Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIV-1-2Chronique bibliographiqueBruno Vianey, Tout autour du voya...

Chronique bibliographique

Bruno Vianey, Tout autour du voyage de Jean Sauvage en Moscovie en 1586

Moscou, Tezaurus, 2012, 503 pages
Michel Mervaud
p. 301-303
Référence(s) :

Bruno Vianey, Tout autour du voyage de Jean Sauvage en Moscovie en 1586, Moscou, Tezaurus, 2012, 503 p., cartes, illustrations, index. ISBN 978-5-98421-141-3

Texte intégral

1Qui eût pensé qu’un agrégé de mathématiques s’intéresserait un jour à Jean Sauvage, le premier Français qui ait abordé à Arkhangelsk, et que, de surcroît, il publierait un gros livre « tout autour » du bref récit de voyage de ce marin ? C’est ce qu’a réalisé avec brio Bruno Vianey, professeur au Lycée français de Moscou.

  • 1 Le premier récit de voyage en Russie en français n’est pas celui de Jean Sauvage : ce sont les Voya (...)
  • 2 Elles seront suivies par une lettre de Feodor au roi de France d’octobre 1586, reproduite par Bruno (...)
  • 3 Voir Michel Mervaud, « Un Normand en Russie au xvi siècle (pour le 400e anniversaire du voyage de J (...)

2Arrivé à Arkhangelsk le 26 juin 1586 sur un navire affrété par une compagnie de marchands, le Dieppois Jean Sauvage en repart au mois d’août, avant que la mer Blanche ne soit prise par les glaces. De retour à Dieppe, il rédige le 20 octobre une courte relation de son périple. Censé servir avant tout de guide pour les marins, ce récit décrit aussi les choses vues pendant ce séjour de deux mois, et tout particulièrement l’activité des marchands de « Moscovie ». Tandis que Jean Sauvage s’en retournait en France, il est probable que des marchands de son bateau se rendirent à Moscou pour y passer l’hiver. En tout cas, un traité de commerce avantageux fut conclu le 23 mars 1587 : les Français obtenaient l’autorisation de trafiquer dans le Nord de la Russie en ne payant que la moitié des droits acquittés par les Anglais et les Hollandais, qui les avaient précédés à Arkhangelsk. Jean Sauvage rapportait aussi un Dictionnaire des Moscovites dont le cosmographe André Thevet prétendra être l’auteur. Cette expédition fut une série de « premières » : premier voyage d’un Français à Arkhangelsk, premier récit d’un Français à s’être rendu en Russie1, premier traité de commerce, premier lexique franco-russe. En 1584 avaient été échangées les premières lettres (inconnues) entre un souverain russe (le tsar Feodor) et un roi de France (Henri III)2. Le récit de Jean Sauvage a été publié en 1834 par Louis Paris et en 1855 par Louis Lacour. Par la suite, plusieurs historiens l’ont évoqué3. Quant au Dictionnaire des Moscovites, il a été édité et commenté par Paul Boyer en 1905.

  • 4 Il fallait passer par le cap Nord en contournant la Norvège, alors possession danoise.

3Pourquoi Jean Sauvage avait-il emprunté la « route du Nord », mal connue et dangereuse4 ? Car le commerce avec la Russie par la Baltique n’était pas ignoré des Français. Ils y avaient même déployé une intense activité entre 1558 et 1581, au temps où Narva était possession russe. En 1567, pour le nombre de navires commerçant avec Narva, ils venaient en deuxième position derrière les Allemands, mais devant les Anglais et les Hollandais. Mais en 1581 Narva est conquise par les Suédois, et l’accès à la Russie par la Baltique devient impossible. De toute façon, pendant la guerre de Livonie, cet accès était difficile : les Danois imposaient des taxes élevées pour le passage de l’Øresund, et les bateaux se rendant à Narva ou en revenant étaient fréquemment arrêtés et pillés par les Suédois et les Danois. Aussi, avant même la fondation d’Arkhangelsk (en 1583), Anglais et Hollandais avaient-ils commencé à commercer avec la Russie en empruntant la route du Nord (Richard Chancellor effectua deux voyages en mer Blanche en 1553 et 1555‑1556). Quant aux Français, ils tentèrent eux aussi l’aventure avant Jean Sauvage : en 1583, Étienne Vattier atteint les rives de l’océan Glacial et peut-être le petit port russe de Kola.

4Les Français n’auraient sans doute pu se risquer dans le grand Nord sans l’obstination de Charles de Danzay, ambassadeur de France au Danemark. Conscient de l’importance du commerce avec la Russie, cet homme actif s’était efforcé de lever les obstacles rencontrés dans la Baltique, en intervenant par exemple auprès du roi de Suède pour qu’il fasse libérer les navires confisqués. Après la prise de Narva par les Suédois, il obtint du roi de Danemark, Frédéric II, que, moyennant redevance, des passeports soient délivrés aux marchands français pour qu’ils puissent se rendre dès le printemps 1582 à Kola. D’autre part, Danzay avait œuvré pour que des relations diplomatiques s’établissent entre la France et la Russie : c’est sur ses conseils que des lettres avaient été échangées entre Feodor et Henri III, et le voyage de Jean Sauvage avait été précédé par l’envoi en Russie d’un ambassadeur, François de Carle, accompagné d’un interprète, Pierre Ragon (ou de Ragouse), un Français qui avait passé plus de vingt ans en « Moscovie ».

5Tous ces faits sont connus. L’intérêt du présent ouvrage est ailleurs. Tout d’abord, Bruno Vianey a eu l’heureuse idée de rassembler des documents dispersés, et, en premier lieu, les différentes versions du récit de Jean Sauvage : le manuscrit Dupuy, accompagné d’une traduction russe moderne, et les deux versions imprimées, celle de Louis Paris, avec sa traduction russe de 1841, et celle de Louis Lacour ; il a reproduit également le Dictionnaire des Moscovites et les récits d’André Thevet, qu’il qualifie de plagiats. Il y a joint des documents qui tournent « tout autour » du périple de Jean Sauvage. Il a reproduit, en en respectant la langue et l’orthographe, de nombreux extraits de la correspondance peu connue de Danzay avec les rois de France et Catherine de Médicis. On y apprend que Danzay était obligé d’avancer les frais que lui causaient ses démarches diplomatiques auprès des souverains du Nord et de Pologne, et même des achats de nains ou de haquenées pour la reine mère ( !). Malgré d’incessantes requêtes, il ne recevait que des réponses dilatoires de la Cour de France. N’étant pas remboursé, il était menacé de la prison pour dettes et mourra ruiné.

6L’aventure de Jean Sauvage n’est pas considérée par l’A. comme un phénomène isolé ou exceptionnel, mais replacée dans l’histoire des relations franco-russes jusqu’au xviie siècle. Dans ce « panorama » historique, des extraits de divers auteurs soulignent l’importance de l’étiquette et des questions de préséance, qui peuvent sembler anecdotiques, mais dont le non-respect pouvait entraîner la rupture des relations diplomatiques. Le but essentiel de l’expédition de Jean Sauvage étant le commerce, des extraits du Parfait négociant de Jacques Savary (1675) viennent rappeler opportunément la « grande lâcheté » des Français, qui, au lieu de traiter directement avec les Russes, faisaient transporter la plupart de leurs marchandises par les Anglais et les Hollandais (p. 253).

7Mais le périple de Jean Sauvage dépasse le cadre des relations franco-russes. Des voyageurs norvégiens, anglais, hollandais, l’ont précédé en mer Blanche. Bruno Vianey donne des extraits des récits qu’ont laissé certains d’entre eux : le viking Ottar (vers 880), Istoma, interprète d’Herberstein, et Chancellor, dont l’épopée fut racontée à la fin des années 1660 par Guy Miège, membre de l’ambassade du comte de Carlisle. On prend ainsi conscience que le marin dieppois fait partie de tout un ensemble de navigateurs européens qui ont tissé des liens avec la Russie avant la fondation de Saint-Pétersbourg (dont l’existence n’a d’ailleurs pas ruiné le commerce par Arkhangelsk, comme le relève avec raison l’A., p. 31‑32).

8On trouvera dans le présent ouvrage d’autres sources d’intérêt : par exemple, des textes qui brossent les portraits de deux étonnants personnages : Ponce de La Gardie, officier franco-suédois adversaire des Russes dans la guerre de Livonie, et le comte de Forbin, célèbre marin qui s’est illustré par ses victoires remportées sur les Suédois dans la mer Blanche en 1707. Bruno Vianey, qui parle le norvégien et le russe, a utilisé des sources imprimées scandinaves, notamment pour la correspondance de Danzay, et retracé « une petite histoire de la frontière russo-norvégienne ». Tous les documents reproduits sont annotés et introduits par des commentaires pertinents. Le livre comporte de nombreuses illustrations et cartes anciennes, des tableaux dynastiques des rois de France, de Suède, de Danemark et de Pologne, une liste des souverains des principaux pays d’Europe du xive au xviie siècle, un rappel des dates importantes de l’histoire de la Russie, deux index (des documents et des noms de personnes). On ne peut que louer l’A. de ce très riche ouvrage, qui rendra d’évidents services aux historiens, aux slavistes et aux comparatistes.

Haut de page

Notes

1 Le premier récit de voyage en Russie en français n’est pas celui de Jean Sauvage : ce sont les Voyages et ambassades de Guillebert de Lannoy (1413-1421). Mais l’auteur n’était pas Français : il était originaire du Hainaut.

2 Elles seront suivies par une lettre de Feodor au roi de France d’octobre 1586, reproduite par Bruno Vianey, ainsi que le traité de commerce de 1587 (p. 97-100). Pour l’historien géorgien G. Žordanija, la lettre de Feodor serait d’octobre 1585, ce qui est contesté.

3 Voir Michel Mervaud, « Un Normand en Russie au xvi siècle (pour le 400e anniversaire du voyage de Jean Sauvage à Arkhangelsk) », Revue des pays de l’Est [Bruxelles], 1986, no 1, p. 101-124 (autre version, abrégée, dans Études normandes, Rouen, 1986, no 2, p. 38‑52). Une édition critique du récit de Jean Sauvage a paru dans M. Mervaud et Jean-Claude Roberti, Une infinie brutalité : l’image de la Russie dans la France des XVIe et XVIIe siècles, Paris, Institut d’études slaves, 1991, p. 75-83.

4 Il fallait passer par le cap Nord en contournant la Norvège, alors possession danoise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Mervaud, « Bruno Vianey, Tout autour du voyage de Jean Sauvage en Moscovie en 1586 »Revue des études slaves, LXXXIV-1-2 | 2013, 301-303.

Référence électronique

Michel Mervaud, « Bruno Vianey, Tout autour du voyage de Jean Sauvage en Moscovie en 1586 »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIV-1-2 | 2013, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1097 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1097

Haut de page

Auteur

Michel Mervaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search