Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII-4Chronique bibliographiqueAgnès Graceffa, Une Femme face à ...

Chronique bibliographique

Agnès Graceffa, Une Femme face à l’histoire : itinéraire de Raïssa Bloch, Saint-Pétersbourg-Auschwitz, 1898-1943

Paris, Belin, 2017, 406 pages
Boris Czerny
p. 852-854
Référence(s) :

Agnès Graceffa, Une Femme face à l’histoire : itinéraire de Raïssa Bloch, Saint-Pétersbourg-Auschwitz, 1898-1943, Paris, Belin, (« Collection histoire ISSN 2270-4922 », 2017, 406 p., notes, sources bibliographiques, index. ISBN 978-2-410-01122-7

Texte intégral

1L’ouvrage Une Femme face à l’histoire, est consacré à la personnalité de Raïssa Gorlin née Bloch à Saint-Pétersbourg et dont l’A. retrace l’itinéraire avec talent et précision en s’appuyant sur des fonds d’archives conservés en Russie, (la Bibliothèque nationale de Saint-Pétersbourg), en Allemagne et en France (Les archives de l’Alliance israélite universelle notamment). La localisation même de ces archives et leur hétérogénéité illustrent le parcours exceptionnel de cette femme qui fut tour à tour, au gré du temps et des vicissitudes de l’Histoire, poète et auteur d’histoires pour enfants (ses œuvres sont citées dans la biographie), traductrice formée à l’école de Mixail Lozinskij (p. 56), historienne spécialiste de littérature médiévale, et qui accomplit chaque nouvelle tâche avec la même passion et la même grâce lui permettant d’élever une simple activité d’écriture alimentaire au niveau d’une création artistique, comme ce fut le cas lors de son séjour parisien dans les années trente quand elle collabora avec la Revue d’histoire de la Pharmacie (p. 188). Durant sa brève existence qui la conduisit de Saint-Pétersbourg devenu Pétrograd à Paris, en passant par Berlin, cette femme née dans la haute bourgeoisie juive de Saint-Pétersbourg, côtoya les plus grands esprits européens de son temps.

  • 1 Jusqu’au début du xxe siècle, le Glossarium Mediæ Latinitatis de Charles Dufresne, sieur Du Cange, (...)

2Dès le début de son cursus universitaire en tant qu’étudiante en études médiévales et paléographie à l’université de Petrograd et à la section des manuscrits de la Bibliothèque nationale de Petrograd, puis à la Maison des Arts (Disk), fondée à l’initiative de Gorki, à l’Institut des Monumenta germaniae à Berlin ensuite où, comme de nombreux Russes émigrés parmi lesquels se trouvait son frère Jacques, fondateur de la maison d’édition Petropolis (p. 64), elle résida avant la montée du nazisme et, finalement, à Paris où elle mit ses connaissances et son talent au service du comité du Cange1, Raïssa Bloch collabora avec les plus grands historiens et philologues européens de la première moitié du xxe siècle, les allemands Albert Brackmann, et Karl Strecker, le français Ferdinand Lot, les slavisants André Mazon et Pierre Pascal, ainsi que de très nombreux écrivains russes de l’émigration comme Vladimir Nabokov, Nina Berberova, Vladimir Khodasevič et de très nombreux autres.

  • 2 John Klier, Russians, Jews and the Pogrom of 1881-1882, Cambridege – New York, Cambridge University (...)
  • 3 Hanhart Joël, Waldemar Mordekhaï Haffkine, (1860-1930). Biographie intellectuelle, Paris, Honoré Ch (...)
  • 4 Emmanuel Raïs, « Monsieur Gordin », et Georges Hertz, « Découverte d’un homme », in Jacob Gordin, É (...)
  • 5 Shulamit Volkov, « Jewish History. The Nationalism of Transnationalism », in : Gunilla Budde, Sebas (...)

3La tonalité de l’ouvrage qui embrasse une période extrêmement féconde et intense de la vie intellectuelle russe et européenne, relève plus de la reconstitution biographique parfois un peu romancée que de l’écriture « savante ». Cette remarque n’est nullement un reproche de notre part, car l’approche choisie rend le livre accessible à un large public un tant soit peu au fait de l’histoire contemporaine russe, allemande et française. Pour autant, sans céder à rédaction académique trop austère, l’A. aurait dû prêter plus d’attention à l’orthographe des mots russes (Forteresse Petrpoulouskaya, p. 40) et, de manière générale, à la translittération qui est bien souvent fantaisiste. Certains titres d’œuvres sont parfois donnés en traduction française ou retranscrits. De manière générale, il nous semble que le sujet même du livre, l’itinéraire d’une intellectuelle juive-russe dans l’Europe de la première moitié du xxe siècle, aurait dû être l’occasion d’une remise en question de certaines « vérités » sur la révolution de 1917, l’Âge d’argent (p. 36), et surtout sur les pogromes qui, selon l’A., « restaient des exutoires faciles et presque légaux » (p. 25-26). Il n’est pas question de minimiser l’antisémitisme en Russie, mais l’évocation trop systématique des « pogromes » pour signifier des phénomènes divers2 ainsi que le rappel sans nuance de l’antijudaïsme du pouvoir tsariste ne permettent pas de saisir totalement comment, à la fin du xixe siècle, se forma en Russie une génération d’hommes et de femmes, le plus souvent d’origine juive, qui, à l’instar de Raïssa Bloch, Michel Gorlin, du philosophe Jacob Gordin, et également du chimiste et philosophe d’origine polonaise Emile Meyerson, d’Alexandre Koyré, originaire d’une famille juive de Taganrog, ou encore du sociologue Gurvič ou d’Emmanuel Levinas, du biologiste Waldemar (Valdemar) Haffkine (Khafkin)3 et de très nombreux autres, furent, selon les mots de l’auteur de la Totalité et de l’infini « des représentants magnifiques de cette variété humaine, rare et précieuse que fut l’intellectuel russe4 ». À ce titre, l’évocation par l’A. du caractère emblématique du positionnement de Raïssa et de son mari qui furent, au sens propre et figuré, des traducteurs et des passeurs « fiers de leurs origines russes et pleinement intégrés à la société allemande. » (p. 151) est fondamentale. Cependant, il nous semble que tous ces intellectuels constituèrent « une nation transnationale5 » favorisant et dynamisant les transferts interculturels entre la France, l’Allemagne et la Russie, non en raison de leur double ou triple culture, française, russe et allemande, ou pas seulement, mais du fait de leurs aspirations et préoccupations partagées qu’ils puisaient au fond de leur culture et de l’histoire juive, même si le judaïsme n’était pas toujours au cœur de leur vie quotidienne. Le rappel des origines juives de ces intellectuels, origines qui ont conditionné pour une grande part leur rôle dans les transferts culturels et dans les « histoires croisées » (entangled histories), permet de faire sortir l’histoire juive de l’horizon fatal d’Auschwitz (de manière caractéristique l’évocation du destin de R. Bloch dans la fatalité d’un destin tragique. Le livre commence en effet par une lettre de la jeune femme demandant à André Mazon d’intervenir pour son mari qui vient d’être transféré dans le camp de concentration de Pithiviers, il s’achève par le départ de R. Bloch à Auschwitz à l’automne 1943. La structure entre en contradiction avec la dynamique vitale de ces intellectuels qui refusèrent « Auschwitz » en ne s’abaissant jamais à correspondre à l’image que donnaient d’eux les nazis et les antisémites français (l’activité de R. Bloch et de son mari participant à des séminaires d’études slaves alors que leurs coreligionnaires sont raflés dans la rue, est à ce titre remarquable). Jusqu’à l’ultime seconde de leur vie ils restèrent des êtres non pas « face à l’histoire », mais au contraire dans l’histoire, celle au sujet de laquelle Pasternak disait qu’on ne la voit pas, pas plus qu’on ne voit pousser des brins d’herbe, mais qui constitue le fondement de l’humanité. Le livre d’Agnès Graceffa vient nous rappeler toute la puissance de ceux qui mettent leur savoir à tisser des liens invisibles entre les hommes et à ce titre, sa lecture est indispensable.

Haut de page

Notes

1 Jusqu’au début du xxe siècle, le Glossarium Mediæ Latinitatis de Charles Dufresne, sieur Du Cange, fut le seul dictionnaire important du latin du Moyen Âge. Suspendu pendant la Première Guerre mondiale, le projet dictionnaire fut repris en 1920 par l’Union académique internationale.

2 John Klier, Russians, Jews and the Pogrom of 1881-1882, Cambridege – New York, Cambridge UniversityPress, 2011.

3 Hanhart Joël, Waldemar Mordekhaï Haffkine, (1860-1930). Biographie intellectuelle, Paris, Honoré Champion, 2016.

4 Emmanuel Raïs, « Monsieur Gordin », et Georges Hertz, « Découverte d’un homme », in Jacob Gordin, Écrits. Le renouveau de la pensée juive en France, textes réunis et présentés par Marcel Goldmann, préface de Léon Askénazi, Paris, A. Michel, 1995, respectivement p. 315-327, et p. 304-312, ici p. 308 ; Emmanuel Levinas, « Jacob Gordin », in : Jacob Gordin, ibid., p. 291-296 ; Céline Trautmann-Waller, « Jacob Gordin ou le judaïsme d’un philosophe européen. Saint-Pétersbourg-Berlin-Paris », Archives Juives, 2013/2, vol. 46, p. 30-58.

5 Shulamit Volkov, « Jewish History. The Nationalism of Transnationalism », in : Gunilla Budde, Sebastian Conrad, Oliver Janz (dir.), Transnationale Geschichte, Themen, Tendenzen und Theorien, Göttingen, Vandenhoeck, Ruprecht, 2006, p. 190.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Czerny, « Agnès Graceffa, Une Femme face à l’histoire : itinéraire de Raïssa Bloch, Saint-Pétersbourg-Auschwitz, 1898-1943 »Revue des études slaves, LXXXVIII-4 | 2017, 852-854.

Référence électronique

Boris Czerny, « Agnès Graceffa, Une Femme face à l’histoire : itinéraire de Raïssa Bloch, Saint-Pétersbourg-Auschwitz, 1898-1943 »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII-4 | 2017, mis en ligne le 25 avril 2018, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1339 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1339

Haut de page

Auteur

Boris Czerny

Université Caen Normandie – Unicaen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search