Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureNotes de lecture 2021Schneider, A. et Jeannin, M. (dir...

Schneider, A. et Jeannin, M. (dir.). (2020). Littérature de l’altérité, altérités de la littérature. Moi, nous, les autres, le monde

Namur : Presses universitaires de Namur, 486 p. ISBN : 978-2-39029-069-8
Yves Reuter
Référence(s) :

Schneider, A. et Jeannin, M. (dir.). (2020). Littérature de l’altérité, altérités de la littérature. Moi, nous, les autres, le monde. Namur : Presses universitaires de Namur, 486 p. ISBN : 978-2-39029-069-8

Texte intégral

1Cet ouvrage synthétise les 18e Rencontres des chercheurs en didactique de la littérature qui se sont tenues du 31 mai au 3 juin 2017 à l’INSPÉ de l’université de Caen Normandie. Elles s’inscrivent dans la lignée des études sur la réception (au sens de Fourtanier, Langlade ou Rouxel) comme processus d’appropriation d’une œuvre littéraire en milieu scolaire.

  • 1 Cela explique que je ne rendrai pas compte de chacune des contributions.

2Il est difficile de rendre compte d’un ouvrage aussi dense (486 pages, 5 parties, 21 contributions, outre l’introduction d’Anne Schneider et Magali Jeannin et la conclusion de Marie-José Fourtanier) et aussi diversifié1 : contributions théoriques, articles de recherche, ingénieries ; variété de genres littéraires, de niveaux d’enseignement, de contextes d’enseignement (FLM, FLE, enseignement du français à l’étranger, littérature étrangère en langue étrangère…).

3Ce volume explore l’altérité littéraire sous toutes ses formes. Outre le titre de l’ouvrage, ceux des cinq parties donnent une bonne idée de cette variété : « Lire l’altérité des textes, dans les textes, par les textes » (qui propose des approches de la notion d’altérité) ; « Quels supports d’enseignement et quelles pratiques pour une relation altéritaire aux textes ? » ; « Expériences croisées d’altérités en littérature dans différents contextes scolaires » (qui expose diverses formes de confrontation entre des cultures différentes) ; « Littérature de jeunesse et construction du rapport à l’altérité dès l’enfance » ; « Des tâches et des supports d’enseignement de la lecture littéraire comme vecteurs d’altérité en contexte FLE ». Les intérêts de cette diversité ont sans doute aussi leur revers : l’altérité demeure, malgré une première partie qui tente d’approcher ce concept (ou cette notion ?), peu définie ou du moins quelque peu « fourre-tout » : on se demande ce qui peut lui échapper. Mais la notion est sans doute nécessaire pour parler de dialogue ou de rencontre ainsi que le font nombre de contributeurs, dont Anne Schneider, un peu plus loin dans l’ouvrage : « La magie de la lecture repose sur trois caractéristiques : la rencontre avec la voix d’un écrivain, avec son univers et son imaginaire, la rencontre avec un ou des personnages qui vivent sous nos yeux et permettent de vivre par procuration, la rencontre avec sa propre ipséité qui se trouve éclairée au miroir de la lecture » (p. 265).

  • 2 Cela me donne l’occasion de signaler la réédition de Destin d’Otto Nückel dans la tradition des ro (...)

4En tout cas, au fil des contributions, notamment dans les seconde, quatrième et cinquième parties,  le lecteur peut découvrir des objets très intéressants et moins fréquemment abordés dans la littérature théorique : les bandes-annonces littéraires (Maïté Eugène et Aldo Gennai), les ateliers d’écriture plurilingues (Anne-Marie Petitjean), les « albums sans mots » ou « albums muets »2, la littérature de jeunesse algérienne d’immigration (Anne Schneider), le théâtre de jeunesse (Isabelle De Peretti) les textes médiateurs en FLE (Chiara Bimporad et Cyrille François)… Et, même si les relations entre les diverses composantes de la matière français sont peu travaillées explicitement, une contribution comme celle de Laure Himy-Piéri intitulée « Observation réfléchie de la langue et enseignement de l’altérité » met au jour, de manière intéressante, l’énonciation comme lieu de tensions.

5La troisième partie comprend trois contributions denses, issues de recherches. Magali Brunel, Jean-Louis Dufays, Judith Émery-Bruneau, Sonya Florey et Vincent Capt rendent compte d’une recherche internationale dans quatre pays avec des élèves de 12 et 15 ans à partir d’une nouvelle de Gary : « J’ai soif d’innocence ». Les auteurs analysent les lectures des élèves et les choix didactiques des enseignants en notant la grande variété des dispositifs, surtout en France et au Québec (on peut cependant s’interroger sur l’absence de référence à la recherche de Jacques Leenhardt et Pierre Józsa : Lire la lecture). Stéphanie Lemarchand explore le dialogue des cultures en lycée professionnel (domaine encore trop peu exploré par les didacticiens) et Jean-François Massol travaille sur l’appropriation de la lecture subjective par deux enseignants (l’altérité est ici celle d’un paradigme didactique) après une analyse critique particulièrement utile des différentes conceptions et références du courant de la réception dans la lecture littéraire scolaire.

6La quatrième partie, « Littérature de jeunesse et construction du rapport à l’altérité dès l’enfance », est intéressante, non seulement pour les objets textuels qu’elle explore (voir supra) mais aussi pour les contextualisations et les données plus précises qu’elle donne à lire : retranscriptions d’échanges, fragments d’entretiens… Il demeurerait sans doute à préciser en quoi les spécificités mentionnées des contextes (quartiers précaires, ZEP…) entrainent des interactions spécifiques. L’étude de Nadine Prairis ouvre, quant à elle, à partir de la réalisation d’albums, des pistes intéressantes autour de la créativité.

7Dans la cinquième partie, plus spécifiquement centrée sur des contextes FLE, on remarquera dans la contribution de Carla Campos Cascales, certaines critiques d’élèves de milieu favorisé quant aux livres donnés à lire et aux pratiques mises en place en France ainsi que la dichotomie entre l’importance qu’ils confèrent à la littérature et les pratiques scolaires qui ne les intéressent pas particulièrement.

  • 3 Voir nombre de numéros des revues Enjeux, Pratiques, Le Français aujourd’hui

8Un ouvrage riche donc avec des apports véritables mais qui soulève néanmoins plusieurs questions. Je me demande ainsi s’il n’aurait pas fallu mieux situer ce courant d’études sur la réception au sein de l’ensemble des courants théoriques qui travaillent sur la réception. Il aurait aussi été intéressant de positionner les études réunies ici au sein d’une histoire des approches didactiques du littéraire et de l’altérité. Je pense notamment aux travaux classiques en didactiques3 sur les confrontations entre culture scolaire et cultures des élèves, sur les paralittératures ou les bandes dessinées, sur les approches du champ littéraire (Dupont, Rosier, Reuter). Je pense encore aux travaux en ethnologie de la littérature (Privat), en sociologie de la littérature (Bourdieu, Dubois) ou encore en histoire de la lecture (Chartier). Cela pose le problème, maintes fois mentionné, de la capitalisation des recherches en didactiques et, pour ce courant, de l’explicitation de son positionnement théorique par rapport aux autres travaux qui ont traité de ces questions.

9Cela aurait peut-être pu mener à s’interroger sur les spécificités de ce qui est désigné par « altérité » en littérature et dans son enseignement par rapport aux sciences, à la peinture ou encore au tourisme.

  • 4 Formulation au demeurant curieuse en matière de recherche et de littérature.

10Il me semble aussi que la dimension apologétique qui parcourt cet ouvrage a pu conduire à ne pas s’interroger sur ce que la catégorie de littérature recouvrait en France et dans les autres contextes mentionnés. Dès lors, les « évidences »4 dont parle Marie-José Fourtanier dans sa brève conclusion pourraient perdre leur statut en mettant par exemple en interrogation une formule telle que « nous avons toujours pensé la littérature comme elle-même didactique […] » (p. 450).

11Autant de débats ouverts…

Haut de page

Notes

1 Cela explique que je ne rendrai pas compte de chacune des contributions.

2 Cela me donne l’occasion de signaler la réédition de Destin d’Otto Nückel dans la tradition des romans graphiques aux éditions Ici-bas.

3 Voir nombre de numéros des revues Enjeux, Pratiques, Le Français aujourd’hui

4 Formulation au demeurant curieuse en matière de recherche et de littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Reuter, « Schneider, A. et Jeannin, M. (dir.). (2020). Littérature de l’altérité, altérités de la littérature. Moi, nous, les autres, le monde »Repères [En ligne],  | 2021, mis en ligne le 10 septembre 2021, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/reperes/4349 ; DOI : https://doi.org/10.4000/reperes.4349

Haut de page

Auteur

Yves Reuter

Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search