Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60Note critiqueFERRIER, B. (dir.). (2018). Bible...

Note critique

FERRIER, B. (dir.). (2018). Bible et littérature de jeunesse [numéro thématique]. Cahiers Robinson, 44

Max Butlen
p. 242-247
Référence(s) :

FERRIER, B. (dir.). (2018). Bible et littérature de jeunesse [numéro thématique]. Cahiers Robinson, 44. Arras : Artois Presses Université, 256 p. ISBN : 978-2-84832-323-7

Texte intégral

1Les Cahiers Robinson ont consacré leur numéro 44 à la place et au rôle des textes bibliques dans la littérature d’enfance et de jeunesse. Cette livraison nous arrive dans un contexte national marqué par les polémiques récurrentes autour de la montée des intégrismes, du port du voile et plus généralement de la laïcité dans une société traumatisée par les attentats successifs survenus depuis 2012.

2Ce contexte n’est évidemment pas sans relation avec le choix éditorial fait par le comité de rédaction de la revue de l’université d’Artois. Béatrice Ferrier, coordonnatrice de la publication, pointe d’entrée les enjeux qui, en se croisant, se rattachent à ce choix : enjeux littéraires et culturels, enjeux de citoyenneté, enjeux éducatifs, enjeux de réception du xviiie au xxie siècle.

3Ces enjeux sont clairement perçus en arrière-plan des différents articles.

4Une hypothèse oriente les dix-huit contributions : l’Ancien et le Nouveau Testament constitutifs de la Bible seraient, par le biais des hypertextes qui en dérivent dans le champ de la littérature de jeunesse, susceptibles de conjuguer au bénéfice des jeunes lecteurs la transmission de textes patrimoniaux (dont les textes religieux font partie), la construction d’une culture littéraire (dans la mesure où ces textes sont travaillés en classe comme des textes littéraires incorporés dans les manuels de la discipline), et pourraient aussi contribuer à l’enseignement du fait religieux. La littérature pour la jeunesse fournirait ainsi un filtre efficace pour aborder le texte biblique comme texte patrimonial, dans la mesure où le processus de fictionnalisation permettrait un regard distancié sur la sacralisation eucharistique et sur les textes sources.

5Revenons tout d’abord sur la question du fait religieux dans le champ scolaire. On s’interroge depuis plus d’un siècle sur la place qu’il convient de lui accorder dans notre société comme dans l’enseignement assuré par notre école laïque et républicaine.

  • 1 Debray, R. (février 2002). L’enseignement du fait religieux dans l’École laïque. Rapport adressé à (...)

6En 2002, le rapport de Régis Debray1 avait conduit à réexaminer la place à attribuer à l’enseignement du fait religieux en le posant comme objet d’enseignement dans le cadre d’une problématique allant bien au-delà de l’importante, mais discrète, entrée officielle de la Bible dans les programmes de français de la classe de 6e en 1987. L’article de Nathalie Denizot intitulé « La Bible et les “textes fondateurs” au collège : histoire et actualités d’un corpus scolaire » souligne de ce point de vue les évolutions, les glissements et les ruptures dans la sacralisation des textes bibliques.

7Dans les débats qui se sont approfondis ces vingt dernières années, de nouvelles réponses ont été apportées en conséquence. Les programmes scolaires de l’école au lycée, comme le socle commun de connaissances, de compétences et de culture, intègrent désormais très clairement cette formation en stipulant que

2

8Désormais, l’enseignement de la littérature est donc directement concerné par l’étude des textes religieux, dans une visée qui certes ne relève en aucune manière de la catéchèse, mais qui appelle une lecture des plus attentives des textes anciens et fondateurs. Les Cahiers Robinson montrent dans quelle mesure la littérature de jeunesse et son enseignement peuvent être impliqués dans cette perspective et comment une offre spécifique de lecture, autrefois enracinée dans l’éducation religieuse, a évolué dans le champ de la littérature de jeunesse en même temps que dans la société contemporaine.

  • 3 Voir le pointage établi par Béatrice Ferrier, page 5 du numéro.

9Les dix-huit contributeurs au numéro 44 des Cahiers Robinson apportent dans ce cadre des éléments de réponses conséquents, d’une part en couvrant de larges pans de la littérature de jeunesse, d’autre part, en étoffant les recherches encore très peu nombreuses consacrées au sujet3.

10Les deux importantes contributions citées précédemment posent un cadre qui rend plus significatif l’ensemble de l’étude. Chacune des autres analyses se lit plus aisément en connaissance du contexte et des grandes évolutions relatives à la place de la religion, à l’approche du fait religieux, à son enseignement. Les divers textes gagnent en lisibilité chaque fois que leur présentation est associée étroitement aux configurations historiques, géographiques, religieuses, éthiques, littéraires dans lesquelles ils ont été produits. Une telle démarche aurait pu parfois être renforcée.

  • 4 Voir l’analyse de Nathalie Denizot, article cité.

11On remarque que les récits et les personnages présentés, tout comme les analyses qui en sont faites, renvoient davantage aux bibles hébraïques et grecques qu’aux bibles chrétiennes. Il semblerait que, dans la littérature de jeunesse contemporaine tout comme dans les manuels scolaires de littérature qui la donnent à lire4, on traite et retraite plus facilement les grands mythes de l’Ancien Testament (comme la création du monde, le Déluge…) que les scènes et paraboles des Évangiles. De même, on évoque plus systématiquement les personnages héroïques, les grandes figures (comme Moïse, Salomon, Samson, Dalila, la reine de Saba…) que l’on ne met en scène Jésus, les apôtres et plus généralement le Nouveau Testament. On peut faire l’hypothèse que ces figures relèvent d’un autre registre, certainement encore très marqué par une scolarisation des textes religieux s’inscrivant dans la vieille tradition de la catéchèse.

12Nous commenterons les contributions en les distinguant selon qu’elles renvoient essentiellement à l’Ancien Testament ou qu’elles puisent sans préférence évidente dans les deux grands textes sources.

13Pour ce qui relève de l’Ancien Testament, Isabelle Hautbout présente une analyse du premier meurtre raconté aux enfants par la littérature éducative du xixe siècle, celui d’Abel par Caïn (chapitre 4 de la Genèse). Ce faisant, elle relève les particularités des réécritures pour la jeunesse qui souvent visent à souligner les vertus éducatives du mythe quitte à le réduire, le simplifier, l’édulcorer en sacrifiant sa richesse herméneutique, au lieu de valoriser et de mettre en discussion son potentiel psychologique, politique philosophique ou poétique.

14C’est à partir de trois romans contemporains pour la jeunesse que Marie-José Fourtanier étudie les évolutions et les reconfigurations de la figure de Moïse « entre Histoire, fiction et moralisation » en distinguant trois grandes tendances dans les productions plus ou moins scolaires qui s’intéressent aux mythes bibliques : une pratique de l’iconotexte, une proximité avec les livres d’Histoire débouchant sur une réécriture à mi-chemin du documentaire et du romanesque, et enfin, une utilisation du texte biblique comme palimpseste.

15Aurélia Hetzel quant à elle, montre, à partir des représentations de la reine de Saba, comment la Bible peut aider à grandir, comment sa lecture ouvre un espace de liberté propice au braconnage de jeunes lecteurs qui, dans le monde merveilleux d’une fantastique reine, parviennent à échapper à l’autorité du prescripteur pour développer leur imaginaire.

16Entre toutes les grandes figures de l’Ancien Testament, celle de Jonas n’a cessé d’être reprise et adaptée dans les créations pour la jeunesse. C’est ce que montre la contribution de Lydie Laroque, « L’évolution du mythe de Jonas dans la littérature d’enfance et de jeunesse », qui indique que le petit prophète de la bible hébraïque est un des premiers à entrer en littérature de jeunesse et qu’il s’y est maintenu en s’adaptant aux transformations et tendances du domaine. Le mythe a d’abord véhiculé des valeurs religieuses (voir Le magasin des enfants de Madame Leprince de Beaumont) et morales ; il a été revivifié dans de grands romans pour la jeunesse (le Robinson Crusoé de Daniel Defoe, le Pinocchio de Carlo Collodi) ; il a également été utilisé dans des œuvres rocambolesques, parodiques (Le baron de Münchhausen de Rudolf Erich Raspe, traduit par Gottfried August Bürger).

17Dans une période plus récente et au fil des évolutions, on a pu percevoir dans les traitements du mythe de Jonas une dimension politique renvoyant à l’unification de l’Italie. Des lectures psychanalytiques ont été proposées (Jung, Bachelard) ou des réécritures intégrant cette dimension (La baleine et son gosier de Rudyard Kipling, Vendredi ou la vie sauvage de Michel Tournier). Le renouvellement de la portée de Jonas et du traitement du mythe s’observe encore au début du xxie siècle dans des créations métaphoriques qui font écho, non sans pessimisme, aux problématiques contemporaines : l’adaptation théâtrale de Lee Hall (The adventures of Pinocchio), les romans de Dan Chaon (You remind me of me), de Birgit Rabisch (Duplik Jonas 7), le conte d’avertissement de Nacer Khémir (J’avale le bébé du voisin), l’album de Hubert Ben Kemoun et Stéphane Girel (Le ventre de la chose) et enfin celui de Claude Ponti (Bih-Bih et le Bouffron-Gouffron), clairement marqué par l’actualité écologique.

18On trouve des évocations de l’Ancien Testament bien différentes dans deux contributions, d’une certaine manière complémentaires. L’une est consacrée à Ézéquiel et les zombis, l’autre à la figure de l’ange déchu.

19Olivier Rota et Catherine Vialle (« D’Ézéchiel 37 à la culture zombie contemporaine : un aller-retour ») explorent les significations existentielles et philosophiques de la figure du zombie dans la culture populaire en relation avec la lecture d’Ézéchiel 37 en soulignant l’écart entre les représentations et les messages de la Z culture et le corps ressuscité d’Ézéchiel 37.

20Isabelle Olivier, quant à elle, consacre son étude à « La jeune fille et l’ange déchu dans deux cycles fantastiques contemporains pour la jeunesse » : Hush, hush de Becca Fitzpatrick et Fallen de Lauren Kate. Les récits s’adressent à un public young adult et féminin en renouvelant le genre fantastique. L’intrigue repose sur l’amour en principe impossible d’une lycéenne et d’un jeune homme ténébreux qui se révèle être un ange déchu. La figure de l’ange déchu renvoie à la Genèse, aux livres d’Isaïe, d’Ézéchiel, et surtout à l’apocryphe livre d’Hénoch. Elle apparait également dans le Nouveau Testament.

  • 5 La Trilogie du vent est composée des tomes Un raccourci dans le temps, Le vent dans la porte et Une (...)
  • 6 Voir Citton, Y. (2007). Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ? Paris : Éd (...)

21D’autres ouvrages pour la jeunesse, analysés dans le numéro 44 des Cahiers Robinson, s’inspirent des deux sources bibliques. Parmi ces derniers, la Trilogie du vent5 de Madeleine L’Engle (voir la contribution de Chantal Lapeyre et Jean-Louis Bischoff, « Dire le Nom. À propos de Madeleine L’Engle ») s’inscrit dans une veine qui relève de la fantasy, plus précisément d’une fantasy éthique. Chantal Lapeyre et Jean-Louis Bischoff interrogent cette réécriture très particulière qui puise largement dans le Nouveau Testament (l’Évangile selon Saint Jean, les Épitres, les Psaumes), mais aussi dans l’Ancien, en procédant par citations, allusions, métaphores qui renouvellent le genre fantastique sans guère nommer les êtres et les lieux. Ce faisant, les personnages bibliques établissent avec les textes sacrés une relation qui sera qualifiée d’hérétique par les conservateurs religieux, bien que l’acte de nomination, marqueur d’humanité, se révèle finalement essentiel dans la lutte contre le mal, conformément au texte de l’Exode et au Psaume 46 : 9. Un nouveau mythe romanesque s’invente par une « lecture actualisante »6 du matériau biblique.

22Quatre contributions s’attachent à l’examen de transpositions intergénériques des textes bibliques en utilisant l’Ancien et le nouveau Testament.

  • 7 Comme l’a montré par ailleurs Besson, A. (2006). Incroyable fiction. L’histoire de Pi de Yann Marte (...)

23Christine Prévost (« Réécriture biblique dans L’Odyssée de Pi ») étudie le passage de la fiction biblique au virtuel dans le film Life of Pi, du réalisateur taiwanais Ang Lee, par transposition du roman du canadien Yann Martel, roman lui-même créé à partir des hypotextes de Noé et de Robinson, ce qui donne lieu à une narration qui est aussi une réflexion sur la foi et la fiction7. Ainsi l’art réenchante-t-il le monde en faisant exister l’incroyable et le merveilleux non sans analogie entre récit religieux et fiction littéraire.

24Mathieu Pierre (« Des dieux par épisode : quand la fantasticité sérielle récrit la Bible ») montre pourquoi et comment on trouve dans de nombreuses séries américaines des références à la Bible. Celles-ci peuvent aller de la simple citation à la réécriture des mythes religieux sur un mode fantastique. Au fil des épisodes, les phénomènes surnaturels, les miracles, les interventions divines, les apocalypses trouvent aisément place. Preuve en est donnée par des exemples de séries qui se réfèrent à l’Ancien comme au Nouveau Testament (The Bible, Les anges du bonheur, Carnivale, Buffy the vampire slayer). Chacune de ces séries constitue en fait un discours sur les temps actuels. Reste aux lecteurs à démêler ce qui relève du domaine du religieux et ce qui renvoie aux fantasmes et à la fiction.

25Florence Gaiotti dans son article « La Bible en Lego », un « kitsch théologique » (pour enfants), présente un autre exemple de transpositions intergénériques en analysant l’œuvre impressionnante de l’artiste Brendan Powell Smith (alias Elbe Spurling) qui s’est lancé(e) à partir de 2001 dans une création multimédia, développée sur Internet et éditée en livres papier. Le but de l’artiste est de mieux faire connaitre l’Ancien et le Nouveau Testament en reproduisant avec minutie des scènes bibliques à partir de briques de Lego provenant de sa collection personnelle. Les histoires bibliques sont ainsi illustrées à l’aide de photographies de dioramas que l’artiste a entièrement construits. Ce projet est celui qui prend en compte de la manière la plus ample l’Ancien et le Nouveau Testament en représentant Dieu lui-même.

26Le site, très visité, contient plusieurs centaines d’histoires illustrées et des milliers d’images.

27Les mythes et motifs bibliques se retrouvent aussi dans les transpositions et mises en scène proposées par le théâtre pour la jeunesse (voir l’article de Laurianne Perzo, « Mythes et motifs bibliques dans le théâtre pour la jeunesse : une ouverture sur le monde ») dans lesquelles les univers de référence, le divin, le terrestre, les registres, les personnages des divers livres de la Bible, ceux de la tradition judéo-chrétienne et ceux du Coran s’interpénètrent comme dans Le jardin de Beamon ou L’enfant Dieu de Fabrice Melquiot, dans Tohu Bohu de Manuela Morgaine ou encore dans les anachronismes et travestissements burlesques que multiplie Stéphane Jaubertie dans Yaël Tautavel ou L’enfance de l’art. Laurianne Perzo perçoit dans ces œuvres une instrumentalisation de l’univers biblique et une réappropriation des mythes au service d’une critique humaniste de nos sociétés contemporaines.

28Enfin, d’autres contributions se réfèrent également à des œuvres qui renvoient au Nouveau comme à l’Ancien Testament : l’article de Guillemette Tison (« L’apologétique à hauteur d’enfant : la comtesse de Ségur ») attirera l’attention des lecteurs sur un aspect relativement peu connu des créations de la comtesse de Ségur ; les ouvrages religieux, notamment son Livre de messe pour les enfants, ses Actes des apôtres, son Évangile puis sa Bible d’une grand-mère qui, sous la forme de conversations familiales théâtralisées confirment ses talents de conteuse et sa grande connaissance de l’enfance.

29Deux articles se penchent sur la présence de la Bible dans les contes.

30Josiane Guitard-Morel étudie les insertions bibliques et enjeux éducatifs dans les Contes moraux de Stéphanie de Genlis. Elle met en évidence la forte prégnance de l’héritage biblique porteur des notions de bien et de mal, de faute et de récompense tout au long de textes qui constituent un album d’apologues nourris tacitement par la Genèse, l’Exode, Judith, les Proverbes, comme par les Épitres du Nouveau Testament, aux Corinthiens, aux Colossiens. Une attention particulière est accordée aux figures féminines qui font écho d’une part à Ève, mère de l’humanité et, d’autre part, à la Vierge Marie, symbole de l’absolu dévouement maternel à l’enfant divinisé.

31Dominique Peyrache Leborgne confronte Gais-lurons et femmes pieuses dans Les légendes et contes christianisés des Grimm en considérant la fusion réalisée entre merveilleux païen et surnaturel chrétien pour mettre en évidence, en conclusion, un double standard fondé sur un principe de disculpation des hommes et de condamnation des femmes reflétant ainsi la morale patriarcale et la mentalité bourgeoise dominante dans la société des frères Grimm.

  • 8 À commencer par le nom de Gédéon qui provient de Jerrubbaal : Juges 7.1-8.32.

32Laurence Messonnier quant à elle, invite à une relecture « au prisme biblique » de Flambeau chien de guerre et de Gédéon. Les liaisons avec les hypotextes bibliques sont souterraines et se réalisent pour l’essentiel par inférences, allusions8 dans ces récits des aventures d’un chien de guerre « bon samaritain » et d’un canard, « enfant prodigue », qui se métamorphose en patriarche providentiel, dans la France entre 1914 et 1939.

33Au total, cette livraison des Cahiers Robinson permet une traversée originale de la littérature de jeunesse, en offrant une vision assez complète de ses rapports avec les grands textes religieux qu’elle parcourt dans la perspective de la mise en place d’une culture commune. Car « pourquoi écrire une bible ? », pourquoi raconter la Bible ? « Parce que raconter la Bible c’est raconter notre histoire. »

34Ainsi commence l’article d’Éléonore Hamaide-Jager qui cite Philippe Lechermeier. Il s’avère que le titre de cette contribution (« Une bible de R. Dautremer et P. Lechermeier : livre religieux, réinterprétation laïque ou album expérimental ? ») traduit avec pertinence une problématique qui sous-tend la ligne éditoriale de ce numéro. Il interroge en effet, à l’instar des autres auteurs, les modulations, les reconfigurations créatives mais aussi les tensions entre « livre religieux, réinterprétation laïque, [et/]ou œuvre expérimentale ». Ce qui démontre à nouveau que la Bible est bien « faite d’histoires qui se répètent et se réinventent, des histoires que l’on raconte. Qui nous racontent » (p. 121). La littérature de jeunesse a contribué et contribue à les faire connaitre, à les prolonger et à les renouveler depuis qu’elle existe. C’est dire l’intérêt et l’importance de cette étude collective.

Haut de page

Notes

1 Debray, R. (février 2002). L’enseignement du fait religieux dans l’École laïque. Rapport adressé à Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale. Récupéré sur le site du ministère : <https://www.education.gouv.fr/cid2025/l-enseignement-du-fait-religieux-dans-l-ecole-laique.html>.

2 Voir « L’enseignement des faits religieux ». Récupéré sur le site du ministère : <https://eduscol.education.fr/cid46675/l-enseignement-des-faits-religieux.html>.

3 Voir le pointage établi par Béatrice Ferrier, page 5 du numéro.

4 Voir l’analyse de Nathalie Denizot, article cité.

5 La Trilogie du vent est composée des tomes Un raccourci dans le temps, Le vent dans la porte et Une terre à la dérive.

6 Voir Citton, Y. (2007). Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ? Paris : Éditions Amsterdam.

7 Comme l’a montré par ailleurs Besson, A. (2006). Incroyable fiction. L’histoire de Pi de Yann Martel (2001), relecture contemporaine de Noé et Robinson. Graphée, 15, 218-231.

8 À commencer par le nom de Gédéon qui provient de Jerrubbaal : Juges 7.1-8.32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Max Butlen, « FERRIER, B. (dir.). (2018). Bible et littérature de jeunesse [numéro thématique]. Cahiers Robinson, 44 »Repères, 60 | 2019, 242-247.

Référence électronique

Max Butlen, « FERRIER, B. (dir.). (2018). Bible et littérature de jeunesse [numéro thématique]. Cahiers Robinson, 44 »Repères [En ligne], 60 | 2019, mis en ligne le 10 juin 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/reperes/2481 ; DOI : https://doi.org/10.4000/reperes.2481

Haut de page

Auteur

Max Butlen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search