Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureNotes de lecture 2021Mortamet, C. (dir.). (2019). L’or...

Mortamet, C. (dir.). (2019). L’orthographe. Pratiques d’élèves, pratiques d’enseignants, représentations

Mont Saint-Aignan : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 254 p. ISBN : 979-10-240-1170-7
Brigitte Louichon
Référence(s) :

Mortamet, C. (dir.). (2019). L’orthographe. Pratiques d’élèves, pratiques d’enseignants, représentations. Mont Saint-Aignan : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 254 p. ISBN : 979-10-240-1170-7

Texte intégral

1Ce volume collectif s’ouvre sur un constat bien connu : l’orthographe est un sujet rebattu, propice aux déclarations polémiques et enflammées, souvent redondantes et stériles. Cependant, affirme Clara Mortamet, la didactique est un espace de production des savoirs qui nous permet de mieux comprendre les processus d’apprentissages et par là même de dépasser les confrontations stériles.

2Organisé autour de trois entrées (pratiques des élèves, pratiques des enseignants et représentations), l’ouvrage rend utilement compte des avancées des recherches en didactique de l’orthographe.

3Concernant la pratique des élèves, Anne Dister et Marie-Louise Moreau s’appuient sur un corpus important de dictées réalisées dans le cadre d’un concours d’orthographe et interrogent la distinction opérée entre compétences en orthographe lexicale et compétence en orthographe grammaticale. Elles assurent que ce sont les textes des dictées proposées qui génèrent ces différences parce que les attentes relatives aux deux catégories ne sont pas de même niveau. Bien que cette recherche se situe dans un contexte singulier et extrascolaire et qu’il renvoie à une conception de l’orthographe comme « discipline quasi-sportive » (p. 37), la réflexion sur les attentes relatives à chacune des catégories et l’importance du choix des textes dictés intéressent la didactique de l’orthographe scolaire et plus ordinaire.

4Elle fait écho à l’étude originale de Clara Mortamet et Jeanne Conseil, s’intéressant à la manière dont les enseignant.es dictent le texte et particulièrement aux façons de prononcer le texte à écrire pouvant guider les choix orthographiques des élèves (liaisons, « e » muets…).

5Trois contributions (dont cette dernière) s’attachent à décrire et comprendre les pratiques enseignantes. Catherine Combaz cherche à déterminer le profil « ortho-normatif » des enseignant.es à partir de leurs discours sur l’orthographe, considérée comme une norme culturelle, et son enseignement. Elle met ensuite en relation chez une enseignante ses discours et sa pratique à partir de l’analyse des interactions produites en classe pour en dégager un « style didactico-pédagogico-ortho-normatif ».

6Karine Bonnal analyse dix séances d’enseignement de l’accord sujet/verbe en CM1 et CM2. Six des enseignant.es ont mis en place les séances en s’appuyant sur un dossier didactique fourni par la chercheure, les quatre autres l’ont fait sans apport. L’article montre une grande variabilité des profils d’action et confirme aussi la pertinence de certains éléments en lien avec les performances des élèves. L’article souligne également l’importance d’un accompagnement adéquat car, clairement, le dossier fourni ne suffit pas.

7La dernière partie porte sur les représentations.

8La contribution d’Hélène Levier concerne celle des collégien.nes et des lycéen.nes envisagée à partir de questionnaires. Elle montre bien l’importance qu’ils et elles lui accordent. Mickaël Lenfant quant à lui interroge les représentations d’élèves suivis en orthophonie par le biais de questionnaires oraux laissant donc la place à la parole des sujets. Là encore leurs discours montrent la difficulté qu’ils ont à circonscrire l’objet, à le penser en dehors de l’école mais le dotent de valeurs sociales, affectives, identitaires… Enfin, Evelyne Delabarre s’intéresse aux participants à une « dictée publique » organisée par le Rotary.

9Deux articles me paraissent devoir être mis en exergue dans ce volume, dans la mesure où ils posent clairement la question des retombées de la recherche.

10Le premier est dû à Danièle Cogis et Catherine Brissaud. Il concerne la pratique des élèves. Les travaux des deux autrices font référence dans le champ de la didactique de l’orthographe. L’article portant sur l’accord en genre de l’adjectif s’appuie sur deux recherches, l’une, quantitative, analyse les réalisations d’élèves de 5e et l’autre, qualitative, à partir d’entretiens méta-graphiques, permet de mettre au jour les stratégies qu’ils et elles mettent en œuvre en situation. Ajoutons que les autrices convoquent quantité de travaux antérieurs qui viennent à l’appui de leurs résultats. L’intérêt de l’article réside dans la complémentarité des deux méthodologies adoptées. Les entretiens permettent d’éclairer les résultats de l’enquête quantitative, de comprendre comment les élèves affrontent la complexité liée à la structure de l’orthographe. Par conséquent, écrivent les autrices, « ils aident à chercher comment améliorer l’enseignement » (p. 64). L’article se conclut sur l’urgence de mettre en œuvre « de nouvelles manières de faire ».

11Celui de Véronique Miguel Addisu nous interroge autrement à propos de cette question. Le contexte est celui d’une recherche socio-didactique à visée descriptive de séances d’enseignement de l’orthographe, reprise dans un second temps dans une visée formative dans le cadre d’une recherche participative. Si la formation a eu des effets positifs (déclarés) sur la compréhension de l’action didactique, l’autrice constate que les représentations sociales de l’orthographe évoluent peu chez les participant.es.

12L’ouvrage dans son ensemble constitue assurément une contribution importante à un domaine de recherche très nourri (dont témoignent les abondantes bibliographies qui seront fort utiles aux chercheur.es et formateur.rices). Notons que les auteur.rices manifestent une volonté assez systématiquement énoncée de voir leurs travaux outiller les enseignant.es et la formation. Et les propositions sont variées, que ce soit sur les représentations des élèves, sur la manière de dicter ou sur le choix des textes à dicter.

13Permettons-nous cependant d’ajouter un codicille à cette conclusion. Lorsque Danièle Cogis et Catherine Brissaud appellent de leurs vœux de « nouvelles manières de faire », on le sait, celles-ci sont préconisées depuis au moins une trentaine d’années maintenant et elles sont largement diffusées en formation initiale. Et rien ne change vraiment… Lorsque Véronique Miguel Addisu constate que, même dans le cadre d’une recherche participative, les représentations n’évoluent pas autant qu’on l’espérait, on comprend combien les choses sont difficiles. Et l’on ne peut s’empêcher de manifester un peu de pessimisme.

14« Tant que la société restera figée dans sa vision passéiste de l’enseignement de l’orthographe (les fautes, les dictées) et fera pression sur l’enseignement pour que rien ne change, il y a peu de chance que les résultats [des élèves] soient différents » (p. 43) écrivent Danièle Cogis et Catherine Brissaud en introduction de leur article. L’enjeu est donc toujours le même : comment être audibles dans la sphère sociale ? Comment faire en sorte que les résultats de la recherche informent effectivement et efficacement les espaces des prescriptions et des recommandations ? Ces questions sont récurrentes, lancinantes. Elles ne doivent pas nous empêcher de saluer la parution de ce volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Louichon, « Mortamet, C. (dir.). (2019). L’orthographe. Pratiques d’élèves, pratiques d’enseignants, représentations »Repères [En ligne],  | 2021, mis en ligne le 06 mai 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/reperes/3323 ; DOI : https://doi.org/10.4000/reperes.3323

Haut de page

Auteur

Brigitte Louichon

Université de Montpellier, LIRDEF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search