Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIV-1-2Chronique bibliographiqueElizabeth White, The Socialist Al...

Chronique bibliographique

Elizabeth White, The Socialist Alternative to Bolshevik Russia: The Socialist Revolutionary Party, 1921-1939

London, Routledge, 2011, 180 pages
Pierre Boutonnet
p. 307-309
Référence(s) :

Elizabeth White, The Socialist Alternative to Bolshevik Russia: The Socialist Revolutionary Party, 1921-1939, London, Routledge (BASEES – Routledge Series on Russian and East European Studies, tome 68), 2011, 180 p., notes, bibliographie p. [172]-177, index. ISBN 978-0-415-43584-0 (rel.)

Texte intégral

1Le travail de E. White retrace l’histoire d’un groupe d’une quarantaine de socialistes révolutionnaires qui, émigrés à Prague pendant l’entre-deux-guerres, ont cherché à rester des activistes politiques russes en produisant et diffusant un message théorique. L’A. présente les S.R. de Prague comme les partisans d’un socialisme qui, selon eux, pouvait s’établir en Russie même après la naissance de l’U.R.S.S. C’est ainsi que doit se comprendre le titre de l’ouvrage. Le récit s’appuie sur des documents provenant des Archives de l’Institut Hoover, de l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam, des Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF), des archives de l’Institut T. G. Masaryk de Prague, en plus de divers mémoires écrits par les S.R. eux-mêmes. Le livre est au croisement de deux thèmes : l’histoire de l’émigration russe et celle des idées politiques. L’articulation générale du propos prend appui sur deux journaux : Volja Rossii et Revoljucionnaja Rossija qui sont pour l’A. la grande réussite concrète de ces émigrés.

2Le livre est divisé en huit chapitres. Ils suivent un ordre chronologique tout en ayant chacun une forte unité thématique. L’A. revient tout d’abord sur l’histoire du parti S.R. avant 1921 et rappelle que le néo-populisme restait au début du xxe siècle aussi important que le marxisme. Un bilan historiographique rappelle que tous les historiens ne sont pas d’accord sur l’incapacité des S.R. à proposer un projet de modernisation pour la Russie. Après la victoire des bolcheviks, les émigrés S.R. furent favorisés par un vaste programme du gouvernement tchèque d’aide aux démocrates de Russie émigrés. Travaillant dans des institutions officielles, ils purent publier deux journaux subventionnés. Ils restèrent bien informés sur la réalité soviétique jusqu’en 1929.

3Les S.R. de Prague, contrairement à leurs camarades de Paris, auraient conservé leur idéologie néo-populiste, sans céder au nationalisme fermé des émigrés blancs. Liés à l’Internationale et à divers partis socialistes, ils aspiraient à intégrer la Russie dans une Europe socialiste et démocratique. Leurs idées de socialisme non étatiste et de coopératives étaient en phase avec le débat intellectuel occidental. Par ailleurs, leur activité éditoriale a permis à l’émigration russe au sens large d’entrer en contact avec la littérature européenne et soviétique de l’après-guerre.

4Durant les années 1920, les S.R. conservèrent un grand optimisme. Ils mettaient en avant ce que V. Danilov, M. Lewin ou T. Shanin ont établi : les troubles de 1917‑1921 avaient renforcé la paysannerie moyenne et la communauté paysanne dans une Russie plus rurale qu’en 1914. Considérant par ailleurs que le mouvement coopératif avait pris de l’ampleur, ils avançaient que le pouvoir bolchevique d’essence marxiste ne pouvait se maintenir en Russie. Pour E. White, les S.R. avaient des propositions réalistes visant à moderniser la Russie en s’appuyant sur le potentiel socialiste des campagnes. N. Buxarin aurait faites siennes ces propositions, revendiquant leur paternité dans la lutte pour le pouvoir. En dépit d’un constat lucide, les S.R. se sont mépris sur la solidité du pouvoir bolchevique. Il leur a semblé que leur travail, par ailleurs réel, dans les organisations légales de Russie à la campagne pouvait à terme accompagner la chute du régime.

5Le combat politique des S.R. prit un tour plus difficile à partir de la fin des années 1920. Leur groupe se divisa autour de la tactique à adopter une fois leur parti réduit en U.R.S.S. à l’état de débris. À Prague, V. M. Černov – ou son camarade Evsej Stalinskij – prédisait la chute du régime au début du « grand tournant ». Le parti S.R. échoua à élaborer une nouvelle plate-forme politique de propositions quand Staline eut amorcé l’industrialisation à marche forcée et la collectivisation des campagnes. Les paysans semblaient aux populistes une force capable de renverser le parti bolchevique qui leur avait déclaré une véritable guerre. Stalinskij avança que Staline collectivisait en improvisant dans un but politique : sortir de la crise en mettant à bas la citadelle paysanne et ainsi accroître le contrôle sur la société.

6V. Černov apparaît comme une figure originale, « d’un optimisme de Pangloss », minoritaire mais capable d’élaborer un plan de fédération qui laisse aux différents peuples de l’U.R.S.S. le choix de l’indépendance. La majorité de ses camarades continuait, dans la lignée de l’intelligentsia du xixe s., de défendre l’impérialisme russe tout en niant sa réalité.

7Le livre se clôt sur l’échec du groupe dans les années 1930. L’aide financière du gouvernement tchécoslovaque disparut entre 1931 et 1935 et il devint impossible de continuer à publier des journaux. La crise de la démocratie européenne a par ailleurs incité tous ces émigrés, avec plus ou moins de réserve, à soutenir la patrie contre la menace fasciste. Pour E. White, ce changement de cap participe de la grande désillusion des intellectuels européens à l’égard de la démocratie occidentale qui, dans les années 1930, semblait avoir fait son temps.

8Ce travail tire de l’oubli des leaders révolutionnaires russes et met l’accent sur leur activité positive. Le portrait du célèbre V. Černov s’en trouve enrichit. Ce travail suggère que l’émigration russe était peut-être moins uniformément « blanche » qu’on ne le croit parfois. Mais cette quarantaine d’émigrés n’était-elle pas une exception ? Certains S.R. ont bien perçu l’originalité et la radicalité de l’idéologie bolchevique, de son interprétation du concept de socialisme. Ils ont été sagaces dans l’analyse de phénomènes ruraux sociaux et économiques. Le lecteur a l’impression que E. White met l’accent sur quelques écrits de quelques S.R. pour rehausser la valeur de la production de tout le groupe par ailleurs incapable de surmonter ses divisions. Le parti S.R. apparaît comme incapable même après sa défaite d’évaluer les capacités du parti bolchevique. La stratégie des leaders socialistes étudiés fait penser à celle adoptée après l’échec de la révolution de 1905. Mais leur alternative est restée lettre morte. E. White montre que les S.R. de Prague ne se sont pas battus contre des ombres : cependant il est difficile de voir en quoi ils ont eu une quelconque influence sur l’histoire, hormis sur la vie culturelle de l’émigration russe. La « révolution par en haut » de Staline métamorphosant la Russie apparaît une fois de plus comme la rupture historique inattendue, rejetant dans le passé la force des idées des S.R.

9L’ouvrage de E. White apporte une contribution originale à l’étude du parti S.R. C’est une histoire des idées qui sous-entend que le parti S.R. pouvait, tout au long de son existence, tracer un chemin vers le socialisme en Russie. Dans cette optique, le livre ne fait qu’apporter une contribution limitée. E. White confirme l’image de révolutionnaires pugnaces mais sujets à la division, elle réévalue la pertinence d’analyses théoriques de certains leaders et montre qu’ils étaient tournés vers l’Europe et la modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Boutonnet, « Elizabeth White, The Socialist Alternative to Bolshevik Russia: The Socialist Revolutionary Party, 1921-1939 »Revue des études slaves, LXXXIV-1-2 | 2013, 307-309.

Référence électronique

Pierre Boutonnet, « Elizabeth White, The Socialist Alternative to Bolshevik Russia: The Socialist Revolutionary Party, 1921-1939 »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIV-1-2 | 2013, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1102 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1102

Haut de page

Auteur

Pierre Boutonnet

Université de Toulouse – Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search