Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155 (1/2024)PREMIERE PARTIE - La célébration ...Partie 2 : Approche socio-anthrop...Formes d’organisation communautai...

PREMIERE PARTIE - La célébration de la naissance du Prophète (al-mawlid al-nabawī)
Partie 2 : Approche socio-anthropologiques

Formes d’organisation communautaire et traditions villageoises à l’occasion de la célébration de la fête lmulud dans la tribu maraboutique de Cherfa en Kabylie (Algérie)

Forms of communal organisation and village traditions on the occasion of the celebration of lmulud in the maraboutic tribe of Cherfa in Kabylia (Algeria)
أشكال التنظيم المجتمعي والتقاليد القروية المتعلقة بالاحتفال بالمولد النبوي لدى المرابطين بالشرفة في منطقة القبائل (الجزائر)
Azzedine Kinzi
p. 107-118

Résumés

L’anniversaire de la naissance du Prophète Muḥammad, ou lmulud en kabyle, est célébré d’une manière exceptionnelle et intense dans certains villages de Kabylie (Algérie). C’est le cas dans la tribu maraboutique de Cherfa, composée de quatre villages se réclamant d’une ascendance commune, le Saint Jeddi Abdelmelk. Cette fête religieuse met en branle toute une forme d’organisation communautaire et des traditions villageoises qui durent au moins trois jours. Elle est organisée principalement autour du mausolée de Jeddi Abdelmelk, où le profane et le sacré se mêlent et trouvent sens dans ce cadre festif. À travers une approche empirique, notre article se veut une réflexion anthropologique sur cette fête. L’objectif de notre contribution est de saisir la complexité des formes d’organisation communautaire ainsi que les pratiques culturelles et rituelles mises en scène à l’occasion de la célébration de cette fête religieuse.

Haut de page

Texte intégral

Jeddi Abdelmel yenna : « wini d-ikecmen ɣer wakal-iw d mmi»

Jeddi Abdelmelk dit : « celui qui rentre dans mon territoire est considéré comme mon fils »

1À propos du Mawlid, Jean Servier écrit :

Cette fête est devenue, chez tous les paysans de l’Afrique du Nord, une fête de l’enfantement, c’est-à-dire de la fécondité donnée par les morts, une fête des lampes dans la flamme desquelles viennent se manifester les âmes des morts, faute de pouvoir dire, parce que les paysans ne l’expriment pas, une fête de l’incarnation. (Servier, 1985 : 416-417)

  • 1 Les termes berbères (kabyles) sont translitérés dans ce texte selon les règles de notation usuelle (...)

2Notre contribution se veut une réflexion anthropologique sur la célébration de la naissance du Prophète, connue en kabyle sous le nom de Tameɣra n nnebi, ou lmulud1, dans la tribu maraboutique de Cherfa en Kabylie du Djurdjura (Algérie). Comme toute fête religieuse, ainsi que l’écrit Mircea Eliade, elle « consiste dans la réactualisation d’un événement sacré qui a eu lieu dans un passé mythique au ‘commencement’ » (Eliade, 1965 : 63).

3L’intérêt premier de notre étude est de saisir la façon dont les habitants de quatre villages structurés en entité sociologique et historique, la tribu de Cherfa, perpétuent cette tradition ancienne. Il est question de voir comment les villageois de Cherfa se mobilisent sur la scène sociale dans des formes d’organisation spécifiques et mettent en branle diverses pratiques culturelles et rituelles où le sacré et le profane s’entremêlent pour donner une signification culturelle et symbolique au lmulud.

  • 2 Notamment SIDI AHMED, El Hadi, « La fête de Lmouloud à Chorfa : tighri n Jeddi Abdelmelk », réalisa (...)

4Durant notre enquête de terrain, cinq entretiens ont été réalisés avec les organisateurs du lmulud, en l’occurrence des représentants de la tajmaɛt n lɛerc de Cherfa (conseil de la tribu de Cherfa) rencontrés au siège du mausolée du saint Jeddi Abdelmelk. À ces entretiens « protocolaires » s’ajoutent de nombreuses discussions avec une vingtaine d’hommes et de femmes de différents âges parmi les villageois et les visiteurs/pèlerins (ziyar, sg. zayir). Ces discussions se sont déroulées essentiellement dans le village At Lhadj Ali lors de la fête de lmulud qui s’est tenue en octobre 2022, laquelle fut également pour nous l’occasion d’une observation directe et participante des célébrations. À cette occasion, nous avons été invités par des amis d’At Lhadj Ali en qualité de visiteur/pélerin. En outre, nous avons consulté sur internet des vidéos et documentaires2 qui ont été réalisés sur lmulud à Cherfa.

