Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155 (1/2024)SECONDE PARTIELecturesGLASSON DESCHAUMES Ghislaine et L...

SECONDE PARTIE
Lectures

GLASSON DESCHAUMES Ghislaine et LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Traduire la citoyenneté XIXe-XXIe siècle : De la circulation des mots et des idées et des tourments du traducteur

Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2022
Sbeih Sbeih
Référence(s) :

GLASSON DESCHAUMES Ghislaine et LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Traduire la citoyenneté XIXe-XXIe siècle : De la circulation des mots et des idées et des tourments du traducteur, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2022, 314 p.

Texte intégral

1La notion de « citoyenneté » est entrée massivement dans l’usage courant de différents types d’acteurs à travers le monde. Fréquemment utilisée pour commenter la crise du projet politique européen, son usage alimente de plus en plus le débat autour de la « démocratisation » dans le monde arabe, notamment depuis le « printemps arabe ». L’ouvrage recensé ici met cette notion à l’épreuve de la traduction. Il s’interroge sur la manière dont ce concept, historiquement indissociable de l’État de droit en Occident, fut utilisé par différents acteurs dans d’autres pays, quels sont les termes équivalents employés dans d’autres langues, leur généalogie et connotations ? L’ouvrage questionne implicitement cette « évidence européenne » qu’est l’État de droit pour dévoiler les sens pratiques des termes employés pour décrire le contenu de la citoyenneté et l’influence de la circulation des idées et des langues entre différents pays qui ne partagent pas nécessairement une histoire, une langue ou une configuration politique. Pour nourrir cette réflexion avec des cas multiples, l’accent est ainsi mis sur le contexte d’État « confessionnel » au Liban, en passant par la condition coloniale sans État en Palestine, sans oublier d’autres contextes et expériences politiques nationales « européennes » comme celui du Royaume-Uni où sont rassemblées plusieurs nations et populations issues de l’immigration, ou encore de la Yougoslavie ayant connu une fédération de républiques avant son éclatement en plusieurs États-Pays. C’est dans cette perspective que l’ouvrage nous fait circuler d’un pays à l’autre et voyager à travers le temps. Du français ou de l’anglais vers l’arabe, ou l’inverse, les auteurs font également un recours précis à certains concepts en espagnol et d’autres langues. Je présenterai ce travail collectif pluridisciplinaire, pas nécessairement dans l’ordre, avant de revenir sur la question de la traduction en pratique.

2Une introduction générale de Ghislaine Glasson Deschaumes – littéraire ayant travaillé sur la traduction et la circulation des idées – et Élisabeth Longuenesse – sociologue ayant travaillé sur les professions dans le monde arabe – présente la problématique autour de la citoyenneté et la circulation des idées depuis la perspective de la traduction. Les sept chapitres traitant différents contextes y sont articulés. Dans le premier chapitre rédigé en français, « Les paradoxes de la citoyenneté », le philosophe regretté Étienne Tassin nous dessine un panorama théorique pour tirer quelques définitions normatives de la notion. Façonnée dans le contexte européen et forgée par l’histoire des révolutions anglaise, américaine et française, la citoyenneté renvoie à un double lien d’appartenance (communautaire) et d’allégeance (à une autorité) (p. 32-34). L’auteur s’interroge sur la norme qui rend une action acceptable (la bonne manière d’agir) et de ce fait le processus de titularisation de citoyens. Il dépasse une représentation réduisant la citoyenneté à sa dimension juridique, c’est-à-dire l’obtention d’un statut juridique contre une allégeance ou un assujettissement, à une citoyenneté qui renvoie à l’agir ensemble politique (p. 36-38). Il plaide pour cette dernière dans une perspective d’égalité et d’inclusivité et de ce fait dépasse l’idée d’une citoyenneté fondée sur l’appartenance. Ce chapitre introductif dialogue avec l’ensemble de l’ouvrage et nous donne une perceptive théorique en vue d’effectuer une comparaison entre différents contextes.

