Navigation – Plan du site

AccueilPrésentationInstructions aux auteurs

Instructions aux auteurs

Normes d’écriture et de présentation des manuscrits et règles de translittération (version mise à jour en novembre 2021)

Dans le cadre de la soumission d'étude libre ou d’article de dossiers de la Remmm, l'équipe de rédaction demande aux auteurs de rédiger en se conformant scrupuleusement aux règles d’écritures et de présentation suivantes :

1. VOLUME DE L'ARTICLE

Les auteurs respecteront le volume d’une quinzaine de pages, soit maximum 45 000 signes espaces compris (une page imprimée de la Revue compte 3 200 signes). Le volume commandé s'entend notes, bibliographie et illustrations comprises. Le Comité de rédaction de la revue se réserve le droit de refuser un article qui ne respecterait pas ce volume.

2. PAGE DE TITRE ET METADONNEES

Le texte proprement dit commence en page deux afin de faciliter l’anonymisation des articles soumis à l’expertise du comité de lecture. La première page (page de titre) indique les informations suivantes : Nom et prénom du ou des auteurs, adresse postale de leur institution de rattachement, adresse électronique, adresse postale et numéro de téléphone personnel. Si les auteurs ne souhaitent pas que leur adresse électronique figure sur la version papier lors de la publication, ils doivent le signaler à la rédaction. Titre de l’article en français et titre traduit en anglais, un résumé en français (et si possible en anglais) d’environ 1 000 signes, ainsi que des mots-clés d'indexation en français et en anglais.

3. POLICE DE CARACTÈRE ET TRANSLITTÉRATION

La translittération s’effectue généralement en suivant les règles ci-dessous. Pour les périodes les plus récentes, il arrive fréquemment que de nombreux termes et noms propres aient une transcription courante (celle de la presse notamment). Dans ce cas, on gardera cette forme plus simple et plus directement compréhensible du lecteur.

Pour la transcription des mots arabes, turcs et persans, il est demandé aux auteurs de respecter les règles de translittération simplifiées en usage à la Remmm et données dans les tableaux ci-dessous.

Translittération de l'arabe et du persan

Pour l’arabe et le persan nous utilisons le système de translittération suivant. Les voyelles sont rendues par a, ā, e, ë, i, ī, u, ū . La hamza n’est pas notée en début de mot.

Les caractères additionnels du persan sont translittérés selon :

č utilisée pour چ

khwâ utilisée pour ﺍﻭﺧ

zh utilisée pour ڎ

Translittération de l'arabe et du persan

Les voyelles sont rendues par a, ā, e, ë, i, ī, u, ū . La hamza n’est pas notée en début de mot.

ا

ء

ب

ت

ث

ج

ح

خ

د

ذ

ر

ز

س

ش

ص

ض

ط

ظ

ع

غ

ف

ق

ك

ل

م

ن

ه

و

ي

ā

ʾ

b

t

th

j

kh

d

dh

r

z

s

sh

ʿ

gh

f

q

k

l

m

n

h

w / ū

y / ī

Translittération du turc ottoman

Pour le turc ottoman, la translittération du système vocalique est rendue par a, ä, e, ë, i, o, ö, u, ü

ب

چ

د

ف

گ

غ

س

ذ

ك

ق

ل

ﻭﺍ

پ

ر

ث

ش

ت

ز

ذ

â

b

c

ç

d

f

g

ğ

h

s

î

zh

k

q

l

m

n

ñ

ō

p

r

s

th

t

v

y

z

ž

Pluriel arabe des mots translittérés

Pour mettre ces mots au pluriel, on aura le choix entre donner le pluriel arabe (qaṣīda, pl. qaā’id) ou mettre le « s » du français, après un trait d’union, en casse verticale : qaīda-s

Cependant, lorqu’un mot est dans les dictionnaires français, il est possible d'adopter l’orthographe qui y est donnée ; le mot s’accorde alors selon les règles de la langue française et il n’est pas en italiques. Exemples : souk, pluriel souks; zaouïa, plur. zaouïas; imam, plur. imams, uléma (ou ouléma), plur. ulémas (oulémas).

Noms propres tranlittérés

Les noms propres seront en général translittérés en caractères romains, et selon les mêmes principes : graphie occidentalisée pour les personnages et les lieux passés dans l’usage, translittération pour les autres. Exemples : Avicenne, Averroès, Abd El-Kader, Abd El-Krim, Ibn Séoud, Saddam Hussein, Médine, Kairouan, Damas, Alep, Le Caire, Téhéran.

4. NOTES DE BAS DE PAGE

Les notes seront autant que possible limitées en nombre, réduites à l'essentiel. Elles seront présentées en numérotation continue. On ne mettra pas en notes (mais en citation abrégée et dans le corps du texte les références bibliographiques à des travaux académiques (voir ci-dessous 5. RENVOIS BIBLIOGRAPHIQUES DANS LE TEXTE). Cependant figureront en notes de bas de page, les références à des documents d’archives, des manuscrits et à des articles de presse qui n’ont pas leur place en bibliographie finale.

À noter : En typographie française, l’appel de note précède toujours la ponctuation, l’appel de note est toujours accolé à un mot et non à une ponctuation.

Exemple : « L’art chinois n’est pas présent dans cette exposition1…. ».

« L’art chinois sera-t-il présent dans cette exposition1 ? ».

5. RENVOIS BIBLIOGRAPHIQUES DANS LE TEXTE

Les renvois bibliographiques aux études et travaux académiques seront intégrés dans le corps de la rédaction selon le modèle suivant :

« Une erreur de traduction peut enclencher une guerre et la guerre elle-même s’alimente de mauvaises traductions » (Samoyault, 2020 : 62).

La référence dans le corps de la rédaction ne comporte donc que le nom de l'auteur cité, l'année de publication du document, et si nécessaire la (ou les) pages(s). La référence complète se trouvera donnée une seule fois dans la bibliographie finale (et non en note de bas de page).

5.1 Les renvois bibliographiques à des sources anciennes éditées ou traduites (pour les articles d’histoire) 

Les renvois bibliographiques à des documents de type sources sont cités en citations abrégées dans le texte avec le nom de l'auteur suivi du premier mot du titre de l'ouvrage, ou le 2e mot du titre si le premier n'est pas significatif (pour Kitāb al-buldān, on écrira Buldān) :

Par exemple : (al-Bukhārī, Ṣaḥīḥ) ou (al-Balādhurī, Buldān).

5.2 Les renvois bibliographiques à des documents d’archives ou des manuscrits

Les renvois bibliographiques à des documents d’archives seront toujours placés en notes de bas de page (et non pas dans le corps de la rédaction).

Les références aux documents d’archives citées en notes de bas de page respecteront le format de citation ci-contre : les indications de centre d’archives de bibliothèque et de fonds seront abrégées tandis que les indications spécifiques au document cité seront détaillées (numéro de folio, nature du document avec date, destinataire et auteur, [langue si autre que le français]).

Exemples de renvois à un document d’archive en note de bas de page :

  • CADN, inv. 5, carton 592, Capitaine Gennardi, note 224 sur les questions relatives au statut personnel, 24 mai 1934.

  • NRO, Mahdia, 1/34/1, f. 64, Ḥamdān Abū ʿAnja à Jean d’Éthiopie [arabe], jumādā al-ūlā 1306/janvier 1889.

  • MAE, E 412, vol. 482, f. 219-220, dép. Damas, 9/XII/1932, Helleu.

  • SHD, 4H58, SR, rapport hebdomadaire 11, 18/12/1919, Zone Ouest-Golan.

  • ANOM, Fonds : Algérie, série : « Affaires indigènes » Carton 9H11 : Rapport Varnier, 1911.

  • ASMi, AVS, Carteggio Estero, seria Francia, busta 560, Crémone, le 15 novembre 1526, Instruction de Francesco II Sforza à Francesco Taverna (fo 3r.-v.), [italien].

  • BOA, HR.TO, 403/38. 18 Receb 1328 (26 juillet 1910), (Ministère des affaires étrangères, Chambre des traductions).

Notez qu’à la première occurrence dans le corps du texte les noms des bibliothèques ou de fonds d’archives devront être développés. Ils seront ensuite cités avec les abréviations courantes ou acronymes.

Exemples :

[…] Notre étude s’appuie principalement sur les fonds des Archives nationales d’outre-mer (désormais citées ANOM) où sont conservées dans les cartons 9H104 et 9H106 dans la section « affaires indigènes » de la série « GGA » (gouvernement général d’Algérie) … ; […] la consultation des Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (désormais citées MAE) …

Dans le cas de manuscrits insérer l’abréviation ms. pour manuscrit ou mss pour manuscrits.

Exemples :

Troyes, Bibliothèque municipale, ms.1224, f°43v°

Berlin, Staatbibliothek zu Berlin, MSS We 561-586 ; We 171, 1-11 ; We 618-623.

Damas, Ifpo, MSS 8° 29995/1-183.

Gotha, Forschungsbibliothek, MSS 2600-2629.

Londres, British Library, MSS Or. 4644-4654 (collection Lane).

Paris, Bibliothèque nationale, MSS arabes 3918-3920, 4746-4754, 4981-4997, 6912.

5.3 Les renvois bibliographiques à des médias, presse, blogs et réseaux sociaux

Cas particuliers des sources médiatiques et sites de blogs ou réseaux sociaux. Dans le cas de références isolées à des articles de presses, émissions de radio et télévision, podcasts, réseaux sociaux, blog ou pages web personnelles citées une seule fois et dont la présence ne se justifie pas dans les sources récapitulées en fin d’ouvrage, la citation complète à cette source se fera uniquement en note de bas de page.

Exemples :

  • « Egypt’s Princes and Princesses Figure in Disgraceful Adventures », Washington Post, January 11, 1920.

  • « Turkish Help Seen as Cairo Talks End », New York Times, November 8, 1943.

  • « Wedding of King Farouk and Narriman Sadek at Cairo », Getty Images, 1951.

  • Le site personnel de Mohamed Ali Ferkous publie des documents dans trois langues (arabe, anglais et français) : [En ligne] : <https://ferkous.com/home/ ?q =fr/objectifs-fr> [consulté en septembre 2021].

  • « Le bien commun », France culture, 8 mai 2014.

6. PONCTUATION

La norme est que tout signe simple ou triple ( . , ...) est collé au mot qui le précède et que tout signe double ( ; : ? !) en est séparé par un espace insécable.

7. LES NOMBRES

Il faut écrire 70 %, 77 mm, 1 700 000 (les espaces seront dans tous ces cas insécables).

8. LES SIECLES

Pour l’abréviation, utiliser un “ e ” mis en exposant : xixe. Les chiffres romains sont en petites capitales.

9. CITATIONS, UTILISATION DES GUILLEMETS ET ITALIQUES

Les citations sont toujours entre guillemets français « … » et en caractères romains. Lorsque leur longueur excède une à deux lignes, il convient de les individualiser en créant un paragraphe distinct, en retrait (1 cm à droite et à gauche), dans un corps de lettre inférieur (11).
Les caractères italiques sont utilisés pour les termes étrangers. Lorsque ces termes sont d’usage courant (s’ils figurent dans le dictionnaire), on utilisera les caractères romains.

10. BIBLIOGRAPHIE FINALE

Catégories et classement des références en bibliographie finale

L’auteur organisera sa bibliographie en 3 catégories :

  • Sources

  • Instruments de travail

  • Études

Les références bibliographiques seront classées d’abord par catégorie puis par ordre alphabétique des noms d’auteur.

Dans le cas de plusieurs titres d’un même auteur : le nom de l’auteur est répété (ne pas utiliser le tiret cadratin en remplacement du nom d’auteur) afin de permettre le repérage et l’indexation automatique (par des robots) de la référence bibliographique citée. Les titres sont différenciés par des lettres minuscules (a, b, c) à la suite de la date, et le classement chronologique des publications d’un même auteur doit être ordonnés du plus ancien au plus récent.

Les auteurs sont cités par leurs nom et prénoms au format développé. Ne pas citer les prénoms par leurs initiales.

Classement des noms d’auteurs arabes : à retenir

L’ordre alphabétique tient compte du Ibn initial, mais non de l’article al-. Ainsi l’auteur al-Maqrīzī est classé dans la liste bibliographique à la lettre M, Ibn al-Ǧīʿān est classé à Ibn puis à G.

Les références aux sources

Pour les sources anciennes éditées

Pour les références bibliographiques des sources anciennes, il n’est pas pertinent d’écrire une date contemporaine (la date d'édition moderne) juste derrière le nom d'un auteur médiéval.

Aussi dans la bibliographie, écrira-t-on le nom de l’auteur contemporain responsable de l’édition, par exemple le nom de l’éditeur scientifique ou du directeur de la publication ou du traducteur avant la date d’édition.

Notez que pour bien distinguer l’auteur original de la source de l’auteur de l’édition contemporaine, nous insérons une virgule avant le nom d’auteur contemporain et nous écrivons les mentions (trad.) ou (éd.) ou (dir.) à la suite de l’auteur de l’édition contemporaine.

Exemples :

al-BALĀDHURĪ, Philip Khuri HITTI (trad.), 1966, The Origins of the Islamic state (Kitāb futūḥ al-buldān), Beyrouth, Khayats.

al‑DHAHABI, Arlette NEGRE (trad. fr des années 447/1055 à 656/1258.), 1979, Kitāb duwal al‑islām (les dynasties de l’islam), Damas, Institut français de Damas.

IBN MARYEM Ech-Cherif El-Mélity, François PROVENZALI (trad.), 1910, El Bostan ou Jardin des biographies des saints et savants de Tlemcen, Alger, France, Imprimerie orientale Fontana frères et Cie.

al-YAʿQŪBĪ, Gaston WIET (trad.), 1937, Les Pays (Muʿgam al-Buldān), Le Caire, Institut français d'archéologie orientale.

Dans le cas où aucun nom d’auteur contemporain à l’édition moderne référencée n’est connu et ne peut donc être cité, indiquez [éd. s.n.] pour (édition sans nom) à la suite du NOM de l’auteur médiéval.

Exemple : ABŪ NUʿAYM AL-IṢFAHĀNĪ, [éd. s.n.], 1996, Hilyat al-awliyā’, Beyrouth, Dār al-fikr.

Si l’édition utilisée n’est pas l’édition originale, la date d’édition originale si elle est connue est si possible indiquée après entre crochets droits : [1915] avant la date d’édition contemporaine. C’est valable dans le cas d’une édition critique, d’un ouvrage étranger, d’un ouvrage ancien réédité.

Exemple : HUIZINGA Johan, Julia Bastin (trad.), [1919] 2015, L’automne du Moyen Âge, Payot.

Pour les sources d’archives

En bibliographie finale, l’auteur présentera ses sources d’archives organisées par grands fonds d’archives. Nous rappelons que c’est en note de bas de page, que l’auteur devra citer un à un et de façon détaillée chacun des documents d’archives exploités (voir plus haut 5.2 Les renvois bibliographiques à des documents d’archives).

Les références aux fonds d’archives doivent obligatoirement être citées dans la langue originale du fonds. Pour faciliter la compréhension du lecteur, l’auteur pourra ajouter entre crochet […] sa traduction française du nom du centre d’archives exploités.

L’auteur mentionnera les noms développés des centres d’archives, fonds et cartons ou volumes exploités ; puis il complétera ces noms en renseignant entre parenthèse les abréviations usuelles correspondantes.

La référence comportera obligatoirement la localisation du fonds d’archives soit le nom de la ville (complété éventuellement du nom du Pays).

Éléments et ordre des éléments à citer pour un fonds d’archive :

Nom développé du centre d’archives, (abréviation usuelle du nom du centre d’archives), Ville de localisation, Intitulé du fonds, Numéro d’inventaire ou titre de série, Numéro(s) de carton(s) ou de volume(s)

Exemples de références bibliographies à des fonds d’archives :

Başbakanlık Osmanlı Arşivi (BOA) [Archives ottomanes du Premier ministre], Istanbul/Ankara, Turquie.

Archivio di Stato di Milano (ASMi), Milano, Archivio visconteo-sforzesco (AVS), Carteggio Estero, seria Francia.

Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence, France, Fonds : Algérie, Gouvernement général d’Algérie (GGA), série : « Affaires indigènes ».

Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (MAE), Paris, Série E (Syrie-Liban 1922-1929), cartons 410 à 417.

Service Historique de la Défense (SHD), Fort de Vincennes, Fonds Syrie-Liban, Série 4H, cartons 58 à 69.

National Records Office (NRO), Khartoum, Soudan, Mahdia, 1/34/1/64.

Pour les manuscrits

Les auteurs respecteront dans leur bibliographie finale le format de référence ci-dessous :

Nom d’usage de l’auteur en capitales, prénom en minuscules, Titre de l’ouvrage [italique], Ville [de la bibliothèque ou centre d’archive dépositaire du manuscrit], Nom de la bibliothèque, cote du manuscrit.

Exemples :

Al- ǦAḤIẒ, ʿAmr b. Baḥr, Kitāb al-ḥayawān, Milan, Biblioteca Ambrosiana, ms. [arabe] B 54.

Tārīḫ-i ḫānadān-i tīmūriyya, Patna, Khuda Baksh Oriental Public Library, ms [persan] 551.

Précisons que dans le cas d’une référence isolée à un ou des manuscrits cités une seule fois et dont la présence ne se justifierait alors pas dans la catégorie « Sources » de la bibliographie finale, la référence complète du manuscrit sera citée uniquement en note de bas de page.

Pour les sources médiatiques, presses, blogs et réseaux sociaux

Pour rappel : Cas particuliers des sources médiatiques et sites de blogs ou réseaux sociaux. Dans le cas de références isolées à des articles de presses, émissions de radio et télévision, podcasts, réseaux sociaux, blog ou pages web personnelles citées une seule fois et dont la présence ne se justifie pas dans les sources récapitulées en fin d’ouvrage, la citation complète à cette source se fera uniquement en note de bas de page.

Instruments de travail

Il s'agit de donner les références des encyclopédies, dictionnaires, atlas...

EI2 = Encyclopédie de l’Islam, 2nd édition, Leyde, Bril, 1954-2004, 12 volumes.

Les études ou travaux académiques

Les références aux études ou travaux académiques sont présentées selon les normes bibliographiques suivantes :

Pour un ouvrage :

NOM DE FAMILLE de l’auteur, Prénom, date d’édition, Titre de l’ouvrage, Ville d’édition, Éditeur.

Pour un article dans une revue :

NOM DE FAMILLE de l’auteur, Prénom, date d’édition, « Titre de l’article », Titre de la revue n’° de la revue, pagination de l’article.

SLITINE, Marion, 2017, « Pratiques de l’art contemporain à Gaza : entre blocus et mondialisation », Remmm,142, p.109-128.

Pour un ouvrage à auteur unique :

NEF, Annliese, 2017, L’Islam a-t-il une histoire ? Du fait religieux comme un fait social, Lormont, Le bord de l’eau

Pour un ouvrage à plusieurs auteurs :

CHEHAYED, Nibras, DE VAULX D’ARCY, Guillaume, 2021, La destructivité en oeuvres. Essai sur l’art syrien contemporain, Beyrouth, Presses de l’Ifpo.

Si plus de trois auteurs :

CHIAUZI, Georges et al., 1991, Maghreb médiéval. L'apogée de la civilisation islamique dans l'Occident arabe, Aix-en-Provence, Édisud.

Pour un ouvrage dirigé, on fera suivre le nom du (ou des) responsable(s) de la mention (dir.) selon le modèle suivant :

MERMIER, Franck (dir.), 2018, Yémen. Écrire la guerre, Paris, Classiques Garnier.

Pour un article figurant dans un ouvrage collectif (le titre de l'ouvrage sera en italique) :

CHODKIEWICZ, Michel, 1995, « La sainteté et les saints en islam », in CHAMBERT-LOIR, Henri et GUILLOT, Claude (dir.), Le culte des saints dans le monde musulman, Paris, Presses de l'École française d'Extrême-Orient.

Les références devront être complètes (lieu d'édition, éditeur, volume ou pagination) dès la remise du manuscrit afin d'éviter tout retard.

11. ILLUSTRATIONS

Positionnement et nommage des fichiers des illustrations

Il est demandé aux auteurs de tenir le plus grand compte de la pertinence et qualité des illustrations. Un maximum de 12 figures au total (tableau, cartes, clichés, dessins, graphiques) est fixé par article. Chaque figure est numérotée par ordre d’apparition dans le document.

Chaque illustration devra être transmise via son fichier image “natif”, en format jpg/.tiff/.eps/png. L’illustration ne doit pas être insérée dans le document word.

Le nom de chaque fichier électronique devra clairement identifier chaque illustration. Ce nom comprendra le nom d’auteur et le n° de la figure (complété éventuellement d’un mot discriminant).

Par exemples pour les figures contenues dans l’article écrit par Chloé CAPEL le nommage des fichiers des illustrations sera : CAPEL_fig1_ClichePalais ; CAPEL_fig2_TableauRecolte ; CAPEL_fig3_DAOTombeau…

Légende (provenance et crédits des illustrations)

Le positionnement de chaque illustration dans le texte doit être indiqué précisément et directement sur le manuscrit. Chaque illustration doit être obligatoirement accompagnée d’une légende qui mentionne dûment la provenance de l’œuvre et son crédit « auteur ». Le crédit « auteur » comporte le prénom, nom de l’auteur de l’illustration, ou au moins l’organisme d’appartenance (employeur) de l’auteur de l’illustration.

Reproduction d’illustration et respect du code de la propriété intellectuelle.

Il appartient à l’auteur de vérifier le statut juridique des reproductions des documents à utiliser pour illustrer son travail de recherche. Si le document n’est pas dans le domaine public, il devra obtenir les autorisations, licences ou cessions nécessaires de l’auteur de l’œuvre ou de ses ayants droit. L’obtention et le paiement éventuel des illustrations et de leurs droits de reproduction incombent à chaque auteur.

Caractéristiques techniques : format, résolution et dimensions des illustrations

Chaque illustration devra être transmise via son fichier image “natif”. Privilégiez les formats .tiff/.eps/png et évitez le format jpg

La résolution de chaque illustration est de 300 dpi minimum. Ainsi les images obtenues sur le web à 72 dpi ne pourront être acceptées.

Dimension recommandée des illustrations

Taille maximum des illustrations. Compte tenu des limites du format papier de la revue, les figures pleine page Remmm ne peuvent excéder 18,5 cm de hauteur pour une justification de 11,5 cm de largeur (légende incluse). Les auteurs doivent veiller à ce que leur illustration (légende incluse) ainsi réduite reste bien lisible.

Taille minimum : Afin de garantir la lisibilité de l’illustration (notamment pour les cartes qui contiennent des détails), la taille de l’image doit être d’au minimum 8X8 cm de largeur et hauteur et toujours dans une résolution minimum de 300 dpi (une image d’un format inférieure de 8/8 cm sera trop petite et rejetée).

Tableaux

Les tableaux doivent être créées uniquement en traitement de texte. Par exemple dans Word, utiliser l’outil [Tableau]>[Insérer].

Eviter les tableaux de moins de cinq lignes dont le contenu peut être explicité dans le texte. Les tableaux trop longs et trop larges (au-delà de la largeur du texte) devront être transformés en images.

Attention, ne pas insérer de note de bas de page dans les tableaux (une note est possible uniquement sur le texte de la légende si cela est vraiment indispensable).

12. ENVOI ET CORRESPONDANCE

Les textes doivent être envoyés sous forme de document informatique (au format Word) attaché à un message électronique à l’adresse de la Remmm (remmm@mmsh.univ-aix.fr) et si possible en format pdf.

Avec les remerciements de l'équipe de rédaction de la Remmm

  • Logo Presses universitaires de Provence
  • Logo Aix-Marseille Université
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search