5Cet article ne porte pas sur les origines historiques de lmulud dans les villages de Cherfa, mais propose plutôt une description ethnographique de cette fête et des pratiques socioculturelles qui lui sont associées. Nous tenterons d’en saisir le sens anthropologique en la considérant comme « un des ressorts essentiels de la valorisation de la religion populaire » (Isambert, 1982 : 125), ou « religion extatique » comme la qualifie Fanny Colonna (Colonna, 1996).

La tribu de Cherfa : une « confédération » de quatre villages maraboutiques

  • 3 Le récit hagiographique sur la figure de Jeddi Abdelmelk, recueilli auprès des villageois de Cherfa (...)

6La tribu de Cherfa, connue en kabyle sous l’appellation de lɛerc n Cherfa n yiɣilyeqqen, est une fédération de quatre villages maraboutiques : At Waâli, At Abed, At Meghezlmal et At Lhadj Ali. Ces derniers se réclament d’une descendance commune du saint Jeddi Abdelmelk3, dont le tombeau est implanté à At Lhadj Ali, et de surcroît d’une obédience confrérique, la Raḥmāniyya (Chachoua, 2002 ; Salhi, 2008). Selon la tradition orale, la tribu de Cherfa appartenait, durant la période précoloniale, à la confédération des Guechtoula (Iguechtal, Iguechtoulen) (Hanoteau, 2003 : 279 ; Mahé, 2001 : 76-77), l’une des plus puissantes confédérations de la contrée des Igawawen, de la Kabylie du Djurdjura.

7Sur le plan géographique et topographique, la tribu de Cherfa occupe un territoire escarpé dans le massif central de Djurdjura surplombant les plaines des Ouadhias. Administrativement, cette tribu est située dans la commune de Tizi n Tleta appartenant à la wilaya de Tizi-Ouzou. Le nombre d’habitants de l’ensemble des quatre villages est estimé en 2023 par les villageois à cinq mille.

  • 4 Sur cette institution,voir Assam, 2019 ; Kinzi, 2021.
  • 5 Sur le rôle social des récits généalogiques en Kabylie, voir Assam, 2022 : 127.

8Les villages qui structurent la tribu de Cherfa jouissent d’une certaine autonomie dans la gestion de leurs affaires internes. À cet effet, chaque village dispose de sa propre tajmaɛt ou « comité de village4 ». Par ailleurs, la proximité territoriale de ces quatre villages consolidée par l’invocation d’une généalogie commune (réelle ou mythique)5 permet à ces derniers d’être structurés autour d’une organisation collective commune, appelée tajmaɛt n lɛerc (l’assemblée de la tribu). Celle-ci est organisée autour des trois représentants respectifs de chacun des quatre villages, choisis collectivement par le groupe villageois pour leur disponibilité et leur engagement. La profession, l’appartenance lignagère, ou encore le niveau d’instruction peuvent apparaitre comme un critère de sélection, mais aussi de domination.

9La question de l’autorité (sociale) de ce groupe tribal maraboutique trouve aussi sa signification dans le rapport (historiquement conflictuel) aux villages avoisinants (At Aissi, At Abdelmoumen, Iwadiyen, Ighil Imoula, etc). Par ailleurs, la « force » du groupe tribal prend son sens dans les moyens et l’organisation collective qu’il mobilise pour célébrer une fête aussi importante que sacrée, laquelle contribue donc à réactiver les solidarités traditionnelles et communautaires. C’est dans cette situation de fête que la tribu de Cherfa, via sa structure de tajmaɛt, éprouve le pouvoir et l’autorité de son saint, qui est aussi celui du groupe maraboutique des quatre villages qui la composent. Comme l’atteste Hadibi à travers ses études sur la sainteté en Kabylie, « l’élection à la sainteté institue en soi l’autorité ‘sainte’ pour un/ou plusieurs groupes sociaux » (Hadibi, 1998 : 284).

10Les enjeux politiques et économiques au sein de l’autorité tribale de Cherfa ne sont pas apparents dans le contexte de la célébration de la fête de lmulud. Le partage de l’autorité presque équitable, notamment dans les prises de décisions et dans la représentativité collégiale de la tajmaɛt n lɛerc, sous-tend un équilibre entre les groupes villageois dans la gestion de la fête et permet, en voie de conséquence, le maintien d’une certaine cohésion de la structure tribale face aux villages et tribus voisins.

