Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIV-1-2La langue bulgare et la transitio...

La langue bulgare et la transition politique ou la langue en transition 1989-2013

The Evolution of the Grammatical and Lexical System of the Bulgarian Language Since 1989
Gueorgui Armianov
p. 25-41

Résumé

Following the fall of the totalitarian regime in Bulgaria in November 1989, new conditions for the democratization of economy, society, science and culture have emerged. The Bulgarian language evolved considerably, primarily in its oral forms and non-sanctioned expression. All these changes required in turn a reform of the language in harmony with the new political, socio‑economic and cultural modernization. Gradually, the issues of language were included in meetings of ministries, commissions, working groups, and in the Parliament. Efforts have been made to define criteria for what was to be considered right or wrong, to establish a system of transliteration and transcription adapted to modern life, and even to introduce a mandatory exam in Bulgarian to enter university or to work in the national administration. The aim of this article is to study, describe and analyse this process of linguistic change and development. In the beginning, it will examine the social factors that led to the current form of the Bulgarian language, the one that can be heard or read twenty-five years after the fall of the communist regime in Bulgaria. Next, it will consider the different linguistic levels and spheres and their evolution: grammatical (phonetics, morphology, syntax) and lexical (vocabulary, relationship between the standard language and the other systems and subsystems). All these observations are based on excerpts from official press-releases, from forums in newspapers and on Internet blogs, on the radio and television, and on spontaneous conversations heard or recorded in the street.

Haut de page

Notes de l’auteur

Résumé en langue bulgare
Българският език и политическите промени или езикът в промяна 1989-2013
След падането на тоталитарния комунистически режим в България през ноември 1989 година се създадоха благоприятни условия за демократизиране на обществото, науката и културата. Промените изискваха на свой ред и съответна реформа на езика, която да отразява новите политически, социално-икономически и културни реалности.
В предлаганата работа се разглеждат процесите на промяна в българския език в периода между 1989-2013 година. Специално внимание се обръща на социалните фактори, довели до сегашното състояние на българския език – такъв, какъвто се чете, чува и пише близо 25 години след политическите промени. Анализират се различните равнища – граматично (фонетично, морфологично, синтактично) и лексикално (речник, взаимодействие между книжовния език и другите езикови системи, връзки с чуждите езици) – и измененията в тях.
В центъра на изследването е преди всичко устната реч, тъй като тя е много по-освободена от писмената, често се различава от книжовната норма и в нея се отразяват най-ярко както настъпилите промени, така и тенденциите в развитието. За илюстрация са използвани материали от статии във вестници и списания, от литературата и от писмени работи на ученици и студенти, от предавания по радиото и телевизията, от непринудени разговори, както и от интернет-форумите на различни печатни издания.

Texte intégral

1Suite à la chute du régime totalitaire en Bulgarie en novembre 1989, de nouvelles conditions favorables à la démocratisation, non seulement de la société, de la science, de la culture et de l’éducation mais aussi de la langue, ont émergé. Dans cette étude je porterai mon attention sur les événements et les processus de changement les plus importants au niveau grammatical et lexical dans la langue bulgare. Quelques-unes de ces transformations trouvent leurs racines dans les années précédant le changement politique, mais la vitesse avec laquelle elles se sont développées est étonnante et aujourd’hui nous pouvons même parler d’une phase finale de certains processus. J’analyserai également les facteurs sociaux qui ont engendré l’état actuel de la langue bulgare, telle qu’elle est lue, entendue et écrite vingt-cinq ans après le changement politique.

2Au cœur de cette étude on placera avant tout la langue parlée, puisqu’elle est, naturellement, plus spontanée et se distingue de la norme littéraire. Elle reflète de manière fidèle tant les changements survenus que les tendances de développement d’une langue donnée. Afin d’expliciter mes observations, je m’appuierai surtout sur des données recueillies à partir d’émissions de radio, de programmes télévisés, de conversations enregistrées ou entendues dans la rue, dans des restaurants ou des moyens de transport. J’utiliserai aussi un corpus de données tirées des travaux écrits d’élèves et d’étudiants, et surtout de forums sur internet, car ils reflètent parfaitement non seulement la langue écrite, mais également la langue parlée, populaire.

3En tant que point de référence et de comparaison, on se servira de la norme linguistique décrite dans des grammaires, lexicologies et dictionnaires académiques, et on comparera également avec la langue qu’on pouvait lire et entendre à la radio et la télévision il y a vingt-cinq ans.

Aspects sociolinguistiques

4Au préalable, il convient de noter que, sous l’influence du processus commun de changements sociaux et politiques en Europe de l’Est, une certaine libéralisation, en particulier dans les médias, se faisait sentir en Bulgarie même avant 1989. Cependant, elle touchait surtout les variétés de langue parlées, non sanctionnées, alors que le discours officiel dans la presse d’État, à la radio et à la télévision continuait à suivre les règles et les modèles imposés par le pouvoir politique. C’étaient‑elles qui définissaient la nature de l’information et de l’espace culturel, les émissions et les programmes, les limites de la critique et souvent même son contenu. Cette intervention politique et idéologique façonnait également l’expression orale des Bulgares, indépendamment de leur âge, leur profession ou leur niveau d’éducation.

5Tous les changements dans les domaines de l’économie, de l’administration, de la culture et de l’éducation nécessitaient, et dans une certaine mesure imposaient une réforme de la langue en harmonie avec les nouvelles conditions politiques, socio‑économiques et culturelles, une modernisation et un nettoyage des anciens modèles et strates idéologiques. Au début, ce processus de démocratisation donnait une impression de chaos : chacun écrivait et parlait comme bon lui semblait, car la démocratisation était souvent comprise comme une libération absolue des règles de toutes sortes. Les tentatives de correction ou, au moins, de rapprochement des normes et des standards établis dans la langue, étaient souvent interprétées comme une atteinte aux libertés qui venaient d’être conquises. Les journaux proposaient un vocabulaire et un style qui provoquaient la surprise, voire l’incompréhension. La langue écrite et parlée des Bulgares est devenue libre, sans être plus précise ou correcte.

6Progressivement, les questions concernant la langue et sa modernisation, qui étaient constamment discutées par les spécialistes dans les universités et les instituts, ont commencé à être intégrées aux séances des ministères, des commissions, des groupes de travail, et même à l’Assemblée nationale. Des efforts ont été faits pour définir les caractéristiques de ce qui était correct ou incorrect, pour établir un système de transcription et de translittération adapté à la vie moderne.

7Aujourd’hui, nous pouvons dire avec certitude que, durant les vingt-cinq dernières années, la langue bulgare a changé et évolué considérablement, elle a abandonné de nombreuses formes archaïques ou imposées artificiellement pour des raisons politiques et idéologiques, elle s’est engagée activement dans la communication moderne, influencée par les nouvelles technologies, elle est même devenue l’une des langues officielles de l’Union européenne.

8Pour cette raison, je considère qu’après 1989, le changement le plus important dans la langue bulgare est de caractère sociolinguistique, et réside dans sa libération d’anciens modèles et résidus, et dans sa modernisation.

Grammaire

9Pour un laps de temps aussi court dans l’évolution d’une langue que le sont les vingt-cinq dernières années, nous ne pouvons pas attendre de grandes transformations dans son système grammatical. Les changements sont les plus évidents dans les domaines de la phonétique et du lexique, qui sont les parties les plus dynamiques de la langue, et beaucoup plus rarement perceptibles dans la morphologie ou la syntaxe. Les champs d’information très vastes, les différents moyens de communication et d’éducation donnent la possibilité d’accélérer certains processus et rendent leurs résultats visibles plus rapidement.

Phonétique, phonologie, orthographe et prononciation

10Dans le domaine de la phonétique et de la phonologie, et de là dans celui de la prononciation, il existe toujours, en Bulgarie, une division traditionnelle, même si elle est scientifiquement contestable, entre la prononciation dure (dite occidentale) et la prononciation molle (dite orientale). Depuis plusieurs décennies, mais surtout durant les vingt-cinq dernières années, on peut observer un très fort durcissement des terminaisons molles standards des substantifs et des verbes, non seulement parmi les locuteurs provenant des régions occidentales, mais aussi parmi les porteurs de la prononciation molle « orientale ». Cette tendance, qui était déjà observée vers la fin des années 1970 et au début des années 1980, est devenue aujourd’hui la prononciation prédominante, presque une norme et on la découvre souvent reflétée dans l’orthographe spontanée et les formes écrites non officielles.

  • 1 Dans les dialectes occidentaux bulgares, la prononciation des mots de ce type est souvent identique (...)

11La raison principale de ce durcissement se trouve habituellement dans l’influence puissante des dialectes occidentaux autour de et dans la capitale Sofia, mais également dans la diminution des efforts de prononciation à la fin des mots. Ainsi nous observons une neutralisation de l’opposition de mouillure en faveur de la consonne dure, même si en bulgare elle possède rarement une fonction sémantique distinctive, comme par exemple dans les mots къ̀рпа « foulard ; torchon » et къ̀рпя « raccommoder, repriser »1. En définitive, on en arrive à un durcissement permanent et massif des consonnes molles à la fin des mots, comme par exemple :

(1) учѝтелъ [ut∫`itelă] à la place de учителя [ut∫`itel´ă]

(2) ръководѝтелъ [răkovod`itelă] à la place de ръководителя [răkovod`itel´ă]

(3) спъ̀ [spă] à la place de спя [sp´ă]

(4) мòлъ [m`olă] à la place de моля [m`ol´ă]

(5) хòдъ [x`odă] à la place de ходя [x`od´ă]

12De surcroît, un tel durcissement peut être trouvé même dans les médias, comme nous le montre le titre suivant, tiré d’un des journaux les plus populaires sur Internet en Bulgarie : Дел Боске остàва (au lieu de остàвя) Торес резерва срещу Германия « L’entraîneur Del Bosque reste ! ! ! (au lieu de laisse) Torres remplaçant face à l’Allemagne »2.

  • 3 Un tel phénomène a été observé dans plusieurs autres langues slaves comme le serbe, le croate, l’uk (...)

13Un autre changement phonétique important que l’on observe dans le discours quotidien des Bulgares (certains le définissent comme le plus important) est l’installation presque totale du Л bilabial (ou labiovélaire), prononcé approximativement comme УЪ [uă], à la place du Л alvéodental devant les voyelles А, О et Ъ, devant des consonnes comme Д, K, Н, Т et à la fin des mots. Certains linguistes parlent dans ce cas d’une L-vocalisation et de remplacement du L standard par la semi-voyelle [w] ou par la consonne [o]3.

  • 4 D’ailleurs, cette prononciation « paresseuse » provoque aussi une très forte réduction des voyelles (...)

14Cette nouvelle consonne Л bilabiale [Ł] a été enregistrée pour la première fois vers le début des années 1980, surtout dans le discours des jeunes filles. Progressivement, elle a pris la place de la forme standard et s’est installée dans les émissions de radio et de télévision, dans les discours officiels à l’Assemblée nationale. Durant ces dernières années, la prononciation bilabiale [Ł] s’est fait un chemin même dans les écoles, dans le discours des enseignants de langue et littérature bulgares. On considère souvent que la raison principale de ce changement est la tendance générale à prononcer les phonèmes et les mots avec le minimum d’efforts : dans le cas présent on remplace le Л alvéodental difficile par le Ł [uă] bilabial plus « facile », tout en gardant leurs valeurs communicatives4, ce qui aboutit au remplacement. C’est pourquoi, en Bulgarie, les gens parlent familièrement d’un Л paresseux.

15Il en résulte qu’aujourd’hui on entend régulièrement des mots et des phrases comme :

(1) видя̀Ł/видя̀Łа [vidj`aŁ/vidj`aŁă] « vu/vue » à la place de видя̀л/видяла [vidj`al/vidj`ală] ;

(2) Łавѝна [łʌv`inə] « avalanche » à la place de лавѝна [lʌv`inə] ;

(3) стреŁбà с Łък [strełb`a s łăk] « tir à l’arc » ;

(4) шукуŁàдува вàфŁа [∫ukuŁ`adovă v`afŁă] « gaufrette au chocolat » au lieu de шоколадова вафла [∫okoł`adovă v`afłă], etc.

16La thèse de certains linguistes, selon laquelle il s’agit ici d’une réalisation normale d’un allophone, ne peut pas être acceptée comme pertinente, car cet allophone n’a jamais existé auparavant dans la langue standard bulgare ni dans ses dialectes régionaux, c’est un phénomène récent, plutôt sociolinguistique. La position selon laquelle il ne s’agit pas dans ces cas d’un allophone réel mais exclusivement d’une prononciation négligente, paresseuse et non standard peut être appuyée également par le fait que ce remplacement est très souvent suivi d’une modification secondaire, d’une vocalisation qui transforme le nouveau Ł bilabial directement en voyelle pure У. Ainsi, par exemple, le 10 janvier 2009, la présentatrice à la Radio nationale bulgare a annoncé : « Пред микрофона беше Г. П. от радио Бугòевград » prononcé [bug`oevgrat] au lieu de Благòевград [blʌg`oevgrat] « C’était G. P. de radio Blagoevgrad ». De même les formes бугодаря̀ « merci » au lieu de благодаря̀, пỳвам « nager » à la place de плỳвам, пущàд « place » au lieu de площàд, etc.

  • 5 Journal 24 часа, « Гуинет Поутроу и Камерън Диаз подкрепят Обама », 20 sept. 2012.

17Ce remplacement et cette transformation phonétique peuvent mener à de graves fautes d’orthographe comme dans les mots поук « régiment » à la place de полк, баусам « balsam » à la place de балсам ou même Пòутроу à la place de la forme correcte du nom de l’actrice Gwyneth Paltrow dans un titre du journal 24 часа5. De plus, ils peuvent également provoquer des cas comiques d’hypercorrection comme dans la forme луùкенд au lieu de уùкенд « week-end ».

18Toujours dans le discours des jeunes filles, on peut observer une substitution de l’affriquée explosive Ч par la chuintante Ш, surtout devant les consonnes explosives sourdes comme К et Т ou la sonnante dentale Н, par exemple :

(1) тòшно « exactement, précisément » à la place de тòчно

(2) мъ̀шно « difficilement » à la place de мъ̀чно

(3) всùшки « tous, toutes » à la place de всùчки

(4) пèшка « poêle à bois ; radiateur » à la place de пèчка

(5) мештàя « rêver » à la place de мечтàя

(6) òблашно « nuageux » à la place de òблачно, etc.

19Dans les exemples cités ci-dessus, nous sommes à nouveau témoins d’une simplification de la prononciation par la suppression de l’obstacle articulatoire nécessaire à la réalisation de l’explosivité et de sa substitution par un passage chuintant. Cette erreur de prononciation, fruit d’une mode langagière, d’une négligence ou d’une paresse, a gagné une forte popularité et à présent nous l’entendons régulièrement dans les programmes télévisés, les conférences de presse, voire au théâtre et au cinéma.

20Durant nos travaux sur les textes et les enregistrements de discours bulgare spontané, nous avons été extrêmement surpris de découvrir de plus en plus d’exemples d’assimilation régressive dialectale des oppositions obstacle/passage et nasalité devant les bilabiales occlusives (explosives) Б et П. Ainsi, dans le forum du journal Sega, qui se distingue par son public cultivé, nous retrouvons des exemples comme : вдлъмнатинà au lieu de вдлъбнатинà « enfoncement », корỳмция au lieu de корỳпция « corruption », мèчка стръмнùца au lieu de мèчка стръвнùца « ours mangeur d’hommes », etc.

21Ce qui est encore plus frappant, c’est que nous avons découvert cette assimilation phonétique dialectale dans une courte biographie d’un ancien Premier ministre bulgare, publiée sur les pages du Wikipédia bulgare :

Докато е в тази длъжност, …, той осъжда … Т. Д., …, че нападнал надгрòмният (au lieu de надгрòбния) камък на Л. Ж.
« Pendant qu’il occupait ce poste, …, il a condamné T. D., …, pour avoir attaqué [sic !] la pierre tombale de L. Ž. »

22Les nombreuses erreurs dans le dernier exemple – article mal utilisé, orthographe incorrecte, fautes de vocabulaire, syntaxe et style lourds – nous ont poussé à corriger et réécrire le texte, mais sa publication elle-même sans corrections montre clairement que le niveau de la culture grammaticale et langagière en Bulgarie a considérablement baissé ces dernières années.

23En résumé, nous pouvons constater que les formes familières et populaires, qui sont assez éloignées de la norme littéraire standard et dont l’utilisation montre une formation grammaticale et une culture linguistique insuffisantes, influencent considérablement le discours des Bulgares d’aujourd’hui, et aussi leur pratique écrite.

Morphologie

  • 6 M. Videnov, « По въпроса за „масовата грешка” в езика на съвременната българска интелигенция » (La (...)

24Les changements dans le domaine de la morphologie au cours des vingt-cinq dernières années sont peu nombreux et concernent en général certaines formes archaïques ou étrangères, types de mots et de constructions, qui possèdent une utilisation réduite ou ambiguë, ainsi que quelques constructions complexes et rares. Certains de ces changements ont été déjà signalés et commentés6.

25Tout d’abord, il faut noter la disparition presque totale de la forme longue de l’article au masculin. L’existence de cette forme et son utilité ont plusieurs fois été discutées. Les grammaires préconisent clairement les règles de son utilisation, même s’il ne s’agit pas ici d’une réelle caractéristique grammaticale mais plutôt d’une règle syntaxique et orthographique qui ne trouve aucun soutien dans la langue parlée, ni dans les dialectes régionaux. Dans les ouvrages littéraires et dans la presse l’utilisation de la forme longue de l’article au masculin est généralement bien suivie, même si on trouve de plus en plus d’erreurs, surtout dans les journaux. Or, dans la langue parlée, l’utilisation des morphèmes –ЪТ/–ЯТ n’a jamais été cohérente.

26Suite aux changements socioculturels, et avec la libération de la pratique langagière des restrictions idéologiques, cette norme a été fortement déstabilisée, car elle est considérée comme artificielle et inutile. Il faut admettre que, même avant les changements de 1989, les règles normatives concernant l’utilisation des formes longues de l’article au masculin n’ont jamais été très suivies, surtout à l’oral mais aussi à l’écrit. Par conséquent, cette déstabilisation a créé beaucoup d’ambiguïtés, principalement à cause de la méconnaissance des règles et des normes encore en vigueur et de leur conflit avec le discours spontané, comme par exemple : Доматите се пасират заедно с лукъ̀т и чèсъна. « Les tomates sont pressées avec l’oignon et l’ail. »7. Ou bien С депутàтът М. С. обменихме мнения за блогирането. « Nous avons échangé des opinions avec le député M. S. »8. Dans le premier exemple, nous observons deux types d’articulation – forme longue et forme courte – même si les deux substantifs jouent la même fonction de complément dans la phrase. Dans le deuxième, la phrase commence par une préposition et un complément d’objet indirect et pourtant la forme longue de l’article propre au sujet est ajoutée à la fin du complément.

27Il nous semble que, de plus en plus, l’utilisation de la forme longue de l’article est liée uniquement à la première personne du singulier, c’est-à-dire à une liaison obligatoire АЗ  sujet forme longue d’article, car nous rencontrons partout des annonces, des titres, des explications où le sujet est sémantiquement et syntaxiquement évident, et pourtant les locuteurs utilisent la forme courte : Шèфа откачи – всичко е по 6 лева ! « Le responsable est devenu fou : il vend tout à 6 leva ! », Ако не сте получили касов бон, значи магазинèра ви черпи. « Si vous n’avez pas reçu un ticket de caisse, ça signifie que le vendeur vous offre (l’achat). », Бойлера е пробит « Le chauffe‑eau est percé. », etc.

28Il est également important de noter la fréquente disparition de l’article des adjectifs dans des groupes nominaux spécifiques, par exemple :

  • 9 À comparer avec Техническият университет ще приема студенти по направления. « L’université technolo (...)

(1) Софùйски (au lieu de Софѝйският) университет ще приеме по-малко студенти тази година9.
Litt. « Cette année, une université de Sofia admettra moins d’étudiants. »

(2) Изследванията са направени в общùнска (au lieu de общѝнската) болница.
Litt. « Les examens ont été faits dans un hôpital municipal. »

  • 10 Les exemples 1, 2 et 3 sont tirés des programmes de la Télévision nationale bulgare.

(3) Нашата камера се намира в мòрска (au lieu de мòрската) градина.
Litt. « Notre caméra se trouve dans un jardin maritime. »10

  • 11 Cet exemple est tiré du journal Blitz, 17 févr. 2013 : http://www.blitz.bg/news/article/ 182858.

(4) Съпругата на бизнесмен се самозапали в национàлен (au lieu de национàлния) ефир11.
Litt. « La femme d’un homme d’affaires s’est immolée en direct sur une chaîne nationale. »

29Ainsi, en bulgare le public reste avec l’impression qu’on parle de n’importe quelle université de Sofia et non de la seule qui porte ce nom, ou d’un quelconque hôpital municipal parmi les dizaines d’autres et pas d’un hôpital, propre à une municipalité bien précise ou, bien encore, d’un programme de télévision de n’importe quelle chaîne et non de la Télévision nationale. Il est vrai que dans certains cas, comme dans l’exemple no 1, on peut expliquer l’absence de l’article par le fait que les groupes nominaux de ce type sont parfois traités comme des entités spécifiques, bien connues et précises, et fonctionnent comme des noms propres où l’adjectif n’est pas compris comme un vrai déterminant.

  • 12 À titre d’exemple, on peut dire Стара София в снимки ou Старо Габрово в снимки mais jamais *Стар Пл (...)

30Pourtant, dans les exemples nos 2, 3 et 4 cités ci-dessus, ainsi que dans beaucoup d’autres12, cette explication n’est pas satisfaisante car il existe plus d’une institution qui peut porter un tel nom. Par conséquent, l’article de l’adjectif ici sert à distinguer l’ancienne université de Sofia « Saint-Clément d’Ohrid » de toutes les autres universités de Sofia, comme la Nouvelle université bulgare, l’Université technique, l’université d’Économie, l’université d’Architecture, à distinguer un hôpital précis de tous les autres, le jardin maritime d’une ville concrète (dans ce cas précis, Varna) des jardins maritimes de toutes les autres villes de la mer Noire. Ce rôle spécifique de l’adjectif est encore plus évident dans l’exemple no 4 où il n’est possible d’utiliser la majuscule dans l’adjectif et parce que toutes les chaînes de télévision, même les privées, sont nationales.

31Un autre problème sérieux pour les locuteurs bulgares reste la forme numérale des substantifs masculins des personnes. En bulgare, il existe une nette distinction entre les masculins désignant un objet ou un animal, qui nécessitent une forme spécifique de pluriel en –A, et les substantifs désignant des personnes et des professions pour lesquels la grammaire préconise l’utilisation d’une forme particulière des numéraux cardinaux (двама, трима, четирима, etc.) liée à la forme normale de pluriel. L’opposition se fait entre двà столà « deux chaises » (pluriel numéral d’objet), et двàма преподàватели « deux enseignants » (pluriel numéral de personnes et de professions). Cependant, si dans la pratique cette règle est généralement respectée pour les objets en petite quantité (deux, trois, cinq, huit, etc.), elle est rarement suivie pour les grands nombres et les animés. Ainsi, dans le discours quotidien et dans la langue écrites nous découvrons régulièrement des formes et des phrases comme :

(1) В изложението участваха 386 макèти (au lieu de макèта).
« Trois cent quatre-vingt-six maquettes ont participé à l’exposition. »

(2) Миналата година назначиха три (au lieu de трùма) архитèкти при нас.
« L’année dernière, on a embauché trois architectes chez nous. »

(3) Ако ви пусна пет бъ̀лгарина (au lieu de петùма бъ̀лгари) и пет съ̀рбина
(au lieu de петùма съ̀рби) дали ще можете да различите кой от кои е ?
« Si je vous montre cinq Bulgares et cinq Serbes, pourriez-vous les distinguer les uns des autres ? »

  • 13 Les exemples sont tirés des forums des journaux sur Internet et des discours spontanés des jeunes B (...)

(4) ФСБ са бъ̀лгарска рок група, съставена от пет велùки музикàнта (au lieu de петùма велùки музикàнти).
« FSB est un groupe de rock bulgare, composé de cinq grands musiciens. »13.

32On observe de plus en plus de cas similaires et l’on peut parler actuellement d’une évolution vers l’unification des formes de pluriel numéral et probablement de l’installation d’une forme unique qui couvrira tous les types de substantifs masculins. Nous pouvons également pronostiquer que la déstabilisation de la forme spécifique numérale mènera à sa disparition complète, même s’il est difficile de prévoir le moment où cela se produira.

33Une évolution très intéressante et très significative peut être observée aussi par rapport à l’utilisation des formes indirectes de certains pronoms. Tout d’abord, elle concerne le pronom interrogatif кой « qui » et ses dérivés никой, някой, всякой, който dans une position de complément d’objet direct ou indirect (génitif, accusatif ou datif) où la norme standard demande l’utilisation des formes кого, някого, никого, когото et éventuellement комуто, considérée aujourd’hui comme archaïque. La langue et la pratique écrites dans ces dernières années nous montrent le remplacement quasi total des formes indirectes par les formes générales кой et на кой :

(1) Кой имаш предвид ? au lieu de Когò имаш предвид ?
« Qui as-tu en vue ? »

(2) С кой ще излизаш ? au lieu de С когò ще излизаш ?
« Avec qui sortiras-tu ? »

(3) На кой e казалa ? au lieu de На когò (ou le plus archaïque комỳ) e казалa ?
« À qui l’a-t-elle dit ? » etc.

34Il est également intéressant de noter ici une certaine hésitation, provoquée par l’affrontement des formes standards correctes avec la pratique évoluée, car on trouve de temps en temps un emploi déplacé, hypercorrect des formes indirectes pour des personnes à la place des formes pour des objets, comme : Друг предложил да се използва гранатомет, за когòто (au lieu de кòйто) бронята на машината не е пречка14. « Un autre a proposé d’utiliser un lance-roquette pour lequel l’armure de l’engin n’est pas un obstacle. ».

  • 15 Forum du journal sur Internet Sport1, www.sport1.bg/sport1/node/178766.

35Le passage du synthétisme à l’analytisme mène aussi à une incertitude dans l’utilisation de certaines formes des pronoms dans des expressions archaïques figées, comme par exemple : Дай, Боже, всèкиму ! « Que Dieu donne à chacun », qu’on découvre dans les travaux écrits des jeunes Bulgares comme всèки му15, considéré probablement comme une composition du pronom généralisant plus la forme courte му du pronom personnel en position de complément d’objet indirect. L’absence de forme moderne du pronom dans cette expression – par exemple на всèкиго, voire на всèки –, le niveau général médiocre de la culture linguistique aident évidement à la propagation de cette erreur à d’autres expressions contenant le même pronom : Всеки му заслуженото ! « À chacun selon ce qu’il mérite ! », Всеки му според труда ! « À chacun selon son travail ! », Всеки му е присъщо да греши ! « À chacun il est donné de se tromper ! », etc.

36Dans les exemples cités ci-dessus nous sommes témoins de la liquidation totale des dernières vestiges du système de déclinaison des noms en bulgare : processus qui a commencé il y a plusieurs siècles et qui est à présent presque accompli : комỳ (datif) a été initialement remplacé par la composition на когò (préposition + accusatif) et aujourd’hui par на кòй (préposition + nominatif) ; комỳто a évolué vers на когòто jusqu’à на кòйто, etc.

  • 16 Émission По света и у нас, Télévision nationale bulgare, 31 mai 2011.
  • 17 Journal sur Internet News.bg, www.news.bg, 23 févr. 2010.
  • 18 Émission Здраве, Télévision nationale bulgare, 15 mai 2009.

37On remarque une évolution mais aussi de graves problèmes dans l’utilisation et la substitution mutuelle des pronoms possessifs et possessifs réfléchis свой/своя et негов/нейна, ainsi que de leurs formes courtes си et му/й. Cette substitution est admissible, voire tolérée, dans la langue familière et populaire à la première et à la deuxième personne du singulier car le sujet et le possesseur sont les mêmes : Аз ще дойда със своята/моята сестра. « Je viendrai avec ma sœur. » Or, à la troisième personne du singulier, cette substitution provoque une confusion, car les formes свой/своя renvoient au sujet de la phrase, alors que les formes негов/неин renvoient à une autre personne : Сергей Бубка разказва нèговите спомени (c’est-à-dire les souvenirs de quelqu’un d’autre, au lieu de своите – les siens)16. « Sergueï Bubka a raconté ses souvenirs. » ; ou тя си тръгна заедно с нèйния адвокат (c’est-à-dire l’avocat d’une autre femme, au lieu de своя)17. « Elle est partie avec son avocat. » ; ou encore Тя трябва да разчита на здравните осигуровки на мъжа й (c’est-à-dire l’assurance médicale du mari d’une autre femme au lieu de l’assurance médicale de son propre mari – de мъжа си)18. « Elle doit compter sur l’assurance de son mari. », et bien d’autres.

38Les deux phénomènes suivants relèvent du système verbal. Le premier consiste en l’hésitation sur certains temps verbaux et leur unification et simplification graduelle dans des constructions complexes du discours spontané, comme :

  • 19 Très souvent les jeunes Bulgares, lorsqu’ils écrivent des messages courts en alphabet latin, utilis (...)

(1) Аз ако бях, 6тè6е19 да отѝда (au lieu de щях да отùда – futur dans le passé) и да му взема веднага парите !
« S’il s’agissait de moi, j’serais allé prendre son argent immédiatement. »

(2) Ако учеха в Укв-то в Гоце Делчев щèше да повтàрят (au lieu de щя̀ха да повтàрят – futur dans le passé)
« S’ils étaient étudiants au Lycée technique de la ville de Goce Delčev, ils auraient redoublé. »

(3) То ако беше толко(ва) лесно, те щèше да са си кỳпили досега ! (au lieu de щяха да са си кỳпили – futur antérieur dans le passé).
« Si c’était tellement facile, ils l’aurait (au lieu de auraient) déjà acheté. »

39Dans les exemples cités ci-dessus, nous ne pouvons pas parler d’une disparition de temps verbaux complexes et rarement utilisés, mais plutôt d’un usage incorrect, provoqué par l’envie de simplifier ou d’unifier les formes et d’une défaillance dans l’éducation linguistique, d’une forte influence dialectale ou populaire.

40Le deuxième problème, qui est fréquemment reflété dans la langue orale et écrite bulgare ces derniers temps, est lié à l’emploi de la particule négative НЕ et de la particule interrogative ЛИ. Dans le premier cas, les hésitations et les variations sont dictées par les différentes règles d’utilisation des verbes et des adjectifs, alors que dans le deuxième c’est probablement la coïncidence formelle de la particule ЛИ avec la terminaison des participes passés actifs à la troisième personne de pluriel qui provoque les erreurs.

41En fait, la particule négative HE est liée à l’adjectif qui suit (нèкрасив, нèвисок, нèлош), mais elle s’écrit séparément des verbes (не мòга, не желàя). Cette ambiguïté pousse beaucoup de gens (certes inconsciemment) à neutraliser la différence et à appliquer une règle commune d’écriture faisant fusionner la particule et le verbe, avec pour résultat de nombreux exemples, comme :

(1) Като ме изпитат, аз незнàм какво ще говоря. « Lorsque ils me font passer un examen, je ne sais pas quoi dire. »

(2) Никой неѝска да се излага. « Personne ne veut se ridiculiser. »

(3) Ти направо немòжеш да направиш разлика между двата диска. « Tu ne peux carrément pas faire la différence entre les deux disques. », etc.

42Curieusement, nous observons aussi des cas d’hypercorrection dans la direction opposée : Ние не смятаме да искаме разрешението на държавните институции, които не хàят за нашия живот. « Nous n’envisageons pas de demander l’autorisation des institutions officielles, qui ne se soucient pas de notre vie ! », où le verbe нехая « ne pas se soucier, ne pas s’inquiéter » est compris par erreur comme une forme négative d’un verbe imaginaire *хая.

43Dans le cas de la particule interrogative, la confusion va aussi dans le sens d’une forme unie, même s’il ne s’agit pas ici d’une question d’unification mais plutôt de compétences linguistique et langagière insuffisantes. Dans plusieurs forums sur Internet, ainsi que dans beaucoup de documents écrits, nous nous sommes heurté à des exemples comme : Бѝхтели си хвърлили парите на боклука ? « Auriez-vous jeté votre argent à la poubelle ? » ou Знàетели кой е победитела (sic ! – au lieu de la forme correcte победителя) в играта ? « Savez-vous qui est le vainqueur du match ? », et beaucoup d’autres.

44Même si le nombre des changements et des problèmes dans le domaine de la morphologie n’est pas très grand, nous pouvons déjà parler de deux grandes tendances : une tendance évolutive naturelle, où se rangent les cas comme l’article défini, la forme numérale des substantifs ou les formes de pronoms, et une tendance langagière culturelle où se trouvent le cas des temps verbaux et celui des particules. Et si, dans les premières, nous observons des processus naturels de disparition de certaines formes et leur remplacement par d’autres, qui correspondent à l’état contemporain de la langue et du discours, dans les deuxièmes on est témoin des résultats d’une baisse significative de la culture langagière et des connaissances linguistiques au cours des dernières décennies.

Lexique

45D’habitude, le lexique est le premier domaine où les locuteurs sentent les changements et l’évolution. Il est le plus visible, le plus exposé aux analyses et aux critiques, aussi bien de la part des spécialistes que des amateurs. L’attention est le plus souvent dirigée vers les emprunts et la « pureté » de la langue et rarement vers l’évolution et l’usage de ce lexique.

46Tout comme dans beaucoup d’autres pays en Europe et dans le monde, en Bulgarie, les gens commentent le plus souvent et le plus vivement l’afflux massif de mots et d’expressions d’origine anglaise et américaine. Ce processus ne date pas des changements politiques de 1989. Il débute vers la fin des années 1950 et suit le cours d’unе évolution normale des contacts entre les langues et leur enrichissement lexical naturel. À la fin du xixe et au début du xxe siècle, un processus similaire à déjà eu lieu, mais avec la participation active de la langue française. Durant les années 1920‑1940, ce fut le tour de l’allemand, alors qu’après la Seconde Guerre mondiale la même chose s’est produite avec le russe. Et exactement comme les organismes vivants, la langue se développe, elle s’enrichit, prend au besoin certains éléments de la nature – c’est-à-dire de la nature linguistique – et se débarrasse d’autres. Il n’y a rien d’anormal ou de dramatique dans ce processus. Parfois, les emprunts peuvent devenir trop encombrants et l’organisme – c’est-à-dire la langue – commence à souffrir d’une stagnation, mais il trouve toujours des forces et des moyens propres pour guérir. La publication de lois et de décrets sur la pureté de la langue et l’introduction de sanctions n’ont jamais donné de résultat. En Bulgarie, durant les vingt‑cinq dernières années, pas moins de douze projets de loi sur la langue bulgare ont été proposés, dans la plupart des cas par des gens qui se trouvent très loin de la problématique linguistique et qui poursuivent des buts plutôt populistes. De surcroît, leurs discours et leurs pratiques écrites ne sont guère des modèles de culture langagière exemplaire. Pour cette raison, je pense qu’il serait plus convenable de diriger les efforts des linguistes et de la société vers une compréhension plus approfondie et plus adéquate du lexique étranger et de son utilisation et intégration à bon escient dans le système lexical de la langue bulgare.

47Qu’est-il donc arrivé à la langue bulgare avec l’invasion massive du lexique anglais et américain ? Il est clair que ce lexique est étroitement lié à plusieurs sphères essentielles de la vie moderne : l’économie, les finances, les sciences, la technologie, la politique et la diplomatie, et dans une moindre mesure à la culture et aux arts. Dans ces domaines, les exemples les plus marquants sont les emprunts liés aux technologies informatiques et aux ordinateurs. Très nombreux, ils prennent leur place avec la science correspondante, car ils n’ont jamais eu d’analogues ni en bulgare, ni en russe, en français ou en allemand. Aujourd’hui, en Bulgarie, tout le monde parle de компю̀три « ordinateurs », хàрд‑дùскове « disque-durs », фàйлове « fichiers », фòлдъри « dossiers », тàбове « tabulations » et de RAM-пàмет « mémoire vive ». Les gens сканùрат « scannent », принтùрат « impriment », чàтват « discutent », лòгват се « se connectent », ils ont leurs акàунти « comptes » et leurs пàсуърди « mots de passe ». Les tentatives pour remplacer rapidement ces termes ainsi que beaucoup d’autres du même type par des termes bulgares crées pour l’occasion n’ont donné aucun résultat et étaient parfois franchement comiques. En revanche, de nombreux emprunts ont été progressivement « bulgarisés » selon les règles phonétiques et morphologiques de la langue standard (USB‑key ou flash-memory par флàшка), d’autres ont simplement disparu, alors qu’un troisième groupe se trouve en concurrence féroce avec des termes purement bulgares, comme : принтирам et отпечàтвам « imprimer », фòлдър et пàпка « dossier », ainsi que le plus récent cloud computer et òблачен компю̀тър.

48La situation est très similaire dans le domaine du lexique provenant des domaines des finances, des activités banquières, de l’économie, des sciences politiques, ainsi qu’avec des termes comme евтанàзия, пиàр, кàстинг, шоу, фèйслифт, etc. Dans certains cas, ce lexique moderne a remplacé des termes archaïques ou incorrects, tandis que, dans d’autres, l’utilisation des nouveaux arrivés est restée confinée à des cercles professionnels assez restreints et un nombre limité a franchi les frontières pour s’installer dans la langue de plus grands groupes de la société.

49La présence du lexique d’origine étrangère devient un sérieux problème lorsque les termes et leurs significations spécifiques ne sont pas bien connus ou lorsque les locuteurs ou les utilisateurs manifestent par leur usage uniquement une mode, un désir de frapper le public. La connaissance linguistique et la culture langagière nécessaires sont souvent absentes. Dans pareils cas, nous trouvons un remplacement fréquent et inutile de mots et de termes spécialisés déjà connus dans la pratique orale et écrite. Ainsi, sous l’influence de l’anglais (surtout américain), dans le discours quotidien bulgare nous découvrons que les filles et les femmes ont une визия vision’ attirante, que les vins sont селектùрани et non pas подбрàни ou même селекционùрани « sélectionnés » (car ce terme existe déjà depuis des décennies), que les gens travaillent avec des брàндове et non pas avec des марки « marques », que les nouveaux articles се промотùрат и таргетùрат c’est‑à‑dire sont « promotés » et « targuettés ». Naturellement, les entreprises ont des targets et non pas des цèли « objectifs », les établissements échangent формàлни писмà (de l’anglais formal ) « lettres officielles », ils mènent легàлни бùтки (de l’anglais legal ), c’est‑à‑dire des batailles juridiques, peu importe qu’en bulgare le mot формàлен existe déjà et possède une signification bien précise : « qui concerne la forme, l’aspect de quelque chose », et que le mot легàлен signifie uniquement « qui n’est pas en contradiction avec la loi » et qu’il soit toujours utilisé comme antonyme du terme нелегàлен « illégal ». Et, pour finir, tout le monde ira à une àфтърпàрти !

50Ce phénomène n’est pas typique de la langue bulgare et de la Bulgarie. On peut l’observer dans beaucoup d’autres pays : en France on est scotché devant la télé, en Russie le mot промотùровать jouit d’une grande popularité, le terme таргетùрати est bien utilisé en Serbie et ainsi de suite. Le désir de montrer une connaissance des langues étrangères et de créer une impression de standard de vie très élevé entraîne certaines personnes dans des situations comiques. L’été dernier, au menu d’un restaurant bulgare, j’ai lu qu’ils proposaient fried rolls of cancer, litt. « petite crêpe roulée au cancer » au lieu de « petite crêpe roulée au crabe ». Dans la ville de Pernik, j’ai vu une Залòжна къ̀ща, traduit en anglais hostage house, c’est-à-dire « maison d’otages » au lieu de la traduction correcte « bureau dépôt-vente ».

51Non moins important est le problème des clichés langagiers qu’on ne peut pas définir comme une triste survivance du passé totalitaire. Il s’avère, par exemple, que les euphémismes, avec lesquels nous avons soi-disant fait nos adieux, existent bel et bien mais à un autre niveau et dans d’autres sphères de la vie. Les разузнавàчи « officiers de renseignement » de l’ancienne Sécurité d’État sont en douce devenus des агèнти, les капиталùсти « capitalistes » se sont transformés en бùзнесмени et бùзнесдами (mais aussi en бùзнесменки sic !) « hommes et femmes d’affaires », toute chose intéressante ou attirante est devenue уникàлно « unique », les bistrots à la mode et les personnes célèbres sont obligatoirement кỳлтови « cultes (adj.) ». Mais les choses se compliquent lorsqu’on lit un titre comme : Николàй Овчàров покàза кỳлтови статуèтки « Nikolaï Ovčarov a présenté des statuettes de culte / cultes ». On se demande s’il s’agit de quelques statuettes modernes, intéressantes, fascinantes, qui attirent les figures illustres du show business bulgare, ou si l’auteur de l’article parle simplement d’une découverte archéologique importante de statuettes liées à un culte religieux ancien.

  • 20 M. Vrinat-Nikolov, « Naissance d’une littérature moderne », in Histoire de la Bulgarie,

52En conclusion, on peut dire que, dans le domaine du lexique, l’entrée massive de mots étrangers durant les vingt-cinq dernières années est devenue très forte mais aussi très chaotique et que le processus échappe souvent au contrôle. Une situation similaire d’invasion et d’utilisation de mots d’origine étrangère a été observée à la fin de xixe siècle lorsque la langue française devint la langue à la mode et la source principale du lexique moderne. Le phénomène fut décrit en 1871 par le dramaturge Dobri Vojnikov dans sa comédie la Civilisation mal comprise, où certains personnages, dans leur volonté de se présenter comme très modernes et hautement cultivés, « ne font qu’imiter sans réfléchir et superficiellement les autres peuples […] et émaillent volontiers leur conversation de mots français20 », alors que les gens ordinaires ou mal éduqués les copient en plaçant les emprunts dans un contexte inadéquat et avec des significations erronées.

53Cent quarante ans plus tard, la langue bulgare a emprunté au français uniquement les termes scientifiques ou culturels dont elle avait besoin et a abandonné tout ce qui était vain ou qui doublait le lexique national. Aujourd’hui, nous pouvons dire avec certitude que la langue moderne bulgare réussira à se débarrasser des éléments inutiles, superflus, à se séparer de ce qui la gêne ou qui l’étouffe, et à incorporer dans son vocabulaire les termes importants, nécessaires. Car la langue est un organisme qui possède d’incroyables forces vitales.

Haut de page

Bibliographie

Aleksova Kr., 2009, « За статуса на най-честотните речеви варианти в столичния социум », in Сборник по случай 60-годишнината на проф. Христина Станева, Veliko Tărnovo.

Georgieva E., 2006, « Старинни следи, езикова традиция, културна езикова традиция или културноезиков консерватизъм », Български език и литература, Sofia, nos 2 et 3.

Murdarov Vl., 2010, « Comment nous avons détruit les normes standard », in la Bulgarie du communisme à l’Union européenne : langue, littérature, médias, Paris = Revue des études slaves, t. LXXXI, fasc. 2-3.

Videnov M., 2002, « По въпроса за „масовата грешка” в езика на съвременната българска интелигенция », Български език и литература, Sofia, no 4-5.

Videnov M. et al., 2008, « Ние и българският книжовен език », ibid., no 1.

VrinatNikolov M., 2007, « Naissance d’une littérature moderne », in Histoire de la Bulgarie, Brest, Armeline.

Sources

Télévision nationale bulgare

Émission « Horizont » de la Radio nationale bulgare

Journal « 24 heures »

Radio « Darik » Magazine « L’Europeo »

www.blitz.bg

www.dnes.bg

www.dnevnik.bg

http://www.ekipnews.com/

http://www.last.fm/music/F.S.B

www.news.bg

www.segabg.com

www.sport1.bg

www.struma.com

http://forum.gotvach.bg/t-142

Haut de page

Notes

1 Dans les dialectes occidentaux bulgares, la prononciation des mots de ce type est souvent identique, comme par exemple [в´ода] « mener » и [в´ода] « eau ». Dans des cas pareils, la différenciation est faite sur la base du sens global de la phrase ou du contexte.

2 Journal sur Internet Dnes.bg, https://www.dnes.bg/sport/2010/07/06/del-boske-ostava-tores-rezerva-sreshtu-germaniia.93934

3 Un tel phénomène a été observé dans plusieurs autres langues slaves comme le serbe, le croate, l’ukrainien, mais aussi en anglais populaire (le cockney), l’anglais de New York, l’allemand de Berne, le portugais de Brésil, etc.

4 D’ailleurs, cette prononciation « paresseuse » provoque aussi une très forte réduction des voyelles ouvertes non accentuées A et O, surtout dans le discours des jeunes femmes et de nombreuses présentatrices de la télévision, qui probablement veulent ainsi donner une impression de liberté, de spontanéité ou de légèreté artistique.

5 Journal 24 часа, « Гуинет Поутроу и Камерън Диаз подкрепят Обама », 20 sept. 2012.

6 M. Videnov, « По въпроса за „масовата грешка” в езика на съвременната българска интелигенция » (La question de « l’erreur massive » dans le discours de l’intelligentsia moderne bulgare), Български език и литература (Langue et littérature bulgare), 2002, no 4-5 ; E. Georgieva, « Старинни следи, езикова традиция, културна езикова традиция или културноезиков консерватизъм » (Traces archaïques, tradition linguistique, tradition linguo-culturelle ou conservatisme linguo-culturel ?), ibid., 2006, nos 2 et 3 ; M. Videnov et al., « Ние и българският книжовен език » (Nous et la langue bulgare standard), ibid., 2008, no 1 ; Vl. Murdarov, « Comment nous avons détruit les normes standard », in la Bulgarie du communisme à l’Union européenne : langue, littérature, médias, Paris, 2010 = Revue des études slaves, t. LXXXI, fasc. 2-3, p. 227-237 ; Kr. Aleksova, « За статуса на найчестотните речеви варианти в столичния социум » (Du statut des variétés discursives les plus fréquentes de la société de la capitale), in Сборник по случай 60-годишнината на проф. Христина Станева (Recueil à l’occasion du 60e anniversaire du professeur Hristina Staneva), Veliko Tărnovo, 2009.

7 Forum Gotvača, http://forum.gotvach.bg/t-142.

8 Du blogue de Biljana Raeva, députée au Parlement européen.

9 À comparer avec Техническият университет ще приема студенти по направления. « L’université technologique admettra des étudiants selon les filières. », Ekipnews : http://www.ekipnews.com/news/bulgaria/obshtestvo/tehnicheskijat_universitet_shte_priema_ studenti_po_napravlenija/7361/.

10 Les exemples 1, 2 et 3 sont tirés des programmes de la Télévision nationale bulgare.

11 Cet exemple est tiré du journal Blitz, 17 févr. 2013 : http://www.blitz.bg/news/article/ 182858.

12 À titre d’exemple, on peut dire Стара София в снимки ou Старо Габрово в снимки mais jamais *Стар Пловдив в снимки ou *Стар Бургас в снимки ; les formes utilisées seront Старият Пловдив в снимки et Старият Бургас в снимки. De toute évidence, dans ces cas le genre du nom propre joue aussi un rôle déterminant. De surcroît, il est possible, même si ce n’est pas très correct, de dire Нова постановка на сцената на старозагорски театър, litt. « Une nouvelle pièce à la scène d’un théâtre de Stara Zagora », car il y en a un seul, mais il est ambigu de dire Нова постановка на сцената на пловдивски театър « Une nouvelle pièce à la scène d’un théâtre de Plovdiv », car là-bas, depuis un certain temps, ils en existe plusieurs. Néanmoins, il faut admettre que dans des cas pareils les locuteurs pensent (ou la majuscule à l’écrit le suggère) surtout au théâtre le plus ancien, le plus connu de la ville.

13 Les exemples sont tirés des forums des journaux sur Internet et des discours spontanés des jeunes Bulgares.

14 Journal sur Internet Blitz, https://www.blitz.bg/svyat/zagovort-na-ulichnite-metachi-protiv-papata-v-london-se-okaza-shega_news88019.html

15 Forum du journal sur Internet Sport1, www.sport1.bg/sport1/node/178766.

16 Émission По света и у нас, Télévision nationale bulgare, 31 mai 2011.

17 Journal sur Internet News.bg, www.news.bg, 23 févr. 2010.

18 Émission Здраве, Télévision nationale bulgare, 15 mai 2009.

19 Très souvent les jeunes Bulgares, lorsqu’ils écrivent des messages courts en alphabet latin, utilisent des chiffres à la place de certaines lettres cyrilliques : 4 à la place de Ч ou 6 à la place de Ш. Selon certaines sources, le même phénomène existe dans d’autres pays slaves d’Europe de l’Est.

20 M. Vrinat-Nikolov, « Naissance d’une littérature moderne », in Histoire de la Bulgarie,

Brest, Armeline, 2007, p. 115.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gueorgui Armianov, « La langue bulgare et la transition politique ou la langue en transition 1989-2013 »Revue des études slaves, LXXXIV-1-2 | 2013, 25-41.

Référence électronique

Gueorgui Armianov, « La langue bulgare et la transition politique ou la langue en transition 1989-2013 »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIV-1-2 | 2013, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1065 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1065

Haut de page

Auteur

Gueorgui Armianov

Institut national des langues et civilisations orientales, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search