Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155 (1/2024)SECONDE PARTIELecturesPERRIER Antoine, Monarchies du Ma...

SECONDE PARTIE
Lectures

PERRIER Antoine, Monarchies du Maghreb. L’État au Maroc et en Tunisie sous protectorat (1881-1956)

Paris, éditions de l’EHESS, 2023
Nessim Znaien
Référence(s) :

PERRIER Antoine, Monarchies du Maghreb. L’État au Maroc et en Tunisie sous protectorat (1881-1956), Paris, éditions de l’EHESS, 2023, 379 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Antoine Perrier, version remaniée d’une thèse de doctorat soutenue en 2019 à Sciences-Po, pose la question de la nature de ce mode de colonisation qu’est le protectorat. Les protectorats, en Tunisie (1881-1956) et au Maroc (1912-1956), se définissent d’abord par la présence d’une double administration, française et locale. L’idée centrale de l’ouvrage est de relativiser l’idée d’une omnipotence de l’État colonial face à l’administration locale. Les administrations tunisiennes et marocaines conservent une part d’autonomie, en grande partie grâce à leurs ressources issues des biens religieux (habous). Ces administrations évoluent cependant et connaissent progressivement plusieurs nouveautés, comme l’apparition des fonctionnaires salariés. Le plan de l’ouvrage suit une chronologie très classique du Protectorat, que l’auteur justifie comme un moyen d’en réinterpréter le sens.

2La première partie (« cohabiter ») va des années 1880 aux années 1920. L’auteur fait une synthèse de la littérature sur les réformes des États marocains et tunisiens au xixe siècle (chapitre 1), avant de rappeler la formation juridique des protectorats et leur idée centrale. Au-delà de certaines règles, la notion de protectorat reste souple et varie au gré des rapports de force. Comme Daniel Rivet ou Pierre Vermeren avant lui, l’auteur se garde de faire de cette période les prémices d’une dérive vers l’administration directe des Protectorats. Ceux-ci ont comme fondement la notion d’association entre deux administrations, bien plus que l’idée de civilisation. Les agents tunisiens et marocains continuent à assurer les services publics pour « recenser, marier, protéger, surveiller, nourrir ou secourir » (p. 101). Si le budget global est aux mains des autorités françaises, la cour du souverain reste un espace politique, par le contrôle que celui-ci possède de certaines rétributions et du protocole. Au Maroc comme en Tunisie, la mise en place des protectorats permet même aux anciennes élites de conserver ou regagner un certain pouvoir. L’administration coloniale se met en place par l’importation de fonctionnaires venus de métropole (chapitre 2). Pour rendre plus attractive les carrières coloniales, le ministère octroie des avantages considérables à ses fonctionnaires, ce qui créé une inégalité de traitement avec les agents maghrébins. La volonté de marquer les différences entre les deux administrations étant plus forte au Maroc, les discriminations sont également plus fortes dans ce pays. La notion de service public à la française n’est pas introduite dans l’administration musulmane de cette période. La fonction publique locale est enfin en partie autonome, car les services publics sont financés par les habous. Pour estimer le poids de ces administrations, l’auteur étudie les fondations pieuses marocaines et la Grande mosquée de Tunis. L’ampleur des missions de ces institutions dépasse de bien loin les œuvres sociales et concerne également l’éducation. Le chapitre 3 sur les finances religieuses referment sans doute les pages les plus pertinentes de l’ouvrage.

3La deuxième partie (« réformer ») va des années 1920 aux années 1940. Les protectorats connaissent leurs premières crises politiques et économiques d’envergure, avec les contestations nationalistes et la crise financière des années 1930. En réaction, des réformes de l’État sont suggérées, avec en toile de fond l’intégration dans la haute fonction publique des élites marocaines et tunisiennes. Ces projets de réforme portent sur l’harmonisation des salaires et des statuts, et proviennent d’abord des acteurs tunisiens et marocains, qui agissent par conviction politique et par réaction à la baisse du niveau de vie. Les monarchies marocaine et tunisienne se confrontent cependant au conservatisme de la Résidence générale, qui refuse de financer ces réformes. Dans ces débats, l’auteur relativise le pouvoir des Résidents généraux, pris entre les pressions des monarchies, de la métropole et de leurs administrations. Cependant, dans la seconde moitié des années 1920, le conseil d’État français transfère plus de pouvoir législatif aux Résidents. En réaction, le Bey de Tunis tente de garder une forme d’influence politique à travers sa signature formelle des décrets. Face à ces résistances, les Résidents essayent de passer en force plutôt que négocier, entrainant un rapport de force qui paralyse l’État. Des réformes réussissent parfois (chapitre 5), et à la fin des années 1930 davantage d’agents de l’État occupent des fonctions salariées, comme les caïds en Tunisie. C’est dans ce pays que les réformes sont plus importantes, l’histoire de l’État et la vigueur des revendications des élites ayant joué un rôle prépondérant. On suit ici le rôle de certains hauts fonctionnaires, comme Ṭāhar Khayr al-Dīn et Muḥammad al-Hajwī, qui permettent d’incarner davantage le propos. Les réformes des administrations sont cependant globalement des échecs. L’assimilation de fonctionnaires maghrébins au sein de l’administration française est rejetée en bloc, ce qui fournit un terreau aux mouvements nationalistes. L’État colonial tente aussi une réforme, avec comme objectif de fond de remplacer à terme les monarchies, et de les incorporer dans un État de conception française qui accueillerait en son sein les sujets protégés (chapitre 6). Ces réformes échouent, d’abord par souci de la direction des finances de limiter les dépenses publiques. Par ailleurs des raisons culturalistes sont données par les partisans du refus, qui évoquent la faiblesse des qualifications techniques des agents tunisiens ou les besoins supposés plus modestes des Marocains, afin de justifier les inégalités. De manière plus structurelle, l’échec même des réformes, de l’égalitarisme ou de l’amalgame entre les fonctionnaires maghrébins et métropolitains vient d’une confrontation de fond sur la valeur de l’expertise : la France métropolitaine fonde la valeur du fonctionnaire sur l’obtention d’un concours de la fonction publique, quand les monarchies, elles, privilégient le diplôme.

4La troisième partie (« triompher ») va des années 1940 à l’indépendance en 1956. C’est le refus de l’égalisation des traitements entre fonctionnaires métropolitains et maghrébins qui provoque une coalition des mécontentements des élites, à commencer par les monarques. Pour résister aux tentatives d’assimilation françaises, les souverains maghrébins tentent de capter le maximum de pouvoir et de recréer l’idée d’une monarchie absolue (chapitre 7). Si les administrateurs français ont contribué à créer l’idée que les monarques étaient absolus, leurs visions des monarchies évoluent progressivement. Le sultan marocain est vu comme un partenaire indispensable pour les intérêts français au Maroc, alors que la monarchie beylicale tunisienne est perçue comme surannée. Dans le chapitre 8, l’auteur rappelle que malgré la présence d’une nouvelle élite locale formée en France (particulièrement en Tunisie), les réticences coloniales restent intactes pour garder les inégalités de traitements métropolitains et maghrébins. L’itinéraire de fonctionnaires déclassés, comme Muḥammad ‘Alī Al-‘Annābī ou Anwār Qurṭ, permet de saisir le malaise des hauts fonctionnaires maghrébins dans une histoire à hauteur d’hommes. L’auteur observe ensuite la fonctionnarisation croissante des administrations marocaine et tunisienne (chapitre 9). Le salariat des fonctionnaires, la mise au concours de leurs postes ou la précision de leur statut juridique (entérinés par les journaux officiels) se développent progressivement. Cette fonctionnarisation répond à des revendications du sultan du Maroc pour rester au centre des institutions marocaines, et de certaines élites tunisiennes pour valoriser leur capital intellectuel face à la vieille aristocratie. Elle n’est que partielle, particulièrement au Maroc, et demeure souvent ambigüe sur le plan juridique (chapitre 10). Pourtant et malgré le même intérêt des souverains pour la cause nationaliste, la montée des revendications pour une réforme de l’administration aboutit à deux résultats opposés : une abolition de la monarchie en Tunisie un triomphe de celle-ci au Maroc. La différence provient des ressources financières des monarchies. L’auteur rappelle que celles-ci sont très liées aux habous, qui sont bien plus puissants au Maroc ce qui permet à la monarchie de survivre. C’est la déréliction de ce patrimoine financier qui explique dans le cas tunisien la perte de puissance des élites religieuses et par-delà même de la monarchie.

5Dans son analyse, l’auteur utilise essentiellement les sources des archives diplomatiques de Nantes et d’Aix-en-Provence et des archives nationales de Tunisie. Les lectures externes des sources ne sont pas négligées, avec l’évolution de la forme du papier, de l’écriture et des sceaux, qui informent sur la nature de l’État. L’échelle d’analyse est énorme, et peu commune pour une thèse de doctorat, en tout cas en France. Il s’agit d’étudier deux appareils d’État sur plus de 70 ans, quand la plupart des thèses n’étudient qu’un corps de fonctionnaires, un lieu, une période ou une institution. De ce fait, l’ouvrage embrasse beaucoup et prend le risque de mal étreindre, par un propos parfois surplombant. On peut regretter le faible développement des études de cas dans certains chapitres, qui auraient permis de rendre plus complexe ou novatrice la démonstration, en dégageant par exemple des différences régionales plus fines (particulièrement en Tunisie), ou en accentuant le rôle de certains acteurs locaux, comme les caïds ou les pachas. Peut-être qu’une étude resserrée autour des ressorts politiques et économiques des fondations pieuses ou du rôle des caïds auraient permis de mettre davantage en valeur les apports historiographiques de ce travail. L’auteur s’est, il est vrai, peut-être confronté à un problème de sources. L’ouvrage a cependant un vrai intérêt, celui de présenter une vision stimulante sur les protectorats tunisien et marocain, qui permet de nourrir une réflexion sur les notions de colonisation et d’État moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nessim Znaien, « PERRIER Antoine, Monarchies du Maghreb. L’État au Maroc et en Tunisie sous protectorat (1881-1956) »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 155 (1/2024) | 2024, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/20721 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.20721

Haut de page

Auteur

Nessim Znaien

Université de Marburg ; Nessim.znaien[at]uni-marburg.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search