Ainsi, le chapitre examine les tensions entre dirigeants locaux et institutions nationales. Y. Benhaïm s’intéresse quant à lui aux rapports interchamps entre l’armée et le gouvernement de l’AKP. Cette étude de cas montre aussi les mécanismes de la concentration progressive des ressources et la « disparition progressive des pôles concurrentiels au sein du champ politique au profit de la présidence » (p.303). 

9Le chapitre d’Adnan Çelik, quant à lui, rappelle que la domination politique n’exerce jamais sans faille. En considérant les madrasas comme les lieux de production d’une « infra-politique » et d’ « un texte caché »(Scott, 2009), A. Çelik montre que la domination politique des institutions kémalistes se heurte aux institutions locales clandestines dans le Kurdistan des années 1920 et 1930. En reconstruisant les trajectoires historiques de madrasas, A. Çelik montre aussi comment les deux textes cachés que sont l’islamisme et le kurdisme s’articulent dans ces lieux. L’article dense et riche d’éléments de compréhension sociohistoriques retrace les trajectoires hétérogènes des madrassas en montrant qu’une partie des acteurs affiliés aux madrasas se sont rapprochés de l’extrême-droite turque. 

10L’article d’Ayşen Uysal montre que l’État en tant que « méta-champ » (Lenoir, 2012 : 131) a le pouvoir de définir les choses et mettre en place des distinctions. En l'occurrence, l’auteure traite de la ligne distinctive tracée par le pouvoir politique entre les « bonne » et les « mauvaises » manifestations. Elle souligne que certaines manifestations de rue qui avaient été autrefois considérées comme « subversives » ont été instrumentalisées par le pouvoir politique afin de légitimer l’ordre établi, notamment concernant les « veilles de la démocratie s ». 

11Le questionnement exploré dans le cadre de cet ouvrage collectif est novateur pour le cas de la Turquie. L'originalité de l’ouvrage réside notamment dans sa manière de problématiser « la faiblesse récurrente de l’autonomie des champs sociaux » (p.33) en Turquie. En renonçant à une simple transposition du concept sur le terrain de Turquie, les contributions proposent des analyses approfondies et convaincantes sur les dynamiques socio- historiques à chacun des champs sociaux. On peut tout de même interroger la pertinence de certaines contributions, toutefois originales et scientifiquement solides, par rapport à la problématique générale de l’ouvrage annoncée dans le chapitre introductif.

Haut de page

Bibliographie

Alemdaroğlu, Ayça. 2022. ‘The University in the Making of Authoritarian Turkey’. European Journal of Turkish Studies. Social Sciences on Contemporary Turkey, no. 34 (June). https://doi.org/10.4000/ejts.8114.

Bourdieu, Pierre. 2002. La noblesse d’état : grandes écoles et esprit de corps. Le sens commun. Paris : Les Éd. de Minuit.

Bourdieu, Pierre. 2012. Sur l’État : Cours Au Collège de France, 1989-1992. Cours et Travaux. Paris : Raisons d’agir  : Seuil.

Erdinç, Isil. 2017. ‘Répression syndicale en Turquie sous le gouvernement AKP. Vers une perte d’autonomie des syndicats ?’ Savoir/Agir 40 (2) : 95–102. https://doi.org/10.3917/sava.040.0095.

Kaya, Sümbül. 2021. ‘La réfraction politique du champ judiciaire turc’. In Dynamiques des tournants autoritaires, 195–221. Sociopo. Vulaines-sur-Seine : Éditions du Croquant. https://doi.org/10.3917/asava.collo.2021.01.0195.

Lahire, Bernard. 2012. Monde Pluriel : Penser l’unité Des Sciences Sociales. La Couleur Des Idées. Paris : Seuil.

Lenoir, Rémi. 2012. ‘L’État selon Pierre Bourdieu’. Sociétés contemporaines 87 (3) : 123–54. https://doi.org/10.3917/soco.087.0123.

Scott, James C. 2009. La Domination et les arts de la résistance  : Fragments du discours subalterne. Paris : Editions Amsterdam.

Haut de page

Notes

1 P. Bourdieu définit le concept du champ du pouvoir de la manière suivante : « le champ du pouvoir est un champ de forces défini dans sa structure par l’état du rapport de force entre des formes de pouvoir, ou des espèces de capital différents. Il est aussi, inséparablement, un champ de luttes pour le pouvoir entre détenteurs de pouvoir différents, un espace de jeu où des agents et des institutions ayant un commun de posséder une quantité de capital spécifique (économique ou culturel, notamment) suffisante pour occuper des positions dominantes au sein de leurs champs respectifs, s’affrontent dans des stratégies destinées à conserver ou à transformer ce rapport de force » (Bourdieu, 2002 : 375).

2 Voir P. Bourdieu à propos de la conversion des capitaux dans le champ du pouvoir : « les forces qui peuvent être engagées dans ces luttes et l’orientation, conservatrice ou subversive, qui leur est appliquée, dépendent de ce que l’on peut appeler « taux de change » (ou de conversion) établi entre les différentes espèces de capital, c’est-à-dire de cela même que ces stratégies visent à conserver ou à transformer (notamment par la défense ou la critique des représentations des différentes espèces de capital et de leur légitimité) » (Bourdieu 2002, 375).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elif Can, « GOURISSE Benjamin, ERDINÇ Işıl (dir.), La domination politique en Turquie : une analyse relationnelle »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 155 (1/2024) | 2024, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/20685 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.20685

Haut de page

Auteur

Elif Can

Docteure en sociologie, postdoctorante à l’IFEA Institut français d’études anatoliennes, Istanbul, Turquie, projet ANR CALOT

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search