Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII-3Viktor Maksimovič Žirmunskij (18...

Viktor Maksimovič Žirmunskij (1891-1971)

Les années 1914-1924
Viktor Maksimovič Žirmunskij (1891-1971) during the years 1914-1924
Roger Comtet
p. 409-472

Résumés

La décennie 1914-1924 fut aussi décisive pour Viktor Maksimovič Žirmunskij (1891-1971) que pour le destin de la Russie. Germaniste a formé à l’université de Saint-Pétersbourg, il y participe au Cercle romano-germanique, berceau des futurs formalistes russes, sous l’influence de Veselovskij, Vengerov et des esthéticiens allemands ; la spiritualité illumine sa thèse de 1913 « Le romantisme allemand et la mystique contemporaine » et révèle une vraie passion pour la poésie, le symbolisme, puis l’acméisme qu'il va analyser en liant message et stylistique. À compter de 1918, sa carrière universitaire est d'abord, jusqu’en 1924, inséparable de celle des formalistes, en particulier Èjxenbaum ; il finit par rompre avec eux du fait d'une conception de la littérature plus orientée vers le contenu et l’esprit de l’époque. Sa thèse sur Byron et Puškin de 1924 marque un tournant vers la littérature comparée, puis vers d’autres horizons déjà en germe dans sa formation.

Haut de page

Texte intégral

1. Les années de formation

  • 1 Žirmunskij ne put donc assister à ses cours et ne peut être considéré comme l’un de ses élèves dire (...)
  • 2 Fedor Aleksandrovič à la russe (la date de sa mort en 1939, souvent mentionnée, est une erreur) ; (...)

1Viktor Maksimovič Žirmunskij (1891-1971) fut un grand savant, doté d’une érudition et d’un esprit de synthèse hors du commun et apte à exceller dans des domaines aussi divers que la germanistique, la linguistique, l’étude du folklore, la théorie littéraire, la littérature comparée... En dépit d’une base documentaire restreinte (il n’a pas laissé de mémoires et ses archives personnelles, en particulier celles que conserve sa famille, sont très difficilement consultables), on peut tenter de reconstituer son itinéraire scientifique et spirituel au cours de la décennie 1914-1924 qui vit en Russie la naissance d’un nouveau monde en même temps que s’épanouissaient les études littéraires et linguistiques que l’on désigne sous le terme de « formalisme » (1919-1929). Pétersbourgeois dans l’âme, une fois terminée sa scolarité dans le prestigieux institut Tenišev (Teniševskoe učilišče) (1900-1908) que suivit une brève incursion à la faculté de droit, Žirmunskij fit ses études de 1908 à 1912 au département romano-germanique de l’université de la capitale, fondé par Aleksandr Nikolaevič Veselovskij (1838-19061), et dirigé désormais par son disciple le plus proche, le germaniste Friedrich Braun (1862-1942)2 ; c’est grâce à lui que Žirmunskij put s’initier à la pensée de Veselovskij qui inspirait aussi les enseignements de l’hispaniste Dmitrij Konstantinovič Petrov et du romaniste Vladimir Fedorovič Šišmarev.

2Boris Èjxenbaum nous rappelle que la faculté d’histoire et philologie de l’université de Saint-Pétersbourg était alors le théâtre d’une grande rivalité opposant deux cultures antagonistes entre le département des études slaves et russes et celui des études romanes et germaniques :

  • 3 B. Èjxenbaum, in Мой временник. Маршрут в бессмертие [Ma chronique. Itinéraire vers l’éternité], M (...)

La première de ces cultures se basait sur le slave ecclésiastique et les monuments de la littérature du vieux russe alors que la seconde était portée par les troubadours de Provence, les Minnensänger allemands et le nom sacré de Dante3.

  • 4 Ibid., p. 39.
  • 5 Ce que devait souligner par la suite Roman Jakobson : « Les positions les plus avancées de la litté (...)
  • 6 Catherine Depretto, « Le département d’études romanes et germaniques... », in id., le Formalisme en (...)
  • 7 Ibid., « L’Université de Saint-Pétersbourg et l’Âge d’Argent », in id, le Formalisme en Russie, op. (...)
  • 8 A. V. Desnickaja, D. S. Lixačev, « Виктор Максимович Жирмунский », Русская литература, 1, 1971, p(...)

3Èjxenbaum, tout comme Žirmunskij, fit bien sûr le choix de la culture d’Occident (« La culture slavo-russe ne fut pas de mon goût4. »). Il se trouve que dans ces années le département d’études romanes et germaniques connaissait une grande fermentation littéraire, comptant parmi ses étudiants de futurs grands poètes acméistes tels que Nikolaj Gumilev, Osip Mandel′štam, Mixail Lozinskij ou Vasilij Gippius ; l’époque, baptisée depuis Âge d’Argent, est effectivement dominée par la poésie5 qui voit naître de nouveaux mouvements, comme l’acméisme en 1910, ou le futurisme dans sa variante russe en 1911, cependant que le symbolisme jette ses derniers feux. Catherine Depretto nous rappelle que « tous ces jeunes du département d’études romanes et germaniques écrivent des vers, ce qui est un trait commun aux cercles étudiants qui abondent alors à l’Université de Saint-Pétersbourg6 », de telle sorte que ces années 1910 y voient émerger la figure typique de « l’étudiant philologue-poète7 ». Comme l’écrivaient A. V. Desnickaja et D. S. Lixačev, « les poètes étaient alors des savants et les savants philologues étaient proches de la vie littéraire. En tout régnait l’intérêt pour la vie culturelle8. » Rappelons aussi que le professeur de littérature de Žirmunskij, à l’institut Tenišev, avait été le poète Vladimir Vasil′evič Gippius (frère de Vasilij, futur grand ami de Žirmunskij). Et dès l’institut Tenišev il participait aux soirées littéraires qui y étaient organisées ; cet engouement de toute une jeunesse littéraire se retrouvait dans les cercles présents à l’université.

  • 9 Une série de près de 90 poésies datées des années 1909-1911 a été récemment publié: V. V. Žirmuns (...)
  • 10 Veselovskij la concevait comme une filiale de la Société philologique fondée à l’université de Sain (...)

4Žirmunskij prenait une part active à leurs activités, d’autant plus qu’il caressait alors, lui aussi, le rêve de devenir poète9 ; dans tous les cas, on le retrouve parmi d’autres au Cercle romano-germanique, fondé par Veselovskij et dirigé à compter de 1909 par l’hispaniste Petrov, au séminaire consacré à Puškin qui fonctionna de 1908 à 1918 sous la houlette du bibliographe érudit Semen Afanas′evič Vengerov, et surtout, à partir du moment où il y est coopté en octobre 1912, à la Société néophilologique qu’avait fondée Veselovskij en 188510 et qu’il avait dirigée jusqu’à ce qu’il disparaisse en 1906. Le séminaire consacré par l’académicien Vladimir N. Peretc (1870-1935) à la littérature médiévale dans le cadre du département d’études romanes et germaniques regroupait par ailleurs à partir de 1909 des étudiants passionnés par cette thématique. On notera que de grands poètes venus de l’extérieur comme Andrej Belyj ou Aleksandr Blok ne dédaignaient pas de participer à ces réunions. Ajoutons que Žirmunskij participait aussi, hors du cadre universitaire, au cercle organisé auprès de la revue Apollon et baptisé « Société des zélateurs du langage poétique » (Obščesto revnitelej poètičeskogo slova)

5Žirmunskij insistera par la suite, en 1928, dans son introduction à son recueil Questions de théorie de la littérature, sur l’importance d’un autre cercle :

  • 11 Žirmunskij, Вопросы теории литературы : статьи 1916-1926 [Questions de théorie de la littérature : (...)

Pour moi, personnellement, fut d’une importance capitale mon engagement dans le cercle des jeunes philologues auquel participaient A. A. Smirnov, K. V. Močul′skij, N. V. Nedobrovo, S. È. Radlov, A. L. Slonimskij, A. I. Beleckij, ainsi que B. M. Èjxenbaum (qui devait ensuite rejoindre V. Šklovskij) ; ce cercle était aussi en contact avec des poètes du groupe des “acméistes” qu’intéressaient les questions de technique poétique11.

6Žirmunskij maintiendra par la suite des rapports suivis avec plusieurs des membres de ce cercle, Boris Mixajlovič Èjxenbaum (1886-1956) en premier lieu, mais aussi Aleksandr Aleksandrovič Smirnov (1883-1962) et Konstantin Vasil′evič Močul′skij (1892-1948).

7La rencontre entre Žirmunskij et Èjxenbaum a dû avoir lieu en mars 1913, à en juger d’après leur correspondance, alors que Žirmunskij accomplissait son stage en Allemagne (on sait qu’il est repassé plusieurs fois à Saint-Pétersbourg au cours de cette période). En fait, Èjxenbaum avait remarqué dès 1911 son futur ami dès son entrée au département romano-germanique, ce qu’il rappelle dans une lettre datée du 9 octobre 1913 :

  • 12 N. O. Losskij (1870-1965) était depuis 1900 chargé de cours (privat-dozent) à la Faculté de philoso (...)
  • 13 On sait qu’Èjxenbaum, alors âgé de vingt-cinq ans, avait entrepris diverses études avant de s’inscr (...)
  • 14 N. A. Žirmunskaja, O. B. Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского » [Correspond (...)

Il y a longtemps que je pense à vous. Je vous dirai à ce propos que je vous observais déjà avec attention alors que vous, encore tout jeune, pâle petit adolescent, vous fréquentiez les cours de Losskij12. J’ignorais dans quelle section vous étiez inscrit et c’est pourquoi je vous remarquai en entrant pour la première fois dans l’amphithéâtre du département romano-germanique13. J’eus alors l’impression qu’entre ces deux faits, l’intérêt que vous suscitiez en moi et mon inscription dans ce département, existait je ne sais quel lien étrange. Et voilà que maintenant cette impression est renforcée14.

8Èjxenbaum a de nouveau évoqué par la suite cette rencontre, sans nommer expressément Žirmunskij, mais il ne fait guère de doute que c’est lui qu’il envisage en se souvenant des « jeunes gens de Saint-Pétersbourg », « dont l’aspect l’avait impressionné dès la première rencontre » :

  • 15 Èjxenbaum, Мой временник, словесность, наука, критика, смесь [Ma chronique, littérature, science, (...)

Ce n’était encore qu’un adolescent, tout en finesse, au teint mat, aux yeux sémites profonds et aux lèvres pleines, empreintes d’une sensualité enfantine. Je le contemplais, séduit. Nous devînmes amis. [...] Novalis, Tieck, les frères Schlegel, les préraphaëlites anglais, je les connus tous à travers cette amitié. C’était un romantique qui s’était épanoui dans les jardins du symbolisme pétersbourgeois15.

  • 16 Ibid., « В. Жирмунский. Немецкий романтизм и современная мистика » (SPb., 1914) [V. Žirmunskij. L (...)

9Et, par la suite, surtout après la parution du Romantisme allemand et la mystique contemporaine, Èjxenbaum en vint à partager la même conception du romantisme que Žirmunskij, basée sur le « sentiment de la vie » (čuvsto žizni). On lui doit d’ailleurs un compte rendu de l’ouvrage paru à la fin de l’année 1913 où il insistait sur le renouvellement que l’ouvrage introduisait dans la lecture traditionnelle de ce courant, jusque-là identifié à une vision réactionnaire de la société ou à une exaltation du sentiment national et dévalué par les positivistes ; bien au contraire, le mérite essentiel de l’ouvrage lui paraît être d’établir la continuité entre les préraphaëlites anglais, Maeterlinck, le romantisme allemand, Stefan George, Rilke et le symbolisme russe (Vjačeslav Ivanov) à travers une même « tradition mystique16 ».

10Il est évident que toutes ces activités littéraires de la jeune génération se situaient à la marge de l’enseignement officiel de la littérature que dominaient l’histoire littéraire, l’érudition, le culte positiviste des faits, ainsi que le souci de relier la littérature à la psychologie des auteurs ou au contexte historique et culturel, ce qu’avait d’ailleurs mis en pratique Veselovskij au début de sa carrière, en conformité avec les enseignements de l’école historico-culturelle russe. Žirmunskij devait par la suite évoquer la frustration de sa génération confrontée à cet enseignement sclérosé :

  • 17 Cette synthèse de la littérature et de la linguistique caractérisait la « philologie » russe tradit (...)
  • 18 Žirmunskij, « Предисловие » [Introduction], in id., Общее и германское языкознание [Linguistique ge (...)

Ma spécialité première fut l’étude de la littérature (le romantisme). Dans le département d’études romanes et germaniques d’avant la révolution, cette matière était enseignée en même temps que la linguistique17, qui, orientée vers la philologie, l’emportait cependant de beaucoup sur la littérature (il s’agissait de lire les textes du Moyen Âge en en faisant le commentaire historique et grammatical). Je me souviens encore de notre frustration face à cette science académique, puisque, en fait, il ne s’agissait ni de science de la littérature au sens où nous l’entendons (en lien avec les problèmes sociaux, philosophiques, esthétiques), ni d’une linguistique qui fût indépendante de la philologie18.

  • 19 Son père, médecin spécialiste renommé des troubles de l’audition, faisait tous les ans un séjour à (...)
  • 20 Il s’agissait pour ce petit groupe d’étudiants du département d’études romanes et germaniques d’all (...)
  • 21 Voir A. Dmitriev, « Le contexte européen (allemand et français) du formalisme russe », Cahiers du m (...)
  • 22 Prinzipien der Sprachgeschichte, Halle, Niemeyer, 1880, ouvrage considéré comme « la deuxième grand (...)

11Cependant, Žirmunskij, arrivé au terme de ses études, part en Allemagne pour y effectuer de 1912 à fin 1913 le stage de formation de deux années traditionnellement réservé aux meilleurs étudiants de l’université russe que l’on destinait au professorat ; il passera ces deux années à Berlin, Leipzig et Munich (renonçant finalement à se rendre à Dresde) pour, officiellement, se perfectionner en philologie allemande et anglaise ; il se trouve d’emblée en pays de connaissance puisque, dès son enfance, il passait là les vacances d’été en famille19, et il venait tout juste au cours de l’été 1911 (juillet-août) de séjourner à Berlin et Munich avec des camarades d’université comme le poète et futur spécialiste de littérature Vasilij Vasil′evič Gippius (1890-1942) avec lequel il se lie alors d’une grande amitié20. Cédant aux instances de son maître Braun qui le rappelle à l’ordre21, Žirmunskij fréquente alors les conférences des néogrammairiens allemands à Leipzig, comme celles d’Eduard Sievers (18501932) et de son élève Franz Saran (1866-1931, qui n’avait pas encore été nommé professeur à Erlangen) ou d’Hermann Paul (1846-1921), rendu célèbre par sa grande linguistique générale parue en 188022 ; Sievers et son élève Franz Saran étaient surtout connus pour leur approche phonétique et acoustique du vers, leur « philologie de l’écoute » (Ohrenphilologie). Même si Žirmunskij reviendra plus tard à Sievers et Saran dans ses traités de poétique, il reste évident que c’est alors la littérature qui le passionne avant tout, avec son ambition de revisiter le romantisme à la lumière du symbolisme et on peut penser qu’il suit bien plus volontiers les cours du philosophe Georg Simmel (1858-1918) à Berlin ou ceux de l’esthéticien de Leipzig Johannes Volkelt (1848-1930) qui représentait l’école psychologique dans la science littéraire.

  • 23 Son Histoire de la littérature allemande [Geschichte der deutschen Literatur] de 1880-1883 avait ét (...)

12Jusque-là, en Allemagne, régnait dans les études littéraires de manière exclusive la tradition positiviste que symbolisait l’école de Wilhelm Scherer (1841-1886)23 et qui privilégiait l’histoire ainsi que la biographie et la psychologie des écrivains ; on comprend donc la déception de Žirmunskij confronté à cette critique étroite et sclérosée, comme il l’évoquera rétrospectivement en 1927 dans sa présentation de la science de la littérature contemporaine en Allemagne :

  • 24 Présentation par Žirmunskij de la traduction du texte de Rudolf Unger « Moderne Strömungen in der L (...)

Dans les années 1912-1913, j’ai été amené pour la première fois, en tant que germaniste philologue, à découvrir l’enseignement de l’histoire de la littérature dans les universités allemandes à Munich, Berlin et Leipzig. J’avoue avoir été alors quelque peu déçu. J’étais en effet venu en Allemagne avec les questionnements scientifiques auxquels ma génération soumettait vainement en Russie l’enseignement de la science de la littérature, avec un intérêt marqué pour les vastes synthèses globalisantes dans le domaine philosophique, esthétique, historico-culturel. Au lieu de tout cela, je me retrouvai, non sans surprise, confronté à la domination sans partage du penchant philologique pour les détails et pour le travail préalable de compilation et d’enregistrement des faits les plus infimes qui, du rôle normalement auxiliaire qu’il doit jouer dans la recherche historique, en était venu à occuper une place dominante, sinon exclusive24.

13Le constat, élargi à la Russie, avait été du reste le même en 1924 :

  • 25 Rudolf Unger « Новейшие течения в немецкой науке о литературе » [Les toutes dernières tendances d (...)

L’histoire de la littérature traverse en Allemagne, comme en URSS, une crise profonde et elle est entrée dans une période de quête méthodologique. Les chercheurs actuels ne se satisfont plus de la vieille science philologique qui se contentait d’éditer un texte avec son histoire littéraire, ses “sources” et “emprunts”, de rassembler autour de la personnalité de l’auteur un gigantesque matériau biographique et de tenter de rendre compte avec naïveté de la représentation poétique dans ses moindres détails à partir de l’expérience vécue de celui-ci25.

  • 26 Philosophische Probleme in der neueren Literaturwissenschaft : ein Vortrag, München, Der Spiegel, V (...)
  • 27 Wölfflin systématisera ses idées en 1915 : H. Wölfflin, Kunsthistorische Grundbegriffe. Das Problem (...)

14Effectivement, dès 1908 avec sa brochure controversée intitulée les Problèmes philosophiques dans la science de la littérature allemande26, Rudolf Unger (1876-1942), en s’appuyant sur Goethe, Schiller, les romantiques allemands ainsi que Herder et les frères Schlegel, appelait à renouer avec une vision philosophique et culturelle de l’histoire de la littérature. Mais la remise en cause était encore plus nette chez Oskar Walzel (1864-1944) qui préconisait de transposer dans la science de la littérature les grandes notions structurales des styles artistiques dégagées par l’historien suisse de l’art Heinrich Wölfflin (1864-1945) ; celui-ci opposait un art « allemand », illustré par le baroque, le Sturm und Drang et l’expressionnisme, au classicisme de l’art gréco-latin, roman et français27 ; par ailleurs, il prônait l’étude d’un art « anonyme », « sans noms » (Kunstgeschichte ohne Namen), qui fût indépendant de la personnalité des artistes ; les futurs formalistes devaient tirer profit de ces théories comme Èjxenbaum qui notait dans son journal en janvier-février 1919 à propos des Kunstgeschichtliche Grundbegriffe :

  • 28 Cité d’après A. Dmitriev, « Le contexte européen français et allemand du formalisme russe », art. c (...)

On pense constamment à des analogies avec l’élaboration d’une histoire de la littérature. Il faut mettre au point un système de concepts fondamentaux et soumettre la littérature à une analyse dans laquelle tel ou tel phénomène devra être examiné d’un point de vue unique, en tirant parti de tous les moyens dont on dispose28.

  • 29 Deutsche Romantik : eine Skizze, Leipzig, B. G. Teubner, 1908.

15Walzel abondait dans le même sens en déclarant qu’il voulait redonner vie à l’antique conviction qui voulait que la poésie doit être envisagée avant tout comme un art ; il distinguait ainsi, dans son analyse du Romantisme29, à partir de critères uniquement stylistiques, le classicisme, l’impressionnisme et l’expressionnisme, ce qui fait que sa méthode a pu être par la suite qualifiée de « formelle » et qu’on en a fait le chef de file du formalisme allemand.

  • 30 Žirmunskij devait ensuite faire traduire et préfacer certaines œuvres marquantes de Walzel en 1922, (...)
  • 31 La dédicace à Braun porte la mention « Leipzig août 1913 ». (Žirmunskij, Немецкий романтизм и совр (...)
  • 32 Žirmunskij, Немецкий романтизм и современная мистика, Sankt-Peterburg, Tipografija A. S. Suvorina, (...)
  • 33 Voir le recueil Историческая поэтика [Poétique historique], 2e éd. corrigée, Moskva, URSS, 2004, av (...)
  • 34 « К вопросу о “формальном методе” » [Contribution à la question de la “méthode formelle”], préface (...)

16On sait que Žirmunskij le tenait en grande estime30, le citant pas moins de 13 fois dans sa thèse de doctorat le Romantisme allemand et le mysticisme contemporain qu’il avait achevée au cours du stage en Allemagne31 et qu’il devait publier en 191432. On y voit Žirmunskij, déjà doté d’un sens exceptionnel de la synthèse, tirer profit de toutes ces idées novatrices nées en Allemagne, en même temps qu’il intègre l’héritage de la réflexion sur l’histoire des genres littéraires chez Veselovskij33). Et, dans son article sur le formalisme de 1923, Žirmunskij citera Dibelius, Seuffert, Saran, Spitzer à côté de Walzel pour illustrer ce changement de paradigme dans la science de la littérature en Allemagne34.

  • 35 « Мистические чувства в произведениях первых немецких романтиков ».
  • 36 « Йенский романтизм и мистика жизни » [Le romantisme de Iéna et le mysticisme de la vie], exposé (...)
  • 37 Èjxenbaum était entré au département d’études romanes et germaniques en 1907, soit un an avant Žirm (...)
  • 38 Žirmunskij, « Гаман как религиозный мыслитель » [Hamann comme penseur religieux], Русская мысль, 1 (...)

17Il faut relever ici que, dans le cadre du Cercle romano-germanique, Žirmunskij avait dès 1909 fait un exposé intitulé « Les sentiments mystiques dans les œuvres des premiers romantiques allemands »35, ce qui prouve qu’il travaillait déjà à sa future thèse, et, le 18 mars 1913, il reprend le même thème à la Société néophilologique36. C’est aussi l’époque où il rêve d’être publié dans la presse pour s’y adonner à la critique littéraire, aidé en cela par son ami Boris Èjxenbaum déjà bien installé dans le journalisme37 (lors de son séjour en Allemagne, il reviendra plusieurs fois à Saint-Pétersbourg pour mettre au point ses collaborations) et on relève qu’il publie dès 1913 dans Russkaja mysl un compte rendu du triptyque consacré par Rudolf Unger à Johann Georg Hamann (1730-1769), précurseur du Sturm und Drang38. On peut considérer que c’est la première véritable incursion de Žirmunskij dans le monde journalistique.

  • 39 Id., Немецкий романтизм и современная мистика, 2e éd., op. cit., p. 206-207. On peut y lire aussi  (...)

18Dans son premier ouvrage, Žirmunskij traitait de l’univers spirituel de la première époque des romantiques allemands à Iéna (1798-1802), fondé sur le mysticisme individuel, les sentiments, la fascination de l’infini, l’indicible et l’unité entre le monde réel et celui de l’au-delà ; mais ce qui fait aussi l’originalité de la thèse, c’est qu’il rattache cet univers à celui des symbolistes contemporains, qu’ils soient français comme Gérard de Nerval, Huysmans, Henri de Régnier, Maeterlinck, ou russes comme Vjačeslav Ivanov, Andrej Belyj, Aleksandr Blok, Aleksandr Dobroljubov39. Il va même jusqu’à faire des romantiques allemands les précurseurs des slavophiles russes ; de fait, la poésie contemporaine lui permet d’accéder à celle du passé, comme il l’énoncera par la suite :

  • 40 Id., Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 9-10 ; l’auteur a peut-être en tête en même temps q (...)

En accord avec le “modernisme” scientifique de notre époque, nous apprîmes à comprendre les problèmes théoriques de la poétique et les particularités de l’art des temps lointains à partir du matériau vivant de la poésie contemporaine qui nous était directement accessible40.

  • 41 « Последние немецкие романтики » [Les derniers romantiques allemands], in F. D. Batjuškov (ed.), Ис (...)
  • 42 Voir les références in : L. E. Genin et alii., op. cit., p. 23-27.

19Dès cette première œuvre, Žirmunskij montrait donc des dons exceptionnels pour les synthèses audacieuses et grandioses, en réunissant deux mondes culturels différents à travers le passé et le présent. Il est désormais reconnu comme spécialiste du romantisme allemand et publie en 1914 le chapitre consacré à ses ultimes représentants dans l’Histoire de la littérature occidentale dirigée par Fedor Dmitrievič Batjuškov (1857-1920)41. Des compte rendus de la même veine suivront de 1914 à 1917 dans Russkaja mysl et dans les Severnye zapiski, dont beaucoup consacrés à des romantiques ou symbolistes tels que Heine, von Kleist, Novalis, Tieck, Hoffmann, les Britanniques Robert Browning et Coleridge, Tjutčev, Kuzmin, Adamovič, Vladimir Solov′ev42...

  • 43 Žirmunskij développera par la suite, dans sa phase marriste, des idées analogues dans le domaine de (...)
  • 44 Žirmunskij, Немецкий романтизм..., 2e éd., op. cit., p. 8.

20Sans éprouver le besoin de recourir à des influences ou des échanges avérés, Žirmunskij pose ainsi des modèles parallèles, qui rappellent la théorie de Veselovskij sur les « courants concomitants » (vstrečnye tečenija) en littérature, théorie qui découlait de l’idée d’un même processus historique à l’œuvre dans le monde à travers les mentalités et les littératures43 ; mais l’idée que Žirmunskij entend illustrer ici est celle d’une âme humaine universelle dont la quête éternelle de spiritualité et le mysticisme s’expriment à travers l’art et la littérature ; les romantiques allemands ont ainsi retrouvé « le sentiment vivant de l’infini dans le fini »44, et l’idée d’une unité supérieure de la création est posée. Et Žirmunskij de préciser son propos :

  • 45 Ibid., p. 9.

Dans la mesure où nous déplaçons le centre de gravité du romantisme vers l’évocation du sentiment de l’infini sous toutes ses formes et dans son développement, nous n’allons pas traiter, s’agissant des romantiques, exclusivement des questions de poétique historique et d’évolution littéraire. Nous envisageons une couche de phénomènes plus profonde et plus fondamentale. Le romantisme cesse ainsi de n’être qu’un phénomène littéraire. Il devient avant tout une forme nouvelle de ressentir les choses, un nouveau moyen d’appréhender la vie45.

  • 46 Compte rendu de la traduction russe de « À propos de l’art et des artistes » de Wackenrod et Tieck, (...)

21Dans des articles parus peu après, Žirmunskij précisera sa pensée en affirmant que le romantisme allemand avait servi d’inspiration aux slavophiles russes et qu’on y trouvait « les racines les plus profondes du courant religieux dans la littérature russe »46. Cela lui permet également d’affirmer que le romantisme n’a jamais cessé d’être présent tout au long du siècle passé :

  • 47 Žirmunskij, Немецкий романтизм..., 2e éd., op. cit., p. 199.

La vision du monde romantique n’a cessé d’être une force culturelle agissante tout au long du xixe siècle47.

  • 48 Ibid.

22Il en retrouve effectivement la persistance non seulement en Russie mais aussi en Angleterre (Rossetti, Wilde, Carlyle, Morris, Ruskin, Swinburne...) et en Allemagne (Georg, Hoffmanstahl, Rilke...)48.

  • 49 Žirmunskij, « Гейне и романтизм : памяти Эриха Шмидта » [Heine et le romantisme : à la mémoire d’E (...)
  • 50 Voir G. M. Fridlender, « “Шестое чувство” (из истории литературнообщественных настроений 1910-х го (...)
  • 51 Voir les lettres que lui adresse Èjxenbaum les 9, 27 octobre et 16 novembre 1913 (Žirmunskaja, Èjxe (...)

23Žirmunskij bousculait du coup la vision du romantisme à géométrie variable assimilé jusque-là, selon les cas, à la liberté et à la révolte, à l’individualisme ou même au nationalisme. Il remettait aussi d’actualité en le rattachant au symbolisme un mouvement que le positivisme avait eu tendance à considérer comme dépassé, vision qu’annonçait déjà par Heine, ce que soulignait un article important de Žirmunskij daté de 191449 que l’on a pu considérer comme une introduction à ses deux ouvrages consacrés au romantisme allemand50. À la même époque, dans sa correspondance avec Èjxenbaum, on voit que tous les deux se passionnent pour des auteurs « mystiques » français, tels Paul Claudel, Francis Jammes ou Maurice de Guérin51, qui auraient pu figurer dans la thèse sur le romantisme allemand. Žirmunskij se distingue par là de la science littéraire pratiquée alors à l’université russe, axée sur le positivisme, l’étude des petits faits particuliers, en adoptant une perspective large et en faisant intervenir dans son étude toute une vision du monde, ce qu’il appelle le « sentiment de la vie » (čuvstvo žizni), soit des préoccupations philosophiques et culturelles qui interdisent de s’en tenir uniquement à la dimension littéraire, idées qui sont voisines de celles du philosophe allemand Wilhelm Dilthey (1833-1911) ; c’est ainsi que, dès ce premier ouvrage, il déclarait :

  • 52 Žirmunskij, Немецкий романтизм..., 2e éd., op. cit., p. 13.

Le romantisme cesse de n’être qu’un fait littéraire. Il devient avant tout une nouvelle forme de ressenti, une nouvelle voie pour appréhender la vie52.

24Ou encore :

  • 53 Hermann Theodor Hettner (1821-1882), historien de l’art et de la littérature, professeur aux univer (...)
  • 54 Žirmunskij, Немецкий романтизм..., 2e éd., op. cit., p. 92.

Ceux qui, comme Hettner53, considèrent le romantisme comme un mouvement purement littéraire, qui s’est développé à partir du principe de la liberté du sujet créateur dans l’art, comme Goethe et les génies du Sturm und Drang l’avaient exposé, sont dans l’erreur la plus profonde. Le renouvellement de la littérature ne fut pas autre chose que le résultat d’une fracture profonde dans les émotions de l’âme54.

25Il faut souligner que l’ouvrage fit sensation hors du milieu universitaire, avec pas moins de 15 comptes rendus parus dans la presse :

  • 55 A. V. Lavrov, « В. М. Жирмунский в начале пути » [V. M. Žirmunskij au début de son parcours], in Р (...)

Un ouvrage de recherche historico-culturelle apparemment déconnecté de l’actualité et consacré à un cercle littéraire dont l’activité se manifestait au seuil du xixe siècle devint un événement de la vie littéraire en Russie55.

  • 56 Il publie alors un témoignage, « По Восточной Галиции с санитарным отрядом » [En sillonnant la Gal (...)

26De retour à Saint-Pétersbourg, bientôt rebaptisée en Petrograd, suite à l’entrée en guerre de la Russie contre les empires centraux, Žirmunskij retrouve le Département de philologie romane et germanique de l’université où il est nommé le 10 octobre 1915 comme chargé de cours (privat-docent) pour y enseigner la littérature anglaise, essentiellement Byron et la poésie du xviiie siècle ; il rejoint ensuite à la fin de cette même année comme volontaire le front de Galicie dans les services de santé, mais on sait fort peu de choses sur cet intermède aux armées d’où il ne tarde pas à revenir, sinon qu’il y a gagné la croix de saint Georges56. Les comptes rendus des séances des cercles littéraires de l’université qu’il fait paraître ensuite dans les Birževye vedomosti jusqu’à la fin de 1916 montrent par ailleurs qu’il n’a pas tardé à y reprendre sa place, une fois démobilisé et rétabli dans ses fonctions universitaires ; en même temps, les nombreux comptes rendus des représentations au théâtre Mixajlov qu’il fait paraître de 1916 à 1917 suggèrent une vie quasi mondaine.

  • 57 Il était pourtant issu d’une famille israélite assimilée à la culture russe et assez indifférente e (...)
  • 58 Tous les trois étaient épris de Sof′ja Nikolaevna Valenkova, chaste jeune fille toute pétrie de mys (...)
  • 59 Žirmunskaja, Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit., lettres du (...)
  • 60 Voir à ce sujet le journal intime de Žirmunskij, du 17 avril 1905 au 18 mai 1906, qui a été publié (...)
  • 61 Konstantin Vasilevíč Močul′skij (1892-1949) avait terminé l’université en 1910, dans le même dépa (...)
  • 62 Il y eut une série de ces délocalisations au cours de la guerre, ces filiales devenant par la suite (...)
  • 63 Lettre à Èjxenbaum du 29 juillet 1918, in : Žirmunskaja, Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Эйхенбаума и (...)
  • 64 Chargé de cours (privat docent) en philosophie à l’université de Saint-Pétersbourg à partir de 1912 (...)
  • 65 Voir supra, n. 61.

27Ces dernières expériences semblent mettre un point final à ses années de formation et sa quête spirituelle est couronnée par son baptême dans la religion orthodoxe à la veille de la révolution de Février 191757 ; l’avaient accompagné dans ce long cheminement ses amis Boris Èjxenbaum et Vasilij Gippius58 ; en tout cas, Žirmunskij affiche désormais une personnalité affirmée et il se retrouve éloigné des événements révolutionnaires du fait de son départ en juillet 1917 en Crimée pour la fameuse maison d’hôtes (la « dača ») tenue dans la station balnéaire d’Alouchta par Elizaveta Petrovna Magdenko (?-1923), ancienne actrice et première épouse de son camarade d’université Aleksandr Aleksandrovič Smirnov. Il n’ignore cependant rien de ce qui se passe à Petrograd, ne serait-ce que par les lettres de son ami Boris Èjxenbaum59 ; dans tous les cas, il paraît désormais bien lointain le temps où, lors des troubles de 1905, le jeune Žirmunskij s’enthousiasmait pour l’agitation révolutionnaire qui avait gagné l’institut Tenišev60! À Alouchta, il retrouve de très nombreux membres de l’intelligentsia pétersbourgeoise qui avaient coutume d’y séjourner l’été, dont des condisciples de l’université, comme Mandel′štam ou Konstantin Močul′skij61. Au moment où surviennent les événements d’octobre 1917, après qu’il soit repassé à Petrograd fin août ou début septembre, il a déjà rejoint l’université de Saratov sur la Moyenne-Volga, où une filiale de l’université de Petrograd venait de s’ouvrir62, afin d’y occuper la chaire de professeur de philologie romanogermanique et diriger ce département. Il retrouve là Max Vasmer, qu’il avait côtoyé à l’université de Saint-Péterbourg comme condisciple et collègue, et qui va occuper de 1917 à 1918 le poste de professeur de linguistique indoeuropéenne et philologie slave. Žirmunskij va passer là, dans cette ville « si animée et si cultivée »63, deux années de quiétude propices au travail et à la création, avec le précieux stimulant intellectuel apporté par la Société d’histoire et philosophie présidée par le professeur de philosophie Semen Ljudvigovič Frank (1877-1950)64où il fait des exposés, par exemple sur Puškin et Brjusov, sujet de la future étude qui paraîtra en 192265.

  • 66 En 1933, il fondera et dirigera la chaire d’histoire des littératures d’Occident.
  • 67 Ou Государственный институт истории исскуства [Institut national d’histoire de l’art], fondé en 19 (...)
  • 68 Grâce certainement à l’entremise de son ami Boris Èjxenbaum qui y enseignait depuis 1918 ; Žirmunsk (...)
  • 69 Il épousera ensuite Nina Aleksandrovna Sigal (Žirmunskaja) (1919-1991) [communication de Vera Žirmu (...)
  • 70 En russe, Научно-исследовательский институт сравнительной истории литературы и языков Запада и Во (...)

28Žirmunskij est ensuite rappelé à l’université de Petrograd en 1919 où il va prendre en charge à compter de 1920 la chaire de philologie germanique (il y enseignera jusqu’en 194966) ; il intègre à la fin de la même année 1920 le fameux GIIII67 où il est élu comme doyen de la Faculté de littérature nouvellement créée68 qui va devenir la « citadelle du formalisme » comme aimait la désigner la doxa soviétique de 1920 à 1960. La même année, Žirmunskij épouse Tat′jana Nikolaevna Jakovleva qui partagera sa vie jusqu’en 194669. Et, l’année suivante, lui et Viktor Vladimirovič Vinogradov (1894-1969) sont nommés en raison de leurs compétences à la fois littéraires et linguistiques à l’Institut d’histoire comparée des littératures et des langues d’Occident et d’Orient70 nouvellement créé à Petrograd, nomination qui semble annoncer déjà pour Žirmunskij sa future carrière à la fois de comparatiste des littératures et de linguiste.

  • 71 Žirmunskij, Религиозное отречение в истории романтизма, Saratov, Izd. Saratovskogo universiteta, Is (...)
  • 72 Религиозное отречение в истории романтизма, 2e éd., op. cit., p. 11.

29Le séjour à Saratov lui a permis de mettre la dernière main en 1918 à sa thèse magistrale le Renoncement religieux dans l’histoire du romantisme allemand, de continuer à travailler sur Brjusov et de poser les bases de sa future thèse de doctorat consacrée à Byron ; la thèse sur le romantisme allemand, dédicacée à Braun (qui, à cette époque, dirige encore le département d’études romanes et germaniques de l’université de Petrograd et ne quittera la Russie qu’en 1920), a fait alors l’objet de deux publications successives71 ; Žirmunskij y traite du deuxième volet, intermédiaire, du romantisme allemand, qui s’était constitué à Heidelberg autour d’Achim von Arnim et Clemens Brentano dans les années 1809-1811. Y est évoquée l’inflexion du romantisme allemand dans cette période de transition qui succède à « l’optimisme rationnel du xviiie siècle »72 ; désormais, le sentiment de la vie se fait pessimiste, proche de l’ascèse du catholicisme, auquel se convertissent plusieurs de ces romantiques, pourtant protestants dans leur grande majorité. La vision du monde se fait dualiste dans la poésie (Hoffmann, Heine...) en opposant désormais les mondes terrestre et céleste, le fini et l’infini, alors que ces catégories se confondaient dans l’universalisme de l’école de Iéna. L’ouvrage vient ainsi compléter le diptyque consacré par Žirmunskij en sa première période de création au romantisme allemand.

  • 73 Воскрешение слова, Sankt-Peterburg, 1914.
  • 74 Сборники по теории поэтического языка [Recueils pour la théorie de la langue poétique], vyp. 1, Pet (...)

30Dans cet ouvrage, il est cependant également question du formalisme russe comme nouvelle école d’analyse littéraire ; cela nous amène à nous demander ce qu’il en est alors des rapports de Žirmunskij avec ce mouvement dont on date les prémisses généralement de 1914-1917 avec la publication des deux textes fondateurs, la Résurrection du mot de Viktor Šklovskij73 et les fameux Recueils de théorie de la langue poétique74.

2. La confrontation avec le formalisme : compagnonnage et rupture

2.1. Le « préformalisme »

  • 75 Voir Catherine Depretto, « Le séminaire de Vengerov sur Puškin (1908-1918) », in id., le Formalisme (...)
  • 76 Ibid., « Le symbolisme russe et la renaissance de la poétique », p. 77-87.
  • 77 « Лирика и эксперимент » [Poésie lyrique et expérimentation], « Опыт характеристики русского 4-стоп (...)
  • 78 Depretto, « Le symbolisme russe et la renaissance de la poétique », art. cit., p. 82.
  • 79 V. Ja. Brjusov, « Стихотворная техника Пушкина » [La technique du vers de Puškin], in : S. A. Venge (...)
  • 80 Žirmunskij, Введение в метрику. Теория стиха [Introduction à la métrique. Théorie du vers], Leningr (...)
  • 81 Viktor Schirmunski, « Formprobleme in der russischen Literaturwissenschaft », Zeitschrift für slavi (...)
  • 82 Id., op. cit., p. 234-237.
  • 83 Toutes ces références à Veselovskij constitueront le principal chef d’accusation formulé contre Žir (...)

31On sait désormais que le formalisme russe, né officiellement en 1915-1917 avec la fondation de l’Opojaz, n’est pas vraiment apparu ex nihilo ; déjà, certains des exposés présentés dans le cadre du séminaire de Vengerov consacré à Puškin et auquel participait Žirmunskij peuvent être considérés relevant de ce qu’on appelle désormais le « préformalisme » (predformalizm)75; les préoccupations formelles caractérisaient aussi le désir de renouvellement qui inspirait la poésie symboliste russe76 à laquelle Žirmunskij vouait un véritable culte, tout comme dans les recherches théoriques propres à certains poètes ; en témoigne par exemple Andrej Belyj qui avait étudié les rapports entre les canons de la versification et le rythme effectif de la poésie dans deux essais77, suscitant par là même nombre d’autres recherches qui vont faire de l’étude quantitative du vers une « spécificité russe »78. Cette réflexion sur la métrique fut aussi le fait d’autres poètes tels que Valerij Brjusov79. Žirmunskij évoque tout cela dans son étude de 1925 consacrée à la métrique en évoquant également Sergej Bobrov (18891971) et Valerian Čudovskij (1891-1938)80. Dans son article de 1925 consacré au formalisme et destiné au public allemand81, Žirmunskij les cite à nouveau, accompagnés de Veselovskij, Potebnja et leurs élèves82, ainsi que de Vladimir Peretc, Vjačeslav Ivanov et Tadeusz Zieliński ; tous, dans leur souci de renouveler l’analyse littéraire, tendaient à dissocier la littérature de la psychologie des écrivains ou de la portée culturelle et historique des œuvres. Plongé dans le milieu universitaire, Žirmunskij ne pouvait ignorer ces nouvelles tendances, d’autant plus qu’il était profondément marqué par l’héritage de Veselovskij qui avait été un précurseur en la matière à compter des années 1880-1890 en prenant en compte dans sa réflexion l’expression verbale de l’évolution de la conscience poétique ; Veselovskij déclarait ainsi que la compréhension de la littérature supposait que l’on évalue clairement ce qu’est la poésie, l’évolution de la conscience poétique et de ses formes83.

  • 84 Terme très général apparu à la charnière des XIXe et XXe siècles en Allemagne (Neuromantik) pour dé (...)
  • 85 Braun le mettait en garde, lui rappelant que, à côté du romantisme, « il existe dans la germanistiq (...)

32On ne s’étonnera donc pas que la première œuvre de Žirmunskij, publiée en 1914 et consacrée au Romantisme allemand de l’école de Iéna, n’ait point ignoré les problèmes de forme ; bien sûr, la thèse principale consistait à rapprocher la vision du monde de ce romantisme allemand première manière de celle du symbolisme russe, synthèse conforme à l’esprit du néoromantisme d’alors, comme le déclarait Vengerov84 (on se demande ce qu’a dû en penser alors le très positiviste Braun qui mettait en garde son élève contre son exaltation romantique85 !). La forme se trouvait bien sûr subordonnée au fond, l’essentiel étant l’évocation de la conscience mystique, du « sentiment de la vie », de ces romantiques ; mais on trouvait aussi là en filigrane l’esquisse d’une théorie séduisante qui prenait appui sur les figures de style ; Žirmunskij insistait sur l’importance, dans la création des romantiques et des symbolistes, des correspondances entre le monde réel (les realiora) et le monde idéal qui trouvaient à s’exprimer à travers des jeux de ce que les formalistes systématiseront plus tard sous le nom d’« étrangéisation » (ostranenie) : imprécision, caractère évanescent de l’atmosphère, fusion des mondes visuel et musical... ; et d’affirmer :

  • 86 Žirmunskij, Немецкий романтизми..., 2e éd., op. cit., p. 36.

Ces procédés nous font ressentir en profondeur ces dimensions de l’univers qui se dissimulent derrière la réalité visible86.

33Et, dans ce jeu de miroirs complexe et fascinant, les métaphores jouaient un rôle de premier rang :

  • 87 Ibid., p. 41

Pour le romantique, ces personnifications ne représentent pas quelque chose d’étranger et d’arbitraire. Le poète romantique croit dans le sens véritable de la métaphore qu’il crée. Les métaphores ne sont pas pour lui une combinaison arbitraire que nous opérerions entre des éléments mis en relation afin de concrétiser l’un par le truchement de l’autre ; c’est comme si, à travers elles, nous était révélée l’âme de la nature87.

34Dans cet univers rêvé, la métaphore est ainsi le reflet du monde idéal, le témoin attardé de l’unité première des mondes physique et spirituel et il se peut que Žirmunskij ait été inspiré par Walzel qu’il cite :

  • 88 Ibid., p. 41, n. 19, citation tirée des Aufsätze.

Durch die Naturphilosophie ist [...] die Metapher zu wissenschaftlichen Ansprüchen erhoben worden88.

  • 89 « Ceux qui ont surmonté le symbolisme » [Преодолевшие символизм], Русская мысль, 1916, 12 (décembre (...)
  • 90 On date la naissance de l’acméisme de la fondation de la revue Apollon en 1909 et du manifeste du p (...)

35Žirmunskij va affiner et compléter sa théorie de la métaphore en y adjoignant en 1916, dans « Ceux qui ont surmonté le symbolisme »89, article consacré à l’acméisme ou « adamisme », la métonymie, caractéristique selon lui de ce mouvement poétique comme du classicisme et du réalisme. Il se trouve en effet que, dès 190990, effectivement il a été confronté à l’éclosion de cette nouvelle école ; dès 1913, il avait envisagé de la présenter au public, comme en témoigne une lettre à Boris Èjxenbaum datée du 20 mars de la même année :

  • 91 Žirmunskaja, Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit, p. 271.

Parmi les thèmes sur lesquels je pourrais écrire, celui des “acméistes” m’intéresse tout particulièrement. Je les connais tous, on pourrait ajouter à cela une revue de leurs recueils d’un point de vue largement littéraire, engendré par la “crise du symbolisme” que j’observe depuis 1908 ; dans l’ensemble, je les considère avec un œil critique91.

  • 92 Art. cit.
  • 93 N. V. Nedobrovo, « Анна Ахматова », Русская мысль, 7, 1915, p. 63-68 ; Nedobrovo (1884-1919) avait (...)
  • 94 Žirmunskij « Из переписки Н. Гумилева и Л. Геийснер [...] » [Extraits de la correspondance entre N (...)

36C’est ce projet qui se concrétisera avec l’article intitulé « Ceux qui ont surmonté le symbolisme »92, rédigé dès 1915, mais publié seulement l’année suivante en raison des difficultés liées à la guerre, après avoir été présenté à l’université de Petrograd en présence d’Anna Axmatova ; ce texte jouera un rôle décisif pour faire découvrir ce nouveau mouvement poétique au public russe (et cela même si Nikolaj Vladimirovič Nedobrovo l’avait présenté dès 1915 dans Russkaja mysl93). On racontera à ce propos que Gumilev aurait déclaré que l’acméisme avait alors trouvé en Žirmunskij son Sainte-Beuve (un SainteBeuve âgé de vingt-cinq ans!)94.

  • 95 Ibid., « Преодолевшие символизм », in id., Теория литературы..., op. cit., p. 130.

37On relève que, dans sa présentation des deux écoles poétiques, Žirmunskij insiste sur la musicalité des vers symbolistes alors que l’acméisme s’apparente plutôt à l’art pictural, avec « sa rigueur et sa précision verbale »95. Cela lui permet de rattacher le symbolisme au romantisme, l’acméisme au classicisme ; aux néoromantiques s’opposeraient ainsi des néoclassiques. Et il reprend ce faisant son thème favori du « sentiment de la vie » pour insister sur des différences encore plus fondamentales entre les deux écoles :

  • 96 Ibid., p. 131.

Les traits les plus manifestes de ce nouveau sentiment de la vie, c’est le refus de toute perception mystique et l’abandon du thème de la personnalité du poète individualiste plongée dans son lyrisme intime pour s’ouvrir à un monde extérieur varié et riche en impressions sensuelles96.

38L’usage de la métonymie s’intègre du coup parfaitement à cette orientation réaliste. Cependant, la conclusion, qui fut escamotée dans les éditions ultérieures du texte pour se prémunir de la nouvelle censure soviétique, est particulièrement critique vis-à-vis de ce nouveau courant littéraire puisque Žirmunskij semble lui reprocher son élitisme et un certain philologisme teinté d’esthétisme dans une profession de foi aux accents quasi populistes assez étonnants mais dont le ton pourrait s’expliquer par le contexte patriotique des premières années de guerre en Russie :

  • 97 Русская мысль, 12, 1916, p. 56. Cité daprès Ju. D. Levin, E. G. Ètkind, « В. М. Жирмунский – теор (...)

Nous nourrissons le rêve que la poésie nouvelle puisse élargir ses horizons en ne se bornant pas à être individualiste, littéraire et citadine, mais qu’elle sera ouverte, nationale, qu’elle intégrera en elle-même toute la variété des forces qui sommeillent dans ce pays, en province, dans les faubourgs et les villages, et pas uniquement dans la capitale, qu’elle se nourrira de la Russie tout entière, de ses légendes historiques et de sa quête d’idéal, de la vie commune de tous ses habitants qui vivent non pas dans une cellule isolée mais dans une union intime les uns avec les autres et avec la terre natale97.

  • 98 Žirmunskij, « Анна Ахматова и Александр Блок » [Anna Axmatova et Aleksandr Blok], Русская литератур (...)
  • 99 Id., Творчество Анны Ахматовой [L’œuvre dAnna Axmatova], Leningrad, Nauka, 1973.

39Ce souci d’élargissement sera d’ailleurs bientôt mis en pratique par la poésie russe, pensons par exemple au poème les Douze que Blok composera en 1918. Ajoutons cependant que cela n’empêchera pas par la suite Žirmunskij de rendre hommage à Mandel′štam et surtout Anna Axmatova qu’il célébrera encore en 1970, un an avant de disparaître98, et dans un dernier ouvrage paru post mortem99.

  • 100 R. Jakobson, Новейшая русская поэзия. Набросок первый : Подступы к Хлебникову [La nouvelle poésie (...)
  • 101 Id., « Поэзия Александра Блока », in recueil Об Александре Блоке [À propos d’Aleksandr Blok], Petro (...)
  • 102 Id., « Стихосложение Маяковского » [La poétique de Majakovskij], Русская литература, 4, 1964, p. 3- (...)

40Par contre, on ne trouvera pratiquement aucune mention des futuristes dans ses écrits, si ce n’est dans le compte rendu de l’ouvrage de Roman Jakobson sur la nouvelle poésie russe100 et quelques brefs développements sur la versification chez Majakovskij comparée à celle de Blok dans la Poésie d’Aleksandr Blok de 1921101 ; et précisons que l’article qu’il a consacré à la poétique de Majakovskij ne fut publié qu’en 1964102.

41Žirmunskij affirmera toujours que les deux figures de la métaphore et de la métonymie sont à la base du langage poétique :

  • 103 Id., Введение в литературоведение. Курс лекций [Introduction à la science de la littérature. Cycle (...)

Il s’ensuit que le recours systématique à la métonymie aussi bien qu’à la métaphore est une caractéristique du style poétique et il convient que nous, historiens de la littérature, étudions comment ce procédé poétique s’intègre au style du poète pris dans son ensemble103.

42Et on trouvera dès lors de nombreux rappels de ce qui pour lui était une évidence, comme dans la Poésie d’Aleksandr Blok de 1921 :

  • 104 Id., Поэзия Александра Блока, [La poésie d’Aleksandr Blok], in id., Поэтика русской поэзии [La poé (...)

Le procédé fondamental de la transfiguration du monde par les romantiques est la métaphore. C’est pourquoi, du point de vue de l’histoire du style, le romantisme représente une poétique de la métaphore104.

  • 105 Id., p. 309.
  • 106 Voir par exemple W. M. Żirmunski, « Metafora w twórczości Bloka », Przegląd humanisticzny, 4, 1 (...)

43Et c’est ainsi que Blok est présenté avant tout comme le « poète de la métaphore »105, interprétation à laquelle demeurera toujours fidèle Žirmunskij106.

  • 107 Abréviation de Общество по изучению поэтического языка [Société pour l’étude du langage poétique] ; (...)

44Il est un autre aspect de « Ceux qui ont surmonté le symbolisme » publié un an avant la naissance de l’Opojaz107, datée de 1917, sur lequel on insiste rarement, c’est celui du rapport entre la forme et le message, comme si déjà Žirmunskij anticipait la polémique avec les formalistes ; on peut effectivement y lire ces lignes prémonitoires :

  • 108 Žirmunskij, « Преодоловевшие символизм », art. cit., 1977, p. 28.

L’évolution du style, en tant que système de moyens ou de procédés d’expression artistique, est étroitement liée au changement du projet artistique dans son ensemble, des habitudes et des goûts esthétiques, mais aussi de toute la manière d’appréhender le monde de l’époque. Le facteur de ce changement qui conditionne le processus de l’évolution se situe au-delà des limites du champ proprement esthétique108.

  • 109 E. G. Ètkind, « Историзм В. М. Жирмунского (1910-1920-е годы) » [L’historisme de V. M. Žirmunskij ( (...)

45Žirmunskij oppose donc déjà, pour reprendre la formulation d’Efim Ètkind, une vision « immanente » (celle des formalistes) de l’œuvre littéraire à sa propre vision transcendantale109.

46Il faut noter que Žirmunskij continuera de se consacrer au symbolisme dans les années 1918-1921 ; on le voit ainsi en 1918 délivrer une conférence à Saratov consacrée au symbolisme et aux nouvelles écoles poétiques à propos de laquelle il écrit à Èjxenbaum le 2 février :

  • 110 Žirmunskaja, Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Éйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit., p. 297.

Pour les symbolistes, j’ai rassemblé des faits stylistiques, la poétique des allégories, la métaphore, à partir d’exemples empruntés à Blok, en y ajoutant Brjusov110.

  • 111 Il s’agit de « Два направления современной лирики » [Les deux orientations dans la poésie lyrique (...)
  • 112 Le chapitre IV de « Поэзия Александра Блока » de 1921, art. cit., est consacré à la métaphore.

47Vont aussi dans le même sens une série de textes qui mettent à nouveau en perspective symbolisme et acméisme111, à quoi s’ajoute l’étude consacrée à Blok parue en 1921 et qui était centrée sur l’Inconnue (Neznakomka)112.

  • 113 « Два направления современной лирики » [Deux tendances du lyrisme contemporain], Жизнь искусства, (...)
  • 114 « О поэзии классической и романтической » [De la poésie classique et romantique], Жизнь искусства (...)
  • 115 « О поэзии классической и романтической », cit. daprès V. M. Žirmunskij, Теория литературы..., o (...)
  • 116 Ibid.
  • 117 Wölfflin, Renaissance und Barock. Eine Untersuchung über Wesen und Entstehung des Barockstil in Ita (...)
  • 118 O. F. Walzel, « Shakespeares dramatische Baukunst », Jahrbuch der Shakespearegesellschaft, LII, 191 (...)

48Dans l’immédiat, en 1920, Žirmunskij prolonge sa réflexion sur la succession du symbolisme et de l’acméisme en la généralisant ; c’est pour lui l’expression d’un mouvement pendulaire entre les deux grands pôles de la création artistique, le classicisme et le romantisme ; cela est développé dans deux textes publiés dans le journal littéraire Žizn iskusstva : « Deux courants de la poésie contemporaine »113 et « À propos de la poésie classique et romantique »114. Il élargit en fait ce phénomène à « toutes les sphères de la culture spirituelle »115 et en fait, quelle que soit la diversité de la création artistique, « un type constant, intemporel de la création artistique »116 ; à partir de la culture russe et germanique, Žirmunskij oppose ainsi les deux courants : respect des normes, des frontières entre les genres pour les classiques, primat de l’individualité, de l’inspiration, recherche d’impressions fortes et nouvelles pour les romantiques. La parenté de ces idées avec celles de Wölfflin (sur l’art classique et le baroque)117 et Walzel qui applique les idées de celui-ci à la construction du drame shakespearien118, sans avoir besoin de remonter jusqu’à Schlegel, est évidente. Pour ceux-ci, il s’agissait des deux tendances fondamentales de l’art : un art fermé, « tectonique » (= structuré), rigoureux, symétrique d’un côté, de l’autre, un art ouvert, émancipé, « atectonique » ; et Walzel d’opposer en parallèle la tragédie antique ou d’orientation cornélienne aux drames de Shakespeare. En somme, Žirmunskij paraît n’avoir fait qu’extrapoler ce jeu d’oppositions à l’art et la poésie de son époque.

2.2. Contacts et points de convergence avec l’Opojaz

49Cependant, c’est surtout au contact de l’Opojaz que Žirmunskij se trouve confronté directement aux problèmes de la forme dans la théorie littéraire ; on peut penser que, parfaitement intégré au milieu artistico-littéraire de SaintPétersbourg, il a été très tôt, dès la fin de l’année 1910, en contact direct avec les futurs acteurs du mouvement ; une lettre que lui adresse Èjxenbaum le 14 novembre 1916 suggère qu’il est déjà introduit dans le groupe à cette date :

  • 119 Žirmunskaja, Èjxenbaum « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit., p. 290.

Aujourd’hui est passé Viktor Borisovič Šklovskij qui m’a prié de t’annoncer que, ce vendredi 18 novembre, à la Halte des comédiens (à 9 heures), luimême, L. I. Jakubinskij et Polivanov vont faire des exposés consacrés à la théorie de la langue poétique119.

  • 120 Ibid., p. 270-315.

50On rappellera aussi que Žirmunskij connaissait depuis les bancs de l’université et le séminaire de Vengerov certains futurs formalistes dont son grand ami Èjxenbaum, comme en témoigne la correspondance entre les deux amis dans la période qui va de 1913 à 1923120. On sait aussi que l’Opojaz s’ouvre officiellement en 1918 à Boris Èjxenbaum et Jurij Tynjanov, ce qui lui confère une base institutionnelle universitaire et rapproche d’autant le mouvement de Žirmunskij qui, comme nous l’avons déjà rappelé, va être élu doyen de la Faculté de littérature du GIII en 1920 et sera donc amené à gérer au quotidien ce centre stratégique du formalisme.

  • 121 Compte rendu de « Р. Якобсон, Новейшая русская поэзия : набросок первый. Виктор Хлебников » [R. J (...)
  • 122 Žirmunskij, « И. Шкловский, В. Розанов. Из книги “Сюжет как явление стиля” » [I. Šklovskij, V. Roz (...)
  • 123 Žirmunskij, « Предисловие » [Préface], in id., Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 13.

51En authentique savant qu’il était, et malgré toutes ses réserves, Žirmunskij percevait parfaitement l’intérêt scientifique et la nouveauté des théories des formalistes russes dans la mesure où elles répondaient en partie à ses propres souhaits de renouvellement de la science littéraire russepar opposition au positivisme dominant jusqu’alors. Il appréciait surtout que le texte littéraire en lui-même soit mis au centre de leur démarche. Dans tous les cas, ses contacts avec Èjxenbaum montrent alors une convergence réelle avec le corps de doctrine de l’Opojaz ; dans sa correspondance avec Žirmunskij, Èjxenbaum ne cesse d’ailleurs d’utiliser alors l’expression « notre méthode » ; on peut aussi relever qu’au cours de cette lune de miel Žirmunskij publie en décembre 1919 des comptes rendus dans l’ensemble positifs du recueil Poétique de l’Opojaz, suivant en cela Èjxenbaum, Jakobson121 et Šklovskij122 ; Žirmunskij devait par la suite les caractériser comme des recensions « empreintes de bienveillance », « même s’il n’y cachait point son opinion personnelle sur quelques points théoriques »123.

  • 124 Nous transposons ainsi, comme dans le reste de l’exposé, et faute d’équivalent français exact, le (...)
  • 125 Lettre à Boris Èjxenbaum du 5 (18) avril 1918, in : Žirmunskaja, Èjxenbaum « Переписка Б. М. Эйхен (...)
  • 126 Lettre à B. M. Èjxenbaum du 2 février 1918, in ibid., p. 297.
  • 127 Voir R. Comtet, « Métaphore et métonymie chez Viktor Maksimovič Žirmunskij », in : Andrei Dobrits (...)

52L’étude de la forme littéraire devient alors pour un temps centrale, dès l’époque de l’enseignement à Saratov où Žirmunskij confie à ses étudiantes des exposés sur des sujets tévélateur comme la technique poétique du Livre des chants de Heine, les comparaisons chez Byron, ou encore les trois types de Poèmes124 illustrés par celui-ci125 ; il signale aussi que l’une de ses étudiantes prépare pour un cercle littéraire un exposé sur « les particules copulatives chez Axmatova !!! »126 Et Žirmunskij approfondit sa vision de la différence entre symbolisme et acméisme basée sur l’opposition entre métaphore et métonymie127.

  • 128 Žirmunskij, « Метафора в поэтике русских символистов » [La métaphore dans la poétique des symbolist (...)
  • 129 Žirmunskij, Введение в литературоведение [Introduction à la science de la littérature], Moskva, URS (...)
  • 130 B. V. Tomaševskij, Теория литературы. Поэтика [Théorie de la littérature. Poétique], Leningrad, Gos (...)
  • 131 Voir en 1921 R. Jakobson, la Nouvelle poésie russe..., op. cit., : « Le symbolisme comme école poét (...)
  • 132 « [...] on n’a pas encore suffisamment souligné que c’est la prédominance de la métonymie qui gouve (...)

53Le grand principe formel qui lui paraît caractériser la poésie symboliste est l’usage privilégié de la métaphore qu’il définit, conformément à la rhétorique traditionnelle, comme « le changement de sens d’un mot qui se fonde sur la similarité »128. Au contraire, dans la poésie acméiste, la métaphore passe au second plan au profit de la métonymie qui est basée sur une relation objective de contiguïté ; comme l’écrira par la suite Žirmunskij, « dans la métonymie, le changement de sens est basé non pas sur la similitude, mais sur telle ou autre relation logique »129. C’est ainsi que se trouvent posées à la base de la distinction entre les différents styles et courants poétiques « les deux classes fondamentales de tropes » pour reprendre la formulation de l’un des formalistes russes130. On sait que Jakobson a pu s’inspirer en 1921 de ces analyses pour établir sa typologie du réalisme dans l’art basée sur la métonymie et la métaphore131 et qu’il y reviendra plus tard, en 1956, dans un article consacré à l’aphasie132. Mais Žirmunskij ajoutait aussi une opposition entre ces deux courants qui renvoyait de toute évidence aux théories de Wölfflin : le symbolisme s’inspirait de la musique alors que pour l’acméisme c’était le modèle plastique qui prévalait.

  • 133 Žirmunskaja, Èjxenbaum « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit., p. 300, 303.

54Il travaille alors, à partir de 1918, d’arrache-pied à sa thèse de doctorat sur Byron, où il envisage en priorité les questions de forme ; du projet initial qui traitait des rapports entre Byron et la tradition poétique du sentimentalisme et du romantisme en Angleterre, il va passer à l’analyse des Poèmes byroniens de Puškin, comme il l’explique à Èjxenbaum dans une lettre datée du 29 juillet 1918133.

  • 134 Сборники по теории поэтического языка [Recueils de théorie de la langue poétique], Petrograd, Opoja (...)
  • 135 Žirmunskij, « Вокруг Поэтики Опояза » [Autour de la Poétique de l’Opojaz], Жизнь искусства, 1919, p (...)
  • 136 « Задачи поэтики », Жизнь искусства, no 313-317, 1919 ; repris in : V. M. Žirmunskij, « Задачи поэт (...)
  • 137 Voir par exemple la référence à Gukovskij : « Goukovski n’a jamais adopté la totalité des positions (...)
  • 138 Žirmunskij, Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 337-356.

55C’est après son retour à Petrograd que Žirmunskij publie simultanément en décembre 1919 un compte rendu du troisième recueil de l’Opojaz qui venait de paraître134 (« Autour de La poétique de l’Opojaz »135) ainsi que son traité, « Les tâches de la poétique »136, textes quelque peu redondants entre eux ; c’est vraisemblablement là l’origine du malentendu qui veut qu’il se soit converti alors aux thèses de l’Opojaz137, les lecteurs de l’époque n’ayant retenu visiblement que l’aspect positif de la critique de Žirmunskij. Mais de quoi était-il question dans le compte rendu de La poétique ? C’est un texte pleinement et durablement assumé puisque Žirmunskij le fera republier dans son recueil Questions de théorie de la littérature de 1928138 qui marque un peu ses adieux aux études de théorie littéraire. La tonalité d’ensemble est plutôt positive, l’article commençant par rappeler une fois de plus l’urgence pour l’histoire littéraire de se renouveler :

  • 139 Ibid., p. 337.

L’histoire de la littérature s’est détournée de sa finalité aussi simple qu’évidente : étudier la composition et la genèse des œuvres littéraires. Elle a subordonné cette tâche à des buts externes. L’œuvre poétique en vient à être considérée comme un document de l’histoire culturelle, comme un témoignage des idées et tendances d’une époque que ce soit dans la société, la religion ou les mœurs, ou comme des matériaux de la biographie du poète permettant d’en cerner la personnalité. On étudie les “sources” de l’œuvre poétique et son “influence”, mais on évite de parler d’elle-même. Ce n’est qu’incidemment que l’on émet un jugement esthétique, mais sous la forme vague et subjective de l’éloge ou de la critique139.

56L’auteur rappelle ensuite que la remise en cause de ces conceptions a d’abord été le fait des poètes contemporains (Andrej Belyj, Valerij Brjusov, Vjačeslav Ivanov, Annenskij et d’autres) qui ont les premiers envisagé la poésie comme une œuvre d’art dans sa spécificité, dans la suite des idées de Potebnja et Veselovskij qui privilégiaient en ce domaine l’étude du mot. Les auteurs du recueil s’en tiennent, eux aussi, à la conception de la poésie comme art verbal nécessitant d’être étudié selon ses lois propres, en soi, par opposition à la langue prosaïque.

57C’est dans cette perspective que sont évoquées les contributions de Lev Petrovič Jakubinskij (1892-1945) et Viktor Šklovskij (1893-1984), centrées sur l’aspect phonique de la poésie, le symbolisme des sons, en particulier chez les futuristes. C’est là que l’auteur introduit quelques critiques :

  • 140 Ibid., p. 342.

L’intérêt des auteurs de la Poétique pour l’aspect phonique du vers, si fécond par ses résultats, se conjugue cependant parfois avec une présentation quelque peu unilatérale et une interprétation inexacte de ces questions140.

  • 141 Jakubinskij critiquera par la suite l’ouvrage de Žirmunskij la Composition des poésies lyriques da (...)

58Il critique ainsi l’idée de Jakubinskij, à vrai dire plus linguiste que littéraire, qui établit une relation automatique entre la prononciation des sons et leur coloration psychologique141 ; pour Žirmunskij, la couleur émotionnelle de tel ou tel son ne dépend pas de considérations physiologiques et il invoque à l’appui de sa thèse les témoignages des poètes eux-mêmes, à commencer par le fameux sonnet sur les voyelles de Rimbaud ; pour lui, c’est la conjonction du son et du sens qui crée chez les poètes l’expressivité artistique des sons.

  • 142 Сборники по теории поэтического языка..., vyp. 2, op. cit., p. 3-14.

