Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIV-3-4Chronique bibliographiqueSergueï Tchougounnikov et Céline ...

Chronique bibliographique

Sergueï Tchougounnikov et Céline TrautmannWaller (dir.), Pëtr Bogatyrëv et les débuts du Cercle de Prague : recherches ethnographiques et théâtrales

Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2012, 276 pages
Catherine Depretto
p. 579-582
Référence(s) :

Sergueï Tchougounnikov et Céline TrautmannWaller (dir.) Pëtr Bogatyrëv et les débuts du Cercle de Prague : recherches ethnographiques et théâtrales, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2012, 276 p., index. ISBN 978-2-87854-577-7

Texte intégral

  • 1 On oublie aussi trop souvent que l’article de Šklovskij, l’Art comme procédé (1917), contient de no (...)
  • 2 Cf. Roman Jakobson, « Petr Bogatyrev expert in Transfiguration », in Sound, sign, meaning: quinquag (...)
  • 3 Il est présent, en revanche, dans un certain nombre d’anthologies anglo-saxonnes, cf. par exemple L (...)

1Pour des raisons difficiles à expliquer et alors même que l’ouvrage de Vladimir Propp, la Morphologie du conte, a connu une grande fortune en Occident à compter des années 1960‑1970, on n’associe pas spontanément en France études folkloriques, ethnographiques et formalisme russe. Pourtant, dès les origines, ces domaines du savoir étaient représentés au sein du mouvement, en particulier en la personne de Pëtr Bogatyrëv (1893‑1971)1. Comme on sait, ce dernier était très proche de Roman Jakobson2 et se trouva à ses côtés dans la Tchécoslovaquie de l’entre-deux-guerres, mais, à la différence de son ancien condisciple, il rentra en Union soviétique avant l’attaque allemande de 1941. D’abord professeur à l’université de Moscou, il fut ostracisé à partir de la fin des années quarante, avec le développement en U.R.S.S. d’une politique officielle de xénophobie et d’hostilité à toute influence étrangère dans les sciences. Après la mort de Staline, il retrouva, pendant le Dégel, la plupart de ses fonctions et l’on peut dire que l’essentiel de son œuvre a désormais été publié dans son pays, quoique dans des versions pas toujours parfaitement conformes aux originaux. Néanmoins Bogatyrëv n’est sans doute pas un des ethnologues et folkloristes les plus célèbres et son nom est trop rarement associé en France à l’évocation de la « décennie remarquable » de l’histoire de la philologie russe du xxe siècle3.

2On ne peut donc que saluer le premier ouvrage en français, consacré à cette figure originale de la science russe. Le livre réunit au premier chef les actes d’un colloque international, organisé à Paris en 2009 par les deux responsables de l’actuel volume, Céline Trautmann-Waller et Sergueï Tchougounnikov. Le choix avait été fait de mettre l’accent sur les années praguoises de Bogatyrëv dans une perspective d’étude des transferts culturels, en montrant à la fois ce que les formalistes de Russie avaient pu apporter au milieu tchèque, mais aussi et surtout en soulignant ce que les Russes de Prague avaient puisé dans le terreau intellectuel tchèque. De ce point de vue, son exemple est sans doute l’un des plus significatifs. L’actuel volume cible encore plus précisément ce sujet, en rattachant explicitement la personnalité de Bogatyrëv aux débuts du Cercle linguistique de Prague.

  • 4 Petr G. Bogatyrev, Funktional-strukturale Ethnographie in Europa : Texte aus den 1920er und 1930er (...)
  • 5 Cf. F. D. Ašnin, V. M. Alpatov, « Дело славистов ». 30-е годы, éd. N. I. Tolstoj, Мoskva, Nasledie, (...)
  • 6 Cf. Céline Trautmann-Waller, « Petr Bogatyrev et le théâtre de marionnettes », Cahiers du monde rus (...)

3Une introduction générale brosse à grands traits un portrait du savant et explicite la conception du volume. Cette première esquisse est complétée par la contribution de Klaas-Hinrich Ehlers, auteur d’une édition fondamentale de l’œuvre de Bogatyrëv en allemand, faite en collaboration avec Marek Nekula4, qui reconstruit dans le détail les liens entretenus par le savant russe avec le milieu scientifique tchèque et allemand. C’est ainsi que sont évoquées les années pragoises de Bogatyrëv, son rôle dans la constitution d’un cercle ethnographique de Prague (p. 23) et les débuts du « Cercle linguistique de Prague ». Est aussi mentionné l’épisode de sa collaboration avec l’université de Münster qu’il interrompt brutalement en 1933, sans doute en raison de l’arrivée des nazis au pouvoir et qui est suivie de son retour en Tchécoslovaquie, à Bratislava. Cette évocation est complétée par la contribution de Svetlana Sorokina (Académie des sciences de Russie) qui détaille ses expéditions de terrain autour de Prague, à Brno, en Slovaquie et en Russie subcarpathique. Au risque de ne pas suivre parfaitement le sommaire de l’ouvrage, il faut évoquer ici l’article d’Andreï Toporkov qui complète la biographie du savant, en restituant le contexte politique et les années de son retour en U.R.S.S. Toporkov rappelle fort à propos les persécutions qui touchèrent la philologie soviétique et, en particulier, « l’affaire des slavistes » (1934) qui ne frappa pas directement Bogatyrëv (puisqu’il était en Tchécoslovaquie), mais certains linguistes dont il était proche comme N. N. Durnovo (exécuté en 1937). L’acte d’accusation le présentait surtout aux côtés de Jakobson et Troubetzkoy comme constituant le noyau d’une organisation anti‑soviétique, agissant à l’étranger et avec laquelle les accusés du procès auraient entretenu des liens5. Toporkov insiste également sur l’originalité des travaux de Bogatyrëv, tout comme Sergueï Neklioudov, auteur d’un article spécialement consacré à l’actualité de ses recherches en ethnographie. Les contributions de Veronika Ambros et d’Eva Šlaisová évoquent un volet important de l’activité de Bogatyrëv, sa contribution aux études théâtrales et sa collaboration avec le metteur en scène tchèque, Emil František Burian. Le savant avait manifesté, dès son plus jeune âge, des dispositions pour la déclamation et le théâtre ; à Prague, il avait trouvé après Moscou un milieu particulièrement favorable et c’est à l’étude comparée du théâtre populaire russe et du théâtre de marionnettes tchèque qu’a été consacrée sa première étude un peu longue6.

  • 7 On ne sait pas vraiment pourquoi l’ouvrage a été publié en français dans une collection de l’Instit (...)
  • 8 Une fois de plus, on ne peut que constater que Bogatyrëv n’est pas mentionné lorsqu’on aborde la qu (...)
  • 9 Il est dommage que certains noms propres n’aient pas été commentés, comme celui de O. M. Freudenber (...)

4Un dernier ensemble de contributions s’attache à montrer les diverses influences dont a bénéficié Bogatyrëv et la façon dont il a pu utiliser cet héritage. Il « se considérait comme l’un des premiers à avoir étendu la méthode de Saussure à l’ethnographie et à avoir élaboré une approche structurale dans l’étude du folklore » (p. 9). De fait, son livre, Actes magiques : rites et croyances en Russie subcarpathique (1929) a constitué une véritable rupture, en imposant une approche synchronique à l’étude du folklore7. Ce rapport à Saussure qui semble être plus connu en Allemagne et dans le monde anglosaxon qu’en France est étudié par Ekaterina Velmezova8. Sergueï Tchougounnikov explore ce qu’il appelle « l’ethnopsychologie » de Bogatyrëv. Quant à Céline Trautmann, elle essaie de reconstituer par le biais d’un inventaire des savants cités dans ses textes9 et par la liste des périodiques auxquels il a collaboré, l’entrecroisement des différentes traditions héritées de la Russie et de celles reçues du milieu pragois (herbartisme par exemple).

  • 10 Bogatyrev rédigeait vraisemblablement ses écrits d’abord en russe, mais les originaux sont perdus a (...)

5Mais l’intérêt du livre tient aussi à la présence d’un ensemble significatif de textes de Bogatyrëv qui sont d’utiles compléments aux contributions érudites et qui illustrent le passage d’une première étape formaliste à des accents préstructuralistes (« méthode fonctionnelle-structurale »). Dans cet ensemble, à côté de l’introduction à l’ouvrage en français sur les Actes magiques, on tient à signaler deux articles, traduits du tchèque par Xavier Galmiche, « Le costume comme signe : la conception fonctionnelle et structurale en ethnologie » (1936) et « les signes théâtraux » (1938) qui sont bien représentatifs de la démarche de Bogatyrëv et qui seront particulièrement intéressants pour les sémioticiens10.

6On regrettera pour finir qu’un ouvrage de cette tenue ne soit pas parfaitement rigoureux sur le plan philologique, en particulier dans les translittérations. Certes, il fallait jongler avec différents systèmes graphiques et l’on sait d’expérience combien est diabolique la question du choix des graphèmes, mais il était sans doute possible d’éviter un certain nombre d’incohérences.

7Quoi qu’il en soit, ce livre s’imposera comme un ouvrage de référence. Il a le mérite d’évoquer les grandes étapes de la carrière de Bogatyrëv, les principaux aspects de son œuvre et fournit d’utiles bibliographies. Il veut surtout mettre l’accent sur ce que sa démarche a de spécifique et d’original au sein du formalisme russe, puis du structuralisme pragois (pour dire les choses simplement). Remarquable homme de terrain, peut-être moins systématique que d’autres, Bogatyrëv était doué d’une grande inventivité. Par son sens artistique, son goût de la métamorphose, il est à l’unisson du « gai savoir » des formalistes russes et il est temps qu’il reprenne sa place auprès de ses illustres contemporains.

Haut de page

Notes

1 On oublie aussi trop souvent que l’article de Šklovskij, l’Art comme procédé (1917), contient de nombreux exemples tirés des recueils de devinettes et contes populaires russes et slaves. Quant à la première étude un peu longue réalisée par Bogatyrëv, Чешский кукольный театр и pусский народный театр, elle est parue en 1923, sous la griffe Opojaz.

2 Cf. Roman Jakobson, « Petr Bogatyrev expert in Transfiguration », in Sound, sign, meaning: quinquagenary of the Prague linguistic circle, éd. Ladislaw Matejka, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1978, p. 29-39; repris dans Roman Jakobson, Selected writings, t. 7, Den Haag, Mouton, 1985, p. 293-304.

3 Il est présent, en revanche, dans un certain nombre d’anthologies anglo-saxonnes, cf. par exemple Ladislav Matejka, Irwin R. Titunik, éd., Semiotics of art : Prague School contributions, Cambridge, Mas. – London, MIT Press, 1976.

4 Petr G. Bogatyrev, Funktional-strukturale Ethnographie in Europa : Texte aus den 1920er und 1930er Jahren zu Brauchtum, Folklore, Theater und Film, éd. Klaas-Hinrich Ehlers, Marek Nekula, avec une contribution de Karl Braun, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2011.

5 Cf. F. D. Ašnin, V. M. Alpatov, « Дело славистов ». 30-е годы, éd. N. I. Tolstoj, Мoskva, Nasledie, 1994 ; ainsi que М. А. Robinson , D. P. Petrovskij , « Н. Н. Дурново и Н. С. Трубецкой : проблема евразийства в контексте “дела славистов” (по материалам ОГПУ-НКВД) », Славяноведение, 1992, no 4, p. 68-82.

6 Cf. Céline Trautmann-Waller, « Petr Bogatyrev et le théâtre de marionnettes », Cahiers du monde russe, t. 51, 2010, fasc. 4, p. 547-563.

7 On ne sait pas vraiment pourquoi l’ouvrage a été publié en français dans une collection de l’Institut d’études slaves ; la préface remercie les slavistes français, Louis Eisenman, directeur de la revue le Monde slave et André Mazon, professeur au collège de France, directeur de l’Institut d’études slaves et de la Revue du même nom.

8 Une fois de plus, on ne peut que constater que Bogatyrëv n’est pas mentionné lorsqu’on aborde la question de l’influence de Saussure sur les savants russes et, en particulier, au sein du Cercle linguistique de Moscou auquel il a pourtant participé.

9 Il est dommage que certains noms propres n’aient pas été commentés, comme celui de O. M. Freudenberg, sans doute l’antiquisante de tout premier plan (1890-1955), cousine de Pasternak dont l’œuvre scientifique peine encore aujourd’hui à être diffusée hors de Russie.

10 Bogatyrev rédigeait vraisemblablement ses écrits d’abord en russe, mais les originaux sont perdus ainsi que les papiers personnels de la période pragoise. À noter que l’article de 1938 à déjà été traduit dans la revue Poétique, t. II, 1971, no 8, p. 517-530, par Marguerite Derrida sous le titre ≪ les signes du théâtre ≫.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Depretto, « Sergueï Tchougounnikov et Céline TrautmannWaller (dir.), Pëtr Bogatyrëv et les débuts du Cercle de Prague : recherches ethnographiques et théâtrales »Revue des études slaves, LXXXIV-3-4 | 2013, 579-582.

Référence électronique

Catherine Depretto, « Sergueï Tchougounnikov et Céline TrautmannWaller (dir.), Pëtr Bogatyrëv et les débuts du Cercle de Prague : recherches ethnographiques et théâtrales »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIV-3-4 | 2013, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1209 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1209

Haut de page

Auteur

Catherine Depretto

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search