Navigation – Plan du site
Notes critiques

DENIZOT Nathalie et RONVEAUX Christophe (dir.) (2019). La lettre enseignée. Perspective historique et comparaison européenne

Grenoble : UGA Éditions. ISBN : 978-2-37747-044-0
Brigitte Louichon
p. 172-174
Référence(s) :

DENIZOT Nathalie et RONVEAUX Christophe (dir.) (2019). La lettre enseignée. Perspective historique et comparaison européenne. Grenoble : UGA Éditions. ISBN : 978-2-37747-044-0

Texte intégral

  • 1 Pour Histoire de l’enseignement de la littérature comparaison européenne.
  • 2 Voir Louichon, B., Bishop, M.-F. et Ronveaux, C. (dir.). (2017). Les fables à l’école : un genre pa (...)
  • 3 Aura lieu en novembre 2019, en lien avec les travaux d’HELiCE, un colloque international « L’œuvre (...)

1Cet ouvrage est un nouveau jalon dans une recherche tout à fait originale tant du point de vue de son objet, de ses modalités, de ses acteurs que de sa temporalité. Il s’inscrit dans la continuité des travaux menés par le réseau de chercheur·e·s européen·ne·s HELiCE1 depuis 2010, développant une approche à la fois didactique, historique et comparatiste de l’enseignement de la littérature dans l’espace européen, visant à mieux comprendre la construction de la littérature comme discipline scolaire. Ajoutons que la langue de travail de ce réseau est le français. De séminaire en séminaire, des « objets » sont identifiés comme analyseur de la disciplinarisation de la littérature. Après la fable2 et avant l’extrait3, les chercheur·e·s se sont donc intéressé·e·s à la lettre, en tant, comme le précise utilement le titre, qu’elle est un objet enseigné.

2En focalisant sur la lettre, on observe qu’en fonction des évolutions éducatives, des configurations nationales et des reconfigurations disciplinaires, l’objet textuel est utilisé pour enseigner diverses manières de penser, de lire et d’écrire.

3Il est donc réellement passionnant de se plonger dans la lecture des différents chapitres qui composent l’ouvrage et qui se demandent ce qui s’enseigne quand des lettres se lisent ou s’écrivent à l’école. Pour ce faire, on voyage de la France à la Belgique, du Portugal à l’Italie, de la Pologne à la Grèce, même si l’espace français est majoritairement étudié. Les différents niveaux scolaires ou filiaires sont interrogés, depuis l’école primaire, le collège, le secondaire, le lycée professionnel, le FLE (français langue étrangère). Les périodes historiques considérées sont diverses : par exemple, du milieu du xixe au milieu du xxe siècle pour le Portugal et l’Italie, le dernier demi-siècle pour le FLE, les vingt dernières années pour le collège français. Les entrées sont contrastées : la lettre d’écrivain, la lettre métatextuelle, l’interaction lecture/écriture, la comparaison entre lettre en français et lettre en histoire. Les études s’appuient assez largement sur les manuels mais aussi les cahiers de textes des enseignant·e·s de collège, un corpus de sujets de bac. Au cours de sa lecture, on croisera Mme de Sévigné, archétype de l’épistolière scolarisée, Voltaire, Borowski, Le Tasse, Goethe, Rousseau mais aussi Freinet et la correspondance scolaire, les lettres des poilus, Inconnu à cette adresse… Bref, cet ouvrage assez court présente une grande diversité d’études menées dans des contextes historiques et géographiques variés.

4On pourrait cependant craindre que cette variété et cette diversité ne fassent obstacle à la cohérence du propos collectif. Disons-le tout net, il n’en est rien et c’est un des grands intérêts de ce volume. Les chercheur·e·s d’HELiCE se connaissent, travaillent ensemble depuis plusieurs années et ont appris à réfléchir la question de la comparaison, au cœur de leur ambitieux programme. Ils partagent une exigence méthodologique, en général très clairement explicitée, des références didactiques ; les corpus sélectionnés, les périodisations opérées sont justifiés ; les questions sont clairement formulées en déclinant la problématique collective. Le lecteur est guidé, d’une part, par une pratique assez systématique de renvoi d’un texte à l’autre, d’autre part, par trois synthèses clôturant chacune des trois parties et dues à des duos de contributeurs du volume et, enfin, par une introduction et une conclusion générales dues à Christophe Ronveaux et Nathalie Denizot, lesquels inscrivent les travaux menés sur la lettre dans la continuité de la recherche HELiCE.

5Le propos s’articule donc en trois axes. Le premier, « Les variations du genre », développe des recherches menées sur un temps long et s’ouvre sur une contribution de Nathalie Denizot, qui dans la lignée des travaux d’André Chervel, porte sur la lettre comme genre scolaire et montre, à propos du secondaire français considéré sur un siècle, des effets de généricité complexes, entre par exemple lettre d’auteur et lettre familière, roman épistolaire et correspondance. Laetitia Perret, travaillant sur les correspondances du xviiie, montre l’évolution scolaire de ce corpus qui devient, avec les lettres de Voltaire, emblématique d’une vision scolaire du siècle comme siècle du combat, au détriment des lettres familières des épistolières, pourtant reconnues par l’histoire littéraire. Olivier Dezutter montre, pour la Belgique francophone, la constitution d’un noyau de textes représentatifs du genre et la création d’auteurs scolaires de référence. Le dernier texte, dû à Bertrand Daunay, montre comment la lettre métatextuelle illustre le passage en un siècle et demi d’une configuration didactique rhétorique à une configuration didactique critique.

6La deuxième partie s’intitule « La lettre dans la discipline » et en interroge les versants majeurs : la lecture et l’écriture, la langue et la littérature. Elle comporte des études portant sur un empan temporel large à propos du Portugal (Marie-Manuelle Da Silva et Luísa Álvares Pereira) et de l’Italie (Wolfgang Sahlfeld) ou de l’enseignement du FLE (Nadja Maillard et Dominique Ulma). Le texte de Beata Klebeko évoque un cas un peu particulier, celui de l’œuvre de Tadeusz Borowski, et particulièrement Chez nous à Auschwitz, lettre adressée d’Auschwitz à sa fiancée, internée elle aussi dans ce camp. Les récits de cet auteur sont devenus canoniques au sein de l’école polonaise.

7Dans la troisième partie, « les variations des usages », les analyses sont plutôt centrées sur des segments : l’école primaire (Marie-France Bishop), le lycée professionnel (Maryse Lopez) et le collège (Magali Brunel) en France ; ou des territoires comme la Grèce (Angélique Sakellariou et Costas Dinas) ou la Suisse francophone et germanophone (Christophe Ronveaux et Bernard Schneuwly). Elles démontrent que la même étiquette désigne des objets bien différents, que la lettre peut être un moyen d’apprentissage (des usages sociaux, de la langue, de la morale, de l’histoire…) ou un objet d’apprentissage, un objet à lire ou à écrire, autrement dit que la focalisation sur la lettre permet d’observer un phénomène de scolarisation d’un genre littéraire et de scolarisation de pratiques d’écriture sociales et ordinaires. Les variations observées dans La lettre enseignée permettent de comprendre les transformations historiques de la discipline scolaire.

8Les travaux d’HELiCE participent donc des recherches permettant de décrire la « culture scolaire » dans une perspective historique. Leur spécificité tient à ­l’entrée didactique et le volume sur la lettre exemplifie admirablement l’ambi­tion de cette démarche. On le recommandera aussi pour ses dimensions méthodologiques et pour la manière dont le livre, bien loin des juxtapositions d’études trop souvent proposées, noue efficacement un discours collectif.

Haut de page

Notes

1 Pour Histoire de l’enseignement de la littérature comparaison européenne.

2 Voir Louichon, B., Bishop, M.-F. et Ronveaux, C. (dir.). (2017). Les fables à l’école : un genre patrimonial européen ? Genève, Suisse : Peter Lang ; Denizot, N., Dufays, J.-L. et Ulma, D. (dir). (2016). Les fables à l’école du xxie siècle. Quelles perspectives didactiques ? Namur, Belgique : Presses universitaires de Namur.

3 Aura lieu en novembre 2019, en lien avec les travaux d’HELiCE, un colloque international « L’œuvre et l’extrait, lire la littérature à l’école » : <https://www.u-cergy.fr/ema/fr/actualites/actualite-publication/annee-2019/appel-a-communication-l-oeuvre-et-l-extrait.html>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Louichon, « DENIZOT Nathalie et RONVEAUX Christophe (dir.) (2019). La lettre enseignée. Perspective historique et comparaison européenne », Repères, 58 | 2018, 172-174.

Référence électronique

Brigitte Louichon, « DENIZOT Nathalie et RONVEAUX Christophe (dir.) (2019). La lettre enseignée. Perspective historique et comparaison européenne », Repères [En ligne], 58 | 2018, mis en ligne le 17 avril 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/reperes/1813

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals