Navigation – Plan du site

À la recherche de stratégies scripturales dans des rappels de récit par des élèves de cours moyen

Detecting writing strategies in recall narratives by primary school pupils
Christine Vénérin-Guénez
p. 83-98

Résumés

Nos travaux reposent sur un corpus de 230 rappels de récit collectés auprès de jeunes élèves (9-11 ans). Les productions écrites réalisées à partir du même conte entendu favorisent une analyse contrastive propice à observer la manière dont les scripteurs novices s’approprient les matériaux langagiers (lexicaux, syntaxiques, énonciatifs). De la compréhension orale à la production écrite, en passant par les entretiens métalexicaux, nos analyses cherchent à mieux comprendre les choix des élèves, à discerner des profils de scripteurs pour améliorer leurs performances scripturales.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Sens, Texte, Informatique, Histoire.
  • 2 Institut coopératif austral de recherche en éducation.

1Nos travaux s’inscrivent dans le domaine d’enseignement-apprentissage de l’écriture de jeunes scripteurs, et plus spécifiquement celui du vocabulaire. Ils ont débuté au sein du laboratoire STIH1 de l’université de Paris-Sorbonne en 2011-2015 et se poursuivent au laboratoire ICARE2 de l’université de La Réunion. Dès son origine, le projet de recherche, mené dans une perspective linguistique et didactique, se focalise sur les processus de textualisation et s’attache à identifier ce qu’on pourrait appeler des styles de scription (Plane, 2006, 2017). Les analyses des premières productions recueillies (Vénérin-Guénez, 2012) nous ont incitée à orienter notre dispositif expérimental plus spécifiquement vers les procédures de lexicalisation. Notre corpus de 230 rappels écrits de récit dans deux versions successives a été collecté dans cinq classes parisiennes du cycle 3 (9-11 ans). L’analyse des productions écrites est appuyée par des entretiens d’explicitation lexicale menés en classe et enregistrés. Ils visent à comprendre ce qui préside aux choix lexicaux des élèves en décelant le travail d’inférence à l’œuvre, conscient ou inconscient. Notre recherche s’intéresse à l’ancrage des productions textuelles dans du déjà-là : productions entendues, lues, réalisées ou non par le scripteur lui-même (Vénérin-Guénez, 2017). Nous observons et analysons la manière dont les scripteurs novices s’approprient les matériaux langagiers entendus pour cerner des constantes et des singularités. Des variations et des régularités dans le marquage des discours rapportés et la mémorisation ou appropriation de leurs modalités ont fait l’objet d’une étude spécifique (Plane, Rondelli et Vénérin-Guénez, 2013).

2Nous présenterons le cadre théorique dans lequel s’inscrivent nos travaux ainsi que le dispositif expérimental qui a permis de collecter le corpus écrit enrichi d’entretiens auprès des élèves. Nous sélectionnerons ensuite quelques paramètres significatifs des effets produits par l’écriture du premier rappel et par le temps de latence entre les deux versions. Nous proposerons pour terminer une esquisse de tendances de scription remarquables dans notre corpus.

2. Cadre théorique et présentation du corpus collecté en cours moyen

2.1. Le cadre théorique

3Notre recherche empirique s’appuie sur les modèles psycholinguistiques de la production écrite (Hayes et Flower, 1980) et leur transfert dans des activités d’apprentissage décrites et diffusées en France notamment par M. Fayol (1997) ou C. Garcia-Debanc et M. Fayol (2002). Elle repose également sur l’idée que toute production verbale s’élabore à partir de discours et de textes antérieurement reçus par le scripteur selon le principe d’intertextualité (Bakhtine, 1984 ; Genette, 1982), jusqu’à l’influence des textes produits par le scripteur lui-même (Plane, Alamargot et Lebrave, 2010).

  • 3 Johnson-Laird, P. (1983). Mental models: Toward a cognitive science of language. Cambridge, MA : C (...)
  • 4 Van Dijk, T. A. et Kintsch, W. (1983). Strategies of discourse comprehension. New York, NY : Acade (...)

4Par ailleurs, d’autres travaux en psycholinguistique éclairent les contraintes inhérentes à la réception d’un texte et la production écrite ou orale d’un rappel de texte, en particulier ceux de J.-F. Le Ny (1989) et de G. Denhière et S. Baudet (1992) qui reprennent et développent la théorie de la compréhension de texte à partir de modèles mentaux définis initialement par P. Johnson-Laird (1983)3 et T.A. van Dijk et W. Kinstch (1983)4. L’activité cognitive du lecteur ou de l’auditeur est orientée vers la représentation du contenu, activité de compréhension complexe qui active des schèmes mentaux préexistants en mémoire et conjugue le stockage d’informations.

2.2. Le dispositif expérimental

5Notre dispositif expérimental propose un double rappel de récit d’un conte entendu pour tenter de mesurer l’impact de la distance temporelle sur la récupération en mémoire des informations sémantiques et sur leur mise en mots.

