Navigation – Plan du site

Collecter, interpréter, enseigner l’écriture

Analyses linguistiques des écrits d’élèves
Collecting, interpreting and teaching writing. Linguistic analyses of pupils’ written work
Claire Doquet et Jacques David
p. 7-14

Texte intégral

1Les travaux de recherche sur l’écriture scolaire ont été marqués, ces trente dernières années, par trois paradigmes principaux : la psychologie cognitive, la linguistique de l’écrit et des textes, et l’ensemble des travaux proprement didactiques sur la production d’écrits du primaire au supérieur. Parfois considérés dans les années 1990 comme antagonistes, voire rivaux, ces trois domaines s’articulent aujourd’hui dans l’ensemble des travaux sur les écrits scolaires, chacun concourant à spécifier, avec son éclairage propre, les propriétés de l’activité d’écriture et de son enseignement.

2De ces domaines, c’est peut-être l’approche linguistique qui est passée la plus inaperçue dans les programmes officiels et les prescriptions de tous ordres. Les sous-processus de planification, mise en texte et révision (Hayes et Flower, 1980) ainsi que la notion de surcharge cognitive ont rencontré l’intérêt des formateurs et enseignants, et leur opérationnalisation est à la base de travaux fondateurs de la didactique actuelle de la production textuelle, incluant une dimension critique (Garcia-Debanc, 1986). Le renouvèlement des modalités d’évaluation des écrits des élèves, par l’intégration de critères pragmatico-sémantiques, d’une part (Mas et al., 1991), à travers une réflexion sur la spécificité des contraintes scolaires et extrascolaires, d’autre part (Chabanne et Bucheton, 2000 ; Reuter et Penloup, 2001), a transformé le regard sur un type d’écriture assimilée d’abord à l’écriture ordinaire (Dabène, 1990, pour une critique du terme) et que l’on identifie aujourd’hui couramment sous le vocable d’écriture scolaire. Entre ces deux contextes, générique (l’école) et singulier (le sujet scripteur), comment un écrit scolaire trouve-t-il à se déployer ? Quelles sont ses spécificités graphiques et linguistiques ? Comment appréhender ses contraintes et avec quel outillage le décrire ? Les travaux ne manquent pas, en particulier du point de vue de la textualité (Bronckart, 2005 ; Adam, 2011), avec une focalisation sur le couple cohésion/cohérence (Reichler-Béguelin, Denervaud et Jespersen, 1988 ; Combettes, 1983 ; Charolles, 1978, 1995). De même, la distinction opérée par Émile Benveniste (1966) entre les modes énonciatifs du discours et de l’histoire, reformulée en discours/récit, a fait florès dans les manuels et les discours didactiques. Pour autant, cette transposition est difficile tant l’entrecroisement des niveaux linguistiques obscurcit la lecture et brouille l’interprétation. Et la lecture des Dernières leçons prononcées par Benveniste au Collège de France (Benveniste, 2012) invite à reconsidérer la dimension énonciative pour la placer au cœur d’une réflexion sur l’acte d’écrire et les liens entre langue et écriture.

3Avec ces recherches s’ouvrent de nouvelles dimensions de l’analyse des écrits, dans une dynamique de la scription qui comprend et dépasse la seule mise en mots (ou en phrases) pour décrire des phénomènes de mise en texte. C’est ainsi l’ensemble des niveaux linguistiques qui sont désormais travaillés, sur des composantes telles que l’orthographe, la morphosyntaxe ou le lexique, et au-delà sur des empans plus largement textuels (ou discursifs), avec le souci de comprendre les relations entre production de formes et production de sens, et d’examiner l’ensemble du processus d’écriture, et pas seulement son résultat (Fabre, 1990, 2000 ; Lamothe-Boré, 1998 ; Doquet, 2011 ; Plane, Olive et Alamargot, 2010). Ces travaux montrent, de fait, comment les scripteurs novices parviennent à faire fonctionner dans des dimensions multiples le système de la langue à travers les mouvements de leur écriture.

  • 1 Institut universitaire de formation des maitres.
  • 2 Institut national de recherche pédagogique.
  • 3 En témoignent le nombre important d’ouvrages et de numéros de revues, dont elle est l’auteure ou l (...)

