Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155 (1/2024)SECONDE PARTIELecturesIBN ʿAQĪL, Abū ʿAbd Allâh Muḥamma...

SECONDE PARTIE
Lectures

IBN ʿAQĪL, Abū ʿAbd Allâh Muḥammad, Abdallah CHEIKH-MOUSSA (éd. et trad.) et Anne-Marie EDDÉ (éd. et trad.), Les perles ordonnées: des vertus du Sultan Barquq (784-801 / 1382-1399)

Turnhout, Belgique, Brepols, 2022
Ismaël Darwish
Référence(s) :

IBN ʿAQĪL, Abū ʿAbd Allâh Muḥammad, Abdallah CHEIKH-MOUSSA (éd. et trad.) et Anne-Marie EDDÉ (éd. et trad.), Les perles ordonnées: des vertus du Sultan Barquq (784-801 / 1382-1399), Turnhout, Belgique, Brepols, 2022, ISBN : 978-2-503-59670-9.

Texte intégral

1Les perles ordonnées. Des vertus du Sultan Barqūq (784-801/1382-1399) est un court traité rédigé en 1383 par Muḥammad Ibn ʿAqīl, un lettré et juriste (faqīh) de l’école juridique (madhhab) chafiite. Si l’auteur n’a laissé aucun autre ouvrage qui soit parvenu jusqu’à nous, il nous est vraisemblablement connu sous le nom de Fatḥ al-Dīn Muḥammad Ibn ‘Aqīl (m. 1387), par deux chroniques mameloukes majeures du xve siècle le présentant également comme un secrétaire de la chancellerie cairote et le fils d’un grand cadi (qāḍī al-quḍāt) chafiite du Caire. Ce traité vise ostensiblement, comme l’indique l’intitulé (Al-Durr al-naḍīd fī manāqib al-Malik al-Ẓāhir Abī Saʿīd), à faire les louanges du sultan mamelouk d’Égypte et de Syrie, al-Ẓāhir Abū Saʿīd Barqūq (r. 1382-1399), lequel avait pris le pouvoir seulement huit mois et demi avant qu’ Ibn ʿAqīl achève la rédaction du traité puis fut reconnu au cours des décennies suivant son règne comme le fondateur d’une nouvelle dynastie mamelouke, celle des Circassiens, qui succédait à plus d’un siècle de règne de sultans dits « baḥrites », d’origine turque Qiptchaq dans leur vaste majorité.

2Ce texte est édité et traduit en français par Abdallah Cheikh-Moussa, spécialiste de la littérature arabe médiévale des débuts de l’islam au xve siècle, notamment mais non exclusivement des genres des miroirs des princes et du conseil au prince, et Anne-Marie Eddé, historienne spécialiste de la Syrie et des sultanats et principautés de l’espace syro-égyptien des xe-xve siècles. La publication de cette édition-traduction bilingue reprend les conclusions d’un travail mené par les deux professeurs et ayant fait l’objet d’une communication d’Anne-Marie Eddé, « Les perles ordonnées : un traité des vertus en hommage à un sultan Mamelouk du xive siècle », parue cinq ans plus tôt dans les Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

3Al-Durr al-naḍīd est constitué d’une préface et de trois chapitres (bāb). L’objet du traité apparaît dès les premières phrases de la préface puisque les louanges usuelles à Dieu et au Prophète de l’islam sont associées aux bienfaits que retirent l’islam et les sujets du sultan de l’avènement du « souverain victorieux » (al-Malik al-Ẓāhir). Cet éloge appuyé est suivi de celui d’une vertu, la justice (al-‘adl), considérée comme la principale de tout bon souverain, puis d’une évocation des bienfaits du règne de Barqūq, lesquels motivent l’entreprise de l’auteur, et de l’annonce de l’intitulé et du contenu de chacun des trois chapitres. Le premier est un bref résumé des règnes des Mamelouks, de l’avènement en 1250 du premier de ces sultans d’Égypte et de Syrie issus des corps d’esclaves-soldats composant la cavalerie d’élite de l’armée, à celle de Barqūq en novembre 1382. Aux premiers mois du règne de ce dernier, l’auteur consacre le dernier tiers de ce chapitre, entre poésie, prose simple et prose rimée (saǧ‘). Il rappelle des vers composés par divers lettrés en son honneur, en emprunte d’autres à des poètes antérieurs et les adapte pour louer son souverain. Dans le deuxième chapitre, l’auteur expose une suite de trente-deux questions et réponses juridiques (masā’il fiqhiyya) dont le but annoncé est de donner de la matière au sultan pour évaluer les connaissances juridiques de quiconque il souhaitera interroger. Les sujets abordés sont variés, allant des rituels religieux au droit familial et successoral, en passant par la chasse, l’agriculture, la propriété foncière et le jeu d’archerie. La nécessité d’une compréhension fine des enjeux des questions de droit est mise en avant par la présentation de deux cas de figure dans la réponse à chaque question, l’un menant à une réponse par l’affirmative et l’autre à une réponse par la négative. Le troisième chapitre, le plus court, consiste en un exposé des vertus (manāqib) de Barqūq. Y est d’abord évoquée la piété filiale, Barqūq ayant fait venir en 1381, alors qu’il était atabeg (commandant en chef) des armées, son père et une partie de sa famille du pays circassien, dans le lointain Caucase, et leur ayant réservé un accueil triomphal. Suivent une énumération argumentée de certaines de ses autres vertus, parmi lesquelles : la grâce divine dont il bénéficie – elle aurait permis au sultanat de trouver la prospérité, son avènement ayant mis fin à la sécheresse et provoqué une crue abondante du Nil –, la crainte et le respect qu’il suscite, la pureté de ses intentions et la générosité. Un long poème laudatif suivi d’un colophon indiquant la date d’achèvement de la rédaction (15 août 1383) et le nom de l’auteur closent l’ouvrage. Ce dernier chapitre semble ainsi destiné à compléter l’exposé en préface de la justice par celui de nombreuses autres vertus de ce souverain, attestées par une série d’événements.

  • 1 Eddé, Anne-Marie, Saladin, Paris, Flammarion, 2008.

4Le travail de commentaire approfondi des deux auteurs de l'édition, via l’introduction en huit sections (trente pages) et les notes de bas de page qui accompagnent la traduction, est mis au service de l'accessibilité de la source, de la compréhension des aspects matériels du manuscrit et de son contenu, ainsi que de sa mise en contexte dans l'histoire politique du sultanat mamelouk et dans l'histoire littéraire de l’espace égypto-syrien et, plus largement, de l’Islam. En effet, l’ascension et l’avènement de Barqūq, lequel marque un changement dynastique et politique majeur au regard de la suite de son règne et des évolutions postérieures à celui-ci, sont mis en regard de la perception par Ibn ‘Aqīl d’une continuité du pouvoir des « Turcs », l’origine géographique réelle du nouveau souverain semblant lui importer bien moins que la pérennité du royaume sous le contrôle d’un homme fort et vertueux. Aussi, l'analyse de ses différentes sources d'inspiration et emprunts donne à comprendre quels aspects du texte relèvent de l’ancrage de l’auteur dans une culture lettrée de savants qui sont aussi bien hommes de cour et administrateurs que poètes et hommes de loi et de foi – Ibn ‘Aqīl emprunte aux genres des miroirs des princes, du conseil aux princes et de la littérature panégyrique pour véhiculer une certaine image du souverain idéal, thème très présent dans la littérature arabe classique d’époques et d’espaces variés, comme l’ont montré les travaux d’Abdallah Cheikh-Moussa sur une série d’écrits relevant de ces genres dès le viiie siècle, ainsi que dans la propagande mise en œuvre par les souverains eux-mêmes et leurs cours, comme Anne-Marie Eddé l’a démontré dans sa biographie de Saladin1 –, et quels aspects marquent une certaine originalité – l’éloge de la piété filiale comme étant une des principales vertus d’un sultan pourtant initialement recruté en tant qu’esclave-soldat avant son affranchissement, ou l’absence de récit de la vie ou du début de règne de Barqūq. Des hypothèses sont formulées avec clarté et étayées avec concision quant aux intentions de l’auteur, concernant, par exemple, la nature de ses ambitions pour lui-même ou pour son madhhab chafiite, le fait de consacrer le quart de son traité à une histoire de la succession des sultans mamelouks avant Barqūq depuis 1250, tout en passant sous silence certains épisodes qui pourraient entraver son entreprise de légitimation du nouveau souverain (premier chapitre), son choix de traiter de questions juridiques qui relèvent traditionnellement de la juridiction des cadis plutôt que de celle du sultan (deuxième chapitre), ou encore l’inhabituelle brièveté de la titulature attribuée à ce dernier qu’il couvre pourtant d’éloges (troisième chapitre).

5La traduction est de grande qualité. La transcription arabe de certains mots imparfaitement traduisibles ou plus fortement sujets à interprétation figure entre parenthèses. Les éléments explicatifs et de contexte figurant en notes de bas de page en facilitent la compréhension. De plus, le choix de la présentation facilite grandement la navigation entre les deux versions (arabe et traduction) pour le lecteur bilingue ou arabisant : la traduction en français sur la page de gauche fait face au texte édité en arabe sur la page de droite, les sauts de page permettant une correspondance quasi-parfaite entre les deux textes au sein de chaque double-page. Nous proposons quelques remarques sur les choix de traduction. Si les citations du Coran en français sont bien indiquées comme étant reprises de celle de Régis Blachère (1956), la traduction « l’homme » pour le terme al-insān dans le Coran (p. 116-117) ne semble pas devoir désigner une personne de sexe masculin mais plutôt « l’Homme » dans son acception générique (comme cela apparaît dans la traduction originale de Blachère). De même, walad dans un hadith (p. 116-117) est traduit par « un fils » et non par « un enfant », acception qui correspond au sens premier du mot walad, lequel ne fait pas de distinction de sexe. Dans ces deux cas, la parole divine et la parole prophétique, respectivement, semblent être adressées aux membres des deux sexes de la communauté des fidèles musulmans. Enfin, la proposition « qaṣadū Miṣra » est traduite par « [ils] marchèrent sur l’Égypte » (p. 54-55) ; il faut comprendre « [ils] marchèrent en direction de l’Égypte », ce que la traduction française fait néanmoins apparaître clairement dans le contexte. Ces modiques remarques sont presque dispensables au regard de l’absence d’incidence sur la compréhension globale des passages concernés et ne remettent pas en question la qualité de ces traductions et le grand intérêt historique et littéraire de cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Eddé, Anne-Marie, Saladin, Paris, Flammarion, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ismaël Darwish, « IBN ʿAQĪL, Abū ʿAbd Allâh Muḥammad, Abdallah CHEIKH-MOUSSA (éd. et trad.) et Anne-Marie EDDÉ (éd. et trad.), Les perles ordonnées: des vertus du Sultan Barquq (784-801 / 1382-1399) »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 155 (1/2024) | 2024, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/20713 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11phh

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search