Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII-3Chronique bibliographiquePierre Gonneau, Histoire de la Ru...

Chronique bibliographique

Pierre Gonneau, Histoire de la Russie d’Ivan le Terrible à Nicolas II : 1547-1917

Paris, Tallandier, 2016, 542 pages
Lidwine Warchol
p. 600-602
Référence(s) :

Pierre Gonneau, Histoire de la Russie d’Ivan le Terrible à Nicolas II : 1547-1917, Paris, Tallandier, 2016, 542 p. ISBN 979-10-210-2031-3

Texte intégral

1La question que pose le livre de Pierre Gonneau est pourquoi une nouvelle histoire de la Russie ? Quelques ouvrages de référence existent en français, tel que le volume de Nicholas Riasanovsky, Histoire de la Russie des origines à 1984, rééditée à de nombreuses reprises depuis 1987 ou celle de Richard Pipes, Histoire de la Russie des Tsars, dont la première édition date de 1974. C’est peut-être déjà parce que, délibérément, Pierre Gonneau s’inscrit dans une autre historiographie, celle de l’après 1991 et la chute de l’URSS. Son étude se veut distanciée tant d’un point de vue chronologique qu’idéologique ; en effet, jusque-là les études sur la Russie et son histoire cherchaient à comprendre les origines de l’URSS et de son système, avec ce qu’il pouvait avoir de contestable. Les ouvrages traduits en France étaient proposés par des universitaires américains originaires de l’Est dans un contexte polémique, celui de la Guerre froide. Pierre Gonneau aurait pu lui aussi faire de son livre une nouvelle somme – ses publications antérieures reconnues dans le monde scientifique en témoignent. Mais son ouvrage est avant tout un outil de réflexion très étayé qui invite son lecteur à réfléchir à un problème de fond, celui de la question de la construction d’un système politique, l’autocratie, qui fascine jusqu’à nos jours et dont les ressorts questionnent un large public. Le choix de chapitres qui pour la plupart sont autant de biographies répond à cette demande. Mais comme l’auteur le souligne dans son avant-propos intitulé « Comment devient-on tsar ? », il s’agit davantage de comprendre l’articulation entre autocratie et construction d’une identité nationale que d’étudier uniquement la vie des tsars.

2L’ouvrage se divise en quatre parties qui analysent quatre siècles autocratiques. La première partie traite des premiers tsars (1547-1613) : Ivan le Terrible (1533-1584), Fedor (1584-1598) et Boris Godounov (1588-1605). En commençant par Ivan le Terrible, l’A. place les débuts de l’autocratie dans la personnalité d’un tyran connu par de nombreuses représentations auxquelles l’auteur se réfère. À travers les actions du tsar et son évolution s’observe l’émergence d’une Russie entre Orient et Occident, en situation d’infériorité par rapport aux puissances régionales que sont la Suède ou la Pologne. Le rôle de l’opričnina apparaît pour montrer comment le tsar devient une personnalité à part des autres boyards. Perce également la spécificité de l’Église orthodoxe et ses ferments populaires qui en font un acteur majeur dans la construction nationale. Le règne du pieux Fedor qui succède insiste sur la problématique religieuse qui s’enracine de plus en plus dans le tsarisme ; l’orthodoxie se comprend alors comme un facteur de différenciation avec ces puissants voisins qui s’obstinent à rendre floues les frontières de cet État encore fragile. La figure de Boris Godounov est convoquée pour montrer comment l’autocratie tient moins à une hérédité directe qu’à une adhésion de la société et du clergé déterminés à préserver cette construction nationale. Les difficultés de succession à sa mort questionnent néanmoins une stabilité à construire. Vrais et “faux Dimitri” sont présentés avec les intrigues qui y sont liées, donnant au propos une légèreté de transition vers un régime de plus en plus centralisé qu’élaborent les Romanov.

3La deuxième partie traite des débuts de la dynastie Romanov, âge d’or de la « monarchie traditionnelle ». Toute la construction du pouvoir russe semble trouver son aboutissement dans l’élection de Michel Romanov en 1613 : russe, orthodoxe et issu d’une famille proche de la dynastie précédente, ce qui lui donne la légitimité. Pierre Gonneau souligne en quoi le fait qu’il soit fils de patriarche renforce sa position au niveau populaire ; il décrit aussi les premières initiatives en matière d’organisation administrative et de structuration du territoire grâce au commerce et à l’artisanat. Au chapitre suivant, celui du règne d’Alexis Mikhailovitch (1645-1676), l’aspect pittoresque qui égayait la description des premiers temps de l’aristocratie laisse la place à l’apreté d’un renforcement administratif nécessaire : l’État prend de plus en plus forme et se consolide en la personne du tsar, soutenu par une noblesse maîtrisée. Seul le peuple module la nature de ce pouvoir monarchique en exprimant par ses révoltes son refus des abus. Le règne de Fedor Alexeevitch (1676-1682) présenté au chapitre VII voit émerger le concept d’un empire russe « Grand Frère » des peuples slaves, thème bien polémique et lourd de conséquences pour les siècles à venir. Ce nouveau rapport à son voisinage s’inscrit dans une modernisation du pouvoir qui passe par l’élimination des oripeaux d’un passé qu’incarnent les Vieux-Croyants. Le dernier chapitre de cette partie, est à nouveau, l’occasion pour l’A. d’interroger les fins dynastiques à travers le rôle des femmes de la noblesse dans la construction de l’autocratie, comme dans le cas de Sophie. Ce cas introduit par Pierre Gonneau contribue à montrer aussi l’originalité de ce pouvoir autocratique qui se construit sous des formes peut-être plus ouvertes que ce qui s’observe en Occident.

4La troisième partie, « La Russie de Pierre » (1689-1796) décrit l’une des figures qui, par ses excès, a contribué à populariser la Russie en Occident. Pour relever l’écueil du déjà lu, Pierre Gonneau met en exergue les principaux aspects qui montrent comment le régime autocratique se renforce alors : réforme administrative, inspiration occidentale et victoires militaires qui illustrent l’entrée de la Russie dans la cour des Grands, en s’imposant à ses adversaires traditionnels. L’influence de l’Europe du Nord et de l’Allemagne fondent une Russie nouvelle dirigée par un “souverain éclairé”. Autant de changements vécus comme en rupture avec tout un héritage traditionnel, ce qui explique les difficultés pour les successeurs de Pierre à les assimiler. Les figures féminines d’Elizabeth ou de Catherine II vont dans le sens de l’autocrate/despote éclairé. L’A. insiste plus particulièrement sur l’activité législatrice de cette dernière qui change la nature du pouvoir. Ses limites apparaissent dans la convocation du peuple russe et une contestation croissante dont les thèmes correspondent à une nouvelle époque. Plutôt que d’une peur de croyants face à l’incurie des tsars responsables devant Dieu, il s’agit de protester contre la corruption et les intermédiaires du pouvoir.

5Le quatrième partie s’intitule « La Russie tsariste (1796-1917) » ; le XIXe siècle est le siècle d’or de la Russie, ne serait-ce que par son essor culturel et par la nouvelle place qu’elle obtient parmi les puissances internationales. Pierre Gonneau analyse cette période en questionnant ce qui fait la modernité de la Russie et en même temps son archaïsme. Les règnes de Paul Ier (1796-1801) et d’Alexandre Ier (1801-1825), souverains “romantiques” confortés par leur rôle militaire et les victoires sur Napoléon Ier rapprochent pour un temps le peuple de son souverain, consolidant l’idée nationale. La continuité proposée par Nicolas Ier (1825-1855) fait de ce règne, d’après des témoins occidentaux de plus en plus nombreux en Russie, “la monarchie la plus stable du continent”. Si l’idée montre à quel point l’autocratie a su évoluer jusqu’à un stade qui garantit a priori sa pérennité, elle suggère surtout ses limites, comme si les révolutions et les mouvements libéraux qui s’étendent à travers l’Europe n’y trouvaient pas d’écho. Le règne d’Alexandre II (1855-1881) en est d’autant plus révélateur que perce un temps une porosité aux idées libérales : libérations, abolition du servage, réformes dans l’éducation. Son assassinat interrompt ce processus réformateur et conduit à un renforcement du système autocratique qui hypothèque une évolution à terme. Les derniers règnes d’Alexandre III (1881-1894) et de Nicolas II (1894-1917) sont ceux des changements économiques et de l’industrialisation qui s’accompagnent d’une mutation sociale avec la naissance d’un monde ouvrier. Ce dernier se développe dans les villes et se donne une visibilité par ses actions revendicatives. L’image du tsar, autocrate paternaliste, est bouleversée à la fois par la prise de distance volontaire de Nicolas II et par une nouvelle autonomie du peuple russe. Non seulement le peuple n’est plus seulement paysan, mais, par ailleurs, Nicolas II dans sa modernité s’éloigne d’un rapport au peuple nécessaire qu’entretenaient ses prédécesseurs. Autant d’aspects dont Pierre Gonneau décrit la cristallisation jusqu’à la chute du régime au moment de la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lidwine Warchol, « Pierre Gonneau, Histoire de la Russie d’Ivan le Terrible à Nicolas II : 1547-1917 »Revue des études slaves, LXXXVIII-3 | 2017, 600-602.

Référence électronique

Lidwine Warchol, « Pierre Gonneau, Histoire de la Russie d’Ivan le Terrible à Nicolas II : 1547-1917 »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII-3 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1253

Haut de page

Auteur

Lidwine Warchol

Eur’Orbem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search