Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIV-1-2Le discours indirect libre dans l...

Le discours indirect libre dans le continuum des formes du discours rapporté en russe : pour une approche énonciative et pragmatique du phénomène

Free Indirect Speech in the Continuum of Forms of Reported Speech in Russian. Towards an Enunciative and Pragmatic Approach to this Phenomenon
Несобственно-прямая речь в континууме форм чужой речи в русском языке
Olga Artyushkina
p. 43-55

Résumés

A new approach to Free Indirect Speech (FIS) is proposed in the article. This phenomenon is treated in the light of the theory of speech acts considering the pragmatic and semiotic criterium in reflecting indirect speech; the examples which are given erroneously as FIS in linguistic literature are also included. The focus is, in particular, on reflecting inner speech in literature: peculiarities of communicative situation, ways of reflecting thoughts and perception of the character. For this, the author of the article introduces the notion of ‘speech effect’ which is necessary to describe mimetic reflection of thoughts.
The author of this article considers the insufficiency of traditional taxonomy with three catagories of indirect speech; the examples reveal that FIS is often a part of intermediate categories of the indirect speech continuum which arrises the problem of marking the limits of these catagories and shows the instability of the markers themselves.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Authier 1978.

1Traditionnellement, on distingue dans le champ du discours rapporté (désormais : DR) trois catégories : discours direct (désormais : DD), discours indirect (désormais : DI) et discours indirect libre (désormais : DIL). Cette dernière catégorie est considérée comme celle dont l’interprétation est une question de sens essentiellement, puisqu’elle ne contient pas de marqueurs linguistiques explicites à l’instar des deux autres catégories : il s’agirait d’une configuration discursive particulière1. Cette absence de tout marqueur est même considérée comme une caractéristique essentielle du DIL, ce qui le rend difficile à grammaticaliser.

  • 2 Évitement de la question dans la grammaire académique sous la rédaction de N. Ju. Švedova 1980 : 48 (...)

2Les définitions existant sur la question dans la littérature linguistique russe constituent pratiquement un aveu d’impuissance du grammairien devant ce phénomène ; la question est souvent évacuée au profit de la stylistique2. Pourtant, le DIL a bel et bien sa place dans la grammaire, même s’il s’agit d’un phénomène qui ne peut se passer d’une étude stylistique dans la mesure où il s’agit, en effet, d’un phénomène extrêmement variable, dont la bonne interprétation dépend de la structure narrative du récit.

3L’objectif de cet article est double : premièrement, il s’agit de donner un cadre relatif à l’analyse de ce phénomène complexe en s’appuyant sur des critères énonciatif, pragmatique et aussi sémiotique, lorsqu’il s’agit de la représentation des pensées, et de déplacer ainsi le problème du champ purement stylistique vers celui de la linguistique. Deuxièmement, nous voulons donner un aperçu des diverses variantes du DIL dans le continuum des formes du DR et rendre compte de l’instabilité des signaux linguistiques de changement énonciatif.

1. Les critères énonciatif et pragmatique de la définition du discours indirect libre

  • 3 Pour plus de précisions sur l’histoire du concept de DIL, on peut consulter l’article de Vološinov (...)
  • 4 Gvozdev, Rozental´ et d’autres.

4Le terme « discours indirect libre », en russe nesobstvennaja (ou nesobstvenno-)prjamaja reč´ « discours improprement direct », a coïncidé avec la tendance générale de la psychologisation dans l’écriture, avec l’âge d’or du roman européen et l’invention du nouveau style3. Les diverses sources linguistiques4 définissent alors le DIL comme procédé narratif qui donne accès à la pensée du personnage et mélange la voix du narrateur et celle du personnage. C’est ce contexte-là qui a conditionné l’approche non communicationnelle du DIL.

  • 5 Cette position donna son titre au célèbre et très controversé ouvrage de A. Banfield, Unspeakable s (...)

5Les chercheurs qui traitent la question dans ce cadre, comme, par exemple, A. Banfield, K. Hamburger et E. Padučeva affirment qu’il n’y a alors plus de narrateur et qu’il ne reste que la voix du personnage. Dans cette optique, le DIL échappe au schéma de communication, car il n’y a plus de place pour le locuteur (qui correspond au narrateur dans le récit), les phrases sont posées en dehors de l’acte d’énonciation et ne sont possibles qu’à l’écrit5.

6L’exclusion du DIL du schéma communicatif amène à y inclure toutes sortes d’exemples, dont l’hétérogénéité ne peut que surprendre un linguiste. Considérons l’exemple suivant :

(1) Егорушка вспомнил, что, когда цветëт вишня, эти белые пятна мешаются с вишневыми цветами в белое море ; […] За оградой под вишнями день и ночь спали Егорушкин отец и бабушка Зинаида Даниловна. Когда бабушка умерла, еë положили в длинный, узкий гроб и прикрыли двумя пятаками ëе глаза, которые не хотели закрываться. До своей смерти она была жива и носила с базара мягкие бублики, посыпанные маком, теперь же она спит, спит… (A. Čexov, Степь) [Exemple de Rozental´ 1976 : 206]

7Cet extrait est qualifié comme une variante du DIL sous forme d’une proposition indépendante. L’extrait en italiques (ici et plus loin les italiques sont de nous – O.A.) est donné en dehors du contexte en amont, ce qui remet déjà en question la fiabilité de l’exemple : on ne peut présumer qu’il s’agit du DIL sans un contexte suffisamment large. Mais même si un tel énonciateur potentiel est présent en amont (Egoruška), il n’énonce rien, pour ainsi dire, et reste uniquement un sujet de conscience. En d’autres termes, le sujet de conscience est en quelque sorte un support-prétexte pour que le narrateur développe certaines scènes visuelles qui surgissent dans la mémoire du personnage, mais on reste dans le régime énonciatif du récit. Il s’agit de ce que la narratologue américaine D. Cohn a proposé d’appeler « le psycho‑récit ».

8Notons également qu’en l’absence d’une phrase qui puisse servir de déclencheur potentiel du DIL, comme ici « Егорушка вспомнил », on ne pourrait même pas affirmer que le personnage est un sujet de conscience, car ce « faux-DIL », comme nous l’appellerons, est investi au maximum de la présence du narrateur et il n’y a pas lieu de parler de situation de discours.

1.1. L’approche communicationnelle

  • 6 Terme proposé par G. Philippe.

9L’approche opposée, où nous nous situerons, est dite communicationnelle6 ; le DIL y est considéré comme un phénomène bi-vocal qui s’inscrit dans un schéma communicatif où le locuteur S0 (le narrateur à l’écrit) garde toujours sa place par le biais des repérages des formes personnelles (pronoms et formes verbales) :

(2) Когда он лежал под кроватью, возмущаясь ходом вещей на свете, он среди всего прочего думал и об этом. Кто такой Воскобойников, чтобы заводить так далеко свое вмешательство ?
Вот он их проучит ! (B. Pasternak, Доктор Живаго)

10Il s’agit ici d’un exemple du DIL classique, ou pur, avec un déclencheur en aval et la transposition des formes personnelles à la troisième personne. Il y a une véritable situation de communication, où le discours de l’énonciateur S1 est rapporté par S0.

11Nous voyons un énorme écart qui sépare le premier et le deuxième exemple : le premier appartient au récit et il n’y a pas de situation de communication à laquelle on pourrait faire référence, alors que le deuxième se trouve dans la zone du DR, car il renvoie à une situation du discours Sit1 dont on peut identifier les acteurs, c’est‑à‑dire un énonciateur S1 et un co‑énonciateur S´1 (dans (2), ils correspondent à la même personne), auquel le discours est adressé.

2.2. Le double critère du réalisme du DIL et le préconstruit

  • 7 Cf. De Mattia 2006a : 37.

12La différence entre (1) et (2) peut être décrite par le biais de deux critères essentiels à l’analyse du DIL : premièrement, on doit avoir une situation de communication Sit1 où l’éventuel discours serait possible et que S0 transposerait dans Sit0 (le récit) ; deuxièmement, ce discours doit se présenter dans les termes adéquats à l’idée dont le lecteur se fait du discours d’un énonciateur concret S1. Le premier critère est dit « critère de réalisme pragmatique », le deuxième – « critère de réalisme langagier »7.

13Poser ce double critère revient à limiter dans un premier temps les représentations de l’émotion, de la subjectivité d’autrui qui ne comportent pas de références à la Sit1. Il est très important de pouvoir se référer à un certain discours préconstruit qui comporterait des traces d’interlocution de S1 avec un S´1 (une question, un connecteur argumentatif, etc.) Cette notion de préconstruit permet de faire la distinction entre le procédé narratif comme le flux de conscience, hors discours rapporté, et le DIL :

(3) Гитара идëт маршем. Со струн сыплется рота, инженеры идут – ать, ать ! Николкины глаза вспоминают :
Училище. Облупленные александровские колонны, пушки. Ползут юнкера на животиках от окна к окну, отстреливаются. Пулеметы в окнах. Туча солдат осадила училище, ну, форменная туча. Что поделаешь. Испугался генерал Богородицкий и сдался, сдался с юнкерами. Па-а-зор… (М. Bulgakov, Белая гвардия)

  • 8 Sur le flux de conscience, cf. Aucouturier 1957 ; Sémon 1987 ; De Mattia 2006a : 209-215.

14Ici, la scène remémorée par le personnage constitue un mélange des images et des paroles qui viennent commenter la scène dans l’esprit confus du personnage. Dans le cas de cet exemple, l’emploi du terme de DIL comme une forme du DR est fortement problématique, car on n’a pas ici de Sit1 où S1 adresserait un discours préconstruit à S´1 : ainsi, le flux de conscience échappe au schéma communicatif. La pensée du personnage se présente dans son stade préarticulé, où les paroles éparses ne forment pas encore un discours ; il s’agit ici essentiellement de la description narratoriale des sons et des images qui surgissent dans la conscience du personnage8.

2. La forme et le sens

15S’il est important de distinguer le DIL du flux de conscience ou du psycho‑récit, il est également important de voir les formes qui se présentent formellement comme du DIL, mais ne le sont pas par le sens. Il s’agit des cas où le respect de l’un des deux critères est problématique, ce qui crée ce que nous avons déjà appelé ici le « faux‑DIL ». La difficulté dans la définition des limites du concept de DIL provient de l’instabilité de ses variantes : en effet, le DIL n’est pas une forme syntaxique et les marqueurs linguistiques ne sont pas toujours les mêmes. Les règles que l’on fixe pour délimiter le concept de DIL et trouver ses invariants s’avèrent être de nature relative, pouvant être défaites par le texte qui l’encadre. Autrement dit, ce qui est une marque du DIL dans un récit A, ne l’est pas forcément dans un récit B. Le marqueur du DIL n’est jamais seul, mais au moins double : on comprend qu’il s’agit d’un discours qui ne peut être assumé par S0 grâce au sentiment d’anomalie que provoque un élément rapporté dans la Sit0.

2.1. Le jeu des faux‑semblants : le discours sans énonciateur

16Considérons l’exemple suivant :

(4) Но дни и в мирные и в кровавые годы летят как стрела, и молодые Турбины не заметили, как в крепком морозе наступил белый, мохнатый декабрь. О, ëлочный дед наш, сверкающий снегом и счастьем ! Мама, светлая королева, где же ты ? (M. Bulgakov, Белая гвардия)

  • 9 Benveniste 1974 : 241-242.

17Il s’agit ici, à première vue, du DIL, car une série d’énoncés sélectionnés sont représentatifs du discours dans le sens où ils comportent suffisamment d’indices expressifs pour créer, a priori, un décrochage énonciatif du récit au profit de la zone d’énonciation d’autrui (exclamation, interjection). Cependant, on ne peut postuler ici l’existence du DR : en effet, il n’y a pas de S1 auquel un tel discours pourrait être assigné ; c’est S0 qui est la source énonciative de ces énoncés qu’il prononce en se mettant à la place des personnages (les jeunes Tourbine). Ainsi, dans le récit avec un type de narrateur empathique, comme dans la Garde blanche de Bulgakov, les adjectifs évaluatifs, les interjections, la modalité exclamative ne sont pas des marqueurs obligatoires du DIL, alors qu’ils pourraient l’être dans un récit avec un autre type de narrateur, plus distant. Bien sûr, dans le (4), on ne reste pas dans le récit classique, ou pur, dans le sens du plan énonciatif « histoire » posé par Benveniste9 ; il s’agit plutôt d’un type particulier du psycho‑récit.

2.2. L’énonciateur sans discours

18L’exemple suivant représente en quelque sorte la situation inverse de celle de (4) :

(5) Тихая, звëздная ночь глядела с неба на землю. Боже мой, как глубоко небо и как неизмеримо широко раскинулось оно над миром ! Хорошо создан мир, только зачем и с какой стати, думал фельдшер, люди делят друг друга на трезвых и пьяных, служащих и уволенных и пр. ? Почему трезвый и сытый покойно спит у себя дома, а пьяный и голодный должен бродить по полю, не зная приюта ? (A. Čexov, Воры) [Exemple de Mann 1992 : 57]

  • 10 Cf. Ju. Mann 1992 : 54-58.

19L’écrivain construit ici le support énonciatif potentiel avec la structure introductive du discours intérieur « думал фельдшер », mais l’énonciation signalée explicitement est dans un sens annulée par le contenu. La scène et le personnage sont utilisés ici par le narrateur comme un prétexte pour le développement de ses réflexions sur la vie formellement attribuées au personnage. Mais malgré les marqueurs discursifs, comme le vocatif (« Боже мой »), les modalités exclamative et interrogative, le passage est trop construit et ne satisfait pas à l’idée d’une certaine spontanéité à laquelle doit correspondre le discours dans ce contexte. Ainsi, pragmatiquement, cet exemple ne fonctionne pas comme DIL ; on reste dans le psycho‑récit. De tels « faux‑DIL » sont caractéristiques du style de Čexov10.

20Il reste évidemment à résoudre le problème de gradation des techniques narratives dans le psycho-récit : le procédé utilisé par Bulgakov est différent de celui de Čexov, par exemple. Mais ce problème dépasse le cadre de cet article.

2.3. Entre discours et récit : effet de DIL

21Si le double critère de réalisme – pragmatique et linguistique – est nécessaire pour distinguer entre les cas de représentation d’autrui qui restent dans le schéma de communication et les diverses formes narratives (les variantes du psycho‑récit, le flux de conscience), il y a des cas qui posent problème et montrent l’existence d’une zone entre le discours et le récit, et montrent les limites de la grammaticalisation du DIL. Par exemple, la représentation des pensées pose des problèmes particuliers de catégorisation en raison de la difficulté du respect du critère pragmatique : en effet, le schéma communicatif est mis à l’épreuve, car l’existence du discours intérieur reste en soi purement hypothétique et l’accès à son contenu est un produit de fiction. Certains DIL des pensées obéissent sans problème au schéma communicatif du DIL des paroles (ex. (2)), mais d’autres peuvent se faire dans des formes qui ressemblent au discours, sans que le critère pragmatique soit respecté :

(6) Il s’agit d’une conversation entre Glebov, personnage principal, et sa fille. Celle-ci arrive tard dans la nuit, entre dans la chambre de son père pour lui annoncer qu’elle va vivre avec son fiancé. Glebov s’est déjà préparé à aller dormir et porte juste un caleçon :
Он поспешно залез под простыню. (i) Было неприятно оттого, что та не была этим смущена и даже как бы не замечала отцовского непристойного вида, (ii) впрочем, она сейчас ничего не видела. (iii) Поразительный инфантилизм во всем. И эта дурочка хотела начинать самостоятельную жизнь с мужчиной. (iv) Точнее говоря, со шпаной. Глебов спросил : […] (Ju. Trifonov, Дом на набережной)

22L’ensemble des énoncés en italiques s’interprète comme le discours intérieur du personnage de Glebov. Mais (i) constitue en soi une verbalisation d’un état émotionnel provoqué par l’action mentionnée dans l’avant-texte (залезть под простыню « se glisser sous les draps ») : pragmatiquement, (i) relève du psycho-récit plutôt que du DI. Cependant, les termes choisis pour exprimer le point de vue lui donnent une apparence, ou effet de discours : par exemple, l’omission du sujet logique au datif dans (i) « было неприятно » vs. (i´) « ему было неприятно » ; cet effet est renforcé par la suite du texte (énoncés (ii), (iii)) qui fait basculer celui-ci définitivement du côté du discours ; l’énoncé (iv) contient en plus un verbe du dire « точнее говоря », ce qui pose une situation du discours post factum. Ainsi, nous avons une situation où le personnage ne devrait pas parler, ou se parler, mais les signes linguistiques choisis par l’écrivain donnent l’impression du contraire. Il devient alors impossible de séparer les énoncés au « vrai » DIL (ii, iii et iv), qui satisfait aux deux critères, et les descriptions narratoriales du ressenti et du point de vue de S1 qui n’ont pas été vraisemblablement verbalisés, car les deux activités, langagière et cognitive, sont syntaxiquement soudées dans leur représentation.

3. Le continuum des formes du discours rapporté

23Le DIL pose le problème de la délimitation avec son contexte. Il peut donc se mélanger, comme le montre l’exemple (6) avec les formes à effet de DIL, mais aussi, comme nous allons le voir, avec des formes du DR intermédiaires. Celles‑ci sont très variées et représentent des combinaisons diverses des signaux syntaxiques, ce qui pose des problèmes pour leur description, comme en témoigne la confusion générale dans la terminologie. Nous montrerons ici que les signaux syntaxiques ne sont pas réservés à une catégorie du DR et peuvent « migrer » vers des formes mixtes, mettant en évidence la nécessité d’envisager le DR dans un continuum et montrant les limites de l’approche purement syntaxique du DR.

3.1. Du discours narrativisé au discours mimétique

24Dans la représentation de l’espace mental d’autrui, l’écrivain dispose d’une grande liberté ; il peut faire le choix de représentation mimétique du discours ou, au contraire, le narrativiser :

(7) (i) Тут только она поняла, что вопрос касается не еë одной, с кем она будет счастлива и кого она любит, но что сию минуту она должна оскорбить человека, которого она любит. (ii) И оскорбить жестоко… (iii) За что ? За то, что он, милый, любит еë, влюблëн в неë. Но, делать нечего, так нужно, так должно.
« Боже мой, неужели это я сама должна сказать ему ? – подумала она. – […] (L. Tolstoj, Анна Каренина)

25L’extrait débute ici par la description des réflexions du personnage (Kitty) dans le régime énonciatif que l’on mettrait dans un premier temps plutôt du côté du récit. Dans (i), la situation de communication n’est pas posée : le verbe ponjat´ « comprendre » ne garantit pas l’existence du discours intérieur. Ce qui empêche de poser la situation de discours dès (i), c’est l’absence d’indices linguistiques qui créeraient l’impression d’anomalie et signaleraient ainsi le repérage énonciatif par rapport à S ≠ S0.

26Cependant, l’énoncé (ii) signale un changement de régime énonciatif : la question et la réponse sont assertées par S1 et non par S0. Et comme les énoncés (ii) et (iii) sont logiquement liés, on attribue l’ensemble du paragraphe au discours intérieur.

27Enfin, notons également que les éléments tut tol´ko « seulement maintenant » peuvent être assertés par S1 lui-même, car c’est Kitty qui se reproche de ne réaliser que trop tard toutes les conséquences de sa réponse à Lévine. Par conséquent, on pourrait réinterpréter la structure introductive « тут только она поняла, что… » en l’intégrant dans les pensées du personnage. Il s’agit ici de la verbalisation de ce qui n’est pas verbal dans la pensée du personnage, mais néanmoins présent et constitutif du processus mental, comme c’est le cas dans l’exemple (6) avec la description de l’émotion du personnage (énoncé (i)).

28Il est intéressant de comparer les exemples (6) et (7) du point de vue de la représentation énonciative de la pensée : dans (6), (i) est invraisemblable en tant que discours du point de vue pragmatique, mais très ressemblant du point de vue langagier, alors que dans (7), nous avons à l’évidence affaire au discours, mais les termes choisis ne créent pas de décrochage énonciatif immédiat et ne produisent donc pas tout de suite un effet de discours.

  • 11 Cf. Roudet 2005.

29Dans (7), le marqueur linguistique qui permet de postuler qu’il s’agit du DIL dans l’ensemble du paragraphe est la modalité interrogative de l’énoncé (iii) qui est logiquement lié à (i) et (ii). Chez Tolstoj, on doit souvent dépasser les limites phrastiques pour poser une situation de discours, car la présence narratoriale est plus importante du point de vue formulation, alors que chez Trifonov, ce procédé est souvent condensé dans les limites d’un seul énoncé11.

30Ainsi, les mêmes objets de description, comme les activités constitutives de la pensée (émotion, attitude, etc.), peuvent être décrits avec un degré plus ou moins important de mimétisme discursif : il s’agit du style. Si Tolstoj rend souvent le discours intérieur en procédant graduellement du discours intérieur narrativisé vers les séquences textuelles qui sont du DIL classique, Trifonov procède par des « fondus » énonciatifs où la partie non verbale de la pensée est liée à la partie verbale souvent dans un seul énoncé.

3.2. Du discours indirect hybride au DIL subordonné

  • 12 Voir, par exemple, Gvozdev 1965 : 376 qui note que le DIL se distingue sur le plan syntaxique des a (...)
  • 13 Si en français, le terme « discours indirect libre subordonné » est paradoxal, dans la terminologie (...)

31Ainsi, le sens et la forme peuvent être déconnectés dans la représentation du discours d’autrui. La variété de ces représentations montre la difficulté de définir les frontières entre le DI et le DIL, par exemple. La plupart des définitions citent l’absence de subordonnant comme une marque linguistique de cette catégorie du discours rapporté12 qui permettrait de tracer la frontière catégorielle ; rares sont les travaux qui reconnaissent la variante du DIL dans les structures subordonnées13. Cependant, la richesse des possibilités de disposition des séquences rapportées met à mal un critère purement syntaxique. Le DIL est avant tout une forme de cohabitation de deux sources énonciatives, celle de S0 et de S1, et la structure subordonnante n’est pas toujours un garant que le S0 asserte le DR dans une proposition enchâssée :

(8) Лариосик покраснел, смутился и сразу все выговорил, и что (i) в винт он играет, но очень, очень плохо... (ii) Лишь бы его не ругали, как ругали в Житомире податные инспектора... (iii) Что он потерпел драму, но здесь, у Елены Васильевны, оживает душой и в квартире у них тепло и уютно, в особенности замечательны кремовые шторы на всех окнах, благодаря чему чувствуешь себя оторванным от внешнего мира… (iv) А он, этот внешний мир, согласитесь сами, грязен, кровав и бессмыслен. (М. Bulgakov, Белая гвардия)

32Dans (8), le DR apparaît dans une structure subordonnée (verbe de parole et conjonction čto) propre au DI, mais il ne s’agit pas à l’évidence du DI canonique. Rappelons que, dans le DI canonique, les formes personnelles du discours direct sont transposées et les éléments expressifs sont « traduits » et c’est donc le locuteur (S0) qui asserte l’ensemble de la proposition :

DD : Он сказал : « Как это хорошо ! »
DI : Он сказал, что это очень хорошо. [Exemple de Vološinov 1929/2000 : 455]

  • 14 La catégorie du DR est indécidable dans le cas d’ellipse du sujet auprès des formes verbales au pré (...)

33Ainsi, la fonction de la conjonction de subordination čto dans DI canonique est d’homogénéiser le discours citant et le discours cité. Dans (8), la conjonction čto ne remplit pas cette fonction homogénéisatrice : le problème de catégorisation du DR se pose dès qu’on arrive en (i), car les éléments expressifs du discours de S1 sont « importés » tels quels dans la structure du DI ; par exemple, les répétitions dans (i)) ne sont pas assertées par S0. Nous n’avons donc pas affaire au DI classique, car il y a dans cet énoncé un double repérage énonciatif : les formes personnelles sont repérées dans le régime du récit, mais l’ensemble des autres marqueurs discursifs (répétitions, modalité énonciative) est repéré par rapport à S1 (Lariosik). L’énoncé (ii) présente le même double repérage énonciatif et ne comporte plus de marque de subordination ; par conséquent, il peut être considéré de plein droit comme du discours indirect libre. L’énoncé (iii), « что он потерпел … мира », débute par une conjonction de subordination, ce qui le raccroche dans un sens à la structure subordonnante « выговорил, что » (« lâcha tout à trac que ») du début du paragraphe. Enfin, l’extrait se termine par (iv), dont on ne peut dire s’il appartient au discours direct ou indirect libre, car il ne contient pas de formes personnelles renvoyant à l’énonciateur, ni à la première, ni à la troisième personne14.

34Tout comme dans (6), il serait artificiel de disséquer l’ensemble de cette représentation du discours en plusieurs catégories, comme « DI hybride » (pour (i)), « DI elliptique » (pour (iii)) dans la mesure où le tout se présente comme un ensemble soudé. Il serait ainsi cohérent de convenir de l’existence d’une variante de DIL « lié » ou « subordonné », car l’exemple (8), dès (i), présente le double système de repérage énonciatif qui caractérise le DIL.

35Cet exemple montre deux choses : premièrement, il est important de considérer le DR dans un concept de continuum ; deuxièmement, il ne faut pas restreindre la définition formelle du DIL à l’absence de marqueurs de subordination. On peut résumer la suite des formes discursives de l’exemple (8) de manière suivante :

{structure introductive + čto} DI ~ DD → DIL → čto DI ~ DD → DIL ~ DDL

36La présence de čto dans l’exemple n’est pas marginale et, d’après nous, elle joue un rôle particulier dans une variante du DIL subordonné. D’après notre schéma, le DR qui suit la structure introductive mélange les caractéristiques des discours direct et indirect, ce qui est précisément la définition couramment admise du DIL : DI ~ DD = DIL.

3.3. Le rôle du subordonnant dans le DIL

37La conjonction de subordination est récurrente dans le cas du DIL qui s’insère dans le discours ou la narration à la première personne :

(9) Так я узнал, что Иван Семенович мужик серьезный, авторитетный, любит, правда, выпить, но без этого тоже нельзя. Что будто бы в прошлом году выкопали здесь где-то три горшка и один, говорят, был полон червонцами. Ну, а правда это или нет, кто ж его знает ? (Ju. Dombrovskij, Хранитель древностей)

38La conjonction de subordination sert ici à démarquer la frontière entre le discours appartenant à S0 (le Je-narrateur) et celui de S1. Dans le cas où le DIL s’insère dans un discours premier avec un locuteur, il est impossible de maintenir le DIL « pur », car on risque de mélanger les deux discours et le discours d’autrui ne serait plus reconnu comme tel. Ainsi, čto constituerait un rappel qu’il s’agit de paroles rapportées.

39Bien entendu, comme dans toutes les variantes du DIL, l’identification et l’interprétation sont tributaires de la structure du texte en général et de l’image du narrateur en particulier. Ici, le lecteur du récit décèle sans problème la moquerie du narrateur vis-à-vis du récit rapporté. Notons également que le dernier énoncé, ne comportant pas de trace de subordination, crée une hésitation, du point de vue formel, sur l’appartenance énonciative de l’interrogative qui clôt la séquence du DR. Par conséquent, on a la possibilité d’envisager que le doute émane du locuteur (le Je-narrateur) ; cependant, les termes dans lesquels est exprimée cette interrogation ne sont pas compatibles avec l’image linguistique qui lui correspond.

40Ainsi, le subordonnant dans le DIL garantit d’abord un plus grand mimétisme dans le DR, ce qui, en un sens, est assez paradoxal, étant donné sa fonction dans le DI canonique ; ensuite, dans le cadre du DIL subordonné, la conjonction que est une manière pour l’énonciateur d’origine de se dissocier du discours tel qu’il a été formulé. L’effet obtenu par le DIL subordonné est souvent celui de la dissonance.

Conclusion

41L’entreprise de la grammaticalisation du DIL nécessite donc son transfert du domaine de l’analyse littéraire, où ce concept est né, vers le domaine de la linguistique. Sa définition, floue au départ, nécessite des critères qui donneraient un cadre préalable à l’analyse de ce phénomène complexe. L’approche énonciative et pragmatique permet de définir les bases indispensables pour concrétiser le phénomène linguistique et de distinguer le DIL des formes du récit à point de vue, car on fait la distinction entre les véritables situations de communication où le discours a eu (ou a vraisemblablement eu) lieu et celles où le narrateur expose la situation du point de vue du personnage sans que celui-ci prenne la parole : cela a l’avantage de mieux cibler le phénomène et de lui garder sa place dans le champ du discours rapporté.

42Cependant, la grammaticalisation du DIL est toujours relative : il n’y a pas à proprement parler de forme stabilisée du DIL. On peut plutôt envisager un algorithme que le lecteur suit pendant la lecture : le marqueur du DIL n’est jamais unique, on l’identifie grâce à l’ensemble des signaux qui créent un décrochage énonciatif dans le récit (ou à l’intérieur du discours).

43Dans l’ensemble, le DIL reste une forme interprétative et l’instabilité de ses marqueurs implique la défaisabilité des règles que l’on pourrait fixer pour lui. Les exemples analysés montrent que les signaux linguistiques des formes du DR ne sont pas l’apanage d’une forme du DR en particulier, mais se trouvent sur le continuum des marques et créent ainsi le système de frayage complexe pour rendre compte des diverses interactions entre sources énonciatives.

44Le continuum des marques linguistiques du DR montre non seulement l’impossibilité de trouver un invariant du DIL, mais il démontre aussi l’insuffisance de la trilogie qui représente traditionnellement le DR. Les catégories traditionnelles ne peuvent pas couvrir toutes les représentations possibles de la parole d’autrui et la manière de s’y référer. Le rôle des divers marqueurs, comme l’incise, par exemple, reste donc à décrire.

Haut de page

Bibliographie

Artyushkina O., 2012, « L’émergence du concept de discours indirect libre et la représentation des pensées », in la Lettre et l’esprit : entre langue et culture : études à la mémoire de Jean Breuillard, dir. Stéphane Viellard, Laure Troubetzkoy, Serge Aslanoff, Paris, Institut d’études slaves = Revue des études slaves, t. LXXXIII, fasc. 2-3, p. 663-674.

Aucouturier M., 1957, « Langage intérieur et analyse psychologique chez Tolstoj », Revue des études slaves, t. XXXIV, fasc. 1, p. 7-14.

Authier J., 1978, « Les formes du discours rapporté : remarques syntaxiques et sémantiques à partir des traitements proposés », D.R.L.A.V., no 17, p. 1-88.

AuthiezRevuz J., 1992, « Repères dans le champ du discours rapporté » (1), l’Information grammaticale, no 55, p. 38-42.

Banfield A., 1982/1995, Phrases sans parole : théorie du récit et du style indirect libre, trad. C. Veken, Paris, Seuil.

Benveniste É., 1970, « L’appareil formel de l’énonciation », Languages, t. 17, mars, p. 79-88.

Cerquiglini B., 1984, « Le style indirect libre et sa modernité », Langages, t. 19, no 73, p. 7-16.

Cohn D., 1981, la Transparence intérieure, Paris, Seuil.

Culioli A., 1999, Pour une linguistique de l’énonciation : domaine notionnel, t. 3, Gap – Paris, Ophrys.

Čumakov G., 1975, Синтаксис конструкций с чужой речью, Kyïv, Naukova dumka.

De MattiaViviès M., 2006a, le Discours indirect libre au risque de la grammaire : le cas de l’anglais, préf. J.-J. Lecercle, P.U.P.

De MattiaViviès M., 2006b, « De la porosité des formes du discours rapporté aux cas de déconnexion forme/sens dans l’univers du récit », in Discours rapporté(s), dir. C. Delesse, Arras, Artois Presses Université, p. 29-53.

Fontaine J., 1977, « Discours direct et discours indirect », in II e Colloque de linguistique russe, Paris, Institut d’études slaves, p. 349-361.

Грамматика русского языка, 1954, t. 2, Moskva, AN SSSR, p. 426-432.

Genette G., 1983, Nouveau discours du récit, Paris, Seuil.

Gvozdev A., 1952/1965, Очерки по стилистике русского языка, 3e éd., Moskva, Prosveščenie.

Mann Ju., 1992, « Об эволюции повествовательных форм (вторая половина XIX в.) », Серия литературы и языка, t. 51, no 1, p. 40-59.

Marnette S., 2002, « Étudier les pensées rapportées en français parlé : mission impossible ? », Faits de langues, no 19, p. 211-221.

Padučeva E., 1996, Семантика нарратива, Moskva, Jazyki russkoj kul´tury, p. 335-353.

Philippe G. et al., 2000, « L’ancrage énonciatif des récits de fiction », Langue française, no 128.

Rozental´ D., 1976, Словарь-справочник лингвистических терминов, Moskva, Prosveščenie.

Roudet R., 2005, « Aboutissement ou fin de la polyphonie ? Les nouvelles de Trifonov », Modernités russes, t. 6, Lyon, Centre d’études slaves André-Lirondelle, p. 115-126.

Sémon J.-P., 1987, « “Flux de conscience” et point d’exclamation chez Solženicyn », Revue des études slaves, t. LIX, fasc. 3, p. 507-526.

Uspenskij B., 1973/2000, Поэтика композиции, Sankt-Peterburg, Azbuka.

Vološinov V., 1929/1998, Марксизм и философия языка, Moskva, Labirint.

Haut de page

Notes

1 Authier 1978.

2 Évitement de la question dans la grammaire académique sous la rédaction de N. Ju. Švedova 1980 : 485 : une phrase seulement fait mention de la variante du discours rapporté où le plan narratorial n’est pas séparé du plan du discours rapporté.

3 Pour plus de précisions sur l’histoire du concept de DIL, on peut consulter l’article de Vološinov 1929, Cerquiglini 1982, ainsi que notre article avec la critique plus détaillée des définitions du DIL : Artyushkina 2012.

4 Gvozdev, Rozental´ et d’autres.

5 Cette position donna son titre au célèbre et très controversé ouvrage de A. Banfield, Unspeakable sentences ; les travaux de Padučeva 1996 : 343-346 vont également dans le sens de cette approche du narrateur absent.

6 Terme proposé par G. Philippe.

7 Cf. De Mattia 2006a : 37.

8 Sur le flux de conscience, cf. Aucouturier 1957 ; Sémon 1987 ; De Mattia 2006a : 209-215.

9 Benveniste 1974 : 241-242.

10 Cf. Ju. Mann 1992 : 54-58.

11 Cf. Roudet 2005.

12 Voir, par exemple, Gvozdev 1965 : 376 qui note que le DIL se distingue sur le plan syntaxique des autres formes du discours rapporté par l’absence des conjonctions de subordination.

13 Si en français, le terme « discours indirect libre subordonné » est paradoxal, dans la terminologie russe, ce problème de lier les adjectifs antonymes ne se pose pas, puisque le terme couramment utilisé pour désigner le DIL ne contient pas l’adjectif « libre ». Dans Čumakov 1978 : 98, un exemple de nesobstvenno-prjamaja reč´ est donné dans une structure enchâssée : « И Соустин с равнодушным видом пояснил, что лично его дом не интересует, – это дело сестры, а у него совсем другие задачи. Вот если бы Кузьма Федорыч рассказал ему что-нибудь для газеты о мшанских делах… (Malyškin, Люди из захолустья). »

14 La catégorie du DR est indécidable dans le cas d’ellipse du sujet auprès des formes verbales au prétérit, celles-ci ne faisant pas de distinction de personne. Cf. Sémon 1987, Fontaine 1977 sur les confusions entre les catégories du DR en rapport avec l’ellipse du sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olga Artyushkina, « Le discours indirect libre dans le continuum des formes du discours rapporté en russe : pour une approche énonciative et pragmatique du phénomène »Revue des études slaves, LXXXIV-1-2 | 2013, 43-55.

Référence électronique

Olga Artyushkina, « Le discours indirect libre dans le continuum des formes du discours rapporté en russe : pour une approche énonciative et pragmatique du phénomène »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIV-1-2 | 2013, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1067 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1067

Haut de page

Auteur

Olga Artyushkina

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search