3Ensuite, dans son texte rédigé en français, l’anthropologue Catherine Neveu ne se limite pas à la dimension académique du concept de citoyenneté et l’appréhende comme « mot-clé » à la suite de Williams. Ce « Keyword » circule et « fait l’objet de revendications et d’aspirations » (p. 60-62). Ses significations pratiques sont en construction permanente. Le sens de ce Keyword dépend du triangle « culture, politique et pouvoir ». Il a une « force performative, productrice et constitutive du langage » (p. 64). À la suite du travail collectif qu’elle a mené avec des collègues britannique, brésilien et étatsunien, elle attire notre attention sur le fait que certains keywords comme Cidadania, citoyenneté, citizenship ou ciudadania, ne signifient pas la même chose selon leur contexte d’usage. Leur sens oscille entre la citoyenneté et la nationalité en fonction de la langue et du pays (français du Québec, français de France…) (p. 66). Certains termes sont donc intraduisibles et doivent être mentionnés dans leur langue d’origine. La citoyenneté peut être utilisée pour s’émanciper comme pour discipliner (p. 72). Un processus de contextualisation fine est nécessaire pour insister sur le caractère processuel et relationnel de la citoyenneté pour mieux cerner ses sens pratiques.

4Cette contextualisation apparait de nouveau dans le sixième chapitre, rédigé en anglais, de Dina Kiwan, venant de la science de l’éducation. À l’instar de Joseph Carens, elle plaide pour une « approche contextuelle de la théorie politique » (p. 233). Pour appuyer ses propos, elle étudie le contexte multi-national et multi-culturel du Royaume-Uni. Elle montre les différentes approches qu’a adoptées l’éducation nationale pour enseigner la citoyenneté dans les différentes entités constituant le Royaume. Obligatoire dans les programmes scolaires en Irlande (d’abord) comme en Angleterre (plus tard), cet enseignement est optionnel en Écosse et au pays de Galles. La citoyenneté n’est pas perçue de la même manière dans ces pays. Si l’État central y trouve une occasion de promouvoir une citoyenneté « post-nationale » – et de ce fait capable d’intégrer aussi bien la multiplicité ethnique qui constitue le Royaume que la diversité culturelle émanant des communautés issues de l’immigration –, l’Écosse comme l’Irlande insistent sur la dimension nationale. Le national ici n’est pas à l’abri de la lutte et du rapport de domination entre les différents pays. Il lui donne un sens différent en fonction de la position de la « nation » par rapport aux autres ce qui n’est pas sans effets sur la problématique de la citoyenneté et ses sens pratiques.

5Maher Charif, historien, revient dans le troisième chapitre rédigé en arabe aux penseurs de la Renaissance arabe (xixe-début xxe siècle). Il distingue trois canaux à travers lesquels ces penseurs ont adopté les idées nouvelles : par leur « fréquentation directe des pays occidentaux » ; « par l’intermédiaire des missions chrétiennes » ; et par la traduction des ouvrages occidentaux vers l’arabe (p. 91-93). Il multiplie ainsi les exemples quant à cette inspiration et montre les efforts de ces penseurs pour définir les liens entre patrie-individu, à présenter aux lecteurs arabes les différents régimes politiques d’Occident et les droits et devoirs des « citoyens ». Dans ce texte chargé de citations, on voit que certains termes sont retranscrits littéralement en arabe par les penseurs de la Renaissance comme « Juriyin pour Jurés (p. 103) ; Diwan Albeir pour l’assemblée des pairs ; Al-liktur pour électeurs (p. 101). Pour Charif, le contenu de l’idée de « citoyenneté » a été ainsi promu et présenté dans les textes des penseurs arabes dont certains ont opté pour l’acclimatation de ces idées-contenus dans l’environnement arabe islamique, avant l’introduction du mot lui-même.

6Le quatrième chapitre rédigé en arabe d’Ahmad Beydoun, épistémologue et sociologue, discute les termes ṭā’ifa (communauté) et ṭā’ifiya (communautarisme, confessionalisme) et leur traduction. Concentré sur la traduction et non pas sur la thématique de la « citoyenneté », Beydoun revient sur la généalogie de ces mots dans la langue arabe. Il suppose que ces deux mots ont été chargés progressivement de nouvelles significations dans le cas libanais. L’influence des idées et des langues françaises et anglaises y est évidente. Ces mots en arabe sont désormais dotés des nouvelles configurations sémantiques que l’on ne trouve pas lors de leur usage historique dans la langue arabe. Une citation en exergue permettant de faire le lien avec la citoyenneté renvoie à un autre travail de Beydoun (2009).

7Igor Stiks (cinquième chapitre rédigé en anglais), philosophe, décortique pour nous le « laboratoire balkanique » de la citoyenneté (citizenship). Celle-ci ne renvoie pas au même contenu sémantique en fonction de la période et du projet politique adopté par les différents États de l’ex-Yougoslavie. Si entre 1945 et 1990, la citoyenneté s’avère un outil d’unification, elle devient ensuite un outil de fragmentation, de fabrication ethnique, mais aussi un instrument juridique de nettoyage ethnique (p. 181-197). Les « citoyens » se réveillent ainsi pour découvrir qu’ils sont devenus « étrangers » dans leur « propre » pays, et « sollicités » pour obtenir la nationalité ailleurs, là où ils partagent l’« ethnie » de la nation dominante. L’auteur nous présente une configuration sémantique en contradiction avec l’exemple républicain français, lorsqu’il distingue la « citoyenneté républicaine » de la « citoyenneté fédérale » dont la connotation et les implications pratiques en termes d’acquisition de la nationalité ou encore de capacité à la préserver évoluent dans ce laboratoire balkanique déchiré par les conflits.

8Le chapitre en arabe de Joni Aasi, politiste, est consacré à une discussion de la question de la citoyenneté dans la perspective d’un État palestinien à naître. Préoccupé par le centre politique en construction sur les territoires palestiniens occupés en 1967 à partir des accords d’Oslo, l’auteur s’interroge sur la manière dont la citoyenneté peut être perçue par les Palestiniens résidant en dehors des frontières de cet « État ». Il emploie ainsi le concept de « transnational » pour pouvoir englober les Palestiniens de 1948 (les Palestiniens vivant en Israël) et ceux de la diaspora. Ayant déplacé sa focale d’analyse pour poursuivre le projet politique d’État palestinien, l’auteur fait toutefois l’impasse sur un élément historique original qui peut nourrir cette réflexion autour de la citoyenneté dans une condition coloniale. Il s’agit de la division interpalestinienne quant à la « citoyenneté israélienne » : entre les Palestiniens de 1948 qui refusent de légitimer un État colonial par le biais d’une citoyenneté garantissant leurs droits en tant qu’individus par un État niant leur existence en tant que peuple et ceux qui ont adopté une approche pragmatique par la citoyenneté pour bénéficier de ces droits en tant que « citoyens » sans appartenance nationale.

9La traduction comme champ de réflexion théorique

10La difficulté de traduire les sciences sociales réside principalement dans le fait que le traducteur a affaire à des concepts théoriques. Il est ainsi invité à fouiller la théorie dont découlent les concepts, à saisir les conditions historiques, sociales et épistémologiques qui l’ont fait naitre outre les champs sémantiques des mots. Mais encore doit-il aussi se rappeler que la théorie est également le produit d’une généralisation visant à éclairer la compréhension des phénomènes étudiés dans un contexte particulier et qu’en même temps, cette abstraction du particulier peut permettre à d’autres terrains d’en bénéficier pour saisir et/ou décrire leur réalité sociale. C’est à travers les concepts théoriques que l’universel théorique circule entre les frontières et les langues. Lors de sa migration, le concept se débarrasse souvent de son particulier empirique, se déclarant ainsi comme universel, ahistorique et adaptable à toute langue et tout contexte, d’où le tourment, voire la torture du traducteur. Celui-ci doit non seulement veiller à rendre au concept son particulier empirique, mais aussi choisir les termes adéquats dans la langue d’accueil, sans faire l’impasse sur la charge sémantique et les significations que leur accordent le contexte d’accueil et l’histoire des mots.

11Le dictionnaire classique n’y est ainsi utile que partiellement. Se limiter à cet outil fait courir un risque de contresens et l’échec du traducteur en sciences sociales pourrait faire perdre à la théorie son rôle principal, en l’occurrence sa dimension interprétative et éclaircissante, sans que sa légitimité scientifique soit affectée ce qui fait de cette mauvaise traduction une source pour saisir et construire naïvement la réalité sociale dans le pays d’accueil. Cela est d’autant plus important du fait que les concepts circulent entre pays qui ne possèdent pas les mêmes pouvoirs matériels et symboliques. Le traducteur comme le chercheur en sciences sociales investit cette tache en s’interrogeant sur la manière dont son travail peut contribuer à dévoiler la domination dans un monde dit global mais de plus en plus déséquilibré, voire divisé en pôles (dominant-dominé).

12C’est dans cette perspective que les coordinatrices de cet ouvrage ont soumis ce thème à l’épreuve de la traduction. Si le cadre officiel est le fruit d’une co-organisation entre l’IFPO, la revue internationale critique Transeuropéennes de traduction, l’université de Jordanie dès 2010, les chercheurs qui y sont impliqués ont des trajectoires partagées entre deux mondes et trois langues. L’ouvrage est ainsi un bel exemple de tentative pour rendre visibles des difficultés, souvent sous-estimées et inédites, auxquelles sont confrontés les chercheurs qui effectuent l’enquête de terrain dans une langue et problématisent leurs propos dans une autre. L’ouvrage apporte plusieurs réponses pratiques à ces problèmes. L’introduction générale est ainsi suivie d’une note générale (deuxième introduction) d’E. Longuenesse sur la traduction. Ensuite, chaque chapitre est précédé d’une présentation de texte et une note sur la traduction par E. Longuenesse qui s’est également chargée de traduire les deux textes rédigés en anglais ainsi que les trois chapitres en arabe vers le français. Pour chaque chapitre, elle fournit également une liste de mots clefs et de choix de traduction, une tâche à laquelle s’est aussi attachée Randa Baas qui a traduit les deux textes rédigés en français vers l’arabe. Dans ces notes, on trouve certaines discussions, précisions, commentaires et désaccords... Le même mot peut être traduit de plusieurs façons en fonction de son contexte, mais aussi de sa place dans le texte. La cuisine de la traduction est ainsi ouverte aux lecteurs pour qu’il puisse y participer. La mise en page de l’ouvrage respecte cette idée de chantier : la page originale et sa traduction en face permettent au lecteur de vérifier la traduction ligne par ligne. Les textes traduits sont chargés de note de bas de page pour apporter d’autres précisions, des nuances sur l’emploi de certains termes dans telle ou telle langue, et la mise en avant de certaines différences quant au sens pratique de certains mots en français de France par rapport au français du Québec, par exemple, etc. Il est à souligner que la version traduite en français du chapitre de J. Aasi est plus développée et précise que le texte original en arabe. Cela est le fruit des discussions entre auteur et traductrice, mais aussi des précisions apportées tardivement par l’auteur.

13En bref, la traduction y est originalement pratiquée et introduite comme un processus collectif de réflexion théorique auquel le lecteur est fortement invité à participer. Elle fait partie de l’approche de l’analyse et non pas considérée comme une finalité en soi, ce qui fait que la traduction ici est un véritable champ de réflexion théorique. À travers la traduction est ainsi introduit un dialogue permanent entre les particularités de différents terrains mobilisés et une théorie de plus en plus contextualisée. C’est dans ce sens que l’ouvrage dépasse la dichotomie – récurrente chez certains chercheurs, consciemment ou inconsciemment – divisant le monde entre d’un côté un monde dominant éclairant et offrant la théorie et de l’autre, un monde dominé offrant l’objet d’études. De ces voyages entre pays, contextes et langues, résulte que la citoyenneté couvre des configurations sémantiques variées, de l’appartenance à un groupe identitaire, à la relation à un État ou à une entité politique, impliquant droits et de devoirs. Elle renvoie à des logiques différentes de lutte en fonction du contexte et de la catégorie d’acteurs qui l’emploie. Cela va de l’intégration et de l’adhésion à une forme d’exclusion basée sur l’ethnicité jusqu’aux revendications de justice et de liberté. Ces luttes prennent des formes variables y compris une forme juridique, outil aussi cher de nos jours aux dominants voulant asseoir leur pouvoir qu’aux dominés revendiquant leur droit. On espère que cette initiative motivera d’autres chercheurs de double culture pour réfléchir à leur tour à d’autres concepts, notamment à ceux qui circulent le plus souvent puisqu’on leur confère un caractère « universel ».

Haut de page

Bibliographie

BEYDOUN Ahmad, 2009, La dégénérescence du Liban ou la Réforme orpheline, Sindbad, Arles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sbeih Sbeih, « GLASSON DESCHAUMES Ghislaine et LONGUENESSE Élisabeth (dir.), Traduire la citoyenneté XIXe-XXIe siècle : De la circulation des mots et des idées et des tourments du traducteur  »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 155 (1/2024) | 2024, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/20701 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.20701

Haut de page

Auteur

Sbeih Sbeih

Chercheur associé à Aix Marseille Univ, CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search