Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155 (1/2024)SECONDE PARTIELecturesHUSSAIN Adeel, Revenge, Politics ...

SECONDE PARTIE
Lectures

HUSSAIN Adeel, Revenge, Politics and Blasphemy in Pakistan

New York, Oxford University Press, 2022
Amélie Blom
Référence(s) :

HUSSAIN Adeel, Revenge, Politics and Blasphemy in Pakistan, New York, Oxford University Press, 2022, 242 p.

Texte intégral

1Paris, le 25 septembre 2020. Zahir Hassan Mahmood, un jeune homme originaire de la province pakistanaise du Pendjab et arrivé en France trois ans auparavant, attaquait à l’arme blanche deux personnes près des anciens locaux de Charlie Hebdo, persuadé qu’il s’agissait d’employés du journal satirique coupable à ses yeux d’avoir offensé le prophète de l’islam. Dans une vidéo de revendication soignée en Ourdou, il se présentait en ghazi, combattant victorieux d’une lutte contre les ennemis de la foi qui se jouerait désormais à l’échelle globale. Quatorze années auparavant, le Premier ministre pakistanais n’avait-il pas reçu en shahid (martyr de la foi) la dépouille d’ un étudiant originaire de la même province que Mahmood et qui s’était suicidé dans sa cellule après avoir échoué à assassiner, à Berlin en 2006, le rédacteur en chef de Die Welt, journal qui avait aussi publié les « caricatures du prophète » ? Nul commanditaire organisationnel derrière ces actes de vengeance, simplement des guides spirituels, exclusivement pakistanais, dont personne en France n’avait jamais entendu parler sauf une poignée de spécialistes de la région. Interpellé.es dans le débat public, ces spécialistes tentaient alors (difficilement) de resituer ce vigilantisme d’un type particulier dans le contexte historique et politique plus large du Pakistan. Leur tâche aurait été considérablement simplifiée si l’ouvrage d’Adeel Hussain, Revenge, Politics and Blasphemy in Pakistan, avait alors été disponible (et traduit en français). Au fil de chapitre intitulés « Renaissance », « Trahison », « Péché », « Transgression », « Punition » et « Redemption », l’auteur s’attache en effet à resituer dans leurs temps politiques différents « ghazi » qui ont vengé par le meurtre de « blasphémateurs » l’honneur insulté du prophète de l’islam et qui ont, précisément, inspiré les justiciers autoproclamés de Paris et Berlin. On croise ainsi la route du meurtrier d’un leader hindou en 1897 à Lahore, celle de Ghazi Ilm Din qui tua en 1929, dans la même ville, l’éditeur hindou d’un pamphlet moquant la vie privée du prophète ou encore celle de Ghazi Mumtaz Qadri qui assassina à Islamabad un gouverneur accusé d’avoir blasphémé en critiquant les lois « sur le blasphème » en 2011.

2Ces lois « sur le blasphème » au Pakistan - en réalité « sur les offenses liées à la religion » - et la violence exponentielle qui en découlent (détentions arbitraires, lynchage publics, etc.) ont fait l’objet récemment de plusieurs publications. Le travail d’Adeel Hussain, maître de conférences en études juridiques à la New York University d’Abu Dhabi et spécialisé dans l’histoire de la pensée politique et juridique du nord de l’Inde à la période coloniale, se démarque toutefois par son ambition : proposer la première grande synthèse historique sur les controverses publiques autour de l’insulte au Prophète de la fin du XIXe siècle jusqu’au Pakistan de 2020. L’ouvrage prend soin, en effet, de resituer la violence de ceux qui disent vouloir venger le prophète dans le contexte des conflits intercommunautaires, doctrinaux, politiques et législatifs qui ont marqué l’histoire du nord de l’Inde. Adeel Hussain porte ainsi des coups de sonde sur des moments clés où les débats et controverses sur l’outrage au prophète se sont cristallisés. La pénalisation de l’outrage à la religion dans le code colonial en 1927 sur fond d’émeutes intercommunautaires et de lutte anticoloniale, la violence contre la minorité ahmadie (voire supra) dans les années 1950 jusqu’à son « excommunication » par le gouvernement en 1974 dans un contexte de luttes partisanes, le vote de dispositions législatives et pénales élargissant le spectre de l’offense à l’islam et durcissant les sanctions en 1986 dans un Pakistan sous régime militaire forment autant de conjonctures critiques qui, par strates successives, aboutiront à faire de la protection de l’honneur du prophète un enjeux majeur du débat public au Pakistan.

