Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII-3Pierre Kazimirovič Meyendorff, am...

Pierre Kazimirovič Meyendorff, ambassadeur de Russie, mentor du jeune Ivan Sergeevič Gagarin

Publication de sept lettres (1835-1838)
Pierre Kazimirovič Meyendorff, Russian Ambassador, Mentor of the young Ivan Sergeevič Gagarin. Publication of Seven Letters (1835-1838)
Mireille Chmelewsky
p. 561-593

Résumés

Meyendorff guide le prince Ivan S. Gagarin vers la carrière diplomatique malgré les réticences de sa famille. Il devient son mentor et signale à son disciple les pièges inhérents à la profession et ceux que génèrent les conditions particulières de la Russie sous Nicolas Ier. Le courrier n’emprunte ni les voies de la poste ni celles de la valise diplomatique, il est confié à des voyageurs sûrs et les lettres de Meyendorff deviennent une conversation « à cœur bien ouvert », au cours de laquelle il livre son analyse de la politique des pays d’Europe qu’il connaît bien, l’Espagne, l’Angleterre, les Pays allemands et la France. Féru d’histoire, la science de prédilection des diplomates, il trouve en Gagarin un écho favorable, une culture suffisante et un esprit réceptif. Si cette correspondance est privée, elle présente l’avantage d’avoir pour auteur un professionnel de l’observation, de l’analyse et de la prévision, qui nous fait partager sa vision du monde dans la première moitié du XIXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 AFSI BS Ga L 11.
  • 2 Né Peter Leonhard Suidigerius, à Riga. La forme française du prénom était utilisée dans les lettres (...)
  • 3 Lettre du 21 février 1838.

1On peut lire, aux Archives de France de la Compagnie de Jésus1, sept lettres que le prince Ivan Sergeevič Gagarin (1814-1882, jésuite en 1843) a reçues entre 1835 et 1838 du baron Pierre2 Kazimirovič Meyendorff (1796-1863). Les lettres de Gagarin ne sont pas conservées mais celles de l’ambassadeur sont suffisamment explicites pour éclairer les premières années professionnelles d’Ivan Gagarin, les prémisses de sa recherche intellectuelle et spirituelle, ainsi que la vision de la Russie et de l’Europe de leur auteur, qui a commencé sa carrière diplomatique sous Alexandre Ier et l’a poursuivie pendant tout le règne de Nicolas Ier. Les lettres de l’ambassadeur, qu’il prenait soin de faire parvenir par des personnes sûres, ont été écrites en confiance, d’un cœur bien ouvert3.

Pierre Meyendorff, un mentor pour Gagarin

  • 4 En allemand dans le texte. Lettre du 1er avril 1838.

[…] un vieux diplomate, s’étant pris d’intérêt pour un débutant, l’avait poussé dans la voie du succès par les conseils et les bons offices… C’est là le rôle que je voudrais jouer à votre égard, tout en prévoyant que je ne le pourrai pas longtemps et que vous m’aurez bientôt überflügelt4.

  • 5 Gerhard Conrad Casimir Meyendorff, fils de Georg Johan, (1749-1813)son épouse est Anna Catherina von (...)
  • 6 Au lendemain de l’insurrection des décembristes, Meyendorff écrit à Nesselrode pour affirmer son dév (...)
  • 7 Karl Ferdinand von Buol-Schauenstein (1797-1865) ministre des Affaires étrangères d’Autriche de 185 (...)

2Pierre Kazimirovič Meyendorff est issu d’une famille aristocratique de Riga, et dont les membres sont entrés au service de la Russie au cours du règne de Pierre III son père est général d’infanterie5. Le jeune Pierre Kazimirovič passera trois ans, de 1808 à 1811, au lycée de Metz fondé en 1803 par Bonaparte. Après un bref séjour dans l’armée au cours duquel il participe aux combats contre Napoléon, il choisit la carrière diplomatique. C’est un monarchiste convaincu, dévoué à l’empereur de Russie6. Il fait ses débuts à La Haye, en 1821, puis gravit assez rapidement les échelons administratifs. Conseiller à Madrid de 1824 à 1827, à Vienne de 1827 à 1832, il obtient un poste d’ambassadeur à Stuttgart et y reste jusqu’en 1839 de 1839 à 1850, il est ambassadeur à Berlin, puis à Vienne de 1850 à 1854. La guerre de Crimée le voit rappelé à Pétersbourg, car ses liens familiaux sont jugés contraires à l’intérêt du poste. En effet, Karl Ferdinand von Buol-Schauenstein7, le frère de son épouse, était en 1854 Premier ministre et ministre des Affaires étrangères d’Autriche. Or, l’Autriche n’avait pas voulu s’engager aux côtés de la Russie et avait choisi la neutralité dans ce conflit.

  • 8 Grigorij Ivanovič Gagarin (1782-1837) l’oncle paternel d’I. S. Gagarin, était en poste en Bavière d (...)

3En 1835, au moment où il répond à la première lettre de Gagarin, Pierre Meyendorff a trente-neuf ans et il est déjà un professionnel confirmé. Gagarin, lui, a vingt-et-un ans et il est attaché à l’ambassade de Russie à Munich où son oncle8 occupe le poste d’ambassadeur. C’est dire qu’il est encore au seuil de sa vie professionnelle depuis le mois de juin 1833, il occupe une position administrative qui ne présage en rien un cursus honorum. En effet, il a d’abord fort à faire avec l’opposition de sa famille.

L’opposition de la famille Gagarin

  • 9 Sergej Ivanovič Gagarin (1777-1862), sénateur, membre du Conseil d’État, directeur de l’Institut Al (...)
  • 10 Varvara (Barbe) Mixajlovna Gagarin, née Puškin (1779-1854) personne d’une grande piétéaprès avoir p (...)
  • 11 Sophie Olszamowska-Skowrońska, la Correspondance des papes et des empereurs de Russie (1814-1878), (...)

4Le prince Sergej Ivanovič Gagarin9 et son épouse Barbe Mixajlovna10 souhaitent que leur fils reste en Russie. Leur première motivation trouve sa source dans les exemples familiaux. Le prince Sergej Ivanovič a commencé sa carrière aux Affaires étrangères mais a préféré, après quelques années, rentrer en Russie et faire une carrière à l’intérieur du pays. Quant à la position de son frère, le prince Grigorij Ivanovič, elle ne résulte pas d’une progression administrative, mais plutôt d’une carrière brisée. La situation de Grigorij Gagarin à Munich est la conséquence de deux faux pas le premier, avoir séduit la maîtresse de l’empereur Alexandre Ier, a été la cause de sa mise à la retraite et de son envoi à l’étranger pour « raisons de santé », en 1816. Six ans plus tard, en 1822, il est admis à réintégrer le service actif dans la diplomatie, son métier d’origine, et nommé conseiller, à la représentation russe près le Saint-Siège. Après le couronnement de Nicolas Ier, en 1826, il est promu chef de cette même Mission à Romemais en 1832, survient un incident d’ordre professionnel, cette fois, lié à l’insurrection polonaise et dont se fait l’écho Mme Olszamowska-Skowrońska11 :

  • 12 Note du du 6 septembre 1832 par laquelle le cardinal Bernetti protestait contre le sort fait aux su (...)

Cette note de Bernetti12 fut la cause tacite de la révocation de Gagarin de son poste à Rome pour l’avoir acceptée sans remontrances, tout en en ayant connu le texte […].

5Un autre écho nous est donné par Ivan Gagarin qui présente ainsi la situation de son oncle :

  • 13 Prince Ivan S. Gagarine, Journal 1833-1842, François Rouleau, Mireille Chmelewsky (eds.), Paris, De (...)

Il s’était lassé de Rome et avait demandé sa mutation à Munichévidemment, on n’avait pas opposé de refus à cette demande, et je crois qu’il s’en repentit souvent13.

  • 14 Fedor Ivanovič Tjutčev (1803-1873).

6La première explication présente toutes les apparences de la vraisemblance, et la seconde, qui n’explicite pas les causes, paraît une présentation destinée à la famille. Les deux explications sont toutefois complémentaires et représentent sans doute assez bien la réalité des faits. Il est certain que Grigorij Gagarin, marié et père de cinq fils, aura connu une situation pénible sur le plan psychologique et professionnel, et que sa fortune ainsi que celle de son épouse auront été mises à rude épreuve. Tjutčev14, présent à Munich au moment de la mort de l’ambassadeur, en 1837, résume ainsi la situation :

  • 15 Tjutčev, Полное собрание сочинений и письма в 6 томах, t. 4 (1820-1849), Moskva, Klassika, 2004, p. (...)

Il meurt cassé, blasé et endetté. C’est expier durement quelque bon moment de sa vie15.

7La seconde motivation des parents Gagarin pour souhaiter que leur fils choisisse une autre carrière que « celle du dehors » est tout simplement qu’ils vieillissent, qu’Ivan est leur seul fils, qu’ils aimeraient bien le garder auprès d’eux pour qu’il puisse continuer la gestion des propriétés qui lui reviendront un jour. Ce n’est donc pas dans le milieu familial que le jeune Gagarin va trouver des arguments pour la carrière diplomatique qui l’attire autant par la diversité de son exercice que par le sentiment de liberté qu’il éprouve hors de la Russie.

Meyendorff – Gagarin, une relation de confiance

8Quel motif a pu pousser le jeune homme à s’adresser à Meyendorff plutôt qu’à un autre diplomate ? une phrase, dans la première lettre de 1835, montre que les deux correspondants n’en sont pas à leur premier échange et qu’il existe entre le jeune Gagarin et l’ambassadeur Meyendorff une relation de confiance bien établie :

Londres serait toujours ce que je préférerais, pour les raisons que je vous ai souvent exposées.

  • 16 Basmannaja, rue de Moscou où habitait Čaadaev.
  • 17 P. Ja Čaadaev, Полное собрание сочинений и избранные письма, Zaxar Abramovič Kamenskij (ed.), Moskv (...)

9Meyendorff montre une bonne connaissance du jeune Gagarin, de ses capacités et de son désir de connaître le monde. La situation géographique des postes de Stuttgart et de Munich a certainement favorisé leurs relations. Les royaumes de Wurtemberg et de Bavière étant voisins, les ambassadeurs de Russie y sont en relation administrative obligée et privilégiée. Par ailleurs, au cours de ses voyages en Europe, la famille Gagarin a certainement été amenée à faire halte à Stuttgart et a pu nouer avec les Meyendorff des liens personnels. Il existe peut-être un autre lien entre Ivan Gagarin et Pierre Meyendorff, grâce à Čaadaev et à Alexandre Kazimirovič Meyendorff, le jeune frère de Pierre Kazimirovič. En effet, c’est en 1835, mais probablement après le début de la correspondance, que Gagarin rencontre Čaadaev, sur le conseil de Schellingor Alexandre Meyendorff est un ami du « philosophe de la Basmannaja »16. C’est lui qui, en 1820, alors qu’il était capitaine à l’État-Major général de la Garde, avait dû rédiger le rapport sur le soulèvement du régiment Semenovski que Čaadaev avait été chargé d’apporter à l’Empereur. À la fin de 1836, lors d’une perquisition chez le philosophe, la police trouva une lettre de A. K. Meyendorff exprimant son approbation à l’auteur des Lettres Philosophiques17. L’importance respective de ces éléments est difficile à évaluer, mais le lecteur ne peut que constater, dès le début des lettres, qu’il règne entre Gagarin et Meyendorff un climat de confiance et de franchise réciproque.

Un sésame pour la diplomatie

10La première lettre de mai 1835 est un exemple d’argumentation bien maîtrisée, destinée à réduire l’anxiété des parents Gagarin et à leur faire entrevoir que l’entrée dans la carrière diplomatique n’est pas un engagement définitif, qu’elle peut se conjuguer heureusement avec une carrière « à l’intérieur ». Adressée à Ivan, elle pourra être lue par ses parents sans qu’une virgule soit changée et témoigne autant de l’habileté de son auteur que de sa sincérité. Elle présente les arguments susceptibles de convaincre un père soucieux de l’avenir de son fils, conscient de ses capacités et de son désir d’être utile au pays. Il entre d’abord dans les vues des parents, en soulignant le but élevé des carrières à l’intérieur du pays, « faire sur une très grande échelle, du bien à la Patrie », sans ignorer les craintes d’ordre affectif et moral de voir leur enfant leur échapper, s’il vit à l’étranger : « L’oisiveté vous livre à toutes les tentations, […] l’on devient étranger à son pays, à ses parents […] ». Mais tout en soulignant les avantages et le but élevé d’une carrière « à l’intérieur », il ne manque pas de signifier que le chemin est difficile, « per ardua ad astra ». C’est dans un registre plus familier, mais plus réaliste, qu’il évoque le courage nécessaire pour « avaler ces couleuvres pendant des années », et qu’il indique une voie médiane, qui consiste à commencer à servir à l’étranger pour atteindre un rang administratif satisfaisant et rentrer en Russie pour faire une carrière à l’intérieur du pays. Le prince Sergej ne pourra certainement pas le contredire sur ce dernier point, puisqu’il a lui-même fait carrière de cette façon. Meyendorff fait valoir, pour terminer, les connaissances en économie politique et en gestion que Gagarin pourrait acquérir pour le bien de la Russie, en faisant des séjours en Angleterre, en France et en Allemagne. Ainsi, tout en brossant un tableau sévère des risques de la carrière diplomatique et en évoquant le long et désespérant asservissement d’une carrière faite entièrement à l’intérieur du pays, Meyendorff dénoue l’angoisse des parents Gagarin et rend possible la carrière personnelle d’Ivan. C’est fort de ce sésame qu’Ivan Gagarin entre le 30 janvier 1836 à la Chancellerie du ministère à Pétersbourg.

11Cette première lettre de Meyendorff est doublée d’une courte note professionnelle pour son homologue à Munich, l’ambassadeur Grigorij Gagarin, l’oncle d’Ivan. Elle donne le ton de la vie diplomatique qui mêle les événements ordinaires de la vie et les grandes affaires politiques : naissances et décès des ressortissants nationaux doivent être enregistrés par un officier d’état-civil et l’ambassade ou le consulat sont chargés d’accomplir les formalités d’usage dans le pays de résidence.

  • 18 Lettre du 7 mai au soir.

La comtesse Ostermann a été frappée d’un coup d’apoplexie […] On l’embaume aujourd’hui […] j’écrirai demain à M. votre oncle pour lui demander d’obtenir en Bavière un laissez-passer pour le corps de la défunte18.

12Dans les lettres suivantes, Meyendorff entre dans le rôle du mentor : l’axe de son enseignement est simple : un diplomate travaille à l’étranger mais aussi dans son pays, au ministère. Il lui faut donc être attentif aux deux situations qui, pour un diplomate russe, sont parfois génératrices de contradiction. Ainsi va naître un tableau réaliste d’un métier assez complexe dans les conditions du règne de Nicolas Ier.

Un tableau assez terne de la diplomatie russe

Sapienti sat

13Cette locution latine se retrouve souvent dans la correspondance privée du XIXe dès que le sujet abordé devient brûlant. L’omniprésence des agents de la IIIe section, l’interpénétration des fonctions obligent à une prudence particulière. On n’est jamais trop prudent avec la censure. Le premier conseil est d’être sur ses gardes, de ne rien exprimer qui puisse laisser soupçonner une attitude critique vis-à-vis du gouvernement ou de l’Empereur. La IIIe section effraie tout le monde, même les hauts fonctionnaires comme Meyendorff :

  • 19 Non déchiffré.
  • 20 Lettre du 1er avril 1838.

J’avais craint un instant que la lettre que j’avais confiée à [S.]19 ne fût allée vous chercher en Russie où le moindre de ses inconvénients eût été son manque total d’à propos20.

14L’élégance de la phrase, l’humour et l’autodérision ne retirent rien à la perspective redoutable qui s’est présentée un moment à son esprit. Dans un métier où le contact avec les étrangers est nécessaire, le conseil d’isolement que donne Meyendorff est surprenant mais il devient compréhensible si on le considère dans un contexte de surveillance politique étroite :

  • 21 Souligné dans l’original.
  • 22 Karl Robert von Nesselrode (1780-1862) à partir de 1823, ministre des Affaires étrangères et vice-c (...)
  • 23 Lettre du 4 décembre 1838.

Évitez la société des diplomates étrangers21, vivez chez le comte de Nesselrode22, […] excepté les grandes occasions, ne fréquentez pas le monde23.

15Même les diplomates étrangers en poste à St-Pétersbourg ne restent pas insensibles à l’atmosphère de contrainte alors même qu’ils se trouvent sous la protection de l’immunité diplomatique :

  • 24 Lettre du 21 février 1838. Prosper de Brugière de Barante (1782-1866), ambassadeur de France à Sain (...)
  • 25 Lettre du 21 février 1838.

On est devenu fort intolérant chez nous même pour les opinions. Je me rappelle qu’un jour chez le comte Nesselrode où il fut question de majorats, j’interpellai M. de Barante24 pour nous en dire son opinion. Eh bien, il se prononça contre. Proh pudor ! me dis-je en moi-même, ce diplomate ne croit même pas aux immunités diplomatiques. Mais pour nous autres, c’est bien autrement défendu, une opinion comme celle-là nous vaut une épithète – appliquée au hasard –, mais qui décide de la Carrière et de l’existence jusqu’à un certain point25.

  • 26 Lettre du 1er avril 1838.
  • 27 Sic.
  • 28 Ibidem, jeu de mots sur la Table des rangs, échelle professionnelle et sociale de l’État russe.
  • 29 Lettre du 16/28 mars 1837.

16Or le passage par le Ministère, à St-Pétersbourg, est un mal nécessaire si l’on veut parvenir à l’indépendance relative et à « l’otium cum dignitate d’une Mission26 » : « pour vous mettre sur les rangs, il vous faut des rangs, allez les chercher à Ptrburg27, pardon du calemburg28. » Cela implique un travail aride, peu gratifiant, sous la férule d’un fonctionnaire plus préoccupé de la lettre que de l’esprit du métier. En revanche, un des avantages des diplomates en poste au Ministère est d’être au courant, avant même les intéressés, des mouvements des agents en poste en 1837, alors qu’il travaille à la chancellerie, Gagarin a jugé bon de prévenir Meyendorff d’un mouvement le concernant. Ce dernier lui oppose une attitude prudente qui signifie : mieux vaut ne pas propager une rumeur qui n’est pas encore une décision signée mais il profite de la situation de Gagarin pour lui demander de lui envoyer un ouvrage paru en Russie, lui signalant ainsi le type même de service précieux que peuvent rendre aux collègues à l’étranger ceux qui sont en poste au ministère. Voilà qui remet le jeune Gagarin dans son rôle de disciple29.

  • 30 Lettre du 4 décembre 1838.

17La censure et la peur ne favorisent pas l’éclosion des talents diplomatiques et le métier lui-même est peu considéré, si l’on met à part la carrière des grands ambassadeurs. Il arrive que l’envoi à l’étranger soit assimilé à un exil, à une disgrâce. L’éloignement de St-Pétersbourg qui fait et défait les carrières est donc ressenti comme un affaiblissement des chances de progression professionnelle, surtout en début de carrière. L’expatriation, enfin, qui retire au pays des forces vives et cultivées, contribue à générer des opinions peu favorables et à décourager des vocations. « Le manque d’hommes dans notre ministère est généralement senti30 », affirme Meyendorff à Gagarin. Dans un métier où l’observation, l’analyse et la prévision demandent une grande culture historique, bien écrire est une nécessité. Meyendorff souligne la pauvreté du ministère en la matière :

  • 31 Meyendorff reprend ici un vers de Boileau sur les femmes fidèles : « […] et dans Paris, si je sais b (...)

Nous n’avons guère que Brunnow qui sache écriresi vous voulez, à toute force, “il en est jusqu’à trois que je pourrais nommer”31.

18Tout ceci concourt à donner de la diplomatie sous Nicolas Ier un tableau peu attrayant.

  • 32 Lettre du 21 février 1838.
  • 33 Charles André Pozzo di Borgo (1764-1842), d’une famille corse amie des Bonaparte. À la révolution, (...)

19D’autant plus importants seront les conseils donnés par Meyendorff à son jeune protégé pour profiter au mieux des possibilités d’aller à l’étranger, notamment en Angleterre, pays qu’il considère comme l’avant-garde des pays développés, « dix années en avant de l’Europe32 ». Meyendorff indique à Gagarin deux objectifs importants : aller en Angleterre pour étudier le pays et rencontrer Pozzo pour l’écouter. Pozzo di Borgo33, le rival de Napoléon, est un personnage respecté et admiré pour son intelligence que Meyendorff définit selon l’ancienne terminologie : « phantaisie, judiciaire et mémoire ». Ces trois qualités dessinent le portrait d’un homme intelligent, sachant mesurer, juger et exposer.

  • 34 Lettre du 8 novembre 1837.

C’est la plus forte intelligence politique que j’aie rencontrée, et dont le commerce présente tous les avantages qu’on peut retirer du commerce des hommes, des affaires et des livres34.

20Meyendorff ne néglige pas l’aspect personnel de la vie du jeune diplomate et, faisant allusion à une inclination de Gagarin pour une jeune personne, il lui indique comment procéder pour gérer au mieux sa carrière s’il choisissait de se marier en début de carrière, afin d’éviter une vie familiale difficile à assumer à l’étranger, tant à cause des besoins financiers accrus que de l’absence du soutien affectif de la famille et des relations d’amitiés anciennes :

  • 35 Lettre du 4 décembre 1838deux des frères Medem étaient diplomates: Paul (1800-1854) et Alexandre (1 (...)

[…] mais si certain roman saxon arrive à la conclusion ordinaire des romans, retournez à Pétersbourg et faites comme a fait Medem, devenez nécessaire au comte de Nesselrode35.

21La phrase de Meyendorff souligne l’importance de « faire sa cour » pour assurer une carrière dans des conditions confortables, et elle éclaire aussi l’énigme que constituait le projet conjugal de Gagarin qu’il évoquait avec sa mère :

  • 36 Mireille Chmelewsky, Paul Pierling, Wiktoria Śliwowska, l’Affaire Gagarine, Roma, BIHSI, vol. 77, 2 (...)

Vous me croyez séduit, entraîné par des personnes dont la société me convient plus que celle que je pourrais trouver dans mon pays […], si je me marie, si je m’établis au sein de cette société dont vous me parlez quelquefois, j’y puis mener un genre de vie conforme à mes idées, à mes goûts, à mes habitudes36.

22Au fur et à mesure de ses lettres, Meyendorff apparaît comme un homme réfléchi et prudent, d’une intelligence et d’une culture rares, pour lequel l’Occident n’est ni un monde hostile, ni un but en soi, mais un centre d’intérêt et d’étude. En poste à l’étranger, il s’agit non seulement de représenter son propre pays, mais aussi d’observer, de réfléchir, de connaître le pays de résidence, ses institutions, son histoire et les personnes les plus influentes. Alors, au contraire du conseil qu’il a donné à Gagarin de ne pas sortir du cercle étroit du ministère à St-Pétersbourg, il lui donnera des lettres d’introduction pour des personnalités anglaises dont il estime que la fréquentation enrichira sa connaissance du pays.

L’Angleterre

23On sait ce que l’Angleterre représente pour les intellectuels russes du XIXe siècle : pour les occidentalistes, une mode, un modèle, une monarchie exemplaire, un pays qui s’oppose à la Russie par son mouvement à la fois économique, industriel et commercial et par la liberté de déplacement, d’entreprise et d’écriture dont jouissent les citoyens. Il n’est que de lire les lettres de Čaadaev écrites depuis ce pays en 1823 pour mesurer l’impact sur le voyageur russe de l’atmosphère de liberté et de dynamisme. Pour les slavophiles, au contraire, il n’est pas sain de chercher à s’aligner sur le mode de gouvernement et de développement d’un pays étranger, car la Russie contient en elle-même les germes de son devenir propre seule l’opposition de l’anglicanisme à l’Église catholique pouvait être considérée comme un possible terrain d’entente. Pour un diplomate chevronné comme Meyendorff, la connaissance de l’Angleterre constitue donc un élément nécessaire de la culture politique. Mais ce n’est pas là toute l’opinion de cet homme que l’on définit volontiers comme un « Européen », qui met en parallèle le slavophilisme et l’attrait systématique pour l’Angleterre :

  • 37 Souligné dans l’original, lettre du 16/28 mars 1837.

Le spectacle est fait pour guérir à jamais de l’anglomanie37, ce qui pour un Russe, surtout, est d’un grand avantage.

24Comme Gagarin se méprend sur la phrase, Meyendorff en explicite le sens dans la lettre suivante :

  • 38 Patriotisme du kvason pourrait dire, en français, patriotisme cocardier. Lettre du 8 novembre 1837.

Ne croyez pas, mon cher Prince, que je vous aie jamais soupçonné de pouvoir vous laisser aller à l’anglomanie vulgaire des chevaux et des meubles, mais nous sommes d’un pays où beaucoup de gens souffrent mal que l’on apprécie autre chose que leur prétendue nationalitéelle ne leur sert, il est vrai, qu’à déguiser leur servilité et leur basse civilisationle квасной патриотизм38 nous en veut également, et du mépris qu’il nous inspire, et de l’ennui qui le ronge au milieu de son œuvre tantalique.

25Ici, Meyendorff ne se livre pas seulement à une analyse et à une condamnation du nationalisme à la russe attaché à la liberté de l’esprit et à la culture, il se situe en dehors des clichés du slavophilisme et de l’occidentalisme. L’ennemi commun à la raison, à l’esprit universel, se trouve aussi bien en Angleterre qu’en Russie, dans la médiocrité satisfaite et l’adoration exclusive de sa propre nationalité.

  • 39 Victoria devient reine le 20 juin 1837, à la mort de Guillaume IV.
  • 40 Adolphus Frederick (1774-1850), duc de Cambridge, était le plus jeune frère de Guillaume IV.
  • 41 Ernest August Ier (1771-1851) duc de Cumberland, frère d’Adolphus Frederick, il devient roi de Hano (...)
  • 42 La rébellion des Patriotes de 1837-1838 est le soulèvement de la population d’origine française con (...)
  • 43 Le Reform Act a entraîné l’augmentation du corps électoral.

26En 1837, l’Angleterre offre au voyageur intéressé par la science politique le terrain d’observation d’un pays en pleine transformation. C’est une année de mouvements dynastiques importants : la mort de George IV et l’avènement de la reine Victoria39, la fin de l’union personnelle entre le royaume de Hanovre et l’Angleterre, l’installation à Londres au mois de novembre du duc de Cambridge, ex-vice-roi de Hanovre40, et l’avènement sur le trône de Hanovre d’Ernest Auguste Ier41 qui, dès le début de son règne, entre en conflit avec son parlement au sujet de la Constitution. Une crise coloniale éclate en novembre 1837 avec la rébellion des Patriotes42, Canadiens d’origine française dans le Bas-Canada. Enfin, le Reform Act43 de 1832 continue de susciter des mouvements aussi bien politiques que religieux. Ces derniers événements vont se refléter dans les réponses de Meyendorff à Gagarin. Convaincu du rôle prépondérant dévolu de plein droit à l’aristocratie dans la bonne marche d’un pays, Meyendorff parle à propos du Reform Act :

  • 44 Lettre du 21 février 1838.

[…] d’un venin inoculé par cette exorbitante réforme. Tant que l’aristocratie se maintiendra unie, considérée, active pour le bien public, elle continuera à être le lest de ce navire, à l‘empêcher de chavirer44.

  • 45 Le Reform Act ayant entraîné des suppressions d’évêchés anglicans en Irlande, certains fellows d’Ox (...)
  • 46 Nom donné à ceux qui écrivaient les Tracts for the Times.

27Le Mouvement d’Oxford45, né dans le sillage du Reform Act, un an plus tard, remet en question certaines options de la Haute Église. Pour Gagarin, particulièrement attentif aux événements religieux, aussi bien en Russie qu’en Europe, étudiant notamment les différents courants issus de l’Église catholique et qui se sont constitués en Églises indépendantes, les manifestations des Tractarians46 sont une source de réflexion et d’interrogation. La question de l’indépendance de l’Église vis-à-vis de l’État lui apparaît dans toute sa réalité et son actualité. Meyendorff, pour lequel le rôle de l’Église est naturellement de vivre et d’agir en pleine concorde avec l’État suivant le principe cujus regio, ejus religio, n’a pas de position essentielle sur ce point. Il est simplement attaché au rôle éducateur et formateur de l’Église et à sa bonne représentation dans la société :

  • 47 Lettre du 21 février 1838.

