Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIV-1-2La construction idéologique slave...

La construction idéologique slave orientale : Langues, races et nations dans la Russie du xixe siècle

The Eastern Slavic Ideological Building: Languages, Races and Nationssin the Nineteenth Century Russia
Восточнославянское идеологическое строительство : языки, расы и нации в России в девятнадцатом веке
Virginie Symaniec
p. 223-233

Résumés

Throughout the 19th century, the notion of language has been used by European scholars to create and to expand the notion of ‘Russian race’, which was divided into three ‘ethnical entities’: Great Russians, Little Russians and White Russians. The invention of these entities was based on an opposition between two concepts: russkost´ had to be against ruszczyzna, as well as Russia and Poland were opposed after the partition of Poland (1772, 1793 and 1795) and the Congress of Vienna (1814-1815). This paper tries to explain several oppositions and differences between a linked terminology: rossijskij jazyk against russkij jazyk, russkost´ against ruszczyzna, obrusenie, obrusit´ against rusifikacija, rusificirovat´, showing their importance not only for the birth of a modern Russian history, but also for the invention of a modern history of Belarus and Ukraine, in an imperial environment of speeches where the language was exactly related to the ‘race’ to define the ‘nation’.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 V. Symaniec, la Construction idéologique slave orientale : langues, races et nations dans la Russie (...)
  • 2 Christopher Hutton, « Linguistique et anthropologie raciale en Allemagne nazie : sciences contradic (...)

1Dans la Construction idéologique slave orientale1, nous avons souhaité comprendre comment s’étaient comportées les représentations des langues dites « slaves orientales » au xixe siècle, ainsi que la façon dont celles-ci furent instrumentalisées à des fins politiques par divers groupes d’intérêt en Europe. Nous avons ainsi montré que fonder la russianité historique [russkost´ ], puis la diviser de façon tripartite en Grande, Petite et Blanche Russies n’ont pas plus été de soi que de fragmenter la notion plus vaste de slavicité en trois branches – occidentale, orientale et méridionale ; que ce projet de division, de classement et de hiérarchisation des populations en « fractions ethniques » – y compris blanches de l’Europe –, avait été entièrement redevable aux thèses de la raciologie européenne du xixe siècle. Ces taxinomies, reprises puis inversées ultérieurement par des nationalismes de résistance, permettaient de souligner le caractère « naturel » des empires, l’union dans la diversité de ces vastes ensembles géopolitiques dont les frontières n’épousaient pas strictement celles des variétés physiologiques et linguistiques de l’espèce humaine et l’imposition de la langue de leurs dirigeants aux peuples entrés dans leur sphère d’influence comme processus prétendument naturel d’harmonisation raciale en vue du progrès de la « civilisation ». Les populations de l’empire de Russie se virent également incluses par les savants du xixe siècle dans ce vaste chantier qui, pour créer de la « race », mobilisait aussi bien les rites, les coutumes, les rangs, les classes, les mentalités collectives, les traits physiques, les traditions vestimentaires que la religion. Dans un contexte où les populations blanches et européennes à étudier ne présentaient aucune différence physique spécifique, les échantillons d’individus à étudier et à classer se virent toutefois toujours préalablement choisis par rapport à leurs particularités dialectales2.

  • 3 Tatiana Grigoreva, Три века русской орфографии (XVIII-XX вв.), Moskva, Èlpis, 2004.
  • 4 V. M. Žyvov, Язык и культура в России XVIII века, Moskva, Škola « Jazyki russkoj kul´tury », 1996.

2Ce phénomène n’intéresse pas simplement l’étude des catégories de non-Russes qui furent forgées au xixe siècle pour dénommer les populations de l’empire. Il intéresse au plus haut point l’histoire de la notion de russité et son découpage tripartite en Grands, Petits et Blancs Russes, que l’on peut parfaitement dater. En effet, le problème que posait aux autorités tsaristes le statut des populations occidentales et méridionales de l’empire n’apparaît qu’après le premier partage de la république polono‑lituanienne (1772), à un moment où le territoire de la Russie impériale est toujours en expansion et où ses frontières, notamment occidentales, ne sont pas entièrement fixées. Le caractère évolutif de la frontière politique occidentale de la Russie entre la fin du xviiie et le début du xixe siècles, tant redevable aux partages de la république polono-lituanienne entre la Russie, la Prusse et l’Autriche (1772, 1793, 1795), qu’aux suites de la campagne napoléonienne (1812) et du congrès de Vienne (1815), ainsi que les conflits internes à l’empire qui leur succédèrent – comme les insurrections des années 1830 –, sont des événements suffisamment marquants pour expliquer le caractère gradué de la politique tsariste à l’égard de populations annexées à des époques différentes. L’ampleur de ce bouleversement frontalier et la révision complète des instances territoriales et administratives à laquelle il donna lieu sous le règne de Nicolas Ier (1825-1855) expliquent l’élargissement progressif de la notion même de langue russe, du rossijskij jazyk tel que l’avait défini Mixail Vasil´evič Lomonosov (1711‑1765) dans sa Rossijskaja grammatika (1757) à la notion de russkij jazyk, dont la normalisation devait encore susciter d’âpres débats tout au long du xixe siècle3. En effet, suite à la signature des accords de Vienne (1815), la langue ruthène de l’ancienne Pologne-Lituanie allait devenir sujette à polémiques dans la relation qu’elle était désormais susceptible d’entretenir avec la « langue civile » de Russie [graždanskij šrift], telle que Pierre le Grand avait également rêvé de l’établir grâce à son projet de réforme de l’alphabet russe daté du décret du 29 janvier 17104.

  • 5 A. N. Pypin, История русской этнографии, t. IV, Отдел первый : Белоруссия и Сибирь, Sankt-Peterburg (...)

3Allait-il donc falloir créer, à l’intérieur même du territoire de l’empire, une frontière séparant slavicités occidentale et orientale, et développer de nouvelles représentations de la langue russe la faisant déborder de ses précédentes frontières en lui associant des caractéristiques propres aux « parlers » [govory] ou aux « dialectes » [narečija] anciennement ruthènes de la région mer Baltique – mer Noire ? Comment allait-on démontrer que le ruthène devait désormais s’apparenter à une langue de matrice russe et non plus polonaise ? Si le russkij jazyk devait intégrer, au contraire du rossijkij jazyk de M. Lomonosov, des éléments de ruthène, comment allait-on dès lors pouvoir justifier de sa pureté ? Et fallait-il enfin, comme le préconisait le libéral Аleksandr Nikolaevič Pypin (1833‑1904) dans son Histoire de l’ethnographie russe (1892)5, parvenir à distiller à terme chez l’espèce ou le débris racial blanc russe [bělorusskaja plemja] – dans la définition qu’allait finalement lui conférer la pensée coloniale de « troisième composante », « variété » ou « sous-variété » de la russité commune –, le désir de se transformer [peresozdat´sja] en Grands Russes [Velikorusskie] ?

Créer des grands russes ?

  • 6 Aleksej Miller, Империя Романовых и национализм : эссе по методологии исторического исследования, M (...)

4Dans notre ouvrage, nous avons voulu montrer que cette dernière question, autour de laquelle se sont par la suite organisées la plupart des analyses de « la » russification dans les provinces occidentales de l’empire, était anhistorique ou mal posée, à partir du moment où les trois principales composantes de la « slavicité orientale » — Grande, Petite et Blanche Russies — n’ont jamais préexisté, en tant que catégories « ethniques » ou « raciales » de discours, à l’empire. Comme l’a très justement montré l’historien Aleksej Miller6, à l’instar des travaux de Henry Kamen sur l’empire d’Espagne, ce n’est pas tant la Russie qui a fait l’empire que l’empire qui a permis de forger la Russie en tant que fruit d’une tension permanente entre les groupes de population admis à participer au projet de construction « nationale » russe, auquel il conviendrait toutefois d’ajouter ceux qui furent rejetés de cette politique de fusion raciale qui, dans de nombreux livres d’histoire de « la » ou « des » russifications, ne porte toujours pas son nom.

5Les documents que nous avons analysés montrent qu’il ne s’est pas tant agi pour les autorités impériales de créer des Grands Russes aux endroits où il n’y en aurait pas eu que de faire passer pour « vraie » l’idée qu’il existait des catégories de population qui ne leur étaient pas tout à fait ou plus tout à fait semblables – en particulier Petits et Blancs Russes « ethniques » –, aux fins de créer quelque chose d’une nature nouvelle, différente de la seule grande-russité : ce que les promoteurs de l’empire, en parfait accord avec les avancées de la science positive européenne de leur temps, apparentaient à un « peuple » – au sens de conglomérat d’éléments ethniques « raisonnablement hétérogènes » –, susceptible de fonder à terme, par la fusion harmonieuse de ses composantes choisies, une « race » puissante. Ce constat, appuyé sur la lecture des textes savants du xixe siècle, nous a permis d’établir une distinction nette entre les notions de obrusenie et de rusifikacija, qui s’étudient, le plus souvent, en dehors de toute réflexion sur les évolutions d’usage de la notion de langue russe moderne [russkij jazyk] et de ses représentations.

6Le glissement sémantique qui sépare la notion de rossijkij jazyk, telle qu’établie par l’historien et grammairien M. Lomonosov (1711‑1765) au milieu du xviiie siècle siècle et celle de russkij jazyk, telle qu’utilisée par les inventeurs de la russianité historique et leurs disciples slavophiles dès la première moitié du xixe siècle suscite encore peu d’explications, ainsi que quantité de discours confus sur le sens de ces expressions. De même, l’écart de définitions qui, entre la première et la seconde moitiés du xixe siècle, sépara la notion de russkij narod, au sens historique du terme, de la notion de obščerusskij narod, aux sens cette fois ethnique et racial, reste peu étudié dans ce que cette évolution d’usage du mot russkij doit au traitement des questions linguistiques. Ces notions ont pourtant recouvert des définitions et des enjeux politiques différents dans le cadre de l’élaboration de l’entité linguistique tripartite qui prit le nom de « slave orientale » dans les mondes européens de la slavistique et de la philologie comparée au tournant de la première moitié du xixe siècle. Dans notre étude, nous avons voulu montrer que ces enjeux et ces définitions n’ont par ailleurs jamais fait l’objet d’aucune unanimité, même si, dans la grande majorité des discours, la notion de russkij jazyk, régulièrement employée en dehors de toute périodisation d’histoires linguistique et des idées, ne fonctionne pas tant comme une catégorie de discours que comme un objet pré-donné, aux contours prétendument aisément définissables, bien que jamais réellement définis par ceux qui l’emploient, et ceci, quelle que soit par ailleurs la période historique à étudier.

  • 7 La question de la politique linguistique dans les provinces occidentales et méridionales de Russie (...)

7Ce phénomène est pour nous essentiel à la compréhension du processus d’assimilation des terres russiennes dont avait parlé A. Mickiewicz en français dans son Histoire populaire de Pologne (1867) pour qualifier l’ancienne « civilisation ruthène ». Ce processus d’assimilation a souvent été englobé par les historiens sous le nom générique de « russification », mais encore faut-il s’entendre sur le sens de ce vocable, sans confondre la phase d’élaboration de ce projet [obrusenie] avec ses évolutions idéologiques et pratiques ultérieures [rusifikacija]7. De nombreux historiens se sont posé la question de savoir s’il s’est agi d’une assimilation forcée des non-Russes aux Russes ou d’une volonté d’unifier les instances administratives ; d’imposer la langue russe seulement dans les administrations ou de l’imposer à toute la population de l’Empire ; ou encore, d’une volonté délibérée de poursuivre un idéal d’uniformité. Doit‑on lui préférer le terme « russianisation » (Witold Rodkiewicz, en 1998, emploie encore le terme de russianification en anglais), tel que défini par Raymond Pearson en référence au nom de la « nation ethnique russienne », à savoir « un développement hégémonique de la langue, de la culture et des institutions russes » (1988) ; ou bien celui de « rossification » tel qu’employé par Roman Szporluk en référence au seul nom de l’État, à savoir « la conversion à l’orthodoxie et la promotion d’une loyauté à la personne du tsar comme autocrate et chef de l’Église orthodoxe » (1990) ? Toutes ces notions ont pourtant bien correspondu à des projets distincts de société qui furent discutés au sein de l’empire de Russie par de nombreux partis, sous-tendant un rôle et une classification différente des rapports dévolus aux langues au sein de la nouvelle entité linguistique « slave orientale » que s’efforçait encore de construire la philologie comparée au xixe siècle. Elles ont encore suscité des définitions et des enjeux politiques différents à l’unification ou à la division de cette entité, qui fut elle aussi progressivement divisée de manière tripartite. Seule l’étude des discours sur les langues nous a permis d’y voir plus clair dans cet ensemble de projets, dont il nous intéressait de comprendre les fondements idéologiques.

Définir la « russianité russe »

  • 8 En 1791, un décret transforme la majeure partie des marges occidentales de l’empire de Russie en zo (...)

8Parce que les langues des populations occidentales nouvellement annexées à l’empire n’avaient rien de « langues pures », penser la « russianité russe » n’allait pas de soi au début du xixe siècle. C’est dans un environnement complexe de discours que la linguistique fut progressivement convoquée en Russie pour fonder la théorie d’un État unitaire organisée autour de la définition d’un « peuple » ontologique éponyme [russkij narod] : une catégorie de discours qui, selon les principaux historiens de « la » russification [obrusenie], pouvait permettre d’établir, du moins dans un premier temps et de manière performative, la non-polonité des provinces occidentales et méridionales de l’empire avalisée par le congrès de Vienne ; de les délester de leur ancienne identité lituanienne qui pouvait aussi bien rappeler l’histoire de la mixité culturelle, linguistique et religieuse de l’État que fut le grand-duché de Lituanie, que légitimer l’existence d’une identité régionale ruthène autant associée à l’histoire du catholicisme et de la Pologne qu’à celle du protestantisme et de la Prusse ; de renforcer l’orthodoxie comme modèle de « civilisation » à opposer au catholicisme et au protestantisme en tant que symboles de la culture occidentale ; de faire accroire au caractère naturel du processus d’annexion des terres de l’ancienne république polono‑lituanienne, car en valorisant la singularité purement et primordialement russienne de la majorité des populations intégrées à l’empire, les autorités tsaristes soignaient leur image de puissance libératrice de « frères de sang » d’un joug étranger ; de faire valoir la légitimité des dirigeants de la Russie à gouverner les nouvelles populations annexées en soulignant le caractère majoritaire de leur peuple au sein de l’empire ; de faire encore accéder tous les Russkie au rang de peuple élu, tout comme de faire valoir enfin l’étrangeté de cet autre objet de discours capable, selon de nombreux essayistes du xixe siècle, de corrompre la russkost´ : la judéité8. À cette liste de motifs, on pourrait encore ajouter le désir de conférer au russkij jazyk le statut de branche linguistique singulière dans le grand arbre indo-européen de la slavicité et, par voie de conséquence, de fonder ses locuteurs en tant que « race » singulière, puissante et harmonieuse. Ce phénomène fut contemporain du processus de tripartition théorique entre Slaves du Sud, de l’Ouest et de l’Est, car comment aurait-on pu créer des « Slaves orientaux » sans préalablement admettre la validité de la notion de russkost´ ? Nous avons donc voulu montrer que cette fragmentation fut consubstantielle à l’élaboration du concept de « race russe », car pour parvenir à théoriser l’existence d’un tout harmonieux, encore fallait-il pouvoir démontrer qu’il avait existé une « fusion » réussie d’éléments hétérogènes « acceptables » : leur agrégation se pensait certes à partir de leurs différences, mais ces différences devaient être suffisamment « contiguës » et non spécifiques pour légitimer l’idée que leur union n’allait pas produire une entité biologique qui aurait pu prêter le flanc à la critique en tant que phénomène « contre nature ».

  • 9 Fedor Petrovič Filin, Происхождение русского, украинского и белорусского языков, Leningrad, Nauka, (...)

9Dans la Construction idéologique slave orientale, nous avons donc voulu montrer de façon détaillée comment les promoteurs de l’empire de Russie pensèrent la fragmentation trinomale de la notion de russkost´ en amont de leur politique de pacification de la région et pourquoi ceux-ci la conçurent comme essentielle à la théorisation d’une « famille russe » indivisible, et ceci à partir du regroupement de populations qui, pendant cinq siècles, avaient pourtant fait partie d’États séparés. Certes, il conviendrait de rappeler ce que cette pensée put devoir à l’idée orthodoxe de sobornost´, telle que la valorisa, par exemple, le mouvement slavophile au xixe siècle. Car cette tradition ne portait-elle déjà pas en elle le modèle de « la » triade russe, en prônant l’unité indivisible des trois hypostases divines, inséparables et pourtant distinctes, dans un modèle où chaque partie pouvait toutefois se prévaloir de posséder ses propres singularités ? Rien dans ce modèle religieux ne nous explique pourtant la nécessité que ressentirent les promoteurs de l’empire de Russie d’introduire un rapport de hiérarchie entre les trois parties qu’ils créaient à la russité. L’explication culturaliste et religieuse nous a paru en outre réduire considérablement l’inventaire des « triades » de la russité qu’ont réellement proposé les savants du xixe siècle, pour ne plus valoriser – de façon selon nous anachronique et théoriquement injustifiée – l’existence que d’une seule approche totalisante de l’hérédité et de la généalogie des Russkie : une idée qui ne deviendra en fait dominante qu’au xxe siècle soviétique9.

Russkost´ contre ruszczyna

10Jusqu’au milieu du xixe siècle, la notion de russianité [russkost´] avait été entièrement confondue par les slavistes et par les anti-slavistes polonais opposés à l’empire de Russie avec celle de ruthénité [ruszczyzna], qui permettait de nier le « moscovitisme » des Ruthènes et de les englober dans une représentation de la « civilisation » polonaise pure de toute mixité linguistique et culturelle avec l’ancienne Moscovie. Pour les savants russes qui, suite au congrès de Vienne, avaient vu le territoire de leur empire englober la majeure partie de l’ancienne Pologne, il s’agissait désormais de délégitimer la notion de ruthénité qu’ils percevaient justement comme étant d’essence polonaise. Ces derniers n’eurent donc de cesse d’associer les anciens Ruthènes du royaume polono-lituanien à une représentation tout aussi puriste de l’idée de « civilisation », mais cette fois russe, et reposant tout autant que le modèle de leurs détracteurs polonais sur une négation de la polyglossie réelle des pratiques linguistiques des populations de l’espace mer Baltique – mer Noire. En comparant les discours, nous avons ainsi pu constater que ces représentations des « russianités » russe et polonaise ne recouvrirent jamais exactement les mêmes frontières et qu’elles relevaient de conceptions divergentes des sujets de la « Nation » : côté russe, la langue russe [russkij jazyk] était indexée sur la langue orale et vivante du « peuple russe » [russkij narod], appuyé sur le culte de la paysannerie ; côté polonais, la langue ruthène [ruski ięzyk] désignait surtout la langue écrite des magnats de l’ancien grand-duché de Lituanie, à savoir une langue morte de lettrés, disparue par décret en 1696 en faveur du polonais.

11Si pour les essayistes polonais acquis aux thèses du romantisme, il avait suffi de penser « le slave » dans sa globalité pour établir la polonité de la ruszczyzna, la pensée de la russkost´, déchargée par ses défenseurs de tout rapport de mixité avec la polonité, n’aurait pu voir le jour sans être relayée par la thèse que le russkij jazyk – et non pas le rossijskij jazyk d’un M. Lomonosov, qui avait plutôt été circonscrit dans les frontières de la Russie d’avant 1815 –, pouvait être pensé comme la langue ontologique commune de la catégorie émergente, organique et moderne des « Slaves orientaux ». Cette idée de fonds linguistique commun permit justement aux savants et aux essayistes russes de distinguer nettement leur slavicité de l’occidentale, en particulier polonaise. Le contexte politique du conflit polono-russe explique pourquoi ces derniers purent ressentir la nécessité d’isoler l’idée de russkost´ de celle de ruszczyzna, de la même manière que les essayistes polonais étaient mus par l’urgence d’avaliser l’existence d’une frontière étanche entre l’idée de ruthénité polonaise et ce qu’ils dénommaient « le moscovitisme ». Nous avons montré que la notion de russkost´ fut toutefois d’abord considérée par la plupart des essayistes de l’empire de Russie selon le même modèle essentialiste d’interprétation qui prévalait dans les textes de leurs détracteurs polonais : le russkij narod, tout comme le « peuple germain » et non pas « allemand » de Johann Gottfried Fichte (1762‑1814), commençait à être décrit comme un organisme naturel, vivant par lui-même et pur de toute influence linguistique étrangère. Il restait toutefois à en montrer l’évolution et le développement de manière cohérente en dépit des ruptures de l’histoire.

Obrusit´ ou « faire [re-]devenir russien »

  • 10 Certaines interprétations des contacts anciens que les ancêtres du « peuple ontologique russien » a (...)
  • 11 Pypin 1892 : 67.

12Comme en témoignent de nombreux textes de la première moitié du xixe siècle, dont ceux que nous avons longuement étudiés de Mixajl Petrovič Pogodin (1800‑1875), les sectateurs de la russianité russe disaient reprendre à leur compte le discours stratégique que Catherine II avait utilisé pour naturaliser a posteriori, auprès de ses principaux correspondants, les partages de la Pologne-Lituanie : selon elle, aucun territoire polonais n’avait jamais été annexé par la Russie à la fin du xviiie siècle et l’empire en expansion ne faisait que récupérer des territoires ayant historiquement appartenus à l’État de Russie. À l’époque médiévale, ce dernier avait été, à son avis, dilapidé en diverses parties [Rossija byla rasxiščena na časti] : Grande, Petite, Blanche et Rouge [Velikoj, Maloj, Běloj i Červonnoj Rossii], sous la pression d’événements extérieurs comme les invasions tatares10. La Russie Blanche, en particulier, avait été selon elle séparée du reste du premier État de Russie après être tombée sous le joug lituanien. Par ce discours, l’impératrice pouvait ainsi se prévaloir d’avoir à nouveau réuni ce que les aléas de l’histoire avaient séparé11.

13Dans cette logique, le peuple ontologique russien était ainsi appelé à recouvrer son unité et son essence première perdues. C’est là la naissance de la notion d’obrusenie, que les historiens traduisent souvent, à notre avis, de manière anachronique, par « russification ». Certes, le verbe obrusit´ peut aussi se traduire par russifier, bien que, comme en témoigne le dictionnaire de Vladimir Ivanovič Dal´ (1801‑1872), le verbe rusit´ ait également existé pour rendre compte de ce phénomène. Dans le contexte de la fin du xviiie et du début du xixe siècle, aussi bien que dans les provinces occidentales de l’empire, la problématique ne consista pas simplement, comme l’ont parfois relevé avec ironie certains spécialistes du sujet, à mettre en pratique le paradoxe de « russifier des Russes ». À notre avis, traduire d’ailleurs le verbe obrusit´ par russianiser plutôt que par russifier ne permet pas mieux de comprendre le point de vue des autorités, sinon à montrer que l’environnement du discours que nous étudions pour la seule première moitié du xixe siècle et pour les seules provinces occidentales et méridionales de l’empire, procédait encore de l’élaboration d’une russianité historique autant que d’une ontologie russienne justifiant, a posteriori, l’intégration des anciens Ruthènes de Pologne-Lituanie dans l’empire de Russie.

14Pour nous, le vrai problème ne fut donc jamais, pour les autorités, de russifier des Russes ou de russianiser des Russiens. Le discours de Catherine II, en substituant l’histoire ancienne à l’histoire récente, engageait plutôt toute une génération de savants et d’essayistes à réfléchir sur la manière de « faire redevenir russiennes » ou de « re-russianiser » des populations que la tsarine décrétait « originellement russiennes », mais dont la « vraie » nature [istinaja priroda] avait été selon elle pervertie par la domination polono-lituanienne. La thèse de la « récupération » ou du « retour » [vozvraščenie] de « terres primordialement russes » [iskonno russkie zemli] dans l’État de Russie [Rossija] n’impliquait donc pas encore l’idée – plus tardive et entièrement inadaptée au cas singulier des anciens Ruthènes de Pologne-Lituanie – de russification [rusifikacija, rusificirovat´ ] au sens plus moderne de fabriquer des Russes à partir de groupes d’individus préalablement définis par les autorités comme non historiquement membres de la « famille russienne originelle ».

  • 12 Cf. Symaniec, op. cit.
  • 13 Leonid E. Gorizontov, Парадоксы имперской политики : Поляки в России и Русские в Польше, Moskva, In (...)

15On recherchera donc vainement dans le concept d’obrusenie, appliqué aux provinces occidentales et méridionales de l’empire à la première moitié du xixe siècle, un autre paradoxe que celui qui consista à élaborer tout un édifice intellectuel à partir d’un usage implicite et singulier du verbe obrusit´, qui ne posa jamais le même problème une fois appliqué à d’autres régions de l’empire. Le sens sous-jacent que lui attribuèrent les lettrés de Russie dès qu’il s’agissait de ces provinces témoigna également de leur adhésion massive au déni de l’histoire récente de leur propre pays. Il se trouve que la théorisation de la « re‑russianisation » des Ruthènes, qui consistait, comme nous l’avons longuement illustré12, à les « débrancher » d’une matrice linguistique polonaise pour les « brancher » sur une matrice linguistique russe ne déboucha pas immédiatement sur la mise en œuvre d’une politique de planification linguistique qui se serait traduite par des phénomènes d’imposition de la « langue russe officielle » ailleurs qu’en Pologne dite « ethnique »13. Sans doute s’avérait-il tout simplement difficile, au début du xixe siècle, de définir la notion de « langue russe officielle » dans un contexte où se posaient encore très concrètement les questions de sa territorialité (« ethnique ») et de sa normalisation (linguistique), ce qui supposait d’abord de désenclaver le rossijskij jazyk d’un M. Lomonosov pour lui substituer un russkij jazyk élargi aux particularités dialectales de la « langue vivante » de ces populations « primordialement russiennes » à « re-russianiser ».

Une quête de sens

16Un dispositif complexe, et qui put sembler pervers à plus d’un, n’est pas nécessairement incohérent, ce pourquoi nous avons préféré entendre par obrusenie, pour le début du xixe siècle et pour les provinces occidentales et méridionales de l’empire, un exercice compliqué et progressif de définition et de construction de l’édifice intellectuel qui devait permettre de préciser ce que devait être la russkost´ dans les frontières d’après le congrès de Vienne. À notre avis, la problématique ne consistait donc pas à démontrer que les autorités impériales mirent en œuvre une politique linguistique cohérente ne visant qu’à acculturer des « non-Russes ». Il s’agissait plutôt pour nous de suivre la manière dont les savants et les essayistes loyaux à l’empire ont utilisé la question de la langue pour faire accroire qu’il était possible de « re‑culturer » d’anciens Russes qu’ils définissaient justement comme préalablement « acculturés » du fait de leur histoire commune avec la Pologne. Ce qui nous a donc semblé être ici en jeu serait donc plutôt la définition progressive des présupposés qui fondent la doxa de la « nation impériale russe » : celle qui consista d’abord à faire valoir la nécessité d’assimiler des Russes, mais pas tout à fait – ou devrait-on dire, plus tout à fait. Il va pour nous de soi que cet édifice intellectuel n’est compréhensible que si l’on accepte de se placer du point de vue des autorités impériales. Il fut largement dénoncé par ceux qui, leur étant opposés, ne voyaient aucun Russe – au sens pour eux de moscovite – dans l’espace mer Baltique – mer Noire. Force est toutefois de constater que ces opposants à l’empire n’ont jamais entièrement refusé les prémisses biaisées de la discussion. Au plus tout à fait russe des autorités impériales, ils opposaient leur pas tout à fait polonais et nous avons voulu comprendre comment, à partir de ces plus tout à fait russe et pas tout à fait polonais, purent naître des Blancs Russiens (ou Blancs Russes) ainsi que des Petits Russiens (ou Petits Russes et/ou Ukrainiens), sans d’ailleurs que les populations concernées soient jamais réellement consultées sur leur identité. Restait enfin à montrer en quoi ce processus de « re-culturation » pouvait être apparenté à un processus de « racisation », dont les principaux outils furent l’instrumentalisation politique des questions linguistiques et l’idée qu’il était possible de forger des métis blancs, ce qui présupposait une pensée de l’interfécondité entre des composantes « ethniques » choisies par des savants qui entretenaient des relations soutenues avec les mondes militaire et diplomatique, et dont les thèses rappellent à bien des égards celles que le grand défenseur des empires, le comte Arthur Joseph de Gobineau (1816‑1882), avait développées en France dans son Essai sur l’inégalité des races humaines (1853‑1855). Nous espérons ainsi avoir montré le rôle éminemment politique, et non pas linguistique, de la « construction idéologique slave orientale », qui reposa bien sur l’acception d’un rapport de consubstantialité entre langue et race pour définir la nation, et dont nous commençons à peine, en ce début de XXIe siècle, à observer les tentatives de « déconstruction ».

Haut de page

Notes

1 V. Symaniec, la Construction idéologique slave orientale : langues, races et nations dans la Russie du xix e siècle, Paris, Pétra, 2012.

2 Christopher Hutton, « Linguistique et anthropologie raciale en Allemagne nazie : sciences contradictoires ou sciences complémentaires », Cahiers de l’ILSL, no 17, 2004.

3 Tatiana Grigoreva, Три века русской орфографии (XVIII-XX вв.), Moskva, Èlpis, 2004.

4 V. M. Žyvov, Язык и культура в России XVIII века, Moskva, Škola « Jazyki russkoj kul´tury », 1996.

5 A. N. Pypin, История русской этнографии, t. IV, Отдел первый : Белоруссия и Сибирь, Sankt-Peterburg, 1892, p. 105-106.

6 Aleksej Miller, Империя Романовых и национализм : эссе по методологии исторического исследования, Moskva, Novoe literaturnoe obozrenie, 2008, p. 51.

7 La question de la politique linguistique dans les provinces occidentales et méridionales de Russie a été étudiée, comme en témoignent les travaux de Witold Rodkiewicz, Théodore Weeks, Darius Staliùnas, Mixail Dolbilov, Aleksej Miller ou encore, Leonid Gorizontov qu’il ne s’agit pas ici de synthétiser, mais de discuter.

8 En 1791, un décret transforme la majeure partie des marges occidentales de l’empire de Russie en zone de résidence pour les Juifs [Čerta osedlosti], interdits d’accès à la Russie intérieure. Pour l’heure, on peut se reporter à un texte exemplaire de cette problématique : « Мнение об отвращении в Белоруссии голода и устройстве быта евреев » (1800) de Gavriil Deržavin et reproduit dans ses Œuvres (Сочинения Державина, t. 7, Sankt-Peterburg, 1872, p. 229-332), où les « paysans “russiens” de Biélorussie » [Russkie krest´jane v Belorussii] sont déjà présentés comme partie intégrante de l’espèce du peuple russe [edinoplemenny Russkomu narodu], et différents par le caractère et les coutumes des autres populations polonaise et juive, « étrangères à leur espèce » [inoplemenny], auxquelles ils sont mêlés, en particulier, selon cet auteur, dans le gouvernorat de Moguilev (ibid., p. 230-231).

9 Fedor Petrovič Filin, Происхождение русского, украинского и белорусского языков, Leningrad, Nauka, 1972.

10 Certaines interprétations des contacts anciens que les ancêtres du « peuple ontologique russien » avaient eus avec l’Occident permettaient aux linguistes du XIXe siècle de dater la naissance des dialectes ayant servi de base au grand-russien, au petit-russien et au blanc-russien et de déplacer vers l’Ouest le berceau de la branche petite-russienne de ce dispositif tripartite, en lui rattachant la Volhynie et la Galicie. Les invasions tatares de la Russie méridionale dès la seconde moitié du XII siècle servirent souvent de marqueurs aux historiens pour situer l’origine de la tripartition de la russité originelle et expliquer les migrations de la Russie méridionale vers la Volhynie et la Galicie, puis le mouvement inverse de migration d’ouest en est ayant permis le « repeuplement » de la Russie méridionale une fois le danger tatar passé. Utiliser le marqueur historique des invasions tatares permettait aux premiers penseurs de la tripartition de ne pas associer les éléments de slave occidental qu’ils trouvaient dans les parlers de la russianité russe, jusque dans le parler moscovite, à l’histoire des Ruthènes de l’État polono-lituanien.

11 Pypin 1892 : 67.

12 Cf. Symaniec, op. cit.

13 Leonid E. Gorizontov, Парадоксы имперской политики : Поляки в России и Русские в Польше, Moskva, Indrik, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Symaniec, « La construction idéologique slave orientale : Langues, races et nations dans la Russie du xixe siècle »Revue des études slaves, LXXXIV-1-2 | 2013, 223-233.

Référence électronique

Virginie Symaniec, « La construction idéologique slave orientale : Langues, races et nations dans la Russie du xixe siècle »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIV-1-2 | 2013, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1087 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1087

Haut de page

Auteur

Virginie Symaniec

Atelier de recherche sur l’intermédialité et les arts du spectacle (ARIAS) CNRS – Université Sorbonne nouvelle - Paris 3 – École normale supérieure

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search