Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en cours64 | 2021 – L’œuvre et l’extrait ...

64 | 2021 – L’œuvre et l’extrait : perspectives didactiques

Date limite de réception des propositions : 30 juin 2020

Dossier

L’œuvre et l’extrait : perspectives didactiques

Coordonné par Marie-France Bishop et Anissa Belhadjin

Interrogeant la manière dont se construit la notion de littérature, Pierre Kuentz propose en 1972 une étude critique du discours de l’école « à partir duquel se constitue, en fait pour la plupart des usagers, la notion de « littérature » (1972). Son étude porte sur les extraits dans les manuels définis comme « envers » du texte, sorte de recomposition par l’école d’une certaine image de la littérature.

  • 1 Le groupe HELiCE, « Histoire de l’enseignement de la littérature ; comparaisons européennes », cons (...)

Cette relation que le manuel établit ou gomme entre l’œuvre et l’extrait a été au cœur des récents travaux du groupe HELiCE1.

Après la fable (Louichon, Bishop et Ronveaux, 2017 ; Denizot, Dufays et Ulma, 2016) et la lettre (Denizot et Ronveaux, 2019), le groupe HELiCE s’est intéressé à l’extrait comme produit et comme processus : un ouvrage rend compte du rôle des extraits dans la « fabrique de la littérature scolaire » grâce à des comparaisons entre différents pays, régions, ou filières d’enseignement (Belhadjin et Perret, 2020). L’approche comparatiste et historico-didactique (Bishop, 2017) menée sur l’extrait permet de répondre aux trois questions posées par Chervel (1988) pour aborder l’histoire des disciplines scolaires. En effet, les usages comparés des extraits dans les manuels nous laissent entrevoir comment l’école produit la discipline, c’est-à-dire quelle en est la genèse. Ensuite, ils permettent de comprendre quelle est la fonction de la discipline. Enfin, les extraits et leurs accompagnements renseignent sur le fonctionnement de la discipline, sur la manière dont elle réalise sur les élèves la formation souhaitée.

Pour poursuivre cette réflexion, un récent colloque (Gennevilliers, novembre 2019) a étudié la relation entre l’œuvre et l’extrait, à la fois moyen et produit de la scolarisation de la littérature, d’une part parce que les extraits contribuent à transformer des objets culturels en objets à enseigner ; d’autre part parce qu’ils sont créés par l’école qui élabore et transmet, à travers eux, une certaine représentation de la littérature. L’école est ainsi l’une des instances de fabrication du littéraire, l’un des lieux où s’instituent les corpus, où les œuvres entrent dans un patrimoine national ou mondial.

Le terme d’œuvre recouvre un vaste champ sémantique. Principalement « œuvre d’art », le syntagme désigne un objet créé dans une intention esthétique et possède dans le domaine littéraire plusieurs acceptions (Aron, Saint-Jacques et Viala, 2002) : soit un « livre complet » qui s’oppose à l’idée de partie, soit l’ensemble de la production d’un auteur, soit l’acte créateur lui-même.

Nous n’envisageons pas ici le terme d’œuvre dans son acception esthétique : qu’est-ce qu’une œuvre ? Qu’est-ce qui fait œuvre ? Mais plutôt dans une approche didactique : qu’est-ce qu’une œuvre pour l’école ? Qu’est-ce que l’école fait de l’œuvre à travers les extraits ? Dans ce dossier, l’œuvre évoquée pourra concerner, davantage que le domaine littéraire, tous les domaines artistiques : pictural, musical, architectural, etc., étudiés à l’école et cadrés par les programmes. Bien souvent, l’œuvre en question se confond alors avec l’œuvre classique ou patrimoniale. Selon Louichon et Eugène (2020), en littérature, le rapport entre œuvre et extrait est pris dans une histoire qui permet d’identifier, dans les manuels scolaires, différents types de relations :

- L’extrait sans l’œuvre : il s’agit de l’extrait autonome ou des groupements de textes ;

- L’extrait de l’œuvre : ce sont les morceaux choisis comme extraits préalables à l’étude de l’œuvre ;

- L’œuvre par extraits : dans ce cas, il est question des modalités de lecture d’une œuvre intégrale.

Quant à l’extrait, il est possible de le définir en s’appuyant sur les travaux complémentaires de Kuentz (1972) et de Bernstein (2007). Pour ces deux auteurs, l’extrait apparait comme le résultat d’une série de processus consistant à détacher une partie d’un ensemble. Le principal effet de cette opération est la décontextualisation, puisque la partie (ou l’énoncé) est séparée de ses conditions d’énonciation et réintroduite dans un nouvel ensemble qui en modifie le sens. De plus, les processus de transformation qui consistent à sortir le texte de son espace d’origine sont occultés, comme l’analyse Reuter lorsqu’il évoque les opérations de « désancrage » (1990) subies par le texte littéraire lorsqu’il change de contexte.

Il est possible de s’attacher à quatre processus de la mise en extrait. Le premier est la sélection de la partie qui sera séparée de l’ensemble ; cette sélection s’effectue selon des choix qui ne sont pas nécessairement explicites. La seconde opération est le recadrage qui correspond au découpage de cette partie, c’est-à-dire au choix des bornes, mais également des coupes internes et parfois de certains phénomènes de traduction (Kuentz, 1972). En troisième lieu, l’extraction nécessite une nouvelle mise en page, dans un nouveau contexte, ce qui correspond à une reconfiguration (Bernstein, 2007) de l’extrait. Ces trois opérations ont pour effet de modifier le sens de l’extrait. Enfin, dans le cas des supports d’enseignement, les discours d’accompagnement constituent la dernière opération car ils transforment la finalité du texte. La mise en extrait est révélatrice des finalités assignées à l’enseignement de la littérature ou à tout autre enseignement utilisant des supports de ce type.

Dans ce cadre définitoire, les articles proposés analyseront la relation de l’extrait à l’œuvre et de l’œuvre à l’extrait selon différentes perspectives didactiques :

- Comparatiste : la relation œuvre-extraits sera analysée en comparant différentes filières, différents pays, ou en envisageant l’apprentissage de la littérature dans d’autres pays ;

- Historique : cette relation sera mise en perspective dans des temporalités plus ou moins étendues ;

- Méthodologique : l’analyse portera sur l’étude des usages scolaires de l’extrait dans sa relation à l’œuvre.

La relation établie entre œuvre et extraits pourra aussi être étudiée à travers les modes de travail des enseignants, les apprentissages des élèves et les usages des supports utilisés dans les classes (numériques, livresques, etc.).

Les textes proposés présenteront des corpus permettant l’analyse des processus et des effets de l’extraction dans la relation de l’extrait à l’œuvre.

Bibliographie

Aron, P., Saint-Jacques, D. et Viala, A. (2002). Le dictionnaire du littéraire. Paris : PUF.

Belhadjin, A. et Perret, L. (2020). L’extrait et la fabrique de la littérature scolaire. Bruxelles, Belgique : Peter Lang.

Bernstein, B. (2007). Pédagogie, contrôle symbolique et identité. Laval, Canada : Presses de l’université Laval.

Bishop, M‐F. (2017). Une question de méthode. L’approche historico‐didactique en français. Dans A. Dias‐Chiaruttini et C. Cohen‐Azria (dir.), Théories‐didactiques de la lecture et de l’écriture (p. 225‐240). Villeneuve d’Ascq : Septentrion.

Chervel, A. (1988). Pour une histoire des disciplines scolaires. Histoire de l’éducation, 38, 59-119.

Denizot, N., Dufays, J.-L. et Ulma, D. (dir.). (2016). Les fables à l’école au xxie siècle. Quelles perspectives didactiques ? Namur, Belgique : Presses universitaires de Namur.

Denizot, N., et Ronveaux, C. (dir.). (2019). La lettre enseignée. Perspective historique et comparaison. Grenoble : UGA Éditions.

Kuentz, P. (1972). L’envers du texte. Littérature, 7, 3-26.

Louichon, B., Bishop, M.‐F. et Ronveaux, C. (dir.). (2017). Les fables à l’école. Un genre patrimonial européen. Berne, Suisse : Peter Lang.

Louichon, B. et Eugène, M. (2020). L’envers de l’extrait. Dans A. Belhadjin et L. Perret (dir.), L’extrait et la fabrique de la littérature scolaire (p. 55-72). Bruxelles, Belgique : Peter Lang.

Reuter, Y. (1990). Définir les biens littéraires ? Pratiques, 67, 5-14.

Modalités de soumission

Date limite de réception des propositions : 30 juin 2020.

Les propositions (3 pages maximum) devront être envoyées aux deux coordinatrices du numéro : Anissa Belhadjin (anissa.belhadjin@u-cergy.fr) et Marie-France Bishop (marie-france.bishop@cyu.fr).

Merci d’indiquer pour chaque proposition le nom et le rattachement institutionnel du ou des auteur·e·s.

Envoi des propositions (3 pages maximum) pour le 30 juin 2020. Retour des avis le 30 juillet 2020.

Envoi de la 1re version des articles pour le 15 février 2021. Retour des évaluations le 15 mars 2021.

Envoi de la version définitive des articles pour le 15 mai 2021.

Parution prévue du numéro : novembre 2021.

Notes

1 Le groupe HELiCE, « Histoire de l’enseignement de la littérature ; comparaisons européennes », constitué en 2010, rassemble des chercheurs de différents pays européens autour de la question des finalités de l’enseignement de la littérature, selon deux axes principaux : comparatiste et historico-didactique (Bishop, 2017).

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search