11Lieu saint de « totale plénitude » (Hadibi, 2003), le mausolée du saint Jeddi Abdelmelk (taqebbet n jeddi Abdelmelk) jouit d’une importance cardinale dans l’organisation communautaire de la tribu maraboutique de Cherfa, dans l’histoire des groupes villageois qui la composent et dans les rituels festifs associés à la fête de lmulud et à d’autres cérémonies collectives à caractère social et religieux comme la fête de Achoura, des ziyāra ordinaires et des fêtes de mariage et de naissance.

12Le mausolée est situé à l’extrême sud-ouest du village At Lhadj Ali. Surmonté d’une coupole et bordé par une esplanade, il surplombe la route carrossable menant d’At Lhadj Ali à Tizi n Tleta (chef-lieu de la commune). Sur son mur, une plaque indique qu’il a été construit en 1921, restauré en 1975 et rénové en 1999. Il est géré par un muqqadem, sorte de gardien assurant cette tâche bénévolement. Il ouvre tous les lundis et jeudis pour les ziyar.

La préparation de lmulud

13L’organisation de lmulud à Cherfa est assurée par les hommes, les femmes (locales et extérieures) étant principalement impliquées en tant que participantes aux activités rituelles et festives. Certains villageois justifient d’ailleurs cette inégalité en expliquant que la mainmise des hommes sur l’organisation de la fête vise à libérer les femmes de leurs tâches durant les célébrations.

14Un mois avant lmulud, la coordination des comités des quatre villages de Cherfa se réunit pour établir un programme pour les célébrations. Durant cette rencontre, les acteurs débattent des moyens humains et matériels à mobiliser. Quatre commissions sont établies à cet effet, chargées respectivement de l’organisation de la fête, des achats, de la sécurité publique et de l’agraw, un conseil de sages des villages qui prodiguent leur bénédiction aux ziyar. Des réunions de comités de chaque village s’organisent à leur tour quinze à vingt jours avant la fête afin de discuter des décisions prises au niveau de l’assemblée de la tribu concernant l’organisation de la fête.

  • 6 Sur les Aklan, voir Servier, 1985 : 132 ; Genevois, 1964.

15Le sacrifice des bœufs (timecreṭ ou luziɛa) représente un rite majeur du lmulud. Cette pratique est organisée par le comité de village et vise au partage collectif de viande entre chaque famille. Les parts de viandes distribuées aux villageois sont appelées en kabyle tuna (sing. tunett) ou tixxamin(sing. taxxamt) (Kinzi, 1998). Le sacrifice intervient généralement la veille de la fête, appelée aussi par la population villageoise « jour du sacrifice » ou « de la victime » (ass n wesfel), lequel « annonce et symbolise a priori la fête » (Girard, 1972 ; Hammoudi, 1988). Le rite s’accomplit dans le mausolée de Jeddi Abdelmelk en présence de nombreux villageois dans une ambiance festive. L’immolation et la découpe des bœufs sont assurées par le groupe des Aklan (bouchers6).

16Toujours en prélude à la fête, la commission des achats procède à la collecte de la semoule auprès de toutes les maisons des quatre villages. Le produit collecté sert aux femmes (dont c’est l’une des rares contributions à l’organisation des célébrations) à rouler le couscous servi lors du repas collectif de la fête. La commission assure aussi l’achat des légumes nécessaires au repas, préparé essentiellement par les hommes dans la cuisine collective du mausolée.

Les rituels de la fête

17La célébration de lmulud à Cherfa est répartie sur deux jours, ce qui constitue une exception dans les villages de Kabylie : la veille de la fête (imensi n lmulud, littéralement « dîner de lmulud »), les activités festives commencent à 15 heures et prennent fin vers 2 heures du matin ; le jour même de la fête (ass n tmeɣra n nnebi), des activités rituelles mêlant sacré et profane s’étendent entre 9 heures du matin et 16 heures en présence de nombreux visiteurs venant de différentes régions de Kabylie et au-delà.

  • 7 « Mot turc offrant des sens divers : drapeau, étendard, bannière (liwā’), surtout de grandes dimens (...)

18La célébration de la naissance du Prophète au Maghreb donne traditionnellement lieu à des processions (Loubignac, 1946 ; Chih, 2017). À Cherfa, le lmulud est ainsi marqué par les processions des étendards de Jeddi Abdelmelk (tuffɣa n taɛellamt ou ssendjaq7, « la sortie de l’emblème »). Ces processions partent à tour de rôle des villages At Meghzelmal et At Abed (le premier jour de la fête) ainsi que de celui d’At Waâli (le deuxième jour). Parcourant un itinéraire d’un à deux kilomètres sur un chemin muletier très étroit, elles convergent vers le mausolée du saint situé dans le quatrième village de la confédération, At Lhadj Ali, qui constitue le point central des célébrations.

19L’étendard, en tant qu’objet sacré, peut signifier symboliquement l’autorité mystique du saint, son territoire et sa population, en l’occurrence la tribu de Cherfa. Chacune des trois processions comporte deux à quatre étendards. Ils sont composés de tissus de différentes couleurs (vert clair et foncé, blanc, bleu ciel) noués autour de l’extrémité supérieure d’un bâton long de plus de quatre mètres. Au bout de l’extrémité supérieure de ce dernier émergent un croissant et une étoile (neǧma wahlal, en arabe et cela se dit tel quel en kabyle) en fer, qui symbolisent la religion musulmane. Les tissus composant l’étendard sont ramenés de la Mecque par les pèlerins des villages de Cherfa. En temps ordinaire, ces étoffes sont gardées chez des personnes appartenant aux trois villages de Cherfa d’où partent les processions.

20La procession a pour point de départ le tajmaɛt(espace public) du village, dont elle sillonne ensuite les ruelles. Passant devant chaque maison, elle y recueille des offrandes, généralement en espèces, en guise de récompense pour les invocations de bienfaits (ddeɛwa lxir) adressées, par quelques personnes âgées marchant en tête de la procession, aux familles qui y résident. L’offrande s’accomplit non seulement au bénéfice des présents, mais également à celui des absents, morts ou émigrés. S’acquitter de ce don est une « obligation morale » pour tous les membres de la tribu, y compris ceux qui habitent ailleurs (Alger, Tizi-Ouzou, Blida, …) et qui viennent partager ce moment de fête avec la famille au village. La tournée du village est l’occasion de rituels thérapeutiques et de protection consistant à essuyer son visage, et surtout celui des enfants en bas âge, avec l’étoffe de l’étendard, tandis que d’autres nouent des foulards et des tissus aux côtés de cette étoffe.

  • 8 Troupe musicale traditionnelle très réputée dans les villages kabyles qui anime les réjouissances f (...)

21Une fois la collecte terminée, la procession quitte le village en direction d’At Lhadj Ali, formant une masse compacte de villageois de tous âges. Elle inclut la majorité de la gent féminine, portant l’habit traditionnel kabyle. Dans une ambiance festive à la fois sacrée et profane, leurs youyous se mêlent aux déflagrations de pétards, à la musique d’une troupe idebalen8, aux battements rythmés des mains des processionnaires et à leurs chants répétés en chœur. On y entend par exemple les vers suivants :

Ferḥi ferḥi a qalbi Réjouis-toi, réjouis-toi mon cœur

Assa d tameɣra nnnebi Aujourd’hui c’est la fête du Prophète

Ferḥent lmuluk deg genni Les anges dans le ciel sont réjouis

Reniɣ ula d nekki-ni. Je m’y joins moi aussi.

22La procession est ponctuée de pauses dédiées à la musique et à des scènes de danse collective aux limites de la transe. L’arrivée de la procession au mausolée de Jeddi Abdelmelk, où attend une foule nombreuse de ziyar, constitue le moment d’« effervescence de la fête » (Caillois, 1950 : 123). Dans cet espace de centralité festive, précisément à la périphérie du mausolée, les scènes de musique et de danse atteignent leur paroxysme dans une ambiance de joie et une ruée indescriptible.

23Au sanctuaire de Jeddi Abdelmelk, les étendards sont recueillis par l’agraw, qui clôture le rituel par la lecture de la fatiḥa. Les tissus sacrés sont noués momentanément sur les balcons des bâtisses adjacentes au mausolée du saint. Quant aux tissus et foulards noués par les villageois aux côtés de l’étendard en guise d’offrande, ils sont déposés sur la tombe du saint se trouvant dans l’enceinte du mausolée. C’est la remise de l’étendard par le troisième village de Cherfa, At Waâli, qui marque solennellement la fin de lmulud.

24Le repas cérémoniel (lwaɛda) consiste en deux repas publics distincts servis en l’honneur des villageois et des ziyar. Le dîner de la fête de lmulud (imensi n lmulud) est servi le premier jour de la fête, tandis le déjeuner (imekli n lmulud) a lieu le lendemain. Il est constitué de couscous garni de viande et se tient dans le mausolée du saint, dans une grande salle au premier étage (au-dessus de la grande salle de l’agraw) séparée en deux espaces, l’un pour les hommes et l’autre pour les femmes.

25Un autre rituel crucial de lmulud, qui s’opère durant les deux jours de la fête, est la bénédiction des pèlerins/visiteurs par l’agraw. Ce conseil des sages se compose de dix à quinze membres des villages de Cherfa au total, dont l’âge varie entre 70 et 85 ans. Dans le contexte de la fête, les enjeux de pouvoir et d’autorité au sein de l’agraw sont insignifiants ou du moins peu perceptibles, les critères d’inclusion dans le conseil étant avant tout l’âge, la maîtrise du verbe, se donner parfois à une indulgence religieuse et, surtout, la volonté d’agir.

26Ils se distinguent également par leur tenue vestimentaire « pieuse », portant une djellaba (gandoura) de couleur blanche, une chéchia blanche sur la tête, et pour certain un burnous. Certains d’entre eux se tiennent debout face à l’entrée de la grande salle accueillant les pèlerins, dite salle de l’agraw. Derrière eux, d’autres membres du conseil sont assis derrière une grande caisse en bois qui sert à recevoir les offrandes des pèlerins. Ces deux groupes alternent dans la fonction qui leur est dévolue. Les pèlerins passent à tour de rôle devant les membres de l’agraw pour formuler leurs vœux et recevoir l’invocation de bienfaits (ddeɛwa lxir) adressée par le chef de l’agraw, qui est souvent l’homme le plus âgé, tandis que les autres sages répètent en chœur la formule āmīn (amen solennel). En contrepartie, une offrande en espèce est remise à celui des membres qui a la charge de la recueillir ; l’offrande peut également être effectuée en nature sous la forme de bétail (bœufs et moutons). L’agraw capte donc à l’occasion de la fête des ressources financières et matérielles inestimables pour la tribu.

27Le rituel décrit ici vise à exaucer les vœux des pèlerins/visiteurs en leur permettant de recevoir la baraka (bénédiction) du saint Jeddi Abdelmelk par le biais de l’agraw. Lors de l’observation participante que nous avons menée pendant la fête de lmulud en octobre 2022, nous avons rencontré deux de nos étudiantes, l’une accompagnée de sa mère et l’autre venue avec son bébé dans les bras. La première nous déclara : « Je suis venue avec ma mère pour acquérir la baraka du saint en formulant nos vœux auprès des membres de l’agraw ; ensuite, nous allons continuer notre pèlerinage dans un autre village loin d’ici, At Tergan ».

28De nombreux autres pèlerins nous ont tenu des propos similaires, exprimés avec beaucoup d’émotion et dévotion.

  • 9 Les Khouan ou ixuniyen (sing.axuni) sont des groupes interprétant des chants religieux (dker) dans (...)

29Les fêtes religieuses et familiales en Kabylie sont souvent célébrées aux rythmes des chants et de la musique (Mahfoufi, 2006), à tel point qu’on peut les qualifier de « rituel musical joyeux » (Bessalem, 2022). Le lmulud à Cherfa ne fait pas exception. Il est célébré dans une ambiance festive de chants et de musiques de natures diverses. Des hymnes religieux animés par des khouan9 venant de différents villages de Kabylie (parmi lesquels figurent quelques membres de l’agraw de Cherfa) sont proposés durant la veillée festive de lmulud. Ce « temps sacré » (Isambert, 1982), qui commence après le dîner du premier jour et se prolonge jusque tard dans la nuit a lieu dans la grande salle de l’agraw en présence des pèlerins et des hôtes des deux sexes et de toutes les générations. Les chants, variés dans leurs thématiques et mélodies (Nacib, 1988), glorifient le Prophète Muḥammad, les autres prophètes et les saints locaux comme Jeddi Abdelmelk.

30Par ailleurs, un autre type de musique, profane, est joué par une troupe traditionnelle d’idebalen venant d’autres villages de Kabylie. Cette troupe a été introduite récemment, dans la procession de la levée de l’étendard, par les jeunes des villages de Cherfa, très actifs dans la gestion de lmulud, qui ont voulu lui donner un cachet plus festif. Sa musique offre des instants extatiques en incitant les participants à des scènes de danse (parfois compétitive) tout au long de l’itinéraire de cette procession. Cette nouveauté s’insère dans l’ordre établi des fêtes villageoises sans le remettre en cause.

31Ce qui donne du sens à la fête, ce sont ses visiteurs et/ou pèlerins, ou ziyar. Ce terme kabyle est le plus correct pour qualifier le public venant partager la célébration de lmulud dans les villages de Cherfa car il peut désigner à la fois les pèlerins et les visiteurs, et s’applique généralement à un public en visite dans des lieux saints (Hadibi, 2003 ; Yahiaoui, 2008).

  • 10 Cette fête a été inscrite en 2015 à l’UNESCO comme patrimoine mondial de l’humanité.

32Hormis Achoura (taɛacurt), il n’existe pas en Kabylie de fête religieuse drainant autant de foules que le lmulud de Cherfa. Par son intensité et son ampleur, ce dernier est au moins comparable à la fête de Sbuâ de Timimoun10 organisée également en cette même occasion de lmulud (Moussaoui, 2002 ; Ougouag-Kezzal, 1978-1979).

33Ainsi, en octobre 2022, At Lhadj Ali, n’a pas pu contenir la foule de pèlerins affluant de Kabylie et d’ailleurs. Cette foule, encadrée par un service d’ordre constitué de jeunes des quatre villages portant des gilets jaunes et des badges, est très diversifiée en termes d’origines sociales et de générations. Elle vient d’abord pour partager les moments de culte évoqués plus haut, qui constituent « le temps des émotions intenses et (de) la métamorphose de son être » (Caillois, 1950 : 125) : formuler des vœux auprès de l’agraw, visiter le tombeau du saint pour recueillir sa baraka, et assister aux séances de chants religieux. Toutefois, le pèlerinage revêt aussi une dimension plus profane en ce qu’il est un moment de retrouvailles, de rencontre, de partage, de « loisir », de communion et d’échange. C’est là que s’opèrent par exemple des transactions matrimoniales. Comme l’écrit Alphonse Duprent :

Le pèlerin fait des connaissances : des liens s’ébauchent, son horizon s’élargit. (…) C’est le niveau élémentaire. La foule pèlerine, dans ses assemblées cultuelles, ses processions, vit en fait plus profond et plus haut une société éphémère. Sans doute, de quelques jours seulement, mais à tant de titres extraordinaires (Duprent, 1978 : 199)

34La fin des célébrations est le moment des comptes. Au lendemain de la fête, la tajmaɛt de la tribu se réunit en assemblée, en présence des villageois des quatre villages, en vue d’évaluer les dépenses, dont le montant n’est pas révélé aux étrangers que nous sommes. Comme l’écrit Alfred Métraux, « dans la littérature ethnographique, il est rare de trouver des indications sur le coût d’une fête » (Métraux, 1962 : 123). Quant aux recettes issues des offrandes en espèces, elles sont accrues par la vente aux enchères, réservée aux villageois de Cherfa, du bétail offert par les pèlerins. La somme ainsi collectée est destinée prioritairement à récompenser ceux qui ont participé à l’organisation de la fête, en l’occurrence les membres des quatre commissions. Le reste est partagé entre les quatre tijmuaɛ (sing. tajmaɛt )des villages selon le nombre d’habitants de chacun d’entre eux. Une autre part de la somme collectée est consacrée au chantier d’extension du mausolée de Jeddi Abdlemelk.

35En Algérie, la contestation du culte des saints et du maraboutisme remonte au réformisme (ou l’islahisme) de l’association des Oulémas (Colonna, 1995 ; Bellil, 2010). L’opposition à la religiosité locale et aux traditions rituelles enracinées dans le tissu social s’est renforcée en Kabylie depuis la montée du fondamentalisme religieux et sa radicalisation au début des années 1990 (Chachoua, 2002 ; Ouled Fella, 2019). Ainsi, il y a quelques années, de jeunes islamistes d’obédience salafiste originaires de Cherfa et nés à Alger ont vainement tenté de dissuader les villageois de célébrer le lmulud. Les organisateurs de la fête affirment que leur volonté de ne pas céder à ce discours « virulent » les a motivés à perpétuer et amplifier la célébration de cette fête. La « maraboucité » tribale de Cherfa se positionne donc comme une forme de résistance religieuse et culturelle à l’islamisme politique et au fondamentalisme religieux.

Conclusion

36La célébration du lmulud de Cherfa prend son sens dans l’enchevêtrement complexe de trois éléments que sont la fête, le saint et l’organisation villageoise. C’est cette imbrication qui permet de rendre compte des éléments constitutifs de cette fête, à savoir la temporalité, les actes, les paroles, les représentations, les choses (objets), les espaces et les Hommes.

37L’observation ethnographique de lmulud reflète le caractère dynamique de la religiosité locale tout en révélant une fête qui se veut religieuse, certes, mais aussi sociale, communautaire, villageoise et tribale. L’attachement des villageois à cette fête, en tant qu’héritage culturel ancestral, stimule une redynamisation des structures communautaires, en l’occurrence la tajmaɛt de la tribu, et le tijumaɛ des quatre villages composant cette dernière. La célébration de cette fête « comme mécanisme » (Grisoni, 2000 : 07) maintient et renforce la structure de la tribu de Cherfa, déjà consolidée, culturellement et socialement, par l’appartenance à la descendance du saint fondateur commun Jeddi Abdelmelk. Ce dernier constitue le fondement d’une religiosité villageoise qui représente, dans le contexte de cette fête, un agent central et régulateur des formes d’organisation communautaire. Par ailleurs, les pratiques rituelles et culturelles associées à la fête distinguent la tribu du reste des villages de Kabylie d’aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Source 

SIDI AHMED El Hadi, 2004, « La fête de Lmouloud à Chorfa : tighri n jeddiAbdelmelk », réalisation Tafna, mis en ligne novembre 2019. (documentaire) https://www.youtube.com/watch?v=Z2Hesy6hRcc

Instruments de travail

BELLIL, Rachid, 2010, « Maraboutisme », Encyclopédie berbère, p. 4576-4588 [En ligne], 30 | document M36, consulté le 21 septembre 2021. DOI : https://doi.org/10.4000/encyclopedieberbere.454.

EI2=Encyclopédie de l’Islam, 2emeed, Leiden, Brill, 1998, Tome IX.

Études 

ASSAM Malika, 2019, « Les ‘archs’ en Kabylie : un ‘retour’ de la tribu ? » DIRECHE, Karima (dir.), L’Algérie au présent : entre résistances et changements, Tunis-Paris, IRMC/Karthala, p. 355-368.

ASSAM Malika, 2022, Des tribus en Kabylie ? Les At Zemmenzer, de la tribu précoloniale à la reconstruction identitaire berbère, Paris, Presses de l’Inalco.

BESSALEM Azouaou, 2022, La musique et les rituels en Kabylie : le rituel comme espace de pratique et construction du savoir musical collectif, Thèse en éducation musicale et musicologie, ENS, Kouba (Alger).

CAILLOIS Roger, 1950, L’Homme et le sacré, Gallimard, Paris.

CHACHOUA Kamel, 2002, L’islam kabyle : religion, État et société en Algérie, Paris, Maisonneuve et Larose.

CHIH Rachida, 2017, « La célébration de la naissance du Prophète (al-Mawlid al-nabawî,) aperçus d’une fête musulmane non canonique », Actes des sciences sociales des religions, 178, p. 177-194.

COLONNA Fanny, 1996, Les versets de l’invincibilité, permanence et changements religieux dans l’Algérie contemporaine, Paris, Éd. Sciences Po.

DUPRENT Alphonse, 1978, « La religion populaire dans l’histoire de l’Europe occidentale », Revue d’histoire de l’Église de France, 173, p. 185–202.

ELIADE Mircea, 1965, Le sacré et le profane, Paris, Gallimard.

GENEVOIS Henri, 1964, Valeur du sang : rites et pratiques à l’intention sacrificielle, F.D.B., 84, Fort-National.

GIRARD René, 1972, La violence et la sacré, Paris, Grasset.

GRISONI Dominique, 2000, « Esquisse pour une théorie de la fête », Cahiers de l’Imaginaire,19, Transversalités festives, p. 7-16.

HADIBI Mohand Akli, 1998, « Sainteté, autorité et rivalité : le cas de Sidi Ahmed Wedris en Kabylie », KERROU, Mohammed (dir), L’autorité des saints, perspectives historiques et socio-anthropologiques en méditerranée occidentale, IRMC, Paris, éditions recherches sur les civilisations, p. 273-285.

HADIBI Mohand Akli, 2003, Wedris : une totale plénitude : Approche socio-anthropologique d’un lieu saint en Kabylie, Alger, Zyriab.

HAMMOUDI Abdellah, 1988, La victime et ses masques, essai sur le sacrifice et la mascarade au Maghreb, Paris, Éditions du Seuil.

HANOTEAU Adolphe, LETOURNEUX Aristide, 2003, La Kabylie et les coutumes kabyles, Paris, Bouchène.

ISAMBERT François-André, 1982, Le sens du sacré. Fête et religion populaire, Paris, Minuit.

KINZI Azedine, 1998, Tajmaât du village Lqelâa des At Yemmel : étude des structures et des fonctions, Mémoire de magister, Université de Tizi-Ouzou, 2 Vol.

KINZI Azedine, 2021, « L’organisation sociale d’un village kabyle en mutation : pour quelles approches anthropologiques ? », Revue Iles d Imesli, 13(01), p. 51-70. 

LARBI Moussa, KACID Ali, 2022, Tayennirrawt n taddart n At Lhadj Ali (Cherfa) Monographie du village At Lhadj Ali (tribu de Cherfa), Mémoire de Master, Université de Tizi-Ouzou.

LOUBIGNAC Victorien, 1946, « La procession des cierges à Salé », Hespéris, 33, p. 5-50.

MAHE Alain, 2001, Histoire de la Grande Kabylie xix-xxe siècles, Anthropologie historique du lien social dans les communautés villageoises, Paris, Bouchene.

MAHFOUFI Mhenna, 2006, Chants de femmes en Kabylie ; fêtes et rites au village, Alger, CNRPAH.

METRAUX Alfred. 1962, « Fêtes religieuses et développement communautaire dans la région andine », Archives de sociologie des religions, 13, p. 121-126.

MOUSSAOUI Abderrahmane, 2002, Espace et sacré au Sahara, Ksour et oasis du sud-ouest algérien, Paris, CNRS Éditions.

NACIB Youcef, 1988, Chants religieux du Djurdjura, Paris, Sindbad.

OUGOUAG-KEZZAL Chabane, 1978-1979, « Les manifestations religieuses et populaires lors de la fête du Mawalid au Gourara. Leur sens et leur portée », Lybica, Vol. 26-27, Alger, CRAO, p. 163-205.

OULD FELLA Abdenour, 2019, « Culture berbère et islam politique. Polémiques autour de la célébration d’un rituel ancien dans un village de Kabylie », DIRECHE Karima, (dir), L’Algérie au présent : entre résistances et changements, Tunis/Paris, IRMC/Karthala, p. 334-354.

SALHI Brahim, 2008, La Tariqa Rahmaniya. De l’avènement à l’insurrection de 1871, Alger, HCA.

SERVIER Jean, 1985, Traditions et civilisation berbères : les portes de l’année, Paris, Du Rocher.

YAHIAOUI Mariama, 2008, Étude descriptive et analytique des pratiques socioculturelles autour du mausolée de Yemma Gouraya à Bejaia, Mémoire de Magister en civilisation berbère, Université de Tizi-Ouzou.

Haut de page

Notes

1 Les termes berbères (kabyles) sont translitérés dans ce texte selon les règles de notation usuelle à base latine du berbère telles qu’elles sont d’usage dans l’Encyclopédie berbère.

2 Notamment SIDI AHMED, El Hadi, « La fête de Lmouloud à Chorfa : tighri n Jeddi Abdelmelk », réalisation Tafna, 2004, mis en ligne novembre 2019, https://www.youtube.com/watch?v=Z2Hesy6hRcc.

3 Le récit hagiographique sur la figure de Jeddi Abdelmelk, recueilli auprès des villageois de Cherfa, rapporte qu’il était un savant religieux d’origine maraboutique. Il seraitvenu de Saqiyat El Hemra dans le but de propager l’islam dans cette région de Kabylie. Avant son arrivée à Cherfa, où il s’est établi définitivement, il s’est d’abord installé temporairement dans le village Timeghras situé dans la confédération At Sedqa dans la contrée des Igawawen en Kabylie du Djurdjura. Ses deux fils, Ali et Waâli, fondèrent ensuite respectivement les villages At Lhadj Ali et At Waâli. At Meghzelmal était le village où le saint s’installa. Quant à At Abed, il existait bien avant l’arrivée de Jeddi Abdelmelk (Larbi et Kaced, 2022).

4 Sur cette institution,voir Assam, 2019 ; Kinzi, 2021.

5 Sur le rôle social des récits généalogiques en Kabylie, voir Assam, 2022 : 127.

6 Sur les Aklan, voir Servier, 1985 : 132 ; Genevois, 1964.

7 « Mot turc offrant des sens divers : drapeau, étendard, bannière (liwā’), surtout de grandes dimensions (plus important que le bayrak, arrâya ou ‘alam) et pouvant être planté, dans le sol ou arboré d’une façon permanente sur un monument ou un bateau » (EI2, 1998 : IX, 12).

8 Troupe musicale traditionnelle très réputée dans les villages kabyles qui anime les réjouissances familiales et les fêtes.

9 Les Khouan ou ixuniyen (sing.axuni) sont des groupes interprétant des chants religieux (dker) dans des occasions telles que les cérémonies et fêtes religieuses ainsi que les veillées funèbres.

10 Cette fête a été inscrite en 2015 à l’UNESCO comme patrimoine mondial de l’humanité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Azzedine Kinzi, « Formes d’organisation communautaire et traditions villageoises à l’occasion de la célébration de la fête lmulud dans la tribu maraboutique de Cherfa en Kabylie (Algérie) »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 155 (1/2024) | -1, 107-118.

Référence électronique

Azzedine Kinzi, « Formes d’organisation communautaire et traditions villageoises à l’occasion de la célébration de la fête lmulud dans la tribu maraboutique de Cherfa en Kabylie (Algérie) »Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 155 (1/2024) | 2024, mis en ligne le 07 juillet 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/remmm/21045 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11z1g

Haut de page

Auteur

Azzedine Kinzi

Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou (Algérie) ; azzkinzi[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search