4Le présent numéro de Repères se veut d’abord une mise au point sur l’avancée des travaux linguistiques analysant les écrits d’élèves. Il fait suite à l’organisation en 2016 d’une journée d’études à l’ESPE de l’académie de Paris, en hommage à l’une des principales figures de l’étude linguistique des écrits scolaires et de la didactique de l’écriture, Sylvie Plane. Enseignante à l’IUFM1 de Caen, puis de Poitiers, coresponsable de deux recherches sur la révision des écrits et sur l’oral au sein de l’équipe Français de l’INRP2, elle a grandement participé à l’essor scientifique de notre revue. En 2002, comme professeure des universités à l’IUFM de Paris, elle crée et anime une équipe sur les questions liées à la dynamique de l’activité langagière au sein du laboratoire Sens, Texte, Informatique, Histoire. Parallèlement, dès 1997, Sylvie Plane est élue membre la section Sciences du langage du Conseil national des universités (CNU), section qu’elle préside de 2010 à 2014. En 2013, elle est nommée au Conseil supérieur des programmes (CSP), instance dont elle sera la vice-présidente jusqu’en février 2018 ; elle en démissionne à cette date, sur fond de désaccord avec la politique ministérielle portée principalement par la nouvelle présidence du CSP. Pourtant, au sein de cette instance, elle s’investit plus particulièrement dans la rédaction des programmes de l’école maternelle et dans celui des chapitres relatifs au langage dans les différents cycles. Durant cette carrière – qui est loin d’être achevée –, Sylvie Plane est l’auteure de recherches parmi les plus fécondes et les moins clivantes dans le domaine de l’écriture scolaire3. C’est en hommage à sa rigueur et à sa créativité de chercheure, comme en reconnaissance de son rôle institutionnel majeur dans ce domaine, que s’est constitué ce numéro qui souhaite également, par la synthèse qu’il propose, permettre aux travaux qui le composent de s’articuler pour contribuer à la consolidation de notre champ de recherche. Ces travaux couvrent un vaste ensemble de recherches appliquées à des publics scolaires allant du début du primaire au supérieur, en passant par les différents cycles du secondaire. Ils s’organisent également au plan thématique : de l’étude de l’écriture comme processus à la description linguistique des écrits recueillis, sans oublier l’analyse critique des dispositifs didactiques impliqués.

5S’intéressant plus particulièrement au processus d’écriture, Kathy Similowski, Dominique Pellan et Sylvie Plane adoptent une démarche résolument génétique pour étudier les traces des opérations scripturales dans une production de récits, traces qui leur permettent de faire émerger des tendances dominantes dans les procédures rédactionnelles des élèves en fin d’école élémentaire. Les trois opérations d’écriture recensées, ajout, suppression et remplacement, sont étudiées tour à tour du point de vue de leur rôle dans l’élaboration de l’écrit, vu en particulier comme espace d’interaction entre textes sources – des écrits à disposition des élèves – et texte à construire. La réflexion se clôt sur l’examen de la matérialité graphique des opérations scripturales (surcharge, espaces interlinéaires et marginaux) mise en relation avec la portée des opérations.

6Dans le cadre de travaux sur la novélisation, ou narration écrite d’un film, Sonia Castagnet-Caignec explore les modalités de gestion du temps dans des récits produits entre l’école élémentaire et le lycée. L’auteure observe les moyens déployés par les scripteurs pour marquer la temporalité du récit et propose une grille d’analyse des productions fondée sur l’usage des temps verbaux. Elle étudie ensuite avec précision les décalages temporels et le rythme de la narration : pause, ellipse, sommaire, scène, et elle en analyse la portée et le caractère délibéré ou accidentel. L’étude se conclut sur la difficulté que pose la novélisation du point de vue de la temporalité, difficultés analysées en particulier du point de vue du passage d’un système sémiotique à un autre.

7Associant la lecture sur écran et la réécriture au clavier, Magali Brunel et Tatiana Taous exposent les premiers résultats d’une recherche sur le processus de révision mis en œuvre dans un dispositif d’écriture numérique de « fanfictions » dans une classe de troisième de collège. Leur étude s’appuie sur un ensemble de travaux, anciens et récents, qui conçoit la production d’écrit comme « un acte progressif, révélateur du processus de construction textuelle ». Pour ce faire, elles ont recueilli, organisé et analysé un corpus de récits appartenant à ce type « fanfiction », produits, relus et réécrits à l’ordinateur, afin d’identifier les différentes opérations de révision, souvent décrites – ou limitées – à la dernière phase du processus rédactionnel. Le dispositif comprend des séquences de lecture d’œuvres intégrales et se développe dans l’espace numérique Moodle qui permet aux élèves d’intervenir sur les versions successives proposées par d’autres « fans », mais aussi de lire et de réécrire les écrits échangés, qu’ils soient narratifs ou commentatifs. L’objectif est de permettre aux élèves de s’approprier, dans ces interactions, des procédures de révision efficaces afin d’améliorer les récits produits. Les deux auteures parviennent ainsi à préciser les spécificités de l’écriture numérique, en les confrontant aux usages plus classiques de la lecture-réécriture et en réaffirmant l’intérêt de lier les écritures extrascolaires à celles des apprentissages scolaires.

8Prolongeant la voie de la réécriture, Christine Vénérin-Guénez nous engage dans une recherche décrivant les stratégies scripturales observées dans des rappels de récit produits par des élèves (9-11 ans) scolarisés dans les deux niveaux du cours moyen de cinq classes de primaire à Paris. L’étude repose ainsi sur un corpus étendu de 230 rappels d’un récit, réalisés à partir du même conte gabonais, une seule fois entendu, Les trois ruses de la gazelle. L’auteure en propose une analyse contrastive sur la manière dont les jeunes scripteurs s’approprient les matériaux lexicaux (le vocabulaire des affects), métasyntaxiques (le cadrage des textes) et énonciatifs (l’expressivité narrative) – ce qu’elle définit comme le déjà-là qui comprend d’autres écrits entendus, lus, réalisés ou non par les élèves eux-mêmes – pour améliorer leurs écrits et leurs performances scripturales. La méthodologie utilisée combine des tâches de compréhension orale, de production écrite et des entretiens métalexicaux, afin de décrire l’influence du texte source entendu et l’influence du texte produit la première fois, ainsi que les effets du temps de latence d’une modalité à l’autre. L’objectif à terme est de mieux saisir les choix des élèves et de discerner des profils de rédacteurs ou des « styles de scription » plus ou moins contrastés ; afin d’encourager les enseignants, novices ou expérimentés, à utiliser le rappel de récit pour cerner plus précisément les variantes rédactionnelles des élèves, et les amener ainsi à différencier les apprentissages de l’écriture.

9Dans leur étude croisée, Karine Meshoub-Manière et Christine Collière-Whiteside présentent les résultats d’une recherche complémentaire, associant le travail de réécriture de leurs textes par des élèves de cycle 3 en école primaire (CE2-CM) et un ensemble de questions de formation d’enseignants engagés dans un master Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF). Elles suggèrent que l’exploitation et l’analyse des écrits des élèves suivis développent des compétences dans le champ de l’écriture créatrice et littéraire, et permettent de repenser le processus d’écriture, en relation avec l’étude croisée de brouillons d’écrivains de littérature jeunesse. Dans le cadre d’un séminaire d’initiation à la recherche, l’étude conjointe des brouillons des élèves et ceux des écrivains jeunesse – et notamment l’analyse des procédés de réécriture observés – offrent aux étudiants stagiaires, futurs professeurs des écoles, l’occasion de s’interroger sur leurs propres pratiques d’écriture, le travail au brouillon et aux opérations de réécriture mis en œuvre, et au-delà à l’enseignement de l’écriture-réécriture dans des dispositifs d’enseignement plus ouverts. Les auteures montrent dès lors, chez les uns et chez les autres, que l’écriture s’inscrit dans un espace et une temporalité où des choix rédactionnels sont possibles, des essais permis, où l’acte de création est favorisé, les effets sur le lecteur autorisés… ouvrant ainsi sur des approches didactiques qui ne visent pas, uniquement, à stigmatiser les erreurs de langue mais aussi et surtout à libérer les potentialités créatives de l’écriture.

10À partir d’autres données, Florence Mauroux et Marie-France Morin analysent un ensemble d’écrits – et surtout d’entretiens métagraphiques en rapport – recueillis en école primaire, auprès de jeunes scripteurs âgés de 5 à 8 ans. L’intérêt de cette étude est de transposer ce protocole d’entretien métagraphique du cadre de la recherche à celui des apprentissages scolaires, dans un dispositif didactique où les jeunes élèves s’interrogent sur le fonctionnement de la langue, en tenant compte de ses propriétés et fonctionnements, qu’ils soient convergents ou opposés, à l’oral comme à l’écrit. L’objectif des deux auteures est de décrire et d’analyser les principes organisateurs de 105 explications métagraphiques, conduites par un intervieweur expérimenté, et de montrer dans quelle mesure des élèves encore peu expérimentés parviennent à développer des habiletés métalinguistiques ajustées à leurs écrits et à leurs questionnements. Elles montrent ainsi que la qualité des questionnements de ces élèves, étayés par ceux de l’intervieweur, en l’occurrence les enseignants impliqués, détermine la précision des procédures scripturales construites. Les perspectives didactiques sont ainsi déterminantes, car l’étude a permis d’observer des actions récurrentes de l’enseignant engagé « dans une posture spécifique d’observateur-évaluateur », qui organisent efficacement les interactions métagraphiques et permettent des acquisitions plus abouties et plus cohérentes dans les domaines conjoints du lire et de l’écrire.

11Stéphane Colognesi et Silvia Lucchini, quant à eux, s’intéressent plus particulièrement à l’organisation des écrits d’élèves et aux « effets d’un étayage destiné à travailler la superstructure textuelle ». Tout en s’appuyant sur un vaste ensemble de recherches didactiques dans le domaine, ils décrivent une expérimentation réalisée auprès de trente-huit élèves d’élèves de 5e primaire (10-12 ans), inscrits dans deux classes collégiales de Belgique francophone, dont les performances sont comparées à celles de dix-huit élèves appartement à une autre classe « contrôle » du même niveau scolaire. Dans le but les comparer, l’expérience comprend deux modalités d’étayage liées à la rédaction de textes descriptifs : la première suscitant un conflit sociocognitif entre groupes d’élèves ; la seconde reposant sur la simple observation de textes soumis par l’enseignant. Les auteurs poursuivent la démonstration dans une double analyse quantitative et qualitative : 1) sur les effets de la séquence comparativement au groupe contrôle ; 2) sur la manière dont les connaissances sont construites pendant l’apprentissage ; 3) sur les évolutions observées dans les textes en lien avec les modes d’étayage. De cette analyse comparative, il ressort que les élèves ayant simplement étudié des textes de référence, sans étayage structurant, n’ont pas développé de nouvelles compétences scripturales, notamment sur le format, les caractéristiques du type textuel, la prise en compte de la consigne... et à leur transfert dans des écrits ultérieurs du même type. À l’inverse, les élèves qui ont bénéficié d’un étayage explicite et d’interactions entre pairs ont pu améliorer leurs textes, plus particulièrement par un meilleur ajustement à la consigne et au genre attendu, par la découverte d’idées complémentaires, par la motivation à reprendre leurs écrits, par l’appropriation d’éléments décisifs empruntés aux textes étudiés. En conclusion de leur étude, les auteurs montrent qu’il est nécessaire de déployer un guidage précis de la réécriture, conduit avec l’enseignant et entre les élèves ; la qualité de ce guidage va entrainer des questions qui permettront aux élèves d’améliorer leurs productions textuelles immédiates, comme celles à venir.

12S’appuyant sur un corpus original, recueilli dans trois écoles primaires rurales, inscrites dans un réseau d’éducation prioritaire (REP), Élisabeth Bautier et Élise Vinel analysent, les relations entre les types d’écrit produits, la préparation de classe des enseignants, leur conception de l’activité d’écriture et les interprétations qu’en font les élèves. À partir d’un ensemble d’écrits répondant à une consigne commune et recueillis dans trois classes d’école élémentaire (CE2-CM2), assorti d’observations dans les classes et d’entretiens avec les enseignants et les élèves, elles mettent en relation les productions des élèves et l’environnement didactique, dans un secteur caractérisé par une distance culturelle importante entre les normes scolaires et les pratiques sociales de l’écrit. L’étude met en évidence la tension entre généricité et spécificité, à la fois moteur et frein à l’écriture.

13En situant son étude au niveau de l’élaboration des textes, Claudine Garcia-Debanc centre sa réflexion sur une opération scripturale, l’ajout, considéré comme outil de résolution de problèmes de cohésion textuelle. Ses observations s’appuient sur un corpus en constitution répondant à une consigne qui confronte les scripteurs à des problèmes de cohésion narrative liés en particulier à la gestion d’anaphores référentielles. Après une mise au point sur les différentes conceptions de l’ajout scriptural, l’auteure interroge l’ajout « spontané », c’est-à-dire non suscité par l’enseignant, comme indicateur important de la compétence rédactionnelle des élèves et propose une typologie des ajouts sémantiques ainsi que des dispositifs didactiques visant à les faire émerger.

14Sous un angle essentiellement linguistique et s’appuyant sur un vaste corpus longitudinal, Claire Wolfarth, Claude Ponton et Catherine Brissaud s’interrogent sur la gestion des accords verbaux dans les écrits recueillis auprès d’élèves de CP, CE1 et CE2 (de 6 à 8 ans). En recensant les données extraites de plusieurs recherches linguistiques, psycholinguistiques et didactiques, appliquées à l’acquisition de la morphosyntaxe verbale, ils montrent que ces recherches sont peu nombreuses ou imprécises, quand il s’agit de décrire la dynamique de cette acquisition en situation de production d’écrit. Dès lors, à partir de leur étude, ils entendent montrer dans quelle mesure les corpus constitués permettent de mieux connaitre les performances réelles des jeunes élèves dans le domaine, et l’évolution de leurs habiletés orthographiques associées aux verbes. Ils décrivent ainsi la chaine de traitement qui permet à ces jeunes élèves d’extraire les formes verbales de leurs écrits. Si la présente étude se centre sur les tiroirs verbaux de l’infinitif, du présent, de l’imparfait, du passé simple de l’indicatif et du participe passé, les auteurs détaillent plus particulièrement les résultats, obtenus à l’aide de logiciels textométriques adaptés, sur les deux cas de l’imparfait et du passé simple. Ils analysent ainsi les variantes obtenues (c.-à-d. les bases lexicales et les désinences temporo-modales), leur relation et leur évolution dans l’acquisition à travers, notamment, les taux de réussites et d’erreurs... L’objectif est de mettre en évidence les zones de tension et les progrès accomplis par les élèves, et au-delà de proposer une hiérarchisation conséquente des apprentissages.

15Comme on pourra le constater, ce numéro rend compte de nouvelles recherches combinant descriptions linguistiques et analyses didactiques ; il entend également ouvrir d’autres recherches reposant sur des corpus complémentaires, constitués d’écrits recueillis auprès d’élèves et d’étudiants à d’autres âges ou à d’autres niveaux des cursus scolaire et universitaire. Et, comme nous avons commencé à le montrer ici, ces recherches analyseront certainement d’autres contextes de production, d’autres modalités d’apprentissage, d’autres écrits diversifiés. Elles pourront alors approfondir le champ de la didactique de l’écriture pour saisir d’encore plus près les caractéristiques génétiques de l’énonciation des écrits d’élèves ; mais aussi solliciter d’autres publics, généralement moins observés, qu’il s’agisse des élèves allophones diversement confrontés à la littéracie, des étudiants peu familiarisés aux variantes normées de l’écrit, des sujets en difficulté et en retard scolaire, voire présentant des handicaps cognitifs ou relationnels spécifiques.

Haut de page

Bibliographie

Adam, J.-M. (2011). Genres de récits. Narrativité et généricité des textes. Louvain-la-Neuve, Belgique : Academia.

Benveniste, É. (1966). Problèmes de linguistique générale. Paris : Gallimard.

Benveniste, É. (2012). Dernières leçons. Collège de France (1968, 1969). Paris : EHESS ; Gallimard ; Seuil.

Bronckart, J.-P. (2005). Vingt-cinq ans de didactique de l’expression écrite. Éléments de bilan et perspectives d’avenir. Revue suisse des sciences de l’éducation, 27, 361-380.

Chabanne, J.-C. et Bucheton, D. (dir.). (2000). Écrire en ZEP : un autre regard sur les écrits des élèves. Paris : Delagrave / CRDP de l’académie de Versailles.

Chabanne, J.-C. et Bucheton, D. (dir.). (2002). Parler et écrire pour penser, apprendre et se construire. L’écrit et l’oral réflexifs. Paris : PUF.

Charolles, M. (1978). Introduction aux problèmes de la cohérence des textes. Langue française, 38, 7-42.

Charolles, M. (1995). Cohésion, cohérence et pertinence du discours. Travaux de linguistique, 29, 125-151.

Combettes, B. (1978). Thématisation et progression thématique dans les récits d’enfants. Langue française, 38, 74-86.

Combettes, B. (1983). Pour une grammaire textuelle. La progression thématique. Bruxelles, Belgique ; Paris : De Boeck ; Duculot.

Dabène, M. (dir.). (1990). Des écrits (extra)ordinaires [numéro thématique]. Lidil, 3.

Doquet, C. (2011). L’écriture débutante. Pratiques scripturales à l’école élémentaire. Rennes : PUR.

Fabre, C. (1990). Les brouillons d’écoliers ou l’entrée dans l’écriture. Grenoble : Ceditel ; L’atelier du texte.

Fabre, C. (dir.). (2000). Réécrire à l’école et au collège. De l’analyse des brouillons à l’écriture accompagnée. Paris : ESF.

Garcia-Debanc, C. (1986). Intérêts des modèles du processus rédactionnel pour une pédagogie de l’écriture. Pratiques, 49, 23-49.

Hayes, J.R. et Flower, L. (1980). Identifying the organization of writing process. Dans L.W. Gregg et E.R. Steinberg (dir.), Cognitive processes writing (p. 3-30). Hillsdale, NJ : L. Erlbaum Associates Publishers.

Lamothe-Boré, C. (1998). Choix énonciatifs dans la mise en mots de la fiction : le cas des brouillons scolaires (thèse de doctorat). Université Stendhal-Grenoble 3.

Mas, M., Garcia-Debanc, C., Romian, H., Séguy, A., Tauveron, C. et Turco, G. (1991). Comment les maitres évaluent-ils les écrits de leurs élèves en classe. Paris : INRP.

Plane, S., Olive, T. et Alamargot, D. (dir.). (2010). Traitement des contraintes de la production d’écrit : aspects linguistiques et psycholinguistiques [numéro thématique]. Langages, 177.

Reichler-Béguelin, M.-J., Denervaud, M. et Jespersen, J. (1988). Écrire en français : cohésion textuelle et apprentissage de l’expression écrite. Neuchâtel, Suisse : Delachaux et Niestlé.

Reuter, Y. et Penloup, M.-C. (dir.). (2001). Les pratiques extrascolaires de lecture et d’écriture des élèves [numéro thématique]. Repères, 23.

Haut de page

Notes

1 Institut universitaire de formation des maitres.

2 Institut national de recherche pédagogique.

3 En témoignent le nombre important d’ouvrages et de numéros de revues, dont elle est l’auteure ou la coordinatrice, parmi lesquels : Plane, S. (1994). Didactique et pratiques d’écriture. Écrire au collège. Paris : Nathan ; David, J. et Plane, S. (dir.). (1996). L’apprentissage de l’écriture de l’école au collège. Paris : PUF ; Garcia-Debanc, C. et Plane, S. (dir.). (2004). Comment enseigner l’oral à l’école primaire. Paris : Hatier ; Dolz, J. et Plane, S. (dir.). (2008). Formation des enseignants et enseignement de la lecture et de l’écriture. Namur, Belgique : Presses universitaires de Namur ; Grossmann, F. et Plane, S. (dir.). (2008). Lexique et production verbale : pour une meilleure intégration des apprentissages lexicaux. Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion ; Dufays, J.-L. et Plane, S. (dir.). (2009). L’écriture de fiction en classe de français. Namur, Belgique : Presses universitaires de Namur ; Plane, S., Olive, T. et Alamargot, D. (dir.). (2010). Traitement des contraintes de la production d’écrits : aspects linguistiques et psycholinguistiques [numéro thématique]. Langages, 177 ; Plane, S., Bazerman, C., Rondelli, F., Donahue, C., Applebee, A. N., Boré, C., … Russell, D. (dir.). (2016). Recherches en écriture : regards pluriels. Metz : CREM.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Doquet et Jacques David, « Collecter, interpréter, enseigner l’écriture », Repères, 57 | 2018, 7-14.

Référence électronique

Claire Doquet et Jacques David, « Collecter, interpréter, enseigner l’écriture », Repères [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/reperes/1444

Haut de page

Auteurs

Claire Doquet

Université Sorbonne-Nouvelle-Paris 3, unité de recherche CLESTHIA (EA 7345)

Articles du même auteur

Jacques David

Université de Cergy-Pontoise, ESPE de l’académie de Versailles, laboratoire AGORA (EA 7392), unité de recherche CLESTHIA (EA 7345)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals