Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII-3Chronique bibliographiqueÉric Aunoble, La révolution russe...

Chronique bibliographique

Éric Aunoble, La révolution russe, une histoire française : lectures et représentations depuis 1917

Paris, La Fabrique éditions, 2016, 255 pages
Pierre Boutonnet
p. 616-619
Référence(s) :

Éric Aunoble, La révolution russe, une histoire française : lectures et représentations depuis 1917, Paris, La Fabrique éditions, 2016, 255 p. ISBN 978-2-35872-079-3

Texte intégral

1Éric Aunoble vient de publier un livre qui a de quoi réjouir ceux qui apprécient les travaux d’histoire documentés et méthodiques tournés vers un large public. La Révolution russe, une histoire française étudie les représentations véhiculées en France, de 1917 à nos jours, par l’historiographie savante et diverses productions culturelles, consacrées à la Révolution russe, entendue comme une période allant du renversement du tsar à 1921.

2Après un bref rappel des faits, l’ouvrage suit un plan chronologique qui distingue quatre périodes. Chacune s’achève par des événements dont les conséquences ont infléchi le regard porté sur la révolution russe : le passage de l’URSS au rang de superpuissance, l’évolution du régime soviétique à une époque de contestations à l’ouest et la chute de l’URSS. Pour l’A., les représentations de l’événement ont été tributaires de trois facteurs essentiels : « une situation politique, une évolution historiographique, des représentations culturelles » (p. 15). Ils sont régulièrement rappelés pour expliquer l’émergence de nouvelles productions et l’accueil qui leur a été réservé.

3Entre 1917 et 1939, la révolution russe apparaît comme un événement mal connu en France. Les journalistes ne peuvent correctement rendre compte de ce qui se passe en Russie en raison des difficultés de déplacements et de la censure liée à la guerre. Puis, rares sont les historiens et slavisants du monde académique qui, comme Boris Nolde, s’aventurent sur un terrain polémique dont les représentations ont déjà partie liée avec celles attachées à la révolution française. Les grands témoins de la révolution antistaliniens exilés en France (Victor Serge, Boris Souvarine, Léon Trotsky) bénéficient rarement d’une large audience. Le parti communiste de son côté (repris en main par une équipe hostile à Lénine en 1917) véhicule une image positive d’Octobre tout en gommant sa complexité. La défection russe de Brest-Litovsk avait rendu la révolution russe peu valorisable après avoir donné naissance à un État qui, de plus, semblait assez lointain.

4Entre les débuts de la guerre froide et la fin des années 1960, le contexte politique favorise une image certes déformée mais plus positive de l’événement. À l’heure où le pouvoir gaulliste dialogue avec l’Union soviétique, la littérature romanesque met sous le boisseau les démêlés que la France eut avec l’URSS naissante tout en proposant une image rassurante de 1917, celle de la naissance d’une grande puissance : « ce grand pays est de moins en moins celui de la révolution. Sans que son image disparaisse, 1917 se dépolitise. » (p. 95). Alors que le PCF élargit sa base électorale, il ne modifie pas la vision stalinienne qu’il propose de l’événement. Si les anticommunistes, font flèche de tout bois, ils restent impuissants face à la fascination pour l’URSS qui domine chez les intellectuels de l’époque. L’université, à l’image de Jean Bruhat, reste « prudente » envers cet objet historique accentuant le retard de l’historiographie savante par rapport à celle publiée en langue anglaise.

5À partir de la fin des années 1960, les lignes bougent. L’histoire de l’URSS est mieux connue. Le panel des sources s’élargit, en particulier pour quelques historiens bien formés. Mais en dépit de leurs efforts et des avancées permises par un Georges Haupt et, même si le récit stalinien de la révolution est de plus en plus contesté, y compris par la gauche trotskyste, la période est, pour l’A., une « occasion manquée ». Les travaux de Marc Ferro, mis en valeur par É. Aunoble, n’ont pas d’écho important dans le monde académique et, hormis les textes des totalitariens, la soviétologie de langue anglaise intéresse peu dans l’hexagone. Certaines réalisations soviétiques, en particulier l’avant-gardisme artistique lié à la révolution, conservent un éclat certain mais déjà se prépare « le retournement de l’opinion ». S’appropriant les récits de dissidents soviétiques et certains travaux américains, le camp où commande l’anticommunisme se réorganise.

6Sa vision s’impose après la chute de l’URSS. L’historiographie met désormais l’accent sur « l’histoire d’un crime » et focalise son attention sur les victimes du régime né de la révolution. L’A. souligne les défauts de méthode dictés par des partis pris idéologiques qui caractérisent les textes de toute une série d’auteurs, les plus médiatiques étant François Furet et Stéphane Courtois. Pour discréditer le communisme, ils présentent une révolution conduisant nécessairement au totalitarisme, déjà en germe dans la pensée léniniste, avant même 1917. Ces productions des années 1990, issues de la guerre froide apparaissent comme « un envers d’idéologie soviétique, une construction culturelle anhistorique qui surplombe la réalité plus qu’elle ne l’explique. » (p. 149). Évoquant des travaux plus récents, publiés à une époque où la révolution s’efface des consciences, la fin de l’ouvrage s’ouvre sur certaines pistes et recommandations.

7Travail érudit et engagé, ce livre tire de l’oubli de nombreux textes qui expliquent la présence de certaines images qui perdurent dans l’historiographie quand elles ne sont pas imprimées dans la mémoire collective. La prise en considération de l’impact des témoignages (essais, romans, films, expositions culturelles, bandes dessinées...) est essentielle dans la démonstration de l’auteur. Expliquant l’émergence des productions de l’historiographie savante, É. Aunoble s’efforce, par ailleurs, d’analyser le fonctionnement des journaux et des maisons d’éditions, puissants outils permettant d’établir des représentations dominantes. Ainsi, l’ouvrage détaille les choix éditoriaux du parti communiste français, comme il met en lumière les stratégies du camp adverse, celle de la revue Est-Ouest ou des très anticommunistes Iles d’Or qui, au cœur de la guerre froide, faisaient appel à des collaborateurs venus de divers horizons politiques, tout en s’insérant dans un réseau de diffusion savamment élaboré.

8Si l’A. démontre la puissante influence des « configurations politiques qui se reflètent dans le domaine académique et éditorial » (p. 190), il reste néanmoins le plus souvent mesuré quand il revient sur la valeur des productions de ses prédécesseurs et rappelle les sources qui étaient à leur disposition. Le style de l’ouvrage est alerte, clair, ponctué d’expressions imagées, aérant un propos qui condense une grande masse d’informations.

  • 1 Arno. J. Mayer, les Furies : violences terreur aux temps des révolutions de la Révolution française (...)

9L’ouvrage d’É. Aunoble se révèle peu à peu comme un plaidoyer en faveur de la méthode historique. Sont récusées les approches où déterminisme, jugements et partis pris empêchent de percevoir l’incertitude dans laquelle étaient plongés les acteurs de l’événement comme ils occultent le champ des possibles qui s’ouvraient alors. Or, l’A. est, par ailleurs, spécialiste de l’utopie et de l’histoire des communes en Ukraine en 1919-1920. S’il insiste pour voir dans la révolution russe un « moment de basculement » (p. 198), il n’impose pas sa vision de l’histoire mais invite à ne pas laisser les images de drames humains empêcher de réfléchir en historien. L’argumentation fait parfois écho au désaccord qui, il y a une vingtaine d’année, opposait François Furet et Albert Soboul quand le premier voulait « penser » la révolution française alors que le second entendait la « comprendre ». L’A. penche vers la seconde voie et préconise de « rendre le statut d’acteurs à ceux qui ont vécu les événements pour essayer de retrouver leurs raisons d’agir » (p. 197). Il récuse l’approche des totalitariens qui font de la révolution « une idée indifférente à la réalité » (p. 109) et plaide pour ne pas voir la révolution russe comme un bloc. Il rejoint ici une idée soutenue jadis par Victor Serge dans ses mémoires. Mais découper le temps n’est-il pas l’abc de la méthode historique ? Toutefois, si l’ouvrage préconise d’analyser la révolution russe comme un objet historique ordinaire, est- ce pour autant possible ? Comme l’a rappelé, Arno J. Mayer, les révolutions, renvoient au commencement d’une société et fondent la légitimité d’un nouvel ordre1. Ce para- mètre gêne la démarche de l’historien. Le livre d’É. Aunoble s’adresse à « toutes celles et ceux qui aujourd’hui encore visent l’émancipation » (p. 17). Sans jamais glorifier l’événement, l’A., par le biais de l’histoire culturelle et de la réflexion épistémologique, focalise sa critique sur certains travaux qui, depuis 1917, ont tordu le réel, nié la complexité, refusé aux acteurs de l’histoire leur autonomie, oublié la diachronie et fait du surgissement de l’imprévisible une catastrophe orchestrée. Pointant du doigt les représentations qui présentent la révolution russe comme « inactuelle ». L’ouvrage n’en- tend pas se soustraire au caractère infailliblement clivant de la révolution russe et il s’ouvre sur la même tension que celle qu’il décèle dans les représentations qu’il étudie. Quel sens donner à cet élargissement des possibles, joué une fois pour toute, il y a un siècle, alors même que semble exclue la possibilité qu’il puisse être sans actualité ?

10Un siècle après un événement au retentissement mondial, diversement célébré mais toujours pour servir des objectifs proclamés ou non, la Révolution russe, une histoire française permet de connaître les controverses de l’historiographie, la généalogie des représentations liées à la révolution russe et les logiques qui les ont, un temps, propulsées dans les consciences au rang de parcelles de vérité.

Haut de page

Notes

1 Arno. J. Mayer, les Furies : violences terreur aux temps des révolutions de la Révolution française et russe, Paris, Fayard, 2002, p. 32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Boutonnet, « Éric Aunoble, La révolution russe, une histoire française : lectures et représentations depuis 1917 »Revue des études slaves, LXXXVIII-3 | 2017, 616-619.

Référence électronique

Pierre Boutonnet, « Éric Aunoble, La révolution russe, une histoire française : lectures et représentations depuis 1917 »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII-3 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1261 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1261

Haut de page

Auteur

Pierre Boutonnet

Université Lille III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search