Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureNotes de lecture 2020Ducrot, V. et Lapeyre, C. (2019)....

Ducrot, V. et Lapeyre, C. (2019). Textes et gestes de la maternelle à l’université [numéro thématique], Le Français aujourd’hui, 205

Paris : Armand Colin, 128 p. ISBN : 978-22-009-3248-0
Jean-Louis Dufays
Référence(s) :

Ducrot, V. et Lapeyre, C. (2019). Textes et gestes de la maternelle à l’université [numéro thématique], Le Français aujourd’hui, 205. Paris : Armand Colin, 128 p. ISBN : 978-22-009-3248-0

Texte intégral

1S’il est une notion qui monte en puissance depuis vingt ans dans le champ des recherches et de la formation en didactique du français, c’est bien celle de geste. Devenu un analyseur clé des pratiques enseignantes, le geste a été emprunté aux ergonomes (Clot) pour se décliner tantôt en composantes du « multi-agenda » transversal de l’enseignant (Bucheton), tantôt en actes didactiques fondamentaux (Schneuwly), sans que ses différentes acceptions ne soient toujours mises en dialogue, ce qui est sans doute la rançon de son succès. C’est cependant d’une tout autre approche du geste dont il est question dans le no 205 du Français aujourd’hui : loin de l’analyse des pratiques enseignantes, le geste mis à l’honneur sous l’égide de Valérie Ducrot et Chantal Lapeyre est le geste corporel de l’élève, celui qui le fait bouger, danser, mettre en scène et en voix, et que l’on croyait peut-être un peu vite relever du champ de l’éducation physique et sportive.

2Or, ce dossier nous rappelle que, pour de nombreux auteurs – de Marcel Jousse à Henri Meschonnic en passant par Alice Godfroy (auteure en 2013 d’une thèse intitulée Écrire, danser) et bien d’autres –, ce geste-là constitue une dimension fondamentale du rapport à la littérature. Réinscrire les textes dans les gestes serait dès lors pour l’enseignant de français un devoir, en même temps qu’une manière de rompre avec l’« impérialisme de la compréhension » ainsi qu’avec les conceptions dualistes qui opposent le corps à l’esprit, le sens aux sens… ou le texte au geste. Tout l’enjeu serait bien plutôt, comme l’écrit Serge Martin, de souligner l’essentielle continuité de ces dimensions et l’expérience transformatrice que leur rencontre constitue pour le lecteur, une expérience faite d’étonnement mais aussi de connivence.

3Partageant peu ou prou les mêmes convictions, les auteurs du numéro illustrent chacun à leur manière la fécondité de l’approche gestuelle de la littérature – de la maternelle à l’université, s’agissant des albums de jeunesse ou des textes dramatiques et poétiques – en l’envisageant dans deux directions symétriques : le « langage de gestes » et les « gestes de langage », deux axes nourris chacun par quatre articles.

4Le premier ensemble, « Langage de gestes », s’intéresse à la manière dont, dans différents contextes, des enseignants ou des formateurs ont exploité des textes de littérature au moyen de la danse, tantôt en allant du texte vers la mise en gestes, tantôt en se mouvant, à l’inverse, de la chorégraphie vers l’œuvre écrite. Béatrice Habert et Chantal Lapeyre analysent ainsi une formation dans laquelle des enseignants ont appris à conjuguer la chorégraphie avec des apprentissages fondamentaux de la lecture et de l’écriture ; Évelyne Clavier présente un projet impliquant des élèves en situation de handicap dans un travail de chorégraphie et d’écriture autour de la pièce « beckettienne » May B de Maguy Marin ; Nathalie Borgé s’interroge sur l’effet que peut avoir une mise en scène chorégraphiée de la même pièce sur des étudiants universitaires de français langue étrangère ; et Laura Soudy relate une expérience ayant permis d’articuler des textes aux gestes dans une classe de troisième d’un collège REP+ au travers de lectures de poèmes et d’ateliers d’écriture et de danse.

5Deux enjeux didactiques forts se dégagent de ces différentes expériences : celui de « l’entrée en lecture par le corps », qui semble particulièrement fécond pour aborder des textes « résistants », y compris avec des élèves de profil « sensible », et celui de la collaboration entre des professeurs de français et des chorégraphes, qui permet de conjuguer leurs expertises dans des types d’apprentissages distincts mais éminemment complémentaires.

6Le second ensemble, « Gestes de langage », vise quant à lui à déployer la notion de geste au-delà de sa dimension chorégraphique en explorant une diversité d’usages qu’on peut lui attribuer dans le rapport aux textes. Frédérique Cosnier-Laffage souligne ainsi l’importance stratégique des gestes de la voix comme vecteurs d’accès au sens et surtout à la résonnance des textes ; dans la même veine, Serge Martin montre, à propos du roman Frère d’âme de David Diop, combien l’approche de la littérature en classe gagne à substituer l’attention aux gestes du dire et à la « danse des voix » aux paradigmes explicatifs traditionnels ; Charlotte Guennoc démontre à quel point les gestes caractérisent aussi de manière essentielle la compétence de l’écoute ; tandis que Laurence Pagès et Pascale Tardif présentent, dans un entretien, les modalités et les enjeux didactiques des démarches qu’elles promeuvent dans leur livre Danser avec les albums jeunesse.

7Le dossier s’achève par une postface de Patrick Germain-Thomas, auteur d’une enquête intitulée Que fait la danse à l’école ?, qui analyse les convergences et les spécificités des différentes contributions, en précisant les enjeux ainsi que les trois conditions de réussite des projets, articulant littérature et gestes dans l’espace de la classe : l’adaptation de ces dispositifs aux programmes, leur inscription dans la durée et la formation des acteurs – à savoir les enseignants mais aussi les artistes intervenants.

8On l’aura compris, c’est à un numéro à la fois militant et novateur auquel on a affaire ici, et l’ensemble ne manque ni d’allure, ni de cohérence. Ses auteurs insistent de manière convaincante sur une dimension qui, loin d’être antérieure et extérieure à la lecture littéraire, en constitue une part fondamentale, dès l’instant où l’on conçoit celle-ci comme une activité pluridimensionnelle et intégrée – aux antipodes du dualisme donc – qui, tout en reconnaissant la diversité des composantes en jeu, articule dans une même continuité le corps (regard, écoute, voix, rythme, geste, danse, etc.), les émotions et la pensée critique.

9On notera enfin que le numéro s’achève sur un varia bluffant, dû à Tatiana Taous, qui déploie ici toute sa culture de linguiste pour mener l’enquête sur la genèse des oppositions « aspectuelles » entre le passé simple, le passé composé et l’imparfait. Savions-nous que ces distinctions essentielles remontaient aux Latins, et singulièrement à Varron et Diomède ? C’est donc par un zeste d’érudition philologique que se clôt ce numéro inspirant sur les gestes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Dufays, « Ducrot, V. et Lapeyre, C. (2019). Textes et gestes de la maternelle à l’université [numéro thématique], Le Français aujourd’hui, 205 »Repères [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 24 août 2020, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/reperes/2507 ; DOI : https://doi.org/10.4000/reperes.2507

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Dufays

UCLouvain, CRIPEDIS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search