Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureNotes de lecture 2020J.-L. Lebrave. (2020). Théorie et...

J.-L. Lebrave. (2020). Théorie et linguistique de l’écriture. Des manuscrits aux processus scripturaux (1983-2018), B. Vauthier et R. Mahrer (éd.)

Paris : Classiques Garnier, 471 p. ISBN : 978-2-406-09341-1
Kathy Similowski
Référence(s) :

J.-L. Lebrave. (2020). Théorie et linguistique de l’écriture. Des manuscrits aux processus scripturaux (1983-2018), B. Vauthier et R. Mahrer (éd.). Paris : Classiques Garnier, 471 p. ISBN : 978-2-406-09341-1

Texte intégral

1L’ouvrage accueille l’état des réflexions, entre 1983 et 2018, de Jean-Louis Lebrave sur l’exploitation des manuscrits des œuvres littéraires et sur l’émergence d’une attention aux processus scripturaux. Le recueil offre un compendium d’une discipline en émergence, la critique génétique, sans cesse confrontée à ses origines. La vingtaine de textes s’organise autour de trois dominantes : les « Théories de l’écriture et linguistique de la production écrite » (1983-2010), les « Technologies d’écriture » (1994-2011), et les « Critique génétique et philologie(s) » (1992-2018). À l’intérieur de ces parties, le livre est structuré de façon chronologique. Il s’ouvre sur les commentaires de ceux qui ont sélectionné et ordonné les contributions : Bénédicte Vauthier, docteure en philologie romane (Bruxelles) et Rudolf Mahrer, docteur en sciences du langage (Paris 3 et Lausanne).

2Ces chercheurs nous livrent l’origine du projet : la volonté de faciliter l’accès aux travaux qui ont nourri la génétique textuelle, et celle de contribuer à la linguistique de l’écrit. Ils brossent à grand trait le parcours du germaniste, linguiste et généticien. Ce parcours est un travail de construction de l’objet génétique. D’abord manuscriptologue, attaché à décrire le brouillon, Lebrave s’intéresse à la langue et à la dimension créatrice de la substitution. Puis, il envisage les processus d’écriture au niveau textuel et observe les documents de travail dans leur dimension dynamique. Les apports de la psychologie cognitive et de la psycholinguistique le conduisent à considérer les processus d’écriture à travers la comparaison de différents états publiés. Il recentre son discours sur l’invention en évoquant une période historique antérieure à l’industrialisation de l’imprimerie, et montre de l’intérêt aux potentialités des nouvelles technologies et au rôle de l’informatique sur les processus d’écriture.

3En guise de préliminaires, l’introduction de sa thèse d’État est restituée : « Le jeu de l’énonciation en allemand d’après les variantes manuscrites des brouillons de H. Heine (1987). Le point de vue déjà présent dans ces pages est de traiter les brouillons comme des matériaux singuliers, originaux et inédits en construisant un nouvel objet de recherche, l’objet manuscrit, qui ne se prête à aucune “récupération par une discipline existante” » (p. 63).

4Dans une première partie, « Théories de l’écriture et linguistique de la production écrite », Lebrave met en dialogue les disciplines qui, historiquement, ont contribué au paysage critique des textes littéraires (la philologie, la critique littéraire) dans un contexte linguistique porteur (les théories de l’énonciation, le structuralisme). Il en appelle à « la linguistique au sens large » (p. 150) pour appréhender les intentions de communication, la variabilité des contenus, les mécanismes cognitifs sous-jacents. Il montre la fécondité des rapprochements opérés avec la psycholinguistique, et la psychologie cognitive.

5Le terme « écriture » est examiné sous l’angle de la représentation de la parole et de la pensée par un système de signes graphiques. L’écriture est analysée à travers ses contraintes matérielles, spatiales et techniques, lesquelles déterminent les traces que le généticien examine. La critique génétique s’est donnée pour objectif de construire une poétique de l’écriture (p. 133), en tant que « fille de la philologie » qui, elle, choisit entre les variantes résultant de l’examen des différentes versions pour retrouver le texte originaire, comme poétique des transitions entre états.

6Après avoir rappelé les principales caractéristiques du travail génétique, Lebrave en expose les difficultés. L’analyse des brouillons comporte à la fois une activité de compréhension en lecture de données langagières, spatiales et graphiques, mais aussi une activité de description et d’interprétation qui implique une appréhension excédant la page pour s’attacher aux variations dans le ductus, dans le choix du médium, dans le rythme de l’écriture. Comme l’indique l’auteur, la seule manière de retrouver la valeur originelle des traces serait de remettre en mouvement le processus d’écriture, ce qui, faute de pouvoir se faire, implique une observation externe et présage donc un travail ardu.