3Cette longue vue historique constitue indéniablement un véritable tour de force. Notons cependant que de nombreux aspects de cette histoire sont connus et bien cernés, en particulier l’instrumentalisation de l’islam par des autocrates en mal de légitimité dans le Pakistan contemporain, période qu’Adeel Hussain aborde souvent sur le mode un peu décevant de la compilation journalistique. L’auteur est cependant beaucoup plus convainquant sur son domaine de recherche, à savoir la période coloniale, qu’il aborde dans trois des six chapitres du livre. A partir d’une étude particulièrement fouillée des archives de l’époque, il apporte même un éclairage tout à fait novateur sur la genèse de la thématique de la vulnérabilité du prophète Muhammad et des controverses publiques liées à la défense de son honneur en Asie du sud. Il montre comment ces enjeux se sont façonnés dans le contexte des luttes entres mouvements réformistes musulmans et hindous dans le nord de l’Inde des années 1890 à 1920, et tout particulièrement au Pendjab. Aux campagnes agressives de (re)conversion des musulmans à l’hindouisme ( les shuddhi) et de dénigrement du prophète organisées par le mouvement réformiste de l’Arya Samaj (« sociétés des nobles ») répondait la mobilisation à la fois défensive et prosélyte de la Ahmadiyya, mouvement mahdiste guidé par le penseur anticonformiste Mirza Ghulam Ahmad (1839-1908). Et ce n’est pas le moindre des paradoxes que ces derniers, hérauts originels de la défense de l’honneur du prophète, soient devenus ceux-là mêmes qui seront les plus systématiquement accusés de blasphème dans le Pakistan postcolonial. L’auteur a bien raison de conclure que la contribution majeure de son étude est de démontrer que « la fixation du Pakistan sur le blasphème a débuté comme une lutte pour la suprématie spirituelle entre [ces] deux mouvements revivaliste du nord de l’Inde », tensions qui ont fini par « produire une grammaire politique et juridique d’un type nouveau qui aura un impact profond sur le Pakistan sera profond » (p. 164).

  • 1 GILMARTIN David, 1988, Empire and Islam: Punjab and the making of Pakistan, Berkeley, University of (...)

4Comme il a été souligné, le mérite de l’ouvrage est de s’appuyer non pas sur une compilation de sources de seconde main, ce qui aurait été évidemment plus simple, mais principalement sur des sources primaires : archives judiciaires et policières, gazettes coloniales, pamphlets en langue vernaculaire, minutes de débats parlementaires, vidéos de propagande sur youtube, entre autres. Or, sur une telle durée la méthode se révèle parfois hasardeuse : l’ouvrage donne le sentiment par moments que certaines sources ont séduit plus par leur dimension sensationnaliste (sur des détails un peu triviaux de la personnalité de tel ou tel leader ou sur les coulisses du pouvoir) que par leur véritable apport à la compréhension du sujet. De même, sur des aspects par ailleurs bien documentés tels que l’affaire Ilm Din, la probématique de l’islam en danger dans le mouvement anticolonial, la législation anti-blasphème sous le général Zia ou encore les ressorts émotionnels de la défense du prophète, on s’étonne de voir des propos anecdotiques privilégiés au détriment des travaux classiques d’auteurs passés sous silence (David Gilmartin, Markus Daechsel, Asad Ali Ahmed, Sana Ashraf, Saba Mehmood, entre autres)1.

5Enfin, il y a les zones d’ombre. On regrettera, premièrement, que la question ahmadie, dont la centralité mérite certes d’être rappelée, tende à éclipser les anathèmes et accusations de blasphème opposant oulémas sunnites et chiites mais aussi, à l’intérieur du sunnisme, oulémas deobandis et barelwis ; sujet qu’Adeel Hussain dit ne pas vouloir traiter mais sans réellement le justifier. Deuxièmement, il y a ce choix non explicité, à mon sens le plus problématique, d’une histoire à hauteur de leaders politico-religieux et de décideurs politiques dont les pensées et paroles sont érigées en variables explicatives du comportement des individus. L’analyse s’appuie sur leur seules joutes par pamphlets, prêches, fatwas ou discours interposées tandis que la société pendjabie, à l’époque coloniale comme postcoloniale, n’apparait que sous les traits des ghazis vengeurs (à la prosopographie du reste assez sommaire) ou sous ceux de foules émeutières anonymes. Que représentent ces débats doctrinaux et politiques dans différents milieux sociaux qu’ils soient universitaires, commerçants, urbains, ruraux, etc. ? Et au-delà des auteurs de violence, que sait-on sont des accusateurs de blasphème dans le Pakistan postcolonial où se concentre, rappelle l’auteur, un tiers des plus de 600 arrestations pour insulte à la religion rapportés à l’échelle mondiale en 2014-18 ? A quelles subjectivités et à quelles dynamiques locales de la vengeance s’adossent leurs accusations ? Ces questions, plus sociologiques et anthropologiques, restent un angle mort de la recherche sur le Pakistan. Ces réserves mises à part, Revenge, Politics and Blasphemy in Pakistan constitue une parfaite introduction à l’histoire politique de l’offense à la religion en Asie du Sud, et au Pakistan en particulier.

Haut de page

Notes

1 GILMARTIN David, 1988, Empire and Islam: Punjab and the making of Pakistan, Berkeley, University of California Press ; DAECHSEL Markus, 2006, The Politics of Self-Expression. The Urdu middle-class milieu in mid-twentieth century India and Pakistan, Londres, Routledge ; AHMED Asad Ali, 2009, “Specters of Macaulay. Blasphemy, the Indian Penal Code, and Pakistan’s Postcolonial Predicament”, in KAUR Ravinder et MAZARELLA William (dir.), Censorship in South Asia: Cultural Regulation from Sedition to Seduction, Bloomington, Indiana University Press ; ASHRAF Sana, 2021, Finding the enemy within. Blasphemy accusations and subsequent violence in Pakistan, Acton, Australian National University Press ; MAHMOOD Saba, 2015, “Raison religieuse et affect laïc : un clivage incommensurable ? », in ASAD Talal et al., La critique est-elle laïque ? Blasphème, offense et liberté d’expression, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, pp. 77-110.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Blom, « HUSSAIN Adeel, Revenge, Politics and Blasphemy in Pakistan »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 155 (1/2024) | 2024, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/20695 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.20695

Haut de page

Auteur

Amélie Blom

Sciences Po Lyon & Triangle (UMR 5206) ; amelie.blom[at]sciencespo-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search