Skip to navigation – Site map
Revue des revues / Notes de lecture

Maurin Éric (2007). La nouvelle question scolaire : les bénéfices de la démocratisation

Paris : Éd. du Seuil, 270 pages
Élisabeth Nonnon
p. 200-203
Bibliographical reference

Maurin Éric (2007). La nouvelle question scolaire : les bénéfices de la démocratisation. Paris : Éd. du Seuil, 270 pages.

Full text

1La lecture de cet ouvrage (qui n’est certes pas un ouvrage de didactique mais de sociologie économique appliquée aux politiques éducatives) mérite cependant d’être recommandée ici : il est un salutaire antidote aux discours pessimistes qui tendent de nouveau à remettre en cause les bénéfices du collège unique et de la démocratisation scolaire. D’autre part le changement d’échelle et de focale qu’il propose par rapport aux préoccupations didactiques relatives à la différenciation et à l’échec scolaire aide à les situer dans un paysage social et historique plus général.

2Des courants idéologiques puissants et divers prônent actuellement le retour à des filières séparées, qui seraient plus adaptées aux profils différents des élèves et plus efficaces pour leur insertion professionnelle. L’ouvrage vise à récuser ces arguments, développés par les courants élitistes (le collège unique tirerait les meilleurs par le bas, ferait baisser le niveau scolaire et la qualité culturelle des enseignements), par les courants malthusiens (l’inflation des diplômes les dévalorise et doit être jugulée en ces temps de stagnation des emplois) et libéraux (le libre choix et la concurrence entre établissements devraient prendre le relais d’une augmentation de l’investissement public pour assurer la qualité et l’efficacité de l’éducation). Mais il veut répondre aussi à ceux qui proviennent des enseignants eux-mêmes, confrontés à la difficulté de gérer des classes hétérogènes, et mal préparés à comprendre des publics dont les sépare leur passé de bons élèves.

3Selon la thèse qu’il développe, la démocratisation scolaire (abordée dans une première partie au niveau de l’abandon des filières sélectives en fin de primaire et de l’orientation précoce en 5e, dans un second temps au niveau du lycée et du premier cycle d’université), a produit des effets favorables sur les progrès scolaires, l’insertion professionnelle et les salaires des élèves qui en ont bénéficié. Au delà elle constitue un bénéfice collectif pour la collectivité, dès qu’on se place à un niveau général et non plus dans la vision particulière et « située », propre à tel ou tel contexte scolaire ou culturel. L’auteur, directeur de recherches à l’EHESS, s’inscrit ainsi en faux contre les études récentes en termes d’« inflation scolaire », comme celle de M. Duru-Bellat. Pour dépasser ces débats récurrents en grande partie idéologiques, il faut selon lui pouvoir s’entendre de façon objective sur les effets globaux de la démocratisation scolaire. Il s’agit donc d’un ouvrage militant, qui développe des thèses et des contre-argumentations clairement énoncées, mais aussi d’un ouvrage savant qui s’appuie sur un appareil statistique élaboré et des données chiffrées nombreuses et conséquentes.

4Cette argumentation s’ancre dans une perspective large au plan historique et géographique. Elle s’appuie sur les expériences scandinaves (Suède, Norvège, Finlande), anglaises, irlandaises et françaises de l’instauration du collège unique, en exploitant pour chacune de ces expériences les décalages temporels dans la mise en place, notamment dans les pays où la réforme s’est effectuée de manière décentralisée, avec un échelonnement chronologique. En suivant sur une échelle de temps long, en fonction des années de naissance, des cohortes très importantes d’enfants scolarisés ou non dans des filières sélectives (grammar schools et comprehensive schools en Angleterre, par exemple) selon le rythme de mise en place de la réforme, il montre qu’on peut pour chaque pays comparer les bénéfices de ces deux organisations de la scolarité (filières sélectives ou scolarité commune). Avec des nuances liées aux facteurs caractéristiques des contextes nationaux (conditions de la mise en place des réformes, degré d’homogénéité sociale des pays, très élevé par exemple dans les sociétés scandinaves, très inégalitaire en Angleterre), ces diverses études montrent que « sélectionner les bons élèves en fin de primaire et les séparer des autres apparait bel et bien comme un facteur puissant d’accroissement des inégalités des résultats à l’issue de la scolarité obligatoire ». On sait d’ailleurs que « les pays où on observe le plus fort accroissement de la dispersion des résultats aux tests de mathématiques ou de lecture entre 11 et 15 ans sont précisément ceux qui sélectionnent le plus tôt leurs élèves : ceux où les inégalités s’accroissent le plus à l’adolescence sont également ceux dont l’enseignement est le plus sélectif ». Contrairement à une idée reçue, les principaux bénéficiaires de la réforme seraient les enfants scolairement avancés des classes populaires, moyens-bons en quelque sorte, qui n’auraient pas été admis dans les filières sélectives. Au delà des résultats scolaires, les effets seraient nettement sensibles au niveau de la comparaison du niveau de diplôme de sortie, mais aussi du taux d’insertion professionnelle, du niveau d’emploi et du salaire, compte tenu de facteurs extérieurs à l’école comme le cout croissant du travail qui pèse sur la question de l’emploi, ou l’accroissement des inégalités sociales pendant cette période, notamment en Angleterre. Au delà des apparences « la démocratisation de l’accès au lycée et l’ouverture de l’enseignement supérieur ont été de puissants facteurs d’insertion professionnelle ».

5L’ouvrage reprend en particulier l’histoire agitée et particulièrement longue (commencée en 1950, elle n’a été achevée qu’à la fin des années quatre-vingt) de la démocratisation scolaire en France, et analyse les spécificités idéologiques et politiques du contexte français (le taux élevé de redoublements dont il montre le cout et l’inefficacité, ou les caractéristiques de la formation des enseignants sélectionnés par concours avant la formation professionnelle et découvrant tardivement la réalité de l’école actuelle, ou encore le fait que « les politiques scolaires n’ont jamais été conçues dans ce pays en même temps que la possibilité de les évaluer », comme ce fut le cas dès 1950 dans les pays scandinaves). La partie consacrée à la France propose un historique utile et des chiffres connus mais qu’il n’est pas inutile de rappeler : par exemple, « pour prendre l’exemple de la génération née en 1958, on peut estimer qu’à l’issue de sa scolarité élémentaire, 15 % ont poursuivi une scolarité secondaire au lycée (soit à peu près la proportion d’enfants admis en grammar school en Angleterre à la même époque), et 16 % ont intégré des cours complémentaires… ». Un des intérêts de cette analyse est de montrer que cette évolution n’a pas été continue, mais que « les politiques publiques ont généré de profondes discontinuités dans la distribution des ressources au fil des générations ». Elle a connu de brusques accélérations (par exemple la période initiée par Chevènement, de 1985 à la fin des années quatre-vingt, qui a connu la quasi-suppression de l’orientation précoce vers l’apprentissage en fin de 5e, la scolarisation de la quasi totalité des élèves d’une génération jusqu’en 3e, la création du baccalauréat professionnel). Elle a connu aussi de nets coups d’arrêts ou des infléchissements, par exemple la suspension de l’effort de démocratisation scolaire dans les années quatre-vingt-dix, la décélération brutale amorcée dès les cohortes nées dans les années soixante-dix. L’auteur cherche à identifier les générations précises où s’opèrent ces inflexions et à vérifier si on observe les mêmes ruptures de tendance dans l’évolution de la qualité de l’intégration professionnelle au fil du temps. Il montre que « contrairement à une idée aujourd’hui ressassée, la qualité de l’insertion professionnelle à la sortie de l’école tend à s’améliorer de façon tendancielle depuis les générations du milieu des années soixante, et cette amélioration s’est infléchie au moment même où l’effort éducatif a été suspendu ». « La proportion de jeunes occupant un emploi de cadre ou de profession intermédiaire quatre ou cinq ans après la sortie de l’école est en accroissement constant à partir des générations nées au milieu des années soixante ; tout au plus s’infléchit-elle à partir des cohortes du milieu des années soixante-dix, lorsque la démocratisation s’essouffle », et « ces emplois de cadres et de professions intermédiaires ont été beaucoup moins touchés par la montée des contrats précaires que les emplois d’ouvriers ou d’employés », l’inégalité portant de plus en plus en France sur le degré relatif de protection des emplois « c’est à dire dans la distribution des statuts et des rapports à l’avenir ». L’auteur remet ainsi en cause le mythe de la dévalorisation des diplômes. Il en fait une démonstration amusante à partir de la frange de bacheliers issus de petites classes moyennes nés en 1949 qui n’ont dû leur admission au baccalauréat en 1968 qu’au taux inédit de réussite dû aux circonstances ; selon son enquête, ces rescapés ont continué leurs études à l’université et ont connu un taux d’embauche et de rémunération dans des emplois de cadre bien supérieur par rapport aux générations immédiatement antérieures et postérieures.

6Au-delà de l’accès à l’emploi ou des salaires, la démocratisation de l’enseignement est susceptible de modifier la société bien plus en profondeur. L’auteur explore donc la nature des bénéfices de l’expansion éducative, notamment à travers les interactions qui caractérisent la vie sociale, soulignant les effets non seulement chez ceux qui ont bénéficié plus longtemps de l’école, mais par exemple sur leurs enfants, notamment en ce qui concerne le niveau de formation des jeunes mères. D’autre part « un lien intime existe dans toute économie entre le niveau de formation des salariés qui s’y succèdent et les emplois qui s’y créent continuellement : l’économie se transforme au fur et à mesure de l’afflux de jeunes diplômés ». La diffusion de l’éducation ne peut être réduite à une simple source de bénéfices privés : les politiques scolaires de démocratisation trouvent leur sens profond dans le double paysage du développement des sociétés démocratiques et des transformations de leur organisation économique. Mais elles sont rarement comprises de cette manière : les questions éducatives sont perçues comme des enjeux culturels ou générationnels pour ainsi dire intimes. Elles sont ainsi chargées de lourds affects et de jeux d’intérêts tout aussi déterminants ».

7La dernière partie, plus prospective, concerne les nouveaux défis de la démocratisation scolaire : « comment poursuivre concrètement ce processus, aller plus loin sans sacrifier la qualité des formations dispensées ? ce qui était pertinent il y a vingt ou trente ans l’est-il toujours aujourd’hui ? ». Cela suppose d’abord de prendre en charge la réduction de la fréquence des échecs et des abandons précoces avant la fin de la scolarité secondaire. Et cela selon l’auteur invite à repenser, non seulement les contenus du secondaire, mais aussi ceux du primaire, y compris le préélémentaire. Il passe en revue, relativement rapidement, en les éclairant à la lumière d’enquêtes quantitatives, plusieurs points en débat dans les politiques éducatives : l’impact de la scolarisation en maternelle (peu concluant pour la scolarisation précoce des tout-petits, très concluant pour les maternelles grands mais surtout pour les élèves de classes sociales favorisées), la formation des enseignants (les progrès scolaires des élèves de jeunes enseignants ayant fait leurs deux ans de formation à l’IUFM seraient meilleurs que ceux des enseignants de la liste complémentaires mis directement sur le terrain), les effets d’un assouplissement ou d’une suppression de la carte scolaire (entre autres, la suppression de la carte scolaire au Chili en 1981 par Pinochet a brutalement accru l’inégalité dans la composition sociale des écoles, mais n’a provoqué aucun changement dans le classement du Chili aux évaluations internationales entre 1970 et 1999), le problème des abandons sans diplôme en fin de scolarité secondaire ou en premier cycle universitaire.

8Certes l’ouvrage ne donne aucune réponse directe au mal-être des enseignants à qui revient la tâche difficile de gérer l’hétérogénéité et les contradictions suscitées par la démocratisation, et s’il souligne l’importance pour la société de la formation des enseignants, notamment pour éviter tous les effets en chaine des échecs et des abandons scolaires, il ne donne pas sur ce point de pistes concrètes. Cependant l’ouvrage se termine sur un rappel vibrant de la mission de justice dont l’école est investie, même si cette mission s’est pensée différemment selon les périodes, et aussi de son rôle social fondamental, qui ne se limite pas à la transmission de connaissances et à l’outillage pour une insertion professionnelle : elle est un lieu où s’apprennent des valeurs et des façons de vivre en société. À l’heure où les difficultés du métier et les coups de boutoir contre l’école publique suscitent le découragement, voire le renoncement à certains de ses principes, il n’est pas inutile de se donner les moyens outillés de résister au scepticisme.

Top of page

References

Bibliographical reference

Élisabeth Nonnon, « Maurin Éric (2007). La nouvelle question scolaire : les bénéfices de la démocratisation », Repères, 38 | 2008, 200-203.

Electronic reference

Élisabeth Nonnon, « Maurin Éric (2007). La nouvelle question scolaire : les bénéfices de la démocratisation », Repères [Online], 38 | 2008, Online since 01 December 2008, connection on 13 November 2019. URL : http://journals.openedition.org/reperes/410

Top of page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals