Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155 (1/2024)SECONDE PARTIELecturesMalika Rahal, Algérie 1962. Une h...

SECONDE PARTIE
Lectures

Malika Rahal, Algérie 1962. Une histoire populaire

Paris, la Découverte, 2022
James McDougall
Référence(s) :

Malika Rahal, Algérie 1962. Une histoire populaire, Paris, la Découverte, 2022, 493 p., ISBN : 978-2-348-07303-8.

Texte intégral

1Ce livre tant attendu dans le milieu des historiens du Maghreb et de l’Algérie contemporaine, est le fruit non seulement d’un travail exigeant de préparation d’une habilitation à diriger des recherches, non seulement de recherches elle-mêmes aussi inventives qu’intensives, mais de plusieurs années de réflexion à la fois profonde et novatrice sur les défis et les possibilités de l’écriture d’une histoire contemporaine et « à ras le sol » de l’Algérie, au-delà du « seuil » de 1962. Malika Rahal, qui depuis quelques années cumule de telles réflexions sur son carnet de recherche Textures du Temps (https://texturesdutemps.hypotheses.org/​) ainsi que par le moyen de publications universitaires plus classiques, nous a livré un ouvrage d’une ampleur et d’une richesse au-dessus de toute attente. C’est un livre remarquable et qui a déjà fait date.

2Généralement évoquée de façon trop facile comme point de rupture, fin de l’histoire ou début d’un présent qui reste (on ne l’aura que trop dit en Algérie en 2012, pendant les fêtes des cinquante ans de l’indépendance), trop peu historicisé, l’année 1962 est prise ici « comme événement et comme durée. »  Plutôt qu’une tranche de temps, simple série linéaire de dates avec son trop-plein de faits politiques et institutionnels, 1962 ici nomme « un événement complexe » dont le « dépliement » permet de dépasser les récits connus et de livrer une « histoire des gens. » Comme on dispose désormais, avec les travaux de Amar Mohand Amer notamment, d’une meilleure appréciation des linéaments de la crise politique de 1962, il est d’autant plus important que Malika Rahal ait pu déplacer le regard historique sur d’autres aspects, plus « populaires » certes, mais aussi plus étendus aux questions de l’espace, du temps, et du corps : de l’expérience vécue, en somme, dans ses différentes dimensions, de ce que fut l’année où les Algériens pourraient, ne soit-ce que trop brièvement, « ouvrir le pays à son avenir » . L’auteure dépasse ainsi à la fois ce qu’elle appelle le récit de « déploration », qui en Algérie consiste à retrouver dans les événements politiques de 1962 la trame des déceptions vécues depuis lors, et (et bien davantage) les « guerres des mémoires » (pour reprendre une phrase à Eric Savarèse) qui dans le domaine public et le discours politique en France ont si souvent occupé l’espace qu’une meilleure compréhension historique peine à éclaircir.

3Ce « dépliement » de l’année 1962 procède en quatre parties et vingt-deux chapitres, pour faire une somme de plus de quatre cent pages dont la lecture, pourtant, ne relève jamais d’une quelconque lourdeur. Tout au contraire, à chaque moment on découvre des moments, des lieux et des expériences individuelles et collectives, dont l’évocation est soigneuse et l’analyse subtile. Le découpage thématique en quatre volets – violences, corps, espaces, temps – permet de survoler la topographie complexe de ce « long 1962 », et en même temps de plonger à fond dans le détail ; ici la question de l’intégrité territoriale, Sahara comprise, là, le parfum de l’atarcha (une type de géranium sauvage). On est plongé dans l’angoisse, la rumeur, l’expectative ; et à un autre niveau, on découvre la « géopolitique du rapatriement » et « l’archipel des camps » de regroupement des populations. Surtout, ces choix thématiques portent un regard neuf et révélateur sur des aspects de l’année de l’indépendance que l’on a eu tendance, par ailleurs, de traiter en polémique sensationnel (l’histoire du « sang volé » à Oran, que l’on trouve encore, épisodiquement, évoquée en France dans la mémoire pied-noire, ou la violence faite aux harkis, longtemps refoulée mais devenue un lieu commun des « reconnaissances » étatiques en France), de laisser totalement à l’écart (l’immense opération de rapatriement des réfugiés), ou d’évoquer plus en romancier qu’en historien (la quête après-guerre des disparus et des corps des défunts). Dans tous ces domaines et bien d’autres, ce livre rassemble des questions jusqu’ici fragmentées, peu connues ou ignorées, et en fait un récit documenté, convaincant. Il faut signaler surtout les pages qui traitent de la question des champs de mines (11 à 12 millions de mines antipersonnel ayant été semé par l’armée française surtout dans les zones frontalières pendant la guerre, mines dont les restes continuaient, au moment de la rédaction de ce livre, de faire des victimes) et l’attention particulière au corps (collectif et individuel, meurtri ou libéré, dépouille ou en fête) où les contributions de ce livre seront particulièrement importantes.

4Mettant à l’œuvre des approches tirées de l’anthropologie et de la sociologie, Rahal rassemble un large corpus de documents tirées de publications, d’entretiens et d’archives mais aussi d’autres sources très diverses. On remarquera l’inventivité qu’il lui a fallu déployer, dans la constitution de ce corpus, pour remédier, aussi bien que possible, à l’absence, à quelques exceptions près, de la communicabilité des archives algériennes. Outre un très grand nombre de témoignages publiés, de communications personnelles et d’entretiens, sa recherche s’appuie sur la presse, des chansons, des films, des manuscrits, de textes littéraires et d’ouvrages scientifiques de l’époque.

5Le résultat est un livre à la fois foisonnant de détail et passionnant à lire, voué à devenir un ouvrage de première importance non seulement dans l’historiographie de l’Algérie et du Maghreb, mais plus généralement dans l’histoire de la décolonisation et plus largement dans l’écriture de l’histoire du vingtième siècle depuis et en rapport avec « le sud » , the global south, ses possibilités et ses espoirs ainsi que ses luttes et ses blessures. C’est un livre façonné par l’engagement indissociablement personnel et professionnel de l’auteure, dont le travail à manier ses sources et à construire son récit, autant empathique et respectueux que pointillé et méticuleux, est impressionnant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

James McDougall, « Malika Rahal, Algérie 1962. Une histoire populaire »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 155 (1/2024) | 2024, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/20730 ; DOI : https://doi.org/10.4000/remmm.20730

Haut de page

Auteur

James McDougall

Trinity College, Oxford

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search