Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsNotes de lecture2021Bourhis, V. et Laroque, L. (dir.)...

2021

Bourhis, V. et Laroque, L. (dir.). (2021). Littérature de jeunesse et pratiques plurilingues [numéro thématique], Le français aujourd’hui, 215

Paris : Armand Colin, 162 p. ISBN : 978-2-200-93366-1
Véronique Miguel Addisu
Référence(s) :

Bourhis, V. et Laroque, L. (dir.). (2021). Littérature de jeunesse et pratiques plurilingues [numéro thématique], Le français aujourd’hui, 215. Paris : Armand Colin, 162 p. ISBN : 978-2-200-93366-1

Texte intégral

Je n’ai pas de langue maternelle. J’ai simplement plusieurs langues fraternelles.

  • 1 Ungerer, T. (1996, septembre). Tomi Ungerer par Tomi Ungerer. La Revue des livres pour enfants, 171(...)

Tomi Ungerer, 1996, p. 481.

1Le numéro 215 de la revue Le français aujourd’hui aborde la question des pratiques plurilingues en lien avec la littérature de jeunesse, question peu abordée jusqu’à présent dans les recherches en didactique du français. Chercheurs et praticiens trouveront ici de nombreuses pistes de réflexion, tant pour ce qui concerne les corpus existants (première partie du dossier) que les pratiques didactiques (seconde partie), ou même la formation des enseignants (troisième partie). La notion de littérature de jeunesse plurilingue est problématisée à plusieurs reprises dans le dossier avec des contours différents, soit qu’elle désigne des textes dans lesquels plusieurs langues sont mobilisées, soit qu’elle regroupe des ouvrages qui, par leur thématique, permettent de problématiser la diversité linguistique et culturelle (p. 66).

2Véronique Bourhis et Lydie Laroque rappellent en introduction que ce dossier s’inscrit dans la continuité d’une préoccupation affichée de la revue pour la diversité langagière dans la classe de français. Elles soulignent l’intérêt des corpus littéraires plurilingues, mais aussi des pratiques langagières plurilingues autour de l’album, pour soutenir le développement des compétences littéraciques de tous les élèves. Elles situent avec clarté ces questions dans un monde postmoderne marqué par la porosité des frontières linguistiques et culturelles, et dans une école qui a pour mission l’inclusion de tous les élèves.

3La première partie du dossier, intitulée « Développement et typologie du corpus » regroupe trois articles qui s’intéressent très spécifiquement aux ouvrages de littérature de jeunesse touchant au plurilinguisme, avec une approche historique ou didactique. On trouvera au fil de la lecture une mine de titres inspirants pour la recherche, mais aussi pour de futures lectures personnelles. Plusieurs typologies sont proposées, dont les modalités de constitution et les contours sont présentés avec clarté et problématisés. Nadja Maillard s’intéresse aux livres plurilingues dans l’édition jeunesse entre 1975 et 1995 et montre que l’offre a augmenté au fur et à mesure des années, mais aussi qu’elle s’est diversifiée, en proposant des ouvrages qui visent non seulement l’apprentissage des langues mais aussi l’ouverture à la diversité culturelle et langagière. Véronique Bourhis et Carole-Anne Deschoux proposent une typologie à partir de l’étude d’une trentaine d’ouvrages, en vue de constituer un corpus scolaire à visée didactique. Elles distinguent à cet effet les imagiers des albums plurilingues fictionnels. Ici, comme dans plusieurs autres articles du numéro, on comprend combien la lecture de ces ouvrages contribue à la constitution d’une « bibliothèque intérieure » que l’enfant se constitue entre expérience personnelle et expérience scolaire de lecture. À partir d’une analyse des ressources existantes dans 18 didacthèques universitaires au Québec, Rachel Deroy-Ringuette, Isabelle Montésinos-Gelet et Audrey Laplante font un état des lieux des albums plurilingues et des albums sans texte susceptibles d’être utilisés en formation initiale des enseignants. Elles constatent que peu d’ouvrages sont disponibles et que certains ouvrages sont plus représentés que d’autres dans l’offre aux étudiants. Les langues représentées sont le plus souvent des langues autochtones sauf à Montréal, signe d’une contextualisation de la question du plurilinguisme au Québec.

  • 2 Tan, S. (2014). Là où vont nos pères. Dargaud.
  • 3 Serres, A. et Corvaisier, L. (2008). La famille Totem. Rue du Monde.

4La seconde partie du dossier propose une analyse de pratiques d’enseignement-apprentissage en lien avec les albums plurilingues. Lucile Berthod étudie un atelier de lecture polyglotte dans le cadre d’un projet d’école, hors temps scolaire. Outre la présentation de l’activité elle-même, l’article nous montre de façon détaillée comment les parents et les enfants s’inscrivent dans ce moment partagé, qui sert manifestement le développement de compétences métalinguistiques mais aussi interculturelles. Les compétences interculturelles sont aussi mises en avant dans l’expérience de lecture/écriture analysée par Chantal Dompmartin-Normand et Arielle Barthélémy : l’atelier se déroule avec des collégiens en UPE2A, à partir du magnifique album de Shaun Tan, Là où vont nos pères (2014 pour l’édition française2) qui met en images la question de la migration et de l’exil, de façon inspirante pour tout lecteur. La démarche favorise l’expression de l’imaginaire biographique qui habite chacun, les élèves nouvellement arrivés en particulier. Les élèves ont finalement créé eux-mêmes un ouvrage qui semble passionnant et dont on peut regretter qu’il ne soit pas disponible sur le site internet de l’établissement. Le troisième article concerne des séances d’enseignement d’une langue étrangère dans deux écoles contrastées sur le plan socioéconomique. Brahim Azaoui et Rita Peix étudient la manière avec laquelle les enseignants et les élèves s’ouvrent à la diversité langagière à partir de la lecture de l’album La famille Totem3. Les auteurs soulignent combien la recherche-action favorise l’ouverture à l’altérité des acteurs. L’article de Carole Fleuret et de Nathalie Auger termine cette seconde partie en prenant appui sur une formation menée avec des enseignants utilisant les albums plurilingues pour favoriser l’appropriation de la norme scolaire. Les autrices soulignent que loin de s’opposer au français, la diversité langagière favorise l’engagement des élèves, mais aussi le développement de compétences scolaires en français. Elles plaident donc pour des approches plurielles du français, à l’opposée d’une approche monolingue, ce à quoi l’album plurilingue participe.

5La dernière partie du dossier est plus particulièrement consacrée à la formation et au point de vue des enseignants. Partant d’une expérience de formation en Master MEEF, Magali Jeannin constate que les étudiants apprécient « l’exotisme » des albums plurilingues tout en les trouvant éminemment « suspects » (p. 110). Cette ambivalence s’expliquerait par deux raisons : ces ouvrages investissent des espaces langagiers peu valorisés par l’école et invitent à une approche superficielle des langues, à l’inverse de l’idéologie monologique et culturaliste à l’école (p. 111). On peut faire l’hypothèse que ces représentations sont tenaces au cœur même de l’école. L’expérience relatée montre cependant qu’apprendre à utiliser l’album plurilingue permet de faire évoluer les représentations des étudiants vers une plus grande ouverture linguistique et culturelle, avec une réflexivité professionnelle accrue. Les représentations d’enseignants expérimentés sont étudiées plus spécifiquement dans le dernier article du numéro par Françoise Armand, Catherine Gosselin-Lavoie, Élaine Turgeon et Corina Borri-Anadon, à partir d’une recherche-action menée dans dix classes de maternelle de l’agglomération montréalaise. Les résultats de l’enquête à l’issue du dispositif montrent que les séances didactiques ont eu un effet bénéfique sur l’engagement des élèves, leur estime de soi, et ont renforcé le lien école-famille. Les enseignants insistent sur le fait que didactiser l’album plurilingue dans leur classe a été possible du fait de l’existence de supports et outils, préalablement construits par les chercheurs.

6Nous pouvons retenir de ce dossier très fourni qu’un vrai corpus de littérature plurilingue existe et qu’il est tout à fait transposable aux usages scolaires. Sa didactisation favorise les compétences linguistiques et interculturelles de tous, y compris des enseignants. Mais il apparait aussi que la mobilisation de ces précieuses ressources à des fins didactiques demeure malaisée pour les enseignants qui travaillent dans des contextes professionnels marqués par le monolinguisme. Par conséquent, on ne peut que saluer l’implication des chercheurs dans ce domaine, en particulier lorsque leurs travaux peuvent être transposés à des fins pédagogiques par les enseignants.

Haut de page

Notes

1 Ungerer, T. (1996, septembre). Tomi Ungerer par Tomi Ungerer. La Revue des livres pour enfants, 171, p. 48-57.

2 Tan, S. (2014). Là où vont nos pères. Dargaud.

3 Serres, A. et Corvaisier, L. (2008). La famille Totem. Rue du Monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Miguel Addisu, « Bourhis, V. et Laroque, L. (dir.). (2021). Littérature de jeunesse et pratiques plurilingues [numéro thématique], Le français aujourd’hui, 215 »Repères [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/reperes/4833 ; DOI : https://doi.org/10.4000/reperes.4833

Haut de page

Auteur

Véronique Miguel Addisu

INSPÉ de l'académie de Rouen / Université de Rouen-Normandie, laboratoire DyLIS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search