Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureNotes de lecture 2020Brillant Rannou, N., Le Goff, F.,...

Brillant Rannou, N., Le Goff, F., Fourtanier, M.-J. et Massol, J.-F. (dir.). (2020). Un dictionnaire de didactique de la littérature

Paris : Honoré Champion, 390 p. ISBN : 978-2-7453-5266-8
Brigitte Louichon
Référence(s) :

Brillant Rannou, N., Le Goff, F., Fourtanier, M.-J., Massol, J.-F. (dir.). (2020). Un dictionnaire de didactique de la littérature. Paris : Honoré Champion, 390 p. ISBN : 978-2-7453-5266-8

Texte intégral

1Voici un ouvrage qui a vocation à intégrer toutes les bonnes bibliothèques, celles des universités, des INSPÉ, des structures de recherche, des chercheur·e·s, des formateur·rice·s…

2Comme tous les dictionnaires, il est à la fois une somme et un outil.

  • 1 Daunay, B. (2007). État des recherches en didactique de la littérature. Revue française de pédagogi (...)
  • 2 Ahr, S. (2015). Enseigner la littérature aujourd’hui : « disputes » françaises. Paris : Honoré Cham (...)
  • 3 Denizot, N., Dufays, J.-L. et Louichon, B. (dir.). (2019). Approches didactiques de la littérature. (...)

3L’idée même d’un dictionnaire relevant d’un champ de recherche spécifique manifeste l’existence et la consistance de celui-ci. En ce qui concerne la didactique de la littérature, notons que cette entreprise est précédée par la synthèse de Bertrand Daunay1, celle de Sylviane Ahr2, et plus récemment par un volume collectif, Approches didactiques de la littérature3. Ces travaux visent, à un moment donné, à saisir l’histoire, les contours et les évolutions d’une discipline toujours jeune.

4Le titre de l’ouvrage indique clairement que les quatre directeurs et directrices assument franchement l’idée que la didactique de la littérature est une discipline scientifique et de recherche suffisamment autonome pour avoir son propre dictionnaire et ses propres notions. Mais on sera sensible aussi à l’usage de l’article indéfini. Un dictionnaire et non Dictionnaire. Un dictionnaire parce peut-être il pourrait y en avoir un autre, voire d’autres. Un dictionnaire comme Alberto Manguel écrivit Une histoire de la lecture. Autrement dit, l’ouvrage s’inscrit dans une perspective que l’on pourrait peut-être qualifier de subjective, à tout le moins il assume des choix, ainsi énoncés d’emblée dans l’avant-propos : « Le moteur collectif de ce travail est de marquer un enracinement durable de la didactique du côté du lecteur, du scripteur, de l’oralisateur empiriques, et de singulariser la réception et l’engagement littéraires en contextes d’apprentissages » (p. 13). Le préambule intitulé « L’histoire de la didactique de la littérature, émergence d’une discipline », signé d’Annie Rouxel et Gérard Langlade, confirme l’ancrage épistémologique de l’ouvrage.

  • 4 Signalons à ce sujet, le très singulier ouvrage dirigé par B. Shawky-Milcent, N. Brillant Rannou, F (...)

5Pour autant, ce dictionnaire est un outil remarquable et il balaie bien l’ensemble du champ. Les perspectives en sont plurielles. Soixante-trois auteur.e.s francophones ont œuvré à sa réalisation, et si la grande famille4 du sujet lecteur y est bien représentée, tous les positionnements scientifiques s’y expriment. La plupart des notices sont écrites à quatre, voire six mains. Écrire, à deux ou à trois, quelques pages sur des notions complexes et discutées n’est pas forcément chose aisée, mais c’est certainement une garantie de qualité.

6Le dictionnaire compte une centaine d’entrées. Celles-ci sont regroupées en quatre grandes parties. Dans la première, « Jalons historiques et théoriques en didactique de la littérature », on trouvera des entrées majeures comme « compréhension/interprétation », « lecture littéraire », « sujet lecteur », « valeurs ». Dans la deuxième, « Décrire les textes : que lit-on ? qu’écrit-on ? », les genres (« conte », « album », « écriture de soi », etc.), les objets (« personnages », « histoire littéraire », etc.), les médias (« numérique », « images », etc.). La troisième, « Les expériences de lecteur et de scripteur : comment lit-on ? comment écrit-on », comporte nombre de notions configurées par les chercheurs travaillant sur le sujet lecteur comme « appropriation », « autolecture », « bibliothèque intérieure », « texte du lecteur ». Enfin, dans la quatrième, « Comment fait-on pour lire et écrire en contexte scolaire ? Démarches, outils et dispositifs d’enseignement de la littérature », les entrées portent sur les exercices scolaires (« dissertation », « commentaire », etc.), les supports « manuels de littérature », les tâches comme la « réécriture ».

7Les notices présentent l’origine de chaque notion, son usage en didactique de la littérature et les questions qu’elle pose. Elles sont enrichies d’une bibliographie réduite à 5 titres et de quelques renvois à d’autres entrées. Ce système de circulation permet d’ouvrir la notion à d’autres. La bibliographie générale, de plus de 50 pages, démontre l’envergure scientifique de l’ouvrage.

8On l’a dit, des choix ont été faits. Ils peuvent être discutés. On peut regretter certaines absences (par exemple, il y a peu de choses sur les méthodologies de recherche), s’étonner de certaines entrées (par exemple « ethnocritique », dont il est difficile de considérer qu’il s’agit bien d’un objet didactique), se réjouir d’autres (par exemple, de l’entrée « colloque »). On peut enfin interroger le traitement de certaines notions (par exemple « transposition didactique et enseignement de la littérature », qui ignore l’importance de cette notion dans les travaux de l’équipe de Genève).

9Qu’importe ! Tous les formateur·rice·s ont maintenant à disposition un outil leur permettant d’orienter les travaux de leurs étudiant·e·s. Qui n’a pas rêvé de pouvoir les renvoyer à quelques pages claires et informées sur le sujet lecteur, sur la littérature dessinée, sur l’épistolaire, sur le carnet de lecture, etc. ?

10Les doctorant·e·s, les chercheur·e·s y trouveront les références de base, nécessaires à leurs travaux ; ils et elles y furèteront aussi par plaisir, sautant d’article en article. Par exemple, on appréciera sans doute de découvrir des entrées moins évidentes comme « AFEF » ou « Rencontres des chercheurs en didactique de la littérature », ou encore trois entrées consacrées à des revues : Le français aujourd’hui, Pratiques et La revue de recherche en littératie médiatique multimodale. Disons à ce sujet l’étonnement que l’on ne peut s’empêcher de ressentir en constatant que Repères est absente de la partie « revues ». On le sait, Catherine Tauveron, indéniablement une des plus importantes figures de la didactique de la littérature (et contributrice du Dictionnaire), a dirigé Repères pendant de nombreuses années, et les numéros spécifiquement consacrés à la littérature sont nombreux depuis la création de la revue. Les didacticien·ne·s de la littérature y ont signé des articles majeurs, au demeurant signalés dans la bibliographie générale.

11On pardonnera cet oubli en conseillant sans réserve aucune l’achat de l’ouvrage, tout en notant que son prix (55 €) est bien le seul vrai reproche que l’on puisse lui adresser.

Haut de page

Notes

1 Daunay, B. (2007). État des recherches en didactique de la littérature. Revue française de pédagogie, 159, 139-189.

2 Ahr, S. (2015). Enseigner la littérature aujourd’hui : « disputes » françaises. Paris : Honoré Champion.

3 Denizot, N., Dufays, J.-L. et Louichon, B. (dir.). (2019). Approches didactiques de la littérature. Namur, Belgique : Presses universitaires de Namur.

4 Signalons à ce sujet, le très singulier ouvrage dirigé par B. Shawky-Milcent, N. Brillant Rannou, F. Le Goff et N. Lacelle, Autobiographies de chercheur·se·s, lecteur·ice·s, scripteur·ice·s, paru en 2020 aux Presses de l’Écureuil, et qui renouvèle de manière surprenante le genre des « Mélanges offerts » (en l’espèce à Annie Rouxel, Marie-José Fourtanier, Jean-François Massol et Gérard Langlade).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Louichon, « Brillant Rannou, N., Le Goff, F., Fourtanier, M.-J. et Massol, J.-F. (dir.). (2020). Un dictionnaire de didactique de la littérature »Repères [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 28 avril 2020, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/reperes/2212 ; DOI : https://doi.org/10.4000/reperes.2212

Haut de page

Auteur

Brigitte Louichon

Université de Montpellier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search