Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155 (1/2024)SECONDE PARTIELecturesBourmaud, Philippe, Séverine Gabr...

SECONDE PARTIE
Lectures

Bourmaud, Philippe, Séverine Gabry-Thienpont, Marie Levant, Norig Neveu, et Karène Sanchez Summerer. « In partibus fidelium »: missions du Levant et connaissance de l’Orient chrétien (XIXe-XXIe siècles)

Rome, Italie : École française de Rome, 2022
Gabriel Doyle
Référence(s) :

Bourmaud, Philippe, Séverine Gabry-Thienpont, Marie Levant, Norig Neveu, et Karène Sanchez Summerer. « In partibus fidelium »: missions du Levant et connaissance de l’Orient chrétien (XIXe-XXIe siècles). Rome, Italie : École française de Rome, 2022.

Texte intégral

1Adolescent, Edward Saïd a fréquenté une école anglicane de Jérusalem administrée par des missionnaires, la Saint George’s School. C’est très certainement à d’autres étapes de sa vie académique que le critique littéraire a élaboré sa théorie-phare de l’orientalisme, mais ce détail biographique illustre le rapport historique entre production du savoir en sciences sociales et missions chrétiennes au Moyen-Orient. L’ouvrage « In partibus fidelium » : Missions du Levant et connaissance de l’Orient chrétien (xixe-xxie siècles), fruit d’une rencontre à l’École Française de Rome en 2018 et d’un projet de recherche quinquennal plus étendu sur les missions chrétiennes au Moyen-Orient, explore les nombreuses interactions intellectuelles entre missions européennes et sociétés chrétiennes locales de la fin de l’Empire ottoman aux indépendances.

2L’ouvrage comprend une introduction générale rédigée par les cinq éditeurs, onze contributions et une conclusion générale écrite par l’historien Aurélien Girard, spécialiste des interactions entre catholiques latins et chrétiens orientaux à l’ère moderne. Les très riches introduction et conclusion offrent une excellente synthèse du contexte historique dans lequel se sont organisées les missions chrétiennes au Moyen Orient du xixe et xxe siècles et restituent l’historiographie la plus récente sur le sujet en français et en anglais. On trouve dans ces deux textes de nombreuses précautions pour éviter les écueils de certaines études préexistantes sur les missionnaires : les éditeurs insistent sur la multiplicité des formes de missions, leurs loyautés changeantes et les phénomènes de concurrence et de rivalité entre organisations. Ils reconnaissent par ailleurs la nature « asymétrique » de leur rencontre avec les indigènes tout en ajoutant que « les échanges intellectuels qui en résultent (…) se font sur des terrains d’entente et de recherche » (p.19).

3Dans l’ensemble, ce travail collectif invite à porter un regard externaliste sur la production et la réception du savoir par les missionnaires au Moyen-Orient, c’est-à-dire en prenant en compte le contexte social et politique dans lequel sont élaborés ou lus des travaux scientifiques pour mieux les apprécier (p.337). Les auteurs-ices des chapitres se penchent donc sur les espaces précis où la production du savoir a lieu, notamment les imprimeries missionnaires, sur les processus de littérarisation moderne de différentes langues vernaculaires, syriaque, araméen ou copte, et sur des trajectoires individuelles de missionnaires, orientalistes et artistes opérant sur le terrain et de différents acteurs qui les assistent ou les contredisent.

  • 1 F. Pouillon, J.-C. Vatin (dir.), Après l’orientalisme. L’Orient créé par l’Orient, Paris, 2011.

4La perspective qui transcende les différents chapitres est annoncée dès l’introduction : il s’agit de scruter un orientalisme « pratique » (p.184 et p. 338) produit sur place, notamment par les Orientaux eux-mêmes, plutôt que de le limiter à des cercles circonscrits d’universitaires européens et américains, comme le préconisent François Pouillon et Jean-Claude Vatin1. Cette approche constitue une des grandes originalités de l’ouvrage parce qu’elle permet d’écrire une histoire multi-située des processus de patrimonialisation des cultures chrétiennes du Moyen-Orient, dans un contexte d’impérialisme ou de colonialisme européen, où émerge le nationalisme arabe et s’impose progressivement la notion de minorités chrétiennes. Les ruptures politiques de la période entraînent donc des transformations dans les régimes d’historicité locaux, ce qui est parfaitement illustré par la trajectoire de Marcus Simaïka Pacha (1864-1944). Notable égyptien et copte passé par les Frères des Écoles Chrétiennes, son action pour la protection du patrimoine traverse les bouleversements politiques de l’Égypte (pp. 205-209). Il aurait été néanmoins pertinent de comparer ce cas avec d’autres figures qui se passionnent pour leur patrimoine et manient le français et l’anglais tout autant que lui mais qui n’entretiennent pas de relations avec des missions chrétiennes.