Dans nos provinces de la Baltique, nous avons des pasteurs excellents, instruits, zélés et moraux parce qu’ils ont largement de quoi vivre47.

28Durant son séjour en Angleterre, on voit s’affirmer chez Gagarin l’idée essentielle de la séparation de l’Église et de l’État, alors que Meyendorff la considère comme une perspective sans réalité :

Et si elle [l’aristocratie anglaise] a tort, comme vous dites, de se cramponner.

  • 48 Lettre du 21 février 1838.

29Meyendorff oppose à son correspondant une vision réaliste et politique de l’Église, et sa seule ouverture est d’ordre sociologique : « Combien notre Église de Russie serait-elle autre chose si des gens de naissance y entraient !48 » Il ne semble pas pouvoir imaginer une autre dimension pour l’Église. Alors que Gagarin est sensible au problème de la multiplicité des sectes et au rôle essentiel de l’indépendance de l’Église, son correspondant manifeste un certain désintérêt, presque une désaffection pour ce thème, et aussi un éloignement ironique :

  • 49 « Vieux-Croyants », en russe dans le texte, lettre du 21 février 1838.
  • 50 Ibidem.

Quant aux sectes en Russie, je ne leur croyais pas autant de conviction et d’idéalisme que vous. Je sais qu’il y en a de très fanatiques et d’antisociales, mais je les croyais moins nombreuses et je m’imaginais que la plupart étaient des [Starovertsy]49 prêts à subir le martyre pour les errata de la première Bible imprimée en Russie et une certaine manière de faire le signe de la croix, indiquée sur certaines images. Je les croyais tous plus Byzantins que Vaudois ou Albigeois. Mais tout est préférable au fétichisme50.

30Dans un siècle où les nations se montrent plutôt portées à l’accroissement de leurs territoires et à l’adjonction de colonies, Meyendorff manifeste un jugement hors du commun, peu séduit par l’impérialisme, et résolument moderne. Son pragmatisme professionnel ressort dans sa réaction à « l’affaire du Canada ». Esprit ouvert et conciliateur, il conçoit parfaitement l’intérêt commercial que peut représenter pour l’Angleterre l’octroi de l’indépendance à une colonie :

  • 51 Lettre du 21 février 1838.

Il y a une douzaine d’années, […] je soutins que la séparation du Canada ne serait pas pour l’Angleterre un grand mal pour le moment et [serait] probablement pour la suite, une source d’accroissement de commerce, ainsi que cela s’est vu pour les États-unis. […] Si elle émancipait toutes ses possessions N[ord] Améric[aines], quel mal et quelle perte en résulterait-il51 ?

L’Allemagne

  • 52 Clemens August Droste zu Vischering (1773-1845), archevêque de Cologne en 1836. Son arrestation en (...)

31L’Allemagne n’est pas pour Gagarin terra incognita, puisqu’il y a voyagé et séjourné. Meyendorff peut donc évoquer avec lui les deux affaires du moment : l’arrestation de Mgr Droste Vischering52, l’archevêque de Cologne, qui avait refusé de se soumettre aux lois de la Prusse en matière religieuse et le refus du roi Ernest Ier, à Hanovre, de reconnaître la Constitution de 1833 en vigueur, au prétexte que ce n’est pas lui qui l’avait approuvée. Le nouveau roi revient donc à une constitution antérieure, celle de 1819, à laquelle il apporte des modifications, suscitant la réprobation de l’université et une crise ministérielle ainsi qu’une vague d’inquiétude parmi les autres monarchies constitutionnelles d’Allemagne. Mais pour Meyendorff, il est patent que la plus grave de ces deux crises et la plus lourde de conséquences est celle générée par l’emprisonnement de Mgr Droste Vischering.

Si on nous avait demandé il y a un an, ce qui causerait plus d’émoi et d’embarras en Allemagne, l’abolition d’une constitution ou la réclusion d’un archevêque en Prusse, nous n’aurions pas deviné que c’est l’affaire de Cologne qui des deux est la plus grave.

32Là encore, Meyendorff penche pour la Prusse et le protestantisme, appliquant à Mgr Droste Vischering l’épithète de borné, et évoquant des solutions pour réduire les catholiques, tout en en reconnaissant les limites :

  • 53 Lettre du 21 février 1838.

Chaque gouvernement protestant n’a qu’à ne pas soutenir le catholicisme contre […] la nouvelle théologie et la philosophie de Hegel, et là où le catholicisme est en contact avec le protestantisme, il ne sera pas le plus fortmais ce sont des armes à deux tranchants et de trop dangereuses représailles pour qu’un gouvernement sage les emploie autrement qu’à l’extrêmité53.

La France de Louis-Philippe

33En 1838, Gagarin est attaché à l’ambassade de Russie à Paris et c’est vers la France que se portent les regards et le jugement de Meyendorff. Le mentor met en garde Gagarin contre la dissipation :

  • 54 Lettre du 1er avril 1838.

[…] ne faites, je vous prie, que goûter à la coupe de ce qu’on appelle “les plaisirs”. La conversation est la vie des Français, et c’est cela le plus grand des plaisirs que vous étiez venu chercher54.

  • 55 Louis-Philippe a choisi le titre pris par Louis XVI après la révolution, en 1791.

34Le regard que porte Meyendorff sur la France est sévère. Louis-Philippe n’est pas roi de France, mais roi des Français55, et le basculement de la monarchie traditionnelle vers une tendance démocratique déplaît au diplomate pour qui l’aristocratie représente les forces vives d’une nation :

  • 56 Lettre du 1er avril 1838.

[…] pour la législation comme pour l’administration, les députés à 250 frs ne sont vraiment pas compétentsils n’ont sur les matières plus élevées de gouvernement aucune conviction rationnelleet sur la fluctuation des opinions de l’individu vient encore la mobilité, l’incertitude des majorités flottantes et la bêtise contagieuse des grandes assemblées. Mais cette chimère vit encore dans l’opinion populaire. Quand […] on reconnaîtra que les intérêts seuls peuvent être représentés parce qu’eux seuls sont fixes […], on reviendra nécessairement à une base aristocratique du gouvernement mais tant que le Français voudra l’égalité envers toutes choses [jus]qu’à la paye56

  • 57 Lettre du 4 décembre 1838.

35Il considère que la France est ingouvernable « avec le dogme de l’égalité et la furie de la gloire pour toute religion57 ». Et il ne recule pas devant une métaphore :

La France, comme certaine substance dans la nature physique, n’a pas la propriété de fournir des formes organiquesl’égalité, la gloire française d’un côté, l’égoïsme et la vénalité de l’autre agitent cette masse […].

36Le moins qu’on puisse dire est que ce tableau est sans complaisance, mais curieusement, il épargne Louis-Philippe et lui reconnaît des qualités de gouvernement :

  • 58 Lettre du 1 er avril 1838.

L. P. […] a montré une persévérance rare et dont l’histoire lui tiendra compteaussi tous mes vœux sont-ils pour lui dans cette lutte où il est le plus digne de confiance58.

  • 59 Nicolas Ier provoquera à la fin de l’année 1841 une longue crise diplomatique à l’occasion de la pré (...)

37Cette opinion de Meyendorff permet de mesurer la liberté de son jugement, puisqu’il se démarque de celui de Nicolas Ier, hostile au roi des Français qu’il considère comme un usurpateur59.

L’Espagne

38Meyendorff réitère son affirmation du rôle conducteur de l’aristocratie dans la gestion d’un pays et son refus d’une attitude populiste qui se révèle un piège pour le gouvernement. L’Espagne, où Meyendorff a séjourné et dont il connaît la langue, lui offre un terrain d’exemple :

  • 60 Les fueros sont des droits coutumiers basques que la Couronne espagnole s’engageait traditionnellem (...)
  • 61 Lettre du 21 février 1838.

Philippe II […], quoi qu’on frémisse en le disant, était très populaire en Espagne. […] Cette même inflexibilité qui a fait bannir les Morisques, mesure très populaire en son temps, fait qu’à l’heure qu’il est, les Espagnols ne veulent pas reconnaître les fueros60 de Navarre et de Biscaye. Ce n’est pas seulement dans les souverains constitutionnels que le désir d’être populaire est dangereux : l’Espagne a été gouvernée dans le sens des masses depuis près de 300 ans, voilà de quoi elle souffreaussi n’y a-t-il que des masses et plus d’individus, mais masses hébétées, ignares, cruelles, et bonnes qu’à tuer ou se faire tuer61.

39De même qu’il a pris l’Angleterre comme illustration, mutatis mutandis, des excès du slavophilisme, Meyendorff conclut son analyse de la situation espagnole par un retour à la situation de la Russie :

  • 62 Lettre du 21 février 1838.

Malheureusement, ceci me ramène sans transition à l’enthousiasme du kwas au sujet duquel votre catilinaire m’a fait grand plaisir, mais vous faites bien de dire à ne pas publier, je voudrais même ajouter à ne pas dire. On est devenu fort intolérant chez nous, même pour les opinions62.

L’Histoire

  • 63 Leopold von Ranke (1795-1886) est considéré comme le fondateur de l’histoire moderne. Il s’attache (...)

40Aussi bien Gagarin que Meyendorff sont férus d’histoire, cette science de prédilection des diplomates qui, sans elle, ne peuvent évaluer les situations, ni même élaborer des solutions d’entente. Meyendorff fait découvrir à Gagarin Leopold von Ranke63, initiateur d’une nouvelle méthode pour l’écriture de l’histoire, la plus proche possible des faits et des sources, fondée sur des documents originaux :

  • 64 Lettre du 1er avril 1838.
  • 65 Lettre du 21 février 1838. Lerminier le découvrait aussi : « […] l’ouvrage du professeur de Berlin (...)

Il est le chef de file dans cette école qui fait servir les dépêches des ministres au contrôle et à l’éclairement de l’histoire64. […] C’est vif […] et intéressant au possible. On voit revivre autour de soi ces grands Papes, ces Pères généraux des jésuites, le Concile de trente […]65.

  • 66 Lettre du 28 février 1838.

41Meyendorff rêve d’une pareille manière d’écrire l’histoire en Russie, mais le délai qu’il juge nécessaire à sa réalisation laisse songeur : dans 300 ans, quelque Ranke en Russie tirera un semblable fruit des dépêches de l’ambassadeur […]. Si Ranke nous enseigne comment on peut faire et défaire une restauration religieuse, Pozzo montrera comment on fait et on défait une restauration politique66.

  • 67 Florence Vatan, «Erich Voegelin et les théories raciales», Austriaca no47 université de Rouen, 1998 (...)

42Parallèlement, il montre une curiosité intéressée pour la réflexion que mènent des historiens, hommes de lettres et juristes allemands, sur la prépondérance des races germaniques et celtes dans l’histoire des nations, s’efforçant d’intégrer dans ce mouvement l’explication de l’histoire et des civilisations. La période de la première moitié du dix-neuvième siècle allemand, héritière du romantisme, constitue en effet ce que l’on a appelé un âge d’or de la réflexion sur la race67 qui, par sa prétention à tout expliquer, va dériver jusqu’aux idéologies pseudo-scientifiques de la fin du XIXe et du XXe siècle. Meyendorff ne manque pas toutefois d’y saluer une rivalité entre historiens français et allemands, et d’interpeller Gagarin qui se trouve à Paris :

  • 68 Lettre du 1er avril 1838.

Pourquoi, demandez cela à MM Thiers et Guizot, les Normands ont-ils conquis plus facilement l’Angleterre tandis que les mêmes Normands n’ont pu faire durer l’œuvre de la conquête dans le royaume de Naples et de Sicile68 […] ?

Les carrières

43À la fin de 1838, Meyendorff voit sa carrière stagner et c’est un homme désabusé qui écrit à Gagarin une lettre en demi-teintes, nostalgique et résignée à la fois. Il est en poste depuis six ans à Stuttgart et commence à se heurter aux limites d’un petit pays et aux charges croissantes d’une famille. Lui qui avait un intérêt si vif pour l’histoire et la politique manifeste une lassitude et un désintérêt étonnants mais il ne sombre pas, prend acte des limites qui lui sont imposées, intellectuelles et financières, et cherche à les rendre fructueuses : un nouveau centre d’intérêt, « les sciences naturelles », un programme de voyages « par petites parcelles » qu’il accompagne de ces phrases qui en disent long sur son état d’esprit :

  • 69 Lettre du 4 décembre 1838.

Ma santé me fait apprécier […] ce que j’ai de loisirs et de libertéle train du grand monde et des grandes affaires m’userait […] et je me dois à ma famille. J’éprouve quelquefois le besoin d’échanger des idées, et ce besoin n’est pas facile à satisfaire au milieu des intérêts mesquins d’un petit pays et d’une petite villemais on s’ingénie, et il vaut […] mieux adopter des intérêts nouveaux comme le sont pour moi les sciences naturelles, que de s’encroûter et de se matérialiser à la fois69.

44Meyendorff essaye de se protéger de l’apathie intellectuelle et de la médiocrité peut-être l’espoir d’un poste plus prestigieux a-t-il été déçu ? une certaine liberté d’attitude lui a-t-elle été reprochée ? Il est difficile de le savoir. Prudence affichée ou réel désenchantement ?

  • 70 Ibidem.

Je m’occupe peu de politique en ce moment-ci. Elle n’est que l’application de l’Histoire que personne ne veut étudier. L’erreur d’un siècle n’a jamais servi d’avertissement à un autre siècle mais seulement de motif pour tomber dans une erreur contraire70.

45Cette dernière lettre, écrite en teintes crépusculaires, va être bientôt démentie par une nomination prestigieuse à Berlin où il restera plus de dix ans, puis à Vienne où il restera quatre années et d’où il devra partir au moment de la guerre de Crimée pour éviter un conflit d’intérêts. Son retrait de Vienne sera compensé à Pétersbourg par une nomination au Conseil d’État, au Comité des ministres, par de hautes fonctions à la Cour, ainsi que par les décorations les plus prestigieuses de l’Empire.

46Cet homme qui avait fait une « carrière du dehors » était réputé ne pas connaître la Russie, si l’on en croit l’opinion rapportée par Petr V. Dolgorukov:

  • 71 Пётр Казимирович Мейендорф, Wikipedia, ru.wikipedia.org/wiki/Мейендорф,_Пётр_Казимирович (consulté (...)

Le baron Meyendorff est un homme intelligent et savant, il connaît tout au monde, excepté la Russie dont il n’a pas la moindre idée71.

47Le jugement paraît sévère, mais il coïncide avec la fin de la guerre de Crimée, la réaction des cercles nationalistes qui attribuent l’échec diplomatique et l’enchaînement malheureux des opérations militaires de la Russie à la présence prépondérante de hauts fonctionnaires d’origine allemande ou balte dans la diplomatie. Il correspond aussi peut-être au désamour de Meyendorff pour le courant slavophile et l’absence de liberté régnant alors en Russie. Ayant passé plus de trente ans hors du pays, habitué à traiter des problèmes du monde européen et en particulier germanique, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il soit apparu comme étranger aux problèmes internes de la Russie. Quant à sa grande culture, elle est incontestable. Sa lucidité lui fait discerner les travers des nations qu’il admire, comme l’Angleterre. Son idéal politique témoigne à la fois de son pragmatisme et de son attachement au rôle conducteur dévolu à l’aristocratie. Sa passion de l’Histoire et son attrait pour la méthode de Ranke qui s’attache aux faits et aux sources, n’ont rien d’une spéculation théorique pour un avenir idéologisé son réalisme, son pragmatisme, expliquent sa prédilection pour le rôle de l’aristocratie qui est pour lui, dans son époque, le seul milieu capable de produire des hommes d’État, de représenter les intérêts véritables d’un pays, de fonder son avenir sur des bases solides et d’apprécier les relations entre les nations. Sa position vis-à-vis de la France est celle du soldat qui a combattu Napoléon et du politicien qui pense que : « la guerre civile est le pire des régimes » et que les idéaux issus de la révolution, notamment « l’égalité en toutes choses », sont « des chimères ».

  • 72 Aleksandr Petrovič Mejendorf, capitaine à l’État-Major du prince Gorčakov, fut tué le 27 août 1855 (...)

48Il se montre précurseur et en contradiction avec la tendance de son siècle en ce qui concerne les colonies : sa position sur l’affaire du Canada permet de penser que les conceptions impérialistes et colonialistes du XIXe siècle, qui contredisent son pragmatisme, lui sont étrangères. d’une famille aristocratique balte, ayant plus d’affinités avec l’Europe germanique qu’avec les courants d’idées russes de son époque, marié à la fille d’un diplomate autrichien, il semble avoir trouvé sa véritable patrie dans sa profession. Malgré les reproches qui lui ont été faits de n’avoir pas été aussi engagé dans les intérêts de la Russie qu’il l’aurait dû, notamment par des fonctionnaires pétersbourgeois, au moment de la guerre de Crimée, il a payé son tribut à la Russie comme tant d’autres Russes, en combattant sous les drapeaux russes contre la France au début du siècle et par la mort de son fils aîné à Sébastopol72.

49Mentor de Gagarin, Meyendorff lui a permis d’entrer dans la Carrière et lui a dispensé de précieux conseils d’ordre à la fois personnel et professionnel ses lettres montrent comment le jeune prince Gagarin, guidé par les recommandations de son aîné, a pu observer et étudier les institutions et les sociétés étrangères. Parti de Russie avec le désir de trouver la réponse à une question lancinante, – pourquoi mon pays est-il différent des autres, qu’est-ce qui a manqué à mon pays ? – il a pu, pendant les années d’échange épistolaire avec Meyendorff, consolider ses impressions, jalonner son cheminement. L’accord presque parfait entre les deux esprits sur le nationalisme étriqué, l’esprit de clocher, aurait pu prolonger cet accompagnement politique et professionnel. Mais le séjour dans une Angleterre traversée par une crise à la fois politique et religieuse a certainement constitué pour Gagarin un ferment supplémentaire et a dirigé sa réflexion vers l’importance du facteur religieux dans l’évolution des pays. Il a découvert à Londres une société moderne, admirée pour sa structure politique, mais dans laquelle la fine fleur de l’intelligentsia religieuse regimbe, pose des questions essentielles sur sa propre nature et celle de ses relations avec l’État. La lettre du 21 février 1838 laisse entrevoir chez Gagarin une préoccupation d’un ordre supérieur à celui de la politique et de l’histoire, alors que pour Meyendorff, familier des provinces baltes protestantes, les liens de l’Église et de l’État ne sont pas à remettre en cause et sa seule concession à Gagarin est d’ordre social, l’Église en Russie ne répondant pas suffisamment aux besoins spirituels des milieux éduqués ou intellectuels. Une divergence de fond s’annonce donc entre les deux hommes, mais les lettres suivantes n’en gardent pas trace.

  • 73 Non seulement la correspondance officielle, mais aussi les lettres personnelles de Meyendorff, notam (...)

50Jusqu’à son dernier jour, Gagarin, comme Meyendorff, sera passionné par l’Histoire, la politique et la relation entre les pays73 en revanche, sa recherche essentielle, d’ordre spirituel, se prolongera en dehors de cette sphère commune aux deux hommes, par son engagement dans la Compagnie de Jésus. Ce ne sera cependant pas la dernière fois que Meyendorff aura eu commerce avec Gagarin. Après la mort de Nicolas Ier, alors que l’empereur Alexandre II a décrété une amnistie et que les prisonniers et exilés commencent à revenir de Sibérie, Gagarin écrit au tsar et lui demande la permission d’aller rendre visite à son père, âgé de quatre-vingts ans et aveugle. La princesse Nadine Trubeckoj, sa cousine, est chargée d’appuyer cette demandeignorant l’amitié ancienne qui lie les deux hommes, elle cherche longuement puis transmet la lettre au :

  • 74 Le mari de la princesse Trubeckoj est mort en décembre 1855 et le fils de Meyendorff au mois d’août (...)

[…] baron de Meyendorff, celui de Vienne, […] nommé à un poste qui le rappelle à Pétersbourg. C’est un homme qui me fait l’effet d’être aussi bon qu’il est agréablesa femme aussi, quoiqu’Autrichienne, m’inspire beaucoup de sympathienous avons pleuré ensemble et cela rapproche […] ensuite ils m’ont dit qu’ils étaient sûrs que l’Empereur ne ferait de son côté aucune difficulté, ce qui ne prouve pas encore qu’il n’y en aura pas du tout74.

51répond-elle à Gagarin. Meyendorff, par ce jugement, montrait encore une fois son talent pour l’analyse et la prévision.

Sept lettres (1835-1838)

Stuttgart [6 mai 1835]75

  • 75 On peut dater la lettre de 1835, année de la mort de la Comtesse Osterman. Le jour est probablement (...)

52Je réponds sur-le-champ, mon cher Prince, à votre lettre du 4 et je vais vous offrir les aises que vous me demandez en me mettant à votre place et en essayant de vous faire profiter de l’expérience que j’ai acquise.

53Il s’agit pour vous de choisir entre deux routes. Votre choix actuel peut décider de votre vie entière il convient donc de ne rien précipiter et surtout de bien vous sonder. Les objections contre votre placement soit à Londres soit à la chancellerie du comte Nesselrode venant de Mr Votre Père, c’est lui, qu’à votre place, j’irais voir d’abord. Arrivé à Moscou, vous pourrez y connaître et apprécier tous les motifs qu’il peut avoir pour vous placer à l’intérieur. Cette carrière, quoique semée au début de désagréments vous présente à mon avis, un but bien désirable, celui de faire sur une très grande échelle, du bien à la Patrie en la suivant, vous éviteriez d’ailleurs les écueils de la vie du jeune diplomate à l’étranger où les roses couvrent bien des épines, où l’oisiveté vous livre à toutes les tentations, où l’on devient étranger à sa patrie, ses parents, ses amis et où l’on ne contracte des liaisons que pour les rompre au moment où elles deviennent de quelque ressource pour le cœur, enfin où un long célibat vous fait presque nécessairement prendre des habitudes égoïstes et le plus souvent peu rationnelles.

54Voilà comme j’envisage en gros les deux carrières.

  • 76 Viktor Nikitič Panin (1801-1874), ministre de la Justice de 1841 à 1862. Entré aux Affaires étrangè (...)
  • 77 Aleksandr Ivanovič Černyšev (1785-1857), après une carrière militaire active, il est chargé par Ale (...)
  • 78 Dmitrij Nikolaevič Bludov (1785-1864) diplomate, membre du cercle Arzamasaprès des séjours en Suède (...)
  • 79 Sergej Semenovič Uvarov (1786-1855), auteur d’études sur la littérature et l’archéologie grecques, (...)

55Mais avant de vous décider pour celle de l’intérieur, il faut vous dire que vous aurez des occupations désagréables, une dépendance souvent dure, et probablement aussi des sacrifices d’amour-propre à supporter pendant des années. Vous sentez-vous assez de force pour ne pas vous laisser décourager par toute cette perspective ? Si, après cet examen de conscience, vous vous lancez dans l’intérieur, je vous en féliciterai de tout mon cœur, mes vœux les plus fervents seront avec vous et je vous donnerai pour devise per ardua ad astra. Mais si vous ne vous sentez pas le courage d’avaler ces couleuvres pendant des années, il y a encore un terme moyen, c’est de rester à l’étranger jusqu’à ce que vous ayez enjambé les échelons inférieurs du service et de rentrer en Russie pour vous y placer dans l’intérieur, vous marier, et y appliquer le résultat de vos observations à l’étranger. C’est comme a fait Panin76. J’ajouterai que la plupart de nos ministres, Tchernistcheff77, Bloudoff78, Ouvaroff79 etc., ont fait de même.

  • 80 [Stolonačal′nik] : chef de bureau.
  • 81 [Nadvornyj, kolležskij sovetnik] : conseiller de Cour (7e classe) ou de Collège (8eclasse).
  • 82 Filipp Ivanovič Brunnov (1797-1875), d’origine balte, diplomate célèbre pour son style clair et pré (...)
  • 83 Osten Sacken, famille d’origine balte ayant donné à la Russie plusieurs militaires et diplomates de (...)
  • 84 Fouton ou fonton. Il est difficile de savoir à quoi Meyendorff fait allusion. Si Sacken s’intéressai (...)
  • 85 Emeljan Afanas′evič Kudrjavskij (1776-1845), diplomate, directeur de la Chancellerie du ministère d (...)
  • 86 Cf. note 33.

56Dans cette hypothèse, Londres serait toujours ce que je préfèrerais, pour les raisons que je vous ai souvent exposées. Là, vous étudieriez le mouvement commercial et industriel que l’Angleterre imprime au monde et un mécanisme administratif que je crois être le plus simple et le plus efficace de tous ceux qui existent. De fréquents séjours à Paris vous donneraient les moyens de connaître ce qui, dans l’administration concentrée des Français, peut nous être utile. Ensuite, deux années passées à Berlin vous feraient voir comment un État se soutient et se consolide sur la charpente de son administration. Et après avoir vu cette alliance de l’esprit pratique avec la solidité, la science et la conscience allemande, il me semble que vous seriez alors préparé pour être même un столоначальник80 au Ministère de l’Intérieur, des Finances ou de la Justice. 6 années suffiraient pour cela et vous seriez en rentrant en Russie ce que l’on appelle à présent надворный ou même коллежский советник81. La place à la Chancellerie du comte Nesselrode serait également un terme moyen qui vous préparerait à votre choix pour l'une ou l'autre carrière. Mais seulement dans le cas où vous seriez directement placé auprès de sa personne ou travaillant avec Brunnow82, Sacken83, l’ami du fouton84. La férule de Koudriaffsky85 ne saurait vous convenir. En résumé, je pense qu'il est trop tôt pour vous d'écrire au comte Pozzo86, mais quand je le verrai, je lui parlerai de vous, de manière à vous laisser libre de faire ou de ne pas faire de démarches pour être placé à Londres.

7 mai

  • 87 Elizaveta Alekseevna Osterman, née Golicyn (1779-1835), fille du général major A. B. Golicyn.

57La comtesse Ostermann87 a été frappée hier d’un coup d’apoplexie qui l’a enlevée sans grande souffrance au bout d’un quart d’heure. On l’embaumera aujourd’hui pour la transporter en Russie. Sa mère a les nerfs bien irrités sans être particulièrement malade, je m’imagine que son frère viendra la chercher ici pour la conduire à Baden-Baden. Mille choses aimables de ma part au Prince et à la Princesse Gagarin. Croyez, je vous prie, à ma bien sincère estime et à tout mon dévouement.

P. Meyendorff

Stuttgart 7 mai 1835

58Monsieur,
Monsieur le Prince Jean Gagarine
Attaché à la Légation impériale de Russie A Münich

59Le Prince Dolgorouki que je quitte à l’instant vous prie d’annoncer à Madame Votre Mère la triste nouvelle de la mort de la Comtesse Ostermann et, par elle, la Comtesse Sophie Apraxine en sera aussi informée. La pauvre Comtesse n’a souffert qu’un quart d’heure, sans savoir qu’elle mourait. C’est une apoplexie de cœur qui l’a enlevée. On l’embaume aujourd’hui et on la transportera au couvent Donskoï près de Moscou. J’écrirai demain à M. Votre oncle pour lui demander d’obtenir en Bavière un laisser-passer pour le corps de la défunte.

60La santé de la Princesse d. a merveilleusement résisté à cette secousse. Aussitôt la dépouille mortelle partie pour la Russie, elle se mettra en route pour Paris. Je suppose que de là, elle reviendra passer avec son frère la saison à Baden.

  • 88 Tout à vous.

61T a V88 P Meyendorf 7 mai au soir

Stuttgart, 16/28 mars 1837

  • 89 [Knjažu Gagarinu], Au prince Gagarin l’enveloppe et son adresse ont été conservées.

62À Monsieur,
Monsieur le Prince Jean Gagarine,
Attaché à la chancellerie du ministère des Affaires Étrangères,
Saint Pétersbourg
Князю Гагарину89

  • 90 Gagarin a probablement entendu parler d’une nouvelle affectation concernant Meyendorff.
  • 91 Christian Friedrich von Matthäi (1744-1811) éditeur de la patristique grecque, a été titulaire de l (...)

63Je réponds sur-le-champ, mon cher Prince, à votre bonne lettre du 1/13. Loin de vous en vouloir de cette preuve de confiance, je vous en remercie et je m’empresse de vous offrir les conseils que vous me demandez. L’éventualité dont vous me parlez me semble encore assez éloignée et pour le moment, il n’en est pas du tout question90. Les dispositions qui pourraient la réaliser continuent cependant aussi je ne renonce pas à l’espoir de nous voir un jour réunis. Si, contre mon attente, l’événement en question arrivait aussi promptement que vous paraissez le croire, comptez que mon premier soin sera de travailler à vous être utile. À votre place, j’utiliserais la bienveillance qu’on vous témoigne pour aller voir Londres et Pozzo. Le spectacle d’une aristocratie, jadis la plus brillante et la plus puissante de l’univers, se consolant de sa déchéance par des futilités – le spectacle est fait pour guérir à tout jamais de l’anglomanie, ce qui pour un Russe, surtout, est d’un grand avantage. Ensuite, le commerce de notre vieil ambassadeur est plus instructif que tout ce que je connais pour un homme qui se voue aux études politiques. Pozzo est bien, je crois vous l’avoir (dit), de tous les hommes que j’ai rencontrés celui qui réunit à un plus haut degré les trois facultés qui, dans leur ensemble, font les intelligences supérieures, phantaisie, judiciaire et mémoire en outre, il est si communicatif qu’il se laisse questionner et souvent lorsque les émotions et les idées abondent en lui, il n’y a qu’à écouter. Si vous allez à Londres, je vous enverrai une lettre pour lui où je lui dirai que je vous ai conseillé d’aller l’écouter. Quelques bonnes que soient les autres lettres que vous lui porterez, celle-ci ne vous nuira pas. Faites-moi le plaisir de faire venir et de m’expédier par Berlin l’ouvrage de Matthai91 publié en 1811 à Moscou et dont le titre se trouve ci-inclus. Je vous en serai fort reconnaissant.

64Parlez de moi, je vous prie, à vos respectables parents, et croyez que je serai charmé de vous prouver combien je fais cas de votre confiance. Votre sincèrement dévoué.

P. Meyendorff

Stuttgart, 8 novembre 1837

  • 92 Meyendorff écrit : « Vous n’auriez tort de vivre qu’avec des vieillards. »

65Je suis, mon cher Prince, bien en retard envers vous. Votre lettre de Francfort me le rappelle et je me hâte de remplir mes engagements en vous envoyant quelques lettres pour le pays que vous êtes en train d’étudier. Pour l’Ambassadeur, je n’ai rien à ajouter à ce que je vous en ai dit, recueillez en vous les rayons si lumineux que darde avec tant de profusion cet astre du premier éclat c’est la plus forte intelligence politique que j’aie rencontrée, et dont le commerce présente tous les avantages qu’on peut retirer de l’étude combinée des hommes, des affaires et des livres. Mais comme à votre âge, vous auriez tort de [ne]92 vivre qu’avec des vieillards, permettez-moi de vous donner des lettres d’introduction

  • 93 Henry Wellesley, 1er comte Cowley (1804-1884), diplomate britannique. Il a été secrétaire d’ambassa (...)
  • 94 Olivia Cecilia (1807-1885), fille de Lord Henry et de Charlotte FitzGerald de Ros.
  • 95 Henry FitzGerald, baron de Ros (1793-1839) membre du Parlement, fut accusé en 1836 d’avoir triché a (...)

661° pour Henry Wellesley93 (fils de Ld Cowley) que je connais depuis 10 ans, et que je vois intimement ici, où il est placé comme secrétaire à la Légation Britannique. Sa femme94, sœur du fameux Ld de Ros95, n’en est pas moins une très agréable femme, et que vous apprécierez doublement dans la solitude sociale [mot illisible] à Londres.

  • 96 Edward Granville Elliot (1798-1877), diplomate et homme politique la « convention Elliott », visant (...)

672° pour Lord Elliott96, celui qui a conclu la convention entre les Carlistes et les Christinos. Nous avons fait nos premières armes diplomatiques à la Haye il y a 16 ans, marié et retiré de la Carrière, il n’a pas cessé de s’occuper d’affaires, et jouit dans le parti tory d’une considération justement méritée, en outre, il parle le français parfaitement et n’a aux yeux de ses compatriotes d’autres défauts que celui d’être trop poli. Mais pour nous autres continentaux, le civil Elliott n’en est pas moins l’un des hommes les plus aimables et les plus intéressants qu’on puisse voir en Angleterre.

  • 97 Richard Grosvenor, 2e marquis de Westminster (1795-1869), membre du Parlementil effectua en 1835 et (...)

683° pour Lord Grosvenor97, fils aîné du Marquis de Westminster, qui a passé un hiver ici, et auquel j’ai été dans le cas de faire quelques politesses. C’est un brave et digne homme et sa femme parfaitement aimable et fashionable.

  • 98 Lord Francis Egerton (1800-1857), fils de George Leveson-Gower, membre du Parlement, auteur de poème (...)

69Je voudrais aussi vous savoir introduit dans la maison de son frère, Lord Francis Egerton98, homme de lettres et homme politique qui a les plus beaux tableaux et l’une des plus aimables femmes d’Angleterre. Tout ce monde, à l’exception des Wellesley, n’est pas à Londres, en ce moment, mais ces introductions pourront vous servir pour la saison.

  • 99 Charles James Fox (1749-1806), homme d’État britannique, parlementaire whig, se prononçait en faveu (...)

70Votre lettre me prouve que vous prenez l’Angleterre au sérieux. Je pense aussi que ce pays est dans une époque de transformation, mais non de dissolution. Les causes qui ont placé les Anglais à la tête de la civilisation moderne existent encore elles me semblent principalement d’une nature intellectuelle, et fondée sur l’heureuse combinaison des qualités saillantes des races germaines et celtiques, la foi s’y voit alliée au raisonnement, comme l’aristocratie l’est au commerce, et l’agriculture à l’industrie l’esprit de famille, les agrégations morales et les anciens usages s’y soutiennent, malgré la publicité en toutes choses et l’esprit d’association appliqué à la politique – nil humani alienum. Et j’espère que le caractère anglais porte en lui-même les germes de tous les correctifs nécessaires comme Fox99 disait autrefois que la Constitution de l’Angleterre offrait tous les remèdes aux abus qui pouvaient s’y introduire. S’il en était autrement, il y aurait bien de quoi désespérer de la marche du genre humain. Et je ne suis pas assez pessimiste pour accueillir une pensée aussi amère.

  • 100 Cf. note 38.

71Ne croyez pas, mon cher Prince, que je vous aie jamais soupçonné de pouvoir vous laisser aller à l’anglomanie vulgaire des chevaux et des meubles – mais nous sommes d’un pays, où beaucoup de gens souffrent mal que l’on apprécie autre chose que leur prétendue nationalitéelle ne leur sert, il est vrai, qu’à déguiser leur servilité et leur basse civilisation, le квасной патриотизм100 nous en veut également, et du mépris qu’il nous inspire et de l’ennui qui le ronge au milieu de son œuvre tantalique. Mais la prudence exige de laisser la lumière sous le boisseau, elle ne doit luire que dans l’intimité. Sapientis sat.

72Votre lettre du 4 août ne m’est parvenue qu’après le départ du Comte Pozzo de Londres. J’avais espéré le voir aux bains d’Allemagne où les Gazettes l’envoyaient et où je lui aurais parlé de vous. L’ouvrage de Matthaï a été reçu ici par l’un de mes savants amis comme un inestimable cadeau, et je vous en suis on ne peut plus reconnaissant. J’ai eu le plaisir de voir ici Mme Samarin, qui de Vevey doit actuellement être allée à Paris. Je n’ai pas besoin de vous dire que nous avons parlé de vous. Ma femme, quoiqu’en pleine convalescence, est fort affaiblie par sa maladie de 4 semaines et devra se ménager beaucoup pendant tout l’hiver mais son état ne me donne nulle inquiétude. Nous vivons ici dans un calme si parfait que je n’ai rien à vous dire d’intéressant mais pour vous qui vivez au milieu d’impressions nouvelles et d’un grand mouvement d’idées et d’affaires, vous pourriez bien m’écrire de temps en temps, par le Foreign Office [tous] les mois, le courrier se contrôle peu ici.

  • 101 Tout à vous.

T à V101,
P. Meyendorff

Stuttgart, le 21 février 1838

73Mon cher Prince,

74J’ai retardé jusqu’ici ma réponse à votre bonne, longue et intéressante lettre du 7 décembre pour la faire à mon aise, comme si nous étions au coin d’un bon feu, parlant pour nous, et d’un cœur bien ouvert.

75Quelques soucis, causés par la maladie de ma femme, puis la rougeole qui est venue la prendre, elle et mes trois garçons, ont désagréablement occupé mon hiver. C’est là le prix de ces joies domestiques que les célibataires nous envient avec raison plus j’avance en âge, plus je trouve que le bonheur du foyer est le seul qui mérite d’être un des buts de la vie, le reste est bien passager et bien précaire mais pour être un bon père de famille, il faut avoir joui de la vie de garçon et sous ce rapport, je crains pour vous le trop sérieux de Londres. Mais j’attendrai la fin de la season pour voir ce que vous m’en direz. Quant à l’état social de l’Angleterre, on ne saurait s’en occuper trop sérieusement. Étudier ce pays à fond, c’est se mettre à son niveau, c’est-à-dire dix années en avant de l’Europe, pour la politique pratique. L’Angleterre aura longtemps en Europe une voix décisive et son vote dépendra de son état intérieur. Comme vous, je crois ce corps politique assez sain pour repousser tout le venin qu’on lui a inoculé par cette exorbitante réforme, tant que l’aristocratie se maintiendra unie pour ses intérêts vitaux, considérée, active pour le bien public, elle continuera à être le lest de ce navire, et l’empêchera de chavirer. A-t-elle tort, comme vous le dites, de se cramponner à l’établissement de l’Église, à son principe temporel, je n’en sais trop rien. Je crois que partout, l’indifférence religieuse a fait des progrès dans les masses et que pour soutenir l’Église contre le délaissement, et presque le mépris qui doit en être la suite, il faut des moyens temporels. Combien notre Église de Russie serait-elle autre chose, si des gens de naissance y entraient. Dans nos provinces de la Baltique, nous avons des pasteurs excellents, instruits, zélés et moraux, parce qu’ils ont largement de quoi vivre. Certainement la Haute Église devrait redoubler de zèle en Angleterre pour défendre par ses vertus et ses talents, le terrain qu’on lui dispute, créer des écoles pour le peuple à ses frais, et s’emparer de l’instruction publique qui devrait être son principal moyen d’action sur les masses comme dans l’Allemagne protestante en s’appuyant sur son allié naturel, l’aristocratie, elle pourrait faire de grandes choses et en peu de temps, car il y a là beaucoup de terrain en friche qui est res nullius et qui appartiendrait au premier occupant.

  • 102 Étienne Denis Pasquier, dit le Chancelier Pasquier (1767-1862), occupa plusieurs postes ministériel (...)

76L’affaire du Canada me rappelle une discussion que j’eus, il y a une 12aine d’années avec M. Pasquier102 à Paris et où je soutins que la séparation du Canada ne serait pas pour l’Angleterre un grand mal pour le moment et probablement par la suite, une source d’accroissement de commerce, ainsi que cela s’est vu pour les États-Unis. Mon homme d’État de l’école impérialiste ne voulut jamais me comprendre et me traita d’écolier. Comme nous étions en trop bonne société pour qu’il fût permis de rire haut, que d’ailleurs, je crois au respect dû aux vieillards, je me contentai de sourire et ne voulus pas pousser ma thèse plus loin. Mais à présent, je suis bien aise de savoir ce qu’il faut en penser, question de dignité à part, qui me semble bien prescrire pour le moment à l’Angleterre de maintenir son autorité dans la Colonie mais si, plus tard, elle émancipait sous certaines conditions, pour les futurs émigrants d’Angleterre, toutes ses possessions Nord-Américaines, quel mal et quelle perte en résulterait-il ?

  • 103 Sir Robert Peel, (1788-1850) homme d’État britannique, conservateurPremier ministre du Royaume-Uni (...)
  • 104 Le fait est rapporté par l’historien Norman Gash dans Sir Robert Peel, the life of Sir Robert Peel (...)

77Nous avons du reste en Allemagne bien peu de temps pour songer au Canada. D’abord, l’affaire hanovrienne nous a beaucoup occupés Peel103 a eu raison de dire ici à un ministre hanovrien que le roi Ernest lui avait envoyé ad hoc qu’il ne s’était pas assez occupé du droit public de l’Allemagne pour avoir une opinion sur la légalité des actes du Roi. Il a décliné ainsi de s’en faire l’apologiste en Angleterre où son argumentation en faveur du Roi n’aurait jamais été admise si tant est qu’elle [ait] pu être comprise104. On peut donc laisser dormir la question du droit pour voir le fait de la tranquillité du Hanovre la population y est en grande partie agricole, la noblesse y est encore riche et considérée, les villes pauvres, l’industrie dans l’enfance. Dans tout celà, il n’y a pas d’intérêts bien puissants à exciter en faveur de la Constitution de 1833. Le Roi d’ailleurs n’a pas aboli une Constitution pour rétablir le pouvoir absolu, il s’est prononcé entre deux Constitutions et celle de 1819 donnait aux États le vote du budget et le contrôle de l’administration contient assez de garanties au gré des Hanovriens qui savent qu’ils ne seront pas gouvernés despotiquement pour cela. Aussi le Roi de Hanovre a-t-il peut-être fait plus de tort aux souverains constitutionnels du reste de l’Allemagne qu’à lui-même et à son peuple, parce qu’ailleurs, on [n’]a pas à choisir entre deux Constitutions et qu’ensuite, le tiers état, plus nombreux, plus remuant, exciterait les masses et créerait beaucoup de mécontentement si on voulait imiter cet exemple.

  • 105 « possession » dans l’original.

78Cependant, si on nous avait demandé, il y a un an, ce qui causerait plus d’émoi et d’embarras en Allemagne, l’abolition d’une Constitution ou la réclusion d’un archevêque en Prusse, nous n’aurions pas deviné que c’est l’affaire de Cologne qui des deux est la plus grave. Non que je croie que le gouvernement prussien ne s’en tire son honneur sauf –soit que le vieil archevêque meure en prison ou comme Cardinal à Rome –, mais l’administration prussienne aura beaucoup de peine à regagner dans les provinces rhénanes le terrain qu’elle y a perdu. La propagande catholique dont Liège est le centre, qui est en communication réglée avec Rome, les ultramontains français, Munich et même l’Autriche, a voulu que le clergé catholique de la Prusse rhénane prît une [position]105 semblable à celle du clergé belge envers le gouvernement, des écrits fanatiques, une presse incendiaire, des agents de toutes les classes et les tendances protestantes du Roi de Prusse habilement travesties en persécution contre le catholicisme… furent les moyens mis en œuvre… il fallait pour mener la chose à bien un martyr l’archevêque Droste, esprit borné, était fait pour cela. On lui donne des scrupules sur ses concessions de 1834. Il est heureux de subir des persécutions pour réparer ses fautes. De Berlin, on prévient Rome qu’on usera de rigueur envers lui, Rome fait la sourde oreille et le gouvernement prussien, nolens volens, doit user de violence et se placer dans une impasse à laquelle je ne vois pas encore d’issue.

  • 106 Cf. note 63.
  • 107 Ibidem.

79Certainement, on a eu tort, à Rome, de négliger les avertissements de Berlin et de publier l’allocution avant d’avoir connu officiellement les faits. Chaque gouvernement protestant n’a qu’à ne pas soutenir le catholicisme contre les déferlements de la nouvelle théologie et la philosophie de Hegel, et là où le catholicisme est en contact avec le Protestantisme, il ne sera pas le plus fort mais ce sont des armes à deux tranchants et de trop dangereuses représailles pour qu’un gouvernement sage les employe autrement qu’à l’extrêmité. Cette affaire de Cologne donne un nouvel intérêt à l’Histoire des Papes106 par Ranke, qu’on a traduit en français et que vous devriez bien faire venir de Paris par l’Ambassade. C’est de l’histoire moderne, en [mot illisible] faite avec des dépêches… C’est vif, pittoresque et intéressant au possible. On voit revivre autour de soi ces grands Papes, ces Pères généraux des Jésuites, le concile de Trente, le Jansénisme, mais surtout la politique secrète du Saint Siège sous l’influence de la recrudescence catholique du 16e et 17e siècles s’y trouve dépeinte au naturel et sous un jour tout nouveau. Dans 300 ans, quelque Ranke, en Russie, tirera un semblable fruit des dépêches de l’ambassadeur ce seront des tableaux non moins bien peints, mais des vues plus profondes, plus d’unité dans le plan et dans la manière. Si Ranke nous enseigne comment on peut faire et défaire une restauration religieuse, Pozzo montrera comme on fait et l’on défait une restauration politique et les deux ouvrages pourraient avoir pour épigraphe le mot du dernier Père Général des Jésuites : Sint, ut sunt aut non sint. Il y a encore un autre ouvrage de ce même Ranke, celui où il traite de la grandeur et de la décadence de la Turquie et de l’Espagne107, il y aurait là beaucoup à apprendre pour nous. Philippe II, peut-être, quoiqu’on frémisse en le disant, était très populaire en Espagne, juste, froid, esclave de son devoir, ne connaissant rien qui ne fût pas catholique et espagnol. Enfin, il a empreint de son caractère le gouvernement espagnol. Cette même inflexibilité, que de la religion il avait transportée dans le gouvernement et qui lui a fait perdre la moitié des Pays-Bas et a successivement coûté à ses successeurs depuis le Portugal jusqu’aux colonies, cette même inflexibilité qui a fait bannir les Morisques, mesure très populaire en son temps, fait qu’à l’heure qu’il est, les Espagnols ne veulent pas reconnaître les fueros de Navarre et de Biscaye. Ce n’est pas seulement dans les souverains constitutionnels que le désir d’être populaire est dangereux : l’Espagne a été gouvernée dans le sens des masses depuis près de 300 ans, voilà de quoi elle souffre, aussi n’y a-t-il que des masses et plus d’individus mais masses hébétées, ignares, cruelles, bonnes qu’à tuer ou se faire tuer.

80Malheureusement, ceci me ramène sans transition à l’enthousiasme du kwas au sujet duquel votre catilinaire m’a fait grand plaisir. Mais vous faites bien de dire à ne pas publier, je voudrais même ajouter à ne pas dire. On est devenu fort intolérant chez nous même pour les opinions. Je me rappelle qu’un soir, chez le comte de Nesselrode où il fut question des majorats, j’interpellai

  • 108 Cf. note 24.

81M. de Barante108 pour nous en dire son opinion. Eh bien, il se prononça contre. Proh pudor ! me dis-je en moi-même, ce diplomate ne croit même pas aux immunités diplomatiques. Mais pour nous autres, c’est bien autrement défendu. Une opinion comme celle-là nous vaut une épithète appliquée au hasard mais qui décide de la carrière et de l’existence jusqu’à un certain point.

  • 109 [Starovercy], vieux croyants, en russe dans le texte.

82Quant aux sectes en Russie, je ne leur croyais pas autant de convictions et d’idéalisme que vous. Je sais qu’il y en a de très fanatiques, d’antisociales, mais je les croyais les moins nombreuses et je m’imaginais que la plupart étaient des староверцы109 prêts à souffrir le martyre pour les errata de la première Bible imprimée en Russie, et une certaine manière de faire le signe de la croix, indiquée sur certaines images. Je les croyais tous plus Byzantins que Vaudois et Albigeois mais tous sont préférables au fétichisme. J’ai attendu pour fermer cette longue lettre l’arrivée des Wellesley qui m’ont fait grand plaisir en me donnant de vos nouvelles. Je désire bien que vous continuiez à vous plaire dans le pays où vous êtes plus que l’Ambassadeur, au souvenir duquel je vous prie très instamment de me recommander. Ecrivez-moi de temps en temps sur ce qui vous frappe le plus en fait d’événements, d’hommes et de livres, non seulement ce sera me rendre service, mais en se forçant à s’expliquer par écrit, on rend les idées plus claires et on les rattache plus naturellement aux principes. Vous me saurez gré de la connaissance de Lord Elliott qui est destiné à jouer un rôle dans son parti indépendamment de ce que c’est un type de gentleman anglais de l’ancienne école.

83Conservez amitié et souvenir à votre tout dévoué
PM

1er avril 1838

  • 110 Mention manuscrite de Gagarin.

84reçu le 4 avril 110

  • 111 Vs dans le texte.
  • 112 Tems dans le texte.
  • 113 dans l’original.
  • 114 Surpassé.
  • 115 Nom illisible.

85Je réponds aujourd’hui, mon cher Prince, à deux de vos lettres et je commence par Vous111 en remercier bien cordialement. Continuez, je vous prie, à me communiquer de temps112 en temps vos impressions, cela vous oblige à résumer et à grouper vos idées, ce qui ne me semble pas être une occupation pénible pour vous, et ce qui pour moi est une source d’informations utiles et de réflexions agréables. J’ai lu113 quelque part comme un vieux diplomate s’étant pris d’intérêt pour un débutant, l’avait poussé dans la voie du succès par les conseils et les bons offices… C’est là le rôle que je voudrais jouer à votre égard, tout en prévoyant que je ne le jouerai pas longtemps, et que vous m’aurez bientôt überflügelt114. J’avais craint un instant que la lettre que j’avais confiée à S.115 ne fût allée vous chercher en Russie où le moindre des inconvénients eût été son manque total d’à-propos. Après que me voici rassuré, je continuerai de mon côté à vous écrire, comme si nous causions au coin de la cheminée.

86Le représentatif est pour moi jugé depuis longtemps – par ses œuvres pour la législation comme pour l’administration les députés à 250 frs ne sont vraiment pas compétents ils n’ont sur les matières plus élevées de Gouvernement aucune conviction rationnelle, et sur la fluctuation des opinions de l’individu, vient encore la mobilité, l’incertitude des majorités flottantes et la bêtise contagieuse des grandes assemblées. Mais cette chimère vit encore dans l’opinion populaire. Il faut la laisser se discréditer. Quand une fois on reconnaîtra que les intérêts seuls peuvent être représentés parce qu’eux seuls sont fixes et déterminent les opinions comme la lumière et l’ombre, on reviendra nécessairement à une base aristocratique du gouvernement, mais [pas] tant que le Français voudra l’égalité envers toutes choses – [jus]qu’à la paye.

  • 116 Louis-Philippe.

87L. P.116 entend cela à merveille – il n’a fait que peu de fautes dans son règne et surtout au commencement depuis, il a montré une persévérance rare et dont l’histoire lui tiendra compte aussi tous mes vœux sont-ils pour lui dans cette lutte où il est le plus capable et aussi le plus digne de confiance : un Ministère n’ayant d’appui qu’une majorité flottante, unie pour certaines questions, et divisée sur le plus grand nombre, ne peut être fort. Ainsi je ne crois pas la demise of the crown bien proche.

  • 117 Cf. note 63.
  • 118 Die serbische Revolution -aus serbischen Papieren und Mittheilungen, Hamburg, Friedrich Perthes, 18 (...)
  • 119 Die Osmanen und die spanische Monarchie im sechzehnten und siebzehnten Jahrhundert, 1837Histoire de (...)
  • 120 Die römischen Päpste in den letzten vier Jahrhunderten, Berlin, 1834-1836.
  • 121 François Auguste Mignet (1796-1884) historien rédacteur dans plusieurs revues, dont la Revue des de (...)

88Je suis bien aise que vous soyez tombé sur Ranke117. Son livre sur la Servie118, je l’ai étudié dès qu’il a paru, et j’y ai trouvé surtout bien indiquée la nécessité de l’émancipation graduelle de toutes les populations chrétiennes de l’Empire Ottoman. Son livre sur la Turquie et l’Espagne119 est également curieux mais ce qu’il a fait de plus sérieux sont les 3 volumes de son histoire des Papes120. Il a disposé d’excellents matériaux et il me semble qu’il les met mieux en œuvre que Mr Mignet121 dont je viens de terminer le 1er volume.

  • 122 ohne… (fin du mot non déchiffrée).
  • 123 Ville située près de Valladolid et où sont conservées les Archives de l’État espagnol.
  • 124 Hugues de Lionne (1611-1671), diplomate et collaborateur de Mazarin, puis ministre d’État de Louis (...)
  • 125 George d’Aubusson de la Feuillade (1609-1697), archevêque d’Embrun ambassadeur de France à Madrid, (...)

89L’introduction est fort belle, mais il aurait dû rendre plus de justice à Ranke qu’il a furieusement employé. Ensuite s’il juge bien le siècle de Louis XIV, quoique bien à la française122, il ne se doute pas de l’Espagne et je parierais qu’il ne sait pas trois mots d’espagnol aussi n’a-t-il su trouver à Simancas123 que ce qui lui convenait pour mettre en relief le talent diplomatique de Lionne124 et celui de l’archevêque d’Embrun125 et Ranke nous aurait fait voir autre chose s’il y avait été.

  • 126 Augustin Thierry (1795-1856), historien, ami de Guizot et membre de l’Académie des Inscriptions et (...)
  • 127 Gustav von Hugo (1764-1844), juriste et historien allemand du droit.
  • 128 Barthold Georg Niebuhr (1776 -1831) historien de la Rome antique.
  • 129 Friedrich Carl von Savigny (1779 -1861), juriste prussien qui a créé l’école d’Histoire du droit.
  • 130 Johann Gottfried Eichhorn (1752-1827), théologien et historien allemand.
  • 131 Jacob Grimm (1785-1863), philologue, auteur de Deutsche Grammatik (1819-1837) et de Deutsche Mythol (...)
  • 132 Johann Martin Lappenberg (1794-1865), historien allemand. Son œuvre principale, Geschichte von Engl (...)

90Il est le chef de file dans cette école qui fait servir les dépêches des ministres au contrôle et à l’éclaircissement de l’histoire. une autre école également remarquable et dont les travaux serviront à refaire l’histoire du Moyen-Age, autrement que Thierry126 et tous les Français n’ont pu le faire, est celle qui cherche dans les lois les plus anciennes d’origine germaine et dans les plus purs moments de la littérature l’explication des faits et des institutions. Hugo127, Niebuhr128, Savigny129, mais surtout Eichborn130 et Grimm131 ont frayé cette nouvelle route. Pourquoi, demandez cela à MM Thiers et Guizot, les Normands ont-ils conquis si facilement l’Angleterre et pourquoi y ont-ils établi si solidement leur puissance… tandis que les mêmes Normands n’ont pu faire durer l’œuvre de la conquête dans le royaume de Naples et de la Sicile où il y avait, non pas comme en Angleterre, une masse homogène, mais cinq ou six peuples différents et bien moins belliqueux et forts ? Ils n’osent pas vous répondre : la force inhérente au système féodal, ce système ayant été le même dans les deux localités, mais Lappenberg132 vous dira parce que les institutions normandes d’origine germaine comme celles des Anglo-Saxons s’adaptaient parfaitement aux bases de la société, alors il n’y a eu à changer que les couches supérieures comme les 4/5 des mots anglais sont d’origine saxonne, les 4/5 des institutions anglaises sont germaines, c’est-à-dire communes aux deux races de conquérants. Quand on creuse comme cela dans l’intérieur de l’histoire, on éprouve, ce me semble, un plaisir aussi vif que le géologue qui va visiter des mines. Voir loin ! La nature a fait succéder une couche de roches à l’autre, pour produire à la fin la surface actuelle qui comporte la Culture matérielle, comme les institutions anglaises d’aujourd’hui s’insèrent naturellement à la Civilisation.

  • 133 Le futur Alexandre II.
  • 134 Deux mots non déchiffrés.
  • 135 Vasilij Andreevič Žukovskij (1783-1852), poète romantique. Il a été le précepteur d’Alexandre II et (...)

91Vous avez raison de tout préférer à la pression sèche de K. Il faut vous qualifier pour être Conseiller d’Ambassade. Vous n’avez pas infiniment de concurrents pour cela et alors vous arrivez à l’otium cum dignitate d’une Mission – si jusque là vous n’avez pas repris meilleure opinion de votre génération. Dites-moi ce que vous savez du plan de voyage de l’héritier133. J’espère qu’il finira par l’Angleterre, on ne saurait être trop mûr pour bien voir ce pays-là et il y sera plus mêlé à la société que partout ailleurs, s’il y veut rester trois mois. Croyez-vous qu’il soit à vingt ans bien préparé non pour juger mais seulement pour voir et retenir ce qu’il a vu. Qui sont les guides ? Croyez-vous G.134, Joukowsky135 le meilleur me semble appartenir à l’école de Schiller en poésie, oublié ailleurs qu’en Russie… et pour le reste, j’ignore s’il a seulement la prétention d’en savoir quelque chose.

  • 136 Station climatique de Bavière.
  • 137 L’original porte : « Et c’est ce le plus grand du plaisir que l’étiez… »

92L’Impératrice va décidément à Kreuth136 et je m’imagine que le Grand duc héritier l’y rejoindra en août après avoir vu l’Angleterre. Profitez bien de votre séjour de Paris. Soyez-y économe de votre temps, et ne faites, je vous prie, que goûter à la coupe de ce qu’on appelle « les plaisirs ». La conversation est la vie des Français, et c’est cela le plus grand des plaisirs que vous étiez parti rechercher dans ce pays-là137. On dit que le Comte de Nesselrode vient aussi à Berlin.

93Rappelez-moi, je vous prie, ainsi que ma femme, au souvenir de vos respectables parents et croyez-moi votre tout dévoué

94P. Meyendorff

Stuttgart, 4 décembre 1838

95Faute d’occasions sûres, je n’ai pas répondu plus tôt, cher Prince, à la dernière de vos lettres. Croyez cependant qu’elle m’a fait grand plaisir, et que j’apprécie beaucoup le fond et la forme de ce que vous me dites, quoique je m’occupe peu de politique dans ce moment-ci. J’en suis, à vrai dire, un peu dégoûté. Elle n’est que l’application de l’Histoire que personne ne veut étudier et ceux même qui l’étudient n’y croient pas assez pour enlever la foi du public. L’erreur d’un siècle n’a jamais servi d’avertissement à un autre siècle, mais seulement de motif pour tomber dans une erreur contraire. Les exemples à l’appui de cette thèse sont nombreux. Ils me crèvent les yeux et je suis sûr que ce qui se passe autour de vous vous en fournit également. La France, comme certaine substance dans la nature physique, n’a pas la propriété de produire des formes organiques l’égalité, la gloire française d’un côté, l’égoïsme et la vénalité de l’autre, agitent cette masse et se balancent encore dans leurs effets. Peut-être ces principes feront-ils un jour coalition, ils seront alors très puissants pour détruire, mais jamais pour édifier, et comme l’Espagne en est encore à se convaincre que le pire des régimes est la guerre civile, la France doit aussi apprendre à ses dépens qu’une société de trente millions est impossible avec le dogme de l’égalité et la furie de la gloire pour toute religion.

96Quant à vous, je suis sûr que vous employez bien votre temps à Paris, mais si certain roman saxon arrive à la conclusion ordinaire des romans, retournez à Pbg et faites comme a fait Medem devenez nécessaire au comte Nesselrode en dépit de Koudriaffsky, on vous fera écrire. Nous n’avons guère que Brunnow qui sache écrire. Si vous voulez à toute force « il en est jusqu’à trois que je pourrais nommer » et vous arrivez par la force des choses à devenir d’abord rédacteur et puis conseiller d’ambassade, si la vie de Pétersbourg ne vous convient pas.

  • 138 Allusion au čin.

97Si vous pouvez, suivez ce conseil, mais alors aussi, n’oubliez pas une chose : Évitez la société des diplomates étrangers. Vivez chez le comte de Nesselrode le matin et quand il n’y a personne, et excepté les grandes occasions, ne fréquentez pas le monde. C’est comme a fait Matusewicz et s’il avait tenu à Londres une conduite mesurée, il y serait ambassadeur à l’heure qu’il est. Tout ceci est pour votre gouverne… et le conseil d’un ami sincère et expérimenté… Le manque d’hommes dans notre ministère est généralement senti. J’ai entendu cet été des jérémiades en assez haut lieu pour vous mettre sur les rangs, il vous faut des rangs138, allez les chercher à Ptrburg, pardon du calemburg.

  • 139 La France avait aidé militairement la Belgique en 1832 dans sa lutte contre les Pays-Bas. L’indépen (...)

98Mon Allemagne suffit toujours à mon ambition et à mes goûts, ma santé aussi me fait apprécier davantage tout ce que j’ai de loisirs et de liberté le train du grand monde et l’émotion des grandes affaires m’userait, je crains, trop vite, et je me dois à ma famille. J’éprouve quelquefois le besoin d’échanger des idées et ce besoin n’est pas facile à satisfaire au milieu des intérêts mesquins d’un petit pays et d’une petite ville mais on s’ingénie, et il vaut après tout encore mieux adopter des intérêts nouveaux comme sont pour moi les sciences naturelles, que de s’encroûter et de se matérialiser tout à la fois. En outre, je m’occupe d’un voyage en Italie que je réaliserai, quand il plaira à dieu, et peut-être seulement, par petites parcelles pour chaque année, la Lombardie, Florence et Gênes pour 1839 plus tard, Venise et Rome, et enfin une troisième fois, Naples. Ce sont des riens, mais ils sont riants et innocents, et préférables après tout à ceux de l’ambition et de la vanité. Nous attendons ici avec quelque anxiété l’ouverture des Chambres… Le ministère tombera-t-il encore une fois devant une majorité qui, au fond, n’en est pas une et ne peut servir de base à rien de stable et puis l’affaire Belgique139 aura-t-elle à tout jamais l’appui sacré de la France ?

99Adieu, mon cher ami, écrivez-moi occasionnellement et croyez à ma sincère amitié. Tout à vous,
P. Meyendorff

Haut de page

Notes

1 AFSI BS Ga L 11.

2 Né Peter Leonhard Suidigerius, à Riga. La forme française du prénom était utilisée dans les lettres de ses amis russes : « le baron Pierre », « Madame Pierre Meyendorff », etc.

3 Lettre du 21 février 1838.

4 En allemand dans le texte. Lettre du 1er avril 1838.

5 Gerhard Conrad Casimir Meyendorff, fils de Georg Johan, (1749-1813)son épouse est Anna Catherina von Vegesack (1771-1840).

6 Au lendemain de l’insurrection des décembristes, Meyendorff écrit à Nesselrode pour affirmer son dévouement à l’Empereur Nicolas et condamner le soulèvement. Cf. Otto Hoetzsch, Peter von Meyendorff, ein russischer Diplomat an den Höfen von Berlin und Wien, t. I, W. de Gruyter, Berlin – Leipzig, 1923, p. 1, lettre du 7/19 janvier 1826.

7 Karl Ferdinand von Buol-Schauenstein (1797-1865) ministre des Affaires étrangères d’Autriche de 1852 à 1859.

8 Grigorij Ivanovič Gagarin (1782-1837) l’oncle paternel d’I. S. Gagarin, était en poste en Bavière depuis 1832.

9 Sergej Ivanovič Gagarin (1777-1862), sénateur, membre du Conseil d’État, directeur de l’Institut Alexandre Ier pour les orphelins, propriétaire de nombreux domaines et agronome réputé.

10 Varvara (Barbe) Mixajlovna Gagarin, née Puškin (1779-1854) personne d’une grande piétéaprès avoir perdu trois de ses enfants, elle reportait toute son affection sur les deux qui lui restaient, Ivan et Marija.

11 Sophie Olszamowska-Skowrońska, la Correspondance des papes et des empereurs de Russie (1814-1878), selon les documents authentiques, Roma, Pontificia università Gregoriana, 1970, p. 36.

12 Note du du 6 septembre 1832 par laquelle le cardinal Bernetti protestait contre le sort fait aux sujets catholiques de Nicolas Ier.

13 Prince Ivan S. Gagarine, Journal 1833-1842, François Rouleau, Mireille Chmelewsky (eds.), Paris, Desclée de Brouwer, 2010.

14 Fedor Ivanovič Tjutčev (1803-1873).

15 Tjutčev, Полное собрание сочинений и письма в 6 томах, t. 4 (1820-1849), Moskva, Klassika, 2004, p. 15 lettre du 31 décembre 1836/12 janvier 1837.

16 Basmannaja, rue de Moscou où habitait Čaadaev.

17 P. Ja Čaadaev, Полное собрание сочинений и избранные письма, Zaxar Abramovič Kamenskij (ed.), Moskva, Nauka, t. 2, 1991, p.115-116.

18 Lettre du 7 mai au soir.

19 Non déchiffré.

20 Lettre du 1er avril 1838.

21 Souligné dans l’original.

22 Karl Robert von Nesselrode (1780-1862) à partir de 1823, ministre des Affaires étrangères et vice-chancelier de l’Empire. Chancelier en 1844, il se retirera en 1856 après la Paix de Paris.

23 Lettre du 4 décembre 1838.

24 Lettre du 21 février 1838. Prosper de Brugière de Barante (1782-1866), ambassadeur de France à Saint-Pétersbourg de 1835 à 1848, auteur de plusieurs ouvrages historiques. A la suite de l’incident diplomatique de 1841, il réside en France mais reste titulaire de son poste jusqu’en 1848.

25 Lettre du 21 février 1838.

26 Lettre du 1er avril 1838.

27 Sic.

28 Ibidem, jeu de mots sur la Table des rangs, échelle professionnelle et sociale de l’État russe.

29 Lettre du 16/28 mars 1837.

30 Lettre du 4 décembre 1838.

31 Meyendorff reprend ici un vers de Boileau sur les femmes fidèles : « […] et dans Paris, si je sais bien compter, Il en est jusqu’à trois que je pourrais citer. » (Satire X). Lettre du 4 décembre 1838.

32 Lettre du 21 février 1838.

33 Charles André Pozzo di Borgo (1764-1842), d’une famille corse amie des Bonaparte. À la révolution, Pozzo prend le parti des Bourbon et entre dans le corps diplomatique russe en 1804. Il y fait une carrière brillante : ambassadeur à Paris de 1814 à 1835, à Londres de 1835 à 1839.

34 Lettre du 8 novembre 1837.

35 Lettre du 4 décembre 1838deux des frères Medem étaient diplomates: Paul (1800-1854) et Alexandre (1803-1859).

36 Mireille Chmelewsky, Paul Pierling, Wiktoria Śliwowska, l’Affaire Gagarine, Roma, BIHSI, vol. 77, 2014, p. 159.

37 Souligné dans l’original, lettre du 16/28 mars 1837.

38 Patriotisme du kvason pourrait dire, en français, patriotisme cocardier. Lettre du 8 novembre 1837.

39 Victoria devient reine le 20 juin 1837, à la mort de Guillaume IV.

40 Adolphus Frederick (1774-1850), duc de Cambridge, était le plus jeune frère de Guillaume IV.

41 Ernest August Ier (1771-1851) duc de Cumberland, frère d’Adolphus Frederick, il devient roi de Hanovre lors de l’avènement de la reine Victoria.

42 La rébellion des Patriotes de 1837-1838 est le soulèvement de la population d’origine française contre les Anglais.

43 Le Reform Act a entraîné l’augmentation du corps électoral.

44 Lettre du 21 février 1838.

45 Le Reform Act ayant entraîné des suppressions d’évêchés anglicans en Irlande, certains fellows d’Oxford, parmi lesquels John Henry Newman, affirmèrent que les évêchés étaient une institution apostolique et non un département civil de l’État. En 1833, ils commencèrent à éditer les Tracts for the Times, dans lesquels ils encourageaient un retour à l’Église des premiers siècles et la lecture des Pères de l’Église.

46 Nom donné à ceux qui écrivaient les Tracts for the Times.

47 Lettre du 21 février 1838.

48 Lettre du 21 février 1838.

49 « Vieux-Croyants », en russe dans le texte, lettre du 21 février 1838.

50 Ibidem.

51 Lettre du 21 février 1838.

52 Clemens August Droste zu Vischering (1773-1845), archevêque de Cologne en 1836. Son arrestation en 1837 provoque une grande émotion dans les provinces catholiques de l’Allemagne. Il sera libéré en 1839.

53 Lettre du 21 février 1838.

54 Lettre du 1er avril 1838.

55 Louis-Philippe a choisi le titre pris par Louis XVI après la révolution, en 1791.

56 Lettre du 1er avril 1838.

57 Lettre du 4 décembre 1838.

58 Lettre du 1 er avril 1838.

59 Nicolas Ier provoquera à la fin de l’année 1841 une longue crise diplomatique à l’occasion de la présentation des vœux à Louis-Philippe. Il rappela son ambassadeur plutôt que de le voir en situation de présenter des vœux de nouvel an au roi des Français. Voir le récit de Guizot, « Le roi Louis-Philippe et l’empereur Nicolas, 1841-1843 », in la Revue des deux-mondes, t. 31, 1861.

60 Les fueros sont des droits coutumiers basques que la Couronne espagnole s’engageait traditionnellement à respecter. Ils furent un enjeu des guerres de succession qui opposèrent les carlistes, partisans de Charles, frère du roi défunt, et les partisans libéraux d’Isabelle, fille du roi que ce dernier avait désigné comme son successeur.

61 Lettre du 21 février 1838.

62 Lettre du 21 février 1838.

63 Leopold von Ranke (1795-1886) est considéré comme le fondateur de l’histoire moderne. Il s’attache à la véracité des sources et à une présentation objective des faits. Il inaugure à l’université de Berlin l’enseignement par séminaires, expérience qui sera reprise à l’École des Hautes Études en France. Il est l’auteur notamment de Fürsten und Völker von Süd-Europa im sechzehnten und siebzehnten Jahrhundert (1827) [Princes et peuples de l’Europe méridionale pendant les XVIe et XVIIe siècles], et de Die römischen Päpste in den letzten vier Jahrhunderten, Berlin, Duncker und Humblot, 1834-1836 [Histoire de la Papauté pendant les seizième et dix-septième siècles], trad. Haiber, Debécourt, Paris, 1838.

64 Lettre du 1er avril 1838.

65 Lettre du 21 février 1838. Lerminier le découvrait aussi : « […] l’ouvrage du professeur de Berlin trouve son originalité dans la mise en œuvre de matériaux jusqu’alors inconnus. […] Après avoir découvert à Vienne des renseignements nouveaux sur les pontificats de Grégoire XIII et de Sixte Quint, [il] a exploré la bibliothèque de St Marc, à Venise, et toutes les bibliothèques qui ont voulu s’ouvrir : il a dû s’arrêter au pied du Vatican. », in la Revue des deux mondes, 1838/04, (sér. 3, p. 14), p. 77.

66 Lettre du 28 février 1838.

67 Florence Vatan, «Erich Voegelin et les théories raciales», Austriaca no 47 université de Rouen, 1998, p. 27.

68 Lettre du 1er avril 1838.

69 Lettre du 4 décembre 1838.

70 Ibidem.

71 Пётр Казимирович Мейендорф, Wikipedia, ru.wikipedia.org/wiki/Мейендорф,_Пётр_Казимирович (consulté le 15 novembre 2016). « Барон Мейендорф – человек умный и ученый, он знает все в мире, за исключением России, о которой не имеет никакого понятия ». (trad. M. C.)

72 Aleksandr Petrovič Mejendorf, capitaine à l’État-Major du prince Gorčakov, fut tué le 27 août 1855 à Malakoff.

73 Non seulement la correspondance officielle, mais aussi les lettres personnelles de Meyendorff, notamment à son fils, témoignent de cet intérêt véritable. Cf. Hoetzsch, Ein russischer Diplomat... Quant au P. Gagarin, jusqu’à la fin de sa vie, « il est abîmé dans les journaux, il en lit dix chaque jour », écrit le P. Martynov au P. Victor de Buck, in Au service de la réconciliation des Églises, Jean Gagarin, Jean Martynov et Victor De Buck: correspondance, Robert danieluk, Bernard Joassart (eds.), Bruxelles, Société des Bollandistes, 2014, p. 1268.

74 Le mari de la princesse Trubeckoj est mort en décembre 1855 et le fils de Meyendorff au mois d’août de la même année. Lettre de la princesse Trubeckoj au P. Gagarin du 29 décembre 1856/10 janvier 1857. Cf. l’Affaire Gagarine…, p. 297.

75 On peut dater la lettre de 1835, année de la mort de la Comtesse Osterman. Le jour est probablement le 6 mai, puisque la lettre de Gagarin est du 4 et que celle de Meyendorff se poursuit le 7 mai. Meyendorff est ambassadeur à Stuttgart et Gagarin est à ce moment-là en Bavière, chez son oncle.

76 Viktor Nikitič Panin (1801-1874), ministre de la Justice de 1841 à 1862. Entré aux Affaires étrangères en 1819, il sert à Madriden 1828, il accompagne, en tant que diplomate, Nicolas Ier pendant la guerre russoturque et à la fin de 1828, il est nommé en Grèce. En 1831, il rentre en Russie où il devient, en 1832, viceministre de la Justice. Il épouse en 1835 la comtesse Natalja Pavlovna Tiesenhausen (1810-1899).

77 Aleksandr Ivanovič Černyšev (1785-1857), après une carrière militaire active, il est chargé par Alexandre Ier de missions de confiance auprès de Napoléon. Il devient ministre de la Guerre en 1832.

78 Dmitrij Nikolaevič Bludov (1785-1864) diplomate, membre du cercle Arzamasaprès des séjours en Suède et en Angleterre, il revient en Russieil est nommé secrétaire du procès des décembristes puis vice-ministre de l’Instruction publique, directeur des Affaires religieuses pour les confessions étrangères après plusieurs postes de directeur aux ministères de la Justice et de l’Intérieur, il est nommé ministre de l’Intérieur en 1832 et membre du Conseil d’État. Il est président de l’Académie des sciences en 1855.

79 Sergej Semenovič Uvarov (1786-1855), auteur d’études sur la littérature et l’archéologie grecques, il entre aux Affaires étrangères en 1801nommé à Vienne puis à Paris, il quitte en 1810 le service diplomatique. de retour en Russie, il se marie en 1811 et entre à l’Académie des sciences dont il devient président en 1818. de 1834 à 1849, il est ministre de l’Instruction publique. Il est resté célèbre pour sa formule « orthodoxie, autocratie, esprit national », qui devait servir de fondement aux projets de son ministère.

80 [Stolonačal′nik] : chef de bureau.

81 [Nadvornyj, kolležskij sovetnik] : conseiller de Cour (7e classe) ou de Collège (8e classe).

82 Filipp Ivanovič Brunnov (1797-1875), d’origine balte, diplomate célèbre pour son style clair et précis. Un des plus proches collaborateurs de Nesselrode, très apprécié de Nicolas Ier. Il a été ambassadeur en Angleterre de 1840 à 1854, puis de 1858 à 1874. Il a participé de nombreuses conférences et conventions internationales.

83 Osten Sacken, famille d’origine balte ayant donné à la Russie plusieurs militaires et diplomates de haut rang. Le baron Roman Fedorovič (1791-1864), membre du conseil du ministre des Affaires étrangères, a été un des proches collaborateurs de Nesselrode pour les questions de politique et de commerce.

84 Fouton ou fonton. Il est difficile de savoir à quoi Meyendorff fait allusion. Si Sacken s’intéressait à l’ornithologie, il pourrait s’agir du « fouton », « oiseau d’Afrique d’une nature particulière » in Bibliothèque universelle et historique, t. II. p. 352 et p. 312 de la table générale, Amsterdam, 1718, ou du « fonton » « oiseau de l’intérieur de l’Afrique qui paraît être le coucou indicateur », in Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle appliquée aux arts, Nouvelle édition, vol. 11, Paris, Deterville, 1817, p. 602. Sonnini donne une description précise du coucou indicateur, qu’il qualifie de « petit espion », dans l’Histoire naturelle générale et particulière de Buffon, an IX, t. 53, Paris, p. 69-73.

85 Emeljan Afanas′evič Kudrjavskij (1776-1845), diplomate, directeur de la Chancellerie du ministère des Affaires étrangères depuis 1835.

86 Cf. note 33.

87 Elizaveta Alekseevna Osterman, née Golicyn (1779-1835), fille du général major A. B. Golicyn.

88 Tout à vous.

89 [Knjažu Gagarinu], Au prince Gagarin l’enveloppe et son adresse ont été conservées.

90 Gagarin a probablement entendu parler d’une nouvelle affectation concernant Meyendorff.

91 Christian Friedrich von Matthäi (1744-1811) éditeur de la patristique grecque, a été titulaire de la chaire de latin et de grec à l’université de Moscou. Deux titres correspondent à la demande de Meyendorff: Ποικίλα ελληνικα seu Varia Graeca, ex octo codicibus graecis diversarum bibliothecarum, nunc primum edita… Mosquae, typis N. S. Vsevolojsky, 1811, ainsi que: Breuis historia animalium scriptoris anonymi qui seculo XI. sub Constantino Monomacho imperatore Constantinopoli floruit Graece: nunc primum… ex codice MS., qui vnus ad nostra tempora videtur peruenisse, additis animadversionibus et interpretatione latina, Mosquae, typis N. S. Vsevolojsky, 1811.

92 Meyendorff écrit : « Vous n’auriez tort de vivre qu’avec des vieillards. »

93 Henry Wellesley, 1er comte Cowley (1804-1884), diplomate britannique. Il a été secrétaire d’ambassade à La Haye en 1829 et à Stuttgart entre 1832 et 1843à Constantinople de 1843 à 1847, accrédité auprès de la diète de Francfort en 1848 et ambassadeur à Paris de 1852 à 1867.

94 Olivia Cecilia (1807-1885), fille de Lord Henry et de Charlotte FitzGerald de Ros.

95 Henry FitzGerald, baron de Ros (1793-1839) membre du Parlement, fut accusé en 1836 d’avoir triché au whist.

96 Edward Granville Elliot (1798-1877), diplomate et homme politique la « convention Elliott », visant à modérer les combattants de la Première Guerre carliste et à humaniser le sort des prisonniers, fut signée les 27 et 28 avril 1835. Lord Elliott avait été secrétaire d’ambassade à Madrid il parlait espagnol et connaissait les protagonistes des deux camps.

97 Richard Grosvenor, 2e marquis de Westminster (1795-1869), membre du Parlementil effectua en 1835 et 1836 un voyage en Allemagne avec son épouse Elizabeth Leveson-Gower (1797-1891).

98 Lord Francis Egerton (1800-1857), fils de George Leveson-Gower, membre du Parlement, auteur de poèmes de jeunesse et d’une traduction du Faust de Goethe. Il fut recteur de l’université d’Aberdeen en 1841 et un mécène généreux. Il a donné le premier tableau de la collection des portraits de la National Gallery, le portrait « Chandos » de Shakespeare. Il avait épousé en 1822 Harriet Catherine Greville (1805-1866).

99 Charles James Fox (1749-1806), homme d’État britannique, parlementaire whig, se prononçait en faveur d’une monarchie constitutionnelle, pour la tolérance religieuse et contre l’esclavage.

100 Cf. note 38.

101 Tout à vous.

102 Étienne Denis Pasquier, dit le Chancelier Pasquier (1767-1862), occupa plusieurs postes ministériels dont celui des Affaires étrangères.

103 Sir Robert Peel, (1788-1850) homme d’État britannique, conservateurPremier ministre du Royaume-Uni de 1834 à 1835, puis de 1841 à 1846.

104 Le fait est rapporté par l’historien Norman Gash dans Sir Robert Peel, the life of Sir Robert Peel after 1830, London, Longman, 1972.

105 « possession » dans l’original.

106 Cf. note 63.

107 Ibidem.

108 Cf. note 24.

109 [Starovercy], vieux croyants, en russe dans le texte.

110 Mention manuscrite de Gagarin.

111 Vs dans le texte.

112 Tems dans le texte.

113 dans l’original.

114 Surpassé.

115 Nom illisible.

116 Louis-Philippe.

117 Cf. note 63.

118 Die serbische Revolution -aus serbischen Papieren und Mittheilungen, Hamburg, Friedrich Perthes, 1829.

119 Die Osmanen und die spanische Monarchie im sechzehnten und siebzehnten Jahrhundert, 1837Histoire des Osmanlis et de la monarchie espagnole pendant les XVIe et XVIIe siècles, trad. J.-B. Haiber, Paris, Debécourt, 1839. « Ce livre est le complément de l’ouvrage général […] Princes et peuples de l’Europe méridionale pendant les seizième et dix-septième siècles, et dont l’Histoire de la papauté n’est qu’une sectio ». Haiber, introduction à l’Histoire des Osmanlis, Paris, Debécourt, 1839.

120 Die römischen Päpste in den letzten vier Jahrhunderten, Berlin, 1834-1836.

121 François Auguste Mignet (1796-1884) historien rédacteur dans plusieurs revues, dont la Revue des deux mondes, et l’un des fondateurs du National. Opposé aux Bourbons, il est favorable à Louis-Philippe. Conseiller d’État, directeur des Archives du ministère des Affaires étrangères, membre de l’Académie française. Son œuvre maîtresse est : Histoire de la Révolution française depuis 1789 jusqu’en 1814, Paris, Firmin didot, 1824.

122 ohne… (fin du mot non déchiffrée).

123 Ville située près de Valladolid et où sont conservées les Archives de l’État espagnol.

124 Hugues de Lionne (1611-1671), diplomate et collaborateur de Mazarin, puis ministre d’État de Louis XIV, négociateur notamment de la Paix des Pyrénées.

125 George d’Aubusson de la Feuillade (1609-1697), archevêque d’Embrun ambassadeur de France à Madrid, il a participé aux négociations concernant la succession d’Espagne.

126 Augustin Thierry (1795-1856), historien, ami de Guizot et membre de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres. Ses œuvres les plus connues sont Lettres sur l’histoire de France, Paris, Sautelet, 1827. Histoire de la Conquête de l’Angleterre par les Normands, Paris, Firmin didot, 1825. L’idée qui sous-tend son œuvre est la constance de l’ascension sociale des classes moyennes il oppose également les races conquérantes et les races conquises.

127 Gustav von Hugo (1764-1844), juriste et historien allemand du droit.

128 Barthold Georg Niebuhr (1776 -1831) historien de la Rome antique.

129 Friedrich Carl von Savigny (1779 -1861), juriste prussien qui a créé l’école d’Histoire du droit.

130 Johann Gottfried Eichhorn (1752-1827), théologien et historien allemand.

131 Jacob Grimm (1785-1863), philologue, auteur de Deutsche Grammatik (1819-1837) et de Deutsche Mythologie (1835) son frère Wilhelm (1786-1859) est l’auteur de Die deutschen Heldensage (1829). Ils sont les auteurs des célèbres contes : Kinder und Hausmärchen (1812-1829). Professeurs à l’université de Göttingen, ils ont refusé de prêter serment au roi Ernest Ier quand celui-ci a aboli la Constitution de 1833. Ils furent révoqués et bannis. Invités par Frédéric Guillaume IV de Prusse, ils devinrent professeurs à l’université Humbolt de Berlin.

132 Johann Martin Lappenberg (1794-1865), historien allemand. Son œuvre principale, Geschichte von England, est éditée à Hambourg de 1834 à 1837.

133 Le futur Alexandre II.

134 Deux mots non déchiffrés.

135 Vasilij Andreevič Žukovskij (1783-1852), poète romantique. Il a été le précepteur d’Alexandre II et l’a accompagné dans son voyage en Europe.

136 Station climatique de Bavière.

137 L’original porte : « Et c’est ce le plus grand du plaisir que l’étiez… »

138 Allusion au čin.

139 La France avait aidé militairement la Belgique en 1832 dans sa lutte contre les Pays-Bas. L’indépendance et la neutralité de la Belgique ont été l’objet de la Conférence de Londres à la fin de 1838 et ont été confirmées par le traité du 19 avril 1839.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Chmelewsky, « Pierre Kazimirovič Meyendorff, ambassadeur de Russie, mentor du jeune Ivan Sergeevič Gagarin »Revue des études slaves, LXXXVIII-3 | 2017, 561-593.

Référence électronique

Mireille Chmelewsky, « Pierre Kazimirovič Meyendorff, ambassadeur de Russie, mentor du jeune Ivan Sergeevič Gagarin »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII-3 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1296 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1296

Haut de page

Auteur

Mireille Chmelewsky

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search