Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureNotes de lecture 2020Mercier-Faivre, A.-M. et Mongenot...

Mercier-Faivre, A.-M. et Mongenot, C. (dir.). (2019). L’auteur dans la classe [numéro thématique]. Le Français aujourd’hui, 206(3)

Le Français aujourd’hui, 206(3), 156 p. ISBN : 978-2-2009-3249-7
Ana Dias-Chiaruttini
Référence(s) :

Mercier-Faivre, A.-M. et Mongenot, C. (dir.). (2019). L’auteur dans la classe [numéro thématique]. Le français aujourd’hui, 206(3), 156 p. ISBN : 978-2-2009-3249-7

Texte intégral

1Le numéro 206 du Français aujourd’hui intitulé, L’auteur dans la classe, soulève une question de fond : la rencontre avec un « auteur » permet-elle de construire le  concept d’auteur ? et qu’est-ce que cette rencontre apporte dans l’enseignement de la littérature de l’école maternelle au lycée ? Anne-Marie Mercier-Faivre et Christine Mongenot ouvrent la présentation du numéro en posant d’emblée la complexité de cette réflexion et ses enjeux. De quelles rencontres s’agit-il à l’école ? Quelle « fonction-auteur », pour reprendre la formule de Foucault, pourrait être ici convoquée ? Il n’est sans doute pas question de l’instance littéraire, ni de savoir comment le texte porte la volonté de l’auteur, encore moins de le situer dans un genre, un mouvement, une époque, dans une œuvre singulière, un style, une forme discursive. Serait-il davantage question de rencontrer un professionnel dont le métier est d’être écrivain et dont la publication de ses œuvres en fait un auteur ? Les termes auteur et écrivain apparaissent dans le numéro sans être questionnés, d’ailleurs François Quet dans la postface élude l’auteur pour n’évoquer que l’écrivain… Le choix d’un terme ou d’un autre n’est sans doute pas anodin et cela donne à voir toute la complexité à saisir l’enjeu de ces rencontres. Celles-ci reposent en partie sur une multitude d’impensés ou d’implicites que les coordonnatrices de ce numéro ont tenté de déplier à travers l’ensemble des contributions qui le composent. Celui-ci questionne les enjeux, les apports et les limites des actions scolaires qui permettent de rencontrer un auteur dans l’espace scolaire ou pendant le temps scolaire hors de la classe. Le choix du terme auteur est la clé de voute de cette réflexion et détermine la façon dont ces rencontres se pensent, se font, se défont, mais il n’est pas défini ce qui permet à chacun de s’en saisir avec sa propre culture et représentation du concept… Ce qui permet aussi de continuer à y réfléchir…

2Comme toutes les actions culturelles qui se développent autour de la classe de français, il est important de se poser la question de la plus-value de ces rencontres et ainsi la délicate question des effets sur les apprentissages scolaires et/ou culturels. Quels objectifs visent-elles et quelles évaluations rendent compte de ces effets ? Nous verrons que la question aussi légitime soit-elle, n’est pas simple.

3Le numéro s’organise en trois parties composées chacune de trois chapitres. La première partie éclaire ces rencontres en confrontant des discours d’acteurs de différents pays. Olivier Dezutter et ses collègues présentent une action menée au Québec du point de vue des élèves et des enseignants. Clémentine Beauvais compare les pratiques en France et en Grande-Bretagne. Alice Brière-Haquet questionne les auteurs investis dans ces actions en France. Le retour des élèves québécois souligne l’impact de ces actions qui tendent, selon les propos recueillis, à renforcer leur motivation pour les activités de lecture et d’écriture dans et hors de l’école. La comparaison entre la France et la Grande-Bretagne montre des logiques politiques, idéologiques et économiques contrastées. En Grande-Bretagne, ces rencontres institutionnalisées prennent la forme d’un grand spectacle avec à la clé la vente des livres de l’auteur. Cet aspect commercial pourrait scandaliser vu de France, mais Alice Brière-Haquet montre bien l’enjeu de la Charte des auteurs et des illustrateurs jeunesse qui encadre ces rencontres en France et protège financièrement une profession pour laquelle ces actions représentent une source de revenus. Comme toute action culturelle, la rencontre a un coût.

4Les deux parties suivantes éclairent ces enjeux dans deux espaces : celui de la classe ou de l’école et celui de la formation.

5Trois actions scolaires sont alors présentées avec leurs spécificités locales. Florence Gaiotti, Éléonore Hamaide-Jager et Céline Lechaux-Hantute analysent la Plan de lecture lillois entre 2005-2016 et la façon dont ce Plan s’est inscrit dans les projets culturels de la ville, de l’école et de la classe. Elles soulignent les variations d’un projet à l’autre, d’une année à l’autre pour impliquer les élèves dans des rencontres productrices, voire créatives. Sylvie Dardaillon et Christophe Meunier reviennent sur la Quinzaine du Livre jeunesse organisée en Indre-et-Loire depuis 1971 par la Ligue de l’enseignement, un mouvement laïque d’éducation populaire, des libraires et des associations. La perspective diachronique éclaire ainsi le militantisme qui accompagne ces actions culturelles avant qu’elles ne se formalisent dans des Plans, des Chartes, des modélisations. Cette perspective éclaire aussi la baisse des animations à travers les écoles, d’année en année… Christine Boutevin, analyse une rencontre en classe de maternelle avec une artiste chanteuse et poète. Elle pose la question du partenariat avec les parents et la prise en compte de la culture familiale.

6La poésie est précisément l’enjeu de l’article suivant qui ouvre la troisième partie en évoquant cette fois-ci l’espace de la formation des enseignants. Françoise Lalot revient sur l’action, La semaine de la Poésie, telle que l’INSPE de Clermont-Auvergne s’en est emparé pour penser des contenus de formation, donner une place au texte poétique et provoquer des rencontres avec des poètes. Véronique Bourhis poursuit en éclairant cette fois, la façon dont la rencontre avec un écrivain peut devenir un outil de formation des enseignants du premier degré. Ces deux articles offrent autant de pistes que d’éléments de réflexion pour les formateurs souhaitant s’emparer de telles actions. Cette partie se conclut par un entretien entre Christine Mongenot et Bernard Friot qui d’une certaine façon reprend des questionnements que les articles précédents avaient abordés : les attentes de l’écrivain, les attentes des commanditaires de ces projets, le concept d’auteur, le figement des rencontres qui se sont formalisées dans des modèles prêts à l’emploi… Bernard Friot pose la question des limites de ces actions et celle de l’évaluation. Ainsi, insiste-t-il :

7Définir des objectifs précis pour ces rencontres écrivain/lecteur est la première condition pour pouvoir évaluer leur effet. Évaluer sérieusement supposerait une deuxième condition, mener une recherche approfondie avec un laboratoire universitaire pour suivre une cohorte de lecteurs dans leur développement et définir des instruments pour mesurer l’impact des rencontres avec les écrivains (C’est moi qui souligne).

8Faut-il y voir un programme de recherche sous le paradigme de l’evidence based pratice ? ou une approche économique de l’éducation et de la culture ? Quoi qu’il en soit c’est moins la question des instruments de mesure qui se pose que celle des finalités idéologiques et économiques de telles évaluations qui détermineront les instruments pour construire des résultats et leurs interprétations. Il reste que l’enjeu de déterminer des objectifs et des attentes des uns et des autres est incontournable pour concevoir des rencontres qui laissent une empreinte, qui provoquent quelque chose ou pas… Les initiatives dont ce numéro rend compte éclairent des pistes de recherche pour mieux comprendre ce qui se passe dans ces actions, les effets sur les sujets et sur les apprentissages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Dias-Chiaruttini, « Mercier-Faivre, A.-M. et Mongenot, C. (dir.). (2019). L’auteur dans la classe [numéro thématique]. Le Français aujourd’hui, 206(3) »Repères [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 03 juillet 2020, consulté le 17 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/reperes/2236 ; DOI : https://doi.org/10.4000/reperes.2236

Haut de page

Auteur

Ana Dias-Chiaruttini

Université Côte d’Azur, LINE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search