7Cependant, plusieurs résultats sont à souligner : les oppositions entre écriture à processus et écriture à programme, données linéaires et données graphiques ; le rôle central joué par la lecture qui selon l’auteur conduit à une « locution polyphonique » dans le processus de production ; la notion de substitution et les quatre opérations fondamentales (ajout, suppression, remplacement, déplacement).

8À cet égard, l’auteur examine les substitutions locales avec les concepts de proto-formes ou proto-termes. Ceux qui nous intéressent fonctionnent comme instanciation provisoire. Ils sont posés sur la feuille en attente d’un terme spécifique, comme instruction de réécriture.

9Cette partie explore également les rapports entre l’oral et l’écrit, sphères privée et publique. La notion de « manuscrit de travail » est revisitée à la lumière des pratiques d’écriture sous l’Antiquité, qui comportaient une importante composante mentale, alors que la création verbale faisait appel à la dictée. L’écrit s’accompagnait d’une phase de relectures intenses, à haute voix, sollicitant une pluralité d’acteurs. En définitive, l’écrit n’est pas toujours attaché à un seul auteur et ne code pas tout le processus de création, mais il est une mémoire externe de stockage.

10Dans une deuxième partie, les « technologies d’écriture » sont questionnées. S’agissant des effets de l’informatisation sur la production de l’écrit, l’auteur relève que l’environnement de travail est profondément modifié. En quoi cet environnement va-t-il changer les processus d’écriture ?

11En ce qui concerne la manière dont les généticiens peuvent exploiter l’ordinateur, l’auteur démontre que la machine ne peut enregistrer et rendre compte de façon lisible des processus d’écriture, sauf en recourant à des logiciels spécifiques. Cependant, l’outil informatique reste adapté pour montrer la complexité d’un dossier génétique.

12C’est à partir de l’environnement informatique que Lebrave définit le concept d’hypertexte génétique. Les dossiers génétiques se structurent à l’aide de cette base dynamique de données hétérogènes (graphiques, textuelles, topographiques, et commentaires) mises en réseau, dotée des « qualités de non-linéarité, non hiérarchique, granularité, connectivité et variabilité », et s’offrant à la lecture par un système de navigation par extractions de fragments pertinents.

13Dans une dernière partie, Lebrave revient sur les continuités et les ruptures entre « critique génétique et philologie(s) ». Il présente le modèle philologique sous le nom de stemma avec une structuration en arborescence qui part de l’original, range les manuscrits, et montre les liens définissant les lieux variants à l’intérieur de ces copies.

14Puis, le chercheur interroge le concept de texte. La signature du bon à tirer transforme le scripteur privé en auteur, et l’objet privé en un texte d’œuvre littéraire. Cet acte de publication marque la rupture entre le texte initial et ses états successifs ultérieurs. Cependant, les frontières entre avant-texte et texte sont indécises lorsqu’on examine les manuscrits non raturés, les mises au net corrigées, le texte informatique qui remet en cause la finitude et la fixité de l’écrit. De plus, il faut considérer les œuvres achevées mais non terminées du point de vue de la diégèse et les œuvres non terminées pour cause d’interruption ou abandon.

15La curiosité scientifique du chercheur le conduit enfin à interroger le rapport entre le texte dramatique et sa représentation et « en point d’orgue » entre le texte verbal écrit et le texte musical.

16Si Jean-Louis Lebrave a pu émettre des réticences face à ce travail en raison d’un possible risque de répétitions au fil des contributions, cette anthologie constitue un apport majeur à la critique génétique, ainsi qu’un éclairage précieux pour les disciplines connexes – dont la didactique – qui s’en sont emparées. Au fil des articles, Lebrave ne cesse de montrer les relations conflictuelles et les liens de filiation entre la manuscriptologie, la critique génétique, la vieille critique et la philologie, et de défendre l’originalité de la discipline dont il montre les limites et les résultats. La force de l’ouvrage est de ne pas se limiter à une compilation d’articles portant sur l’examen de manuscrits littéraires, mais d’interroger les outils d’analyse, de clarifier les notions et les concepts, de synthétiser l’état de la recherche, et d’ouvrir des pistes à de nouveaux travaux. C’est aussi un ouvrage qui intéressera tous les chercheurs en sciences du langage, les didacticiens de l’écriture attentifs à l’élucidation des mécanismes de la production, et les passionnés de littérature qui revisiteront les manuscrits de grands auteurs comme ceux de Flaubert, Hugo, Malraux, Proust, Stendhal, et de Valéry.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kathy Similowski, « J.-L. Lebrave. (2020). Théorie et linguistique de l’écriture. Des manuscrits aux processus scripturaux (1983-2018), B. Vauthier et R. Mahrer (éd.) »Repères [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 28 août 2020, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/reperes/2506 ; DOI : https://doi.org/10.4000/reperes.2506

Haut de page

Auteur

Kathy Similowski

INSPE de l’Académie de Versailles, CY Cergy Paris Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search