6Le rappel de récit est une technique qui consiste à demander à un élève de lire ou d’écouter une histoire et de la redire avec ses propres mots (Giasson, 1996). Cette activité langagière est utilisée comme stratégie d’enseignement pour évaluer la compréhension en lecture mais aussi comme outil pour travailler la compréhension du langage écrit et développer le langage oral, particulièrement en maternelle (Brigaudiot, 2000). Même si des segments de l’histoire sont parfois mémorisés, le rappel de récit, écrit ou oral, s’accompagne le plus souvent de reformulations, de restructurations des informations, de sélections et d’ajouts, autant de paramètres observables et comparables donc dans le corpus que nous avons recueilli.

7Notre expérimentation réalisée à partir d’un même substrat initial facilite la comparaison des productions écrites et instaure un univers de référence commun à tous les élèves participants. Le conte « Les trois ruses de la gazelle » est entendu par les élèves, sans support écrit pour éviter les difficultés de lecture-déchiffrage des élèves les plus fragiles en compréhension écrite. Les élèves sont avertis qu’ils n’entendront l’histoire qu’une seule fois, qu’ils devront écrire juste après « ce dont ils se souviennent le plus précisément possible » puis une deuxième fois une semaine plus tard. Les élèves bénéficient en quelque sorte d’une double influence du déjà-là : influence du texte source entendu et influence du texte produit la première fois.

8Les passations se déroulent sans brouillon, sans relecture de la première version, sans nouvelle audition intermédiaire. La mise en page est libre, la longueur et le temps d’écriture souples (45 minutes maximum). Les élèves savent que les productions écrites ne seront pas évaluées et que les ratures et erreurs orthographiques ne sont pas prises en compte dans l’expérience. Ces critères visent à favoriser la participation et le plaisir d’écrire des élèves sans crainte de sanction d’aucune sorte. On peut ainsi espérer que les conditions de passation libèrent le champ des singularités dans l’appropriation du récit par les élèves. Affranchi partiellement des contraintes scolaires d’invention et de planification, le scripteur novice peut choisir une stratégie scripturale dans l’espace de liberté qui lui est offert. Deux semaines plus tard, à partir de choix lexicaux repérés et ciblés en fonction de réussites, singularités ou maladresses, des entretiens menés en classe entière sollicitent la réflexion et les interactions chercheur/élève(s) et élève(s)/élève(s) au cours d’un échange régulé.

  • 5 Le conte a été transcrit de la langue omyènè et traduit en français par A. Raponda-Walker en 1953 (...)

9Le texte choisi est issu d’un conte gabonais intitulé « Les trois ruses de la gazelle », transcription française5 adaptée de façon à gommer quelques difficultés lexicales. Le genre connu du conte animalier, la structure narrative de triplication de la ruse sont autant de facteurs de facilitation mémorielle et d’aide à la construction de l’univers de référence pendant l’audition du conte et de récupération en mémoire (Kintsch et van Dijk, 1975).

2.3. Le résumé du texte source entendu

10Une gazelle doit de l’argent à un léopard. Quand le léopard vient réclamer la dette, la gazelle détourne son attention par deux fois en flattant sa gourmandise : un excellent vin de palme appelé « itoutou », une profusion de poissons, et en lui mentant par deux fois en donnant une fausse recette de vin de palme, une fausse technique de pêche. Furieux, le léopard décide de la capturer et de la vendre à un marchand de peaux pour récupérer son argent. Pendant une pause sur le trajet, la gazelle ment à une antilope naïve en lui expliquant qu’elle pourrait devenir chef en prenant sa place dans le filet et retrouve ainsi la liberté. Le léopard, content, croit avoir vendu la gazelle. La gazelle, contente également, retourne au village, promettant de se venger.

2.4. Quelques traces significatives du « déjà-là » dans les matériaux lexicaux des élèves

  • 6 La version 1 sera désignée par V1 ; la version 2 par V2.

11Dans les cinq classes participant au projet en 2013 et 2014 (près de 120 élèves), nous avons recueilli 230 productions écrites dont 218 en double version6. Le conte, la ruse et les animaux anthropomorphisés à l’instar des fables de La Fontaine par exemple sont des éléments génériques connus des élèves de l’école primaire. Malgré le contexte d’écriture relativement libéré de contraintes scolaires habituelles, bon nombre d’élèves, un peu plus de 60 % dans les versions doubles, ont commencé leur rappel de récit par la formule traditionnelle « Il était une fois… » ou des variantes « C’est / C’était l’histoire de… », « Un jour... », se plaçant ainsi dans la posture du conteur. Il ne s’agit pas d’imitation du texte source puisque le récit commence directement par l’annonce du conflit entre les deux protagonistes : « La Gazelle, qui avait emprunté une grosse somme d’argent au Léopard, retardait de jour en jour le moment de rembourser cet argent. » La mobilisation des stéréotypes (Kervyn et Dufays, 2003) et l’importance de la caractérisation générique (Lafourcade, 2008) trouvent dans notre corpus une illustration significative. Les scripteurs novices ont répondu inconsciemment aux contraintes stylistico-thématiques (Kerbrat-Orecchioni, 1999) et manifestent ainsi des compétences culturelles liées aux apprentissages scolaires.

  • 7 Dans tous les extraits proposés, nous avons conservé l’état original des productions des élèves : (...)

12Par ailleurs dans la veine des travaux sur l’intertextualité, nous relevons dans le corpus de nombreux exemples de segments linguistiques vraisemblablement mémorisés grâce à d’autres sources narratives et intégrés dans les rappels de récit. Ces ressources incorporées, expressions du patrimoine littéraire (Scardamalia et Bereiter, 1987), colorent les productions écrites de réminiscences des fables de La Fontaine par exemple telles celles de Jules ou Maimouna7 :

Jules-V1 : Chemin faisan, il eut soif, il deposa le ballot pour aller boire.

Maimouna-V2 : Elle lui dit où elle les a trouvés il se précipite là-bas et toujours rien plein de rage il retourne chez la gazelle la ligote et des porteurs la porte.

Ou d’expressions figées plus ou moins bien restituées comme celles de Raphaël, Hugo ou Louis :

Raphaël-V2 : Ils échanger leur place et ni vu ni connu l’antilope fu vendu !

Hugo-V2 : Trop, c’était trop, il menaça de tuer la gazelle.

Louis-V1 : Le léopard plus furax que jamais va voir la gazelle.

3. Les effets du premier texte produit : une tendance à la constance entre les deux versions

13Une tendance majeure se dégage de notre corpus : la constance entre les deux versions du rappel de récit. De nombreux exemples tendent à confirmer l’hypothèse selon laquelle le scripteur se souvient davantage de l’histoire telle qu’il l’a écrite que de l’histoire qu’il a entendue (Plane et al., 2010). La première version a eu tendance à stabiliser les stratégies scripturales, dont les choix lexicaux, justes ou maladroits.

3.1. La stabilité du choix énonciatif entre les deux versions

14Nous rappellerons que le texte source comporte de nombreux discours rapportés directement (désormais DD), soit vingt-six prises de parole directes. Elles jalonnent le texte, soit dans un dialogue, soit comme réplique isolée : neuf répliques pour la gazelle, treize pour le léopard, une pour la femme du léopard, une pour les porteurs, une pour l’antilope, une pour les villageois.

15La majorité des jeunes scripteurs ont rapporté une partie des paroles en DD. L’enquête menée par C. Tauveron (1995) a établi que les paroles des personnages sont des outils majeurs pour guider les enfants dans leur capacité à se représenter les personnages, ce qui peut expliquer le pourcentage élevé de conservation du choix énonciatif direct chez les élèves du primaire. 67 élèves sur 109 (61 %) privilégient le récit accompagné de DD dans leurs deux versions. 23 élèves sur 109 (21 %) privilégient le récit sans DD dans leurs deux versions. Ce qui revient à dire que 90 scripteurs novices sur 109 (82 %) restent fidèles à leur premier choix énonciatif, qu’il soit mimétique de celui du texte source ou non.

3.2. Des similarités syntaxiques et lexicales ponctuelles dans des unités phrastiques

16Par ailleurs, il semble que l’activité rédactionnelle ait permis de fixer la représentation mentale du scénario que l’élève a élaborée pendant l’audition du conte et qu’il a peaufinée pendant la première textualisation. Les doubles exemples qui suivent (V1 et V2) empruntés à Iris, Mohamed et Raphaël illustrent un double phénomène de constance, voire de fidélité syntaxique et/ou lexicale à leur propre premier texte. Nous rappellerons qu’entre les deux passations les élèves n’ont pas eu accès à leur première version. Les énoncés illustrés ci-dessous ne peuvent donc relever que de la mémorisation des faits de textualisation individuels.

Iris-V1 : Le léopard s’en alla tout content et ne pensait plus à l’argent que la gazelle lui devait.

Iris-V2 : Le léopard rentra chez lui tout content mais sans son argent.

Mohamed-V1 : La gazelle renvient chez elle et tout le monde l’acclama.

Mohamed-V2 : Mais pendant ce temps-là, la gazelle rentra et tout le monde l’acclama.

Raphaël-V1 : Et tout le monde fit des cris d’allégresse en la voyant.

Raphaël-V2 : Et tout le monde cria des cris d’allégresse en la voyant.

17Nous ne constatons quasiment aucune variation, à peine le remplacement du verbe de déplacement (« s’en alla » / « rentra » ou « renvient »/« rentra ») dans les énoncés d’Iris et de Mohamed ou le remplacement du verbe de verbalisation (« fit »/« cria ») chez Raphaël. La structure syntaxique choisie pour formuler la même information sémantique est singulièrement mimétique chez les trois élèves : « tout content » attribut après un verbe de déplacement occasionnellement attributif, « l’acclama » verbe au passé simple ayant pour sujet « tout le monde » dans une proposition coordonnée, une phrase simple presque à l’identique au verbe conjugué près.

3.3. Des similarités syntaxiques et lexicales dans des segments textuels

18Les exemples du paragraphe précédent confortent l’idée que le premier texte produit fige la mémoire et la textualisation (Plane et al., 2010). Nous illustrerons ci-dessous des faits de « fidélité » (ou de mimétisme) sur des segments textuels plus longs pour montrer que chez certains élèves, des similarités dépassent la structure syntaxique ou les choix lexicaux. Elles concernent d’autres stratégies scripturales comme la globalisation d’une information sémantique.

Sarah-V1 : Puis elle lui donna une idée pour la pêche. Et le léopar passionner par l’idée de pêche rentra chez lui (en oublien quelle lui devait de l’argen) Il essaya l’idée de pêche et le lendemain pas de poisson la pêche n’avait pas marcher furieux il se rendit chez la gazel.

Sarah-V2 : pui la gazell lui proposa une manière de pêcher le léopard passionner par l’explication parti pour tester l’idée. Le lendemain pas de poisson le léopard furieux décida de tuer la gazell.

19Sarah utilise le même connecteur organisationnel (« puis »), une procédure de globalisation similaire (« idée » / « manière pour la pêche »), un vocabulaire dénotant la satisfaction identique (« passionné par »), une phrase averbale (« le lendemain pas de poisson »).

20Le dernier exemple repose sur un segment textuel plus long encore. Il s’agit de la phase narrative correspondant à la troisième ruse au cours de laquelle la gazelle ment à une antilope pour la convaincre de prendre sa place dans le filet et avoir ainsi la vie sauve. Nous segmentons le texte de Margot en cinq phrases (consécutives dans chacune des versions) pour mettre en évidence la très grande stabilité syntaxique et les quelques variations lexicales qui n’altèrent jamais la similarité des informations sémantiques.

Margot-V1 : Une fois seul elle attenda d’être seul pour appeller au secours.

Margot-V2 : Une fois seule la gazelle appela au secours.

Margot-V1 : Ce sont des hommes qui veulent que je deviennent chef mais je suis trop jeune, toi tu pourait y aller !

Margot-V2 : Ce sont les hommes ils veulent que je dieviennent chef. Mais je suis trop jeune. Tu pourrais prendre ma place !

Margot-V1 : Quant il revennèrent, il furent surpris de voir que la gazelle avait roussit.

Margot-V2 : Ils furent éttoner de voir que la gazelle avait roussie.

Margot-V1 : Le léopard sûr d’avoir vendu la gazelle retourna dans son village.

Margot-V2 : Le léopard persuader d’avoir vendu la peau de la gazelle rentra chez lui

Margot-V1 : Mais il entendit : Hourra la gazelle est vivante !!!

Margot-V2 : et entendi : HOURRA LA GAZELLE EST VIVANTE !!!

21Ce segment textuel conjugue de multiples similarités scripturales, y compris l’expressivité liée à la ponctuation. Énoncé complexe qui corrobore, s’il le fallait encore, la tendance à la fidélité du scripteur par rapport à son premier texte.

4. Les effets du temps de latence sur la deuxième version

22Malgré les conditions de passation prévues pour favoriser le plaisir d’écouter une histoire et le plaisir d’écrire sans crainte de sanction, il faut reconnaitre que les élèves ont dû conjuguer la fatigue de la concentration nécessaire à l’audition et à la compréhension du conte avec celle de la mobilisation immédiate des nombreuses informations à traiter dans un ordre similaire et à leur mise en texte. On pourrait s’attendre par ailleurs à ce que la distance temporelle et cognitive affecte le deuxième rappel de récit une semaine plus tard. Le souvenir du texte source aurait pu s’estomper, voire s’effacer dans la majorité des deuxièmes rappels écrits. Sans prétendre à une évaluation quantitative et qualitative exhaustive des rappels de récit du corpus, l’observation de quelques paramètres significatifs des effets produits par l’écriture du premier rappel et par le temps de latence entre les deux versions nous autorise à penser cependant que ces deux paramètres ont produit des effets positifs sur la mémorisation des informations sémantiques et sur leur mise en texte.

4.1. Une approche quantitative des rappels de récit : des versions de longueur comparable

23La distance d’une semaine entre les deux rappels de récit écrits, sans nouvelle audition ni relecture de la première version écrite, aurait pu avoir un impact négatif. Le critère de longueur des textes produits, bien que relatif, ne corrobore pas cette hypothèse. Sur l’ensemble des 218 restitutions écrites en double version, la moyenne est de 230 mots pour la V1 et 207 mots pour la V2. La variation de 23 mots est relativement faible, peu significative. Le choix énonciatif avec DD peut par exemple expliquer partiellement la différence moyenne des longueurs de textes. L’emploi du DD entraine quasi systématiquement un nombre de mots plus conséquent, pour les incises ou pour des détails de la conversation entre le léopard et la gazelle. À l’inverse, le passage au récit sans DD condense l’information et réduit le nombre de mots. C’est le cas de 16 élèves sur les 109 participants, répartis dans les cinq classes, qui sont passés du récit avec DD en V1 à un récit sans DD en V2. Pour 11 d’entre eux, la V2 est plus courte mais la restitution de l’histoire est globalement aussi complète. Par exemple, Maimouna passe de 203 mots (V1) à 182 mots (V2), Sarah de 240 mots (V1) à 149 mots (V2), Marceau de 275 mots (V1) à 205 mots (V2), Tristan de 404 mots (V1) à 296 mots (V2).

4.2. Une approche qualitative des rappels de récit : la deuxième version souvent plus complète

  • 8 Pour une approche fine de la compréhension de la première ruse, nous renvoyons à l’article de F. R (...)

24Si l’approche quantitative des productions écrites fait apparaitre une longueur légèrement plus courte de la deuxième version, nous signalerons que le corpus de V2 comporte cependant un peu moins de productions inachevées : 21 sur 109 en V2 (19 %) contre 27 sur 109 en V1 (24 %). La récupération en mémoire ne semble pas plus défaillante au bout d’une semaine. Si les productions de V2 détaillent moins les paroles des personnages, elles rendent compte, au moins partiellement, de plus de phases narratives8. Nous avons schématisé les informations sémantiques du texte source en huit phases narratives comme suit :

  • phase 1. Situation initiale (dette et décision de visite du léopard chez la gazelle) ;
  • phase 2. Ruse 1 (la fausse recette de vin de palme) ;
  • phase 3. Ruse 2 (la fausse technique de pêche) ;
  • phase 4. La capture de la gazelle pour aller la vendre ;
  • phase 5. Ruse 3 (la fausse raison pour piéger l’antilope) ;
  • phase 6. Épilogue pour le léopard (vente et satisfaction) ;
  • phase 7. Épilogue pour la gazelle (rire et soif de vengeance) ;
  • phase 8. Épilogue pour les villageois (joie).

25Nous avons comparé la restitution des principales informations (au moins partiellement) en V1 et en V2 et nous en proposons la synthèse dans le tableau ci-dessous :

Tableau 1 : Analyse comparative de la restitution des principales phases narratives

Restitution des phases narratives (au moins partielle) Nombre de productions qui rendent compte de la phase narrative Moyenne arrondie
Phase 1. Situation initiale V1 108 100 %
V2 109
Phase 2. Ruse 1 V1 108 100 %
V2 107
Phase 3. Ruse 2 V1 91 84 %
V2 93
Phase 4. Capture V1 79 74 %
V2 83
Phase 5. Ruse 3 V1 67 67 %
V2 80
Phase 6. Fin pour le léopard V1 56 52 %
V2 57
Phase 7. Fin pour la gazelle V1 40 36 %
V2 38
Phase 8. Fin pour villageois V1 17 19 %
V2 25

26Il apparait sans grande surprise que l’attention et/ou la mémorisation s’amenuisent au fur et à mesure de l’enchainement des ruses, et donc de l’accumulation d’informations sémantiques. Le taux moyen de productions qui prennent en compte les phases narratives finales décroissent : 100 %, 100 %, 84 %, 74 %, 67 %, 52 %, 36 %, 19 %. L’effet de récence pour la première ruse et la deuxième est net avec un taux de restitution oscillant entre 100 et 84 %. La deuxième version ne semble jamais pâtir de la distance temporelle par rapport à cet indicateur relatif de « qualité » narrative. Au contraire, la distance temporelle semble parfois avoir permis une meilleure récupération en mémoire, si l’on en juge par les pourcentages de restitution meilleurs en V2 pour deux des phases narratives :

  • pour la phase 5 (ruse 3) : 80 productions sur 109 en V2 (73 %) contre 67 productions sur 109 en V1 (61 %) ;
  • pour la phase 8 (épilogue de joie des villageois) : 25 productions sur 109 en V2 (23 %) contre 17 productions sur 109 en V1 (15 %).

4.3. Le point de vue des élèves sur la comparaison des deux tâches de restitution

27À la question ouverte posée dans deux classes de CM2 « Est-ce que vous avez trouvé que c’était plus facile d’écrire l’histoire la première fois ou la deuxième fois ? », 11 élèves sur les 18 qui sont intervenus spontanément dans l’une (61 %) et 8 élèves sur 13 dans l’autre (61 %) ont affirmé que cela leur avait semblé plus facile la deuxième fois.

28Toutefois le ressenti des élèves et la longueur des V2 ne sont pas systématiquement corrélés après vérification des productions des élèves concernés. Ainsi Tristan répond « la deuxième fois car on savait mieux comment faire » ; sa V1 comporte 404 mots dans un récit qui privilégie le DD et sa V2, plus courte, 296 mots, présente un récit tout aussi complet, privilégiant le discours narrativisé et le discours indirect. On pourrait remarquer une corrélation similaire entre le ressenti d’Iris et la comparaison de ses versions. Iris répond : « C’était plus facile la deuxième fois parce qu’on avait déjà écouté et euh… écrit ». Ses versions, privilégiant le DD, offrent des récits « complets », d’une précision similaire, mais d’une longueur différente : une V1 de 402 mots et une V2 de 297 mots. Emma a également trouvé plus facile d’écrire le récit la seconde fois : « T’avais déjà l’expérience de le faire, t’avais des détails dans la tête, et moi, ça m’est revenu », ce qui est corroboré par la comparaison des versions, chacune jalonnée de DD, une V1 en 327 mots et une V2 en 344 mots pour un récit nettement plus complet vers la fin. « Ça m’est revenu » est avéré par un récit plus détaillé de la dernière ruse et de la chute du conte.

29La distance temporelle est un facteur d’aide à l’appropriation de l’histoire, en tout cas, un paramètre à prendre en considération dans l’étude des mécanismes de reformulation. Le temps de latence semble favoriser la condensation du récit (globalisation, résumé), donc une centration sur les informations sémantiques jugées essentielles. Il favoriserait une sélection des informations sémantiques et une transformation du récit plutôt qu’une restitution mimétique.

5. Des tendances de scription : quelques indicateurs saillants

30Notre corpus de 230 productions dont 218 en double version nous offre quelques prismes d’observation pour esquisser des tendances dans la textualisation des rappels de récit.

5.1. Le cadrage des textes

31Quand bien même la consigne ne demandait pas de donner un titre, que le texte source ne comportait ni formule d’ouverture ou de clôture, ces trois indicateurs apparaissent comme des critères de prédilection chez les scripteurs novices. 93 productions sur les 218 doubles versions (42 %) commencent par un titre, 136 productions (62 %) commencent par une formule d’ouverture (« Il était une fois…, un jour…, C’est l’histoire… ») et 34 productions sur 168 textes complets (20 %) s’achèvent par une formule de clôture (« Fin »). Ces indicateurs participent vraisemblablement à la manière de se représenter un texte « correct » pour un jeune scripteur.

5.2. L’expression lexicale des affects

32L’analyse des rappels de récit au prisme des sentiments est un angle d’approche intéressant pour entrevoir des « styles » de scripteurs dans le domaine émotionnel. Le conte entendu engage, entre autres, les élèves à écrire les sentiments des personnages, soit avec les mots d’autrui (ceux du texte source), soit avec leurs propres mots. Le matériau diégétique présente plusieurs phases narratives d’alternance de satisfaction et de déception qui engendrent la joie ou la colère mais aussi des formes linguistiques variées d’expression des affects.

33Même si les sentiments et les émotions sont au cœur de toute expérience personnelle des jeunes scripteurs, des chercheurs ont pu constater que les textes des jeunes scripteurs sont souvent pauvres en matière d’expression des sentiments (Grossmann et Boch, 2003). Notre dispositif expérimental atténue cette pauvreté lexicale grâce à l’influence de texte entendu et donc du lexique « déjà-là » dans le conte mais le corpus n’est pas épargné par une tendance majoritaire à des récits factuels, « dépouillés ». 76 % des récits ne présentent aucune expression de la joie ; 55 % des récits, aucune expression de la colère.

34Cependant, si l’on observe le corpus de l’autre côté de ce prisme émotionnel, sur les 230 productions écrites, 45 % emploient au moins une expression lexicale de la colère, affect exclusivement lié au léopard dans le texte source exprimé sous les formes lexicales et discursives telles que « furieux d’avoir été trompé », « hors de lui », « est-ce qu’on se fâche ainsi… ? », « excédé », « menaçant de la tuer ». Cet affect a eu un impact plus important sur la mémoire narrative et la mise en mots. Les jeunes scripteurs se sont davantage focalisés sur l’état émotionnel de la victime des ruses. Le corpus présente une grande variété d’expressions que nous avons analysées dans une étude antérieure (Vénérin-Guénez, 2018).

35En écho au paragraphe supra consacré à l’approche qualitative des rappels de récit, nous nous proposons d’illustrer la comparaison de deux extraits des versions de Tristan. L’élève écrit deux versions complètes, une V1 en 404 mots et une V2 en 296 mots. La longueur, critère dont nous avons montré la faible signification qualitative, n’est pas un signe de moins bonne restitution narrative. Tristan raconte par exemple la phase narrative 3 (ruse 2) reproduite ci-dessous de manière plus condensée mais en formulant le crescendo de la colère du léopard (« encore plus furieux », « très très furieux »). La présence d’expression lexicale émotionnelle est plutôt un gage de qualité en matière de compétences scripturales :

Tristan-V1 : la ruse 2 (128 mots)

Il revint chez la gazèle pour enfin reprendre son argent. Mais

les gazèlles avaient fait une bonne pêche. Le léopard voyait les poissons étendus

sur le sol. Il demanda à la gazèle comment ils ont pu pêcher autant de poissons

La gazèle lui dit qu’il fallait creuser un trou profond en dessous de la goutière

et il fallait attendre tout la nuit et le matin il y aurait des poissons. Le

léopard fît ce que la gazèle lui avait dit et il attenda la nuit et le lendemain

aucun poisson. La gazèle lui avait encore menti et il avait oubliéé de lui

prendre la somme d’argent. Le léopard revint chez la gazèle et la ligota avec

des cordes bien serrées. Il allait vendre la peau de la gazèle.

Tristan-V2 : la ruse 2 (96 mots)

Il revint chez la gazelle, encore plus furieux. Mais les gazelles avaient fait une bonne

pêche et le léopard vit tous les poissons répendus au sol. Le léopard

demenda à la gazelle comment faire une aussi bonne pêche. La gazelle lui

dit qu’il fallait creuser un trou qui se remplierait avec l’eau de la pluie

et le lendemain il y aurait des poissons dedans. Le léopard fit ce que

la gazelle lui avait dit et le lendemain il n’y avait aucun poisson

Le léopard était très très furieux et voulut vendre la peau de la gazelle.

5.3. L’expressivité narrative

36Le scripteur novice ne réinvestit pas systématiquement le vocabulaire entendu (à l’identique ou avec variations synonymiques), et surtout il se passe du vocabulaire des affects en intégrant implicitement leur expression par d’autres moyens linguistiques comme le recours à un discours de menace ou un vocabulaire appréciatif qui peut permettre d’inférer une émotion ou un sentiment.

37L’expressivité des jeunes scripteurs est d’une grande richesse et dépasse le cadre du vocabulaire des affects. On pourrait ainsi observer avec intérêt d’autres stratégies expressives, en particulier les signes graphiques comme la ponctuation, la taille des lettres ou d’autres signes inspirés des émoticônes des messageries modernes (Vénérin-Guénez, 2014). L’exemple de Sinan illustre l’explosion de joie finale par le jeu sur la taille de l’interjection, par les six lettres « i » qui renforcent le point d’exclamation et le retour à la ligne qui met l’ensemble en valeur :

Sinan-V2 : Il la captura.

Un ami se mit à sa place.

Tout le monde savait que la gazelle était

vivantent puis crièrent :

Youpiiiiii !

38Celui de Léonie illustre une autre stratégie expressive. L’élève remplace l’expression lexicale de la déception en employant une phrase averbale laconique et en jouant sur la taille des capitales d’imprimerie :

Léonie-V1 : En effet pendant le nuit il pleuva. Et le matin : PAS DE POISSONS !

6. En guise de conclusion : des pistes de réflexion pour la recherche et la formation professionnelle

39Les analyses de notre corpus nous ont conduite à mettre en évidence les bénéfices de la distance temporelle qui permet aux élèves de continuer la « rumination » du texte (Fenoglio, 2007) en le laissant résonner mentalement. Les entretiens menés dans les classes ont contribué à mieux cerner le cheminement des élèves, à comprendre certains choix lexicaux grâce à l’explicitation du travail d’inférence qu’ils ont opéré. Les interrogations sur des choix lexicaux ont souvent rejoint la compréhension de l’histoire en ouvrant un débat interprétatif au service de l’enrichissement du lexique, en contexte et en réseaux (Vénérin-Guénez, 2017). Il nous semble important de développer la conscience réflexive des élèves sur leurs propres choix lexicaux ou ceux de leurs pairs et donc de leur permettre de construire ensemble des compétences métalexicales. Ces entretiens nous invitent à poursuivre notre réflexion sur la notion d’erreur lexicale et son traitement didactique. Enfin, la dynamique des échanges lors des entretiens d’explicitation nous incite également à mesurer l’impact qu’aurait un entrainement oral centré sur le vocabulaire d’une thématique sur son réemploi dans une production de texte. Un dispositif visant à articuler la compréhension de textes entendus, l’écriture de rappels de récits, des séances orales centrées sur le vocabulaire et son réinvestissement en production écrite est en cours d’expérimentation dans quatre classes (CM2, 6e, 5e) de l’académie de La Réunion.

40Nous l’avons vu, le corpus collecté présente des récits de factures variées. 48 productions sur 218 doubles versions (22 %) sont inachevées. Le manque de temps, de concentration, les difficultés de mémorisation, la lourdeur de la charge cognitive (se souvenir et écrire) peuvent expliquer les défaillances chez les scripteurs fragiles. 78 % présentent toutefois des récits « complets », détaillés avec DD pour 65 % d’entre eux, condensés sans DD pour 35 %. Cette dichotomie nous donne à penser que se dessinent deux autres catégories de scripteurs : des scripteurs minutieux (et obéissants) qui racontent l’histoire le plus précisément possible comme le leur demandait la consigne et des scripteurs synthétiques qui narrativisent et condensent les informations sémantiques. Le scripteur passe d’un texte de restitution (par mimétisme) à un texte de reformulation-transformation (par appropriation). D’une certaine façon, les productions écrites des scripteurs synthétiques sont les plus intéressantes pour observer les stratégies scripturales et des compétences lexicales de haut niveau. Quoi qu’il en soit, la richesse des observations dans notre corpus de productions écrites nous incite à encourager les enseignants du cycle 3 en particulier à utiliser davantage le rappel de récit comme outil de travail en compréhension de texte. La prise de conscience des variations scripturales invite en effet chercheurs et enseignants à différencier les activités d’écriture, leurs contextes et leurs modalités pour développer les compétences des uns et des autres, scripteurs minutieux et scripteurs synthétiques.

Haut de page

Bibliographie

Bakhtine, M. (1984). Esthétique de la création verbale (ouvrage original publié en 1979). Paris : Gallimard.

Brigaudiot, M. (dir.). (2000). Apprentissages progressifs de l’écrit à l’école maternelle. Paris : Hachette.

Denhière, G. et Baudet, S. (1992). Lecture, compréhension de texte et science cognitive. Paris : PUF.

Fayol, M. (1997). Des idées au texte. Paris : PUF.

Fenoglio, I. (2007). Du texte avant le texte. Formes génétiques et marques énonciatives de pré-visions textualisantes. Langue française, 155, 8-34.

Garcia-Debanc, C. et Fayol, M. (2002). Des modèles psycholinguistiques du processus rédactionnel pour une didactique de la production écrite. Repères, 26-27, 293-315.

Genette, G. (1982). Palimpestes. Paris : Seuil.

Giasson, J. (1996). La compréhension en lecture. Bruxelles, Belgique : De Boeck.

Grossmann, F. et Boch, F. (2003). Production de texte et apprentissage lexical : l’exemple du lexique de l’émotion et des sentiments. Repères, 28, 117-135.

Hayes, J.R. et Flower, L.S. (1980). Identifying the organisation of writing processes. Dans L.W. Gregg et E.R. Stienberg (dir.), The dynamics of composing. Cognitive processes in writing (p. 3-30). Hillsdale, NJ : LEA.

Kerbrat-Orecchioni, C. (1999). L’énonciation. Paris : Armand Colin.

Kervyn, B. et Dufays, J.-L. (2003). Quels usages du stéréotype dans l’écriture au secondaire ? Pratiques, 117-118, 208-218.

Kintsch, W. et van Dijk, T. A. (1975). Comment on se rappelle et on résume des histoires. Langages, 40, 98-116.

Lafourcade, B. (2008). Traitement des contraintes formelles liées au genre et au medium de production par des scripteurs novices : étude didactique (thèse de doctorat). Université Paris-Descartes. Récupéré sur theses.fr : <http://www.theses.fr/2008PEST0059>.

Le Ny, J.-F. (1989). Science cognitive et compréhension du langage. Paris : PUF.

Plane, S. (2006). Singularités et constantes de la production d’écrit. L’écriture comme traitement de contraints. Dans J. Laffont-Terranova et D. Colin (dir.), Didactique de l’écrit. La construction des savoirs et le sujet-écrivant (p. 33-54). Namur, Belgique : Presses universitaires de Namur.

Plane, S. (2017). Dynamique de l’écriture et processus de resémantisation. Pratiques, 173-174. Récupéré sur le site de la revue : <http://pratiques.revues.org/3307>.

Plane, S., Alamargot, D. et Lebrave, J.-L. (2010). Temporalité de l’écriture et rôle du texte produit dans l’activité rédactionnelle. Langages, 177, 11-34.

Plane, S., Rondelli, F. et Vénérin-Guénez, C. (2013). Variations, fidélité, infidélité : l’écriture de discours rapportés par de jeunes scripteurs. Dans C. Desoutter et C. Meillet (dir.), Le discours rapporté : approches linguistiques et perspectives didactiques (p. 215-232). Bern, Suisse : Peter Lang.

Rondelli, F. et Leclaire-Halté, A. (2012). Rappel de récit par des élèves de cycle 3 : quelles traces de la compréhension de la ruse dans un conte africain ? SHS Web of Conferences, 1, 361-376. Récupéré sur le site de la revue : <https://www.shs-conferences.org/articles/shsconf/abs/2012/01/shsconf_cmlf12_000229/shsconf_cmlf12_000229.html>.

Scardamalia, M. et Bereiter, C. (1987). Knowledge telling and knowledge transforming in written composition. Dans S. Rosenberg (dir.), Reading, writing and language learning (p. 176-240). New York, NY : Cambridge University Press.

Tauveron, C. (1995). Le personnage. Une clef pour la didactique du récit à l’école élémentaire. Neuchâtel, Suisse : Delachaux et Niestlé.

Vénérin-Guénez, C. (2012). Mémoire narrative et performances lexicales. Pratiques, 155-156, 147-168.

Vénérin-Guénez, C. (2014). À la recherche de styles de scription. Usages de la ponctuation : erreur, norme et créativité. Le français aujourd’hui, 187, 67-77.

Vénérin-Guénez, C. (2017). Les choix lexicaux des élèves révélateurs d’un déjà-là. Pratiques, 173-174. Récupéré sur le site de la revue : <http://pratiques.revues.org/3383>.

Vénérin-Guénez, C. (2018). L’écriture de la joie et de la colère dans des rappels de récit par des élèves de CM2. Dans R. Nita et F. Valetopoulos (dir.), L’expression des sentiments : de l’analyse linguistique aux applications (p. 279-293). Rennes : PUR.

Haut de page

Notes

1 Sens, Texte, Informatique, Histoire.

2 Institut coopératif austral de recherche en éducation.

3 Johnson-Laird, P. (1983). Mental models: Toward a cognitive science of language. Cambridge, MA : Cambridge University Press.

4 Van Dijk, T. A. et Kintsch, W. (1983). Strategies of discourse comprehension. New York, NY : Academic Press.

5 Le conte a été transcrit de la langue omyènè et traduit en français par A. Raponda-Walker en 1953 dans le recueil Contes gabonais. Nous avons travaillé à partir de l’édition de 1967 publiée chez Présence africaine.

6 La version 1 sera désignée par V1 ; la version 2 par V2.

7 Dans tous les extraits proposés, nous avons conservé l’état original des productions des élèves : conjugaison, orthographe, ponctuation, etc.

8 Pour une approche fine de la compréhension de la première ruse, nous renvoyons à l’article de F. Rondelli et A. Leclaire-Halté (2012). À partir d’un corpus de productions écrites recueillies auprès d’élèves du cycle III en Lorraine avec le même dispositif expérimental, les auteures constatent, contrairement à leur hypothèse initiale, que les élèves ont compris aussi bien la deuxième étape de la ruse dont l’intention est implicite (donner une fausse recette pour se moquer du léopard) que la première étape dont l’action et le résultat sont explicites (offrir un verre pour détourner l’attention du léopard).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Vénérin-Guénez, « À la recherche de stratégies scripturales dans des rappels de récit par des élèves de cours moyen », Repères, 57 | 2018, 83-98.

Référence électronique

Christine Vénérin-Guénez, « À la recherche de stratégies scripturales dans des rappels de récit par des élèves de cours moyen », Repères [En ligne], 57 | 2018, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/reperes/1488 ; DOI : 10.4000/reperes.1488

Haut de page

Auteur

Christine Vénérin-Guénez

Université de La Réunion, ESPE de l’académie de La Réunion, laboratoire Institut coopératif austral de recherche en éducation (ICARE, EA 7389)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals