Navigation – Plan du site

Vingt ans de recherches en didactique du français (1990-2010)

Quelques aspects des recherches dans les revues
Bertrand Daunay et Francis Grossmann
p. 7-16

Texte intégral

  • 1 Cet article est la reprise, augmentée, d’un article de David de 1995, remanié en 2005 (les citation (...)

1Si « l’avenir des recherches en DFLM, et plus largement au sein des sciences humaines, semble aujourd’hui bien incertain », écrivent Chiss et David en 2011 (p. 79), ils concluent leur article par cette remarque : « Sur plus de vingt ans, les recherches en DFLM se sont développées considérablement : elles ont montré leur efficacité dans des secteurs de décision clés, qui concernent autant les politiques éducatives que les politiques linguistiques » (ibid, p. 80)1. Entre ce constat d’une productivité de la recherche de ces vingt dernières années et l’annonce inquiète d’un avenir sombre, il n’y a pas de contradiction : simplement la prise en compte de quelques réalités institutionnelles, politiques et théoriques qui donnent à penser que le développement considérable des recherches en didactique du français n’a pas donné une assise suffisante à la discipline pour lui permettre de se penser comme totalement installée et reconnue, socialement et scientifiquement.

2Revenir sur ces vingt dernières années n’est pas le fait d’une nostalgie, comme si nous avions à rêver d’un passé révolu. Mais il est de la responsabilité des didacticiens d’interroger leur champ de recherche et de faire le point sur ce qui a permis d’en assurer les fondements théoriques, mais aussi sur les éléments de fragilité qui risquent d’en obérer l’avenir. Il n’est pas inintéressant de s’interroger sur les « lendemains qui déchantent » afin d’aller vers « d’alléchants chantiers », pour reprendre les mots de Jean-Paul Bronckart (2012), qui interroge les (faibles) effets sur les apprentissages effectifs des élèves des recherches en didactique du français, pourtant importantes, quantitativement et qualitativement, depuis les années quatre-vingt ; il n’est pas inintéressant non plus, pour encore utiliser les mots de l’auteur, de prendre le risque d’un « coup d’œil arrière, pour mieux repartir de l’avant ».

  • 2 « La didactique du français à la croisée des chemins. Bilan et perspectives », journée organisée po (...)
  • 3 On pouvait certes en citer de plus anciennes, les unes encore prospectives (cf. Langue française (...)

3De fait, ces dernières années ont été l’occasion, pour la didactique du français, d’interroger son histoire, récente ou ancienne, particulièrement celle de ces vingt ou trente dernières années de développement, qui ont fait connaitre à la didactique du français, comme du reste aux autres didactiques, des bouleversements majeurs : citons par exemple les n° 50 (2011) et 51 (2012) de la Lettre de l’AIRDF, qui rendent compte de la journée d’étude du 22 octobre 2011 de l’AIRDF2 et, précédemment, le n° 42 (2008) de la même revue ; les n° 137-138 (2008), 145-146 (2010) et 149-150 (2011) de Pratiques, tous consacrés à la didactique du français (le premier en hommage à Jean-François Halté) ; le n° 66 d’Enjeux (2006), dédié à Jean-Maurice Rosier. Ces références récentes de regards historiques sur le champ de recherche de la didactique du français3 concernent toutes des numéros de revues, ce qui n’a rien de surprenant, vu le rôle important que jouent les revues dans tout champ de recherche.

4On peut du reste dire que l’histoire de la didactique du français recoupe en partie celle de ses périodiques. Si tout champ théorique s’identifie en partie à ses lieux de publication, le rôle des revues, dans la constitution de ce champ a été particulier : malgré leur évolution récente, ces revues ont en effet toujours été et restent des lieux d’interface entre les chercheurs, les formateurs et les enseignants, organisant entre eux un dialogue, par « la circulation, comme le partage, d’informations qui contribuent largement à la constitution de la didactique du français langue maternelle » (Chiss, David, 2011, p. 79).

  • 4 Il est intéressant de noter aussi que certaines revues, comme Lidil ou Pratiques, ont choisi d’alte (...)

5La transformation progressive de la didactique du français en discipline scientifique autonome s’est souvent accompagnée de la transformation de ses revues en revues à comité de lecture, alors qu’elles étaient auparavant élaborées par un « comité de rédaction » ou un « collectif », parfois à vocation militante. La donne a commencé à changer seulement au tournant des années quatre-vingt-dix, quand plusieurs revues ont décidé de se conformer à un modèle d’affichage de la scientificité qui entrait en vigueur alors dans les modalités d’identification des revues dans les structures d’évaluation de la recherche en sciences humaines. C’est l’époque où la didactique du français achevait de se constituer comme champ scientifique autonome, par deux gestes épistémologiques importants : une identification de ses frontières avec les autres disciplines de recherche, qui étaient longtemps restées les disciplines de référence et avaient de fait été les disciplines sources, comme la linguistique ou la théorie littéraire, sans nier les proximités ou les porosités entre les disciplines, mais en les interrogeant, c’est-à-dire en les dénaturalisant4 ; un affranchissement (plus ou moins net selon les lieux de recherches et de production scientifiques) à l’égard des instances institutionnelles diverses (des associations professionnelles aux lieux de formation, en passant par les instructions officielles).

  • 5 Dans l’évolution de la revue, l’évènement le plus récent est sans doute la fabrication d’un numéro (...)

6Cela ne veut pas dire que la didactique n’était pas une discipline de recherche auparavant : en témoignent suffisamment les exigences théoriques et méthodologiques de nombreuses recherches, répertoriées du reste dans une banque de données des Recherches en didactique, dès la fin des années quatre-vingt (Gagné, Lazure, Sprenger-Charolles, Ropé, 1989). Mais, pour diverses raisons, à la fois sociologiques, institutionnelles et épistémologiques (cf. Petitjean, 1998, p. 3-5 ; Reuter, 1995/2005, p. 215 ; Reuter, 2006, p. 8-11 ; Ropé, 1990, p. 149 sq.…), la didactique du français s’est constituée comme champ autonome de recherche assez tardivement – précisément au sein de ces instances éditoriales qui ont évolué, notamment en se dotant d’un comité scientifique. Il est significatif par exemple que Repères ait, au lancement de sa nouvelle série en 1990, changé de sous-titre : revue « Pour la rénovation de l’enseignement du français », elle devient ainsi revue de « Recherches en didactique du français langue maternelle », passant d’un mot d’ordre à l’affichage d’une posture scientifique5.

  • 6 Malgré son positionnement toujours identique, Recherches vient cependant de choisir de se faire dif (...)

7Toutes les revues n’ont pas évolué au même rythme ni dans le même sens : certaines revues par exemple, comme Recherches, ont choisi de ne pas s’identifier comme « scientifiques », tout en contribuant aussi à la production de connaissances dans le champ de la didactique du français6. Il peut être intéressant de revenir sur l’histoire des revues ou plus exactement sur l’histoire des recherches publiées dans ces revues, qui peut être considérée en partie comme celle du champ de recherche qu’est la didactique du français.

8Si les approches historiques ne manquent pas en didactique du français (cf. supra), rares sont encore ces essais de retour historique sur les revues de didactique du français, malgré quelques récentes exceptions notables, dont Benoit (2008), concernant les articles parus dans la revue Pratiques ; Doquet-Lacoste (2008), concernant les approches linguistiques sur lesquelles se sont appuyés les divers modèles de l’enseignement de l’écriture ; Richard (2006), concernant la didactique de la littérature dans diverses revues de didactique du français ; Schneuwly, Aeby et Thévenaz (2010), concernant la disciplinarisation de la didactique du français à travers les dossiers de la Lettre de l’AIRDF. Plus anciennement, il faut citer l’étude de Sophie Moirand (1988) qui consistait en l’analyse des discours du Français dans le monde entre 1961 et 1981 – précisément avant la période qui nous occupe ici.

9Ce numéro vise à faire le point sur les recherches effectuées en didactique du français dans les vingt ans écoulés (sous forme de bilan rétrospectif), en s’appuyant sur une analyse effective des corpus que constituent les revues de didactique du français.

  • 7 Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.
  • 8 Il est intéressant, à cet égard, de mesurer le chemin parcouru entre une période où l’on pouvait en (...)
  • 9 Deux articles (Aeby Daghé ; Quet) ont été conçus dans cette logique d’une interrogation de l’usage (...)
  • 10 Une telle analyse de discours a été faite brillamment par Sophie Moirand (1988) pour Le français da (...)

10Il pouvait être intéressant de proposer une enquête historique ou sociohistorique sur les revues, pour aider à la compréhension de l’évolution du champ de recherche qu’est la didactique du français, en interrogeant par exemple la légitimité croissante des revues dans le champ scientifique et ses effets sur le travail effectif des chercheurs : qu’on pense simplement aux classements des revues par l’AERES7 ou à la valorisation, y compris en sciences humaines et sociales, des revues par rapport aux autres productions8. Il était possible aussi d’interroger les trajectoires (universitaires, professionnelles, institutionnelles) des personnes impliquées dans la production des articles de revues, trajectoires qui peuvent en partie expliquer (c’est l’hypothèse que posent Schneuwly, Aeby et Thévenaz, 2010) les évolutions des objets de recherche ou de leurs traitements. Il aurait été intéressant également d’interroger, pour rendre compte du champ de recherche au travers de ses lieux de publication, la circulation des savoirs didactiques entre les acteurs qui concourent au développement des revues (ses rédacteurs, ses lecteurs, les institutions qui les financent…) ou bien les liens (de distance ou de proximité) entre les publications dans les revues et les productions institutionnelles de nature prescriptive (souvent sous la plume des mêmes auteurs, mais parfois non)9. Il aurait sans doute été passionnant d’interroger les modalités de construction interne du discours scientifique, qui auraient fait apparaitre les enjeux de l’écriture scientifique en didactique du français, entre description et prescription, liées entre autres aux impératifs de la discipline et aux histoires singulières des acteurs10 ou encore les manières dont le champ professionnel est construit ou convoqué par les discours de recherche.

11De telles enquêtes sociohistoriques n’auraient assurément pas manqué d’intérêt. Ce n’est pourtant pas l’option que nous avons choisie : outre que nous nous sommes tenus à une approche que pouvaient légitimement mettre en œuvre des didacticiens, qui ne sont pas sociologues ni épistémologues des sciences, nous nous sommes proposés de centrer l’analyse sur l’évolution des objets didactiques et de leurs formes de traitement dans les recherches publiées : on verra qu’au final, si elle ne sont pas traitées de front, plusieurs des dimensions suggérées ci-dessus apparaitront cependant, comme en arrière fond, dans certaines des contributions.

  • 11 Le premier en aout 2009, le second en juin 2011.
  • 12 Qui, rappelons-le, a mis récemment en ligne ses archives, comme les autres revues de l’IFÉ (le proc (...)

12Le présent numéro, issu d’un appel à recherches et d’un classique appel à contributions, lancés11 à l’occasion du vingtième anniversaire de la nouvelle collection de Repères12, n’a pas été conçu dans la logique d’un ouvrage collectif qui aurait pu chercher à balayer l’ensemble des questions et viser une cohérence a priori : tel qu’il a été conçu, ce numéro de Repères, pour riche qu’il soit, ne rend compte que de ce que les chercheurs qui ont voulu y contribuer ont proposé ; c’est ainsi que tous les objets traditionnels de la matière « français » ne sont pas évoqués, comme l’orthographe ou la littérature par exemple. D’où le sous-titre : « Quelques aspects des recherches dans les revues ».

13Deux sections composent ce numéro. La première concerne l’évolution du traitement didactique de certains des objets traditionnels de ce champ.

14Marie-Laure Elalouf aborde la question emblématique, en didactique du français, de la grammaire à travers un parcours dans la revue Repères. Choisissant de retenir l’acception large du terme grammaire, elle souligne la nécessité, pour étudier la production scientifique de la période de référence, de prendre en compte les relations complexes qui se sont tissées entre les pratiques langagières et l’acquisition de savoirs sur la langue et les discours en fonction des évolutions institutionnelles et des différents paradigmes mobilisés. Après le plan de rénovation et les recherches qui l’ont accompagné a ainsi été privilégié un renouvèlement épistémologique et une évaluation des pratiques ; les recherches des années quatre-vingt-dix se sont quant à elles focalisées davantage sur le rôle de l’activité métalinguistique dans le développement du langage ; enfin, le pôle du maitre est redevenu saillant avec l’étude des interactions dans l’élaboration des objets d’enseignement.

15Élisabeth Nonnon fait une synthèse documentée des recherches menées en didactique du lexique, à travers les revues de didactique du français (Repères, Pratiques, Le français aujourd’hui, Lidil, Enjeux) qu’elle met en regard avec les ouvrages parus dans la période sur le sujet. Elle pointe le fait, qu’au-delà des regrets de rigueur sur la difficulté de « didactiser » le lexique, les directions suivies ont conduit soit à mieux prendre en compte les aspects syntagmatiques (à travers les perspectives proposées par exemple par les lexiques-grammaires) soit à rendre compte, à différents niveaux d’enseignement, des aspects conceptuels, le lexique étant l’interface privilégié des représentations – mentales et/ou sociales. Des rapprochements commencent cependant à s’opérer, qui permettent d’espérer une meilleure intégration de ces différentes approches. Reste que nous savons encore assez peu de choses sur la construction des connaissances lexicales des élèves dans le contexte de la classe et qu’il s’agit là d’une priorité pour les années à venir.

16Sandrine Aeby Daghé interroge les discours sur l’« enseignement continué de la lecture » dans l’espace romand, tels qu’ils se sont développés entre 1990 et 2010, dans des revues spécialisées mais aussi dans des mémoires de recherche. Il s’agit en particulier de mieux saisir l’influence qu’ont eue les discours de la recherche sur les discours prescriptifs. L’auteure pointe en particulier l’importance croissante des enquêtes internationales, dont le rôle moteur risque d’occulter d’autres aspects importants, par exemple ceux qui sont liés aux pratiques de lectures dans le contexte de la classe. Un rééquilibrage est d’autant plus nécessaire que les discours sur la lecture sont loin de se limiter, durant cette période, aux grandes enquêtes internationales : ils envisagent bien d’autres aspects, en particulier la littéracie, la lecture littéraire et les pratiques de lecture dans leur lien avec l’écriture.

17La perspective de Claire Doquet, qui questionne les fondements théoriques de la didactique de l’écriture, est conditionnée par son approche linguistique, ce qui explique le fait qu’un certain nombre de recherches importantes dans le domaine sont seulement évoquées ou mentionnées. Le parcours qu’elle propose à travers les numéros de Repères – qui embrasse une plus large période que ce qui était demandé aux contributeurs – la conduit à mettre en évidence une double évolution : celle qui conduit les auteurs de la revue à élargir leur perspective, de la phrase au texte, puis à l’énonciation, à la pragmatique, au typologies textuelles ; celle qui va des objets langagiers aux sujets scripteurs, en portant une attention particulière à la subjectivité dans les textes. L’approche génétique en particulier permet de cerner ce que l’activité d’écriture met en jeu du point de vue cognitif et métalangagier. L’auteur conclut sur la centration sur le sujet qui s’est opérée ces dix dernières années : sujet énonciateur, sujet créateur et sujet apprenant sont vus alors comme indissolublement liés.

18Rouba Hassan fait le point sur les recherches concernant une dimension importante de la didactique du français mais qui irrigue les autres didactiques, l’oral. Dans son parcours d’un corpus large (Repères et Pratiques essentiellement, mais aussi Enjeux et Éducation et didactique) où elle identifie la place (croissante) des recherches sur l’oral en didactique du français, Rouba Hassan analyse l’évolution des problématiques traitées, qui fait apparaitre, outre les recherches sur l’enseignement du genre oral, une importance de plus en plus grande de l’analyse de l’interaction et du discours de l’enseignant au détriment des questions de normes et de variation. Or dans son analyse des méthodologies à l’œuvre dans le traitement des données qui constituent les corpus des articles, Rouba Hassan fait apparaitre ce qu’elle considère comme un point aveugle des recherches actuelles : la spécificité de l’analyse didactique des interactions en classe.

19La deuxième section, transversale aux objets traditionnels du champ, fait le point sur des lieux institutionnels investigués par les recherches en didactique du français.

20Véronique Boiron et Bernadette Kervyn s’intéressent au traitement de l’école maternelle dans la revue Repères de 1990 à 2010. Les auteures, qui observent le faible nombre articles consacrés à ce niveau scolaire et identifient les objets les plus traités dans les articles, centrent leur attention sur deux questions fondamentales, qui ressortent de l’analyse des articles de leur corpus : la dimension disciplinaire des apprentissages en maternelle et les modalités d’apprentissage mises en œuvre dans les classes (critiquées ou valorisées dans les articles). Ces deux questions les amènent à conclure que l’approche didactique de la maternelle oblige à repenser la définition du « sujet didactique » et par là même les frontières de la didactique comme champ de recherche.

21Roxane Gagnon et Kristine Balslev choisissent le même corpus pour aborder les approches de la formation des enseignants en didactique du français. Après avoir répertorié les objets, les enjeux et les objectifs des contributions analysées pour proposer un classement des articles qui interroge le lien entre recherche et formation, les auteures identifient les cadres théoriques en jeu, observant notamment les références croissantes aux travaux relevant du champ de la formation des adultes. Roxane Gagnon et Kristine Balslev constatent toutefois que si les emprunts à d’autres disciplines ne sont pas rares, les références les plus nombreuses relèvent du champ de la didactique du français et que les articles montrent une certaine centration sur la formation en France. De tels constats appellent, selon les auteures, à une plus grande ouverture des recherches en didactique du français sur la formation des enseignants, du point de vue des cadres théoriques convoqués et des champs institutionnels investigués.

22Marie-Madeleine Bertucci et Véronique Castellotti abordent la question de la place accordée à la variation dans les recherches en didactique du français à travers l’analyse de trois revues de didactique du français langue première, Pratiques, Le français aujourd’hui et Repères. Cette exploration, documentée et précise, conclut, de manière peut-être un peu polémique mais salubre, sur un constat sans appel : celui d’une résistance des chercheurs de ce domaine à considérer la variation comme une des dimensions centrales de leur réflexion. Est pointée également l’absence d’échanges entre didactique du FLM et didactique du FLE/S. Il resterait à mieux saisir pourquoi, alors que la variation et la diversité sont – comme le reconnaissent les auteures de l’article – thématisées et interrogées depuis longtemps dans ces revues, elles ne sont pas pour autant abordées de manière frontale – ce qui était peut-être différent dans la période précédente.

23François Quet montre, par l’exemple précis des concours de recrutement, comment peut se diffuser la recherche dans les lieux de prescription. Partant de l’hypothèse que les sujets de concours reflètent les orientations et les thèmes que l’institution souhaite faire prévaloir et, de ce fait, programment la formation des candidats et leurs premières représentations des recherches en didactique, l’auteur analyse un important corpus de dossiers de synthèse des concours de recrutement des professeurs d’école en France entre 1994 et 2009. Après une analyse fine des auteurs cités dans les épreuves des concours, l’auteur observe l’hétérogénéité des natures des textes (journalistiques, scolaires, scientifiques) et des discours qui s’y déploient (prescriptifs, évaluatifs, théoriques), hétérogénéité qui n’est pas sans rappeler, finalement, celle qui s’observe dans l’histoire de la didactique du français.

24Les contributions montrent une variété d’approches, liées soit aux objets traités soit aux choix propres des auteurs, guidés par le projet de connaissance spécifique qu’ils visent dans leur investigation. C’est pourquoi les corpus ne sont pas tous identiques : certains, étendus, couvrent plusieurs revues francophones de didactique du français (Aeby Daghé ; Bertucci et Castellotti ; Hassan ; Nonnon) ; d’autres privilégient la revue Repères (Boiron et Kervyn ; Doquet ; Elalouf ; Gagnon et Balslev) ; quelques articles (Quet ; Aeby Daghé) ont ouvert leur investigation à d’autres corpus, pour interroger les liens entre recherche et prescription institutionnelle. C’est pourquoi encore les modalités d’interrogation de ces corpus sont différentes : si la question des disciplines de recherche contributoires est centralement posée par certains articles (par exemple Doquet ; Gagnon et Balslev), elle ne l’est pas systématiquement ; de même, les ancrages institutionnels peuvent être déterminants pour traiter la question (par exemple Aeby Daghé ; Elalouf) ou être secondaires ; le bilan rétrospectif peut se doubler de propositions programmatiques (par exemple Bertucci et Castellotti ; Boiron et Kervyn) ; les questions méthodologiques peuvent être mises en exergue (par exemple Elalouf ; Hassan).

25La variété des approches, qui fait la richesse de ce numéro tout en faisant ressortir celle du champ de recherche, permet en même temps de donner des pistes de travail théorique sur tel ou tel aspect négligé dans certaines études. Il fournit également des éléments sur la manière dont se compose / recompose un champ disciplinaire. Les revues de didactique, dans le champ francophone – certes trop partiellement exploré – apparaissent comme des lieux de débats, d’échange et de mise en tension de notions, des méthodologies et des pratiques qui ont construit l’espace didactique durant ces vingt dernières années. De ce point de vue, il aurait sans doute été intéressant d’étudier plus avant la manière dont ces savoirs en élaboration ont pu circuler, se reformuler, d’une revue à l’autre, en fonction des spécificités éditoriales de chacune d’entre elles, mais aussi de leur rapport aux terrains et aux institutions qu’elles représentent. Étant donné la multiplicité des objets didactiques à traiter, on ne peut qu’être frustré également de l’absence de pans entiers de la réflexion didactique. L’état des lieux est donc partiel, et l’inventaire mérite un droit de suite, d’autant que certaines synthèses proposées donnent matière à discussion, ce qui était l’un des buts recherchés.

26Ainsi, au-delà des savoirs produits pas les contributions rassemblées ici, ce numéro donne aussi à voir, en creux – mais parfois aussi à travers l’explicitation qui est en est faite par les contributeurs – les objets non traités par la recherche didactique au cours de ces vingt dernières années, qu’ils aient été abandonnés, qu’ils n’aient pas été développés ou que les outils théoriques restent encore insuffisants pour traiter les questions posées. Nous espérons qu’il permettra aussi de mesurer une partie du chemin parcouru.

Haut de page

Bibliographie

BENOIT J.-P. (2008). « Pratiques de 1974 à 2007 : présentation du classement des articles et premiers constats sur les évolutions de la revue ». Pratiques, n° 137/138, « La didactique du français. Hommages à Jean-François Halté », p. 235-247.

BOURE R. (1993). « Sociologie des revues de sciences sociales et humaines ». Réseaux, vol. 11, n° 58, p. 91-105.

BRONCKART J.-P. (2012). « Coup d’œil arrière, pour mieux repartir de l’avant ». Lettre de l’AIRDF, n° 51, p. 3-7.

CHISS J.-L. et DAVID J. (2011). « Didactique du français : positions et évolutions institutionnelles et éditoriales ». Le français aujourd’hui, n° HS 01, p. 69-80.

CHISS J.-L., DAVID J., REUTER Y. (dir.) (1995/2005). Didactique du français. Fondements d’une discipline. Bruxelles : De Boeck.

DAUNAY B., REUTER Y., SCHNEUWLY B. (2011). Les concepts et les méthodes didactiques du français. Namur : AIRDF – Presses universitaires de Namur, coll. « Recherches en didactique du français ».

DAVID J. (2005). « Didactique du français : positions et évolutions institutionnelles et éditoriales ». In Chiss J.-L., David J., Reuter Y. Didactique du français. Fondements d’une discipline. Bruxelles : De Boeck, p. 179-192.

DOQUET-LACOSTE C. (2008). « Ancrages linguistiques de la didactique de l’écriture à l’école primaire ». In Durand J., Habert B., Laks B. (éd.) Actes du Congrès Mondial de Linguistique Française (Paris, 9-12 juillet 2008). Disponible sur Internet : <http://dx.doi.org/10.1051/cmlf08262> [Consulté le 15 octobre 2012].

Enjeux, n° 66 (2006). « Enseignement et engagement. Hommage à Jean-Maurice Rosier ». Namur : CEDOCEF.

GAGNÉ G., LAZURE R., SPRENGER-CHAROLLES L., ROPÉ F. (1989). Recherches en didactique et acquisition du français langue maternelle, Tome 1, Cadre conceptuel, thésaurus et lexique des mots-clés. Bruxelles : De Boeck-Wesmael ; Paris : Éditions universitaires-INRP ; Montréal : université de Montréal-PPMF.

GINGRAS Y. (2008). « La fièvre de l’évaluation de la recherche. Du mauvais usage de faux indicateurs ». Disponible sur Internet : <http://www.cirst.uqam.ca/Portals/0/docs/note_rech/2008_05.pdf> [Consulté le 30 aout 2012].

Langue française, n° 82 (1989). « Vers une didactique du français ? ». Paris : Larousse.

La lettre de l’AIRDF, n° 42 (2008). « La didactique du français : coup d’œil vers le passé. En hommage à Jean-François Halté ». Namur : AIRDF.

La lettre de l’AIRDF, n° 50 (2011). « Les 25 ans de l’AIRDF I ». Namur : AIRDF.

La lettre de l’AIRDF, n° 51 (2012). « Les 25 ans de l’AIRDF II ». Namur : AIRDF.

MARQUILLÓ LARRUY M. (éd.) (2001). Questions d’épistémologie en didactique du français (langue maternelle, langue seconde, langue étrangère). Poitiers : Université de Poitiers.

MOIRAND S. (1988). Une histoire de discours… Une analyse des discours de la revue « Le français dans le monde », 1961‑1981. Paris : Hachette.

PETITJEAN A. (1998). « Pratiques a 25 ans ». Pratiques, n° 97-98, p. 3-5.

Pratiques, n° 137-138 (2008). « La didactique du français. Hommage à Jean-François Halté ». Metz : CRESEF.

Pratiques, n° 145-146 (2010). « Didactique du français 1 ». Metz : CRESEF.

Pratiques, n° 149-150 (2011). « Didactique du français 2 ». Metz : CRESEF.

REUTER Y. (1995/2005). « Synthèse. Didactique du français : éléments de réflexion et de proposition ». In Chiss J.-L., David J., Reuter Y. (dir.) Didactique du français. Fondements d’une discipline. Bruxelles : De Boeck, p. 211-234.

REUTER Y. (2006). « Didactique et engagement(s) ». Enjeux, n° 66, p. 7-15.

RICHARD S. (2006). « L’analyse de contenu pour la recherche en didactique de la littérature. Le traitement de données quantitatives pour une analyse qualitative : parcours d’une approche mixte ». Recherches qualitatives,
vol. 26(1). Québec : ARQ, p. 181‑207.

ROPÉ F. (1990). Enseigner le français. Didactique de la langue maternelle. Paris : Éditions universitaires, p. 149 sq.

SCHNEUWLY B. (1990). « Didactique : quelques notes sur son histoire ». La Lettre de la DFLM, n° 7, p. 22-24.

SCHNEUWLY B., AEBY S. et THÉVENAZ T. (2010). « La didactique du français : entre modélisation pour agir et expliquer/comprendre. Disciplinarisation d’une pratique professionnelle ». Le français dans le monde, n° 48, p. 22-36.

Haut de page

Notes

1 Cet article est la reprise, augmentée, d’un article de David de 1995, remanié en 2005 (les citations reproduites ici sont issues de la version de 2011).

2 « La didactique du français à la croisée des chemins. Bilan et perspectives », journée organisée pour commémorer les trente ans d’activités scientifiques et les vingt-cinq ans de vie associative de l’AIRDF. 

3 On pouvait certes en citer de plus anciennes, les unes encore prospectives (cf. Langue française n° 82, 1989, « Vers une didactique du français ? »), les autres déjà rétrospectives (par exemple Schneuwly, 1990), d’autres encore, synthétiques, faisant l’état du champ et des questions épistémologiques et méthodologiques qui s’y posent (Chiss J.-L., David J., Reuter Y. (dir.), 1995/2005 ; Gagné, Lazure, Sprenger-Charolles, Ropé, 1989 ; Marquilló Larruy, 2001). Plus récemment, dans cette dernière logique, cf. Daunay, Reuter, Schneuwly (2012) ; citons encore, pour le français langue étrangère et seconde, le numéro 52 du Français dans le monde (2012), réalisé à l’occasion du 25e anniversaire de la SIHLES (Société internationale pour l’histoire du français langue étrangère et seconde).

4 Il est intéressant de noter aussi que certaines revues, comme Lidil ou Pratiques, ont choisi d’alterner les numéros consacrés à des problématiques liées à diverses disciplines, dont la didactique du français, la didactique des langues et la linguistique.

5 Dans l’évolution de la revue, l’évènement le plus récent est sans doute la fabrication d’un numéro spécial de Repères en anglais, destiné à reprendre, traduits, certains articles représentatifs de la recherche en didactique de l’écriture.

6 Malgré son positionnement toujours identique, Recherches vient cependant de choisir de se faire diffuser par… Les Presses universitaires du Septentrion.

7 Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.

8 Il est intéressant, à cet égard, de mesurer le chemin parcouru entre une période où l’on pouvait encore s’interroger sur la reconnaissance des revues dans un champ scientifique en SHS (cf. Boure, 1993) et la période actuelle, où leur rôle est majeur dans la « fièvre de l’évaluation de la recherche » (Gingras, 2008).

9 Deux articles (Aeby Daghé ; Quet) ont été conçus dans cette logique d’une interrogation de l’usage des recherches dans le champ social.

10 Une telle analyse de discours a été faite brillamment par Sophie Moirand (1988) pour Le français dans le monde.

11 Le premier en aout 2009, le second en juin 2011.

12 Qui, rappelons-le, a mis récemment en ligne ses archives, comme les autres revues de l’IFÉ (le processus ayant été amorcé du temps de l’ex-INRP) : <http://ife.ens-lyon.fr/edition-electronique/archives/reperes/web/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Daunay et Francis Grossmann, « Vingt ans de recherches en didactique du français (1990-2010) », Repères, 46 | 2012, 7-16.

Référence électronique

Bertrand Daunay et Francis Grossmann, « Vingt ans de recherches en didactique du français (1990-2010) », Repères [En ligne], 46 | 2012, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/reperes/82

Haut de page

Auteurs

Bertrand Daunay

Université Charles-de-Gaulle – Lille 3

Articles du même auteur

Francis Grossmann

Université Stendhal – Grenoble 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Repères sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l’éducation
  • OpenEdition Journals