Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIV-1-2La médiativité dans les proverbes...

La médiativité dans les proverbes bulgares

Mediativity in Bulgarian Proverbs
Zlatka Guentchéva
p. 101-122

Résumé

In the past two decades, proverbs have been the subject of growing interest in linguistics in Slavonic and in other languages. One of the most important developments in thesе studies is to analyse proverb use in relation to its generic character, implicative structure, rhythm but also to the speech act, rather than only in terms of the contents and the meaning of the proverb. However, the problem of the role of aspectual and temporal verbal distinctions is not yet sufficiently studied. The aim of this paper is to analyse the forms of the present tense and the ‘renarrative’ aorist (truncated perfect) in Bulgarian proverbs. The analysis shows that their use is related to the speaker’s evaluation of the facts mentioned in the act of speaking. It is argued that the use of the present tense implies the enunciator’s commitment to the ‘truth’ of the information mentioned in the act of speaking, while the ‘renarrative’ aorist is only related to the plausibility of the information available to the enunciator.

Haut de page

Notes de l’auteur

Résumé en langue bulgare
Опосредствената информация в българските пословици
В последните две десетилетия, пословиците и поговорките са обект на засилен интерес както в славянските, така и в другите езици.
Основното предимство на тези изследвания е, че те не само анализират съдържанието и значението на поговорките, но едновременно с това водят до изключително интересни дискуссии върху техните характеристики като генеричност, импликативна структура, ритъмм както и до отношението им към речевия акт. Въпреки това, проблемите за ролята на видо-временните форми не са тук все още достатъчно проучени. Основната цел на настоящатата статия е да анализира формите на сегашно време и на “ренаративнияˮ аорист в българските пословици и да аргументира становището, че тяхната употребата е свързана с личната преценка на говорещия по отношение на факта, за който става въпрос в акта на говоренето. Анализът показва, че при употребата на сегашно време говорещият посочва ангажираността си с адеквантостта на дадена пословица относно предаваната информация ; с “ренаративнияˮ аорист говорещият посочва само допустимостта по отношение на информацията, с която той разполага.

Texte intégral

Je tiens à exprimer mes très vifs remerciements à la Rédaction de la Revue des études slaves pour les remarques sur la première version de cet article, qui m’ont permis d’apporter de nombreuses améliorations.

  

Abréviations
Fém – féminin ; PPA – participe passé actif ; Pl – pluriel ; Prés – présent.

  • 1 Pour les proverbes français (Anscombre 1994 ; voir aussi la discussion sur l’itérativité dans Schap (...)
  • 2 En introduisant la notion de « système de l’apophtegme », J. Veyrenc (1968/1980) précise qu’elle es (...)

1Bien que les proverbes aient fait l’objet de nombreuses études, les travaux proprement linguistiques ont essentiellement porté sur les problèmes de définition et leurs caractéristiques syntaxiques, prosodiques ou encore sur certains aspects de leur structuration sémantique. Quant aux problèmes aspecto‑temporels et aux conditions de leur énonciation, ils ont été rarement analysés à ma connaissance1. Dans le domaine slave, on notera la récente étude de P.‑L. Thomas (2012) qui explore les valeurs de l’ensemble des formes verbales dans les proverbes en BCMS (bosniaque‑croate‑monténégrin‑serbe) et qui montre que leur utilisation fait appel à la notion de « système d’énonciation spécifique, différent des systèmes classiques du discours et du récit » (ibid., p. 575), notion que l’auteur relie explicitement à celle de « système de l’apophtegme », introduite par J. Veyrenc (1968/1980) à propos de certains emplois du présent perfectif et de l’impératif à valeur gnomique en russe2. En ce qui concerne le bulgare, V. Friedman (1999) compare l’emploi des formes verbales du passé dans le proverbe en tant que genre du discours dans les langues balkaniques et les langues du Caucase (géorgien et lak) et conclut qu’en bulgare, en macédonien, en turc et en géorgien, il y a une opposition entre les formes prétéritales de type synthétique qui marquent explicitement la notion de confirmativité, et celles de type perfectoïde qui marquent contextuellement la notion de non‑confirmativité.

2Dans cet article, je me propose d’analyser la différence aspectotemporelle qu’implique, dans un proverbe bulgare, l’emploi d’une forme verbale au présent par rapport à celui d’une forme verbale médiative, c’est-à-dire une forme verbale qui se présente comme un parfait tronqué en omettant l’auxiliaire à la 3e personne du présent et ne conservant par conséquent que le participe passé actif en -l. Me situant dans le cadre d’une théorie de l’énonciation, j’essaierai de mettre en évidence que si, de par son caractère atemporel, la situation dénotée par le proverbe et construite à partir d’abstractions et d’expériences collectives n’a aucun lien de repérage direct ni avec l’actualité de l’énonciateur, ni avec l’actualité du narrateur, elle peut être actualisée suivant les propriétés du référentiel temporel dans lequel elle est située et signaler, en fonction des formes verbales, un engagement vers le « vrai » du contenu proverbial de la part de l’énonciateur dans le cas du présent et une prise en charge de sa plausibilité dans le cas du médiatif.

1. D’abord un rappel

  • 3 Traduction proposée aussi par E. Velmezova (2005) pour ces mêmes termes en russe.
  • 4 Cf. la discussion sur la distinction entre proverbe et dicton dans Anscombre (1994) et Kleiber (200 (...)
  • 5 « Пословицата е кратко изречение с богат идейно-емоционален подтекст и образен език, с афористично (...)

3Sans entrer dans le détail, rappelons que la distinction entre poslovica « proverbe » et pogovorka « dicton »3, comme le montrent les études parémiologiques slaves, passées et présentes, n’est pas facile à établir4, essentiellement pour deux raisons. La première est qu’il n’existe pas de marqueurs linguistiques spécifiques permettant de distinguer clairement les deux notions auxquels ces termes renvoient ; la seconde est que les définitions ne sont pas suffisamment opératoires pour permettre de les différencier5. Dans la parémiologie bulgare et plus généralement slave, la notion de poslovica est définie comme une phrase brève autonome, souvent binaire, et imagée, exprimant, avec une connotation idéologique et émotionnelle, des généralisations à partir d’observations sur la vie et énonçant des conseils de sagesse et des enseignements moralisateurs. Quant à la notion de pogovorka, elle ne reposerait pas sur une large généralisation de faits observés, n’aurait pas de sens moralisateur et ne pourrait être utilisée que dans un cadre discursif. Comme en témoigne une abondante littérature sur le sujet, des formules sentencieuses comme Гузен негонен бяга (litt. Celui qui se sent coupable, s’enfuit sans être poursuivi) « Qui se sent morveux, il se mouche » ou Храни куче, да те лае (litt. Nourris un chien pour qu’il aboie après toi) « Nourrir un serpent dans son sein » peuvent être classées aussi bien dans l’un ou dans l’autre genre. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si les parémiographes ne les distinguent pas. En l’absence d’une définition linguistique précise permettant de spécifier clairement ces deux types de formules sentencieuses, j’adopterai ici le terme générique de proverbe.

4Quelle que soit l’approche (sémantique lexicale, sémantique référentielle, théorie de l’argumentation), les linguistes ont isolé un jeu de caractéristiques permettant d’opposer le proverbe à des notions qui lui sont très proches (maxime, adage, aphorisme, précepte, sentence…) : (1) sur le plan syntaxique, le proverbe est soumis à un agencement assez strict, souvent binaire, sans toutefois se confondre avec les expressions idiomatiques, et obéit à une fixité rythmique ; (2) il est métaphorique et imagé ; (3) il renferme, sous une forme brève et facilement mémorisable, une sagesse, un précepte, une morale dont la vérité est garantie par une communauté linguistique. Cependant, les linguistes s’accordent pour reconnaître que ces différentes caractéristiques ne sont pas vraiment opératoires car elles découlent de la nature gnomique du proverbe.

  • 6 Cf. aussi Gouvard (1996 : 55) : « Les proverbes font partie d’une classe très générale, celle des é (...)

5Dans l’analyse des formules proverbiales, on a souvent mis en évidence que le proverbe est une « mention‑écho » à deux énonciations distinctes (Berrendonner 1981 : 207‑211)6, l’une attribuée à un on de l’opinion commune (la voix ou la sagesse des nations), garant de la vérité du contenu proverbial, l’autre à l’énonciateur qui profère le proverbe « dont il n’est pas garant mais qu’il assume indirectement, non en tant qu’énonciateur mais en tant que membre de la communauté que suppose le on ; […] c’est en tant qu’énonciateur qu’il définit son rapport modal à cette sentence » (Maingueneau 1992 : 16‑17). Le proverbe est alors considéré comme l’énonciation d’une « même proposition […] successivement assumée par deux instances de parole » (Berrendonner 1982 : 208), qui présuppose ce que l’auteur a appelé la « ON‑vérité », la doxa acceptée de tous, ou encore comme l’expression d’un phénomène de polyphonie en vertu duquel « la sentence est en quelque sorte émise à deux voix, l’énonciateur assumant une énonciation qu’il présente comme garantie par on » (Maingueneau 1992 : 14). Dans la perspective ouverte par A. Berrendonner et dans une optique polyphonique, J.‑Cl. Anscombre (2005, 2006) développe la notion de « ON‑locuteur ».

  • 7 À propos de l’importance de la caractéristique « cadre du discours » inhérente au proverbe, voir An (...)

6Les caractéristiques du proverbe comme « l’écho d’une assertion » ou comme un type « d’assertion polyphonique » renvoyant pour sa validation à une universelle sagesse des nations comme « source assertive » ne sont pas aussi clairs qu’il y paraît et la notion même d’assertion est ici problématique. Si l’on définit le proverbe comme un énoncé ayant une valeur de vérité générale déjà assertée que l’énonciateur attribue à « un on immémorial et universel » ou à un on‑locuteur, l’utilisation d’un proverbe implique une évaluation de son application à une situation particulière exprimée dans l’acte énonciatif. Il faut bien distinguer un proverbe en tant que porteur de vérité générale et l’utilisation d’un proverbe qui, dans un cadre discursif, établit une certaine analogie entre une situation particulière et une situation prototypique générale et posée comme vraie. De ce point de vue, si la polyphonie peut expliquer l’énonciation d’un proverbe, elle n’explique pas son fonctionnement dans un cadre discursif comme d’ailleurs elle ne permet pas non plus d’étudier la relation interlocutive possible que l’énonciateur construit avec ses co‑énonciateurs, comme le met bien en évidence aussi J.‑Cl. Anscombre (1994)7. Si « [u]n proverbe n’est pas destiné à fournir de l’information par lui‑même » et s’il « sert au contraire de cadre et de garant à un raisonnement » (Anscombre 1994 : 106), la différence entre un proverbe au présent et un proverbe au médiatif est que ce dernier repose sur une inférence présentée comme plausible.

  • 8 « Proverbs have never claimed to be universally true, but they are correct in certain given context (...)
  • 9 C’est dans cette optique qu’Anscombre (1994) propose une approche en termes de polyphonie, ce qui i (...)
  • 10 W. Meider (2004) donne un sens très large au terme de proverbe en incluant toute unité phraséologiq (...)

7Le proverbe n’est donc pas une assertion individuelle. C’est une phrase complète et autonome qui, relevant d’un code linguistique commun, ne sert pas à énoncer une vérité absolue8 mais dont l’emploi est conditionné par le contexte discursif dans lequel un proverbe est énoncé. Sa fonction est d’agir d’une façon ou d’une autre sur le ou les co-énonciateurs et de signaler que l’énonciateur ( = celui qui l’énonce), tout en endossant la responsabilité du principe qui lui est attaché (Anscombre 1994)9, présente le contenu du proverbe comme une évaluation d’une situation particulière, comme un raisonnement à visée pédagogique ou encore comme un argument pour signaler un jugement de valeur. De ce fait, des séquences comme (1), (2) et (3), incluses généralement dans les recueils bulgares sous l’intitulé « sagesse populaire10 », se démarquent des proverbes car elles sont des expressions idiomatiques qui, en tant que lexie complexe, présentent une « cohésion indestructible de toutes les unités » et « fonctionnent comme une seule signification formée par des éléments lexicaux soudés » (A. Negrenu, Cahiers de lexicologie, 1975, no27, p. 118, cité dans le Trésor de la langue française) :

(1) Досаден като конска муха.
Litt. ennuyeux comme (une) mouche du cheval.
« Il est casse-pieds. »

(2) Мъчи се като грешен дявол.
Litt. il peine comme (un) diable pécheur.
« Il tire le diable par la queue. »

(3) Прави го от кумова срама.
« Il le fait contraint et forcé. »

  • 11 Personnage mythique turc célèbre au-delà des Balkans pour ses histoires courtes ingénieuses, bouffo (...)

8De même, la chute finale d’une anecdote n’est pas automatiquement un proverbe. Il me semble en effet difficile d’attribuer un quelconque caractère proverbial à la chute finale de l’histoire qui est attribuée à Nasreddin Hodja11, comme le laisse entendre V. Friedman (1999 : 5) en citant l’exemple suivant :

(4) За нашата черга била разпpaта. (Ikonomov 1968: 90)
« The quarrel was about our blanket. » ( = Mind your own business.)

9Même si cette formulation représente un énoncé autonome et qu’elle est attestée en albanais, en turc et en lak, elle énonce un jugement individuel sur un fait qui vient de se produire. Énoncée seule, cette formulation n’exprime pas, du moins pour le locuteur bulgare, un jugement de portée générale sur les êtres humains. Elle ne conserve donc pas l’aspect gnomique que l’on attribue aux proverbes, comme dans :

(5) Видяла жабата, че коват вола и тя voir.PPA.Fém. grenouille.Art.déf. que ferrer.Prés.3Pl bœuf.Art.déf et elle вдигнала крак.
lever. PPA.Fém. patte.
Litt. La grenouille a vu qu’on ferrait le bœuf et elle a soulevé la patte.
« La Grenouille veut se faire aussi grosse que le bœuf. »

2. Cadre théorique

10Pour l’analyse des proverbes bulgares, notre étude s’appuie sur les concepts aspectuels et sur les relations temporelles du modèle sémantique ancrés sur la théorie des opérations énonciatives de Ch. Bally (1932/1965), E. Benvéniste (1966, 1974), A. Culioli (1984, 1999) J.‑P. Desclés (1980, 1995) et Zl. Guentchéva (1999).

11Une relation prédicative peut être aspectualisée sous forme d’un état, d’un événement ou d’un processus (trois notions aspectuelles de base construites à l’aide d’un prédicat verbal et des arguments auxquels ce prédicat s’applique) ; elle est par la suite repérée par rapport à l’acte d’énonciation. L’état, l’événement et le processus s’actualisent sur des intervalles d’instants topologiques dont les bornes sont liées à leurs propriétés aspectuelles.

2.1. Notions aspectuelles de base

12L’état se caractérise par une absence totale de changement (par ex., Vǎlkǎt e životno), ce qui implique que toutes les phases de la situation à laquelle renvoie la relation prédicative sont équivalentes entre elles et qu’il n’y a ni début (premier instant), ni fin (dernier instant). La zone d’actualisation d’un état est un intervalle ouvert, ce qui revient à considérer une absence de prise en compte de toute discontinuité et donc des deux bornes ouvertes qui, par définition, ne font pas partie de l’intervalle : ] ←→ [

13L’événement renvoie à une occurrence appréhendée dans sa globalité ; il établit une transition entre un état antérieur (avant) et un état postérieur (après). Il entraîne une discontinuité initiale (un début) et une discontinuité finale (une fin). La zone d’actualisation d’un événement est un intervalle fermé : une borne gauche fermée marque le changement initial ; une borne droite fermée marque un changement final ; les deux bornes font partie de l’intervalle de validation : [•⸻•] .

  • 12 Si certains aspectologues dont J. Lyons (1970, 1980), B. Comrie (1976), A. Mourelatos (1981), J.-P. (...)

14Le processus saisit une situation évolutive dans son déploiement composé d’états successifs et signale un changement initial par rapport à un état antérieur et son inaccomplissement à un instant pris pour référence. Il s’actualise sur un intervalle pour lequel les phases successives ne sont pas identiques entre elles ; la borne initiale fermée à gauche (souvent implicite) doit exister pour que l’évolution ait lieu ; elle indique une discontinuité (changement initial) entre l’état antérieur et le processus qui commence à se déployer, alors que la borne droite ouverte indique l’inaccomplissement du processus12 : [•⸻→[.

15À ces trois notions aspectuelles de base s’ajoutent d’autres notions dérivées, en particulier : (i) un état résultant, engendré par un événement et actualisé sur un intervalle ouvert (l’état) contigu qui est la zone contiguë et postérieure à la zone d’actualisation de l’événement qui a engendré cet état résultant : [          ] ←→ [; (ii) une suite ouverte d’événements, c’est‑à‑dire une suite discrète et ordonnée d’occurrences d’un même événement (avec un premier événement mais sans indication d’une dernière occurrence).

2.2. Notion de référentiel temporel et relations de repérage

  • 13 La théorie de repérage initialisée par A. Culioli a été développée par J.-P. Descles (1987), avec d (...)

16Une situation aspectualisée ne peut être interprétée que si l’on tient compte de la temporalité dans laquelle elle s’inscrit, c’est-à-dire qu’une situation aspectualisée doit être nécessairement repérée temporellement par rapport à un instant de référence « t » et doit donc exprimer des informations spécifiquement temporelles de concomitance (ou de simultanéité), notée =, de différenciation notée ≠ (antériorité ou postériorité). L’instant de référence peut être directement ou indirectement relié à l’acte énonciatif, conceptualisé comme un processus dont la borne droite, notée T0 constitue la borne d’inaccomplissement. À ces deux relations de repérage (identification, différenciation) doit être ajoutée une troisième relation qualifiée de mise en rupture, notée #, qui s’établit entre deux instants de deux référentiels différents13.

17Un référentiel temporel est un système de repérage par identification et différenciation qui est un ensemble d’instants ordonné et structuré par les relations de concomitance ou de différenciation. Plusieurs référentiels structurent la temporalité linguistique : référentiel énonciatif, référentiel externe, référentiel non actualisé, référentiel des énonciations rapportées, le référentiel des « vérités générales », le référentiel des possibles… (Desclés 1995 ; Desclés & Guentchéva 2010/2011). Chaque référentiel temporel peut être mis en rupture par rapport à un autre système temporel, ce qui signifie alors que tout instant du premier système n’est ni identifié, ni différencié par rapport à tout autre instant du second système. Cependant, deux référentiels en rupture l’un par rapport à l’autre peuvent être localement synchronisés. Parler suppose un « décrochage » par rapport à un référentiel externe et donc la construction d’un nouveau référentiel énonciatif, noté REN, organisé autour du processus énonciatif dont la borne droite sert de repère origine à tous les procès (contenu propositionnel aspectualisé) et donc mis en rupture par rapport au référentiel externe, tout en étant compatible avec lui par une synchronisation explicite. Dans le REN, le processus énonciatif introduit une coupure continue T0 entre le réalisé (donc présenté comme certain par l’énonciateur) et le non-réalisé, donc le domaine modal du non-certain, ce dernier présentant une structure ramifiée englobant le quasi-certain, le probable, le possible, l’improbable et l’impossible (Desclés 1980, Vinzerich 2007 ; voir aussi Martin 1981 et Vuillaume 2001 pour le futur). Lorsque les situations décrites dans les énoncés ne sont pas dans une actualité directement liée au processus énonciatif, leur analyse nécessite de faire appel à d’autres référentiels dans lesquels elles sont alors localisées. C’est dans le référentiel non actualisé (dont la construction est signalée par des marqueurs explicites) que les situations verbalisées ne peuvent être insérées ni dans le passé (réalisé), ni dans le présent, ni dans le futur (non encore réalisé) de l’énonciateur et, par conséquent, qu’elles ne sont pas repérées par rapport à T0 mais repérées les unes par rapport aux autres (Desclés 1980, 1994 ; Guentchéva 1990). Les situations racontées qui y sont repérées, sont en relation de rupture avec tous les instants du référentiel énonciatif REN, et donc en particulier avec T0.

18L’utilisation d’un proverbe renvoie à un autre référentiel, celui des « vérités générales » (RVG) où, pour chaque instant de ce référentiel, une situation verbalisée est considérée comme vraie. Lorsqu’une vérité de portée générale est énoncée, elle est considérée, par analogie, comme une instance particulière qui peut s’actualiser dans le référentiel énonciatif. Nous nous proposons d’expliciter le processus lié à l’actualisation d’un proverbe. La prise en compte des paramètres aspecto-temporels est alors d’autant plus importante que, lors de son énonciation, le contenu proverbial est toujours mis en rapport, directement ou indirectement, avec l’acte d’énonciation. Nous verrons comment les formes verbales en bulgare exploitent ce mécanisme en nous appuyant sur : (1) la notion de prise en charge qui consiste à repérer le contenu propositionnel par rapport à l’acte d’énonciation et à indiquer l’engagement ou le désengagement de l’énonciateur par rapport à la vérité de ce contenu ; (2) la notion d’actualisation signalant que la situation repérée dans un autre référentiel se réalise ou non dans le REN.

3. Proverbes et variations aspecto‑temporelles

  • 14 Lorsque le proverbe n’a pas d’équivalent en français, nous procédons a une traduction littérale et (...)

19Le présent imperfectif est la forme dominante dans les proverbes bulgares14 :

(6) Камък, който се търкаля, темел не хваща.
Litt. Pierre qui roule, ne peut/sert pas (à) poser les fondements (d’un édifice).
« Pierre qui roule n’amasse pas mousse. »

(7) Кучето си лае, керванът си върви.
Litt. Le chien aboie, la caravane poursuit (sa route).
« Le chien aboie, la caravane passe. »

(8) По дрехите посрещат, по акъла изпращат.
Litt. D’après les vêtements on accueille, d’après l’intelligence on raccompagne.
« On te reçoit selon la façon dont tu es habillé, on te raccompagne selon ton intelligence. »

(9) На вълка му е дебел врата, защото сам си върши работата.
Litt. Le cou du loup est solide parce qu’il fait seul son travail.
Au sens de : « Pour réussir, il ne faut pas attendre l’aide d’autrui. »

(10) Покрай сухото гори и суровото.
Litt. Avec le bois sec brûle aussi le bois vert.

(11) Желязото се кове докато е горещо.
Litt. Le fer se bat pendant qu’il est chaud.
« Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. »

(12) Парен каша духа
Litt. (Celui qui a été) brûlé souffle (sur) une bouillie.
Au sens de : « Une mésaventure rend prudent à l’excès. »
≈ » Chat échaudé craint l’eau froide. »

Un stock important de proverbes apparaît avec un verbe à la forme négative :

(13) На харизан кон зъбите не се гледат.
Litt. À cheval donné, les dents ne se regardent pas.
« À cheval donné on ne regarde pas les dents. »

(14) Една птичка пролет не прави.
Litt. Un oiseau ne fait le printemps.
« Une hirondelle ne fait pas le printemps. »

(15) Крушата не пада по-далече от дървото.
Litt. La poire ne tombe pas loin du poirier.

(16) Гладна мечка хоро не играе. Litt. Un ours affamé ne danse pas.
≈ » Ventre affamé n’a pas d’oreilles. »

20Comme les proverbes offrent souvent aussi des conseils et des mises en garde implicites, un nombre non négligeable de proverbes bulgares se réalisent avec des impératifs imperfectifs à la forme négative :

(17) Не питай стаpилo, a питай патило.
Litt. Ne demande pas conseil à un vieux, mais demande conseil à celui qui a souffert.
« Prend conseil auprès de celui qui a de l’expérience et non pas de celui qui a de l’âge. »

(18) Или ce млад жени, или ce млад калугери.
Litt. Ou marie-toi jeune, ou fais-toi moine jeune.
« Marie-toi ou fais-toi moine, pendant que tu es encore jeune. »

  • 15 Cf. § 3.2.

Parallèlement, il existe un certain nombre de proverbes au médiatif, c’est-à-dire des formes verbales de participes parfaits en -l15 :

(19) Търкулнало се гърнето, та си намерило похлупакa. Litt. Le pot a roulé (méd) et a trouvé (méd) son couvercle.

(20) Будалите дали, хитрите яли.
Litt. Les imbéciles ont donné (méd), les malins ont mangé (méd).

(21) Бог дал, бог взел
Litt. Dieu a donné (méd), Dieu a repris (méd).

(22) Каквото повикало, таквоз се откликнало
Litt. Ce qu’on a appelé (méd), c’est ce qui est répondu (méd).

(23) Отишла камилата за рога, върнала се без уши.
Litt. Le chameau est parti pour des cornes, il est revenu sans oreilles.
« Le chameau désirant des cornes, a perdu les oreilles. »

Plus rarement apparaît un aoriste comme dans :

(24) Остави питомното, гони дивото.
Litt. (Il) a lâché (Aor) l’apprivoisé, (il) poursuit (Prés) le sauvage.
≈ » Lâcher la proie pour l’ombre. »

3.1. Proverbes au présent imperfectif

21Le fait que le présent imperfectif soit une forme privilégiée dans les proverbes (ex. (6)‑(20)) n’est pas surprenant car la notion de concomitance qui lui est associée par de nombreux linguistes (Gadet & Galmiche, 1986 : 562) ne se réduit pas à une simultanéité temporelle avec la situation d’énonciation mais à une concomitance par synchronisation (Provôt, Desclés & Vinzerich 2010). Dans le cas du proverbe au présent imperfectif, il s’agit en effet d’une actualisation par synchronisation locale (identification) entre ce qui est considéré comme vrai (le proverbe en tant qu’expression d’une vérité qui s’autorise d’une opinion commune) et le fait auquel il réfère lors de son énonciation.

22Prenons le proverbe (6) Камък, който се търкаля, темел не хваща (litt. Pierre qui roule ne peut pas poser les fondements d’un édifice) « Pierre qui roule n’amasse pas mousse » qui est associé à la réussite et à la richesse : on ne réussit pas dans la vie en s’agitant de façon désordonnée, en changeant de métier… Le proverbe se présente comme une prescription énonçant un enseignement, une règle de conduite à suivre ou un raisonnement relatif à un fait et peut être adressé à un co-énonciateur ou concerner un tiers. Il fournit une généralisation en mettant en jeu deux processus articulés sous forme d’une structure implicative : → q (le processus p implique le processus q). En utilisant ce proverbe, l’énonciateur recourt à un raisonnement par analogie : ce qui est vrai dans le rapport entre les deux membres p et q de la situation générale évoquée par le proverbe, l’est aussi dans le rapport entre les membres p´ et de la situation particulière. L’énonciation du proverbe établit ainsi un rapport analogique entre le cas général auquel renvoie le proverbe et qui relève du RVG et un cas particulier où le processus (analogue au processus p) doit entraîner dans le REN, le processus (posé comme analogue à q). Ce sont bien les trois composantes du proverbe (les deux processus et la relation de consécution établie entre ces processus) que l’énonciateur prend en charge et qui lui permettent de présenter la vérité qui lui est attachée, en accord avec le fait qui s’y rapporte dans la temporalité de son énonciation.

  • 16 Ces deux processus se réalisent avec des verbes réfléchis a valeur moyenne.

23Le proverbe (7) Кучето си лае, керванът си върви dont on peut paraphraser le sens par « de même que le chien qui aboie, n’empêche pas la caravane d’avancer, de même les protestations n’empêchent pas certains de faire ce qu’ils veulent », se réalise sous la forme de deux processus16, mais, à la différence de (6), ces derniers s’insèrent dans une structure corrélative. Cependant, le mécanisme est le même. Replaçons maintenant l’utilisation de ce proverbe dans un contexte particulier (25) :

(25) Подходящо за 31 декември и за започване на новата година. Да видим какво ще и е « новото », защото 20 « нови » години си кютат под надслова (25a) « Кучето си лае, керванът си върви » ! Само дето хората са казали и още нещо : (25b) « Намерил [керванът] село без кучета, тръгнал без тояга ». (http://sg.stroitelstvo.info/​show.php?storyid=490685)
« Ça convient pour le 31 décembre et pour commencer la nouvelle année. Voyons ce qui sera “le nouveau” parce que les 20 “nouvelles” années sе dissimulent sous le slogan (25a) “Le chien aboie, la caravane passe” ! Mais les gens ont dit aussi quelque chose de plus : (25b) “On [la caravane] a trouvé un village sans chiens, on est parti sans bâton”. »

24Comme on peut le constater, dans ce passage, extrait d’un texte journalistique, l’auteur recourt à deux proverbes qui s’inscrivent dans le même contexte d’énonciation et servent donc à qualifier la même situation discursive, la seule différence étant que le premier (7), repris ici sous (25a), est au présent imperfectif, alors que le second, noté (25b), a des formes médiatives. Examinons (25a) [pour l’analyse de (25b), voir § 3.2]. Le contexte est clair : l’auteur de l’article s’en prend à la politique menée dans le pays par le pouvoir en place et vise à commenter, par le biais du proverbe (le général), la situation particulière à laquelle il réfère. Avec (25a) il signale explicitement, lors de son acte énonciatif, la morale qu’il en tire lui-même : si les protestations et les critiques ont laissé imperturbables les politiques au pouvoir au cours des vingt dernières années, il n’y a aucune raison de s’attendre à ce que cette situation change dans les années à venir. Le journaliste présente ainsi comme acquis le rapport analogique mis en jeu entre les processus et la relation implicative associés au proverbe au niveau du référentiel des vérités générales, et la situation visée qui relève du référentiel énonciatif. Il apparaît ainsi que l’énonciation d’un proverbe au présent imperfectif se présente comme une stratégie discursive permettant à celui qui l’utilise d’actualiser une instance de la vérité proverbiale de portée générale en l’intégrant dans la temporalité de son énonciation. En réalisant ainsi le principe d’actualisation, l’énonciateur d’un proverbe prend en charge « le vrai » appliqué au rapport qu’il instaure entre le contenu proverbial qui relève du RGV et le fait visé qui relève du REN. On peut illustrer cet emploi privilégié du présent imperfectif dans les proverbes par le diagramme suivant où le contenu proverbial représenté par deux processus p et q en relation implicative, situés dans le référentiel des vérités générales, s’actualise comme une instance de la vérité proverbiale dans le REN en concomitance avec T0 :

Diagramme 1. – Présent imperfectif de vérité générale.

Diagramme 1. – Présent imperfectif de vérité générale.

25On remarquera qu’il existe des proverbes comme (8) Покрай сухото гори и суровото « Avec le bois sec brûle aussi le bois vert » qui ne se présentent pas sous la forme d’une structure binaire standard, parce qu’ils mettent en jeu un seul prédicat qui, lui, implique deux processus inaccomplis, à la fois distincts et simultanés. Bien que l’analyse de ce type de proverbes nécessite que l’on s’intéresse à leur structure sémantique permettant au proverbe d’exprimer une « vérité générale » (ce qui n’est pas l’objet de cette étude), le mécanisme de leur utilisation rejoint celui dégagé dans le cas des deux proverbes analysés précédemment : un raisonnement par analogie conduisant à une mise en correspondance d’une relation implicative existant entre les deux processus et présentée comme « vraie » et les faits de la situation discursive décrite ; le présent imperfectif a donc pour fonction de signaler que la vérité de portée générale du proverbe s’actualise en concomitance avec T0. En d’autres termes, l’énonciateur signale que, toutes les conditions linguistiques étant réunies pour lui, il s’engage sur le « vrai » du rapport analogique qu’il établit entre les processus sous forme implicative du proverbe au niveau du RVG et la situation décrite lors de l’instanciation du proverbe en tant qu’occurrence particulière de vérité générale dans le référentiel énonciatif. Terminons ici par une remarque sur un proverbe à construction binaire comme (11) На вълка му е дебел врата, защото сам си върши работата, qui se présente comme l’expressoin verbalisée d’une explication qui fait appel à une loi générale « si p alors » exprimant une déduction en tant que savoir partagé commun : l’état (le loup a le coup solide) est envisagé à chaque fois comme une conséquence d’un processus discret (сам си върши работата). Dans ce type de proverbes, la « vérité générale » est liée aux déterminants des classes d’individus et actualisable par rapport aux faits évoqués dans l’acte d’énonciation à T0.

3.2. Proverbes au médiatif

  • 17 La littérature sur le sujet est abondante et la répartition des périphrases verbales diffère selon (...)
  • 18 Sur la notion de référentiel temporel en tant qu’outil conceptuel permettant le repérage des situat (...)

26Avant d’aborder l’analyse de cette classe de proverbes, il est important de signaler que la valeur et la place des formes médiatives (c’est‑à‑dire des formes verbales en -l sans auxiliaire à la 3e personne) dans le système grammatical du bulgare sont controversées17. Dans la tradition grammaticale bulgare, les formes verbales personnelles sont réparties entre le paradigme des temps de l’indicatif et les paradigmes qui s’articulent sur les périphrases verbales construites sur le modèle du parfait en incluant la forme en -l bâtie sur l’imparfait et en tenant compte de la présence ou de l’omission de l’auxiliaire sǎm « être » à la 3e personne (un ensemble de formes que Sv. Ivanchev (1976/1978) appelle complexe perfectoïde) : čel (e) ; četjal (e) ; čel (e) bil ; štjal (e) da čete ; štjal bil da čete ; štjal (e) da e čel. V. Friedman (1986 ; 2002) rejette cette répartition des formes périphrastiques pour deux raisons principalement : l’homonymie de la 1re et la 2e personnes dans les paradigmes d’une part et, d’autre part, l’omission de l’auxiliaire à la 3e personne qu’il analyse comme une variante stylistique du « passé indéfini » (indefinite past ou unmarked past ). Je suis l’auteur lorsqu’il affirme que « the notion of paradigm is a linguistic abstraction whose ‘reality’ in ‘the mind of the speaker’ is not a conscious one » (Friedman 2001 : 206) ; en revanche, il est difficile de ramener la signification des formes verbales čel (e) et četjal (e) à un phénomène stylistique. Les principes organisateurs des formes périphrastiques sont en effet complexes dans la mesure où ils se distribuent en sous-systèmes (Feuillet 1996a, b) et mettent en jeu différents référentiels temporels (Guentchéva 1996b)18, l’actualisation dans le référentiel énonciatif étant une possibilité. Ainsi, par exemple : (i) un sous-système, réduit à la 3e personne et caractérisé par l’absence de l’auxiliaire, est mis en œuvre dans la présentation des faits historiques, des contes et des légendes, mais aussi dans les proverbes, et les formes verbales médiatives ont pour fonction de signaler des faits qui ne sont ni spatialement ni temporellement liés au narrateur ; ces derniers relèvent d’un référentiel temporel globalement en rupture avec l’acte d’énonciation qui les a créés ; (ii) un sous-système à la 3e personne, avec l’auxiliaire, sert à présenter l’information comme une hypothèse simplement plausible car inférée par l’énonciateur. Plus complexe est l’emploi de l’ensemble de ces formes dans le discours indirect qui est signalé par un verbum dicendi ou declarandi et où sont représentées toutes les personnes. Cependant, lorsque l’auxiliaire est omis à la 3e personne, elles sont un signal explicite que l’énonciateur ne se porte pas garant des faits rapportés.

  • 19 V. Friedman s’appuie sur la catégorie de status, définie par Aronson (1967) comme l’expression d’un (...)

27Revenons aux proverbes au médiatif (ex. (19)-(23)). Pour Ju. S. Maslov (1981 : 268) et P. Asenova (1989/2002 : 238), ces formes verbales sont des parfaits avec omission de l’auxiliaire à la 3e personne. Pour V. Friedman (1999, 1986 ; 2002), en revanche, ces formes, avec ou sans auxiliaire au présent à la 3e personne, ont la non-confirmativité comme valeur sémantique contextuelle, la non-confirmativité étant définie comme un refus de confirmation personnelle (« the withholding of personal confirmation », Friedman 1999 : 13519) ; leur emploi dans les proverbes balkano‑slaves serait lié non seulement à la nature du contexte gnomique et aux relations de marqué / non-marqué qui s’établissent dans le système grammatical de la langue, mais avant tout à l’histoire spécifique de l’opposition confirmatif / non-confirmatif, relativement récente dans ces langues. L’interprétation des formes en -l dans les proverbes comme des parfaits (avec omission de l’auxiliaire) me semble discutable pour deux raisons, même si ces formes reflètent un état ancien de la langue où elles s’analysaient comme des parfaits. En premier lieu, la structure proverbiale articule un couple de deux propositions qui encodent deux événements en rapport implicatif d’une part et elle met l’accent sur l’implication entre ces deux événements, d’autre part. De ce fait, on doit les distinguer des proverbes comme Който е копал (parfait) лозето, той ще яде гроздето (litt. Celui qui a bêché le vignoble, il mangera le raisin). En second lieu, les événements, en tant que transitions entre deux états (un avant et un après), entraînent certes une certaine résultativité, mais cette résultativité ne se confond pas et ne doit pas être assimilée à la notion d’état résultant propre au parfait ; elle découle entre autres de la composition de la signification du verbe avec l’aspect perfectif. Quant à la notion de non‑confirmativité, il me semble qu’elle peut être rapprochée de la notion de médiativité permettant d’exprimer le « désengagement » de l’énonciateur par rapport aux faits que ce dernier énonce.

  • 20 Dans un proverbe au médiatif, le ≪ ON-locuteur ≫ est intègre a la forme médiative. Il ne s’agit don (...)
  • 21 Le raisonnement abductif, analyse par C. S. Peirce (Collected papers) se distingue du raisonnement (...)
  • 22 Malgré les similitudes lexicales, le proverbe bulgare a une signification tout a fait différente du (...)
  • 23 Lorsque le proverbe n’a pas d’équivalent en français, nous procédons a une traduction littérale et (...)

28La caractéristique fondamentale d’un proverbe au médiatif est de signaler que si, en tant que vérité de portée générale, le proverbe est explicitement attribué à un savoir collectif partagé20, celui qui énonce le proverbe juge la formule proverbiale comme plausible à l’égard de la situation à laquelle il fait référence et l’énonce comme telle en T0. En utilisant un proverbe, il fait appel à un raisonnement abductif (au sens de Peirce21), fondé, d’une part, sur des indices verbalisés ou non verbalisés de la situation en question et, d’autre part, sur un savoir présumé commun donc partagé par les interlocuteurs. En d’autres termes, l’énonciation d’un proverbe au médiatif se définit comme la prise en charge de la plausibilité de la formule implicative à la suite d’un raisonnement abductif, ce qui permet à l’utilisateur d’un proverbe au médiatif de dégager plus ou moins sa responsabilité par rapport à la formule implicative et de laisser ainsi libre(s) son/ses interlocuteur(s) d’en juger, de la discuter, de l’accepter ou de la rejeter. Un proverbe comme (19) Търкулнало се гърнето, та си намерило похлупакa (litt. Le pot a roulé (méd) et a trouvé (méd) son couvercle) que l’on peut traduire de façon assez approximative par « Ainsi, le pot a roulé et aurait trouvé son couvercle ») en est un excellent exemple22. Il porte sur le comportement moral, éthique ou social des êtres humains : le rapprochement entre certaines personnes peut/doit être considéré comme le résultat d’un mouvement d’ambitions et/ou d’intérêts personnels23. Le proverbe bulgare véhicule une idée similaire à celle exprimée par le proverbe français Qui se ressemble s’assemble mais s’en distingue néanmoins par le fait qu’il met en œuvre des formes médiatives (et non pas des formes verbales au présent) qui, du point de vue aspectuel, encodent explicitement des événements d’une part et la présence d’un connecteur comme « et, et puis » qui marque l’enchaînement de ces deux événements sous forme implicative. Le proverbe au médiatif devient ainsi un mode discursif d’insertion permettant de signaler que si le savoir présumé commun dont le proverbe est porteur, est posé dans le RVG, la relation entre ce savoir commun partagé et les faits en question dans la situation énonciative comme simplement susceptible de s’actualiser dans la temporalité de celui qui ne l’utilise que sous certaines conditions. La forme médiative devient ainsi un mode discursif d’insertion permettant de signaler plus globalement que l’applicabilité du proverbe dans le domaine du particulier est seulement plausible.

29C’est le même mécanisme qui se manifeste dans le proverbe (20) Будалите дали, хитрите яли (litt. Les imbéciles ont donné (méd), les malins ont mangé (méd)) dont la morale signifie : Il ne faut pas / on ne peut pas se plaindre si l’on a donné soi-même l’occasion aux autres d’en tirer profit. Comme pour (19), l’utilisation du proverbe qui met en jeu un enchaînement de deux événements sous forme d’une implication (facilitée par le contenu sémantique des deux prédicats dal et vzel), repose sur une reprise d’un savoir commun partagé. Les formes médiatives apparaissent ainsi comme une sorte de signal de suspension de l’actualisation de la vérité proverbiale dans le référentiel énonciatif dans le sens où l’énonciation du proverbe porte sur la prise en charge de la plausibilité de la formule proverbiale implicative parce que l’application du proverbe dans le domaine du particulier nécessite « certaines conditions » pour être validée.

30Reprenons maintenant le deuxième proverbe exprimé avec des formes verbales médiatives dans l’exemple contextualisé en (25) :

(25b) Намерил (керванът) село без кучета, тръгнал без тояга.
Litt. A trouvé (méd) un village sans chiens, (i) est parti (méd) sans bâton.

  • 24 D’autres expressions comme Както казва народната поговорка ≪ Comme dit le proverbe ≫ ou Kaкто казва (...)

31Ce proverbe est produit, comme nous l’avons déjà signalé, dans le même contexte d’énonciation que (25a) et vise à renforcer le crédit que le journaliste accorde à ce dernier. Comme (25a), il sert à porter un jugement moral et éthique sur le comportement humain que l’on peut paraphraser, en l’absence d’une traduction adéquate, par : « En l’absence d’une surveillance stricte des règles à suivre, certaines personnes considèrent qu’elles sont intouchables. » Cependant, s’il renvoie explicitement au savoir partagé des gens de la communauté comme l’indique l’expression Само дето хората са казали и още нещо (litt. C’est que les gens ont dit aussi quelque chose de plus) « Mais on a dit aussi » qui l’introduit24, c’est au niveau du jugement d’évaluation et du rapport d’application du proverbe dans le domaine du particulier que se situe la différence entre les deux proverbes : en (25a), avec le présent imperfectif, le journaliste qui énonce le proverbe, adhère à la vérité du proverbe dont la communauté linguistique se porte garante et l’actualise directement dans le référentiel énonciatif, alors qu’en (25b), avec les formes médiatives, il signale que l’actualisation de la vérité proverbiale, explicitement attribuée à la communauté linguistique, est envisageable (sous certaines conditions qui nécessitent d’être précisées par lui ou les co-énonciateurs) dans le référentiel énonciatif, ce qui ne signifie ni doute ni refus, mais qui implique un certain désengagement. La représentation en diagramme permet d’illustrer le décalage entre les événements situés dans le RVG et leur actualisation plausible par rapport à T0 dans le REN :

Diagramme 2. – Médiatif dans les proverbes.

Diagramme 2. – Médiatif dans les proverbes.

32Cette présentation rapide permet de montrer que, sur le plan aspectotemporel, à la différence des formes verbales au présent qui sont conceptualisés comme des états ou des processus, les formes médiatives dans les proverbes dénotent toujours des événements qui sont réalisés par des participes en -l bâtis généralement sur la forme d’un aoriste perfectif [(5), (16)] ; lorsque le participe en -l est formé sur un aoriste imperfectif, il apparaît obligatoirement dans la deuxième partie de la construction comme dans Видяла свинкя рогозина, па сакала и постеля (litt. Le porc a vu (méd) une carpette, et il a eu envie (méd) d’une couverture). Avec les formes médiatives, le proverbe repose toujours sur deux prédicats et les deux événements encodés se présentent sous la forme de deux propositions complètes, la consécution étant souvent liée à une relation de cause à effet : le premier événement est une condition pour que le deuxième puisse avoir lieu. Cette relation causale est orientée vers l’effet, ce qui est signalé par l’indice de ponctuation « , », par une conjonction comme i, ami ou pa, ou encore elle peut être lexicalisée par des verbes antonymiques comme dal vzel en (21) ou piviknalo – otkliknalo en (22).

33Comme dans les autres langues du monde, les proverbes présentent souvent des variantes comme (26), comparé à (23) :

(23) Отишла камилата за рога, върнала се без уши.
Litt. Le chameau est parti pour (voir) des cornes, il est revenu sans oreilles.
(26) Видяла камилата уши, ами иска и рога.
Litt. Le chameau a vu (méd) des oreilles, mais veut (prés.) aussi des cornes.

  • 25 Relève de ce paradigme un proverbe comme Видяла баба щипано, а че иска и хапано qui peut être consi (...)

34Un proverbe comme (26) ne s’inscrit pas dans un paradigme formel productif en bulgare, mais sa particularité est qu’en dépit de l’occurrence du verbe de modalité factuelle iska « (il) veut », il a pour vocation de produire, comme les proverbes analysés ci-dessus, un enseignement puisé dans l’expérience humaine que l’on peut paraphraser par : À vouloir trouver mieux, on finit par / on risque de trouver plus mal ; On finit par / on risque de tout perdre, quand on veut trouver mieux25. Ici, la relation entre les deux parties de la structure binaire s’avère beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît car deux facteurs interviennent dans le mécanisme inférentiel sous-jacent au proverbe : la forme médiative et la conjonction d’opposition ami « mais ». Cependant, le rôle de la forme médiative est ici capital car, de par sa nature, elle sert de point de départ à la construction et au raisonnement inférentiel à partir d’informations précédemment énoncées. En revanche, la relation implicative entre les deux parties de la structure binaire est explicitée par le connecteur d’opposition ami « mais ». En (26), l’énonciateur pose une relation implicative tout à fait particulière entre un événement p qui se manifeste sous la forme d’un aoriste médiatif vidjala « a vu » et donc posé comme plausible, et la visée d’actualisation d’un événement q auquel renvoie le verbe modal au présent iska. Ainsi, l’énonciateur pose la relation d’implication p q comme une visée d’actualisation d’une demande (avoir des cornes).

4. Pour conclure

35En mettant l’accent sur les relations entre plusieurs référentiels, j’ai essayé de clarifier quelques points que pose toute description linguistique des proverbes et de leur utilisation. J’ai abordé le problème en distinguant la classe des proverbes au présent de celle au médiatif pour faire émerger une variation aspecto‑temporelle qui se manifeste au sein de ces deux groupes de formules proverbiales en bulgare et qui a des conséquences pour l’élaboration plus générale d’une théorie cohérente des faits sentencieux. J’ai mis en évidence que la relation prédicative exprimée par une forme verbale au présent est aspectualisée comme un état ou un processus, alors que celle exprimée par une forme verbale au médiatif renvoie toujours à la valeur d’événement. J’ai aussi montré qu’au-delà des contraintes lexicales et grammaticales diverses dont il est question dans les études, l’analyse du proverbe, en tant que genre particulier, nécessite le recours au concept de référentiel car, si le proverbe est l’expression d’une vérité générale, il relève d’un référentiel de savoir présumé commun et donc du référentiel des vérités générales qui sont vraies indépendamment du temps et des énonciateurs qui y réfèrent. En revanche, lors de son utilisation, le proverbe implique une analogie et une opération de synchronisation entre la situation particulière visée par le proverbe et la situation générale relevant du référentiel des vérités générales. Bien que le nombre de proverbes analysés soit limité dans le cadre de cet article, il a permis de montrer que l’énonciation d’un proverbe au présent et d’un proverbe au médiatif présentent pour l’énonciateur deux façons différentes d’actualiser une « vérité générale » : avec le présent, l’actualisation marque un engagement vers le « vrai » du contenu proverbial de la part de l’énonciateur ; avec les formes médiatives, l’actualisation signale une prise en charge de la plausibilité du contenu proverbial et un certain désengagement de sa part. Cette étude devrait être approfondie en tenant compte en particulier des marques de négation ou de modalité, l’impératif… mais aussi d’autres structures (concessives, conditionnelles, par exemple).

Haut de page

Bibliographie

Alexander R., 2001, « Bridging the descriptive chasm: the Bulgarian ‘generalized past’« , in: V. A. Friedman, D. L. Dyer, éd., Of all the Slavs my favorites: in honor of Howard I. Aronson, Bloomington, Ind., p. 13-42.

Anscombre J.-Cl., 1994, Proverbes et formes proverbiales : valeur évidentielle et argumentative, Langue française, no 102, p. 95-107.

Anscombre J.-Cl., 2005. Le ON-locuteur : une entité aux multiples visages, in : J. Bres, P. P. Haillet, S. Mellet, H. Nølke, L. Rosier, éd., Dialogisme et polyphonie : approches linguistiques, Bruxelles, p. 75-94.

Anscombre J.-Cl., 2006, « Polyphonie et classification des énoncés sentencieux : les marqueurs médiatifs génériques », le Français moderne, t. 74, fasc. 1, p. 87-99.

Aronson H. I., 1967, « The grammatical categories of the indicative in the contemporary Bulgarian literary language », in To Honor Roman Jakobson, t. 1, The Hague, Mouton, p. 82-98.

Arrivé M., Gadet F., Galmiche M., 1986, la Grammaire d’aujourd’hui : guide alphabétique de linguistique française, Paris, Flammarion.

Asenova P., 1989, Балканско езикознание, Sofia, Nauka i iskustvo. ID., 2002, Балканско езикознание, Veliko Tărnovo, Faber.

Bally Ch., 1932/1965, Linguistique générale et linguistique française, Bern, Franke.

Benveniste É., 1966, Problèmes de linguistique générale, t. I, Paris, Gallimard.

Benveniste É., 1974, Problèmes de linguistique générale, t. II, Paris, Gallimard. Berrendonner A., 1982, Éléments de pragmatique linguistique, Paris, Minuit.

Culioli A., 1971, « À propos d’opérations intervenant dans le traitement formel des langues naturelles », Mathématiques et sciences humaines, t. 34, p. 7-15.

Culioli A., 1978, Valeurs aspectuelles et opérations énonciatives : la notion d’aoristique, in : J. David, R. Martin, Notion d’aspect, Paris, Klincksieck, p. 181-193.

Culioli A., 1984, « Théorie du langage et théorie des langues », in : G. Serbat, J. Taillardat, G. Lazard, éd., É. Benveniste aujourd’hui : actes du Colloque international du CNRS, Paris, Société pour l’information grammaticale, p. 115-123.

Culioli A., 1999, Pour une linguistique de l’énonciation : Formalisation et opérations de repérage, t. 2. Paris, Ophrys.

Comrie B., 1976, Aspect: an introduction to the study of verbal aspect and related problems, Cambridge, Cambridge University Press.

Desclés J.-P., 1980, Construction formelle de la catégorie grammaticale de l’aspect : essai, in : J. David, R. Martin, Notion d’aspect, Paris, Klincksieck, p. 213-242.

Desclés J.-P., 1987, Réseaux sémantiques : la nature logique et linguistique des relateurs, Langages, no 87 : p. 57-78.

Desclés J.-P., 1994, « Quelques concepts relatifs au temps et à l’aspect pour l’analyse des textes », Studia kognitywne, t. 1 : Semantyka kategorii aspektu i czasu, Warszawa, Slawistyczny Osrodek Wydawniczy, p. 57-88.

Desclés J.-P., 1995. Les référentiels temporels pour le temps linguistique, Modèles linguistiques, t. XVI, fasc. 2, p. 9-36.

Desclés J.-P., Guentchéva Z., 2010/2011, « Référentiels aspecto-temporels : une approche formelle et cognitive appliquée au français », in : F. Neveu, V. Muni Toke, J. Durand, T. Klingler, L. Mondada, S. Prévost, éd., Congrès mondial de linguistique française – CMLF 2010, Paris, Institut de linguistique française, p. 1675-1696 ; repris dans Bulletin de la Société de linguistique, t. 106, 2011, fasc. 1, p. 95-127.

Feuillet J., 1996a, Grammaire synchronique du bulgare, Paris, Institut d’études slaves.

Feuillet J., 1996b, « Réflexions sur les valeurs du médiatif », in : Guentchéva, éd., 1996a : p. 71-86.

Fielder, G., 2002, « Questioning the dominant paradigm: an alternative view of the grammaticalization of the Bulgarian evidential, in Bulgarian », in: V. A. Friedman, D. L. Dyer, éd., Of all the Slavs my favorites: in honor of Howard I. Aronson= Indiana Slavic studies, t. 12, p. 171-202.

Friedman V., 1986, « Evidentiality in the Balkans: Macedonian, Bulgarian, and Albanian », in: W. Chafe, J. Nichols, éd., Evidentiality: the linguistic coding of epistemology, Norwood, N.J., Ablex (Advances in discourse processes, t. 68), p. 168-87.

Friedman V., 1999, « Evidentiality in the Balkans », in : U. Hinrichs, éd., Handbuch der Südosteuropa Linguistik, Wiesbaden, Harrassowitz, p. 519-44.

Friedman V., 2001, « Hunting the elusive evidential: the third-person auxiliary as a boojum », in: V. A. Friedman, D. L. Dyer, éd., Of all the Slavs my favorites: in honor of Howard I. Aronson= Indiana Slavic studies, t. 12, p. 203-230.

Friedman V., 2002, « Confirmative/nonconfirmative in Balkan Slavic, Balkan Romance, and Albanian with additional observations on Turkish, Romani, Georgian, and Lak », in: B. Utas, L. Johanson, éd., Evidentials in Turkic, Iranian and neighbouring languages, Berlin, Mouton – De Gruyter, p. 329-366.

Gerdžikov G. 1984, Преизказването на глаголното действие в българския език, Sofia, Nauka i iskustvo.

Gouvard J.-M., 1996, Les formes proverbiales, Langue française, no 110, p. 48-63.

Guentchéva Z., 1990, Temps et aspects : l’exemple du bulgare contemporain, Paris, Éd. du CNRS.

Guentchéva Z., éd., 1996a, l’Énonciation médiatisée, Louvain – Paris, Peeters.

Guentchéva Z., 1996b, « Le médiatif en bulgare », in : Guentchéva, éd., 1996a : p. 47-70.

Ivanchev S., 1976/1978, « Проблеми на развитието и функционирането на модалните категории в българския евик », in Помогало по българска морфология : Глагол, Sofia, Nauka i iskustvo, 1976, p. 348-360 ; repris in : S. Ivančev, Приноси в българското и славянското езикознание, Sofia, Nauka i iskustvo, 1978, p. 80-91.

Kleiber G., 2000, « Sur le sens des proverbes », Langages, no 139, p. 39-58. KUCAROV I., 1984, Преизказването в българския език, Sofia, Nauka i iskustvo.

Kleiber G., 1994, Едно екзотично наклонение на българския глагол, Sofia, Universitetsko izdatelstvo « Sv. Kl. Ohridski ».

Kleiber G., 2006, Теоретична граматика на българския език, Plovdiv, Universitetsko izdanie « Paisij Hilendarski ».

Laca B., 1995, « Une question d’aspect : à propos des périphrases progressives en catalan », in Estudis de lingüística i filologia oferts a A. Badia i Margarit, t. I, Barcelona, Abadia de Montserrat, p. 495-509.

Lyons J., 1970, Linguistique générale : introduction à la linguistique théorique, Paris, Larousse.

Lyons J., 1980, Semantics, t. I, London, Cambridge University Press.

Maingueneau D., 1992, « Un problème cornélien : la maxime », Études littéraires, t. 25, fasc. 1-2, p. 11-22.

Martin R., 1981, « Le futur linguistique : temps linéaire ou temps ramifié ? », Langages, no 64, p. 81-92.

Maslov Ju. S., 1981, Грамматика болгарского языка, Moskva, Vysšaja škola.

Meider W., 1993, Proverbs are never out of season: popular wisdom in the Modern Age, New York, Oxford University Press.

Mourelatos A. P. D., 1978/1981, « Events, processes, and states », Linguistics and philosophy, p. 415-434; réimpr. in: Ph. Tedeschi, A. Zaenen, Syntax and semantics, t. 14: Tense and aspect, New York, Academic Press, 1981, p. 91-102.

Nicolova R., 2008, Българския граматика: морфология, Sofia, Universitetsko izdatelstvo « Sv. Kl. Ohridski ».

Penčev J., 1967/1976, Към въпроса за времената в съвременния български език, Български език, 2, p. 249-254.

Petrova R., 2011, Лингвокултурологично съпоставително изследване на английски и български пословици, thèse, Sofia.

Provôt A., Desclés J.-P., Vinzerich A., 2010, « Invariant sémantique du présent de l’indicatif en français », Cahiers Chronos, no 21.

Schapira Ch., 2008, « Événement et double itération dans l’énoncé gnomique », Langages, 1, n° 169, p. 57-66.

Somolinos A. R., 2010, « Voirement, de si haut si bas : proverbe, vérité et polyphonie en français médiéval », Vox romania, no 69, p. 175-187.

Velmezova E., 2005, « Proverbe, dicton, anecdote ? », Revue des études slaves, t. LXXVI, fasc. 2-3, p. 293-305.

Vinzerich A., 2007, la Sémantique du possible : approche linguistique, logique et traitement informatique dans les textes, thèse de doctorat, université Paris-Sorbonne.

Vuillaume M., 2001, « L’expression du futur dans le passé en français et en allemand », in : P. Dendale, L. Tasmowski, le Conditionnel en français, Metz, Université de Metz (diff. : Klincksieck), p. 105-123.

Haut de page

Notes

1 Pour les proverbes français (Anscombre 1994 ; voir aussi la discussion sur l’itérativité dans Schapira 2008), on retient principalement des tests portant sur les variations aspec‑totemporelles permettant de vérifier si le caractère de généralité intemporelle caractéristique des proverbes est conservé (par ex., Qui va à la chasse, perd sa place vs *Qui est allé à la chasse a perdu sa place ; Ventre affamé n’a pas d’oreilles vs *Ventre affamé n’aura pas d’oreilles).

2 En introduisant la notion de « système de l’apophtegme », J. Veyrenc (1968/1980) précise qu’elle est distincte de celles de plan du discours/plan de l’histoire de É. Benveniste. Elle est définie comme un système « de l’énonciation absolue, apte à résumer ou à condenser, en abstraction de tout lien temporel, plusieurs expériences ou plusieurs événements identiques » (Veyrenc 1980 : 70).

3 Traduction proposée aussi par E. Velmezova (2005) pour ces mêmes termes en russe.

4 Cf. la discussion sur la distinction entre proverbe et dicton dans Anscombre (1994) et Kleiber (2000), et les références bibliographiques citées.

5 « Пословицата е кратко изречение с богат идейно-емоционален подтекст и образен език, с афористично звучене. Има поучителен характер, често – и назидателен тон. Поговорката също е кратък фолклорен жанр, но тук не се залага на широкото обобщение и поучителния характер, присъщи за пословицата. Поговорката се различава от пословицата и по това, че не може да се използва самостоятелно, а е неизменна част от потока на речта. » (Petrova 2011).

6 Cf. aussi Gouvard (1996 : 55) : « Les proverbes font partie d’une classe très générale, celle des énoncés échoïques. »

7 À propos de l’importance de la caractéristique « cadre du discours » inhérente au proverbe, voir Anscombre (1994) : « Se placer dans un certain cadre discursif revient à demander à l’interlocuteur d’en faire de même – ou alors de rompre le dialogue. »

8 « Proverbs have never claimed to be universally true, but they are correct in certain given contexts and situations. » (Mieder 1993 : XII).

9 C’est dans cette optique qu’Anscombre (1994) propose une approche en termes de polyphonie, ce qui implique une distanciation entre l’énonciateur et l’auteur du proverbe, et permet d’attribuer la responsabilité du contenu proverbial à un on-locuteur : « […] l’auteur d’un proverbe est quelque chose comme une conscience linguistique collective. […] Celui qui énonce un proverbe, s’il est bien le locuteur du proverbe, n’est pas l’auteur de ce proverbe ; en termes de polyphonie, il n’est pas l’énonciateur du principe qui y est attaché. C’est lui en revanche qui endosse la responsabilité de déclarer ce principe applicable hic et nunc. » (Ibid., p. 100).

10 W. Meider (2004) donne un sens très large au terme de proverbe en incluant toute unité phraséologique : « Proverbs [are] concise trаditional statements of apparent truths with currency among the folk. [More elaborately stated] proverbs are short, generally known sentences of the folk that contain wisdom, truths, morals, and traditional views in a metaphorical, fixed, and memorizable form and that are handed down from generation to generation. » (P. 3).

11 Personnage mythique turc célèbre au-delà des Balkans pour ses histoires courtes ingénieuses, bouffonnes et parfois absurdes, riches d’enseignement. À propos de (4), V. Friedman rappelle l’histoire de Nasreddin Hodja : réveillé en pleine nuit par une dispute devant sa maison, Nasreddin Hodja s’enveloppe dans une couverture et descend pour savoir ce qui se passe. À son retour, il raconte à sa femme ce qui lui est arrivé : l’un des deux hommes s’est emparé de sa couverture et tous les deux se sont enfuis.

12 Si certains aspectologues dont J. Lyons (1970, 1980), B. Comrie (1976), A. Mourelatos (1981), J.-P. Desclés (1980), Zl. Guentchéva (1990) retiennent la trichotomie aspectuelle de base état, processus, évènement, la plupart ne retient que l’état et l’événement. De nombreux linguistes, B. Laca (1995) par exemple, ramènent le processus à « la saisie interne d’un procès […] qui masque les deux bornes correspondant à son commencement et à sa fin et qui laisse indéterminée la borne droite tout en impliquant que la borne gauche a été dépassée ». Or, cette caractérisation est partiellement incomplète car l’occurrence d’un processus inaccompli implique bien l’existence d’une borne de début (à gauche) sans la masquer ; la borne droite marque cet inaccomplissement qui peut être orienté vers un instant final non encore atteint (il court jusqu’à la poste) ou un inaccomplissement sans rien dire sur sa fin (il court dans le parc).

13 La théorie de repérage initialisée par A. Culioli a été développée par J.-P. Descles (1987), avec des propriétés mathématiques précises. Elle aboutit à établir des relations entre différents référentiels dont les référentiels temporels.

14 Lorsque le proverbe n’a pas d’équivalent en français, nous procédons a une traduction littérale et donnons, lorsque cela nous parait possible, le proverbe français le plus proche.

15 Cf. § 3.2.

16 Ces deux processus se réalisent avec des verbes réfléchis a valeur moyenne.

17 La littérature sur le sujet est abondante et la répartition des périphrases verbales diffère selon le point de vue théorique de l’auteur (Stankov 1976, Penchev 1967/1976, Gerdžikov 1984 ; Friedman 1999, 1986 ; Kucarov 1984, 1994 ; Feuillet 1996a, b ; Guentcheva 1996, Alexander 2001, Fielder 2002, Ницолова 2008…). Pour un survol, voir Kucarov (2006) et Nicolova (2008 : 332-395).

18 Sur la notion de référentiel temporel en tant qu’outil conceptuel permettant le repérage des situations énoncées, voir Descles 1995 et Descles & Guentcheva 2010/2011.

19 V. Friedman s’appuie sur la catégorie de status, définie par Aronson (1967) comme l’expression d’une évaluation subjective de l’évènement de la part du locuteur.

20 Dans un proverbe au médiatif, le ≪ ON-locuteur ≫ est intègre a la forme médiative. Il ne s’agit donc pas de marqueurs dits ≪ médiatif génériques ≫ du type on dit que, comme on dit, daprès ce quon dit

21 Le raisonnement abductif, analyse par C. S. Peirce (Collected papers) se distingue du raisonnement déductif et se présente sous la forme : si P alors Q, exprimant un savoir (présume) partage ; or Q (étant un fait constate), donc P est plausible. Le schéma de la prise en charge médiatisée est donc formule comme suit (Descles 1996) :
JE-DIS { (est-plausible par abduction (≪ ce qui est dit ≫)) }.

22 Malgré les similitudes lexicales, le proverbe bulgare a une signification tout a fait différente du proverbe français Il n’est si méchant pot qui ne trouve son couvercle ou sa variante Il n’y a pas si vieille marmite qui ne trouve son couvercle. Par ailleurs, la traduction des formes médiatives est particulièrement difficile car ni le passe compose, ni le conditionnel ne permettent de rendre vraiment compte de leur valeur.

23 Lorsque le proverbe n’a pas d’équivalent en français, nous procédons a une traduction littérale et donnons, lorsque cela nous parait possible, le proverbe français le plus proche.

24 D’autres expressions comme Както казва народната поговорка ≪ Comme dit le proverbe ≫ ou Kaкто казват ≪ Comme on dit ≫ peuvent donner une indication sur la ≪ provenance ≫. Le proverbe fournit ainsi l’indication supplémentaire qu’il s’agit d’un savoir presume commun.

25 Relève de ce paradigme un proverbe comme Видяла баба щипано, а че иска и хапано qui peut être considéré comme un aboutissement a l’idiomaticité tant il est difficile de fournir même une traduction littérale mais dont la signification renvoie à un jugement évaluatif adresse aux êtres humains qui ne savent pas se contenter des avantages que la vie leur a accordés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Diagramme 1. – Présent imperfectif de vérité générale.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/1075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Diagramme 2. – Médiatif dans les proverbes.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/1075/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zlatka Guentchéva, « La médiativité dans les proverbes bulgares »Revue des études slaves, LXXXIV-1-2 | 2013, 101-122.

Référence électronique

Zlatka Guentchéva, « La médiativité dans les proverbes bulgares »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIV-1-2 | 2013, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1075 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1075

Haut de page

Auteur

Zlatka Guentchéva

LACITO – CNRS - Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search