5Au-delà de la séparation des onze contributions en deux parties, l’une sur la production et la diffusion du savoir et l’autre sur sa réception et sa reformulation, la grande majorité des chapitres montre comment les missionnaires, animés par un agenda prosélyte, prennent part à la conservation du patrimoine chrétien local, sans qu’il n’y ait là contradiction. Dans ce travail de conservation, ils font usage d’une méthodologie qui mêle rigueur scientifique, compassion humanitaire, curiosité ethnographique teintée de condescendance, voire de conspirationnisme dans la revue franciscaine Terre Sainte (p.157), et références bibliques. Ce travail contribue donc plus généralement à l’histoire des sciences sociales, en montrant le rôle qu’ont joué les acteurs religieux et les sociétés extra-européennes dans les disciplines qui émergent durant cette période.

6Par ailleurs, les contributions montrent un attachement à l’étude minutieuse de sources qui incarnent les cultures chrétiennes locales et constituent encore aujourd’hui leur patrimoine : l’euchologe de Jérusalem étudié par Charbel Nassif « demeure une référence pour la vie liturgique et spirituelle des melkites » (p.94) ; les manuscrits des Dominicains de Mossoul emmenés par le père Madjeeb en 2014 pour empêcher leur destruction par les soldats de l’État Islamique, mentionnés par Jean Jacques Pérennes (p.130) et Alessandro Mengozzi (p.53), en sont un autre exemple. Dans son analyse de la trajectoire d’Eduard Sachau, « figure négligée de l’orientalisme allemand » (p.167), Emilano Fori mentionne également des manuscrits syriaques qui sont encore à la Staatsbibliotek de Berlin et qui n’ont toujours pas fait l’objet d’études sérieuses (p.182). On comprend donc que les logiques entrecroisées de sauvegarde patrimoniale et d’études scientifiques restent d’actualité dans une région fragilisée par les conflits.

  • 2 S. Poole, « Eugène Boré and the Bulgarian Catholic Movement », Vincentian Heritage Journal, Vol. (...)

7Outres tous ces attraits, l’ouvrage aurait pu approfondir la réflexion générale sur la délimitation géographique choisie, qui ne paraît pas toujours si claire. L’introduction de l’ouvrage évoque un « Orient chrétien moins comme corpus que comme convergence d’acteurs » (p.6), mais plusieurs cas situés en Anatolie ou dans les Balkans auraient été pertinents de mentionner, ne serait-ce pour questionner la singularité des trajectoires chrétiennes levantines par rapport à celles plus à l’ouest. Ainsi, la bibliothèque des Assomptionnistes de Kadiköy à Istanbul fondée en 1896, mentionnée en conclusion (p. 321), est un véritable laboratoire des recherches sur l’Empire byzantin. De même, plusieurs intellectuels du réveil national bulgare entretiennent des relations intellectuelles très fortes avec les missions catholiques et protestantes2. La question de la délimitation de ce que constitue géographiquement l’« Orient chrétien » pour les missionnaires, les sociétés (post-)ottomanes et les chercheurs contemporains, mériterait des analyses plus approfondies.

Haut de page

Notes

1 F. Pouillon, J.-C. Vatin (dir.), Après l’orientalisme. L’Orient créé par l’Orient, Paris, 2011.

2 S. Poole, « Eugène Boré and the Bulgarian Catholic Movement », Vincentian Heritage Journal, Vol. 16, n°2, p.194-200.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Doyle, « Bourmaud, Philippe, Séverine Gabry-Thienpont, Marie Levant, Norig Neveu, et Karène Sanchez Summerer. « In partibus fidelium »: missions du Levant et connaissance de l’Orient chrétien (XIXe-XXIe siècles) »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 155 (1/2024) | 2024, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/20703 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.20703

Haut de page

Auteur

Gabriel Doyle

Sciences Po Reims

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search