Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIV-3-4Chronique bibliographiqueVincenzo Rizzo, Vita e razionalit...

Chronique bibliographique

Vincenzo Rizzo, Vita e razionalità in Pavel A. Florenskij

Milano, Jaca Book, 2012, 319 pages
Florence Corrado‑Kazanski
p. 578-579
Référence(s) :

Vincenzo Rizzo, Vita e razionalità in Pavel A. Florenskij, Milano, Jaca Book, 2012, 319 p., ISBN 978-8816411654

Texte intégral

1La monographie de Vincenzo Rizzo consacrée à Pavel Florenskij vient enrichir les études européennes sur la philosophie russe, qui sont particulièrement développées en Italie. L’A. propose non pas une étude systématique de la pensée philosophique de Pavel Florenskij – si tant est que cela soit même possible, étant donné le parti pris florenskien de refus de la structure rationnelle –, mais plutôt une réflexion sur les thèmes cruciaux de son œuvre, autour des deux notions de vie et de rationalité. L’introduction rappelle le contexte de la pensée russe, ancrée dans la tradition patristique et byzantine, dans laquelle s’insère la philosophie de Pavel Florenskij. L’A. y présente les concepts-clefs que sont l’être compris en tant qu’énergie, le Logos, l’unité de l’homme et du monde, le mystère de la personne, qui débouche sur le thème du destin. La monographie se compose de trois parties : la première précise le contexte historique et culturel dans lequel a vécu Pavel Florenskij, la deuxième indique les jalons de la formation de sa pensée, et la troisième est consacrée à différents thèmes philosophiques décisifs, comme le nom, le mal, le sujet. L’ouvrage propose en outre un index des noms propres, et une bibliographie très fournie qui s’avère précieuse pour les chercheurs qui s’intéressent à la philosophie russe et à la culture russe en général.

2En retraçant l’histoire intellectuelle de Pavel Florenskij, V. Rizzo souligne notamment le retentissement qu’a eu la pensée mathématique de N. Bugaev et G. Cantor sur sa philosophie, suggérant déjà la dimension intégrale de la connaissance pour Florenskij, qui dépasse les limites des différents domaines de la pensée. L’A. retrace ensuite la réception de la pensée de Pavel Florenskij en Russie, entre les critiques de N. Berdjaev et G. Florovskij, et la défense opérée par Paul Evdokimov ou le père Alexandre Men´, jusqu’à la recherche actuelle et aux publications de l’œuvre qui se poursuit encore. L’A. rappelle enfin les débats intellectuels sur la révolution, l’idéologie marxiste, et leurs causes, convoquant à la fois les auteurs du recueil Vexi et les chercheurs contemporains Fr. Furet ou R. Pipes, et conclut sur la mentalité totalitaire, pour laquelle le contrôle des consciences prime sur l’utilité sociale de l’individu, ce qui signe la condamnation à mort de Pavel Florenskij. L’A. propose ainsi une méditation sur le martyre de l’intelligence, qui est aussi un choix existentiel pour Pavel Florenskij.

3La deuxième partie s’ouvre sur l’influence de la pensée de S. Trubeckoj sur la formation intellectuelle de Pavel Florenskij, et fait en particulier référence à la Doctrine du logos dans son histoire, dont Florenskij retient non seulement la philosophie du Logos, mais aussi la méthode qui veut étudier la pensée philosophique en lien avec l’histoire de la conscience religieuse. V. Rizzo évoque ensuite l’amitié avec Vladimir Èrn, vue comme un signe du destin, et leurs convergences sur la notion de Logos par opposition à la ratio, ainsi que sur la vie en tant que critère de vérité, leitmotiv de l’œuvre de Pavel Florenskij. Après quelques remarques sur le rapport que Florenskij a vis‑à‑vis de la philosophie antique, marqué par le passage entre religion et philosophie, l’A. s’arrête sur deux essais, les Racines de l’idéalisme communes à toute l’humanité, et Raison et dialectique, en tant qu’ils sont révélateurs de sa pensée. Les maîtres-mots en sont connaissance intégrale, qui nécessite un retour à un rapport vivant et réel aux choses, et dialectique, comprise au sens large comme mouvement perpétuel de la pensée dans lequel la vérité afflue. La deuxième partie se conclut sur une méditation sur la mémoire du destin et sur la mort, sur l’ascèse qui apprend à mourir : l’A. reprend ici la logique de la pensée de Pavel Florenskij où philosophie et mystique se rejoignent.

4La troisième et dernière partie est consacrée à différents thèmes philosophiques qui sont au cœur de l’œuvre de Pavel Florenskij. Il s’agit avant tout du nom, au centre du rapport entre mystique et connaissance. V. Rizzo rappelle que pour Florenskij, en fin de compte, toute la philosophie se divise en nominalisme et réalisme ; elle met en jeu la possibilité d’accueillir la vie dans toute son ampleur, ou au contraire sa réduction à une logique intellectualiste. L’A. aborde ensuite la critique du scepticisme, qui paralyse l’homme selon Pavel Florenskij, auquel s’oppose la reconnaissance d’un manque qui doit aboutir à la foi. Le chapitre consacré à la question du mal, conséquence pour Florenskij d’une fragmentation de la personne, d’une perte de soi qui isole le moi de la réalité, fait la transition avec les chapitres suivants centrés sur la notion d’intégrité : la reconnaissance du mystère de l’intégrité de la vie est au cœur de la théodicée de Pavel Florenskij comme de son anthropologie ou de son analyse de l’œuvre d’art. Et pour lui, c’est la force vitale, l’énergie vitale qui est le ciment de la totalité, d’où, comme le souligne l’A., le privilège de la notion grecque de génération sur la notion moderne de construction. Dans le chapitre intitulé « la terre et le secret du salut », l’A. montre encore une fois l’unité de la philosophie et de la mystique florenskienne, en présentant la conception de la terre de Pavel Florenskij, pour qui elle est plus qu’un élément naturel, mais bien le lieu où les générations sont en contact grâce à leur présence énergétique. Dans la postface, Lubomir Žak présente justement Pavel Florenskij comme le témoin d’un regard mystique sur le monde, capable d’insuffler l’espérance. Il développe une interprétation du lien entre vie et rationalité chez Pavel Florenskij, explicitant le titre de la monographie. C’est sur le plan de l’ontologie que vie et rationalité ne font qu’un, par référence au Christ, Vie et Logos éternel. Mais la fascination qu’exerce l’œuvre de Pavel Florenskij provient aussi de la cohérence entre sa pensée et sa vie, que Vincenzo Rizzo évoque dans une méditation sur le destin, la mémoire, le martyre, et qui apparaît comme une manière existentielle de comprendre le titre de l’ouvrage, Vie et rationalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Corrado‑Kazanski, « Vincenzo Rizzo, Vita e razionalità in Pavel A. Florenskij »Revue des études slaves, LXXXIV-3-4 | 2013, 578-579.

Référence électronique

Florence Corrado‑Kazanski, « Vincenzo Rizzo, Vita e razionalità in Pavel A. Florenskij »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIV-3-4 | 2013, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1206 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1206

Haut de page

Auteur

Florence Corrado‑Kazanski

Université Bordeaux-Montaigne, EA 4593 CLARE

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search