Navigation – Plan du site
Chronique bibliographique

Danièle Beaune-Gray, I. M. Grevs. Un historien russe à travers les révolutions (1860-1941)

Paris, L’Harmattan (« Biographies »), 2017, 405 pages
Michel Niqueux
p. 847-849
Référence(s) :

Danièle Beaune-Gray, I. M. Grevs. Un historien russe à travers les révolutions (1860-1941),

Paris, L’Harmattan (« Biographies »), 2017, 405 p. ISBN 978-2-343-12139-0

Texte intégral

  • 1 En français, voir les articles « l’Université de Saint-Pétersbourg à l’Âge d’argent » et « Le dépar (...)

1Ivan Mixajlovič Grevs (1860-1941) est moins connu que V. Ključevskij (1841-1911), P. Miljukov (1859-1943) ou S. Platonov (1860-1933), peut-être parce qu’il fut principalement un historien de la Rome antique et du Moyen Âge occidental. Danièle Beaune-Gray replace sa vie dans le contexte historique et intellectuel de son époque (avec notamment le « microcosme » de l’Université de Saint-Pétersbourg1). Sa biographie, qui s’appuie sur une bonne base bibliographique primaire (correspondances, archives de Grevs, en partie publiées) et secondaire, est une belle contribution à l’histoire intellectuelle russe, des réformes des années 1860 au stalinisme.

2« Pur produit des gentilhommières en perdition » après l’abolition du servage, I. Grevs, né dans la province de Voronež, descendant d’un Écossais russifié (Greaves), baigna dans sa jeunesse, jusqu’en 1872 où la famille déménagea à Saint-Pétersbourg, dans une atmosphère libérale, sentimentaliste rousseauiste, religieuse a-dogmatique, nourrie de Herzen (son « maître à penser »), de Turgenev et des écrivains à la fibre sociale des années 1860. Étudiant, il rejoignit les révolutionnaires de « Narodnaja volja ». Déçu par le « niveau intellectuel affligeant » de leurs brochures, il eut cependant du mal à « sortir du moule de l’éternel étudiant révolutionnaire » avant de se mettre à des études sérieuses (p. 44). Il suit les cours de K. N. Bestužev-Rjumin (1829-1897), de I. I. Sreznevskij (1812-1880), de O. F. Miller (1832-1889), de V. G. Vasilevskij (1838-1899), père des études byzantines en Russie, et se lie d’amitié en 1882 avec le « cercle des Ol′denburg », à la fois politiquement libéral et éthiquement tolstoïen, à la recherche d’une troisième voie entre conservateurs et révolutionnaires : les frères Fëdor et Sergej Ol′denburg (qui présidera l’Académie des sciences de 1904 à 1929), V. I. Vernadskij, le prince D. I. Šaxovskoj (qui sera fusillé en 1939) et d’autres « Varsoviens » (anciens élèves de lycées de Varsovie), dont l’A. dresse des portraits incisifs. Ce cercle amical était aussi engagé dans des activités scientifiques et humanitaires : l’Association estudiantine d’études scientifiques et littéraires (SNLO), avec une riche bibliothèque et des publications scientifiques, l’étude du terroir (kraevedenie), l’édition de livres pour le peuple, avec un « Cercle de littérature populaire » (où Grevs rencontra sa femme, étudiante des Cours féminins supérieurs). Le noyau du cercle projeta de fonder une communauté, avec l’achat d’un petit domaine, appelé Prijutiono (l’Abri), qui devait servir de lieu de rencontre et de repos, près du peuple. Le projet ne se réalisa pas, mais des rencontres annuelles, le 30 décembre, furent organisées jusqu’après la révolution, autour des principes de la fraternité : « la foi dans le progrès culturel et social, l’éducation de la personnalité, l’importance de la science, des “lumières”, l’attention accordée à la vie du peuple en vue de son éducation, l’universalisme » (p. 89). La famine de 1891-1892 leur donnera l’occasion de concrétiser leur engagement social (et de corriger leur idéalisation de la paysannerie et leur dédain du clergé campagnard). Grevs, qui peine à terminer sa thèse, donne des cours dans des instituts pour jeunes filles ; mauvais gestionnaire d’un domaine hypothéqué, il bénéficie de l’aide pécuniaire de Vernadskij et en 1889, à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris, effectue un premier voyage à Paris, où Vernadskij l’introduit dans le salon littéraire et artistique d’Alexandra Holstein. Grevs se consacre à la « visite des “lieux saints” de la science et à la fréquentation des bons esprits ou préjugés tels » (p. 125). Il rencontre l’historien Ferdinand Lot (qui épousera une étudiante de Grevs, Myrrha Borodine, future théologienne orthodoxe), admirateur, comme Grevs, de Fustel de Coulanges (1830-1889) à qui il avait consacré un grand article dans l’encyclopédie Brockhaus et Efron, Gabriel Monod, gendre de Herzen, M. P. Dragomanov, qui comme Grevs défendait une solution fédéraliste au problème ukrainien, et dont il éditera et préfacera les écrits politiques en 1908. À son retour, Grevs est nommé maître de conférences à l’Université de Saint-Pétersbourg, avec des cours sur l’Empire romain et le Moyen Âge latin, avant de repartir pour une mission scientifique en France et en Italie en 1891-1892. À la Bibliothèque nationale, il rencontre Vjačeslav Ivanov, qui lui dédiera ses Sonnets italiens, et qui lui devra la connaissance de Lidija Zinov′eva-Gannibal. L’historien et le poète renoueront après la révolution ; Grevs aidera Ivanov et écrira sur sa correspondance « d’un coin à l’autre » avec M. Geršenzon, en 1921, un commentaire lucide. Déplorant que la Russie soit coupée des « nations civilisées », il s’inquiète du sort de la liberté et surtout de la culture, qui n’est pas seulement matérielle, mais aussi spirituelle, et ne peut être le fruit de la création des masses.