59L’auteur envisage ensuite un autre aspect des procédés poétiques, celui du sens (semasiologija) et celui de la proposition (syntaxe), si bien mis en valeur par Potebnja pour qui l’image, la « forme interne » étaient à la base de l’art et qui suggérait que la langue pratique et la poésie obéissaient ici aux mêmes lois ; mais cette conception se trouve remise en cause dans le recueil, surtout par Šklovskij dans « Potebnja » et « L’art comme procédé » (Iskusstvo kak priem)142. Šklovskij y propose une typologie des différents « procédés » ou « sujets » et affirme que ces schémas sont universels, échappant au jeu des emprunts et influences entre les littératures. La réaction de Žirmunskij est mitigée :

  • 143 Žirmunskij, « Вокруг Поэтики Опояза », art. cit., p. 351-352.

C’est ainsi que Šklovskij propose d’envisager le sujet non du point de vue habituel de son contenu courant ou psychologique mais du point de vue artistique et immanent. D’un point de vue méthodologique, c’est une approche des plus fécondes, et nous espérons que, dans cette direction, on réussira à découvrir nombre de choses nouvelles pour la théorie du roman, plus ardue et pas encore élaborée. Néanmoins, nous considérons comme unilatérale cette négation systématique du contenu culturel et historique du schéma des sujets par Viktor Šklovskij (1893-1984) dans sa polémique contre l’école historique et ethnographique et l’académicien Aleksandr Veselovskij. Les schémas de sujets se composent selon leurs lois propres, partout identiques (ce que montrait déjà Veselovskij) ; cependant, un même sujet reçoit, selon le pays envisagé, un “contenu” différent, un signifié thématique autre143.

  • 144 Ibid., p. 355.

60On retrouve en tout cas déjà là une critique récurrente chez Žirmunskij qui vise l’anti-idéologisme et l’anti-historisme des formalistes qui se refusent d’envisager le fait littéraire autrement qu’en tant que tel. En somme, si Žirmunskij appréciait que le formalisme permette d’aborder des thèmes encore inexplorés, il se refusait à ce que de ce fait on s’enferme dans une perspective unique. En même temps, l’accent est mis (comme dans l’étude sur Blok de la même époque) sur le mot dont l’étude doit être considérée comme prioritaire par les théoriciens de la littérature. Le compte rendu se termine par l’analyse minutieuse de l’article d’Èjxenbaum, « Comment est fait “Le manteau” de Gogol′ » ; on a pu noter ici que le ton y était beaucoup moins critique que pour Jakubinskij ou Šklovskij ; Žirmunskij analyse minutieusement ces développements qui renouvellent notre vision de l’œuvre, loin des schémas traditionnels, Èjxenbaum recommandant de considérer ses éléments anecdotiques et sentimentaux, grotesques, le skaz, « de façon immanente, comme un procédé artistique »144. La conclusion est partagée :

  • 145 Ibid.

[...] Bien que leurs articles souffrent d’un certain manque d’achèvement et soient empreints de parti pris, les auteurs ont effectivement réussi à mettre en place les fondements d’une étude systématique de la science du mot poétique. Ils ont réuni en ce domaine tant de matériaux nouveaux et intéressants que quiconque s’intéresse aux questions de l’art poétique trouvera dans leurs articles aussi bien des indications méthodologiques de valeur que des conclusions objectivement importantes145.

  • 146 Notion développée par Tynjanov et Èjxenbaum (dominanta) pour désigner la qualité principale d’une œ (...)

61Il faut relever que, lors de la réédition du texte en 1928 dans le recueil Questions de théorie de la littérature, Žirmunskij ajoutera deux notes datées de 1927 dont la seconde critique la conception d’Èjxenbaum qui fait du skaz, dans la nouvelle de Gogol′ le Manteau, la dominante146 ; or, ceci dépend de l’époque et, en somme, c’est le lecteur qui détermine cette dominante, indépendamment de critères objectifs :

  • 147 Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 355, n. 2.

En d’autres termes, ce n’est pas l’auteur qui “construit” l’œuvre d’art, mais le lecteur, et la poétique historique, en tant que théorie de la succession des formes et styles littéraires, fait place à l’histoire de la critique et des goûts du lecteur147.

  • 148 L. Šjukking, Социология литературного вкуса [Sociologie du goût en littérature], Leningrad, Academ (...)

62Il y a là, chez Žirmunskij, comme une amorce d’étude sociologique qui le fera plus tard éditer la traduction de la Sociologie du goût littéraire de Levin Ludwig Schücking en 1928148.

  • 149 Voir à ce sujet M. Aucouturier, le Formalisme russe..., op. cit., p. 13-16.
  • 150 Le même genre de critique sera exprimé par la suite par Rozalija Šor, qui était également germanist (...)
  • 151 « Задачи поэтики », 1928, p. 17. Cette affirmation ne faisait que rappeler implicitement du reste q (...)

63Passons aux Tâches de la poétique. L’entrée en matière distingue bien entre la nouvelle théorie littéraire et les approches qui ont eu cours jusqu’alors (psychologique, philosophique et autres) ; Žirmunskij reconnaît que c’est la réflexion sur l’art poétique, sur la forme, qui occupe désormais le devant de la scène dans la science de la littérature ; cependant, à y regarder de plus près, on se rend compte qu’il en relativise les mérites et en conteste la priorité ; il montre en effet que la dissociation de la forme et du contenu relève d’une tradition russe ancienne, remontant à Potebnja149 et Veselovskij, qu’elle a été reprise par les poètes théoriciens contemporains (Belyj, Brjusov, etc.) et qu’elle coïncide avec les idées d’esthéticiens germaniques tels que Wölfflin dans ses Kunsthistorische Grundbegriffe150. Žirmunskij relativise de ce fait encore plus la science de la littérature en rappelant qu’elle n’est qu’une branche de l’étude générale de l’art puisque « la poétique est une science qui étudie la poésie comme un art »151. Et d’enchaîner :

  • 152 Ibid.

C’est ainsi que l’histoire de la poésie se situe sur le même plan que les autres sciences de l’art, avec une méthode identique, et elle ne s’en distingue que par les propriétés particulières du matériau dont elle traite. À côté de l’histoire des arts figuratifs, de celle de la musique et du théâtre, elle occupe la place de science de l’art poétique152.

64Et de revenir une fois de plus à son leitmotiv devenu habituel : c’est le « sentiment de la vie » qui engendre les formes artistiques.

  • 153 Introduction datée de 1927.
  • 154 Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 7.

65Žirmunskij y reviendra dans sa préface de l’édition de 1928153, en adoptant désormais la posture distanciée du chroniqueur témoin de son époque ; à cette date, il considère en effet que la « méthode formelle » relève déjà de l’histoire et de l’historiographie, ce qui suggère que, pour lui, le formalisme relève du passé et que d’autres horizons s’ouvrent désormais devant la science de la littérature154.

  • 155 Voir les comptes rendus des écrits de R. Jakobson, « Новейшая русская поэзия. Набросок первый : В (...)

66D’autres écrits datés de la même époque pourraient cependant laisser également supposer une apparente complicité avec le formalisme155. Évoquant cette période de sa vie, Žirmunskij devait déclarer par la suite :

  • 156 Žirmunskij, Вопросы литературы..., op. cit., p. 7.

Je suis venu à l’analyse formelle des œuvres poétiques à partir des questions d’ordre historique et philosophique auxquelles étaient dédiés mes premiers ouvrages et articles sur le romantisme allemand156.

  • 157 Voir V. V. Žirmunskaja-Avcaturova, « Переписка А. А. Смирнова и В. М. Жирмунского (1917-1922) » [(...)

67Mais il précisait aussi qu’il concevait l’étude de la poésie « comme celle d’un art », ce qui renvoyait à Wölfflin et Walzel. Son ami Aleksandr Smirnov le lui reproche dans une lettre datée du 28 mars 1922, d’autant plus que l’évolution de celui-ci a été exactement l’inverse de celle de Žirmunskij et qu’il ne jure plus alors, à son tour, que par le « sentiment de la vie »157. Žirmunskij lui donne en effet l’impression de renoncer à sa conception mystique et philosophique de la poésie, issue du symbolisme, pour se tourner vers les questions de forme ; on comprend donc que, jusqu’à notre époque, comme nous l’avons rappelé, Žirmunskij ait pu être assimilé aux formalistes.

  • 158 Композиция лирических стихотворений, Petrograd, Opojaz, 1921.
  • 159 Вопросы поэтики, vyp. 3, Рифма, ее история и теория [Questions de poétique. La rime, son histoire (...)
  • 160 Введение в метрику : теория стиха, Leningrad, Academia, 1925.
  • 161 Ibid., op. cit., 1975 (l’ordre chronologique n’est pas respecté dans ce recueil où l’on trouve éga(...)
  • 162 Валерий Брюсов и наследие Пушкина..., op. cit.
  • 163 A. Kvjatkovskij, Поэтический словарь [Dictionnaire poétique], Moskva, Sovetskaja ènciklopedija, 1 (...)

68Pouvaient témoigner aussi de cette orientation trois ouvrages parus dans la même période qui traitent de la théorie de la langue poétique et qui systématisent l’enseignement de théorique qu’il dispensait à l’université de Petrograd et à l’Institut d’histoire des arts ; on y retrouve entre autres la Composition des poésies lyriques (1921), basé sur les poésies symbolistes158, la Rime, son histoire et sa théorie (1923)159 et l’Introduction à la métrique. Théorie du vers (1925)160 (ce triptyque sera ensuite rassemblé post mortem dans le recueil intitulé la Théorie du vers paru en 1975161). On pourrait d’ailleurs ajouter à ces ouvrages de théorie du style l’étude consacrée à Brjusov en 1922, Valerij Brjusov et l’héritage de Puškin, qui porte le sous-titre de « Essai d’étude stylistique comparée »162. Inutile d’ajouter que le traité la Composition des poésies lyriques n’a pas pris une ride de nos jours et continue d’être considéré comme « précieux et unique en son domaine »163.

  • 164 B. V. Tomaševskij, Русское стихосложение, Petrograd, 1923. Cet auteur critique par ailleurs certain (...)
  • 165 G. A. Šengeli, Трактат о русском стихе. Часть первая. Органическая метрика [Traité du vers russe. P (...)
  • 166 R. O. Jakobson, О чешском стихе преимущественно в сопоставлении с русским propos du vers tchèque(...)
  • 167 Voir M. L. Gasparov, « Стиховедение » [Science du vers], in A. A. Surkov (ed.), Краткая литературна (...)

69Ces ouvrages font écho à d’autres synthèses parues à la même époque comme la Composition des vers en russe de Boris Viktorovič Tomaševskij (1890-1957) en 1923 (centrée sur l’étude statistique)164, le Traité sur le vers russe de Georgij Arkad′evic Šengeli (1894-1956)165 de 1923, sans oublier Jakobson166, œuvres qui, selon M. L. Gasparov, seraient emblématiques de la troisième génération de ceux qui se sont consacrés à l’étude de l’art poétique en Russie167. Mais Žirmunskij se distingue déjà par toutes ses références aux théoriciens allemands du vers comme Sievers ou Saran (voir la Deutsche Verslehre de ce dernier).

70De fait, c’est toute la thématique de l’étude consacrée à Brjusov qui se révèle bien différente de celle des ouvrages formalistes ; dès l’introduction, l’auteur précise que les procédés ne sont qu’un instrument mis au service de l’idée :

  • 168 Cité daprès Теория литературы..., op. cit., p. 142.

Dans l’œuvre d’art, les procédés ne sont pas des faits valant pour euxmêmes et indépendants. En tant que relevant de l’esthétique, ils présentent une certaine orientation ou téléologie interne, ils remplissent un rôle qui est par ailleurs développé dans tout un système de procédés artistiques168.

  • 169 Ibid., p. 143.
  • 170 Žirmunskij envisage ici bien sûr les poésies première manière de Brjusov, avant que celui-ci ne s’ (...)

71On est bien loin ici de la conception de l’art comme pur procédé chère à Šklovskij ! Et Žirmunskij va encore plus loin dans cette relativisation en insistant sur la nécessité d’étudier la poésie comme une forme d’art parmi toutes les autres, y compris les arts figuratifs entre autres (le « style roman, gothique, etc. »), ce qui reprend les idées des théoriciens germaniques, Wölfflin et Walzel ; l’unique différence est que le matériau de la poésie est spécifiquement le mot. L’analyse de la forme montre donc qu’elle permet d’appréhender « l’âme de l’œuvre poétique » ou l’ « âme du poète », en y retrouvant ce « sentiment de la vie » fondamental, cette « intuition » originale qui se révèle au poète ou à toute une époque et qui constitue pour ainsi dire le savoir poétique que toutes ces composantes apportent au monde169. À partir de là, Žirmunskij va s’employer à remettre en cause la thèse courante qui voudrait que Brjusov soit l’héritier de Puškin ; bien au contraire, pour Žirmunskij, Brjusov est avant tout un romantique170 alors que Puškin demeure un classique, démonstration qui permet à l’auteur de caractériser en conclusion la stylistique des deux grands courants littéraires :

  • 171 Cité daprès Теория литературы..., op. cit., p. 198-199.

Le style classique se caractérise par le choix et l’utilisation conscients et raisonnés des mots, ce qui correspond à un principe matériel et logique dans la combinaison de ceux-ci [...], la tendance du mot à traduire un concept exact, les généralisations et périphrases métonymiques, l’abondance des sentences exprimées sous forme d’épigrammes et renforcées par des antithèses logiques, le tout distribué dans des vers au rythme parallèle qui sont liés par des rimes plates. » ; quant au style romantique, il est caractérisé par « la prépondérance du monde des émotions et de la mélodie, la volonté d’agir sur l’auditeur plus par la sonorité que par le sens du mot, de créer en lui un certain état d’esprit, c’est-à-dire des émotions vagues, ou, pour mieux dire, indéfinies et lyriques, et ressenties avec émotion par l’âme à qui elles s’adressent171.

72Žirmunskij aurait ainsi pu donner l’impression de renoncer pour un temps à sa conception mystique et philosophique de la poésie, issue du symbolisme, pour se tourner apparemment vers la forme et partager ainsi les préoccupations de ses amis formalistes, et cela d’autant plus qu’il appréciait leur remise en question de la théorie littéraire ; il écrivait ainsi, en 1928 :

  • 172 Žirmunskij, Вопросы теории литературы..., op. cit., p.13.

L’essentiel paraissait être ce qui nous unissait : le pathos scientifique accompagnant la découverte d’un nouveau domaine du savoir, encore peu étudié, et qui promet un renouvellement complet de la science scolastique ainsi que son élargissement à toute une série de questions prometteuses. C’est dans cet esprit que je considérai les représentants de ce courant comme des alliés pour l’étude de la poétique dans des comptes rendus positifs de la Poétique de l’Opojaz (Žizn iskusstva, décembre 1919) et des ouvrages de Šklovskij et R. Jakobson (Načala, 1, 1921) sans cependant faire mystère de mes opinions personnelles à propos de certains problèmes172.

  • 173 Религиозное отречение в истории романтизма, 2e éd., op. cit., p. 7.
  • 174 Ibid.
  • 175 Pour une synthèse de la question, voir R. Comtet, « Viktor Maksimovitch Jirmounski (Viktor Maksimov (...)

73Effectivement, il n’a jamais cessé de penser que c’étaient les conceptions dominantes à une époque donnée, le « sentiment de la vie », qui déterminaient avec souplesse les formes poétiques correspondantes. C’est ainsi que classicisme, qui tournait le dos à la réalité, devait être étudié indépendamment de la personnalité de l’écrivain : « Ainsi la question de la vie intérieure de l’auteur de Phèdre ne peut rien apporter à notre connaissance de l’œuvre.173 » ; mais c’est tout le contraire avec les œuvres romantiques en raison du « lien indissoluble qu’on y trouve entre l’œuvre poétique et la biographie intérieure du poète »174. Le poète romantique reste en effet authentiquement fidèle à lui-même et ne peut endosser une personnalité autre. Par là, Žirmunskij s’opposait aussi bien au biographisme positiviste qui régnait dans la science littéraire russe et allemande avant 1914 (comme chez Wilhelm Scherer) qu’à la conception de l’histoire intellectuelle (Geistesgeschichtlische Methode) antagoniste, avec la variante sociologique propre aux marxisants (voir G. V. Plexanov, V. M. Friče...), et au formalisme russe le plus intransigeant. Ces divergences de fond expliquent la rupture progressive de Žirmunskij avec les formalistes175.

2.3. La rupture avec les formalistes

  • 176 Žirmunskij, Начальная пора. Дневники. Переписка..., op. cit., p. 316.

74En 1922, Žirmunskij semble entretenir encore de bons rapports personnels avec les formalistes ; dans une lettre de 1922 adressée à son ami le poète Vasilij Gippius, il précise qu’il passe l’été à Pavlovsk et que ses voisins sont les Èjxenbaum, les Tomaševskij (Raisa Rozanova et Boris Viktorovič) et Tynjanov176. Mais cela cache de fait le conflit longtemps atténué sinon occulté, qui couve au cours de l’année 1921 et finit par éclater au grand jour au début de l’année suivante, mettant le point final à une amitié vieille de près de neuf années ; Žirmunskij devait s’expliquer sur ce différend en 1928 :

  • 177 « Методы и подходы » ». [R.C.]
  • 178 Il sagit de B. M. Èjxenbaum, Мелодика русского лирического стиха, Petrograd, Opojaz, 1922 (Сборник (...)
  • 179 « К вопросу о “формальном методе” », art. cit. [R.C.]
  • 180 Žirmunskij, « Предисловие », in id., Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 13-14.

C’est B. M. Èjxenbaum qui, le premier, se livra à une discussion polémique de nos divergences théoriques dans son compte rendu de mon livre la Poésie d’A. Blok (« Méthodes et approches », dans la revue Knižnyj ugol, 1922, 8177). Dans ma tentative pour étudier le “sentiment de la vie” et la “poétique” de Blok comme des éléments de sa poésie considérés l’un par rapport à l’autre, il perçut un danger pour la pureté de la “doctrine”, un retour aux anciennes conceptions et à l’“éclectisme” académique. Cette étroitesse d’esprit ainsi que l’intolérance manifestées par B. M. Èjxenbaum pour défendre les dogmes de la nouvelle science me mirent dans l’obligation de souligner mes désaccords de principe avec le système de l’“Opojaz”. Mon article «Sur la mélodie du vers » fut écrit à propos de l’étude correspondante d’Èjxenbaum178 et il mit au grand jour nos désaccords en partant d’un exemple particulier. Mon autre article « Sur la question de la méthode formelle » (publié en guise d’introduction à la brochure du professeur O. Walzel le problème de la forme en poésie, Leningrad, 1923179) plaça la discussion de ces divergences sur un plan plus général, plus théorique180.

  • 181 Èjxenbaum, Анна Ахматова. Опыт анализа [Anna Axmatova. Essai danalyse], Peterburg,Petropečat′, 19 (...)
  • 182 « Преодолевшие символизм », art. cit.

75Ajoutons à ce rappel que l’ouvrage d’Èjxenbaum Anna Axmatova. Essai d’analyse publié en 1923181 était en fait dirigé contre l’article célèbre de Žirmunskij « Ceux qui ont surmonté le symbolisme » publié en 1916182. Èjxenbaum y déclarait en effet, à l’opposé de la thèse de Žirmunskij et en s’alignant pour une fois sur les thèses des formalistes moscovites :

  • 183 Cité daprès B. Èjxenbaum, « Анна Ахматова. Опыт анализа » [Anna Axmatova. Essai danalyse], in id. (...)

Considérer l’acméisme comme le début d’une nouvelle orientation, d’une nouvelle école qui dépasserait le symbolisme est une erreur [...]. Ce dépassement du symbolisme appartient aux futuristes183.

76Èjxenbaum tient aussi, à l’envers de la présentation de Žirmunskij, à minimiser le classicisme d’Axmatova :

  • 184 Èjxenbaum, О поэзии..., op. cit., 139.

On a beaucoup évoqué le “classicisme” d’Axmatova, le lien de sa poésie avec celle de Puškin. Il me semble que celle-ci se caractérise plutôt par l’addition de plusieurs procédés stylistiques propres à la poésie de Baratynskij et Tjutčev, avec d’autres, plus typiquement modernistes (I. Annenskij), sans oublier le folklore184.

  • 185 Ibid., « Некрасов », p. 2, 53, 61, Начала, 1922. Voir in id., О поэзии..., op. cit., p. 64. Le cent (...)
  • 186 K. Čukovskij, « Некрасов как художник », Peterburg, Èpoxa, 1922.

77Il faut cependant préciser que Žirmunskij n’était pas le seul à subir les foudres d’Èjxenbaum pour son supposé « éclectisme » ; ce dernier avait aussi critiqué en 1922 dans son étude consacrée à Nekrasov185 (suivi en cela par Tynjanov) Kornej Čukovskij qui, dans son Nekrasov comme artiste186, soulignait l’inadéquation chez ce poète entre le contenu, prosaïque, et des formes lyriques élevées ; bien au contraire, les formalistes cherchaient à dégager Nekrasov de sa gangue de « poète civique » afin de mettre en valeur le côté révolutionnaire de son art poétique qu’il avait eu le mérite de « prosaïser » (en valorisant cette orientation prise au contraire dans un sens péjoratif par Čukovskij). Était de ce fait énergiquement critiquée toute tentative de réaliser une synthèse entre l’analyse de contenu traditionnelle et la méthode formelle.

78Bien au contraire, Žirmunskij n’avait cessé de considérer l’œuvre littéraire dans un cadre beaucoup plus large que celui de ses stricts caractères formels ; c’est ainsi que, encore en 1916, dans son introduction à la poésie acméiste, il prenait soin de préciser :

  • 187 « Преодолевшие символизм », cité daprès V. M. Žirmunskij, Теория литературы..., op. cit., p. 133.

Toute forme d’art, et la poésie encore plus, existe non seulement à travers sa réalité artistique mais aussi par toute une série d’impressions extra-artistiques nées de l’émotion artistique. [...] Les images artistiques, une fois créées, sortent de la sphère des arts, entrent dans la sphère de nos sympathies et antipathies et sont perçues en fonction de leur sens comme des valeurs relevant d’un ordre nouveau, extra-esthétique, qu’elles soient philosophiques, morales, religieuses ou vitales187.

  • 188 Религиозное отречение в истории романтизма, 1918, op. cit.
  • 189 Ibid., 2e éd., 1919, p. 5.

79En fait, il faut rappeler ici que Žirmunskij avait publié en 1918 la thèse achevée à Saratov le Renoncement religieux dans l’histoire du romantisme allemand188 qui paraissait prendre la suite de l’ouvrage de 1914 sur la mystique des premiers romantiques allemands mise en parallèle avec celle des symbolistes russes ; cette continuité est soulignée par l’auteur dans son avantpropos où il précise qu’il a travaillé dans cette direction depuis 1913 et que l’ouvrage est « lié de près au Romantisme allemand et la mystique contemporaine »189. À lire la préface de l’ouvrage, on se rend compte que, dès 1918, Žirmunskij est bien loin d’adhérer au formalisme, ce qu’il exprime à travers des formules à l’emporte-pièce ; il rappelle tout d’abord la tendance, nouvellement apparue parmi les historiens de la littérature, d’« établir l’indépendance de leur science par rapport aux méthodes générales de l’histoire culturelle » ; et de poursuivre :

  • 190 Ibid.

L’histoire de la littérature, à en croire les partisans de cette tendance, se doit d’étudier avant tout la composition et l’évolution de la forme poétique190.

80L’auteur reconnaît volontiers dans un premier temps le bien-fondé de la démarche :

  • 191 Ibid.

Cette exigence des partisans de la méthode formelle [souligné par nous, R.C.] est fondamentalement justifiée. Pendant trop longtemps, on n’a considéré les œuvres de la création poétique que comme des matériaux au service des recherches culturelles et historiques, des documents caractérisant la pensée sociale d’une époque, la vision du monde sociale, religieuse, philosophique, politique de tel ou tel milieu social191.

81Mais il tempère aussitôt cette concession en déclarant :

  • 192 Ibid.

Néanmoins, nous considérons qu’il est également possible de trouver un fondement théorique à des travaux qui, comme l’ouvrage présent et le Romantisme allemand et le mysticisme contemporain qui lui est intimement lié, passent des questions de poétique historique à un autre niveau des phénomènes littéraires, soit l’évolution du sentiment poétique de la vie, qui engendre telle ou telle poétique et qui détermine par elle-même le contenu artistique de l’œuvre d’art192.

  • 193 Voir supra, n. 137.
  • 194 E. G. Ètkind, « Историзм В. М. Жирмунского (1910-1920-е годы) », [L’historisme de V. M. Žirmunskij (...)

82En somme, Žirmunskij renverse la hiérarchie établie par les formalistes en remettant au centre la conception de la vie qui détermine les formes appelées à l’exprimer, synthèse harmonieuse et séduisante entre forme et contenu, et, en se référant à son premier ouvrage de 1914, il réaffirme de ce fait la continuité de sa pensée. C’est ainsi qu’on a l’impression que dès 1918, la messe est dite pour ce qui est de sa relation avec le formalisme, ce qui relativise d’autant les clichés persistants qui veulent le présenter comme un proche du mouvement193. Il est vrai que la seconde thèse de Žirmunskij est difficilement consultable, ce qui peut expliquer la persistance de ces approximations ; Efim Ètkind avait pourtant en son temps parfaitement perçu la pertinence de cet ouvrage en en faisant largement usage dans son article de 1992 consacré aux premières œuvres du savant194.

  • 195 Il fait paraître alors 3 ouvrages et 7 articles ou critiques.
  • 196 « Задачи поэтики », in Задачи и методы изучения искусств [Tâches et méthodes dans l’étude des arts] (...)
  • 197 « Поэзия Александра Блока », art. cit.
  • 198 « Поэзия Александра Блока », cité daprès V. M. Žirmunskij, Вопросы теории литературы, op. cit., p(...)
  • 199 О чешском стихе преимущественно в сопоставлении с русским, op. cit. ; cité daprès R. Jakobson, Sel (...)

83Žirmunskij continuera à exprimer ces désaccords même après son entrée en 1920 au GIII, même si c’est prudemment, à pas comptés ; témoigne de cette démarche une série de critiques qu’on trouve dans plusieurs textes publiés en 1922, année particulièrement féconde pour le jeune savant195 ; et, dès 1921, il avait fait republier ses « Tâches de la poétique », texte qui connaîtra sa version définitive en 1924196. On relève aussi qu’en cette même année 1921, il écrit « La poésie d’Aleksandr Blok »197 où il expose comment celui-ci, au moins autant sinon plus que le futuriste Majakovskij, a innové dans la technique poétique, dans la « décanonisation des normes poétiques anciennes et de la rime exacte », ce qui fait qu’entre les vers des deux poètes « les similitudes l’emportent sur les différences » ; et de conclure: « En cela Blok n’est pas du tout l’élève, mais bien plutôt le maître de Majakovskij. »198 ; bien évidemment, il s’agit pour Žirmunskij de minimiser l’apport du futurisme à la refondation du vers russe en privilégiant en ce rôle le symbolisme, alors que la démarche était exactement inverse chez les formalistes (on touche ici la pierre d’achoppement qui a servi à distinguer entre « formalistes de droite » et « formalistes de gauche ») ; Jakobson apprécia peu ce renversement de hiérarchie (« Tout cela est parfaitement faux. »199), et ce clivage se retrouvera dans d’autres écrits de Žirmunskij, l’opposant une fois de plus à Èjxenbaum.

84Après la parution de l’étude sur Blok, Èjxenbaum devait considérer que la rupture avec Žirmunskij était inévitable ; en témoigne une note datée du 8 janvier 1922 de son journal intime qui est conservé aux archives du CGALI :

  • 200 Cité daprès Ju. N. Tynjanov, Поэтика. История литературы. Кино [Poétique. Histoire de la littératu (...)

Je pense que nous allons pour de bon nous séparer de lui [de Žirmunskij] et il se pourrait bien que ce soit assez tôt. Je vais faire paraître un article dans Knižnyj ugol qui sera un pas décisif pour en finir avec lui200.

  • 201 « Поэтика Державина » [La poétique de Deržavin], Apollon, 8, 1916, p. 23-45.
  • 202 L. P. Jakubinskij, « По поводу книги В. М. Жирмунского “Композиция лирических стихотворений” » [À (...)
  • 203 Ju. N. Tynjanov, « Литературная мысль. Альманах II » [Literaturnaja mysl. Almanach II], Книга и ре (...)
  • 204 Žirmunskij, « Вокруг “Кавказского пленника” Пушкина: к столетней годовщине. 1822 » [Autour du Pris (...)
  • 205 Tynjanov, art. cit., p. 141.

85Effectivement, on devait trouver dans le numéro 8 de cette revue une attaque en règle contre Žirmunskij ; l’article d’Èjxenbaum intitulé « Méthodes et approches » (Metody i podxody) s’en prenait à l’étude consacrée à Blok en soulignant le manque de cohérence d’une méthode d’analyse écartelée entre la quête du « sentiment de la vie » (mirooščuščenie) et l’étude de la forme, ce à quoi s’ajoutaient les tendances à cataloguer les faits selon une sorte de critique invertébrée ; symboliquement, cet article figurait dans le numéro consacré au 5e anniversaire de l’Opojaz, célébré par l’article d’Èjxenbaum intitulé « 5=100 » comme pour mieux souligner que Žirmunskij n’avait plus sa place dans ce mouvement (à supposer qu’il l’ait jamais eue!). À vrai dire, c’est dès 1916 qu’Èjxenbaum avait relevé cette incompatibilité dans son étude consacrée à Deržavin201. Il y notait, à propos du Romantisme allemand, que la quête du fameux « sentiment de la vie » pouvait définir telle ou telle culture mais était inadapté à l’étude spécifique de l’art. Le même reproche sera par la suite formulé à propos du second ouvrage de Žirmunskij consacré au romantisme allemand en 1918. On ajoutera que ce même numéro de Knižnyj ugol comportait aussi un article où Jakubinskij critiquait la Composition des poésies lyriques202 ; par ailleurs, Tomaševskij s’en prenait lui aussi à Žirmunskij dans le no4 de Kniga i revoljucija pour 1922. Pour couronner le tout, Tynjanov fit paraître en 1923 un compte rendu203 où il égratignait l’article consacré par Žirmunskij à l’influence de Byron sur Puškin204) ; Tynjanov repérait d’autres influences que celles de Byron, par exemple celle du conte en vers français du xviiie siècle, et il mettait en doute la pertinence de cette nouvelle mouture de la « vieille question de l’“influence” de Byron sur Puškin »205. Tout cela suggère une attaque concertée, une sorte de chasse aux sorcières quelque peu sectaire.

86Tout cela cependant n’excluait pas des rencontres et de franches discussions ; c’est ainsi que le journal intime d’Èjxenbaum évoque une rencontre avec Aleksandr Aleksandrovič Smirnov chez Žirmunskij le 9 juillet 1922 ; Smirnov arrivait de Simferopol et leur exposa la communication intitulée « Introduction à la méthodologie de la science de la littérature » qu’il devait présenter dans le cadre du GIII dix jours plus tard ; le commentaire est dévastateur sous la plume d’Èjxenbaum, pour qui ce n’est que de la « philosophie de pacotille, provinciale, de mauvais ton, à laquelle on ne pouvait prêter attention qu’il y a dix ans de cela » ; lors de la discussion qui suit, Èjxenbaum s’oppose à Smirnov et Žirmunskij :

  • 206 Cité d’après Ju. N. Tynjanov, Поэтика. История литературы. Кино..., op. cit., p. 454. Le texte de S (...)

Ils insistent pour que l’on tienne compte des présupposés philosophiques. Et moi de rétorquer qu’il est indispensable et aussi fécond de tenir compte des présupposés méthodologiques. De là à la philosophie, dans le sens exact du mot, il y a un grand pas. La science concrète ne peut être issue directement de la philosophie206.

  • 207 Žirmunskij, « Мелодика стиха : по поводу книги Б. М. Эйхенбаума Мелодика стиха, Petrograd, 1922 » (...)
  • 208 Èjxenbaum, Мелодика русского лирического стиха, Petrograd, Opojaz, 1922 (Сборники по теории поэтиче (...)
  • 209 209 Èjxenbaum, dans ses souvenirs, rapporte avoir soumis à Šaxmatov son texte, « bâti sur les fonde (...)

87Dès lors, on voit Žirmunskij s’engager ouvertement dans la polémique ; son article intitulé « La mélodie du vers », daté de 1922207 voulait être une réponse à l’ouvrage la Mélodie du vers lyrique qu’Èjxenbaum venait de publier208 en lui permettant d’exposer ses propres conceptions sur l’analyse des textes poétiques. Dans ce texte au ton mesuré, il rend hommage à un travail qui, pour la première fois en Russie, traite de l’art poétique pour lui-même, en tant qu’art, par le biais d’une thématique inédite, celle des courbes intonatives, c’est-à-dire la mélodie (approche déjà largement pratiquée en Allemagne, ce que reconnaissait du reste Èjxenbaum209) ; autre mérite de l’ouvrage, c’est qu’il confirme la succession cyclique des écoles poétiques en Russie : au classicisme sous influence française du xviiie siècle (et qui trouve son couronnement avec Puškin) va succéder le romantisme des poésies de Žukovskij, Fet, Aleksej Tolstoj, Vladimir Solov′ev, nourri de modèles germaniques, et qui va culminer avec le néoromantisme (le symbolisme), avant que n’entre en scène l’acméisme que l’on peut considérer comme un néoclassicisme. Mais, même s’il admet la validité de certains points de détail, Žirmunskij exprime son désaccord avec la théorie d’ensemble :

  • 210 Žirmunskij, « Мелодика стиха », art. cit., in id., Поэтика русской поэзии..., op. cit., p. 112.

Toute la partie théorique d’ensemble de sa construction [...] me paraît non seulement discutable, mais d’un certain point de vue propre à obscurcir des observations justes, intéressantes et nouvelles sur des faits historiques particuliers210.

  • 211 E. Sievers, Rhytmisch-melodische Studien : Vorträge und Aufsätze, Heidelberg, Winter, 1912. Cette t (...)
  • 212 Žirmunskij, « Мелодика стиха », art. cit., in id., Поэтика русской поэзии..., p. 64. On sait que l (...)
  • 213 Ibid., p. 154.
  • 214 Ibid., p. 144.

88La thèse principale d’Èjxenbaum postulait que c’est le rythme, la syntaxe qui créent la mélodie du vers, d’une manière quelque peu mécanique, tout à l’opposé des conceptions d’Eduard Sievers et de son école qui privilégiaient le facteur acoustique (dans le couple auteur-lecteur) pour leurs analyses de la mélodie (intonation) des textes poétiques211; Žirmunskij, pour qui Sievers est « le plus compétent des linguistes allemands d’aujourd’hui212 », soutient au contraire que c’est le sens qui crée la mélodie, un même rythme pouvant se retrouver dans des poésies à la mélodie différente ; et de rappeler qu’ « il n’y a que l’unité des procédés stylistiques et avant tout le sens du poème, son ton émotionnel particulier, qui déterminent le caractère mélodieux du vers213. » Il va même jusqu’à poser l’adéquation entre la langue du poète, sa vision du monde et ses convictions philosophiques, déclarant que dans les variations rythmiques joue un rôle déterminant « la coloration sémantique de l’ensemble du poème214 ».

  • 215 Ibid., p. 335-336, n. 1.
  • 216 O. Val′cel′, Импрессионнизм и экспрессионизм в современной Германии (1890-1920), Petrograd, Acade (...)
  • 217 Проблема формы в поэзии, Petrograd, Academia, 1923 (Édition originale : Die künstlerische Form des (...)
  • 218 « К вопросу о формальном методе », in : Valcel′ [Walzel], Проблема формы в поэзии, op. cit., p. 5- (...)

89Il faudrait aussi ajouter que Žirmunskij critiquait au passage d’autres points théoriques des formalistes, comme le concept de « dominante » chez Èjxenbaum ou le rapprochement de Tjutčev avec les archaïstes dans les écrits de Tynjanov215. Cependant, ses critiques ne se limitent pas à la Mélodie du vers d’Èjxenbaum puisqu’on en retrouve l’essentiel dans deux autres textes de la même période ; il s’agit des introductions à la traduction de deux textes significatifs de Walzel, Impressionnisme et expressionisme dans l’Allemagne contemporaine (1890-1920)216, paru en 1922, et le Problème de la forme en poésie publié l’année suivante217 ; les introductions qu’il écrit pour ces deux volumes ne se contentent pas de présenter le savant allemand au public russe, il s’agit en effet là, une fois de plus, de marquer sa différence avec les formalistes, ce qui est particulièrement évident dans la seconde introduction intitulée « Sur la question de la méthode formelle218 ».

  • 219 Voir A. Dmitriev, « Le contexte européen (français et allemand) dans le formalisme russe », Cahiers (...)
  • 220 Cité d’après B. Èjxenbaum, О литературе..., op. cit., 1987, p. 511.

90On y voit Žirmunskij relativiser la prétention à la nouveauté et à l’exclusivité des formalistes en montrant que leur démarche s’inscrit dans un vaste mouvement de remise à plat de la théorie littéraire en Europe et en Allemagne en particulier, ce en quoi, d’ailleurs, il est d’accord, comme sur d’autres points avec l’aile formaliste de Moscou, ce qui avait le don d’exaspérer Èjxenbaum219 ; ce dernier en vint même, surtout après la publication du recueil des théoriciens germaniques de la forme, et non sans outrecuidance, à prétendre que c’étaient ceux-ci qui s’inspiraient des formalistes russes, et non l’inverse! Il réfutait donc l’argumentation de Žirmunskij, notant sur les pages de son journal intime pour janvier-février 1925, alors qu’il lisait les philologues allemands : « Quelle étrange impression, comme si les Allemands avaient pris du retard sur nous. Ils se débattent avec des problèmes dépassés, inutiles. » (13 janvier) ; « Comme tout est différent chez eux ! Le “courant esthétique” (Walzel, Strich, Gundolf), c’est quelque chose par quoi nous sommes déjà passés. » (6 février)220 Par ailleurs, Èjxenbaum, comme l’« aile gauche » du formalisme, valorisait le futurisme, alors que l’« aile droite », ou « formalisme universitaire » (qui incluait Žirmunskij) mettait en avant l’école acméiste.

91Pour le reste, Žirmunskij formulait à l’encontre des formalistes les mêmes reproches récurrents comme leur sectarisme, leur dogmatisme :

  • 221 Žirmunskij, « Предисловие », Проблемы литературной формы..., op. cit., p. iv.

[...] Ici encore la méthode comparative est le meilleur antidote à l’étroitesse de vue et à la vision exclusive (odnostoronnost) dans la méthodologie du dogmatisme221.

92Il critiquait aussi le fait qu’ils réduisaient l’objet de la science de la littérature à la seule quête de la « littérarité » et des procédés qu’ils se contentaient d’empiler les uns sur les autres sans vision systémique. Enfin, pour rendre compte de la succession des formes, il préférait la méthode évolutive au mutationnisme, un peu mystérieux, des formalistes qui postulaient des changements brusques dans l’évolution. En somme, le formalisme en venait pour lui à n’être, au-delà de son apparente nouveauté, qu’une résurgence du vieux positivisme si honni. Au contraire, Žirmunskij entendait bien assujettir la forme à l’étude des contenus.

93Du reste, Èjxenbaum avait pertinemment analysé le fond de ces désaccords dans une lettre qu’il adresse à Žirmunskij dès le 19 octobre 1921 et qui mérite d’être citée :

  • 222 Dmitrij Konstantinovič Petrov, hispaniste de l’université de Saint-Pétersbourg, dirige le Cercle (...)
  • 223 Žirmunskaja, Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit., p. 313-314.

Il me paraît que nous parlons de choses quelque peu différentes. Une chose est l’étude de la forme, et une autre est la méthode formelle en tant que principe. Bien sûr, il y a longtemps que nous étudions la forme, indépendamment de l’Opojaz. Bien sûr, il y a eu Veselovskij et même Petrov222. C’est tout le département des études romanes et germaniques qui nous a enseigné l’art d’aborder les problèmes de la forme, sans parler de toute l’immense littérature scientifique que nous étudions. Mais, Vitja, il s’agit de toute autre chose ! Derrière cela, il y a toujours eu la conscience que ce n’était que la forme externe derrière laquelle il y a autre chose et c’est précisément de cela qu’il faut parler en fin de compte. Cette prise de conscience entravait mon travail, le déstabilisait.
À partir du moment où je me suis rapproché de l’Opojaz, je me suis mis à envisager différemment le concept même de “forme”. Apparurent des problèmes et des concepts radicalement nouveaux, une manière nouvelle d’envisager leur relation. Et c’est à ce moment-là que nous avons commencé à nous éloigner l’un de l’autre. [...]
Il ne fait pour moi aucun doute que l’Opojaz et en particulier Šklovskij ont joué un très grand rôle dans ton travail scientifique. Et pourtant, tu n’as ressenti en celui-ci aucune rupture et c’est précisément là-dessus que nous nous sommes séparés. Tu t’es contenté de prendre, d’assimiler différentes choses en les intégrant à ce que tu faisais et pensais auparavant. Et voilà le pourquoi de ton opposition, ton désir de préserver ton passé, ton indépendance, tout ce qui en toi m’effraie et m’irrite d’une certaine manière
223.

94À vrai dire, la rupture couvait déjà depuis longtemps. C’est ce que suggère une lettre de l’épouse d’Èjxenbaum, Raja Borisovna (1890-1946) adressée à Žirmunskij et datée de fin octobre 1921 où celle-ci s’efforce d’arrondir les angles après une dispute théorique qui a dû être pour le moins virulente ; elle évoque ce faisant des points de friction encore plus anciens :

  • 224 Ibid., p. 317.

Vos divergences, si notoires, ont commencé à se manifester dès l’année dernière, sans que je m’y attende 224

95Et d’ajouter qu’à l’été de cette même année, elle a entendu son mari déclarer :

  • 225 Ibid.

Oui, l’exposé de Kuljabko est le meilleur exemple qui soit pour démontrer qu’il ne faut pas travailler comme le fait et l’enseigne Vitja225.

  • 226 Ibid., p. 318.
  • 227 Cette accusation est récurrente chez les formalistes (voir le manifeste de Tynjanov et Jakobson de (...)
  • 228 Voir Èjxenbaum, « Литература и литературный быт » [La littérature et la vie littéraire], На литера (...)

96Il semble qu’il y ait eu par la suite une explication brutale avec Èjxenbaum, gardien vigilant des Tables de la Loi formalistes, non dénué de « fanatisme »226, et qui sentait bien, comme nous l’avons vu, que son ami répugnait à s’engager franchement à ses côtés en s’enfermant dans des compromis jugés intenables, d’où l’accusation récurrente chez Èjxenbaum d’« éclectisme »227. C’était la fin d’un lien affectif très marqué, quand Èjxenbaum terminait ses lettres par la formule « je t’embrasse bien fort », et quand les échanges intellectuels entre tous les deux étaient extraordinairement riches. Žirmunskij affichera ensuite une attitude franchement critique vis-à-vis d’Èjxenbaum, comme dans son introduction à la traduction de la Soziologie des literarischen Geschmacks de Levin Ludwig Schücking en 1928 où il affirme que, comparé aux écrits d’Èjxenbaum consacrés au même thème228 :

  • 229 Žirmunskij, « Вступительные замечания » [Remarques préliminaires], in: L. Šjukking, op. cit., p. 11

Le cercle des intérêts sociologiques de Schücking est bien plus large, cependant que son choix d’objet d’étude est réglé par un système de références méthodologique rigoureusement pensé et fondé : les questions de la condition professionnelle de l’écrivain229.

  • 230 R .O. Šor, « Формальный метод на Западе » [La méthode formelle en Occident], in : M. A. Petrovskij (...)
  • 231 Žirmunskij, « Formprobleme in der russischen Literaturwissenschaft », Zeitschrift für slavische Phi (...)
  • 232 Une lettre de Žirmunskij à Èjxenbaum de juin 1923 laisse supposer désormais des relations purement (...)
  • 233 Avec par exemple son Байрон и Пушкин : из истории романтической поэмы [Byron et Puškin : pages d’ (...)
  • 234 Une tentative pour créer des éditions propres au Cercle échoua effectivement en 1922 (voir C. Depre (...)
  • 235 Вопросы поэтики, vyp. 3, Рифма, ее история и теория..., op. cit., 1923.
  • 236 « Новейшие течения историко-литературной мысли в Германии », art. cit.
  • 237 « Проблема формы в германском эпосе», [Le problème de la forme dans l’épopée germanique], Поэтика. (...)

97C’est ainsi que jusque sur le nouveau terrain d’étude abordé par les formalistes, celui de la sociologie du fait et de la vie littéraires, Žirmunskij tient une fois de plus à relativiser la nouveauté de leur approche (comme quoi, une fois de plus, ils n’auraient rien inventé !) ; cette critique devait être courante à cette époque, comme en témoigne Rozalija Šor, elle aussi germaniste, en 1927230. Quoi qu’il en soit, la présentation des travaux d’Èjxenbaum dans le tableau de l’école formelle esquissé par Žirmunskij dans la Zeitschrift für slavische Philologie en 1925231 est on ne peut plus neutre et impartiale. Les deux ex-amis ne devaient renouer des relations apaisées qu’en 1946 (à l’occasion du décès de l’épouse d’Èjxenbaum), puis lors de la campagne contre le cosmopolitisme et la « bande de Veselovskij » (veselovščina) dont ils furent tous les deux victimes en avril 1949. Le mouvement fut très certainement fragilisé par cette mésentente, cependant que les deux protagonistes perdaient le bénéfice de leurs échanges privilégiés. Néanmoins, Žirmunskij, doué d’un grand sens de l’organisation, continua à assumer avec efficacité la direction de la Faculté de littérature au GIII jusqu’à la fermeture de ce dernier en 1930, sans que nous sachions précisément comment se passa la cohabitation en son sein232. En même temps, Žirmunskij continua de publier jusqu’en 1928 dans les éditions du GIII ainsi que dans leur filiale Academia, rattachée après 1922233 à l’Institut qu’il dirigeait par ailleurs avec efficacité, jouant ainsi un rôle de premier plan dans la diffusion des idées de l’Opojaz (alors que les thèses des formalistes regroupés autour du Cercle linguistique de Moscou sont restées beaucoup plus confidentielles, faute d’arriver à un accord sur un projet d’éditions communes234) ; Žirmunskij dirigeait aussi les séries de Poètika, publiées de 1927 à 1929, ainsi que celles des Voprosy poètiki qui paraissaient dans le même cadre (parmi les 11 titres publiés, tous sont consacrés aux formalistes ; on y trouve son ouvrage la Rime, son histoire et sa théorie235) ; c’est aussi aux éditions Academia qu’il publie en 1927 sa contribution sur la science de la littérature en Allemagne236, suivie d’une autre en 1928 consacrée au problème de la forme dans l’épopée germanique237. Un autre aspect, beaucoup moins connu, de l’activité de Žirmunskij au GIII et à l’Université, en plus de ses cours et séminaires, fut l’aide et les encouragements généreusement prodigués aux jeunes chercheurs qu’il formait.

  • 238 Voir D. V. Ustinov, in : E. Etkind et alii, (eds.), Histoire de la littérature russe. Le XXe siècle (...)

98En bénéficia par exemple Grigorij Aleksandrovič Gukovskij (1902-1950), destiné à devenir l’un de ses futurs collègues238. S’y ajoutait un goût pour le travail d’équipe bien propre à susciter l’émulation autour de lui :

  • 239 Desnickaja, Lixačev, « Виктор Максимович Жирмунский », art. cit., p. 233.

Il était habitué à partager ses idées, ses hypothèses, les résultats de ses recherches avant même que ceux-ci ne soient publiés. Il prenait toujours conseil des amis partageant les mêmes spécialités, exposait les recherches qu’il n’avait pas encore menées à bien afin de mettre à l’épreuve les résultats obtenus. Il faisait preuve au plus haut point de sociabilité239.

  • 240 Èjxenbaum, « Как сделана Шинель Гоголя », Поэтика, Petrograd, 1919, p. 151-165 ; Viktor Šklovskij, (...)
  • 241 Voir V. Erlich, op. cit., p. 95.

99Pour revenir aux relations avec le groupe formaliste, force est de constater que dans la seconde moitié des années 1920, ils s’éloignèrent encore un peu plus de Žirmunskij en élargissant le champ de leurs recherches ; c’est alors, en effet, qu’ils s’intéressent de plus en plus aux problèmes de la prose artistique et de la composition des œuvres littéraires240, ce qui est un tournant dans leur réflexion, alors qu’ils avaient dans la première étape des années 1916-1920 privilégié la poésie et son matériau phonique ; par contre, pour Žirmunskij, la poésie demeurera toujours au premier plan de ses préoccupations ; il aurait d’ailleurs affirmé, d’une manière quelque peu péremptoire que, dans des genres prosaïques tels que le roman, le matériel verbal était esthétiquement « neutre241 ».

2.4. Žirmunskij et le formalisme moscovite

  • 242 La thèse intitulée L’influence russe sur les dialectes des colonies allemandes des provinces de Sa (...)

100Le moment est venu de se poser la question des rapports entre Žirmunskij et le groupe des philologues « formalistes » de Moscou rassemblés autour du MLK [Moskovskij lingvističeskij kružok, Cercle linguistique de Moscou] jusqu’à sa dissolution en 1924, en se spécialisant dans l’étude de la langue poétique à compter de 1919 alors que sa vocation première était la dialectologie ; il semble que ce soit en 1917 que Žirmunskij ait adhéré plus ou moins officiellement au Cercle, suite à sa participation au jury de la thèse que Georg Dinges (1891-1932), membre du Cercle depuis les débuts en 1914, soutint en 1917 à l’université de Moscou242 (le jury était présidé par Jan Viktor Porzeziński, 1870-1929, qui participait également aux activités du MLK) ; Žirmunskij devait retrouver ensuite Dinges à l’université de Saratov en 1917-1918 et c’est certainement Dinges qui l’a initié à la problématique des îlots germanophones dans l’espace russe et qui l’a mis en contact avec les dialectologues allemands du groupe de Marburg (Deutscher Sprachatlas).

  • 243 Voir C. Depretto, « La question du formalisme moscovite », in id., le Formalisme en Russie..., op.  (...)
  • 244 Государственная академия художественных наук [Académie nationale des sciences artistiques], institu (...)
  • 245 Jakobson, О чешском стихе преимущественно в сопоставлении с русским..., op. cit., n. 144.
  • 246 Id., « Московский лингвистический кружок » [Le Cercle linguistique de Moscou], Philologica, 1996 (...)
  • 247 Il y a plusieurs références à Žirmunskij dans les textes de Jakobson ; les deux savants se retrouve (...)

101On sait que Jakobson présida aux destinées du MLK de 1914 à 1919, avant de partir en Tchécoslovaquie, via Revel (Tallin) en février 1920 ; Jakobson était également membre de l’Opojaz cependant que Žirmunskij participait, comme la plupart de ses membres, aux activités du MLK243 ; on sait par exemple qu’il fit un exposé sur Puškin et Brjusov à Moscou en décembre 1920 et qu’il a dû participer aux activités du GAXN, le pendant moscovite du GIII244 ; cette sorte de symbiose entre les deux groupes devait se prolonger jusqu’en 1922. En témoigne, entre autres, l’édition conjointe du texte de Jakobson consacré au vers tchèque par l’Opojaz et le MLK en 1923, dans les Recueils de théorie de la langue poétique (que dirigeait Žirmunskij)245 ; Jakobson évoque une séance du MLK en 1923 consacrée aux méthodes d’analyse de la langue poétique, ouverte par Pasternak et Mandelštam ; des membres de l’Opojaz étaient venus y participer et sont cités parmi eux Tynjanov, Šklovskij et Žirmunskij246. Celui-ci et Jakobson ne pouvaient bien sûr ignorer leurs écrits respectifs247, sans que l’on puisse affirmer cependant qu’ils aient entretenu des relations personnelles.

  • 248 Jakobson, Новейшая русская поэзия..., op. cit.
  • 249 In Начала, 1, 1921 p. 213-215.

102En tout cas, quand La nouvelle poésie russe parut à Prague en 1921248, Žirmunskij lui consacra aussitôt un compte rendu critique249, tout comme Šklovskij et Èjxenbaum ; comme ceux-ci, il y contestait Jakobson qui soutenait la primauté de la linguistique par rapport à l’étude purement littéraire, considérait la poétique comme une discipline linguistique, et allait jusqu’à affirmer de manière péremptoire et provocatrice :

  • 250 Jakobson, Новейшая русская поэзия..., op. cit., cité daprès id., Paris, Seuil, 1977, p. 13 (trad. (...)

Cependant, même aujourd’hui, la science ne se préoccupe que des poètes morts, et si elle touche sporadiquement aux vivants, ce ne sont que les éteints, ceux qui ont déjà gagné à la loterie littéraire. Ce qui est devenu truisme dans la science du langage quotidien reste hérésie dans celle du langage poétique, qui, de manière générale, s’est maintenue jusqu’à présent à l’arrière-garde de la linguistique250.

103Jakobson considérait de fait que la poésie n’était que la langue prise dans sa fonction esthétique. Cette orientation se trouvait soulignée par l’usage dans le Cercle de Moscou de périphrases telles que « linguistique poétique » (poètičeskoe jazykoznanie), « dialectologie poétique » (poètičeskaja dialektologija), « fonctions poétiques » (poètičeskie funkcii)...

  • 251 Žirmunskij, Композиция лирических стихотворений, [La composition des poésies lyriques], Petrograd, (...)

104S’il y avait divergence sur le rapport entre littérature et linguistique, les positions de Žirmunskij et des théoriciens de la littérature du MLK étaient par contre assez proches en ce qui concerne la fonctionnalité du langage ; dans son étude de 1921 intitulée la Composition des œuvres poétiques251, Žirmunskij le relevait déjà :

  • 252 Ibid., cité d’après id., Теория стиха..., op. cit., p. 627.

L’examen des formes linguistiques du point de vue de leurs fonctions est particulièrement mis en avant par les jeunes savants du “Cercle linguistique de Moscou”252.

105Jakubinskij, dans son compte rendu critique de ce même ouvrage, devait, lui aussi, souligner cette proximité :

  • 253 L. P. Jakubinskij, « По поводу книги В. М. Жирмунского “Композиция лирических стихотворений” » [À (...)

Les termes de “pratique” et “poétique” (en parlant de la langue) ont également été adoptés en poétique ; le cercle linguistique de Moscou s’est mis à privilégier le côté téléologique interne, c’est-à-dire “la prise en compte des formes linguistiques du point de vue de leurs fonctions” (selon V. M. Žirmunskij [...])253.

106Et Jakubinskij d’insister encore sur cette proximité dans « Sur la parole dialogale » paru en 1923 :

  • 254 Id., « О диалогической речи », Русская речь, 1, 1923, p. 111.

On peut se faire une idée des distinctions introduites en ce domaine par le Cercle de Moscou d’après l’ouvrage de Jakobson la Poésie russe nouvelle et le travail de Žirmunskij intitulé la Composition des poésies lyriques (Petrograd, 1921)254.

  • 255 On relèvera que Jarxo était germaniste de formation comme Žirmunskij, ce qui ne pouvait que les ra (...)

107Dans l’opposition entre l’Opojaz, qui tenait pour l’autonomie de la science de la littérature, et le Cercle linguistique de Moscou, qui, dans sa phase initiale, à la suite de Jakobson, privilégiait une approche avant tout linguistique de la littérature, quitte à insister par la suite sur la nécessité de tenir également compte de la dimension sociologique et philosophique des textes artistiques (voir l’évolution des positions de Boris Isaakovič Jarxo 1889-1942255 et Grigorij Osipovič Vinokur 1896-1947, les deux figures de proue du Cercle), Žirmunskij ne semble pas avoir franchement pris parti ; par contre, Vinogradov, Polivanov, Jakubinskij et Bernštejn penchaient du côté de Jakobson, du fait peut-être de leur profil linguistique commun. Dans tous les cas, par opposition au groupe de Petrograd, Žirmunskij ne pouvait que se sentir intellectuellement plus proche de la plupart des formalistes moscovites que caractérisait ainsi Catherine Depretto :

  • 256 Depretto, le Formalisme en Russie..., op. cit., p. 16.

Ils seraient restés, Boris Jarxo en particulier, plus attachés à la tradition philologique d’ancien régime, cherchant eux aussi à renouveler la discipline, mais sans idée de rupture. Attachés à une pratique individuelle de la recherche, ils auraient maintenu ses exigences de neutralité axiologique, d’érudition, de scientificité256.

  • 257 B. I. Jarxo, M. A. Petrovskij (eds.), Ars poetica : сборник статей [Ars poetica : recueil darticl (...)
  • 258 Voir D. N. Ustinov, « В. М. Жирмунский и Г. А. Гуковский » [V. M. Žirmunskij et G. A. Gukovskij], (...)
  • 259 Dmitriev, « Le contexte européen (français et allemand) dans le formalisme russe », art. cit., p. 4 (...)
  • 260 Depretto, « La question du formalisme moscovite », art. cit., p. 169.

108Soit dit en passant, c’est d’ailleurs certainement cet individualisme qui a entraîné l’échec des projets d’éditions propres avec un organe officiel (si l’on met à part les deux volumes d’Ars poetica de 1927 et 1928, publiés dans le cadre du GAXN257). On comprend dès lors que les Moscovites, pour qui les travaux de l’Opojaz « n’avaient aucune des caractéristiques d’une recherche savante et érudite »258, ce qui les amena à pratiquement ignorer ceux-ci à partir du début des années 1920, aient visiblement apprécié les travaux de Žirmunskij. Et on eut tôt fait, au sein de l’Opojaz, de classer celui-ci avec les Moscovites dans le groupe des formalistes « de droite » sous l’étiquette d’ « éclectisme académique »259 D’ailleurs, ceux des Moscovites qui se réclamaient de Husserl, de Špet et des acméistes en poésie (par opposition à l’autre groupe marxiste, d’où le nom de « formenno-filosofskaja skola », « école philosophique de la forme »), c’est-à-dire les « dissidents » liés à la revue dactylographiée Hermès, ainsi que les participants aux recueils d’Ars poética avaient « une attitude relativement bienveillante à l’égard de V. M. Žirmunskij auquel ils remettent un exemplaire de leur revue260 ».

  • 261 Tynjanov, Проблемы стихотворного языка, Leningrad, Academia, 1924.

109Cela contrastait avec l’évolution des relations entre les deux groupes formalistes de Petrograd et Moscou ; après une phase initiale d’étroite collaboration, il y eut en effet une quasi rupture après 1922 entre ces deux groupes qui, désormais, s’ignorèrent ; Jarxo, qui voulait faire de la science littéraire une science exacte, basée sur l’étude quantitative de la poésie, critiqua durement l’ouvrage de Jurij Tynjanov Problèmes de la langue du vers paru en 1924261. Il est d’ailleurs symptomatique que la rupture au sein de l’Opojaz entre une aile « droite » et une aile « gauche » ait lieu en cette même année 1924. On trouvera des échos de la rupture entre les deux centres du formalisme par la suite dans le journal intime d’Èjxenbaum à la date du 22 mars 1927 :

  • 262 Cité d’après trad. fr. in A. Dmitriev, « Le contexte européen (français et allemand) du formalisme  (...)

J’ai tâté aujourd’hui de la science moscovite. Moscou nous attaque : le recueil Xudožesvennaja forma, le recueil Ars poetica. Mais comme tout cela est pitoyable, pauvre, prétentieux, suffisant ! Les références renvoient presque exclusivement à la science allemande, aux théoriciens moscovites qui ne reconnaissent que Špet... et les Allemands. Ils n’ont pour nous que mépris, qu’ironie, comme si nous étions des enfants ! Quel toupet ! Pas une seule référence à Šklovskij, à Tynjanov, à moi. Une fois ou deux, on voit passer Žirmunskij, lui on peut, puisqu’il est “doktor”. Alors qu’ils ont tout raflé chez nous, ces malotrus ! Alors qu’ils n’ont rien pour eux si ce n’est leur manière et une “érudition” dont personne n’a que faire262.

3. Byron et Puškin

  • 263 Байрон и Пушкин...
  • 264 « Байронизм Пушкина как историко-литературная проблема » [Le byronisme de Puškin comme problème d (...)
  • 265 « Вокруг “Кавказского пленника” Пушкина : К столетней годовщине. 1822 », Литературная жизнь : Альм (...)
  • 266 Žirmunskij, « Жизнь и творчество Байрона » [La vie et l’œuvre de Byron], in D. G. Bajron, Драмы [D (...)
  • 267 Id., « Предисловие » , in id., p. 209-211.

110C’est en 1924 que Žirmunskij publie sa thèse doctorale sous le titre de Byron et Puškin: pages d’histoire du Poème romantique263. De fait, il avait déjà consacré à cet auteur plusieurs travaux préparatoires, comme, en 1922, « Le byronisme de Puškin en tant que problème historique et littéraire »264, suivi l’année suivante par « Autour du Prisonnier du Caucase de Puškin : pour son centième anniversaire. 1822265 ». Il devait aussi participer à la publication des drames de Byron en 1922 aux éditions « Vsemirnaja literatura » dans la traduction de l’écrivain Ivan Alekseevič Bunin et de N. A. Brjanskij ; Žirmunskij y était chargé de présenter la vie et l’œuvre de l’écrivain266 et d’écrire une préface à Sardanapale267. Comme nous l’avons déjà rappelé, il avait aussi consacré certains de ses cours à Byron après sa nomination à l’université de Petrograd en 1915 et avait présenté la première partie de son travail de thèse (consacrée aux œuvres lyriques de jeunesse et à leurs traditions) à la Société néophilologique en avril 1919 ; il avait également posé le problème des liens de Puškin avec le classicisme du xviiie siècle dans un exposé consacré aux ballades de Brjusov et aux Nuits égyptiennes et présenté au séminaire sur Puškin de Vengerov au printemps 1917 ; suivirent les problèmes de composition et de style des poésies de Byron au même séminaire (le dernier à avoir pu se tenir !) à la même époque. On peut d’ailleurs s’interroger sur le rôle qu’a pu jouer ce séminaire, aux discussions duquel participait assidûment Žirmunskij, sur la conception de l’ouvrage.

111Mais qu’a voulu exposer Žirmunskij dans cet opus magnum de plus de 350 pages dont la publication coïncidait avec le centenaire de la disparition de Byron ? Il s’en explique en introduction en soulignant qu’il va s’attacher à analyser l’influence de l’œuvre poétique de Byron sur celle de Puškin en écartant les deux approches qui, jusqu’alors, avaient régné exclusivement dans la critique depuis plus d’un siècle :

  • 268 Žirmunskij, Байрон и Пушкин..., op. cit., 1978, p. 21.

I. L’influence de la personnalité et de la poésie de Byron sur la personnalité de Puškin. II. L’influence des idées contenues dans la poésie byronienne sur le monde des idées de la poésie de Puškin268.

  • 269 Ibid., p. 21.
  • 270 Ibid., p. 23.

112La troisième approche est celle de « l’action artistique exercée par la poésie de Byron sur celle de Puškin269 ». Selon Žirmunskij, c’est là que réside l’influence littéraire et, pour lui, cette approche est « la seule qui soit productive du point de vue de la méthode270 ». Cette approche, qui n’est pas sans rappeler les exigences de littérarité des formalistes russes, est mise en parallèle, pour mieux en faire appréhender l’originalité, avec l’étude de la peinture italienne du Rinascimento où l’essentiel est l’analyse de l’œuvre d’art qui permettra de définir les écoles et la part d’originalité de l’élève par rapport au maître. C’est un clin d’œil, bien sûr, adressé aux théoriciens allemands de l’art qui se réclament de Wölfflin.

113Žirmunskij commence par souligner que, bien que l’on ait abondamment écrit sur Byron, que ce soit en Europe ou en Russie, le problème du byronisme en tant que phénomène littéraire n’a pas encore été pleinement abordé :

  • 271 Ibid., p. 14.

[...] pour notre science de l’histoire de la littérature demeure comme auparavant un problème qui n’est toujours pas résolu : étudier les caractéristiques de Byron en tant que maître de la langue, mettre en évidence sa place dans l’évolution littéraire de son temps, son lien avec les traditions de la littérature anglaise, l’influence qu’il a exercée sur les courants du romantisme européen271.

114C’est le même diagnostic que formulait Vladimir Peretc :

  • 272 V. Peretz, « В. Жирмунский. Байрон и Пушкин : из истории романтической поэмы. Петерсбург. Peters (...)

Il est question de l’influence de Byron sur les poètes russes du début du XIXe siècle dans presque tout manuel russe d’histoire de la littérature ; mais en quoi consistait cette influence, quelle valeur artistique lui attribuer, quel rôle a-t-elle pu jouer dans la création de Puškin ainsi que dans celle de poètes contemporains moins significatifs et de la génération qui a suivi, voilà une question qui n’a jusqu’à aujourd’hui été résolue que de façon “générale” et “approximative”272.

115Effectivement, jusqu’alors, dans les études littéraires russes, on n’avait envisagé que le héros byronien, sa destinée et ses transformations dans l’œuvre de Puškin ; pour la première fois, avec Žirmunskij, on s’attachait aux procédés formels :

  • 273 M. Gorlin, « Les études pouchkiniennes (1917-1937) », Revue de littérature comparée, 1, 1937, p. 21 (...)

On constate que Pouchkine a emprunté au poète anglais non seulement son héros, mais aussi sa structure poétique. Au poème classique, tel que la Russie l’avait connu avec un développement clair et bien cadré, un genre différent se substitue désormais : les divisions manquent, l’action, au lieu de se dérouler régulièrement, n’est indiquée qu’à ses points culminants, de sorte que l’ensemble se présente comme une suite d’épisodes273.

  • 274 Au passage, on notera que Žirmunskij réfute définitivement l’influence possible de Chateaubriand qu (...)
  • 275 A. Mazon, « Byron et Pouchkine (à propos d’un livre de V. Žirmunskij), Leningrad, Academia, 1924 », (...)
  • 276 Žirmunskij, Байрон и Пушкин..., op. cit., p. 180-199.

116Ce que se propose Žirmunskij, c’est donc d’abord, pour chaque thème, de définir les traits caractéristiques des Poèmes lyriques de Byron, aussi bien dans le style que dans la thématique, avant de vérifier à chaque fois, dans un second temps, si on les retrouve dans les Poèmes dits « du Sud », ou « byroniens », ou encore « de jeunesse » de Puškin qu’il avait composés lors de son exil en Bessarabie de 1820 à 1823 : le Prisonnier du Caucase, les Frères brigands, Vadim, la Fontaine de Bakhtchissaraï, les Tsiganes. Un bon exemple de cette démarche nous est fourni par la figure de l’héroïne que l’on compare chez l’un et l’autre auteur dans le chapitre IV avec minutie et précision. Žirmunskij montre que, s’il y a imitation, ou plutôt « influence », terme qu’il préfère, cela demeure dans certaines limites. Les thèmes se retrouvent en effet, à l’époque considérée, dans toute la littérature romantique européenne, que ce soit chez Schiller, Walter Scott, le Goethe première manière, Thomas Moore, voire même dans le Jean Sbogar de Charles Nodier274 ; par contre, la manière de Byron a visiblement inspiré plus spécifiquement Puškin. André Mazon relevait là, en ce qui concerne la composition, les silences ou demi-silences (nedoskazannost), les coupures brusques marquées par des lignes de points, ou encore l’autonomie des strophes275. Cependant, le chapitre V intitulé « Deux styles276 » montre là encore les limites de cette influence de Byron, battue en brèche par l’héritage du classicisme russe qu’inspirait le xviiie siècle français (voir Parny et d’autres) :

  • 277 Ibid., p. 199.

Si, sur le plan des idées de ses “Poèmes byroniens”, on a pu noter plus d’une fois l’“éclipse” du héros individualiste au nom des valeurs de la vie objectives et absolues, sur celui du projet poétique se manifeste une tendance similaire pour surmonter l’élément romantique du byronisme : l’abandon de l’enfermement subjectif du romantisme à la fois expressif et émotionnel au profit du monde objectif, concret et pittoresque, artistiquement accompli de l’art classique277.

117Žirmunskij insiste sur le fait que chez Puškin les descriptions se font précises, objectives, tandis que le héros a un rôle plus limité et n’écrase pas les autres personnages. Michel Gorlin définissait parfaitement cette opposition :

  • 278 Gorlin, art. cit., p. 216.

C’est que, malgré le fait d’imitation, Byron et Pouchkine restent deux natures diamétralement opposées : l’un romantique et subjectif, l’autre classique et objectif278.

118On peut être tenté ici de penser à l’opposition parallèle qu’établissait Žirmunskij entre la poésie symboliste et l’acméisme, l’une royaume de la musique, du rêve et du subjectivisme, l’autre prenant appui sur les arts visuels, la rigueur et l’objectivité. En même temps, Žirmunskij prenait clairement appui sur les analyses des « formalistes » allemands qui continuaient de le fasciner pour opposer le romantique Byron et le classique Puškin :

  • 279 Žirmunskij, Байрон и Пушкин..., op. cit., p. 415.

L’opposition typologique entre les styles classique et romantique (en particulier entre Byron et Puškin) continue à ne faire aucun doute pour moi et se voit à nouveau confirmée par des oppositions analogiques dans le domaine des arts figuratifs (Renaissance et Baroque dans le système de Wölfflin)279.

119En tout cas, le dépassement du modèle byronien va se trouver consommé avec Poltava, qui consacre chez le poète l’avènement du genre épique et préfigure la future grande œuvre originale de la maturité, Eugène Onéguine, aussi bien que les œuvres en prose.

120Dans la seconde partie de la thèse, intitulée « Pages d’histoire du Poème romantique russe » (p. 221-356), Žirmunskij s’intéresse avec minutie à l’influence du Poème lyrique byronien sur les poètes russes mineurs des années 1820-1830 dans un exposé plein d’érudition qui fait intervenir également les critiques de l’époque (voir le dernier chapitre V : « Les échos dans la presse »). Se détachent ici du lot, bien sûr, des écrivains connus tels que Ryleev, Baratynskij, Kozlov, Del′vig ou Žukovskij ; mais, sur les 200 poèmes cités, on en redécouvre 120 dus à des auteurs médiocres qui ont été sortis de l’oubli. On peut être tenté ici de penser à la théorie de Wölfflin sur l’« art sans noms » qui permettait, en faisant abstraction des noms d’artistes, de cerner au plus près les grandes tendances de l’art. La conclusion qui se dégage est qu’ici le modèle suivi a été effectivement dans l’immense majorité des cas pouchkinien et non byronien :

  • 280 Ibid., p. 356.

C’est ainsi que les échos de la critique journalistique d’alors confirment s’il en était encore besoin que, pour les auteurs de Poèmes romantiques, Byron a été entièrement évincé par son imitateur russe Puškin ; c’est à partir de celui-ci, et non de Byron, que se développe de manière indépendante le Poème romantique russe280.

  • 281 « Puškin und Byron, t. 1 », Zeitschrift für slavische Philologie, 3, 3/4, 1926, p. 290-310 ; « Pušk (...)
  • 282 Van Tieghem, Gourfinkel, « Quelques produits du “Formalisme” russe », art. cit. p. 425-434.

121L’exposé se clôt sur une bibliographie substantielle qui conforte le côté académique du travail. Quoi qu’il en soit, ce travail de bénédictin illustre des perspectives qui vont bien au-delà d’un classique travail universitaire et Žirmunskij a tenu à le faire connaître au public allemand en en faisant paraître une version allemande abrégée dans la Zeitschrift für slavische Philologie281. Tout d’abord, on relève que l’auteur est loin d’avoir rompu tout lien avec le formalisme, ce qu’ont relevé des critiques de l’époque ; c’est ainsi que, dans la Revue de littérature comparée, en 1932, Philippe Van Tieghem et Nina Gourfinkel présentaient le Byron et Puškin de « Girmounski » à l’intérieur d’une rubrique intitulée « Quelques produits du “Formalisme” russe” »282. Effectivement, ils soulignaient que la comparaison entre Byron et Puškin s’opérait à partir de critères formels :

  • 283 Ibid., p. 431.

[...] Girmounski, s’appuyant sur le fait bien vague d’“influence”, veut établir la filiation de Byron à Pouchkine et de celui-ci à de nombreux imitateurs russes par l’examen des procédés artistiques communs à ces auteurs et propres au genre qu’ils traitent, le Poème romantique283.

122Par la suite, Žirmunskij devait reconnaître rétrospectivement, en 1969, que l’ouvrage n’avait pas échappé à une certaine influence des théories formalistes :

  • 284 Žirmunskij, Пушкин и Байрон, 1978, « Предисловие к немецкому изданию » [Préface à l’édition allem (...)

Cet ouvrage sur Byron et Puškin et le poème romantique a été rédigé alors que ce qu’on a appelé le formalisme russe était à son apogée. Déjà, à cette époque, l’auteur opposait un point de vue critique aux dogmes rigides de ce formalisme dominant en considérant la poésie comme un art, et son étude comme l’analyse et l’interprétation de la forme artistique qu’il tâchait de concevoir comme un système de moyens mis au service de son contenu. La vieille science de la littérature “académique”, que ce soit en Russie ou en Europe, s’intéressait peu aux problèmes de la forme en poésie. Et c’est pourquoi, en dépit de tous les défauts de méthode du “formalisme” au sens propre, ces problèmes me paraissaient être extrêmement importants et actuels pour la science de la littérature contemporaine284.

  • 285 Žirmunskij, Байрон и Пушкин. Пушкин и западные литературы [Bajron et Puškin. Puškin et les littéra (...)

123Effectivement, on pouvait relever une certaine présence du formalisme, ne serait-ce que dans le vocabulaire utilisé pour l’analyse stylistique, avec l’usage de termes tels que « procédé » (priem), « sujet » (sjužet), « fable » (fabula)... Šklovskij était d’ailleurs invoqué pour mieux situer ces termes285. Et, plus encore, on pouvait relever l’insistance à mettre en avant l’utilisation de ces procédés formels.

124En somme, une fois de plus, Žirmunskij reconnaissait que le mérite du formalisme avait été de prendre en compte des domaines jusque-là pratiquement ignorés par la critique littéraire tout en proposant de nouveaux modèles d’analyse littéraire. Cette dimension n’avait pas échappé à André Mazon qui, dans son compte rendu de l’œuvre, déclarait :

  • 286 Mazon, art. cit., p. 173.

Ce sera, en vérité, l’un des contre-coups inattendus – et pourtant logiques – de la révolution russe que d’avoir achevé de ramener l’histoire littéraire à l’étude des œuvres en elles-mêmes et pour elles-mêmes en la détournant de la politique et de la sociologie286.

125Cependant, le formalisme du Byron et Puškin demeurait dans certaines limites, comme le soulignait bien en 1928 Pavel Medvedev, pour qui il s’agissait surtout d’un « formalisme académique » qu’il définissait comme « la volonté d’aplanir les contradictions et le refus de poser toute question de principe. ». Et Žirmunskij en était pour lui le représentant typique :

  • 287 Medvedev, la Méthode formelle en littérature, op. cit., p. 186.

126Un représentant typique de ce formalisme académique auquel il devient désormais parfois difficile d’attribuer l’étiquette de formalisme est Žirmunskij287.

127D’autres critiques ont relevé cette position moyenne :

  • 288 Van Tieghem, Gourfinkel, art. cit., p. 431-434.

Certains de ses travaux, comme son Byron et Puškin daté de 1924, esquivent soigneusement toute position extrême sur le plan des principes et de la méthode et, dans leur souci de rendre compte le plus largement possible du sujet traité, en viennent à mettre en œuvre des orientations méthodologiques des plus variées288.

128Dans tous les cas, la comparaison des moyens mis en œuvre par les deux poètes aboutissait à bien marquer les caractéristiques de l’art de chacun :

  • 289 Ibid., p. 433.

La rhétorique banale et imprécise de Byron est remplacée par l’économie et la précision de Pouchkine ; le tableau à effet grossissant et vague fait place au détail précis ; au lieu des hyperboles, des comparaisons exotiques uniquement destinées à créer l’atmosphère orientale par le pathétique tendu, nullement à rendre plus concret et visible l’objet décrit, et développée homériquement par elle-même, la comparaison de Pouchkine sert à décrire mieux, à faire voir ; elle est plastique, courte, dépourvue d’emphase ; on sent que pour lui “le style oriental n’est possible que s’il peut s’adapter à l’esprit froid et raisonnable de l’Européen”289.

129Pour Žirmunskij, cependant, les outils d’analyse mis en œuvre devaient rester au service du contenu des œuvres envisagées, ce qu’il a bien précisé dans une note de son ouvrage :

  • 290 Žirmunskij, Байрон и Пушкин..., op. cit., 1978, p. 416.

Le développement de l’analyse immanente sur laquelle devra reposer à l’avenir tout traitement du matériel artistique est une particularité caractéristique des tendances actuelles dans l’étude de l’art comme résultat d’une réaction contre l’“historisme” qui régnait dans la science du xixe siècle. Il convient cependant de ne pas confondre cette analyse immanente avec l’analyse “théorique”, ce qui est assez répandu dans les travaux de méthodologie [...] ; l’analyse immanente des “poèmes du Sud” de Puškin n’est pas qu’une analyse théorique ; elle concerne également les problèmes historiques au sens large du terme, seulement aux problèmes de la statique historique290.

130Même son de cloche dans l’introduction :

  • 291 Ibid., p. 16.

L’analyse formelle de l’œuvre d’art qui se limiterait uniquement aux questions de composition et des styles de langage paraîtrait toujours “formalistique” et extérieure par rapport à l’importance sémantique de ce que l’on appelle “le contenu”291.

  • 292 Tynjanov y voyait « l’inventaire [пересказ] le plus complet de toutes les imitations du “Prisonnier (...)
  • 293 Voir par exemple le Lermontov d’Èjxenbaum (1924) ou le roman historique Кюхля de Tynjanov bâti auto (...)
  • 294 Tynjanov, Поэтика. История литературы. Кино..., op. cit., p. 518.
  • 295 « Литературный факт », Lef, 2, 1924, p. 101-116 ; « О литературной эволюции », На литературном п (...)

131Dans tous les cas, quelle que soit ici l’influence des thèses formalistes, l’œuvre de Žirmunskij demeure une somme d’érudition et de rigueur impressionnante que saluait Tynjanov292, et qui marque un certain retour à l’académisme et à la tradition philologique russe au sein de laquelle s’était formé son auteur. Ses futures publications d’analyse littéraire vont d’ailleurs, en fait, se conformer à cet ultime modèle ; et, là encore, on constate un certain parallélisme avec l’évolution des formalistes qui vont de plus en plus se consacrer, sous la pression du contexte idéologique, comme Èjxenbaum ou Tynjanov, à de savantes et érudites études d’histoire littéraire, dans l’esprit de cette même tradition philologique russe293. C’est le fameux tournant des formalistes vers l’étude de l’évolution littéraire ; comme l’écrivait Èjxenbaum à Šklovskij le 25 juin 1925 : « Nous devrions éditer un recueil d’articles consacré à l’évolution et l’histoire de la littérature294. » Suivirent effectivement les deux études de Tynjanov, « Le fait littéraire » et « À propos de l’évolution littéraire » de 1927295.

  • 296 Ju. T. [Ju. N. Tynjanov], Книга и революция, 3, 1923, p. 72. Le compte rendu englobe l’ensemble du (...)

132Cependant, dans le Byron et Puškin, la perspective comparatiste s’affirme au moins autant que le tournant vers l’histoire littéraire, et Tynjanov devait la souligner dans l’un de ses comptes rendus296. Là encore, en ce domaine, on trouve chez Žirmunskij, des déclarations que ne renieraient pas les formalistes, comme :

  • 297 Ibid., p. 72.

L’étude d’emprunts thématiques isolés ne peut être pertinente que si elle s’appuie sur l’influence large et multiforme de l’art d’un poète sur celui d’un autre297.

133En somme, c’était la vision systémique de l’œuvre qui l’emportait sur le pointillisme de la théorie littéraire traditionnelle, avec l’idée que le poète n’empruntait pas des idées mais des motifs et que c’étaient les figures artistiques, concrètes et pleines de réalité, qui exerçaientt entre elles une influence réciproque, et non pas les systèmes d’idées ou d’images ; en même temps, l’idée des «convergences » chère à Veselovskij s’introduisait dans la comparaison, hors de toute démarche génétique. C’est ainsi qu’on a pu écrire à ce propos :

  • 298 Fridlender, art. cit., p. 32.

Ici, V. M. Žirmunskij nous introduit à un nouveau chapitre de la littérature comparée dont le but est de mettre à jour la parenté littéraire entre différents pays et époques, le problème de la répétition dans l’histoire de la culture à différentes étapes de différents degrés de phénomènes typologiquement apparentés298.

  • 299 Voir par exemple L. Grossman, « Пушкин и Андре Шенье » [Puškin et André Chénier], de 1920.

134En ce sens, il est symptomatique que l’ouvrage sur Byron inaugurait une nouvelle collection du GIII intitulée Travaux de l’Institut de recherches scientifiques sur l’histoire comparée des langues et littératures de l’Occident et de l’Orient menés dans le cadre de la Faculté des sciences sociales de l’université de Leningrad. Et, une fois de plus, en ce domaine, Žirmunskij a ouvert des voies nouvelles car l’étude comparée de l’œuvre pouchkinienne et des littératures occidentales n’avait alors été que tout juste esquissée299.

  • 300 Žirmunskij, « Проблемы сравнительно-исторического изучения литератур » [Problèmes de l’étude histo (...)
  • 301 Гете в русской литературе, Leningrad, Goslitizdat, 1937.
  • 302 « Пушкин и западные литературы », in V. D. Bronč-Bruevič (ed.), Пушкин (1837-1937) [Puškin (1837 (...)
  • 303 Žirmunskij, « Сравнительное литературоведение и проблема литературных влияний » [La science de la (...)

135L’ouvrage constitue donc une première contribution magistrale au comparatisme où l’auteur montre comment Puškin a tiré parti du modèle du grand Poème lyrique byronien pour créer un genre indépendant. Et on vérifie qu’il est en fait bâti sur ce que Žirmunskij exprimera plus tard sous la forme d’un aphorisme dialectique pour caractériser la démarche comparative : « La différence l’emporte bien souvent sur la ressemblance300. » (različie často byvaet važnee sxodstva) Il poursuivra sur cette voie avec, en 1937, son imposant Goethe dans la littérature russe301, suivi de Puškin et les littératures occidentales302. Le Byron et Puškin est donc la première œuvre d’importance qui laisse deviner en Žirmunskij le futur grand maître des études de littérature comparée en Russie qu’il théorisera en 1936 avec son article fondateur « La science de la littérature comparée et le problème des influences littéraires »303 qu’il considérait comme un tournant décisif dans ses conceptions sur la théorie de la littérature.

136Cependant, l’ouvrage ouvre encore également sur une autre orientation, avec un point de vue sociologique sur le fait littéraire. Cela est esquissé dans la seconde partie de l’ouvrage avec la « littérature de masse » évoquée à travers les innombrables imitations russes du Poème romantique pouchkinien et leurs commentaires dans les périodiques de l’époque. Une fois de plus, on peut trouver là un parallélisme avec l’évolution des formalistes à la même époque ; on sait que Šklovskij tente de répondre aux nouvelles exigences officielles de la seconde moitié des années 1920 avec des tentatives de synthèses plus ou moins alambiquées entre formalisme et sociologie. Mais c’est surtout l’analogie avec la « vie littéraire » vers laquelle se tourne Èjxenbaum qui retient l’attention :

  • 304 En russe bytovoj de byt, l’existence quotidienne (R. C.).
  • 305 Aucouturier, le Formalisme russe..., op. cit., p. 103.

Il s’agit de l’aspect social “quotidien”, “terre à terre”304 des faits littéraires, que l’histoire de la littérature envisageait traditionnellement sous la forme naïve des “influences” sociobiographiques305.

  • 306 Èjxenbaum, « Литература и литературный быт », На литературном посту, 9, 1927.
  • 307 Tynjanov, « О литературной эволюции », На литературном посту, 10, 1927, p. 42-48 : pour Tynjanov, (...)
  • 308 L. L. Schücking, Die Soziologie der literarischen Geschmacksbildung, München, Rösl, 1923. Trad. Rus (...)

137On pourrait citer ici « La littérature et le byt littéraire » d’Èjxenbaum de 1927306, ainsi que les thèses de « À propos de l’évolution littéraire » de Tynjanov publiées la même année307. Žirmunskij tiendra compte de ces nouvelles perspectives en faisant traduire et en préfaçant en 1928 l’ouvrage allemand de Levin Ludwig Schücking paru en 1923 et intitulé la Sociologie de la formation du goût en littérature308.

  • 309 Žirmunskij, Национальный язык и социальные диалекты [La langue nationale et les dialectes sociaux] (...)

138Žirmunskij ne va pas persévérer dans cette direction, mais on sait qu’il sacrifiera par la suite à la sociologie du langage dans son célèbre ouvrage la Langue nationale et les dialectes sociaux publié en 1936309 ; on peut donc penser que son Byron et Puškin a été pour lui déjà une première incursion, comme un banc d’essai, dans le domaine sociologique.

4. L’adieu à la théorie littéraire et les nouvelles orientations

  • 310 Žirmunskij, « Formprobleme in der russischen Literaturwissenschaft », Zeitschrift für slavische Phi (...)
  • 311 Depretto, « Roman Jakobson et la relance de l’Opojaz (1928-1930) », in id., le Formalisme russe, op (...)

139En 1925, Žirmunskij publie dans la revue de slavistique allemande de Leipzig Zeitschrift für slavische Philologie une présentation du formalisme russe intitulée « Les problèmes formels dans la science russe de la littérature »310 ; il pose sur le mouvement le regard du chroniqueur avec une précision d’entomologiste, comme si, déjà, tout cela appartenait au passé, ce qui prouve qu’il est bien toujours en phase avec l’actualité. C’est en effet à ce moment-là que les formalistes évoluent, cherchent de nouvelles voies du côté de la sociologie et de l’histoire, ce qui va aboutir aux années de crise de 1926-1930 (on sait que la tentative de Jakobson et Tynjanov pour redonner vie au mouvement en 1928 se solda par un échec311). Et Žirmunskij lui-même va se tourner désormais vers d’autres horizons que la stricte théorie littéraire.

  • 312 Žirmunskij, Вопросы теории литературы..., op. cit., 1928.
  • 313 Èjxenbaum, Сквозь литературу. Сборник статей [À travers la littérature. Recueil d’articles], Leni (...)
  • 314 Šklovskij, « Памятник научной ошибке », Литературная газета, 27 janvier1930.

140C’est précisément peu après qu’il va faire paraître en 1928 une compilation de ceux de ses articles de théorie littéraire rédigés de 1916 à 1926 qu’il considère comme les plus importants312. C’est un peu comme s’il voulait encore une fois faire le bilan de cette première partie de son œuvre, avant de devoir passer à des thématiques différentes ; peut-être aussi a-t-il voulu rivaliser avec Èjxenbaum qui avait précédemment opéré de même dans son À travers la littérature313 et ce n’est certainement pas un hasard si tout cela coïncide avec le début de la crise au sein du formalisme qui va se développer de 1928 à 1930 pour culminer avec les reniements qui suivirent la publication de « Le monument d’une erreur scientifique »314, auto-critique de Šklovskij qui peut être considéré comme la première volte-face au sein du mouvement ; ainsi est officialisée la fin du mouvement formaliste, toléré le temps de la NEP, mais désormais asphyxié par le retour officiel aux fondamentaux du marxisme, évolution qui prive Žirmunskij de ses adversaires préférés, cependant que le GIII va être épuré des formalistes, peu à peu démantelé, vidé de sa substance et finalement fermé.

141Cependant, au cours de toutes ces années, Žirmunskij ne s’était pas uniquement consacré à la théorie de la littérature ; effectivement, dès 1921, Žirmunskij, en bon germaniste curieux de tous les domaines de sa spécialité, s’intéresse aux îlots germanophones de la périphérie de Petrograd, en particulier à leurs particularités dialectales ; il va bientôt animer un séminaire qui leur est consacré à l’Institut des langues de l’Occident et de l’Orient (Institut jazykov Zapada i Vostoka). À partir de là, il deviendra peu à peu un dialectologue talentueux dans le domaine de la germanistique, ouvrant ainsi une nouvelle phase de son activité scientifique.

  • 315 Sur cet épisode de la vie de Žirmunskij, voir R. Comtet, « Allemands de Russie et théorie des îlots (...)
  • 316 Voir la commission dialectologique de Moscou, berceau du Cercle linguistique de Moscou, où Jakobson (...)
  • 317 Études rassemblées dans le recueil V. Schirmunski, Linguistische und ethnographische Studien 1923-1 (...)
  • 318 Žirmunskij recueille aussi les Lieder, vaste compilation conservée jusqu’à nos jours à SaintPétersb (...)
  • 319 Žirmunskij, Национальный язык..., op. cit.

142À compter de 1926, on l’enverra sur le terrain afin d’étudier les colonies germanophones existantes sur le territoire de l’URSS, aux alentours de Leningrad chez les « Allemands de la Néva » (nemcy na Neve), en Ukraine et en Transcaucasie (l’étude des Allemands de la Volga ; le groupe germanophone le plus important, fut par contre confiée à Georg Dinges, natif du lieu et collègue de Žirmunskij à Saratov où il enseignait l’allemand à l’université)315. Il ne s’agissait pas vraiment d’un choix de Žirmunskij, mais d’une mission officielle confiée tout naturellement au doyen du prestigieux Département d’études romanes et germaniques de l’université de Leningrad, à une époque où la politique des nationalités des soviets voulait promouvoir l’enseignement des minorités dans leur langue maternelle. Il est possible que Žirmunskij ait entrevu ici l’occasion de disposer de moyens importants pour la recherche dans le cadre de cette politique, mais, dans tous les cas, il se passionna visiblement pour cette nouvelle tâche, en s’y distinguant par ses recherches sur le folklore et, secondairement, sur les dialectes. Il s’inscrivait ainsi dans la continuité des expéditions ethnographiques interdisciplinaires qui étaient une vieille tradition russe316, et il signa de nombreuses études317, en majorité consacrées à la littérature orale318, avec cependant une série de quatre articles publiés en allemand en Allemagne même où il s’employait à décrire et analyser les dialectes parlés dans ces colonies. Cette approche lui permettait aussi de préciser l’origine des différentes colonies et de mettre au point une technique de description et d’analyse dite de « dialectologie insulaire » (ostrovnaja dialektologija) ; il alla compléter sa formation en dialectologie chez les célèbres dialectologues allemands Ferdinand Wrede et Theodor Frings, leur empruntant leurs méthodes d’enquête. Suivra ce que l’on peut considérer comme l’un des prolongements de ces recherches, l’ouvrage célèbre consacré aux dialectes sociaux de 1936319, que l’on a longtemps considéré comme l’acte fondateur de la sociolinguistique soviétique.

143Simultanément, on verra Žirmunskij se consacrer de plus en plus aux problèmes de l’évolution des genres dans la littérature orale où il se montre aussi bien le successeur de Veselovskij que celui des théoriciens français et germaniques de l’époque, réflexion qu’il poursuivra sur le matériau des épopées d’Asie centrale lorsqu’il accompagnera l’évacuation des instituts de recherche de Leningrad à Tachkent en 1942. Puis, après être passé par le purgatoire des années de répression jdanoviennes, il entamera une carrière de linguiste à compter des années 1950, même s’il ne cessera jamais de s’intéresser à l’histoire littéraire.

5. Le linguiste

  • 320 Le maître de Žirmunskij, Braun, se considérait comme un disciple de Hermann Paul et avait suivi les (...)
  • 321 Žirmunskij, « Предисловие », in id., Общее и германское..., op. cit., 1976, p. 8.

144Cette carrière de linguiste s’inscrit bien sûr dans la continuité des précédents travaux de dialectologie. Il serait tentant de dater de l’adieu aux études de théorie littéraire, vers 1928, le tournant de son œuvre vers la linguistique, d’y voir la clé de cette nouvelle orientation, mais est-ce là bien le facteur le plus important ? On peut supposer qu’il lui a été de moins en moins loisible d’œuvrer dans le champ de l’étude littéraire en suivant son inspiration première, celle de la philosophie culturelle, de telle sorte que la linguistique aurait été une sorte d’échappatoire, aussi bien d’ailleurs que l’étude de la littérature orale et des épopées où il mettra en application par la suite la théorie stadiale de Nikolaj Marr. Il est sûr par ailleurs que pour un savant aussi brillant et curieux, changer de thème central de recherches ne posait guère de problème puisqu’on le verra même par la suite se faire turcologue lors de l’évacuation à Tachkent. On peut pourtant se demander si Žirmunskij était un linguiste de vocation. Il est certain que c’est lui qui, dans sa génération, a illustré le plus parfaitement la conception traditionnelle de la philologie comme domaine d’étude réunissant à la fois littérature et linguistique. On doit cependant noter qu’il ne paraît pas avoir été particulièrement influencé par les théories néogrammairiennes qui ont dominé la scène linguistique dans les années 1870-1920, même si, lors du stage en Allemagne de 1912-1913, il a suivi des cours de néogrammairiens tels que Eduard Sievers ou encore Hermann Paul320 ; Žirmunskij n’évoquera par la suite ce mouvement que pour en retenir la méthode, qu’il comparera à « la table de multiplication sans l’aide de laquelle on ne peut pratiquer les mathématiques supérieures321 ».

  • 322 R. Comtet, « Allemands de Russie et théorie des îlots linguistiques dans la tradition linguistique (...)
  • 323 Žirmunskij, Национальный язык..., op. cit.
  • 324 Les recherches actuelles tendraient à montrer que la sociologie soviétique est née plus tôt, dans (...)

145Il est évident par ailleurs que sa conversion à la linguistique a été rendue possible non seulement par ses capacités d’adaptation mais aussi par la formation universitaire reçue selon la tradition russe qui permettait d’acquérir une large polyvalence dans les disciplines philologiques ; mais, de fait, la postérité n’a guère retenu de lui dans le domaine linguistique que ce qu’on a appelé « la loi de Žirmunskij », ou encore « loi d’effacement des traits primaires » (zakon otmiranija primarnyx priznakov), élaborée suite aux expéditions ethnographiques dans les îlots germanophones : lorsque deux dialectes germaniques isolés (insulaires) se sont trouvés en contact, les traits « secondaires » l’ont emporté sur les traits primaires qui étaient les plus marqués ; par ailleurs, comme nous l’avons déjà relevé, l’étude de la littérature orale l’emportait largement sur l’analyse linguistique des dialectes dans toutes ces recherches sur les îlots germanophones322. Quant au célèbre ouvrage sur les dialectes sociaux de 1936, la Langue nationale et les dialectes sociaux323, on peine à trouver une pensée originale dans cette synthèse de circonstance bâtie à partir de la littérature existante et de la vulgate marxiste, et cela même si l’ouvrage a longtemps été considéré comme la pierre angulaire de la sociologie soviétique324 ; et, par la suite, on verra Žirmunskij prendre ses distances avec cette étude faite sur commande :

  • 325 Žirmunskij, « Проблемы социальной диалектологии » [Problèmes de dialectologie sociale], Известия О (...)

Il va de soi qu’à notre époque on peut douter que nous considérions comme justifiées la différenciation sociale de la langue et la division en classes de la société posées d’une manière aussi simpliste et rigide325.

  • 326 Id., « Мелодика стиха » [1922], art. cit., in id., Поэтика русской поэзии..., op. cit., p. 130, où (...)
  • 327 Рифма, ее история и теория..., op. cit., p. 308.
  • 328 Ibid., p. 317.
  • 329 Citons par exemple son article de 1965 intitulé « Общие тенденции фонетического развития германских (...)
  • 330 Voir par exemple « О синхронии и диахронии в языкознании » [À propos de la synchronie et de la diac (...)
  • 331 Depretto, « Entre l’histoire et le mythe : E. D. Polivanov (1891-1938 », in id., le Formalisme en R (...)
  • 332 On peut penser que ce fut en liaison avec ses travaux de poétique.
  • 333 Voir I. Boduèn-de-Kurtenè, О древне-польском языке до XIVго столетия [À propos de l’ancienne langue (...)

146Il ne semble pas non plus que Žirmunskij ait vraiment tiré parti de l’enseignement de l’illustre linguiste Baudouin de Courtenay, aux origines de la phonologie contemporaine, qui était en poste à l’université de Saint-Pétersbourg lorsque Žirmunskij y faisait ses études, pas plus d’ailleurs que des cours de son disciple Ščerba, le fondateur de l’École de phonologie de Saint-Pétersbourg ; il arrive à Žirmunskij d’utiliser occasionnellement le terme « phonème » dans des écrits des années 1920, mais il semble être pour lui un simple équivalent du son phonétique326 ; c’est par contre l’écrit qu’il met en avant dans son ouvrage de 1923 consacré à la rime, où il met en évidence ses formes écrites qui, « dans la conscience linguistique des gens cultivés, sont douées, sans aucun doute, d’une force et d’une résistance extraordinaires »327, et de souligner dans le même travail l’importance des « rimes orthographiques »328, ce qui est assez loin de la « philologie acoustique » de Sievers et Saran qu’il lui arrive d’évoquer ailleurs ; par la suite, dans tous ses travaux linguistiques329, on ne trouvera utilisés que les termes traditionnels de « voyelle », « consonne », « diphtongue ». Il est vrai que, jusqu’à la charnière des années 1940-1950, Žirmunskij a surtout sacrifié aux recherches syntaxiques dans le cadre de ses travaux de typologie marristes, et il a poursuivi sur cette voie dans ses travaux linguistiques330. Žirmunskij aurait pu pourtant faire plus de cas de Baudouin, ne serait-ce que parce que celui-ci s’intéressait comme lui au renouveau poétique, présidant même l’une des premières réunions futuristes, le 6 février 1914 (toujours très curieux, il pensait trouver dans le zaum des indications sur la vitalité des affixes russes331) ; on sait par ailleurs que son psychologisme a influencé certains de ses étudiants destinés à devenit des formalistes éminents tels que Šklovskij, Èjxenbaum, Polivanov (son élève préféré), Jakubinskij, Bernštejn... Bien évidemment, Žirmunskij connaissait pourtant aussi bien Baudouin que Ščerba, aux cours de phonétique duquel il avait assisté pour parfaire ses connaissances332 ; par la suite, ses écrits consacrés linguistiques montrent qu’il connaissait relativement bien les idées de Baudouin qu’il plaçait bien au-dessus des néogrammairiens pour avoir tiré parti avant eux, dès 1870, des lois d’analogie333 et pour avoir illustré une pensée souple et nuancée qu’il opposait à leur rigidité doctrinale :

  • 334 Žirmunskij, « Внутренние законы развития языка и проблема грамматической аналогии » [Les lois inte (...)

147Les observations et les généralisations théoriques de Baudouin de Courtenay sont par beaucoup de points de vue plus fines que les explications mécanistes des néogrammairiens334.

  • 335 Id., « Задачи поэтики », art. cit., p. 34.

148Il rappelait aussi dans son article « Les tâches de la poétique » que Baudouin avait renouvelé la vieille linguistique, en prenant en compte les différents niveaux de langue utilisés par chaque individu335. Enfin, ce qui tend encore à prouver que que Žirmunskij était parfaitement au courant de l’évolution de la linguistique de son temps, on peut lire sous sa plume en 1925 à propos de la nouvelle poétique :

  • 336 Jirmounski, « Les problèmes formels dans la science russe de la littérature », art. cit., p. 242.

Elle s’appuie simultanément sur les tendances, largement répandues de nos jours dans la linguistique, qui sont apparues en réaction aux méthodes des néogrammairiens (en France, Saussure et ses disciples genevois Bally et Sechehaye ; en Russie, l’école de Baudouin de Courtenay à Saint-Pétersbourg).
Plus la science contemporaine se détourne du cadre sclérosé des anciennes études linguistiques, plus les études s’orientent vers les langues vivantes qui nous sont immédiatement accessibles, et plus est varié l’usage langagier qui s’offre à nous et qui s’adapte à chaque fois de manière différente à sa finalité. C’est en fonction de cette classification correspondant aux diverses finalités qu’apparaissent différents systèmes linguistiques. Leur unité est assurée par les différentes fonctions assumées par notre langage et auxquelles le locuteur recourt dans les différentes situations de la vie, par exemple avec le langage scientifique, le langage courant de l’intimité, le langage de l’orateur politique, le langage artistique336.

  • 337 On ne trouve en tout et pour tout que 11 mentions sur les 679 pages de texte et notes de son recuei (...)

149Néanmoins, Žirmunskij ne cite Baudouin qu’avec parcimonie337, ce qui continue de nous surprendre chez un linguiste formé à Saint-Pétersbourg.

  • 338 Voir V. M. Žirmunskij, История немецкого языка. Учебник для педагогических интитутов иностранных яз (...)
  • 339 À l’exception, notoire, de Baudouin de Courtenay qui l’a toujours regretté.

150Certes, Žirmunskij a aussi rédigé plusieurs manuels de linguistique germanique338. Mais il s’agit d’œuvres de commande, très académiques, comme on pouvait l’attendre d’un germaniste dont l’enseignement se devait d’inclure l’histoire de la langue ; il s’agit en fait de synthèses de la littérature existante, avec une visée pédagogique évidente ; on peut penser ici aux titulaires russes des chaires de linguistique comparée et sanskrit d’avant la révolution qui ont alors tous rédigé leur propre manuel de linguistique générale (obščee jazykovedenie) en prise avec leur enseignement339. Il nous semble donc inexact de lier chez Žirmunskij littérature et linguistique, comme le fait Craig Brandist :

  • 340 C. Brandist, « Viktor Žirmunskij on Evolution, Diffusion and Social Stratification in Literary Stud (...)

En fait, [...] les deux volets de l’œuvre de Žirmunskij étaient étroitement intégrés et la dichotomie que l’on peut observer dans son œuvre résulte d’un renforcement postérieur des frontières entre les disciplines littéraires et linguistiques340.

151Bien sûr, la tradition philologique russe dans laquelle avait été formé le savant unissait science de la littérature et philologie, comme nous l’avons déjà rappelé, mais c’est de toute évidence le premier terme qu’il a toujours privilégié. C’est ainsi que, dès que le rêve, l’imagination poétique peuvent se donner libre cours, comme dans les reconstructions de la poésie populaire, ou les convergences entre les épopées, il renoue avec un plaisir évident avec sa vocation première qui était littéraire. C’est ce qu’Igor′ Aničkov nous rappelle :

  • 341 Aničkov, « Очерк советского языкознания »..., op. cit., p. 455.

Il était un théoricien de la littérature remarquable, qui s’était donné pour tâche à un moment donné de sa carrière scientifique de devenir linguiste, mais qui, en dépit d’un certain succès, ne l’était pas devenu à part entière341.

152En fait, ce sont les circonstances qui ont contraint Žirmunskij au cours de sa carrière de passer d’un paradigme à l’autre pour s’adapter à un contexte politique et idéologique changeant: de la théorie littéraire culturelle et philosophique à la linguistique dialectale, puis, à partir de 1931, quand celle-ci est frappée d’anathème, à la théorie stadialiste de la littérature orale, pour enfin, après la mort de Staline et le Dégel, en revenir à une conception traditionnelle de la linguistique et de la théorie littéraire qui fût malgré tout compatible avec les canons du marxisme-léninisme ; nul doute cependant que jusqu’à la fin de sa vie il n’ait gardé au fond de lui-même la nostalgie des enchantements mystiques de sa jeunesse, et n’ait cessé de cultiver son jardin secret qui demeurait la poésie romantique et symboliste et ses rêves. Il est toujours demeuré secrètement dans le ciel des symboles et des correspondances mystérieuses et si séduisantes.

153D’une certaine manière, cela peut peut-être expliquer son engouement pour le marrisme à compter de 1936 (et même si ses élèves y ont été pour quelque chose) ; le marrisme, lui aussi, à sa manière, jouait de l’imagination et du rêve, ce qui peut expliquer sa séduction, cependant que ses schémas (parfois pas si éloignés des archétypes jungiens) recelaient une forte charge poétique. En tout cas, cette interprétation ne peut que relativiser la part d’opportunisme que pouvait receler le ralliement de Žirmunskij aux thèses de Marr à une époque de terreur institutionnalisée.

6. Conclusions

  • 342 Èjxenbaum, « Как сделана Шинель Гоголя », art. cit.
  • 343 Voir par exemple le Voyage sentimental de Šklovskij, Une majesté de cire, Kioukhlia, la Mort du Vaz (...)

154Au terme de cette étude, on mesure à quel point la décennie 1914-1924 a été pour Žirmunskij, comme pour toute l’intelligentsia russe, une période charnière, avec une explosion de créativité, de discussion et de recherches ; cette décennie a été, pour lui, dominée par sa relation avec les formalistes de Petrograd, avec une approche pour le moins originale ; ses critiques mesurées s’inspiraient en effet de sa vision de l’art et de la littérature comme « sentiment de la vie » et étaient sans aucun rapport avec les critiques marxistes dogmatiques en cours à l’époque. La poésie est toujours demeurée son domaine de prédilection, et cela jusqu’à la fin de sa vie, alors que les formalistes se sont attaqué aux problèmes de la prose artistique dès 1919 avec l’article célèbre d’Èjxenbaum « Comment est fait “Le manteau” de Gogol′342 ». On notera aussi que, au contraire de Žirmunskij, le trio des formalistes a montré des dons de prosateur dans le domaine de la fiction343.

  • 344 S. A. Romaško, « Виктор Максимович Жирмунский », in F. M. Berezin et alii (eds.), Отечественные ли (...)

155Par ailleurs, la poétique n’a pas été pour lui une porte d’entrée sur la linguistique au contraire de bien des contemporains qui avaient fait leurs classes dans le formalisme comme V. V. Vinogradov, L. P. Jakubinskij, R. Jakobson, G. O. Vinokur, A. A. Reformatskij... On a pu dire à leur propos : « La science de la poésie a joué pour eux le rôle d’une sorte d’“école” pour une approche nouvelle de la langue qui transcendait l’académisme traditionnel. »344 Au contraire, la future linguistique de Žirmunskij sera traditionnelle et plus ou moins académique.

156Autre différence importante avec les autres formalistes, c’est son positionnement à l’intersection de deux grandes cultures, germanique et russe, au point que ses adversaires de l’Opojaz le désignaient polémiquement comme un représentant de la « science allemande » :

  • 345 Ètkind, « Историзм В. М. Жирмунского », art. cit., p. 7.

157Ayant fait ses études en Russie et en Allemagne, il vivait simultanément dans deux mondes distincts, le russe et l’allemand, ce qui ne l’empêchait pas d’être à l’écoute de l’actualité de la pensée scientifique et de la littérature en France et en Angleterre345.

  • 346 Voir R. Comtet, « Viktor Maksimovič Žirmunskij (1891-1971), passeur de cultures entre Russie et A (...)
  • 347 Dans « Новейшие течения историко-литературной мысли в Германии », art. cit., de 1927.
  • 348 Voir par exemple Vergleichende Epenforschung, Berlin, Akademie Verlag, 1961 ; Deutsche Mundartkunde (...)

158C’est ce qui lui a permis d’être un un remarquable passeur de cultures entre ces deux mondes346 ; ainsi a-t-il le premier fait connaître le formalisme russe en Europe occidentale dans une revue allemande, tout en popularisant les théoriciens allemands de la littérature auprès du public russe347 ; cette double appartenance fait que nombre de ses écrits ont été traduits et publiés en Allemagne348.

  • 349 Ètkind, « Историзм В. М. Жирмунского », art. cit. p. 3.
  • 350 Voir Pierre Pascal, Les grands courants de la pensée russe contemporaine, Lausanne, L’Âge d’homme, (...)

159À partir d’une matrice poétique originelle, l’œuvre de Žirmunskij s’est ainsi développée de manière harmonieuse autour de grands ensembles ou « blocs » pour reprendre l’expression de Efim Ètkind349 qui se sont succédé avec des transitions ; au diptyque consacré au romantisme allemand qu’accompagnait toute une constellation d’articles et comptes rendus connexes succède ainsi la trilogie des trois traités de poétique, suivie de l’étude sur Byron qui ouvre sur les futures études de littérature comparée ; on aura ensuite la série des travaux sur les Allemands de Russie, puis celle sur la poésie orale avec ses références à Veselovskij ; sans rien renier de ces intérêts divers, Žirmunskij entamera par la suite, initiée par le traité sur les dialectes sociaux de 1936, une carrière de linguiste, avant de renouer à la fin de sa vie avec la passion de sa jeunesse pour le romantisme et la poésie. Il est resté ainsi à l’intérieur de lui-même comme un témoin attardé de la réaction spiritualiste du début du xxe siècle, antiscientiste et antipositiviste, à travers tous les compromis auxquels l’ont contraint, comme tant d’autres, les aléas de l’histoire350.

160On vérifie d’ailleurs que, même quand il s’est fait linguiste, Žirmunskij, est resté toujours nostalgique de son inspiration première, ce qui se laisse deviner à de nombreux indices ; c’est ainsi que son analyse des dialectes prolongeait d’une certaine manière l’opposition entre métaphore et métonymie déjà exploitée dans ses premières études littéraires :

  • 351 Comtet, « Allemands de Russie et théorie des îlots linguistiques dans la tradition russe et chez Vi (...)

[...] Les parlers des îlots portaient l’empreinte des dialectes qui leur avaient servi de matrices, ils en étaient comme le reflet, un écho lointain, une métaphore, un symbole ; mais dans leur réaménagement par contact et échange, ils empruntaient le parcours de la métonymie351.

161De fait, par ses compétences multiples, Žirmunskij était aussi un exemple typique de polygraphe doué appelé à extrapoler les méthodes suivies d’un domaine à un autre.

  • 352 Le romantisme allemand et la mystique contemporaine ne fut réédité en Russie qu’en 1996 (Немецкий (...)
  • 353 A. Axmatova, Стихотворения и поэмы [Poésies et poèmes], 2e éd., Leningrad, Sovetskij pisatel′ (Bibl (...)
  • 354 Édition parue peu après : Žirmunskij, Творчество Анны Ахматовой [L’œuvre d’Anna Axmatova], Leningr (...)

162Quoi qu’il en soit, on demeure frappé par la pérennité remarquable de ses idées, de ses passions ; il est toujours resté fidèle au monde enchanté et fascinant des poètes russes des années 1910 et à celui du romantisme allemand. Plus fondamentalement, jusqu’en 1928, il a n’a cessé de transmettre les idées de la Geistesgeschichte germanique au monde culturel russe. Les autorités soviétiques ne s’y étaient pas trompées qui refusèrent toujours d’éditer ses deux premiers ouvrages, certainement trop empreints de spiritualité à leur goût352. Et, le 31 janvier 1971, la mort le trouve en train de préparer avec le même enthousiasme juvénile que jadis un ouvrage sur Axmatova ainsi que l’édition dans la « Bibliothèque du poète »353 des œuvres de celle qu’il avait révélée au public russe dès 1916354...

Haut de page

Notes

1 Žirmunskij ne put donc assister à ses cours et ne peut être considéré comme l’un de ses élèves directs, contrairement à ce qu’il est parfois affirmé.

2 Fedor Aleksandrovič à la russe (la date de sa mort en 1939, souvent mentionnée, est une erreur) ; il se recommandait également de l’enseignement du néogrammairien allemand Hermann Paul et s’est spécialisé dans la philologie appliquée à l’histoire (les relations entre les Goths et les Slaves, la question des Varègues d’après les sources scandinaves...) ; il enseignait à l’université de Saint-Pétersbourg depuis 1888 et y avait été nommé professeur en 1900, on le considère comme le fondateur de la germanistique russe ; Žirmunskij participait à son séminaire consacré au romantisme allemand. On ne le confondra pas avec ses homonymes Maximilian Braun (1903-1984), son fils adoptif, slaviste, et E. F. Braun (1866-1918) de Moscou, dit « moskovskij Braun », spécialiste de Dante, comme le signale Catherine Depretto dans « Le département d’études romanes et germaniques de l’Université de Saint-Pétersbourg au début du XXe siècle », in id., le Formalisme en Russie, Paris, Institut d’études slaves, 2009, p. 58, n. 9.

3 B. Èjxenbaum, in Мой временник. Маршрут в бессмертие [Ma chronique. Itinéraire vers l’éternité], Moskva, Agraf, 2001, p. 38.

4 Ibid., p. 39.

5 Ce que devait souligner par la suite Roman Jakobson : « Les positions les plus avancées de la littérature russe des premières décennies de notre siècle relèvent du domaine poétique ; c’est précisément la poésie qui est alors ressentie comme la manifestation canonique, non marquée, de la littérature, comme sa pure incarnation. Le symbolisme, comme le bouillonnement littéraire apparu peu après et que l’on regroupe fréquemment sous l’étiquette de futurisme, furent dans leur quasi totalité l’apanage des poètes [...]. » (R. Jakobson, « Randbemerkungen zur Prosa des Dichters Pasternak », Slavische Rundschau, 1935, p. 357-374, cité d’après trad. française « Notes marginales sur la prose du poète Pasternak », in id., Huit questions de poétique, Paris, Seuil, 1977, p. 52).

6 Catherine Depretto, « Le département d’études romanes et germaniques... », in id., le Formalisme en Russie, op. cit., p. 65.

7 Ibid., « L’Université de Saint-Pétersbourg et l’Âge d’Argent », in id, le Formalisme en Russie, op. cit., p. 52.

8 A. V. Desnickaja, D. S. Lixačev, « Виктор Максимович Жирмунский », Русская литература, 1, 1971, p. 233.

9 Une série de près de 90 poésies datées des années 1909-1911 a été récemment publié: V. V. Žirmunskaja-Astvacaturova, N. A. Bogomolov (eds.), « Стихотворное наследие В. М. Жирмунского. Символистский период (1909-1911) » [L’héritage poétique de Žirmunskij. La période symboliste (1909-1911)], Russian Literature, LXXII (2012), II-IV, p. 291-349. Cette édition inclut en fait également des poèmes de 1908. Ces vers, d’inspiration symboliste, sont fortement empreints de religiosité ; ils se trouvent souvent accompagnés en guise d’épigraphes de citations des poètes romantiques (Shelley, Novalis, Rossetti, Lermontov...) ou symbolistes (Vladimir Solov′ev, Blok, Brjusov, Zinaida Gippius, A. Dobroljubov...). On sait que Žirmunskij tenta alors de faire publier certaines de ses poésies dans les revues littéraires du symbolisme (Весы en particulier, voir aussi la lettre qu’il adresse à Vjačeslav Ivanov le 21 novembre 1910 et signalée in O. A. Kuznecova, « Дискуссия о состоянии русского символизма », Русская литература, 1, 1990, p. 202, n. 55 : Bibliothèque d’état de Russie, f. 107, krt. 18. Ed. xr. 49, la plupart du temps sans succès, même si l’on retrouve dès 1906 quelques-uns de ses poèmes dans des publications de lycéens, comme Звенья: Литературно-художественный сборник (1-2), Тенишевец, ou dans le Новый журнал для всех en 1909 et l’almanach Смерть pour 1910 (il signait ces textes « V. Ž. »). On sait que son ami Èjxenbaum composait lui aussi des vers à la même époque (voir B. Èjxenbaum, Мой временник. Маршрут..., op. cit., p. 43-48). À noter cependant un article de critique théâtrale publié dans Тенишевец et qui annonce déjà ses futures études de critique littéraire.

10 Veselovskij la concevait comme une filiale de la Société philologique fondée à l’université de SaintPétersbourg par A. I. Georgievskij en 1874 et qui était consacrée aux langues anciennes. Pour plus de détails, voir Katrin Depretto [Catherine Depretto], « Неофилологическое общество при Санкт-Петербургском Университете и его роль в распространении европейской культуры (1885-февраль 1918) » [La société néophilologique de l’université de Saint-Pétersbourg et son rôle dans la diffusion de la culture européenne (1885-février 1918)], in : E. Dmitrieva, M. Espagne, Comparer les comparatismes. Histoire transnationale de la méthode comparée, Moskva, IMLI RAN, 2013, p. 195-212.

11 Žirmunskij, Вопросы теории литературы : статьи 1916-1926 [Questions de théorie de la littérature : articles de 1916-1926], Leningrad, Academia, 1928, p. 8.

12 N. O. Losskij (1870-1965) était depuis 1900 chargé de cours (privat-dozent) à la Faculté de philosophie ; il sera banni d’URSS en 1922 et s’illustrera comme philosophe religieux avec son intuitivisme issu du personnalisme.

13 On sait qu’Èjxenbaum, alors âgé de vingt-cinq ans, avait entrepris diverses études avant de s’inscrire dans ce département, passant de l’académie de médecine militaire à l’école supérieure Lesgaft, aux cours de musique et de théâtre de Rapgoft et au département slavo-russe de l’université où il était entré en 1909.

14 N. A. Žirmunskaja, O. B. Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского » [Correspondance entre Èjxenbaum et V. M. Žirmunskij], Тыняновский сборник. Третьи тыняновские чтения [Recueil Tynjanov. Troisième rencontre], Riga, Ziname, 1988, p. 272 (Correspondance incomplète, avec seulement 8 lettres de Žirmunskij contre 29 pour Èjxenbaum). On note qu’Èjxenbaum est beaucoup plus chaleureux et sentimental que son ami d’un naturel plus réservé.

15 Èjxenbaum, Мой временник, словесность, наука, критика, смесь [Ma chronique, littérature, science, critique, divers], Leningrad, Izd. pisatelej, 1929 ; cité d’après M. Čudakova, K. A. Toddes, « Наследие и путь Эйхенбаума » [L’héritage et le parcours d’Èjxenbaum], in B. Èjxenbaum, О литературе [À propos de la littérature], Moskva, Sovetskij pisatel′, 1987, p. 8.

16 Ibid., « В. Жирмунский. Немецкий романтизм и современная мистика » (SPb., 1914) [V. Žirmunskij. Le romantisme allemand et la mystique contemporaine], Заветы, 12, 1913, p. 93-96. Cité d’après Èjxenbaum, О литературе..., op. cit., p. 294. On sait que l’ouvrage de Žirmunskij daté de 1914 a été édité en fait fin septembre 1913, ce qui explique que le compte rendu ait pu être publié dès 1913.

17 Cette synthèse de la littérature et de la linguistique caractérisait la « philologie » russe traditionnelle.

18 Žirmunskij, « Предисловие » [Introduction], in id., Общее и германское языкознание [Linguistique germanique et générale], Leningrad, Nauka, 1976, p. 7 [Избранные труды / Œuvres choisies].

19 Son père, médecin spécialiste renommé des troubles de l’audition, faisait tous les ans un séjour à Berlin, en compagnie de sa famille, pour y dispenser ses soins à une clientèle huppée.

20 Il s’agissait pour ce petit groupe d’étudiants du département d’études romanes et germaniques d’aller suivre les « cours des professeurs allemands » ; logés dans les mêmes pensions, ils eurent beaucoup d’échanges qui renforcèrent leurs liens ; on comptait parmi eux, en plus de Žirmunskij et V. Gippius, Konstantin Močul′skij, Aleksej Gvozdev ainsi que Marija Isidorovna Borejša (épouse Liverovskaja), auditrice libre à l’université puisque celle-ci n’admettait pas encore l’élément féminin, qui était cantonné aux Cours supérieurs féminins [Высшие женские курсы] ; on trouvera des détails sur cette femme exceptionnelle dans C. Depretto, le Formalisme en Russie..., op. cit., p. 60-61.

21 Voir A. Dmitriev, « Le contexte européen (allemand et français) du formalisme russe », Cahiers du monde russe, 43/2-3, 2002, p. 126, n. 16.

22 Prinzipien der Sprachgeschichte, Halle, Niemeyer, 1880, ouvrage considéré comme « la deuxième grande linguistique générale du XIXe siècle après celle de Schleicher » (G. Mounin, Histoire de la linguistique des origines au XXe siècle, Paris, PUF, 1967, p. 208).

23 Son Histoire de la littérature allemande [Geschichte der deutschen Literatur] de 1880-1883 avait été traduite en russe en 1893 (V. Šerer, История немецкой литературы, 1-2, Sankt-Peterburg ; assortie d’une notice de A. P. Pypin dans le tome 2). Cet historien de la littérature était aussi connu comme linguiste.

24 Présentation par Žirmunskij de la traduction du texte de Rudolf Unger « Moderne Strömungen in der Literaturwissenschaft » rédigé en 1924 : « Новейшие течения историко-литературной мысли в Германии » [Les dernières tendances dans la réflexion sur l’histoire de la littérature en Allemagne], cité d’après Поэтика : сборник статей [Poétique : recueil d’articles], Leningrad, Academia, 1927, p. 5 (trad. fr. de Roger Comtet : Viktor Jirmounski (Schirmunski), », le Texte et l’idée, Nancy, CEGIL / Université de Nancy 2, 2009, 24, p. 33-68).

25 Rudolf Unger « Новейшие течения в немецкой науке о литературе » [Les toutes dernières tendances de la science allemande de la littérature], Современный запад. Журнал литературы, науки и искусства, Moskva, 2, 1924, p. 9. À noter que l’introduction de Žirmunskij est absente de la bibliographie de ses œuvres parue en 1991 (L. E. Genin et alii, В. М. Жирмунский (1891-1971) : библиографический указатель [Viktor Maksimovič Žirmunskij (1891-1971). Index bibliographique], Sankt-Peterburg, BAN, 1991). L’insatisfaction évoquée par Žirmunskij sera la même en linguistique où le consensus néogrammairien est alors remis en cause par ceux qu’il nommera en 1967 les « dissidents », tels Baudouin de Courtenay, Schuchardt, Vossler, Gilliéron, Ferdinand Wrede, Theodor Frings... (Voir M. V. Žirmunskij, « Introduction »..., op. cit, p. 8). Il associe d’ailleurs la crise de la méthodologie de la science de la littérature à celle que connaissait la linguistique à la même époque, ce qu’il appelle « la crise méthodologique commune à l’histoire de la littérature et à la linguistique » (Žirmunskij, « Предисловие » [Introduction], in id. (ed.), O. Val′cel′, V. Dibelius, K. Vossler, L. Špitcer, Проблемы литературной формы, [Problèmes de la forme littéraire], Leningrad, Academia, 1928, p. iv.

26 Philosophische Probleme in der neueren Literaturwissenschaft : ein Vortrag, München, Der Spiegel, VIII/2, 1908.

27 Wölfflin systématisera ses idées en 1915 : H. Wölfflin, Kunsthistorische Grundbegriffe. Das Problem der Stilentwicklung in der neueren Kunst, München, Bruckmann, 1915. On notera que son ouvrage la Renaissance et le baroque avait été traduit en russe par E. Lundberg en 1913 (G. Vel′flin, Ренессанс и барокко. Исследование сущности и становления стиля барокко в Италии, Sankt-Peterburg, 1913).

28 Cité d’après A. Dmitriev, « Le contexte européen français et allemand du formalisme russe », art. cit., p. 426.

29 Deutsche Romantik : eine Skizze, Leipzig, B. G. Teubner, 1908.

30 Žirmunskij devait ensuite faire traduire et préfacer certaines œuvres marquantes de Walzel en 1922, 1923 et 1928, ce que nous aurons l’occasion d’évoquer par la suite lors de la controverse avec les formalistes ; c’est certainement Walzel, professeur à l’université de Bonn depuis 1921, qui permet à Žirmunskij d’y être professeur invité (Gastprofessor) en 1927 (même si l’intervention de Georg Dinges et du dialectologue Thedor Frings est également envisageable) ; Žirmunskij invite Walzel à Leningrad, en usant de sa position de doyen, à l’automne 1928 pour des conférences au GIII ; de la même manière, Žirmunskij fait alors élire comme docteurs honoris causa de la faculté Walzel, Eduard Sievers et Franz Saran.

31 La dédicace à Braun porte la mention « Leipzig août 1913 ». (Žirmunskij, Немецкий романтизм и современная мистика, 2e, Sankt-Peterburg, Axioma, 1996, p. 2).

32 Žirmunskij, Немецкий романтизм и современная мистика, Sankt-Peterburg, Tipografija A. S. Suvorina, 1914.

33 Voir le recueil Историческая поэтика [Poétique historique], 2e éd. corrigée, Moskva, URSS, 2004, avec préface de Žirmunskij [1940].

34 « К вопросу о “формальном методе” » [Contribution à la question de la “méthode formelle”], préface à la traduction de Walzel [Valcel], Проблема формы в поэзии [Le problème de la forme en poésie], Petrograd, 1923. Cité d’après V. M. Žirmunskij, Теория литературы. Поэтика. Стилистика [Théorie de la littérature. Poétique. Stylistique], Leningrad, Nauka, 1977, p. 94.

35 « Мистические чувства в произведениях первых немецких романтиков ».

36 « Йенский романтизм и мистика жизни » [Le romantisme de Iéna et le mysticisme de la vie], exposé du 18 mars 1913.

37 Èjxenbaum était entré au département d’études romanes et germaniques en 1907, soit un an avant Žirmunskij ; il va introduire celui-ci à Русская мысль et aux Северные записки (par l’intermédiaire de Ljubov′ Jakovlevna Gurevič, 1866-1940 et S. I. Čackina) ; les aspirations des deux futurs amis sont alors complémentaires : Èjxenbaum rêve de passer du statut de publiciste à celui d’universitaire (il recevra un poste en 1914 à l’université de Petrograd dans le département de langues et littérature russes et finira par y être nommé privat-docent en 1918), alors que, déjà bien installé dans l’institution, Žirmunskij souhaiterait pouvoir publier des articles de critique littéraire et théâtrale dans la presse afin de toucher un large public ; à noter qu’il avait déjà été, lors de sa scolarité, aux côtés de V. Valenkov, l’un des rédacteurs des 7 numéros la revue Тенишевец parus du 1er octobre 1906 au 1er janvier 1907.

38 Žirmunskij, « Гаман как религиозный мыслитель » [Hamann comme penseur religieux], Русская мысль, 1913, 6 ; l’étude d’Unger s’intitulait Hamann und die Aufklärung. Studien zur Vorgeschichte des romantischen Geistes im 18. Jahrhundert, Jena, 1911 ; pour Hamann, qui était mystique et opposé à l’Auklärung et que l’on surnommait « le mage du Nord », la poésie était « die Muttersprache des Menschengeschlechts ».

39 Id., Немецкий романтизм и современная мистика, 2e éd., op. cit., p. 206-207. On peut y lire aussi : « C’est ainsi que le symbolisme russe a derrière lui une riche et grandiose tradition mystique. » (Ibid., p. 206).

40 Id., Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 9-10 ; l’auteur a peut-être en tête en même temps que le « modernisme » les néogrammairiens qui extrapolaient à l’histoire de la langue les faits contemporains.

41 « Последние немецкие романтики » [Les derniers romantiques allemands], in F. D. Batjuškov (ed.), История западной литературы [Histoire de la littérature occidentale], Moskva, Mir, 1914, 3/2, p. 365-399 ; dans le même volume figurait un autre chapitre rédigé de concert avec F. A. Braun, « Немецкий романтизм и наука » [Le romantisme allemand et la science], p. 478-496.

42 Voir les références in : L. E. Genin et alii., op. cit., p. 23-27.

43 Žirmunskij développera par la suite, dans sa phase marriste, des idées analogues dans le domaine de la littérature orale puisées en fait chez Veselovskij ; les analogies entre des épopées nées à des milliers de kilomètres de distance, comme celles d’Asie centrale et d’Europe occidentale, s’expliquent par des stades de développement social identiques : « Les similitudes dans le monde des idées entre des peuples qui sont parvenus au même stade de développement historique ont leur fondement dans leur organisation sociale, ce sont des parallélismes que l’on peut relever même entre l’Europe occidentale et l’Asie centrale à l’époque du féodalisme. Les analogies ou les convergences typologiques du même genre entre les littératures de peuples éloignés, qui n’ont pas de contact direct, sont bien plus courantes qu’on ne le suppose généralement. » (Žirmunskij, « On the Study of Comparative Literature », Oxford Slavonic Papers, 1-2, 1967, p. 1-2). Entre temps, il avait aussi paru reprendre à son compte en 1922 cette théorie des convergences sous un éclairage formaliste en y appliquant, comme Šklovskij, l’idée de lois générales dans la composition des sujets (сюзетосложение) (voir V. M. Žirmunskij, « Вокруг Поэтики Опояза » [Autour de la Poétique de l’Opojaz], in id., Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 351). On sait que cette approche sera reprise par Propp en 1928 qui remplacera l’universalité des motifs de Veselovskij par celle des fonctions abstraites des contes populaires avec des schémas quasi mathématiques (Морфология сказки [La morphologie du conte], Leningrad, 1928, Вопросы поэтики XII).

44 Žirmunskij, Немецкий романтизм..., 2e éd., op. cit., p. 8.

45 Ibid., p. 9.

46 Compte rendu de la traduction russe de « À propos de l’art et des artistes » de Wackenrod et Tieck, in Русская мысль, 7, 1914, p. 31.

47 Žirmunskij, Немецкий романтизм..., 2e éd., op. cit., p. 199.

48 Ibid.

49 Žirmunskij, « Гейне и романтизм : памяти Эриха Шмидта » [Heine et le romantisme : à la mémoire d’Erich Schmidt], Русская мысль, 5, 1914, p. 90-116.

50 Voir G. M. Fridlender, « “Шестое чувство” (из истории литературнообщественных настроений 1910-х годов)» [Le « sixième sens » (pages d’histoire des sentiments dans la littérature et la société des années 1910], Русская литература, 1992, 2, p. 30.

51 Voir les lettres que lui adresse Èjxenbaum les 9, 27 octobre et 16 novembre 1913 (Žirmunskaja, Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit., p. 272-276).

52 Žirmunskij, Немецкий романтизм..., 2e éd., op. cit., p. 13.

53 Hermann Theodor Hettner (1821-1882), historien de l’art et de la littérature, professeur aux universités de Heidelberg, Iena et Dresde, auteur de Die Romantische Schule in ihrem inneren Zusammenhang mit Goethe und Schiller, Braunschweig, Vieweg und Sohn, 1850.

54 Žirmunskij, Немецкий романтизм..., 2e éd., op. cit., p. 92.

55 A. V. Lavrov, « В. М. Жирмунский в начале пути » [V. M. Žirmunskij au début de son parcours], in Русское подвижничество [Pages héroïques russes], Moskva, Nauka, 1996, p. 346.

56 Il publie alors un témoignage, « По Восточной Галиции с санитарным отрядом » [En sillonnant la Galicie orientale en train sanitaire], Русская мысль, I, 1916, p. 43-63.

57 Il était pourtant issu d’une famille israélite assimilée à la culture russe et assez indifférente en matière de religion. Mais ses poèmes de jeunesse sont déjà empreints d’une foi brûlante et il semble bien y être demeuré fidèle au fond de lui-même toute sa vie durant (voir I. Aničkov, « Очерк русского языкознания » [Esquisse de la linguistique russe], in V. N. Bazylev, V. P. Neroznak, Сумерки лингвистики. Из истории отечественного языкознания [Le crépuscule de la linguistique. Pages d’histoire de la linguistique nationale], Moskva, 2001, p. 455-464).

58 Tous les trois étaient épris de Sof′ja Nikolaevna Valenkova, chaste jeune fille toute pétrie de mysticisme et bien propre à stimuler les élans spirituels de ses soupirants.

59 Žirmunskaja, Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit., lettres du 25 octobre et du 24 novembre 1917, p. 292-296.

60 Voir à ce sujet le journal intime de Žirmunskij, du 17 avril 1905 au 18 mai 1906, qui a été publié récemment (Žirmunskij, Начальная пора. Дневники. Переписка [Premiers pas dans la vie. Journaux. Correspondance], réd., intro. et comm. de V. V. Žirmunskaja-Astvacaturova, Moskva, Новое литературное обозрение, 2013) (compte rendu de R. Comtet, Revue des études slaves, t. LXXXV, fasc. 3, 2014, p. 537-546). Žirmunskij, qui fut élève de l’Institut Tenišev de 1900 à 1908, professait alors des idées démocratiques et libérales tout comme sa famille représentative de la bourgeoisie éclairée.

61 Konstantin Vasilevíč Močul′skij (1892-1949) avait terminé l’université en 1910, dans le même département que Žirmunskij et était très lié avec lui ; c’est lui qui, à travers sa crrespondance, tient Žirmunskij au courant de l’actualité culturelle de la capitale lors du stage de celui-ci en Allemagne ; il émigra en France en 1919 où il s’illustra avec des travaux consacrés entre autres à Dostoevskij, Vladimir Solov′ev ou Gogol′ ; on a conservé de lui un ensemble de 29 lettres adressées à Žirmunskij de 1912 à 1918 qui montrent qu’ils étaient très liés (voir K. V. Močul′skij, « Письма к В. М. Жирмунскому » [Lettres à V. M. Žirmunskj], Новое литературное обозрение, 35, 35/1, 1999, p. 117-211). L’ouvrage Valerij Brjusov et l’héritage de Puškin [Валерий Брюсов и наследие Пушкина] lui est dédicacé : « À mon cher ami Konstantin Vasilevíč Močul′skij en souvenir de nos premiers travaux dans le domaine de la poétique. » (cette dédicace a disparu de la réédition du texte en 1977, in Теория литературы..., op. cit., p. 142-204. Une douzaine des estivants d’Alouchta, tous acteurs en renom de la scène littéraire et artistique de Petrograd, sont mentionnés chez V. V. ŽirmunskajaAvstvacaturova, « В. М. Жирмунский и эпоха сталинизма » [V. M. Žirmunskij et l’époque du stalinisme], Russian Literature, special issue, Philology and Stalinism, LVIII-II/III/IV, 2008, p. 371. Un cercle d’études littéraires ne tarde pas à se reconstituer (!) et Žirmunskij y fait la lecture du deuxième chapitre de son futur ouvrage Valerij Brjusov et l’héritage de Puškin : essai d’étude de stylistique comparée qui paraîtra en 1922 (Валерий Брюсов и наследие Пушкина : опыт сравнительно-стилистического исследования, SanktPeterburg, Él′zevir, 1922).

62 Il y eut une série de ces délocalisations au cours de la guerre, ces filiales devenant par la suite des universités de plein droit ; ironie de l’histoire, l’université de Leningrad sera évacuée à Saratov en mars 1942.

63 Lettre à Èjxenbaum du 29 juillet 1918, in : Žirmunskaja, Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit., p. 304.

64 Chargé de cours (privat docent) en philosophie à l’université de Saint-Pétersbourg à partir de 1912 (il aurait pu alors y croiser Žirmunskij), puis professeur à l’université de Saratov de 1917 à 1921, avant d’être nommé à celle de Moscou, il sera banni de Russie soviétique en 1922 ; gnosséologue, il est partisan de l’unitonalité, synthèse du rationalisme et de la foi chrétienne ; il a influencé Èjxenbaum. Žirmunskij s’intéressait déjà à la philosophie religieuse à l’université de Saint-Pétersbourg où il fréquentait les cours de Nikolaj Losskij.

65 Voir supra, n. 61.

66 En 1933, il fondera et dirigera la chaire d’histoire des littératures d’Occident.

67 Ou Государственный институт истории исскуства [Institut national d’histoire de l’art], fondé en 1912 par le comte mécène Valentin P. Zubov (ex. Зубовский институт, puis Российский институт истории искусства) ; l’institution avait continué d’être dirigée jusqu’après la révolution par son fondateur ; situé au 5 de la place Saint-Isaac et nationalisé après 1917, il se vit adjoindre une série de départements, dont, en 1920, une Faculté de littérature censée étudier les rapports entre les beaux-arts et la littérature et que s’empressèrent d’investir les formalistes pour en faire jusqu’en 1930, quand l’institut fut fermé pour être devenu un « nid du formalisme », leur « base institutionnelle et pédagogique », Michel Aucouturier, le Formalisme russe, Paris, PUF (Que sais-je ? no 2880), 1994, p. 8-9. Il est sûr qu’avec son titre de professeur à l’université de SaintPétersbourg et ses dehors quelque peu compassés, Žirmunskij offrait un paravent de respectabilité bien commode pour ses collègues de l’Opojaz, volontiers turbulents et bohêmes, avec qui d’ailleurs il ne sentait pas vraiment à l’aise (cette incompatibilité d’humeur est soulignée par Victor dans son Russian Formalism. History. Doctrine, The Hague – Paris, Mouton, 1969, p. 96). Parmi les plus anciens, on retrouvait Viktor Šklovskij, Boris Èjxenbaum, Boris Tomaševskij, Sergej Bernštejn, Jurij Tynjanov, Evgenij Polivanov ; il y avait aussi de nouveaux venus plus ou moins proches du mouvement comme comme Sergej Baluxatyj, Boris Èngelgardt, Grigorij Gukovskij, Boris Larin, Viktor Vinogradov... (Voir V. Erlich, Russian Formalism. History – Doctrine, 3e éd., The Hague – Paris, Mouton, 1969, p. 85). Comme pour le GAXN moscovite (Государственная академия художественных наук, Académie d’état des sciences artistiques, qui était proche du Cercle linguistique), le nouveau pouvoir favorisait la création de ces établissements d’enseignement et de recherche en marge du circuit académique classique considéré a priori comme conservateur et hostile.

68 Grâce certainement à l’entremise de son ami Boris Èjxenbaum qui y enseignait depuis 1918 ; Žirmunskij annonce la création de cette nouvelle faculté dans la presse: « Поэзия как искусство слова (К открытию факультета истории словесного искусства Российского института истории искусств) » [La poésie comme art de la parole (À propos de l’ouverture de la faculté d’histoire de l’art de la parole)], Жизнь искусства, 1920, 12 novembre, no 607.

69 Il épousera ensuite Nina Aleksandrovna Sigal (Žirmunskaja) (1919-1991) [communication de Vera Žirmunskaja-Astvacaturova], spécialiste de littérature française, qui lui donnera deux filles ; de son premier mariage était issu son fils Aleksej (1921-2000), biologiste renommé, académicien à Vladivostok, qui maintint vivante la tradition scientifique familiale (on sait qu’adolescent, Žirmunskij était passionné par les sciences naturelles).

70 En russe, Научно-исследовательский институт сравнительной истории литературы и языков Запада и Востока (ILJAZV), appelé aussi Institut Veselovskij (Институт Веселовского).

71 Žirmunskij, Религиозное отречение в истории романтизма, Saratov, Izd. Saratovskogo universiteta, Istoriko-filologičeskij fakultet, 1918 ; 2e éd., Moskva, Izd. S.I. Saxarova, 1919.

72 Религиозное отречение в истории романтизма, 2e éd., op. cit., p. 11.

73 Воскрешение слова, Sankt-Peterburg, 1914.

74 Сборники по теории поэтического языка [Recueils pour la théorie de la langue poétique], vyp. 1, Petrograd, 1916 ; vyp. 2, Petrograd, 1917. Une réédition enrichie fut réalisée en 1919 dans le recueil Поэтика.

75 Voir Catherine Depretto, « Le séminaire de Vengerov sur Puškin (1908-1918) », in id., le Formalisme en Russie..., op. cit., p. 68-76.

76 Ibid., « Le symbolisme russe et la renaissance de la poétique », p. 77-87.

77 « Лирика и эксперимент » [Poésie lyrique et expérimentation], « Опыт характеристики русского 4-стопного ямба » [Essai de caractérisation du tétramètre iambique russe], « Сравнительная морфология ритма русских лириков » [Morphologie comparée du rythme des poètes lyriques russes], in Символизм [Le symbolisme], Moskva, Musaget, 1910, p. 231-428, 567-633.

78 Depretto, « Le symbolisme russe et la renaissance de la poétique », art. cit., p. 82.

79 V. Ja. Brjusov, « Стихотворная техника Пушкина » [La technique du vers de Puškin], in : S. A. Vengerov (ed.), A. S. Puškin, Собрание сочинений [Œuvres], Sankt-Peterburg, 6, 1915 ; Наука о стихе. Метрика и ритмика [Science de la versification. Métrique et rythmique], Moskva, 1, 1919 ; Краткий курс науки о стихе [Petit cours de science du vers], Moskva, 1919 ; Основы стихосложения [Bases de la métrique], Moskva, 1924.

80 Žirmunskij, Введение в метрику. Теория стиха [Introduction à la métrique. Théorie du vers], Leningrad, Academia, 1925 ; cité d’après la réédition dans le recueil Теория стиха, Leningrad, Sovetskij pisatel′, 1975, p. 5.

81 Viktor Schirmunski, « Formprobleme in der russischen Literaturwissenschaft », Zeitschrift für slavische Philologie, 1924, 1, 1/2, p. 117-152 (trad. française de R. Comtet, Viktor Jirmounski, « Les problèmes formels dans la science russe de la littérature », Slavica occitania, 25, 2007, p. 233-284).

82 Id., op. cit., p. 234-237.

83 Toutes ces références à Veselovskij constitueront le principal chef d’accusation formulé contre Žirmunskij lors de la séance du conseil scientifique de l’université de Leningrad du 5 avril 1949 qui va le priver de toutes ses fonctions ; on lui reproche de suivre le « cosmopolitisme bourgeois de Veselovskij » en citant ses deux préfaces aux œuvres de celui-ci parues en 1939 et 1940 (à une époque où les vues de Veselovskij paraissaient avoir anticipé celles de Marr) ; le même genre de griefs est énoncé contre l’académicien Šišmarev, Èjxenbaum, Boris Tomaševskij, M. K. Azadovskij, M. P. Akekseev, A. I. Beleckij et G. A. Gukovskij (Gukovskij mourra en prison en 1950). On leur reproche leur incompréhension du caractère profondément réactionnaire du système et de l’idéologie de A.Veselovskij dans leur ensemble (« Против идеализации А. Веселовского » [Contre l’idéalisation d’A.Veselovskij], Известия АН СССР, отдел лит. и языка, 1948, t. 7, 4, p. 163).

84 Terme très général apparu à la charnière des XIXe et XXe siècles en Allemagne (Neuromantik) pour désigner la réaction contre le naturalisme dominant en littérature ; Merežkovskij avait publié dans le même esprit une étude intitulée « Le néoromantisme dans le drame » en 1894 (« Неоромантизм в драме », Вестник иностранной литературы, 11) cependant que Vengerov lui avait consacré le chapitre intitulé « Les étapes du mouvement néoromantique » dans sa Littérature russe du XXe siècle publiée à Moscou en 1914 ; l’historien italien de la littérature russe Ettore Lo Gatto fera un usage systématique de ce concept dans son Histoire de la littérature russe (Storia de la letteratura russa) publiée pour la première fois en 1943. On peut rappeler que l’étude d’Aleksandr Veselovskij consacrée à Žukovskij en 1904 s’inscrivait déjà dans cette perspective et a certainement influencé les études consacrées peu après par Žirmunskij au romantisme allemand (A. N. Veselovskij, В. А. Жуковский, Поэтика чувства и « сердечного соображения » [V. A. Žukovskij, La poétique du sentiment et de « l’imagination sentimentale »], Sankt-Peterburg, Tip. I. Akademii nauk, 1904). Voir aussi Z. G. Minc, « “Новые романтики” (К проблеме русского пресимволизма) » [Les « nouveaux romantiques » (Contribution au problème du présymbolisme)], Тыняновский сборник. Третьи тыняновские чтения..., op. cit., p. 144-158.

85 Braun le mettait en garde, lui rappelant que, à côté du romantisme, « il existe dans la germanistique d’autres questions et des disciplines entières qu’il ne faut pas mépriser ». (Lettre du 1er juillet 1913, citée d’après A. V. Lavrov, « В. М. Жирмунский и Ф. А. Браун (Письма уцителя к уценику) » [V. M. Žirmunskij et F. A. Braun. « Lettres du maître à son élève »], in : N. N. Kazanskij (ed.), Материалы конференции посвященной 110-летию со дня рождения академика Виктора Максимовича Жирмунского [Matériaux de la conférence consacrée au 110e anniversaire de la naissance de l’académicien Viktor Maksimovič Žirmunskij], Sankt-Peterburg, Nauka, 2011, p. 14).

86 Žirmunskij, Немецкий романтизми..., 2e éd., op. cit., p. 36.

87 Ibid., p. 41

88 Ibid., p. 41, n. 19, citation tirée des Aufsätze.

89 « Ceux qui ont surmonté le symbolisme » [Преодолевшие символизм], Русская мысль, 1916, 12 (décembre), p. 25-56 (avec plusieurs thèmes : « Les poètes symbolistes et ceux de la revue Hyperborée », « Anna Axmatova », « O. Mandel′štam », « N. Gumilev », « Pour une évaluation des poètes de l’Hyperborée »), Русская мысль, 12, 1916, p. 25-56. La poésie de Mandel′štam faisait ainsi pour la première fois l’objet d’une analyse. Voir aussi « О новой поэзии » [À propos de la nouvelle poésie], Биржевые ведомости, 3/11/1916 ; « О поэзии классической и романтической » [À propos de la poésie classique et de la poésie romantique], Жизнь искусства, 367, 368, 1920 ; Žirmunskij considérait à juste titre Gumilev comme la figure de proue de cette nouvelle école poétique. Une réédition augmentée de « Ceux qui ont surmonté le symbolisme » vit le jour en 1921.

90 On date la naissance de l’acméisme de la fondation de la revue Apollon en 1909 et du manifeste du poète Mixail Kuzmin de 1910 intitulé « О прекрасной ясности » [Sur la beauté de la clarté].

91 Žirmunskaja, Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit, p. 271.

92 Art. cit.

93 N. V. Nedobrovo, « Анна Ахматова », Русская мысль, 7, 1915, p. 63-68 ; Nedobrovo (1884-1919) avait étudié à la faculté d’histoire et philologie de l’université de Saint-Pétersbourg en même temps qu’Alexandre Blok ; membre dirigeant de l’Académie du vers de Vjačeslav Ivanov qui gravitait autour de la revue Apollon de 1909 à 1916, il avait également fréquenté le séminaire sur Puškin dirigé par Vengerov en même temps que Žirmunskij. Connaisseur averti de Puškin et grand ami d’Anna Axmatova, lui-même poète, il revendiquait une conception classique de la poésie, avec des œuvres publiées dans l’Almanach des muses [Альманах муз] ; il fut aussi l’auteur de « Le rythme, le mètre et leur relation » publié en 1912. Son étude sur Axmatova, basée sur le recueil du Rosaire [Четки] paru en 1914, est très élogieuse, et Žirmunskij va en prendre dans une certaine mesure le contrepied dans son propre compte rendu, de tonalité plus critique.

94 Žirmunskij « Из переписки Н. Гумилева и Л. Геийснер [...] » [Extraits de la correspondance entre N. Gumilev et L. Gejsner...], В мире книг, 1987, 4, p. 75 (lettre du 22 janvier 1917).

95 Ibid., « Преодолевшие символизм », in id., Теория литературы..., op. cit., p. 130.

96 Ibid., p. 131.

97 Русская мысль, 12, 1916, p. 56. Cité daprès Ju. D. Levin, E. G. Ètkind, « В. М. Жирмунский – теоретик и историк литературы » [V. M. Žirmunskij, théoricien et historien de la littérature], in: Язык, литература, эпос. (К 100-летию со дня рождения В. М. Жирмунского) [Langue, littérature, épopée (Pour le 100e anniversaire de la naissance de V. M. Žirmunskij)], Sankt-Peterburg, Nauka, 2001, p. 242.

98 Žirmunskij, « Анна Ахматова и Александр Блок » [Anna Axmatova et Aleksandr Blok], Русская литература, 3, 1970, p. 57-82.

99 Id., Творчество Анны Ахматовой [L’œuvre dAnna Axmatova], Leningrad, Nauka, 1973.

100 R. Jakobson, Новейшая русская поэзия. Набросок первый : Подступы к Хлебникову [La nouvelle poésie russe. Esquisse première : Velimir Xlebnikov], Praga, Tipografija Politika, 1921. Le compte rendu de Žirmunskij figure dans Начала, 1, 1921, p. 213-215.

101 Id., « Поэзия Александра Блока », in recueil Об Александре Блоке [À propos d’Aleksandr Blok], Petrograd, Kartonnyj domik, 1921, p. 65-105. Édition séparée : V. M. Žirmunskij, Поэзия Александра Блока, Petrograd, Kartonnyj domik, 1922.

102 Id., « Стихосложение Маяковского » [La poétique de Majakovskij], Русская литература, 4, 1964, p. 3-26.

103 Id., Введение в литературоведение. Курс лекций [Introduction à la science de la littérature. Cycle de leçons], 2e éd., Moskva, URSS, 2004, p. 354.

104 Id., Поэзия Александра Блока, [La poésie d’Aleksandr Blok], in id., Поэтика русской поэзии [La poétique de la poésie russe], Sankt-Peterburg, Azbuka-Klassika, 2001, p. 307.

105 Id., p. 309.

106 Voir par exemple W. M. Żirmunski, « Metafora w twórczości Bloka », Przegląd humanisticzny, 4, 1963, p. 83-93.

107 Abréviation de Общество по изучению поэтического языка [Société pour l’étude du langage poétique] ; on trouve parfois une glose différente : Общество по теории изучения поэтического языка [Société pour la théorie de l’étude du langage poétique]. La société fut officialisée en 1921.

108 Žirmunskij, « Преодоловевшие символизм », art. cit., 1977, p. 28.

109 E. G. Ètkind, « Историзм В. М. Жирмунского (1910-1920-е годы) » [L’historisme de V. M. Žirmunskij (1910-1920)], Известия Российской Академии наук. Серия литературы и языка, 1992, 51/2, p. 11-12. Ètkind souligne la parenté des idées de Žirmunskij avec celles du philosophe allemand Dilthey en évoquent l’image du cercle qui illustre le retour cyclique des systèmes littéraires.

110 Žirmunskaja, Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Éйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit., p. 297.

111 Il s’agit de « Два направления современной лирики » [Les deux orientations dans la poésie lyrique d’aujourd’hui], Жизнь искусства, 1920, no 339, 340 ; « О поэзии классической и романтической » [De la poésie classique et romantique], Жизнь искусства, 1920, no 367, 368 ; « Поэзия Кузмина » [La poésie de Kuzmin], Жизнь искусства, 1920, no 576 ; « На путях к клаццицизму » [Sur le chemin du classicisme], Вестник литературы, 1921, 4/5, p. 3-5 ; le texte « Метафора в поэтике русских символистов » [La métaphore dans la poétique des symbolistes russes], bien que rédigé dès 1921, fut publié post mortem seulement en 2001 (Новое литературное обозрение, 1999, 35, p. 222-249) du fait que Žirmunskij considérait qu’il faisait double emploi avec l’étude consacrée à Blok (Jakobson et Bogatyrev annonçait sa parution à venir en 1923 sous le titre légèrement différent de « Métaphore et symbole dans la poétique des symbolistes russes » (R. Jakobson, P. Bogatyrev, Славянская филология в России за годы войны и революции [La philologie slave en Russie pendant les années de la guerre et de la révolution], [Berlin], Opojaz, [1923], p. 33.

112 Le chapitre IV de « Поэзия Александра Блока » de 1921, art. cit., est consacré à la métaphore.

113 « Два направления современной лирики » [Deux tendances du lyrisme contemporain], Жизнь искусства, 10 et 11 janvier 1920, no 339 et 340.

114 « О поэзии классической и романтической » [De la poésie classique et romantique], Жизнь искусства, 10 et 11 novembre 1920, no 367 et 368.

115 « О поэзии классической и романтической », cit. daprès V. M. Žirmunskij, Теория литературы..., op. cit., p. 134.

116 Ibid.

117 Wölfflin, Renaissance und Barock. Eine Untersuchung über Wesen und Entstehung des Barockstil in Italien, 2e éd., München, Bruckmann, 1907.

118 O. F. Walzel, « Shakespeares dramatische Baukunst », Jahrbuch der Shakespearegesellschaft, LII, 1916.

119 Žirmunskaja, Èjxenbaum « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit., p. 290.

120 Ibid., p. 270-315.

121 Compte rendu de « Р. Якобсон, Новейшая русская поэзия : набросок первый. Виктор Хлебников » [R. Jakobson, La poésie russe récente : esquisse numéro 1. Viktor Xlebnikov], Начала, 1921, 1, p. 213-215.

122 Žirmunskij, « И. Шкловский, В. Розанов. Из книги “Сюжет как явление стиля” » [I. Šklovskij, V. Rozanov. Extrait du livre “Le sujet comme phénomène du style” ], Peterburg, Opojaz, 1921 ; id., 1. Шкловский, “Тристрам Шенди и теория романа” [Tristram Shandy et la théorie du roman], Petrograd, Opojaz, 1921 ; Начала, 1921, p. 216-219.

123 Žirmunskij, « Предисловие » [Préface], in id., Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 13.

124 Nous transposons ainsi, comme dans le reste de l’exposé, et faute d’équivalent français exact, le terme russe poèma qui s’est spécialisé pour désigner des œuvres poétiques importantes, par opposition au terme général stixotvorenie, « poésie», qui désigne des œuvres beaucoup plus courtes (cette convention avait été adoptée dans le compte rendu de Van Thiegem et Nina Gourfinkel intitulé « Quelques produits du “Formalisme russe” », Revue de littérature comparée, 12, 1932, p. 425-434).

125 Lettre à Boris Èjxenbaum du 5 (18) avril 1918, in : Žirmunskaja, Èjxenbaum « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit, p. 300.

126 Lettre à B. M. Èjxenbaum du 2 février 1918, in ibid., p. 297.

127 Voir R. Comtet, « Métaphore et métonymie chez Viktor Maksimovič Žirmunskij », in : Andrei Dobritsyn, Ekaterina Velmezova (eds), l’Ordre d’un chaos – le chaos d’un ordre. Hommages à Leonid Heller, Bern [...], Peter Lang, 2010, p. 127-140.

128 Žirmunskij, « Метафора в поэтике русских символистов » [La métaphore dans la poétique des symbolistes russes], Новое литературное обозрение, 35, 1, 1999, p. 162 (article daté de 1921 et publié post mortem, Žirmunskij n’ayant pas jugé utile de le faire éditer du fait qu’il faisait double emploi avec le chapitre IV de l’étude consacrée à Blok).

129 Žirmunskij, Введение в литературоведение [Introduction à la science de la littérature], Moskva, URSS, 2004, p. 324.

130 B. V. Tomaševskij, Теория литературы. Поэтика [Théorie de la littérature. Poétique], Leningrad, Gosudarstvennoe izdatel′stvo, 1925, p. 37.

131 Voir en 1921 R. Jakobson, la Nouvelle poésie russe..., op. cit., : « Le symbolisme comme école poétique est fondé sur la conversion des images de la réalité en tropes, sur leur métaphorisation. » (cité d’après R. Jakobson, Новейшая русская поэзия, in id., Selected writings, V, The Hague – Paris – New York, Mouton, 1979, p. 315).

132 « [...] on n’a pas encore suffisamment souligné que c’est la prédominance de la métonymie qui gouverne et définit effectivement le courant littéraire qu’on appelle “réaliste”, qui appartient à une période intermédiaire entre le déclin du romantisme et la naissance du symbolisme et qui s’oppose à l’un et à l’autre. » (cité d’après R. Jakobson, « Deux aspects du langage et deux types d’aphasie », in id., Essais de linguistique générale, Paris, Éditions de Minuit, 1963, p. 62-63, trad. de l’anglais par Nicolas Ruwet).

133 Žirmunskaja, Èjxenbaum « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit., p. 300, 303.

134 Сборники по теории поэтического языка [Recueils de théorie de la langue poétique], Petrograd, Opojaz, 1919.

135 Žirmunskij, « Вокруг Поэтики Опояза » [Autour de la Poétique de l’Opojaz], Жизнь искусства, 1919, p. 316-319, (ce texte n’est pas signalé dans l’index bibliographique des œuvres de Žirmunskij, L. E. Genin et alii, В. М. Жирмунский (1891-1971)..., op. cit.)

136 « Задачи поэтики », Жизнь искусства, no 313-317, 1919 ; repris in : V. M. Žirmunskij, « Задачи поэтики », [Les tâches de la poétique], Начала, 1, 1921, p. 51-81 ; repris, revu et complété, in Задачи и методы изучения искусств [Les tâches et les méthodes de l’étude des arts], Petrograd, Academia, 1923, p. 123-167 ; voir aussi id., Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 17-88.

137 Voir par exemple la référence à Gukovskij : « Goukovski n’a jamais adopté la totalité des positions de l’OPOÏAZ comme le fit Jirmounski. » (I. Serman, « Grigori Goukovski », in E. Etkind, G. Nivat, I. Serman et V. Strada (eds.), Histoire de la littérature russe. Le XXe siècle**. La Révolution et les années vingt, Paris, Fayard, 1988, p. 692 ; le malentendu persiste, on présente par exemple Žirmunskij comme « un critique de l’école formaliste (appartenant à son aile droite) » (E. Etkind, « La crise du symbolisme et l’acméisme », in : E. Etkind, G. Nivat, I. Serman et V. Strada (eds.), Histoire de la littérature russe. Le XXe siècle*. L’Âge d’argent, Paris, Fayard, 1987, p. 495. Voir également R. Comtet, « Viktor Maksimovitch Jirmounski (Viktor Maksimovič Žirmunskij) (1891-1971) et le formalisme russe », art. cit., p. 205, n. 2.

138 Žirmunskij, Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 337-356.

139 Ibid., p. 337.

140 Ibid., p. 342.

141 Jakubinskij critiquera par la suite l’ouvrage de Žirmunskij la Composition des poésies lyriques dans un compte rendu de 1922 (« По поводу книги В. М. Жирмунского “Композиция лирических стихотворений” » [À propos du livre de V. M. Žirmunskij “La composition des poésies lyriques”], Книжный угол, 1921, 8, p. 54-58) ; à l’en croire, le défaut principal de ce livre serait une confusion sur la notion de « langue » qui, pour Žirmunskij, existe indépendamment du locuteur comme un matériau légué lors de l’apprentissage initial du langage ; pour Jakubinskij, au contraire,le locuteur crée la langue à la faveur de ses échanges.

142 Сборники по теории поэтического языка..., vyp. 2, op. cit., p. 3-14.

143 Žirmunskij, « Вокруг Поэтики Опояза », art. cit., p. 351-352.

144 Ibid., p. 355.

145 Ibid.

146 Notion développée par Tynjanov et Èjxenbaum (dominanta) pour désigner la qualité principale d’une œuvre littéraire, élément auquel sont assujetties les autres composantes de l’œuvre (voir V. Erlich, op. cit., p. 199) ; ils en avaient trouvé l’idée chez l’esthéticien allemand Broder Christiansen (1869-1958) avec sa Differenzsqualität ; celui-ci était apprécié par les formalistes qui étaient pourtant peu enclins en général à reconnaître les travaux d’inspiration formaliste publiés à l’étanger ; la Philosophie de l’art [Philosophie der Kunst] de Christiansen avait été traduite en russe en 1911 (Философия искусства, Sankt-Peterburg, 1911).

147 Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 355, n. 2.

148 L. Šjukking, Социология литературного вкуса [Sociologie du goût en littérature], Leningrad, Academia, 1928, p. 11 (réd. et préface de Žirmunskij).

149 Voir à ce sujet M. Aucouturier, le Formalisme russe..., op. cit., p. 13-16.

150 Le même genre de critique sera exprimé par la suite par Rozalija Šor, qui était également germaniste de formation, dans ses diverses contributions aux volumes de la Literaturnaja ènciklopedija publiés de 1929 à 1939 et dans sa présentation de l’école de Seuffert où les procédés formalistes sont systématiquement ramenés à des modèles germaniques : selon elle tout, en fait, a déjà été dit par les Allemands, « tout ce qui, à en croire beaucoup, aurait été obtenu par nos formalistes dans le domaine de la théorie littéraire ». (« Формальный метод на западе : школа Зейферта и “риторическое направление”» [La méthode formelle en Occident : l’école de Seuffert et le «courant rhétorique»], in : M. A. Petrovskij (ed.), « Ars poetica ». Сборник статей 1 [« Ars Poetica ». Recueil d’articles 1], Moskva, GAXN, 1927, p. 127-143. Voir à ce propos R. Comtet, « R. O. Šor et l’Encyclopédie littéraire (1929-1939) », Cahiers de l’ILSL, 47, Lausanne, 2016, p. 274 ; le reproche est identique chez le théoricien marxiste Pavel Medvedev dans Формальный метод в литературоведении de 1928 (trad. de R. Comtet et B. Vauthier, la Méthode formelle en littérature, Toulouse, PUF, 2008, p. 139140). Inutile de dire que cette présentation avait le don d’exaspérer la « troïka » du formalisme pur et dur (Éjxenbaum, Šklovskij et Tynjanov) !

151 « Задачи поэтики », 1928, p. 17. Cette affirmation ne faisait que rappeler implicitement du reste que la « citadelle des formalistes » était intégrée à l’ « Institut d’état d’histoire des arts » [souligné par nous].

152 Ibid.

153 Introduction datée de 1927.

154 Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 7.

155 Voir les comptes rendus des écrits de R. Jakobson, « Новейшая русская поэзия. Набросок первый : Велимир Хлебников » [La nouvelle poésie russe. Esquisse première : Velimir Xlebnikov], Начала, 1921, 1, p. 213-215, et de V. Šklovskij, « Розанов » et « Тристрам Шанди Стерна и теория романа » [Tristram Shandy et la théorie du roman], Начала, 1921, 1, p. 216-219.

156 Žirmunskij, Вопросы литературы..., op. cit., p. 7.

157 Voir V. V. Žirmunskaja-Avcaturova, « Переписка А. А. Смирнова и В. М. Жирмунского (1917-1922) » [La correspondance entre A. A. Smirnov i V. M. Žirmunskij (1917-1922)], in : N. N. Kazanskij (ed.), Материалы конференции..., op. cit., p. 10-11. Aleksandr Aleksandrovič Smirnov (1891-1971), qui avait été élève de Veselovskij, était lié à Žirmunskij depuis l’université de Saint-Pétersbourg et le fameux séminaire de Vengerov ; il devait enseigner la littérature à l’université de Saint-Pétersbourg-Leningrad de 1913 à 1958 ; spécialiste du Moyen Âge et de la Renaissance, de Shakespeare, ainsi que de la littérature celte et hispanique, il devait ensuite élargir ses recherches à l’ensemble des littératures d’Europe occidentale et réaliser de nombreuses traductions littéraires ; il était connu aussi en tant que joueur et théoricien des échecs.

158 Композиция лирических стихотворений, Petrograd, Opojaz, 1921.

159 Вопросы поэтики, vyp. 3, Рифма, ее история и теория [Questions de poétique. La rime, son histoire et sa théorie], Petrograd, Academia, 1923.

160 Введение в метрику : теория стиха, Leningrad, Academia, 1925.

161 Ibid., op. cit., 1975 (l’ordre chronologique n’est pas respecté dans ce recueil où l’on trouve également deux articles, l’un consacré à la versification de Majakovskij, l’autre à la prose rythmée, qui ont été écrits dans les années 1960).

162 Валерий Брюсов и наследие Пушкина..., op. cit.

163 A. Kvjatkovskij, Поэтический словарь [Dictionnaire poétique], Moskva, Sovetskaja ènciklopedija, 1966, p. 285.

164 B. V. Tomaševskij, Русское стихосложение, Petrograd, 1923. Cet auteur critique par ailleurs certains points de détail des traités de Žirmunskij, surtout l’Introduction à la métrique (voir Tomaševskij, О стихе [À propos du vers], Moskva, Priboj, 1929, p. 47, 50, 312, 318.

165 G. A. Šengeli, Трактат о русском стихе. Часть первая. Органическая метрика [Traité du vers russe. Première partie. Métrique organique], 2e éd., Moskva-Petrograd, Gosizdat, 1923. Voir aussi du même Практическое стихотворение [Art poétique pratique], Moskva, Knigoizdatelstvo pisatelej, 1923.

166 R. O. Jakobson, О чешском стихе преимущественно в сопоставлении с русским propos du vers tchèque comparé principalement avec le vers russe], Berlin-Moskva, 1923 (Сборники по теории поэтицеского языка, V) (imprimé à Berlin en fait dès 1922).

167 Voir M. L. Gasparov, « Стиховедение » [Science du vers], in A. A. Surkov (ed.), Краткая литературная энциклопедия [Petite encyclopédie littéraire], Moskva, Sovetskaja ènciklopedija, 1972, p. 199. Cette nouvelle génération succèderait à celle du XVIIIe (Lomonosov et Trediakovskij) et à celle du XIXe (Vostokov).

168 Cité daprès Теория литературы..., op. cit., p. 142.

169 Ibid., p. 143.

170 Žirmunskij envisage ici bien sûr les poésies première manière de Brjusov, avant que celui-ci ne s’inspire du Parnasse à la fin de sa vie.

171 Cité daprès Теория литературы..., op. cit., p. 198-199.

172 Žirmunskij, Вопросы теории литературы..., op. cit., p.13.

173 Религиозное отречение в истории романтизма, 2e éd., op. cit., p. 7.

174 Ibid.

175 Pour une synthèse de la question, voir R. Comtet, « Viktor Maksimovitch Jirmounski (Viktor Maksimovič Žirmunskij) (1891-1971) et le formalisme russe », Slavica occitania, 25, 2007, p. 205-224.

176 Žirmunskij, Начальная пора. Дневники. Переписка..., op. cit., p. 316.

177 « Методы и подходы » ». [R.C.]

178 Il sagit de B. M. Èjxenbaum, Мелодика русского лирического стиха, Petrograd, Opojaz, 1922 (Сборники по теории поэтического языка). [R.C.]

179 « К вопросу о “формальном методе” », art. cit. [R.C.]

180 Žirmunskij, « Предисловие », in id., Вопросы теории литературы..., op. cit., p. 13-14.

181 Èjxenbaum, Анна Ахматова. Опыт анализа [Anna Axmatova. Essai danalyse], Peterburg,Petropečat′, 1923.

182 « Преодолевшие символизм », art. cit.

183 Cité daprès B. Èjxenbaum, « Анна Ахматова. Опыт анализа » [Anna Axmatova. Essai danalyse], in id., О поэзии [Sur la poésie], Leningrad, Sovetskij pisatel′, Leningradskoe otdelenie, 1969, p. 85.

184 Èjxenbaum, О поэзии..., op. cit., 139.

185 Ibid., « Некрасов », p. 2, 53, 61, Начала, 1922. Voir in id., О поэзии..., op. cit., p. 64. Le centenaire de la naissance de Nekrasov (1821-1877) avait suscité de nombreuses publications. (Voir par exemple Ju. Tynjanov, « Стиховые формы Некрасова » [Les formes poétiques de Nekrasov], Летопись Дома литераторов, 4, 1921, p. 3-4).

186 K. Čukovskij, « Некрасов как художник », Peterburg, Èpoxa, 1922.

187 « Преодолевшие символизм », cité daprès V. M. Žirmunskij, Теория литературы..., op. cit., p. 133.

188 Религиозное отречение в истории романтизма, 1918, op. cit.

189 Ibid., 2e éd., 1919, p. 5.

190 Ibid.

191 Ibid.

192 Ibid.

193 Voir supra, n. 137.

194 E. G. Ètkind, « Историзм В. М. Жирмунского (1910-1920-е годы) », [L’historisme de V. M. Žirmunskij (1910-1920)], Известия Российской Академии наук. Серия литературы и языка, 1992, 51/2, p. 7-9.

195 Il fait paraître alors 3 ouvrages et 7 articles ou critiques.

196 « Задачи поэтики », in Задачи и методы изучения искусств [Tâches et méthodes dans l’étude des arts], Peterburg, Academia, 1924, p. 123-157.

197 « Поэзия Александра Блока », art. cit.

198 « Поэзия Александра Блока », cité daprès V. M. Žirmunskij, Вопросы теории литературы, op. cit., p. 266.

199 О чешском стихе преимущественно в сопоставлении с русским, op. cit. ; cité daprès R. Jakobson, Selected writings, V, The HagueParisNew York, Mouton, 1979, p. 105, n. 133.

200 Cité daprès Ju. N. Tynjanov, Поэтика. История литературы. Кино [Poétique. Histoire de la littérature. Cinéma], Moskva, Nauka, 1977, p. 442 (dans les commentaires de E. A. Toddes, A. P. Čudakova et M. O. Čudakova).

201 « Поэтика Державина » [La poétique de Deržavin], Apollon, 8, 1916, p. 23-45.

202 L. P. Jakubinskij, « По поводу книги В. М. Жирмунского “Композиция лирических стихотворений” » [À propos du livre de V. M. Žirmunskij la Composition des poésies lyriques], Книжный угол, 8, 1922, p. 54-58.

203 Ju. N. Tynjanov, « Литературная мысль. Альманах II » [Literaturnaja mysl. Almanach II], Книга и революция, 3, 1923, p. 71-72.

204 Žirmunskij, « Вокруг “Кавказского пленника” Пушкина: к столетней годовщине. 1822 » [Autour du Prisonnier du Caucase de Puškin : pour son 100e anniversaire. 1822], Литературная мысль. Альманах [Literaturnaja mysl. Al′manax], Petrograd, Mysl′, 2, 1923, p. 110-123.

205 Tynjanov, art. cit., p. 141.

206 Cité d’après Ju. N. Tynjanov, Поэтика. История литературы. Кино..., op. cit., p. 454. Le texte de Smirnov (publié sous forme d’article, voir « Les tâches principales de la science de la littérature » [Главные задачи науки о литературе], Литературная мысль, 1923, 2) sera cependant fort apprécié par Baxtin comme nous le rappellent les mêmes commentaires (Ibid.), ainsi que par P. Medvedev en 1928 (Voir P. A. Medvedev, la Méthode formelle en littérature..., op. cit., 2008, p. 166, n. 3.

207 Žirmunskij, « Мелодика стиха : по поводу книги Б. М. Эйхенбаума Мелодика стиха, Petrograd, 1922 » [La mélodie du vers : à propos du livre de B. M. Èjxenbaum la Mélodie du vers, Petrograd, 1922], Mysl′, 1922, p. 109-139 (le titre de l’œuvre en question renvoie en fait à l’article qui l’a précédé en 1921 (voir note suivante).

208 Èjxenbaum, Мелодика русского лирического стиха, Petrograd, Opojaz, 1922 (Сборники по теории поэтического языка) ; le texte, projeté dès 1918, avait fait l’objet d’une publication préalable : « Мелодика стиха », Летопис Дома Литераторов, 1921, 4. L’auteur avait par ailleurs déjà fait une communication sur le même sujet dans les cercles littéraires de l’université de Petrograd au début de l’année 1918, entre autres à la Société Néophilologique le 28 février. Reproduit in B. M. Èjxenbaum, Сквозь литературу [À travers la littérature], Leningrad, 1924, p. 209-214 et dans О поэзии..., op. cit., p. 327-541.

209 209 Èjxenbaum, dans ses souvenirs, rapporte avoir soumis à Šaxmatov son texte, « bâti sur les fondements de la science allemande » (Èjxenbaum, Мой временник..., op. cit., 2001, p. 39).

210 Žirmunskij, « Мелодика стиха », art. cit., in id., Поэтика русской поэзии..., op. cit., p. 112.

211 E. Sievers, Rhytmisch-melodische Studien : Vorträge und Aufsätze, Heidelberg, Winter, 1912. Cette théorie, basée sur l’étude statistique de la lecture d’un même texte par de nombreux participants, a eu un grand succès en Allemagne et dans les pays anglo-saxons ; on a pu lui reprocher néanmoins le fait qu’elle aboutissait à des modèles fixes, sans tenir compte des variations individuelles. En bon néogrammairien, Sievers a aussi extrapolé les résultats obtenus à l’époque contemporaine aux textes poétiques anciens.

212 Žirmunskij, « Мелодика стиха », art. cit., in id., Поэтика русской поэзии..., p. 64. On sait que le poéticien phonéticien de l’Opojaz S. I. Bernštejn (1892-1970) fut également fortement influencé par la « philologie de l’écoute » de Sievers et Saran, qui inspira la naissance de l’Institut de la parole vivante [Институт живого слова] à Petrograd en 1918 ainsi que les théories du skaz.

213 Ibid., p. 154.

214 Ibid., p. 144.

215 Ibid., p. 335-336, n. 1.

216 O. Val′cel′, Импрессионнизм и экспрессионизм в современной Германии (1890-1920), Petrograd, Academia, 1922 (traduction de la 1e partie, chapitre 2 de l’ouvrage de Walzel, Ricarda Huch. Ein Wort über Kunst des Erzählens, Leipzig, Insel-Verlag, 1916).

217 Проблема формы в поэзии, Petrograd, Academia, 1923 (Édition originale : Die künstlerische Form des Dichtwerks, Berlin, Mittler, 1916) ; Žirmunskij fera de nouveau publier en russe trois textes de Walzel, dans son anthologie des théoriciens allemands de la littérature parue en 1928 : Проблемы литературной формы : сборник статей [Problèmes de la forme en littérature : recueil d’articles], Leningrad, Academia, 1928, p. 1-104 ; il s’agit de Сущность поэтического произведения [La nature de l’œuvre poétique] de 1926, Архитектоника драм Шекспира [L’architectonique des drames de Shakespeare] de 1922 et Художественная форма в произведениях Гете и немецких романтиков de 1918 [La forme artistique dans les œuvres de Goethe et des romantiques allemands].

218 « К вопросу о формальном методе », in : Valcel′ [Walzel], Проблема формы в поэзии, op. cit., p. 5-23.

219 Voir A. Dmitriev, « Le contexte européen (français et allemand) dans le formalisme russe », Cahiers du monde russe, 43/2-3, 2002, p. 430.

220 Cité d’après B. Èjxenbaum, О литературе..., op. cit., 1987, p. 511.

221 Žirmunskij, « Предисловие », Проблемы литературной формы..., op. cit., p. iv.

222 Dmitrij Konstantinovič Petrov, hispaniste de l’université de Saint-Pétersbourg, dirige le Cercle romano-germanique à compter de 1909. (R. C.)

223 Žirmunskaja, Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit., p. 313-314.

224 Ibid., p. 317.

225 Ibid.

226 Ibid., p. 318.

227 Cette accusation est récurrente chez les formalistes (voir le manifeste de Tynjanov et Jakobson de 1928, Проблемы изучения литературы и языка [Problèmes de l’étude de la littérature et de la langue] dans son original russe, cité par C. Depretto in « Roman Jakobson et la relance de l’Opojaz (1928-1930) », in id., le Formalisme en Russie..., op. cit., p. 141) ; elle est d’autant moins fondée que Žirmunskij était lui-même fort critique vis-à-vis de l’ « éclectisme » de la science académique qu’il qualifiait d’ « éclectisme dénué de tout principe » (voir Žirmunskij, Вопросы литературы..., op. cit., p. 7 ; voir aussi « К вопросу о формальном методе », art. cit., p. 99). On voit là qu’en fait ses adversaires n’avaient pas compris ou voulu comprendre le fond de sa pensée, l’idée d’un « sentiment de la vie » dominant à chaque époque et en déterminant les formes artistiques (ce qui pourrait correspondre à un « esprit du temps »). Èjxenbaum réitère ses accusations dans sa contribution au numéro 5 de Печать и революция pour 1924 qui confronte le formalisme au marxisme (« I. Вокруг вопроса о формализме » [Autour de la question du formalisme], p. 1-12 ; ce qui vaut à Žirmunskij d’être défendu par le marxiste V. Poljanskij (pseudonyme de P. I. Lebedev-Poljanskij) dans « VI. По поводу Эйхенбаума » [À propos de B. Èjxenbaum], p. 58-61) (!).

228 Voir Èjxenbaum, « Литература и литературный быт » [La littérature et la vie littéraire], На литературном посту, 9, 1927, et id., « Литература и писатель » [La littérature et l’écrivain], Звезда, 5, 1927 (c’est l’époque des années 1927-1928, marquée par le tournant sociologique et historique des formalistes qui se rendent compte de l’impasse à laquelle ils ont abouti).

229 Žirmunskij, « Вступительные замечания » [Remarques préliminaires], in: L. Šjukking, op. cit., p. 11.

230 R .O. Šor, « Формальный метод на Западе » [La méthode formelle en Occident], in : M. A. Petrovskij (ed.), Ars poetica, Moskva, 1927, p. 136.

231 Žirmunskij, « Formprobleme in der russischen Literaturwissenschaft », Zeitschrift für slavische Philologie, 1, 1/2, 1925, p. 117-152 ; Jirmounski, « Les problèmes formels dans la science russe de la littérature », art. cit., p. 225-284.

232 Une lettre de Žirmunskij à Èjxenbaum de juin 1923 laisse supposer désormais des relations purement officielles et administratives (Žirmunskaja, Èjxenbaum, « Переписка Б. М. Эйхенбаума и В. М. Жирмунского », art. cit., p. 315-316).

233 Avec par exemple son Байрон и Пушкин : из истории романтической поэмы [Byron et Puškin : pages d’histoire du poème romantique], Leningrad, Academia, 1924 ; de 1922 à 1929, les 7 ouvrages publiés par Žirmunskij l’ont été aux éditions Academia, exception faite de celui consacré à Brjusov et paru en 1922 (Валерий Брюсов и наследие Пушкина..., op. cit.).

234 Une tentative pour créer des éditions propres au Cercle échoua effectivement en 1922 (voir C. Depretto, « Le formalisme moscovite », in id., le Formalisme en Russie..., op. cit., p. 91). On sait qu’Osip Brik aida efficacement les premiers textes formalistes à paraître à Petrograd grâce à sa fortune personnelle.

235 Вопросы поэтики, vyp. 3, Рифма, ее история и теория..., op. cit., 1923.

236 « Новейшие течения историко-литературной мысли в Германии », art. cit.

237 « Проблема формы в германском эпосе», [Le problème de la forme dans l’épopée germanique], Поэтика. Сборник статей, Leningrad, Academia, 1928, p. 90-113.

238 Voir D. V. Ustinov, in : E. Etkind et alii, (eds.), Histoire de la littérature russe. Le XXe siècle **... op. cit., p. 688-696. Gukovskij (1902-1950) devait ensuite à son tour former de jeunes chercheurs comme Ekind, Lotman, Serman que l’on peut à juste titre considérer comme des disciples au second degré de Žirmunskij. Voir sur ce sujet L. P. Zinder, T. V. Stroeva, « В. М. Жирмунский как учитель » [V. M. Žirmunskij comme maître], in : M. P. Alekseev, M. M. Guxman, E. M. Meletinskij (eds.), Проблемы сравнительной филологии [Problèmes de philologie comparée], Moskva – Leningrad, Nauka, 1964, p. 7-16.

239 Desnickaja, Lixačev, « Виктор Максимович Жирмунский », art. cit., p. 233.

240 Èjxenbaum, « Как сделана Шинель Гоголя », Поэтика, Petrograd, 1919, p. 151-165 ; Viktor Šklovskij, « Связь приемов сюжетосложения с общими приемами стиля » [Le lien entre les procédés de contruction du sujet et les procédés stylistiques généraux], Поэтика, 1919, p. 113-150 ; id., Развертывание сюжета [Le développement du sujet], Petrograd, Opojaz, 1921 [Сборники по теории поэтицеского языка], 4.1 ; id., Тристрам Шенди Стернеьа и теория романа [Tristram Shandy de Sterne et la théorie du roman], Petrograd, 1921 ; V. Šklovskij, Строение романа и рассказа [La construction du roman et du récit], 1, 1921 ; id., « Сюжет и цомпозиция повести Гоголя “Нос”» [Le sujet et la composition de la nouvelle de Gogol′ “Le nez”], Начала, 1, 1921 ; M. A. Petrovskij, « Композиция новеллы у Мопассана » [La composition de la nouvelle chez Maupassant], Начала, 1, 1921 ; id., « Морфология новеллы » [La morphologie de la nouvelle], Ars poetica, Moskva, 1927. On sait que Šklovskij devait par la suite rassembler ses études sur la prose datées de cette époque dans le volume Теория прозы [Théorie de la prose], Moskva, Krug, 1925.

241 Voir V. Erlich, op. cit., p. 95.

242 La thèse intitulée L’influence russe sur les dialectes des colonies allemandes des provinces de Samara et Saratov [Einfluß des Russischen in den Wolgadeutschen Mundarten] n’a jamais été publiée. Voir Matthias Aumüller, « Viktor Žirmunskij and German Mundartforschung », Studies in East European Thought, 60, 2008, p. 295-306. Dinges aurait dû faire carrière à l’université de Moscou, n’eussent été les événements ; il fut nommé professeur à Saratov en 1923, puis, sommet de sa carrière, directeur de l’Institut pédagogique nouvellement créé à Pokrovsk (Èngel′sk) en 1929 ; il fut jugé la même année pour activités contre-révolutionnaires, le prétexte en étant ses contacts avec les dialectologues allemands et condamné à être déporté en Sibérie où il mourut du typhus pendant le transport en 1932.

243 Voir C. Depretto, « La question du formalisme moscovite », in id., le Formalisme en Russie..., op. cit., p. 164.

244 Государственная академия художественных наук [Académie nationale des sciences artistiques], institution qui fonctionna de 1921 à 1929 et qui incluait une section de littérature (voir Ibid., p. 304).

245 Jakobson, О чешском стихе преимущественно в сопоставлении с русским..., op. cit., n. 144.

246 Id., « Московский лингвистический кружок » [Le Cercle linguistique de Moscou], Philologica, 1996, 3, 5/7, p. 367.

247 Il y a plusieurs références à Žirmunskij dans les textes de Jakobson ; les deux savants se retrouveront en URSS en 1967.

248 Jakobson, Новейшая русская поэзия..., op. cit.

249 In Начала, 1, 1921 p. 213-215.

250 Jakobson, Новейшая русская поэзия..., op. cit., cité daprès id., Paris, Seuil, 1977, p. 13 (trad. de Tzvetan Todorov). En fait, le texte de Jakobson avait été rédigé dès mai 1919 pour servir d’introduction à une édition des œuvres de Xlebnikov (qui ne put être réalisée) ; il avait déjà été présenté dans le cadre du MLK et de l’Opojaz.

251 Žirmunskij, Композиция лирических стихотворений, [La composition des poésies lyriques], Petrograd, Opojaz, 1921.

252 Ibid., cité d’après id., Теория стиха..., op. cit., p. 627.

253 L. P. Jakubinskij, « По поводу книги В. М. Жирмунского “Композиция лирических стихотворений” » [À propos du livre de V. M. Žirmunskij la Composition des poésies lyriques], Книжный угол, 8, 1922, p. 54-58 (cité d’après id., Избранные работы. Язык и его функционирование [Œuvres choisies. La langue et son fonctionnement], Moskva, Nauka, 1986, p. 196).

254 Id., « О диалогической речи », Русская речь, 1, 1923, p. 111.

255 On relèvera que Jarxo était germaniste de formation comme Žirmunskij, ce qui ne pouvait que les rapprocher, et effectivement ce dernier était le seul pétersbourgeois auquel se référait Jarxo (voir A. Dmitriev, « Как сделанаформально-философская школа” (или почему не состоялся московский формализм) » [Comment s’est formée l’« école philosophique de la forme » (ou pourquoi ne s’est pas constitué un formalisme moscovite)], in M. A. Kolerov, N. S. Plotnikov (eds.), Исследования по истории русской мысли [Recherches sur l’histoire de la pensée russe], Moskva, Oleg Kolerov, 8, 2009, p. 92, n. 52.

256 Depretto, le Formalisme en Russie..., op. cit., p. 16.

257 B. I. Jarxo, M. A. Petrovskij (eds.), Ars poetica : сборник статей [Ars poetica : recueil darticles], Moskva, GAXN, 1927 ; id., Ars poetica : стих и проза [Ars poetica: vers et prose], Moskva, GAXN, Trudy literaturnoj sekcii, 1927.

258 Voir D. N. Ustinov, « В. М. Жирмунский и Г. А. Гуковский » [V. M. Žirmunskij et G. A. Gukovskij], in Материалы конференции ..., op. cit., p. 24-28.

259 Dmitriev, « Le contexte européen (français et allemand) dans le formalisme russe », art. cit., p. 430, n. 32.

260 Depretto, « La question du formalisme moscovite », art. cit., p. 169.

261 Tynjanov, Проблемы стихотворного языка, Leningrad, Academia, 1924.

262 Cité d’après trad. fr. in A. Dmitriev, « Le contexte européen (français et allemand) du formalisme », art. cit., p. 430.

263 Байрон и Пушкин...

264 « Байронизм Пушкина как историко-литературная проблема » [Le byronisme de Puškin comme problème d’histoire littéraire] in Пушкинский сборник : памяти проф. С. А. Венгерова [Recueil Puškin : À la mémoire du professeur S. A.Vengerov], Moskva – Petrograd, Gosizdat, 1922, p. 295-326.

265 « Вокруг “Кавказского пленника” Пушкина : К столетней годовщине. 1822 », Литературная жизнь : Альманах, Petrograd, Mysl′, 2, 1923, p. 110-123.

266 Žirmunskij, « Жизнь и творчество Байрона » [La vie et l’œuvre de Byron], in D. G. Bajron, Драмы [Drames], PetrogradMoskva, Gosizdat, 1922, p. 7-54.

267 Id., « Предисловие » , in id., p. 209-211.

268 Žirmunskij, Байрон и Пушкин..., op. cit., 1978, p. 21.

269 Ibid., p. 21.

270 Ibid., p. 23.

271 Ibid., p. 14.

272 V. Peretz, « В. Жирмунский. Байрон и Пушкин : из истории романтической поэмы. Петерсбург. Petersburg 1924 », Zeitschrift für slavische Philologie, 1, 1925, p. 516.

273 M. Gorlin, « Les études pouchkiniennes (1917-1937) », Revue de littérature comparée, 1, 1937, p. 215-216.

274 Au passage, on notera que Žirmunskij réfute définitivement l’influence possible de Chateaubriand qui avait été abusivement mise en avant au début du siècle par Vasilij Sipovskij (1872-1937) (Vasilij Vasil′evič Sipovskij, Пушкин. Жизнь и творчество [Puškin. Vie et œuvre], Sankt-Peterburg, T-vo Trud, 1907. Žirmunskij nie de la même manière l’influence supposée de la nouvelle de Xavier de Maistre intitulée « Le prisonnier du Caucase » comme l’œuvre de Puškin.

275 A. Mazon, « Byron et Pouchkine (à propos d’un livre de V. Žirmunskij), Leningrad, Academia, 1924 », Revue de littérature comparée, 6, 1926, p. 172.

276 Žirmunskij, Байрон и Пушкин..., op. cit., p. 180-199.

277 Ibid., p. 199.

278 Gorlin, art. cit., p. 216.

279 Žirmunskij, Байрон и Пушкин..., op. cit., p. 415.

280 Ibid., p. 356.

281 « Puškin und Byron, t. 1 », Zeitschrift für slavische Philologie, 3, 3/4, 1926, p. 290-310 ; « Puškin und Byron, t. 2 », Zeitschrift für slavische Philologie, 4, 1/2, 1927, p. 20-42.

282 Van Tieghem, Gourfinkel, « Quelques produits du “Formalisme” russe », art. cit. p. 425-434.

283 Ibid., p. 431.

284 Žirmunskij, Пушкин и Байрон, 1978, « Предисловие к немецкому изданию » [Préface à l’édition allemande], p. 9 ; texte composé pour l’édition fac-similé du texte paru en 1970, München, W. Finck, 1970 [Slavische Propyläen].

285 Žirmunskij, Байрон и Пушкин. Пушкин и западные литературы [Bajron et Puškin. Puškin et les littératures occidentales], 2e éd., Leningrad, Nauka, 1978, p. 414.

286 Mazon, art. cit., p. 173.

287 Medvedev, la Méthode formelle en littérature, op. cit., p. 186.

288 Van Tieghem, Gourfinkel, art. cit., p. 431-434.

289 Ibid., p. 433.

290 Žirmunskij, Байрон и Пушкин..., op. cit., 1978, p. 416.

291 Ibid., p. 16.

292 Tynjanov y voyait « l’inventaire [пересказ] le plus complet de toutes les imitations du “Prisonnier du Caucase” dans la poésie des années 20 et 30 » (Ju. N. Tynjanov, « Пушкин », in id., Пушкин и его современники [Puškin et ses contemporains], Moskva, Nauka, 1969, p. 142, n. ***).

293 Voir par exemple le Lermontov d’Èjxenbaum (1924) ou le roman historique Кюхля de Tynjanov bâti autour du contemporain de Puškin Kjuxel’beker (1925).

294 Tynjanov, Поэтика. История литературы. Кино..., op. cit., p. 518.

295 « Литературный факт », Lef, 2, 1924, p. 101-116 ; « О литературной эволюции », На литературном посту, 10, 1927, p. 42-48.

296 Ju. T. [Ju. N. Tynjanov], Книга и революция, 3, 1923, p. 72. Le compte rendu englobe l’ensemble du recueil ; Tynjanov critique cependant l’attitude visiblement trop nuancée de l’auteur puisque Žirmunskij faisait intervenir aussi bien le jeu du style artistique de l’époque qu’une influence directe de Byron sur Puškin.

297 Ibid., p. 72.

298 Fridlender, art. cit., p. 32.

299 Voir par exemple L. Grossman, « Пушкин и Андре Шенье » [Puškin et André Chénier], de 1920.

300 Žirmunskij, « Проблемы сравнительно-исторического изучения литератур » [Problèmes de l’étude historico-comparative des littératures], in Взаимосвязи и взаимодейстсвия национальных литератур : Материалы дискуссии [Les rapports et les actions réciproques entre les littératures nationales : matériaux de la discussion], Moskva, AN SSSR, 1961 ; cité d’après id., Сравнительное литературоведение [La science de la littérature comparée], Leningrad, Nauka, 1979, p. 68.

301 Гете в русской литературе, Leningrad, Goslitizdat, 1937.

302 « Пушкин и западные литературы », in V. D. Bronč-Bruevič (ed.), Пушкин (1837-1937) [Puškin (1837-1937], MoskvaLeningrad, 1937, p. 66-103 [Временник Пушкинской комисии, т. 3].

303 Žirmunskij, « Сравнительное литературоведение и проблема литературных влияний » [La science de la littérature comparée et le problème des influences littéraires], Известия АН СССР, Отделение общественных наук, 3, 1936, p. 363-403.

304 En russe bytovoj de byt, l’existence quotidienne (R. C.).

305 Aucouturier, le Formalisme russe..., op. cit., p. 103.

306 Èjxenbaum, « Литература и литературный быт », На литературном посту, 9, 1927.

307 Tynjanov, « О литературной эволюции », На литературном посту, 10, 1927, p. 42-48 : pour Tynjanov, « “le fait littéraire” conduit inéluctablement de l’étude de l’œuvre à celle de la littérature qui lui sert de fond (l “époque-système”) et de là au système des faits sociaux dans lequel s’insère cette littérature. » (Aucouturier, le Formalisme russe..., op. cit.,p. 106).

308 L. L. Schücking, Die Soziologie der literarischen Geschmacksbildung, München, Rösl, 1923. Trad. Russe : L. Šjukking, Социология литературного вкуса..., op. cit.

309 Žirmunskij, Национальный язык и социальные диалекты [La langue nationale et les dialectes sociaux], Leningrad, Xudožestvennaja literatura, 1936.

310 Žirmunskij, « Formprobleme in der russischen Literaturwissenschaft », Zeitschrift für slavische Philologie, 1, 1/2, 1925, p. 117-152 (l’Index bibliographique [Библиографический указатель] de Žirmunskij par L. E. Genni et alii, op. cit., p. 34, indique par erreur 1924), Jirmounski, « Les problèmes formels dans la science russe de la littérature », art. cit., p. 225-284.

311 Depretto, « Roman Jakobson et la relance de l’Opojaz (1928-1930) », in id., le Formalisme russe, op. cit., p. 133-146.

312 Žirmunskij, Вопросы теории литературы..., op. cit., 1928.

313 Èjxenbaum, Сквозь литературу. Сборник статей [À travers la littérature. Recueil d’articles], Leningrad, Academia, 1924.

314 Šklovskij, « Памятник научной ошибке », Литературная газета, 27 janvier1930.

315 Sur cet épisode de la vie de Žirmunskij, voir R. Comtet, « Allemands de Russie et théorie des îlots linguistiques dans la tradition linguistique et chez Viktor Žirmunskij », Slavica occitania, 20, 2005, p. 303-325.

316 Voir la commission dialectologique de Moscou, berceau du Cercle linguistique de Moscou, où Jakobson se signala.

317 Études rassemblées dans le recueil V. Schirmunski, Linguistische und ethnographische Studien 1923-1931, München, Südostdeutsches Kulturwerk, 1992 (compte rendu de R. Comtet, Revue des études slaves, t. LXVIII, fasc. 4, 1996, p. 581-588).

318 Žirmunskij recueille aussi les Lieder, vaste compilation conservée jusqu’à nos jours à SaintPétersbourg par l’Académie des sciences (Санкт-Петербургский aрхив немецкой народной песни).

319 Žirmunskij, Национальный язык..., op. cit.

320 Le maître de Žirmunskij, Braun, se considérait comme un disciple de Hermann Paul et avait suivi les cours de Saussure à Paris. Nous avons rappelé qu’il avait insisté pour que son élève assiste aux cours des néogrammairiens lors du stage en Allemagne.

321 Žirmunskij, « Предисловие », in id., Общее и германское..., op. cit., 1976, p. 8.

322 R. Comtet, « Allemands de Russie et théorie des îlots linguistiques dans la tradition linguistique et chez Viktor Žirmunskij », art. cit., p. 307-314.

323 Žirmunskij, Национальный язык..., op. cit.

324 Les recherches actuelles tendraient à montrer que la sociologie soviétique est née plus tôt, dans le contexte des années 1920 (voir par exemple C. Brandist, K. Chown (eds.), Politics and the Theory of Language in the USSR 1917-1938. The Birth of Sociological Linguistics, London – New York, Anthem Press, 2010).

325 Žirmunskij, « Проблемы социальной диалектологии » [Problèmes de dialectologie sociale], Известия ОЛЯ АН СССР, 2, 1964, p. 103.

326 Id., « Мелодика стиха » [1922], art. cit., in id., Поэтика русской поэзии..., op. cit., p. 130, où sont évoquées « les nuances du phonème e dans des mots comme cep ou sten, ainsi que la réduction vocalique dans la syllabe non accentuée » ; il reprend ces commentaires in V. M. Žirmunskij, Рифма, еe история и теория [La rime, son histoire et sa théorie], [1923], reproduit in id., Теория стиха..., op. cit., p. 235-430.

327 Рифма, ее история и теория..., op. cit., p. 308.

328 Ibid., p. 317.

329 Citons par exemple son article de 1965 intitulé « Общие тенденции фонетического развития германских языков » [Tendances générales de l’évolution phonétique des langues germaniques], Вопросы языкознания, 1, 1965, p. 3-21, où lon chercherait en vain trace dune terminologie phonologique.

330 Voir par exemple « О синхронии и диахронии в языкознании » [À propos de la synchronie et de la diachronie en linguistique], Вопросы языкознания, 5, 1958, p. 43-52 ; « Об аналитических конструкциях » [À propos des constructions analytiques], in V. M. Žirmunskij, O. P. Sunik (eds.), Аналитические конструкции в языках разных типов [Les constructions analytiques dans des langues de différents types], Moskva-Leningrad, Nauka, 1965, p. 5-57.

331 Depretto, « Entre l’histoire et le mythe : E. D. Polivanov (1891-1938 », in id., le Formalisme en Russie..., op. cit., p. 262.

332 On peut penser que ce fut en liaison avec ses travaux de poétique.

333 Voir I. Boduèn-de-Kurtenè, О древне-польском языке до XIVго столетия [À propos de l’ancienne langue polonaise jusqu’au XIVe siècle], Lejpcig, Kèr i German, 1870 (correspond à sa thèse soutenue la même année à l’université de Saint-Pétersbourg).

334 Žirmunskij, « Внутренние законы развития языка и проблема грамматической аналогии » [Les lois internes de l’évolution de la langue et le problème de l’analogie grammaticale], Труды Института языкознания АН СССР, 4, 1954 (cité d’après id., Общее и германское языкознание..., op. cit., p. 40).

335 Id., « Задачи поэтики », art. cit., p. 34.

336 Jirmounski, « Les problèmes formels dans la science russe de la littérature », art. cit., p. 242.

337 On ne trouve en tout et pour tout que 11 mentions sur les 679 pages de texte et notes de son recueil d’écrits linguistiques Общее и германское языкознание de 1976 (op. cit).

338 Voir V. M. Žirmunskij, История немецкого языка. Учебник для педагогических интитутов иностранных языков и филологических факультетов государтственных университетов [Histoire de la langue allemande. Manuel destiné aux instituts pédagogiques de langues étrangères], Leningrad, Učpedgiz, 1938 (4e éd. 1948) ; id., Немецкая диалектология [Dialectologie allemande], MoskvaLeningrad, AN SSSR, Institut jazykoznanija, 1956 ; id., Введение в сравнительно-историческое изучение германских языков [Introduction à l’étude historique et comparative des langues germaniques], Moskva-Leningrad, Nauka, 1964.

339 À l’exception, notoire, de Baudouin de Courtenay qui l’a toujours regretté.

340 C. Brandist, « Viktor Žirmunskij on Evolution, Diffusion and Social Stratification in Literary Studies and Linguistics », Russian Literature, iii/iv, 2012, p. 386.

341 Aničkov, « Очерк советского языкознания »..., op. cit., p. 455.

342 Èjxenbaum, « Как сделана Шинель Гоголя », art. cit.

343 Voir par exemple le Voyage sentimental de Šklovskij, Une majesté de cire, Kioukhlia, la Mort du Vazir-Moukhtar de Tynjanov ou encore les biographies de Tolstoj par Èjxenbaum.

344 S. A. Romaško, « Виктор Максимович Жирмунский », in F. M. Berezin et alii (eds.), Отечественные лингвисты ХХ века [Linguistes nationaux du XXe siècle], Moskva, Rossijskaja akademia nauk, 1, 2003, p. 169.

345 Ètkind, « Историзм В. М. Жирмунского », art. cit., p. 7.

346 Voir R. Comtet, « Viktor Maksimovič Žirmunskij (1891-1971), passeur de cultures entre Russie et Allemagne », in Revue germanique internationale, nouvelle série, 2, 2005, p. 111-125.

347 Dans « Новейшие течения историко-литературной мысли в Германии », art. cit., de 1927.

348 Voir par exemple Vergleichende Epenforschung, Berlin, Akademie Verlag, 1961 ; Deutsche Mundartkunde. Vergleichende Lautund Formenlehre der deutschen Mundarten, Berlin, Akademie Verlag, 1962 ; Johann Friedrich Herder. Hauptlinien seines Schaffens, Berlin, Aufbau Verlag, 1963 ; Einführung in die Metrik, München, W. Fink, 1971 ; Linguistische und ethnographische Studien 1926-1931, op. cit.

349 Ètkind, « Историзм В. М. Жирмунского », art. cit. p. 3.

350 Voir Pierre Pascal, Les grands courants de la pensée russe contemporaine, Lausanne, L’Âge d’homme, 1971, p. 13.

351 Comtet, « Allemands de Russie et théorie des îlots linguistiques dans la tradition russe et chez Viktor Žirmunskij », Slavica occitania, Toulouse, 2005, p. 313.

352 Le romantisme allemand et la mystique contemporaine ne fut réédité en Russie qu’en 1996 (Немецкий романтизм и современная мистика, 2e éd., op. cit.) ; le second ouvrage, le Renoncement religieux dans l’histoire du romantisme..., op. cit.) de 1918-1919, attend toujours d’être réédité pour devenir enfin accessible.

353 A. Axmatova, Стихотворения и поэмы [Poésies et poèmes], 2e éd., Leningrad, Sovetskij pisatel′ (Biblioteka poèta. Bol′šaja serija), 1976.

354 Édition parue peu après : Žirmunskij, Творчество Анны Ахматовой [L’œuvre d’Anna Axmatova], Leningrad, Nauka, 1973 ; peu avant de disparaître, il avait aussi publié « Анна Ахаматова и Александр Блок » [Anna Axamatova et Aleksandr Blok], Русская литература, 3, 1970, p. 57-82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Comtet, « Viktor Maksimovič Žirmunskij (1891-1971) »Revue des études slaves, LXXXVIII-3 | 2017, 409-472.

Référence électronique

Roger Comtet, « Viktor Maksimovič Žirmunskij (1891-1971) »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII-3 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1294 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1294

Haut de page

Auteur

Roger Comtet

Université de Toulouse – Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search