3Face au mouvement étudiant récurrent, Grevs fait montre de compréhension tout en condamnant les grèves, préjudiciables à la continuité de l’enseignement. Il fut néanmoins exclu, de 1899 à 1903, de l’Université comme des Cours féminins supérieurs. Cela ne l’empêcha pas de soutenir enfin sa thèse, en 1900, sur l’histoire de l’agriculture romaine à l’époque de l’Empire. Mais à l’histoire économique, il va préférer l’étude de la spiritualité du Moyen Âge latin, sous l’influence de Vl. Solov′ev et de A. Kartašev. Il reste opposé à l’autocratie, défenseur, dans des articles, de l’autonomie des universités. Si les frères Ol′denburg, Vernadskij et d’autres membres de l’Abri furent élus au comité central du parti constitutionnel-démocrate, formé à Moscou en octobre 1905, Grevs, à Saint-Pétersbourg, est simple membre du parti et se consacre à la réforme de l’enseignement de l’histoire : spetskursy, séminaires (avec sélection des étudiants), voyages d’études avec les étudiants, qui feront naître une école de médiévistes, avec en particulier Olga Antonovna Dobiaš-Roždestvenskaja (1874-1939), issue des Cours féminins, qu’il préférera à L. Karsavin pour occuper une chaire d’histoire générale, et une deuxième génération d’étudiants, avec G. P. Fedotov (1886-1951, à qui D. Beaune a consacré une étude en 1990), N. P. Anciferov (1889-1958), « fils admiratif, préféré et chéri » du padre, comme les étudiant appelaient Grevs.

  • 2 Cf. Léonide Ouspensky, la Théologie de l’icône dans l’Église orthodoxe, P., Cerf, 2003, p. 391 ; Fr (...)

4Pendant la guerre, Grevs est pacifiste (rollandiste). En mars 1917, il est nommé, avec S. Ol′denburg et Vernadskij, à la Commission des réformes des établissements d’enseignement supérieur et participe à une Ligue panrusse de la culture russe organisée par P. Struve. La révolution d’octobre marqua l’écroulement des rêves des libéraux. Si O. Dobiaš trahit scientifiquement son maître en se marxisant, Grevs ne se renie pas. Dès 1918, « Grevs préside un groupe d’études médiévales dans la mouvance de la fraternité religieuse de A. A. Meïer et de Fedotov, “Résurrection”, Voskresenie, qui sera démantelée en 1929 » (p. 313). Notons que ces cercles œcuméniques furent nombreux à apparaître en 1917-1918 ; leur histoire reste à faire. Grevs rejoint ensuite la « Fraternité Sainte-Sophie », orthodoxe, fondée par A. Kartašev, et enseigne les sciences sociales chrétiennes à l’Institut théologique de Petrograd, qui sera fermé en 1923. Dans un article inédit de 1923 sur « L’Église et la révolution », il explique la cruauté de la révolution par son athéisme et en appelle à une christianisation de la culture. Cette évolution du positivisme des années 1860 à la quête religieuse est caractéristique d’une partie de l’intelligentsia russe. Attaqué pour son idéalisme, Grevs est exclu de l’Université la même année. Il subsiste grâce à des emplois précaires, des traductions (Jean-Christophe, de Romain Rolland, non publiée, Goethe, Mémoires de Saint-Simon), des études sur Turgenev et l’Italie, Pauline Viardot et Turgenev (1925), l’aide de Vernadskij, revenu d’émigration en 1926. Il œuvre à l’organisation de l’« étude du terroir » (au sein de l’Institut des excursions de Petrograd (PEI), qui sera liquidé en 1924, et du Bureau central de l’étude du terroir, liquidé en 1937), avec Anciferov et d’autres historiens, en compagnie desquels il découvre le Nord russe, en particulier la statuaire en bois (dont l’interdiction remonte seulement au xviiie siècle2). Grevs est un émigré de l’intérieur. Il subit en 1929-1930 plusieurs interrogatoires, en liaison avec l’« affaire de l’Académie des sciences », mais ne compromit personne. En 1934, à la faveur d’une accalmie de la lutte idéologique (jusqu’à l’assassinat de Kirov), il est réintégré, et se cantonne à l’histoire de l’Antiquité. Son étude sur Tacite, publiée en 1946, reflète, par personnage interposé, son rejet du système politique en place et ses inquiétudes, tout en refusant, en chrétien, le pessimisme.

  • 3 Les scories sont rares : Manujlov pour Manilov, p. 46, Bellis p. 94, Annenskij défini comme « poète (...)

5Cette biographie, très bien écrite, avec quelques petites pointes caustiques, reconstitue, autour de Grevs, tout un pan de la société civile, avec ses institutions universitaires et autres, ses réseaux d’amis, ses rapports avec le pouvoir, dont l’étude contribue à une connaissance plus fine de la Russie avant comme après la révolution3. La figure de Grevs incarne les espoirs, les déceptions, l’impuissance aussi, des libéraux russes. Antidespotique, modéré, philosémite, anti-démagogue, refusant de subordonner la science à l’idéologie, Grevs représente un type d’intellectuel dont il est important d’entretenir la mémoire.

Haut de page

Notes

1 En français, voir les articles « l’Université de Saint-Pétersbourg à l’Âge d’argent » et « Le département d’études romanes et germaniques de l’Université de Saint-Pétersbourg au début du xxe siècle » dans Catherine Depretto, le Formalisme en Russie, P., Institut d’études slaves, 2009, p. 45-67.

2 Cf. Léonide Ouspensky, la Théologie de l’icône dans l’Église orthodoxe, P., Cerf, 2003, p. 391 ; Frances Nethercott, «The Excursionism Project and the Study of Literary Places (1921-1924) », Revue des études slaves, t. LXXXVIII, fasc. 1-2, 1917 en Russie. La philologie à l’épreuve de la Révolution, IES, Paris, 2017, p. 221-235.

3 Les scories sont rares : Manujlov pour Manilov, p. 46, Bellis p. 94, Annenskij défini comme « poète acméiste » (p. 181) alors qu’il n’est que l’un des inspirateurs de ce courant, un emploi indistinct de « noble » (de service) et « aristocrate » de haute lignée (p. 21, 24, 39 et autres).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Niqueux, « Danièle Beaune-Gray, I. M. Grevs. Un historien russe à travers les révolutions (1860-1941) »Revue des études slaves, LXXXVIII-4 | 2017, 847-849.

Référence électronique

Michel Niqueux, « Danièle Beaune-Gray, I. M. Grevs. Un historien russe à travers les révolutions (1860-1941) »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII-4 | 2017, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1335

Haut de page

Auteur

Michel Niqueux

Université Caen Normandie – Unicaen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals