Navigation – Plan du site
Varia

Panorama de la traduction en français des minores russes

Panorama of the translation in French of the Russian minores
Michel Niqueux
p. 815-835

Résumés

Bibliographie des traductions en français, du xixe siècle à nos jours, des auteurs russes (romanciers ou nouvellistes) dits secondaires (minores), mais souvent très populaires de leur temps, selon les rubriques suivantes : Auteurs de la première moitié du xixe siècle ; auteurs réalistes de la deuxième moitié du xixe siècle ; romans historiques ; littérature pour la jeunesse ; auteurs de la première émigration ; compagnons de route ; auteurs du réalisme socialiste. Bien que les écrivains de second rang soient relativement bien représentés dans les traductions anciennes ou récentes (grâce à de petits éditeurs), le champ littéraire russe réel est encore loin d’être bien connu.

Haut de page

Notes de l’auteur

Version étoffée d’une communication au colloque Traduire, écrire, éditer : France-Russie organisé par Olivier Kachler, Catherine Grall et Elena Galtsova à l’Université de Picardie les 2-3 décembre 2010.

Texte intégral

Nous sommes inondés de traduction russes. Rien d’un peu propre ne paraît plus là-bas sans qu’un éditeur généreux ne nous le serve imédiatement en français. Hier, on nous a révélé Tchékof ; demain, ce sera le tour de Korolenko, de Nadson ou de Minski.
Alfred Rambaud, Journal des débats politiques et littéraires, 5 septembre 1893

  • 1 Les Messieurs Golovleff a été traduit en 1889 par Maria Polonsky (Maria Nikolaïevna Ochanina, 18 (...)
  • 2 Charles Gosselin (1795-1859) était l’éditeur des romantiques et de Balzac.
  • 3 Histoire des traductions en langue française, dir. Yves Chevrel et al., t. 3, XIXesiècle, 1815-19 (...)

1On a coutume d’appeler minores les petites divinités de l’Antiquité (dii minores) ou les « petits poètes » grecs ou latins (poetae minores) qui ont fait l’objet d’éditions sous ce titre. Je désignerai ainsi les « petits » auteurs russes, dits secondaires, qui méritent cependant d’être traduits pour leur valeur artistique ou historique. Pour être dit « mineur », il faut que l’auteur occupe une place modeste dans la mémoire littéraire des Russes, et pas seulement dans celle des Français : Saltykov-Chtchedrine, peu connu en France bien qu’il cohabite avec Leskov dans la Pléiade, n’est pas un auteur mineur1. En deuxième lieu, il s’agira uniquement des auteurs défunts, car pour les vivants, il est prématuré de préjuger de leur destin. C’est en effet du point de vue de la postérité qu’un auteur sera rangé ou non parmi les minores : T. Boulgarine ou V. Sollogoub, célèbres de leur temps, sont devenus des minores. Enfin, ne seront retenus que le roman ou la nouvelle des xixe-xxe siècles (y compris la littérature pour la jeunesse, riche et variée), en excluant la poésie, le théâtre, les ouvrages historiques, idéologiques, les récits de voyage, les mémoires autobiographiques, et en laissant aussi de côté, sauf exception, les anthologies, les publications en revues, les recueils thématiques aux titres évocateurs dans lesquels on trouve nombre de minores représentés par un récit : les Conteurs russes, ou nouvelles, contes et traductions russes (traductions de Ferry de Pigny et J. Haquin), à la Librairie de Charles Gosselin2, 2 vol., 376 + 416 p., 1833, avec (graphie de l’original) « MM. Boulgarine, Karamzine, Narejni, Pogodine, Orlof, Pogorelsky, Panaief, Fédorov, Aladine, A. Pouchkine, Batiouchkof, Bestoujev, etc., etc. », le Décaméron russe (1855), avec des récits de Odoïevski, Zagoskine, Lajetchnikov, Iskander [Herzen], Dostoïevski, les recueils de Xavier Marmier Au bord de la Néva (1856) et les Drames intimes (1857), l’Âme russe (1896), Dans l’izba (1896), etc. Sans prétendre à l’exhaustivité, ce panorama montrera quelle était l’étendue du champ littéraire russe connu en France, quels étaient les éditeurs spécialisés dans la littérature russe et les principaux traducteurs, en complément de l’Histoire des traductions en langue française3.

1. Traductions du xixe siècle

2On trouve les auteurs connus de leur temps, mais qui pour la plupart ne sont guère réédités en Russie (ils sont parfois (re)traduits en français au xxe s.). Il n’y a généralement pas de préface, les notes sont rares, la traduction des realia est souvent fantaisiste, de même que l’orthographe des noms russes, les adaptations, signalées ou non comme telles, sont courantes. Il y a cependant d’heureuses exceptions, comme l’anthologie des Conteurs russes mentionnée ci-dessus. Les traducteurs sont souvent d’origine russe, de même que quelques éditeurs (Paul Ollendorff est le fils d’un émigré polonais, Jacques Povolozky).

1.1. Auteurs de la première moitié du xixe siècle

  • 4 Les références des traductions sont données d’après les notices de la BnF et de la Bibliographi (...)

3Dans l’ordre de publication des traductions4 :

4Boulgarine Fadeï (Thaddée, Tadeusz), 1789-1859. Avant d’être marqué comme sycophante, il vit Ivan Vyžigin (1829) connaître un succès considérable en Russie et être immédiatement traduit dans au moins six langues européennes.

  • 5 Le titre imite celui des satires d’Étienne de Jouy, l’Hermite de la Chaussée d’Antin, ou observat (...)
  • 6 Sans doute traduit d’après les extraits publiés à partir de 1825 dans Северный архив, puisque l (...)
  • 7 Hippolyte Ferry de Pigny (1799-1880) enseignait la littérature à Saint-Pétersbourg et avait le g (...)
  • 8 Cf. le compte rendu de Edme Héreau dans la Revue encyclopédique, vol. 45, 1830, p. 426-429.
  • 9 Martin Bossange (1765-1865), éditeur de Archippe Thaddeevitch... avait déposé son bilan en 1830. (...)
  • 10 Fantaisies vraisemblables ou Pérégrinations à travers le monde au xixesiècle (1824),
    journaldum (...)

5En français, le roman parut d’abord sous le titre Archippe Thaddeevitch ou l’Ermite russe, tableau des mœurs russes au xixesiècle5, « traduit du russe à Saint-Pétersbourg sous les yeux de l’auteur » (3 vol., Bossange père, 18286), puis par Ferry de Pigny7sous le titre Ivan Wyjighine ou le Gilblas russe, par Thadée de Bulgarine, 4 vol., C. Gosselin, 1829. On notera le complément de titre, le Gilblas [sic] russe, qui tendait à inscrire le roman pittoresque de Boulgarine dans la grande tradition européenne8. L’éditeur, dans une Préface très russophile, indiquait que le traducteur vivait à Pétersbourg, « dans l’initimité de l’auteur, sous les yeux duquel » il avait fait sa traduction, et s’élevait contre la parution d’Archippe Thaddeevitch, « misérable spéculation de librairie », entreprise sans l’aveu de Boulgarine, « dans laquelle il se trouve horriblement défiguré, par un écrivain qui n’a connaissance ni du russe ni du français ». Mais en 1833, on retrouve Archippe Thaddeevitch... au catalogue de Ch. Gosselin9... En 1860, Ivan Vyžigin est retraduit par J.-B Crouzet (abbé, né en 1802) chez E. Repos, sous le titre Iwan Wuishigin ou le Gil-Blas russe, roman satirique et moral, « Deuxième édition revue et corrigée » (c’est en fait une véritable nouvelle traduction). Dans sa préface, le traducteur compare Boulgarine à Lesage et donne la préférence à Boulgarine. Ces trois éditions sont consultables sur Gallica. Vint ensuite Petre Ivanovitch, suite de Gil Blas russe (tr. Ferry de Pigny, 4 vol., C. Gosselin, 1832) et Le faux Demetrius ou l’Imposteur (4 vol., tr. par Victor Fleury, Saint-Petersbourg, J. Brieff–Paris, C. Gosselin, 1832-1833). Depuis, seules deux petites anti-utopies ont été traduites dans le Journal du MAUSS (2014)10. Boulgarine est le premier et le plus traduit des romanciers russes du premier tiers du xixe siècle.

  • 11 Sur les « emprunts russes » d’Alexandre Dumas, voir Janine Neboit-Mombet, l’Image de la Russie dans (...)

6Marlinski, nom de plume d’Alexandre Bestoujev-Marlinski, 1797-1837, décembriste, romantique (Sočinenija en douze volumes parues à Saint-Pétersbourg en 1838-1839), a eu plusieurs de ses nouvelles traduites, ou plutôt adaptées, mais sous le seul nom d’Alexandre Dumas qui se les a appropriées (sauf le premier titre ci-dessous) : elles sont incluses dans sa bibliographie, qui compte quatre nouvelles de Marlinski, plusieurs fois rééditées11 :

7– Ammalat-Beg « histoire caucasienne traduite du russe par le général Iermoloff », Paris, Baudry, 1835, 401 p. ; P., Cadot, 1859, réédité en 1862 sous le titre de Sultanetta (Michel Lévy éd.), avec un avant-propos d’Alexandre Dumas qui relate comment la fille du commandant de la forteresse de Derbent lui aurait recommandé une nouvelle manuscrite de Bestoujev (alors qu’elle avait été publiée en 1832...) :

  • 12 Cité d’après J. Neboit-Mombet, op. cit., p. 186.

Sur sa recommandation, je la fis traduire, et, trouvant comme elle, non seulement un grand intérêt, mais encore une couleur locale très remarquable dans ce petit roman, je résolus de le publier.
Je le pris, en conséquence, des mains de mon traducteur; je le réécrivis pour le rendre compréhensible à des lecteurs français, et, tel qu’il était, sans rien y changer, je le publie, convaincu qu’il produira sur les autres le même effet qu’il a produit sur moi12.

8la Boule de neige ou Moullah-Nour (1836), publié d’abord à Bruxelles en 1860, puis à Paris (Michel Lévy frères, 1862).

9Jane (Bruxelles, 1859, Paris, 1860, 1862), qui est une traduction du Lieutenant Biélozor (1831).

  • 13 Page 198 (éd. de la Bibliothèque électronique du Québec), une note indique que le poud vaut 410 (...)

10la Frégate l’Espérance (1833), Bruxelles, 1859, repris en 1862 (éd. Michel Lévy) sous le titre la Princesse Flora (réédition en 1871)13.

  • 14 Cf. Charlotte Krauss, la Russie et les Russes dans la fiction française du xixe siècle (1812-1917 (...)

11A. Dumas a encore publié sous son nom un récit de Melnikov-Petcherski, Starye gody (1857), sous le titre de Jacquot sans oreilles (Paris, 1860, 1873)14, et la Maison de glace de Lajetchnikov (voir plus bas).

  • 15 Sophie Conrad, née d’Ott à Saint-Pétersbourg (1798-1852), mariée en 1819 avec « Joseph le Brave (...)
  • 16 BRS : Bibliothèque russe et slave de Xavier Mottez, spécialisée dans la réédition électroniqu (...)
  • 17 Les éditions Lingva de Viktoriya et Patrice Lajoye (http://www.lingva.fr/?page_id=13) proposent de (...)

12Senkovski Ossip (1800-1858): Un déjeuné [sic] en enfer, par le baron Brambeus (1832), adaptation de Mad.[ame] S. Conrad15, 1837 (BRS16); l’Homme heureux (1834) et l’Inconnu, 1833 (Lingva17) ; les Aventures extraordinaires du baron Brambeus, tr. par Paul Lequesne. P., L’esprit des péninsules, 2001, 256 p. ; les Travailleurs de l’enfer, tr. par Sophie Benech, Paris, Interférences, 2006, 140 p.

13Gretch Nikolaï (1787-1867): journaliste (Syn otečestva), d’abord libéral, membre d’une loge maçonnique proche des décembristes, puis lié à Boulgarine, et réfutant le livre de Custine en 1844. Il est l’auteur d’une Grammaire raisonnée de la langue russe (2 vol., édités en français à Saint-Pétersbourg en 1828-1829), et son roman d’aventures mondaines la Femme noire (1834), satirique et fantastique, a été traduit par Sophie Conrad (Paris, Bellizard, Dufour et Cie, 1838, 2 vol.).

  • 18 Sur Paul de Julvécourt, cf. Charlotte Krauss, « “Aujourd’hui Nicolas, – Napoléon demain !” Paul d (...)

14Pavlov Nikolaï Filippovitch (1803-1864): le Yataghan, P., Baudry, 1843, XIII-307 p., tr. par Paul de Julvécourt18. Précédé d’une préface : « Romanciers russes. Pouskine et Pawloff », et de « La Dame de pique de Pouskine ».

  • 19 Hellé : pseudonyme collectif de Lucien Golschmann (né en 1861 à Irkoutsk, venu à Paris en 1881, mor (...)

15Odoïevski Vladimir (1802-1869) : traduit dès 1854 par l’abbé P.-P. Douhaire (1802-1889), qui réunit sept récits dans l’anthologie le Décaméron russe (1855), repris aux éd. Lingva (2014) dans la Cité sans nom, qui regroupe l’intégralité des nouvelles d’Odoïevski traduites au xixe siècle, accompagnées de quelques textes inédits dont, pour la première fois en français, l’An 4338 (19 traductions de P. Douhaire, Hellé19 et G. Leroy, Viktoriya et Patrice Lajoye, qui donne l’historique des traductions d’Odoïevski). En 1890 paraîtra un recueil de Contes russes inédits d’Odoïevski (tr. G. Leroy), et l’anthologie Dans l’izba (1896) comportera La belle tabatière. Son œuvre principale, les Nuits russes, n’a été traduite qu’en 1991 par Marion Graf (L’Âge d’homme). Le cosmorama a paru dans un recueil de Récits fantastiques russes (tr. Sophie Benech, José Corti, 1997, rééd. 2007).

  • 20 Michel Cadot, la Russie dans la vie intellectuelle française, 1839-1856, P., Fayard, 1967, p. 455.

16Sollogoub Vladimir (1813-1882), orthographié en français, à l’époque, Sollohoub, auquel Charles de Saint-Julien consacra un grand article dans la Revue des deux mondes du 1er octobre 1851, avait eu pour précepteur Ernest Charrière (1805-1865), le premier traducteur des Âmes mortes de Gogol et des Mémoires d’un seigneur russe (Zapiski oxotnika) de Tourgueniev qui affirmera « qu’il n’y a pas quatre lignes de suite fidèlement traduites20 ». La traduction des Âmes mortes, parue en 1859 et plusieurs fois rééditée chez Hachette, n’est cependant pas sans mérites. Sollogoub traduisit, avec l’aide de A. de Calonne, Dvorjanskoe gnezdo (Une nichée de gentilshommes, mœurs de la vie de province en Russie, P., Dentu, 1861).

  • 21 Ont cependant été réédités sous forme électronique Aventure en chemin de fer, BRS (1842) et S (...)

17On trouve 26 textes de Sollogoub traduits au xixe s. Tarantas (1845), qui reflète de manière ironique les débats entre slavophiles et occidentalistes, a été traduit par Eugène Moreau (avec des lacunes) et publié en 1855 dans neuf livraisons de la Revue française (tome 2) : le Tarantas ou Impressions de voyage d’Iwan Wassiliéwitch, la Pharmacienne, traduit par Xavier Marmier a paru dans son anthologie Au bord de la Neva, (1856). Neuf comédies en un acte, ou monologues, ont été traduits en 1880 (Ollendorff). Depuis, aucune traduction en français n’a paru21.

18Dahl Vladimir (1801-1872), le Cosaque de l’Oural (1843), traduit par L. de Charolais en 1857 (BRS).

  • 22 D’après la Bibliographie... de V. Boutchik, op. cit., p. 170, mais absent de tous les catalogues i (...)

19Vonlialiarski Vassili (1814-1852), le « Dumas russe », absent de la Kratkaja literaturnaja ènciklopedija, mais bénéficiant de six colonnes dans le Biografičeskij slovar′ 1800-1917. On a deux traductions de Bol′šaja barynja (1852) : La grande dame, Leipzig, 185822, et Une grande dame traduit par Xavier Marmier, de l’Académie française, M. Lévy, 1859, 319 p. (rééd. 1888).

20Droujinine Alexandre (1824-1864) : Paulinka Saxe, « roman de Drouginine, suivi de la Demoiselle paysanne, nouvelle de Pouchkine », traduit par Alph. Claeys de Thielt, (Bruxelles, 1872), avec beaucoup d’amplifications (BRS). Retraduit chez Phébus (Pauline Sachs) en 2002 par nos soins (réédition Libretto, 2005).

21Kokhanovskaïa Nadejda (1823-1884), les Âmes du bon Dieu. Conte de Noël russe, tr. de N.-A. Kolbert in Barines et moujiks, P., Nourrit et Cie, 1887 (BRS).

22Polevoï Nikolaï (1796-1846) : trois récits ont paru dans des recueils, ainsi que des fragments de l’Histoire de la Russie. Conte ancien sur le juge Chemiaka (tr. de Hellé révisée par Viktoriya et Patrice Lajoye) est disponible chez Lingva. On retrouve Polevoï dans le recueil de Virginie Tellier Bienheureux les fous, qui contient aussi des récits de Constantin Aksakov et d’Odoïevski (Corti, 2011).

23Après l’exotisme caucasien (Marlinski) et russe (Boulgarine), le fantastique (Senkovski, Odoïevski), la littérature réaliste va devenir le courant dominant, comme le reflètent les traductions de la deuxième moitié du xixe s.

1.2. Deuxième moitié du xixe s.

  • 23 Cf. Anne-Marie Mallet, les Traductions françaises des romans russes à la fin du XIXe siècle et l (...)

24C’est à la fin des années 80 et dans les années 1890-1900 que sont publiées la majorité des traductions. L’influence de l’Alliance franco-russe est ici très nette23.

1.2.1. Auteurs réalistes, traduits dans les années 1880, classsés selon la date de naissance

  • 24 Georges Charpentier (1846-1905), éditeur des naturalistes (1872-1893).

25Pisemski Alekseï (1820-1881). Victor Derély, 1840-1904, ancien élève de l’ENS, fut le traducteur attitré de Pisemski, avec quatre romans: Dans le tourbillon (Vzbalamučennoe more, 1863), G. Charpentier24, 1881 ; les Faiseurs (Mesščane, 1877), Plon, 1886 ; Mille âmes (1858), 2 vol., Plon, 1886 ; le Péché de vieillesse (1861), Mourlon et Cie, 1888, et un volume de Théâtre choisi (A. Savine, 1889). Deux récits ont paru chez Ombres (Toulouse) en 2001 (Un fanfaron suivi de Un saisonnier de Pétersbourg, tr. par Hélène Rousselot qui a aussi traduit le Destin d’Anna Pavlovna (Ateliers Henry Dougier, 2017). Le village (1846) a été traduit par A. Coldefy-Faucard et L. Jurgenson dans Trois récits villageois autour de 1848 (éd. Cécile Gauthier), Reims, Épure, 2017.

  • 25 Sans doute l’épouse de N. Tsakni, auteur de la Russie sectaire : sectes religieuses en Russie, Par (...)

26Grigorovitch Dmitri (1822-1900), le Garçon de caoutchouc (1885, BRS) ; les Parents de la capitale, tr. par Eléonore Tsakny25, P. A. Savine, 1887.

27Krestovski V., pseudonyme de Nadejda Khvochtchinskaïa (1824-1889), de tendance démocrate (Sočinenija en 8 vol. parues en 1859-1866) : Mme Ridnieff, tr. V. Derély, Plon, 1883 (BRS); Vériaguine et Une entrevue, tr. V. Derély, A. Savine, 1888.

  • 26 Cf. Correspondance en français entre Alexis Konstantinovitch Tolstoï et Boleslav Markévitch (185 (...)

28Markevitch Boleslav (1822-1884). Proche de Katkov, ami de A. K. Tolstoï26 romancier très populaire (non réédité depuis 1912), il oppose les forces destructrices (bureaucratie pétersbourgeoise, journalistes nihilistes, radicaux et aristocratie cosmopolite) à la paysannerie et à la noblesse terrienne. Ses œuvres ont paru en 11 vol. (SPb., 1885). Quatre romans ont été traduits (ou adaptés) en français par L. Golschmann et E. Jaubert, dont trois chez Ollendorff entre 1901 et 1910 ; le plus connu est la Princesse Lina (Četvert′ veka nazad (1878), 1902, 320 p.) ; Marina, adaptation par Ernest Jaubert de Marina iz Alogo Roga (1873), est un intéressant roman antinihiliste (P. Ollendorff, 1910, 309 p.) V. Derély a traduit la Princesse Tata (1879) à la Librairie de la Nouvelle Revue, 1887.

29Salov Ilia (1834-1902), auteur de récits dans le genre des Récits d’un chasseur de Tourgueniev, puis de récits sociaux. L’édition de ses œuvres en 15 vol. entreprise en 1908, est restée inachevée. Hachette a publié en 1884 des Nouvelles de Salov (« Traduction française par une Russe »).

30Sleptsov Vassili (1836-1878), Engagés aux cosaques (les Cochons, 1864), tr. de J. Moskal, 1907 (BRS).

  • 27 Ivan Doff, les Mystères de Saint-Pétersbourg. Histoire de tous les repus et de tous les affamés (...)
  • 28 Lidia Andreevna Rostopčina (1838-1915), fille de Evdokija Petrovna Rostopčina (Suškova), « lionn (...)

31Krestovski Vsevolod (1840-1895), le Eugène Sue russe, a eu son roman les Bas-fonds de Pétersbourg (Peterburgskie truščoby, 1864-1866) habilement utilisé en 1877-1878 (sans référence) pour un roman-feuilleton français publié dans Le Petit Parisien, les Mystères de Saint-Pétersbourg, par un certain Ivan Doff dont nous n’avons pas percé le pseudonyme27. Le roman est au début une traduction assez fidèle de l’original, puis il s’en éloigne pour développer une intrigue extravagante dans une Russie fantasmée. Les ténèbres d’Egypte (de V. Krestoffsky), a été traduit par la comtesse Lydie Rostopchine28, F. Juven, 1903, 350 p.

32Apoukhtine Alekseï (1840-1893). Deux traductions anciennes des trois récits posthumes: Ma vie ambiguë, tr. par J.-W. Bienstock [1818-1933] qui contient sous ce titre les Archives de la comtesse D., Pavlik Dolsky, Entre la vie et la mort (1890-1892), Fasquelle, 1903 (BRS). Les mêmes récits ont paru en 1932 (traduits par G. G. ; imprimerie Chassaing 1932) et ont été retraduits en 1992 par Anne Coldefy-Faucard : Entre la mort et la vie, Les Belles lettres, puis repris en deux volumes aux éditions Ombres, à Toulouse, avec une préface de Natacha Strijevskaïa (1997).

33Rechetnikov Fëdor (1841-1871) : Ceux de Podlipnaïa (Podlipovcy, 1864), tr. de Charles Neyroud, A. Savine, 1888, rééd. NRF, 1927 (BRS).

34Stanioukovitch Constantin (1843-1903), Un homme à la mer ! (1887), tr. de Blanchecotte, 1891 (BRS).

35Chabelskaya Alexandra (pseudonyme de A. S. Montvida, 1845-1918) : Paraska (Lingva).

36Kovalevskaïa Sophie (1850-1891) : Une nihiliste, tr. par Nadine Kontchewski (1856-1930?), fille adoptive du géographe et anarchiste Léon Metchnikoff, dans la revue anarchiste la Société nouvelle de janvier à avril 1893 (BRS). Retraduit et présenté par Michel Niqueux (Phébus, 2004; Libretto, 2015). Ses Souvenirs d’enfance ont paru en 1895 et 1907 chez Hachette (BRS), et ont été réédités en 1993 (J. Détraz, Kovalevskaïa : l’aventure d’une mathématicienne, Belin).

37Mamin-sibiriak Dmitri (1852-1912) : n’ont paru que des récits publiés en revues ou en recueils (BRS), puis en 1999 les Errants (trad. de Marc Lazarevitch, Ombres, Toulouse, 128 p.)

  • 29 Ély Halpérine-Kaminsky (né en 1858 en Pologne, à Paris à partir de 1880, mort en 1936). Voir l (...)

38Lougovoï Alexeï (pseudonyme de A. A. Tikhonov, 1853-1914 ; l’article qui lui est consacré dans le dictionnaire biographique Russkie pistaleli 1800-1917 s’étend sur six colonnes), Pollice verso [Dobej ego !, 1891], – quatre nouvelles traduites par E. Halpérine-Kaminsky29en 1913 (BRS).

39Garchine Vsevolod (1855-1888) : entre 1880 et 1887, cinq nouvelles ont été publiées dans différentes revues (BRS). Parut ensuite la Guerre, adapté par E. Halpérine-Kaminsky, préfacé par de Guy de Maupassant, 1889, rééd. Flammarion, 1897 (t. 340 des « Auteurs célèbres ») ; Nadejda Nikolaevna (Plon, 1888 ; Povolozky, 1923, « Bibliothèque des chefs-d’œuvre russes ») ; la Fleur rouge (P., Rhéa, 1921). Garchine a été entièrement retraduit en trois volumes par A. Cabaret et publié aux éditions Circé en 1990, la Fleur rouge étant publié avec trois autres récits chez Actes sud en 1990 (tr. Jean Gillès).

40Potapenko Ignati (1856-1929), ami de Tchekhov (Sočinenija en 12 vol., SPb., 1903-1906), à ne pas confondre avec Viatcheslav Potapenko, 1863-1942, écrivain ukrainien, lui aussi traduit en français: le Pope, tr. par Léon Golschmann, Perrin, 1899 ; le Roman d’un homme raisonnable [Zdravye ponjatija, 1890], traduit et adapté par Marina Polonsky, Calmann-Lévy, 1892; Gloire maudite (1891), BRS.

41Mikoulitch V., nom de plume de Lidia Ivanovna Veselitskaja (1857-1936), auteur d’une trilogie romanesque sur un type de femme du monde superficielle et égoïste (Mimočka nevesta, Mimočka na vodax, Mimočka otravilas′) : Mimi aux bains de mer (1891), trad. par W. Mikoulitch et Charles Simon, P., Geoffroy, 1895, avec des gravures ; Mimotchka (1883), traduit par Léon Golschmann, P., L. Chailley, 1896, 307 p.

42Dmitrieva Valentina (1859-1947), fille d’un serf, elle appprit elle-même à lire et à écrire, termina le lycée de filles de Tambov, puis les Cours supérieurs de médecine de Saint-Pétersbourg (1878-1885). Elle est l’auteur de récits sur la vie du peuple et l’intelligentsia populiste. Le terroriste [Červonyj xutor, 1900], dont le héros a pour prototype Alexandre Oulianov, pendu en 1887, parut en 1912 chez Plon (tr. G. Savitch et E. Jaubert).

43Dorochevitch Vlas (1864-1922), connu pour ses fel′etony : l’Île des morts, chez les forçats de Sakhaline, P. 1905, Petites gens (1905), tr. A. Bordeaux, 1906 (BRS).

  • 30 Sergej Markovič Perskij (Tchernigov, 1870 – Nice, 1938), médecin, traducteur, auteur d’ouvrages s (...)
  • 31 Théoodore de Wyzewa (Podolie, 1862 – 1917, Paris), critique d’art, promoteur du symbolisme en Fran (...)

44Veresaev (Vikentij Smidovič, 1867-1945) : Mémoires d’un médecin (1901), tr. S. Persky30et introduction de Th. Wyzewa31, Perrin, 1902 ; Guerre civile [V tupike, 1924], traduction de V. Soukhomline et S. Campaux. Payot, 1929.

45Skitalets Stepan (1869-1941), le Décorateur (1902, BRS).

46Deux auteurs d’extrême droite ont été traduits :

47Velitchko[v] Vassili, né en 1860 dans la province de Poltava, mort en 1903. Libéral, puis nationaliste, il fut l’un des fondateurs de l’Assemblée russe (Russkoe sobranie), cent-noire : les Honnêtes gens (1897), tr. A. Kirchine, coll. « Internationale », 1906, 362 p.

48MOURAVLINE Dmitri, prince (1860-1928 en Yougoslavie), monarchiste, antisémite, il dénonçait les tares de l’aristocratie : les Amours d’un ténor, tr. par S.[erge] Nosoff, Dentu, 1887, 403 p. ; Pourriture, Ténèbres, ibid., 1887.

49À côté de la littérature réaliste représentée ci-dessus (dans laquelle on remarquera l’absence de Boborykin, pourtant en contact avec Zola, dont on ne trouve que trois articles d’histoire littéraire), on peut distinguer des genres particuliers :

1.2.2. Le roman historique

50Zagoskine Mikhail (1789-1852) : Rosslawlew ou les Russes en 1812 (1830). Traduction de J. Cohen. E. Renduel, 1834, 2 vol. ; Youri Miloslavsky ou la Russie en 1612 (1829), traduit par Mme S. C... [Conrad], née d’Ott. Gosselin, 1831, 4 vol. in-12°.

51Lajetchnikov Ivan (1794-1869) : la Maison de glace, publié sans vergogne sous le nom d’Alexandre Dumas (Leipzig, 4 vol., 1852 ; P., Michel Lévy, 1860, 1867, 1882, 2 vol.).

52Danilevski Grigori (1829-1890), auteur de nombreux romans historiques (24 tomes en 1902) : Moscou en flammes (Sožžennaja Moskva, 1886), Perrin, 1886 (BRS) ; la Princesse Tarakanoff suivi de Aux Indes ! (1883), tr. H. Olivier, préface d’Arsène Houssaye, Duprat 1888, réédité en 1892, et deux autres titres.

53Tolstoï Alexeï Konstantinovitch (1817-1875) : le Prince Sérébriany (1861) est le roman russe le plus traduit, avec au moins neuf traductions différentes (dont quatre en 1946-1947), avec des adaptations pour la jeunesse, sous des titres divers. Nous n’en signalerons que deux :

54Ivan le Terrible ou la Russie au XVIe s., roman historique traduit du russe avec une introduction par le prince Augustin Galitzin, Paris, Téqui, 1873, 1889, 412 p. (réédition Genève, Famot, 1978).

55Ivan le Terrible. Adapté du russe par Boris de Schloezer, ill. de Néchoumoff. Paris, Éditions de l’Amitié (« Heures joyeuses »), 1947, 267 p.

56Tour Evguenia (comtesse Elisaveta Salhias de Tournemire, née SoukhovoKobylina, sœur du dramaturge, 1815-1892): la Famille Shalonsky, souvenirs de l’année 1812 [1879], Bruxelles, 1881 ; Cœur de cristal, tr. Léon Golschmann, 1897.

57salhias de tournemire Evguéni (1840-1908), fils de E. Tour : Pougatcheff (1874), d’après le roman russe de Salhias de Tournemire, par R. Candiani, A. Colin, 1892, 359 p. (« Bibliothèque des romans historiques ») ; sous le nom de Ivan de Salhias (comte), les Exotiques de Paris, Société d’éditions françaises et étrangères, 1908, 255 p. Sous le nom de Sallias, le Français (tr. V. et P. Lajoye, Lingva, 2015).

581.2.3. Le roman policier, genre qui se développa en Russie à la fin du xixe siècle (voir la collection « Staryj ugolovnyj roman », livelib.ru/pubseries/36179), est représenté par deux auteurs sortis de l’oubli par les éditions Lingva :

59Zarine Andreï (1862-1929) : Nuit terrible, adapté du russe par A. Blanchecotte (1892), texte révisé et présenté par Viktoriya et Patrice Lajoye, Lingva, 2015.

60Orlovets P., pseudonyme de P. P. Doudorov, (1872-après 1929), le Conan Doyle russe, auteur de plus de 150 petits livres. Sherlock Holmes en Sibérie a été traduit par Viktoriya et Patrice Lajoye, Lingva, 2015.

1.2.4. Littérature pour la jeunesse

61Au xixe siècle, nombre d’ouvrages russes pour la jeunesse sont traduits en français. L’importance de ce fonds peut en faire un objet d’étude à part. Pour cette littérature, le fait que le nom de l’auteur soit peu ou pas connu importe peu : les livres sont inclus dans des collections qui sont un label de qualité, et les écrivains pédagogues russes étaient prisés en France, surtout à l’époque de l’alliance franco-russe. Les éditeurs jouent sur la mode russe ; le qualificatif de russe sert à attirer le lecteur. Les traducteurs attitrés de ces livres pour la jeunesse sont le tandem Lucien Golschmann et Ernest Jaubert, avec Hellé pour pseudonyme collectif. Un certain nombre de ces livres d’enfants sont numérisés à la BNF ou sous forme de microfiches et ils ont connu de nombreuses rééditions. Ce sont généralement des livres illustrés de grand format (petit in-folio).

621.2.4.1. Les mémoires (fictifs) de jeunes filles ou d’écoliers russes, qui constituent un sous-genre particulier :

63Jelikhovska Vera (1835-1896) : fille de Elena Gan (1814-1842), écrivain(e) féministe avant l’heure (l’Idéal, 1837), et sœur de la théosophe Elena Blavatskaïa (1831-1891). On trouve six traductions, dont :

64Aventures au Caucase, tr. par G. Savitch, ill. de Léon Tzeytline. Ollendorff, 1911.

65Mémoires d’une petite fille russe, traduit avec l’autorisation de l’auteur, par Léon Golschmann, Paris, A. Hennuyer, 1896, ill. de Korochansky.

66Impressions de première jeunesse (La jeune fille russe), adaptation de L. Golschmann et E. Jaubert, illustré de dessins russes par S.-S. Solomko, A. Hennuyer, 1898, 3e éd., 1912, 275 p., publié dans la série « Chefs-d’œuvre de la littérature enfantine russe ».

67Syssoieva Ekaterina, née Almedingen (1829-1893): Mme C. Sissoiëff, l’Enfance de Katia (autobiographie d’une petite Russe), traduit du russe par L. Golschmann et E. Jaubert. P., A. Picard et Kann, 1895, 269 p., collection « Bibliothèque d’éducation récréative ».

68Librovitch Sigismond (1855, Varsovie, 1918). Il travailla 43 ans aux éditions Wolf, et fut le rédacteur de Zaduševnoe slovo, où il publia des récits pour enfants : Sur les bancs, souvenirs d’un écolier russe, adapté du russe par L. Golschmann et E. Jaubert, Paris, Larousse, 1894, avec 40 gravures ; rééd. en 1906, 1911, 1914.

69Pozniakoff Nicolas (1856-1910) : Souvenirs d’un écolier russe, traduit par L. Golschmann et E. Jaubert avec l’autorisation de l’auteur, Paris, A. Hennuyer, 1899, III-283, p. 64 gravures, rééd. 1905.

70Voici ce qu’on pouvait lire dans le catalogue des éditions Hennuyer :

  • 32 H. Le Soudier, Bibliographie française. Recueil de catalogues des éditeurs français, 10 vol., P. (...)

71Les Mémoires d’une petite fille russe et les Impressions de première jeunesse, par Mme Véra Jélikhovska, ont initié le public français, sous la forme si attrayante et si vivante de souvenirs personnels, à l’éducation des jeunes filles russes. Il restait à vulgariser en France les coutumes, les jeux, les phases de travail et de récréation, tout le train-train familier de l’éducation que le grand peuple « ami et allié » dispense à ses jeunes garçons32.

72Tcharskaïa Lidia (1875-1937): l’Aventure de Lisette, adapté par Yves Mary, Delagrave, 1914; En Russie. Mémoires d’une petite orpheline, tr. par L. Delhumeaud, Limoges, Librairie nationale d’éducation et de récréation, 1911, 259 p., avec gravures.

73Annenskaïa Alexandra (1840-1915), sœur de Piotr Tkatchev, épousa en 1866 Nikolaï Annenski, le frère du poète, socialiste populiste (1843-1912). Elle collabora à la revue pédagogique Semja i škola (1871-1888), traduisit ou adapta des auteurs anglais pour la jeunesse (son Robinson Crusoë connut 7 éditions de son vivant), écrivit des biographies pour la bibliothèque de Pavlenkov (Gogol, Dickens, Rabelais, G. Sand, Balzac). Sept de ses livres pour la jeunesse ont été traduits ou adaptés en français, tous par L. Golschmann et parfois E. Jaubert (« Bibliothèque des écoles et des familles ») : Retour au bercail. Histoire d’une jeune fille russe, tr. avec l’autorisation de l’auteur par Hellé. Flammarion, 1914, 324 p., gravures.

74Vovtchok Marko (1833-1907), nom de plume de Maria Aleksandrovna Vilinskaja, ép. Markovič puis Lobač-Žučenko, qui écrivait en russe, ukrainien et français. Proche du Sovremennik, elle publie des contes, des traductions dans le « Magasin d’éducation et de récréation » des éditions Hetzel, dont elle est la représentante à Saint-Pétersbourg. Elle traduisit en russe quinze romans de Jules Verne. P. J. Stahl [Pierre-Jules Hetzel, l’éditeur de Jules Verne] adapta et signa deux de ses romans : Maroussia, d’après une légende de Marko-Wozok. Hetzel, 1878, 1879, 1880, 1883, 1904, 1914 ; [Stahl P. J.], le Chemin glissant, d’après Marko Wowzock. Hetzel, 1898.

75Lakidé A. Centime le Bienfaiteur, suivi de Le troisième louis d’or, traduit du russe, par Hellé. Paris, Firmin-Didot, 1895, 94 p.

1.2.4.2. Robinsonades

76MME Katchoulcoff [Ol′ga Kačulkova (Xmeleva)], le Robinson de la forêt russe, aventures d’un garçon de quinze ans (Semja i Škola, 1873), adapté du russe par L. Golschmann et E. Jaubert, P., Firmin-Didot, 1894, 304 p.

  • 33 Èduard-Andrej Granstrem (1843-1918), de père suédois, auteur et éditeur (1881-1916) de beaux li (...)

77Granström E[douard]33, La nouvelle Robinsonnette, aventures d’une fillette sur une île déserte [Elena-Robinzon, 1892], adapté du russe par L. Golschmann et E. Jaubert, Firmin-Didot, 1895, 267 p.

1.2.4.3. Livres sur les animaux

  • 34 Aux mêmes éditions, on trouve un roman fantastique de Nady Baschmakoff (1885-fusillée en 1938), (...)

78Avenarius Vassili (1839-1923), auteur de récits antinihilistes, écrivit aussi des ouvrages de vulgarisation pour les enfants sur la fabrication du papier, l’apiculture, etc. Il est l’auteur de biographies d’écrivains, limitées à la période scolaire de ceux-ci, qui connurent de nombreuses éditions: la Jeunesse de Pouchkine, les Années d’étude de Gogol, de Pirogov, etc.: W. Avenarius, le Héros d’une fourmilière, traduit du russe par L. Golschmann, Limoges, E. Ardant, 1899. Un récit de science-fiction, Histoire extraordinaire d’un Pompéien ressuscité a été repris aux éd. Lingva34.

79Skvortzov F., Journal d’une fourmi, tr. Hellé, Didot, 1895.

80Slivitzki Alexéï (1850-1913). Cinq traductions dont : Aventures d’un ourson russe, tr. Léon Golschmann et E. Jaubert, P., Jouvet, 1893 ; le Hallier aux loups, traduit du russe par L. Golschmann et E. Jaubert, P., Librairies-imprimeries réunies, 1895, rééd. 1904 et 1913 (Flammarion, avec des illustrations de Léon Tseytline [1885-1962]).

81Krougloff Alexandre (1852-1915), populiste religieux modéré, puis tolstoïen et enfin monarchiste, auteur de plus de 100 livres, l’un des plus populaires écrivains pour enfants des années 1880-1890 (milieux pauvres, amour du travail, compassion envers les malheureux) : Ivan Ivanovitch et Cie, histoire d’un marchand de 7 ans, nouvelle pour enfants. Adapté du russe par Léon Golschmann et Ernest Jaubert, Paris, Firmin-Didot, 1894, 196 p. (série pour les écoles maternelles); Médor Médorovitch, aventures d’un terre-neuve (correspond probablement à Polkan Sobakevič, M. 1896), tr. par L. Golschmann, Paris, C. Delagrave, 1909, 239 p.

  • 35 Nikolaj Gavrilovič Vučetič (1845-1912), écrivain pour la jeunesse, dramaturge.

82En 1901, L. Golschmann et E. Jaubert publièrent un grand recueil de récits animaliers de L. Tolstoï, H. Tchédrine (sans doute M. Saltykov-Chtchédrine), A. Tchékhoff, Avénarius et autres (le Livre des bêtes, Ollendorff), suivi par un Second livre des bêtes en 1906 (Marko Vovtchok, E. Granstrom, A. Slivitsky, prof. Bogdanoff, Mamine Sibiriak, Plakhovo, F. Skvortsoff, Voutchetitch35, illustrations de Tzeytline).

  • 36 Cf. les 10es rencontres internationales des écritures de l’exil (26-28 nov. 2010) à la Bibliothè (...)

83La traduction de littérature russe pour la jeunesse se poursuivit au xxe siècle, avec notamment, à la NRF, une série de livres pour enfants, illustrés par la femme de Brice Parain, Natacha Tchelpanova, fille d’un ancien professeur de philosophie, fondateur de l’Institut de psychologie de Moscou, mis prématurément à la retraite par les bolcheviks. En 1931, elle participera au lancement des albums du père Castor chez Flammarion36.

2. Le xxe siècle

  • 37 Voir le catalogue des éditions Povolozky sur le site
    lekti-ecriture.com/blogs/alamblog/index.php/p (...)

842.1. Les auteurs de l’Âge d’argent furent peu traduits de leur temps, malgré l’apparition de nouvelles maisons d’édition fondées par des Russes, comme celle de Jacques Povolozky, en septembre 1913. J. Povolozky (Odessa, 1881 – Paris 1945) avait traduit Artsybachev (ci-dessous) et signé un article dans La grande revue du 10 mai 1911 (p. 114-128) sur les Poètes russes. Sa librairie (13, rue Bonaparte) abritait aussi une galerie d’art, La Cible, à l’enseigne de laquelle il publia des ouvrages de bibliophilie et d’art37et édita des revues. En 1920-1921, il édite les Douze de Blok (tr. Serge Romoff, ill. de M. Larionov), M. Aldanov (Lénine [1919], Deux révolutions, Sainte-Hélène), K. Balmont, des socialistes-révolutionnaires et des mencheviks, V. Pourichkevitch (Comment j’ai tué Raspoutine), А. Denikine, des livres pour enfants. En 1922-1923, il publie Confession d’un voyou de S. Essénine, Vs. Garchine, Vl. Korolenko, N. Garine (l’Enfance de Tioma, BRS) dans sa « Bibliothèque des chefs-d’œuvre russes », N. Roubakine, G. Grebenchtchikov, et V. Kataev (les Prodigues Rastračiki) en 1928. Povolozky publia aussi des livres en russe parmi lesquels, en 1930, G. Gazdanov (Večer u Kler) et le premier roman de N. Berberova (Poslednie i pervye).

85Franz Hellens évoque ainsi les rapports qu’Essénine eut avec Povolozky :

  • 38 F. Hellens, Documents secrets, Paris, Albin Michel, 1958, p. 134.

Avec l’insouciance slave ordinaire, Essénine avait livré son manuscrit à l’éditeur sans débattre au préalable le prix de l’édition. Quand il reçut la note, odieusement exagérée, il entra dans une violente colère, comme si on lui eût fait injure. Il alla trouver l’éditeur. Cet homme était Russe, comme lui. J’ignore ce qu’ils se dirent, mais l’entrevue fut des plus orageuses38.

86Artsybachev Mikhaïl (1878-1927): J. Povolozky traduisit chez Grasset Sanine en 1912 (retraduit par Geneviève Dispot à L’Âge d’homme en 2013) et À l’extrême limite en 1913 (BRS). La même année avait paru l’Épouvante (1905), traduit par Jacques Sorrèze (BRS), traducteur, également de Pacha Toumanov (1901) et les Ombres du matin (1905), réunis sous le titre les Étudiants chez Lingva (où l’on trouve aussi Sous le soleil, suivi de Extrait du journal d’un mort).

2.2. Auteurs de la première émigration

87Les éditions Bossard, fondées en juillet 1916, eurent une collection intitulée « Les textes intégraux de la littérature russe », qui publia essentiellement des auteurs de l’émigration. D’origine suisse, Bossard fit appel à des traducteurs français, diplômés de lettres: Charles Salomon (1862-1936), Henri Mongault (1884-1941), Jean Chuzeville (1886-1962), Michel Dumesnil de Gramont (1893-1953), Maurice Donzel (1885-1937), qui publia sous les pseudonymes de Maurice, Parijanine, Maurice Dumarais. Les éditions Bossard publièrent Balmont, Kouprine, Bounine, Grebenstchikov (les Tchouraïev, trad. H. Mongault, 1922), Merejkowski, Hippius, Ehrenbourg. En dépôt de bilan en 1934, une partie de son fonds de littérature fut racheté par la NRF.

88En plus de ces auteurs publiés par J. Povolozky ou Bossard, on trouve, des plus vieux aux plus jeunes :

89Tchirikov Evgueni (1864-1932 à Prague). Ses œuvres en 17 volumes furent publiées en 1910-1916. Jeunesse (1911), traduit par M. Lichnevski, parut chez Payot en 1928.

90Nagrodskaïa Evdokia (1866-1930 à Paris), fille de Avdot′ja Panaeva et de A. F. Golovačev. Gnev Dionisa (SPb, 1910, dix éditions et 25 000 exemplaires), histoire d’une femme émancipée (peintre) qui aime deux hommes, pour réaliser une synthèse des principes apollinien et dionysien (le prototype étant M. Kouzmine), fut traduit en 1913 (le Courroux de Dionysos, P., J. Victorion). Franc-maçonne en France, elle écrivit en français un drame, la Dame et le diable. Légende rosicrucienne (P., Le symbolisme, 1932).

91Youchkevitch Semen (1868-1927, Paris). En russe, ses œuvres en 15 volumes furent publiées en 1914-1918. En français parut Dans la peur, étude sur la vie bourgeoise en Russie soviétique, tr. A. Pierre. Plon, 1925 ; l’Automobile, 1922, BRS, le Cabaretier Heimann, traduit par Serge Persky, 1906, Lingva.

  • 39 Hélène Izwolsky (1896-1975) était la fille de l’ambassadeur de Russie à Paris (1910-1917). Conv (...)

92Krasnov Piotr (1869-1947) : trois romans, dont De l’aigle impérial au drapeau rouge (1921), Payot, 1926, 656 p., retraduit par Xénia Yagello, éd. des Syrtes, 2017; et Comprendre, c’est pardonner (1923), tr. par O. Vitali et H. Iswolsky39, Payot, 1926.

93Teffi Nadejda (1872-1952) : la Lumière des humbles, tr. G. Barbizan, Nouvelles éditions latines, 1946, 1949 ; Et le temps s’arrêta et Un roman d’aventures, tr. Mahaut de Cordon-Prache, De Fallois, 2011 et 2012 ; Baba Yaga, texte français de Françoise Morvan, dessins de Nathalie Parain, éd. MeMo, 2010.

94Chmelev Ivan (1873-1950) : “Garçon !” (1911), traduit, préfacé et annoté par H. Mongault avec l’autorisation de l’auteur. Bossard, 1925 (BRS) ; le Soleil de la mort (1923]), tr. D. Roche, Plon, 1929 (BRS) ; rééd. le Soleil des morts, préface de Thomas Mann, postface de René Guerra, éd. des Syrtes, 2001 ; la Coupe inépuisable (1921), tr. H. Mongault dans les Œuvres libres no 109, 1930 ; les Voies célestes, éd. du Pavois, 1946 ; tr. d’Hélène Emeryk actualisée et corrigée par Victor Loupan, Presses de la Renaissance, 2003, 396 p.

95BRECHKO-BRECHKOVSKI Nicolas (1874-1943), fils de la « grand-mère de la révolution russe », auteur de récits sur le sport (la lutte), les scandales mondains, la guerre, dont le style de boulevard fut critiqué par Kouprine. Dans l’émigration, à partir de 1920, il écrivit plus de trente romans, s’installa à Berlin avec l’arrivée de Hitler au pouvoir et collabora à la propagande nazi. Il périt dans le bombardement de 1945. Cinq traductions ont paru, dont la Pampa rouge (éd. Baudinière, 1929), le Roi des mitrailleuses (éd. Baudinière, 1933).

96Remizov Alekseï (1877-1957) a été abondamment traduit (une douzaine d’ouvrages à part, quantité de publications en revues). La première traduction en volume séparé date de 1922 : Sur champ d’azur [V pole blakitnom, 1922]), tr. Jean Fontenoy, Plon et Nourrit, rééd. 1927. Sœurs en croix a été traduit en 1929 par Robert Vivier (Rieder, rééd. éd. du Pavois, 1946, Ombres, 1986), la Russie en tourmente (Vzvixrennaja Rus′) en 2000, tr. A.-M. Tatsis-Botton, L’Âge d’homme, 2000.

  • 40 Le cheval blême (1908), « adapté du russe avec autorisation de l’auteur par Mali Krogius et Henri (...)

97Savinkov Boris (1879-1925), Ce qui ne fut pas (1912), tr. J.-W. Bienstock, Payot, 1921, retraduit par nos soins aux éd. Prairial, 2017 ; Cheval noir (1923) a été traduit par L. Jurgenson (éd. Anabet, 2008). ; Souvenirs d’un terroriste, tr. B. Taft, Payot, 1931 (tr. Régis Gayraud, Champ libre, 1982)40.

98Tcherny Sacha (1880-1932), Au chant des grenouilles : babil et rimes, tr. Maurice [Parijanine], ill. de B. Zvorykine, Société d’éditions d’art et d’histoire, 1923; Petites histoires du jour et du soir, tr. Nina Kolt, dessins d’Élisabeth Ivanovsky, Casterman, 1987 ; Ma Russie n’est plus, tr. par Lorène Ehrmann, éd. du Pasquin, 2013.

  • 41 Avertchenko figurait déjà dans le recueil d’humoristes russes (Boukhov, Dorochevitch, Teffi, Don (...)

99Avertchenko Arkady (1881-1925) : Douze couteaux dans le dos de la révolution, La Renaissance du livre, 192841.

100Zaïtzev Boris (1881-1971) : Anna tr. Ludmilla Sawitzky. 1931. Rééd. Autrement, 1999, avec préface de G. Nivat; la Guirlande dorée, tr. M. Dumarais. Hachette, 1933.

101Bakounina Ekaterina (1889-1976, Londres): le Corps (1933), tr. Mme D. Ergaz, Stock, 1934.

102Goul Roman (1896-1986): Lanceurs de bombes: Azef, Gallimard, tr. par N. Guterman, « de l’allemand » en 1930, « du russe » en 1963.

103Sirine [V. Nabokov, 1899-1977] : Chambre obscure, tr. Mme Doussia Ergaz. Grasset, 1934; la Course du fou [Zaščita Lužina], tr. Denis Roche. Fayard, 1933 ; l’Aguet [Sogljadataj], Fayard, « Les Œuvres libres », 1935, tr. D. Roche.

104Gorodetskaïa Nadejda (1901-1985, Oxford), théologienne: les Ailes blanches, Étoile du berger, éd. Cahier de la Quinzaine, 1932, 1934 ; les Mains vides, tr. M. Etard, préface de Kouprine, éd. St-Michel, 1931.

2.3. Auteurs soviétiques

2.3.1. Les « compagnons de route »

105Après la Révolution, plusieurs éditeurs créent des collections dédiées à la « jeune littérature soviétique », avec des directeurs de collections.

106En 1926, Boris de Schloezer fonde la collection « Jeunes Russes » à la NRF42. Après 1928, il est secondé dans sa tâche par le secrétaire particulier de Gaston Gallimard, Brice Parain, qui revenait d’une mission de conseiller culturel à l’ambassade de France à Moscou43.

107Quinze ouvrages furent publiés dans « Jeunes Russes », le dernier titre paraissant en 1938 (la Horde de V. Chichkoff) :

  • 44 Signalons aussi, aux éditions Montaigne (Collection littéraire de La Russie nouvelle), Transval s (...)
  • 45 Traduction révisée (et complétée) pour Autrement (1997) puis BRS par Dany Savelli, qui a par ai (...)
  • 46 Aux éditions Les Revues parut en 1930 la Ruelle de Moscou (В проточном переулке), dans une tra- du (...)

108Vs. Ivanov, le Train blindé no1469, tr. Y. Sidersky, 1928 ; FEDINE, les Cités et les années, tr. Mme Ergaz, 193044 ; ZOCHTCHENKO, la Vie joyeuse, trad. Y. Sidersky (tous les trois traduits pour la première fois chez Gallimard) ; PILNIAK, l’Année nue, 1926, tr. L. Bernstein et L. Desormonts45 ; SEIFOULLINA, Virineya [1924], tr. H. Iswolsky, 1927 ; NEVEROV, Tachkent ville d’abondance, tr. Brice Parain); ZAMIATINE, Nous autres, 1929; Cholokhov, les Défricheurs, tr. par le Dr Ergaz, 1933 ; NABOKOV, la Méprise, 1938 ; EHRENBOURG, les Aventures extraordinaires de Julio Jurenito, 1921, tr. D. Illich, La Renaissance du Livre, 1925, repris à la NRF, Le deuxième jour de la création, tr. M. Etard, 1933, Rapace (Rvač, 1925), tr. G. Aucouturier, 1930, Sans reprendre haleine, 193546; V. KATAEV, Rastratchiki (sic, en français), tr. par André Beucler, 1928, réédité sous le titre Ils ont mangé la grenouille, Gallimard, 1934, coll. « Succès »; LIDINE, le Renégat, 1933 ; Alexandre SYTINE (1894-1974), le Pasteur des tribus (1929), tr. Mme Ergaz, 1932 ; N. TIKHONOV, Tête brûlée, tr. V. Pozner, 1936.

109Après guerre, la collection Littératures soviétiques, dirigée par Aragon, ouverte aux auteurs soviétiques non russes, avec Jean Cathala, Lily Denis comme traducteurs, publia Paoustovski, Bondarev, Bek, Chklovski, Kavérine, Iouri Kazakov, Cholokhov, Tendriakov, les écrivains paysans des années 60-70 (Doroch, Mojaev).

110Les éditions Payot se spécialisèrent dans les ouvrages et les romans sur la Révolution :

  • 47 V. Soukhomline : membre du CC du parti socialiste-révolutionnaire, rédacteur de périodiques s-r. (...)

111Veresaev Vikenti (1867-1945): Guerre civile (V tupike, 1924), trad. V[assili]. Soukhomline47et S. Campaux. Payot, 1929. En 1911, J. Povolozky avait traduit l’Étoile. Conte oriental (1903) pour la Revue bleue (BRS).

112Tchapyguine Alexeï (1870-1937): Stenka Razine, chronique du XVIIe s. russe, tr. avec l’autorisation de l’auteur par V. Soukhomline. Payot, 1930, 544 p.

113novikov-priboï Alexéï (1877-1944), la Tragédie de Tsoushima, tr. par V. Soukhomline, S. Campaux. Payot, 1934.

114Les Œuvres libres, Revue Mensuelle Ne Publiant Que De L’inédit. (no 1 : juillet 1921), éditée par FAYARD, a accueilli plusieurs jeunes écrivains soviétiques, à côté de classiques comme Leskov : Nikolaï Nikitine, le Matin, tr. L. Bernstein et L. Desormonts, 1924 ; Boris Pilniak, Biélokonskoé tr. A. Pierre, 1924 ; Boris Lavrenev, Le quarante et unième, « grande nouvelle inédite traduite par A. Pierre et M. Slonim », 1930 ; id., le Vent, 1932 ; Mikhail Kozakov, la Mort veille, tr. Z. Lvovsky, 1934; Iouri Olecha, l’Envie, tr. J. Lodine, 1934 (tr. H. Mongault et Louise Desormonts chez Plon en 1936 et tr. I Sokologorski, L’Âge d’Homme, 1978).

  • 48 Cf. Maria Chiara Gnocchi, le Parti pris des périphéries, Bruxelles, Le Cri, 2008. 2.lingue.unibo. (...)

115Les éditions Rieder (1921-1939, rachetées par les PUF), fondées par Frédéric Rieder, normalien, eurent une collection de « Prosateurs étrangers modernes » dirigée par Léon Bazalgette (1873-1928)48, qui publia:

116Sergueev-Tzenski Serguéï (1875-1958), Transfiguration (1923), tr. par O. Siderski et V. Pozner, intr. de Maxime Gorki, 1930, 336 p.

117BABEL Isaac, Cavalerie rouge, tr. avec intr. par M. Parijanine, 1928, 1930 (retraduit, avec notes et étude, par J. Catteau, L’Âge d’homme, 1972). Ses Œuvres complètes ont été traduites par Sophie Benech, Le bruit du temps, 2011, 1310 p.

118Pilniak Boris, la Septième république de Tadjikistan, tr. du texte russe inédit par M. Matveev et P. Morhange, 1931 (la Volga se jette dans la Caspienne fut traduit par G. Aucouturier aux éditions du Carrefour en 1931). Riazan la pomme (1922, traduit par Maurice [Donzel] en 1923-1924) a été repris dans BRS en 2016 avec des illustrations de B. Grigoriev.

119Leonov Léonid, les Blaireaux, tr. M. Parijanine, avec préface de Maxime Gorki, 1931, 645 p. ; la Rivière Sot, tr. B. de Schloezer, 1936.

120D’autres « compagnons de route » figurent au catalogue de divers éditeurs :

121KOUSSIKOV Alexandre, le Sablier, tr. Y. Sidersky, Au sans pareil, 1924.

122Semenov Serguei (1893-1942), la Faim (1922), tr. Brice Parain, éd. Montaigne, 1927 (coll. « Littéraire de la Russie nouvelle »).

123Ognëv Nikolaï, le Journal de Kostia Riabtzev (1927), tr. et adapté par H. Pernot. Calmann-Lévy, 1928 ; retraduit en 1992 : Journal de Kostia Riabtsev : troisième groupe, année scolaire 1923-1924, préface de Victor Nékrassov, tr. du russe par Madeleine et Wladimir Berelowitch, L’Âge d’homme, 255 p. (« Classiques slaves »).

124Romanov Panteleïmon (1884-1938), les Trois baleines (1923), tr. de Denis Roche, 1931 (BRS) ; Amours russes (Trois paires de bas de soie) [1930], tr. littérale par Nad. de Cyon, Paris, Les éditions de France, 1933. Id. sous le titre le Camarade Kisliakov, tr. par Mme Andreiewe, éd. Babu, 1933 (nouvelle tr. par Luba Jurgenson : Camarade Kisliakov : trois paires de bas de soie, Genève, éd. Héros-Limite, 2013). Également traduit par L. Jurgenson aux mêmes éditions le droit de vivre ou le Problème des sans-parti (2011), et aux éditions du Griot : Des gens sans importance (1993), Des gens désenchantés (1994).

125Ilf et Petrov : Douze chaises, tr. J.-W. Bienstock. A. Michel, 1929 ; Un milliardaire au pays des Soviets [Zolotoj telenok], tr. par V. Llona et P. Stavrov. A. Michel, 1934. Tout Ilf et Petrov a maintenant été traduit par Alain Préchac aux éditions Parangon (réédition in BRS pour les Douze chaises et le Veau d’or).

126Fibich Daniil (1899-1975), auteur de romans sur la guerre civile, journaliste militaire, interné dix ans au Karlag : les Affranchis (Ougar, 1928), sur deux générations d’intellectuels russes tr. Z[inovi] Lvovsky. Intr. de Robert de Saint-Jean, éd. du siècle, 1932 (« Les maîtres étrangers »).

127Levine Boris (1898-1940) : Il était deux camarades, Plon, 1934 ; Jeunesse [Junoša, 1933 ; artiste individualiste vs communistes], éd. du Carrefour, 1934.

  • 49 Cf. Marie-Cécile Bouju, « Les maisons d’édition du PCF, 1920-1956 », Nouvelles FondationS 3/2007 (...)

1282.3.2. Les maisons d’édition liées au PCF constituent un groupe à part, et publient principalement les auteurs qui vont devenir les classiques soviétiques49Aux Éditions sociales internationales, créées en 1927, dirigées par Léon Moussinac, dépendantes du Komintern, qui deviennent les Éditions sociales en 1944, nous trouvons : La Semaine de Youri Libidinski (sic, pour Libedinski), tr. par Labarre, 1927, ill. ; le Ciment de F. Gladkov, tr. Victor Serge, avec une notice autobiographique, 1928; le Tourbillon [1917] d’Alexeï Demidov, tr. M. Parijanine, 1929; la Défaite de A. Fadeev, tr. M. Parijanine, 1929; le Torrent de feu [1924] de A. Serafimovitch, tr. par Maurice Parijanine, 1930 ; la Communauté des gueux [Bruski] de F. Panferov, tr. Marie Borissov et Z. Lvovski, 2 vol. 1930, 1931; Tchapaiev de Dm. Fourmanov, tr. Oranovskaïa et A. Roudnikov, 1932 ; J’aime de A. Avdeenko, tr. A. Orane et G. Roux. 1933 et éd. des Trois collines, Genève, 1944 ; Terres défrichées de M. Cholokhov, traduit par Alice Orane et Georges Roux, « seule traduction complète autorisée par l’auteur, comprenant les 7 derniers chapitres supprimés dans toute autre édition », 1933, 464 p.; les Trois méchants gros de I. Olecha, 1936. Certains de ces auteurs sont maintenant réédités par les éditions Au temps des cerises.

129Aux éditions Hier et aujourd’hui, créées par le PCF en 1941 en zone occupée, et qui fusionneront en 1949 avec La « Bibliothèque française » d’Aragon de la zone sud pour donner les Éditeurs Français Réunis (avec Aragon comme directeur littéraire jusqu’en 1954), sont publiés tous les classiques soviétiques, les prix Staline, les Œuvres complètes de Gorki (dir. J. Pérus). L’éphémère collection « Le pays de Staline » (1949-1951) accueille Fadeev, Vera Inber, Vera Panova, E. Kazakievitch, M. Ilin (= Marchak, les Montagnes et les hommes), F. Gladkov, B. Gorbatov, N. Ostrovski, Dm. Fourmanov, G. Nikolaeva, V. Grossman (le Peuple est immortel), etc.

130En 1956, Aragon sera autorisé à rejoindre Gallimard pour diriger la collection « Littératures soviétiques », où paraîtront Tynianov, Malychkine, Tikhonov, Vs. Ivanov, Kavérine, Kazakievitch, Chklovski, Paoustovski, Bondarev, Bek, Kazakov, Tendriakov, Doroch, V. Kataïev et autres.

2.4. De nos jours

131Les minores sont principalement publiés par de petits éditeurs, où la décision ne dépend souvent que d’une seule personne. Certains ouvrages bénéficient d’une aide à la traduction du Centre national des lettres. Dans l’ordre alphabétique, on peut citer L’Âge d’homme (« Classiques slaves »), Albin Michel, Alinea, Anatolia, Autrement, F. Bourin, Le bruit du temps, Circé, L’esprit des péninsules, Ginkgo, Viviane Hamy, Harpo &, Clémence Hiver (poésie), Corti, Interférences, Louison, Noir sur Blanc, Ombres, Phébus, Rivages, Rocher, Syrtes, Verdier.

  • 50 Pour les références des éditions récentes, on se reportera à la « Bibliographie des ouvrages e (...)

132Parmi les auteurs de l’Âge d’argent ayant été récemment traduits, et non mentionnés plus haut, nous trouvons plusieurs récits de V. Brioussov (six éditions50), M. Kouzmine (quatre titres), A. Biély, L. Zinovieva-Annibal, M. Prichvine.

133La première émigration est représentée par M. Agueev, M. Aldanov, Iou. Annenkov, G. Gazdanov (six titres, dont cinq chez V. Hamy), M. Ossorguine, B. Zaïtsev, Iliazd, G. Ivanov, avec des rééditions, notamment de I. Chmeliov et d’A. Kouprine (9 titres).

134Pour les années vingt : Lev Lountz, Iou. Olecha, L. Dobytchine, la prose de S. Essénine, I. Kataïev, S. Klytchkov, Vs. Ivanov, A. Tchaïanov, K. Vaguinov, M. Zenkevitch, G. Gor, S. Krzyzanovski, J. Golossovker, A. Grine (10 titres), B. Jitkov, L. Leonov.

135Par rapport aux traductions du XIXe siècle, les traductions modernes sont de bonne qualité (font exception Matouchka et l’Adieu à l’île de V. Raspoutine), et il y a souvent un paratexte utile (préface, notes). Pour les classiques russes réédités dans des collections de poche, on regrettera que l’éditeur n’indique pas toujours qu’il s’agit de la reprise d’une vieille traduction.

  • 51 Русские писатели 1800-1917, t. 1-5 [Solonicyn], M, 1989-2007.

136Ce panorama (non exhaustif) permet de conclure que la littérature russe de second rang est relativement bien représentée, tant pour le xixe que pour le xxe siècle. Il suffit néanmoins de parcourir le Dictionnaire biographique des écrivains 1800-1917 (qui va pour l’instant jusqu’à la lettre S51) pour voir qu’il reste encore une quantité d’auteurs (de femmes en particulier) complètement oubliés mais qui ne semblent pas dénués d’intérêt.

Haut de page

Notes

1 Les Messieurs Golovleff a été traduit en 1889 par Maria Polonsky (Maria Nikolaïevna Ochanina, 1850-1897), avec G. Debesse (P., A. Savine, rééd. Stock, 1922), de même que Pochékhonié d’autrefois. Vie et aventures de Nikanor Zatrapezny en 1892 (P., A. Savine), traduit par Luba Jurgenson sous le titre Le Bon vieux temps (L’Âge d’homme, 1997). Albert Savine (1851-1927), éditeur des naturalistes entre 1887 et 1897, l’était aussi de tous les extrêmes, avec en particulier une « Bibliothèque antisémite ». Cf. Dictionnaire encyclopédique du livre, dir. P. Fouché et al., P., Éd. Cercle de la librairie, t. 3, 2011, p. 668 ; R.-P. Rolin, « Un éditeur naturaliste : Albert Savine (1859-1927) », les Cahiers naturalistes, vol. 46, no 74, 2000, p. 263-270.

2 Charles Gosselin (1795-1859) était l’éditeur des romantiques et de Balzac.

3 Histoire des traductions en langue française, dir. Yves Chevrel et al., t. 3, XIXe siècle, 1815-1914, Lagrasse, Verdier, 2012, 1369 p.

4 Les références des traductions sont données d’après les notices de la BnF et de la Bibliographie des œuvres littéraires russes traduites en français de Vladimir Boutchik, P., Flory, 1934 (avec les compléments de 1936 et de 1938).

5 Le titre imite celui des satires d’Étienne de Jouy, l’Hermite de la Chaussée d’Antin, ou observations sur les mœurs et les usages français au commencement du xixe siècle (1812-1814, 5 vol.). Émile Dupré de Saint-Maure avait publié en 1829 l’Hermite en Russie, ou observations sur les mœurs et les usages russes au commencement du xixe siècle.

6 Sans doute traduit d’après les extraits publiés à partir de 1825 dans Северный архив, puisque l’édition en volume date de 1829.

7 Hippolyte Ferry de Pigny (1799-1880) enseignait la littérature à Saint-Pétersbourg et avait le grade de conseiller d’État (5e rang) : Vl. Boutchik, la Littérature russe en France, P., Honoré Champion, 1947, p. 22.

8 Cf. le compte rendu de Edme Héreau dans la Revue encyclopédique, vol. 45, 1830, p. 426-429.

9 Martin Bossange (1765-1865), éditeur de Archippe Thaddeevitch... avait déposé son bilan en 1830. Nous supposons que Ch. Gosselin aura racheté son fonds ou ce titre.

10 Fantaisies vraisemblables ou Pérégrinations à travers le monde au xixe siècle (1824),
journaldumauss.net/?Fantaisies-vraisemblables-ou, et Fantaisies incroyables ou Voyage au centre de la terre (1825), journaldumauss.net/?Fantaisies-incroyables-ou-Voyage-1174. Tr. Marie-Laure Bouté.

11 Sur les « emprunts russes » d’Alexandre Dumas, voir Janine Neboit-Mombet, l’Image de la Russie dans le roman français, 1859-1900, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2005, p. 179-219, avec une analyse comparative détaillée de Ammlat-Beg de Marlinski et de Sultanetta de Dumas, qui transforme le conflit entre raison et passion en conflit, plus stéréotypé, entre Européen civilisé et Asiatique sauvage (p. 187-209, 219).

12 Cité d’après J. Neboit-Mombet, op. cit., p. 186.

13 Page 198 (éd. de la Bibliothèque électronique du Québec), une note indique que le poud vaut 410 kg !

14 Cf. Charlotte Krauss, la Russie et les Russes dans la fiction française du xixe siècle (1812-1917), Amsterdam – New York, Rodopi, 2007, p. 171-179.

15 Sophie Conrad, née d’Ott à Saint-Pétersbourg (1798-1852), mariée en 1819 avec « Joseph le Brave au cheval blanc Conrad, colonel de l’armée espagnole » (1788-1837). gw.geneanet.org/garric?lang=fr&p=sophie&n=d+ott

16 BRS : Bibliothèque russe et slave de Xavier Mottez, spécialisée dans la réédition électronique de vieilles traductions (bibliotheque-russe-et-slave.com/index1.html), indiquée par la suite BRS.

17 Les éditions Lingva de Viktoriya et Patrice Lajoye (http://www.lingva.fr/?page_id=13) proposent des éditions électroniques de traductions anciennes et quelques traductions inédites.

18 Sur Paul de Julvécourt, cf. Charlotte Krauss, « “Aujourd’hui Nicolas, – Napoléon demain !” Paul de Julvécourt (1807-1845) à la recherche du bon tsar paternel » in : Danièle Beaune-Gray, Irina Kantarbaeva- Bill (eds.), Figures d’exil entre Russie, Occident et Orient, Slavica Occitania, 37, 2013, p. 93-106.

19 Hellé : pseudonyme collectif de Lucien Golschmann (né en 1861 à Irkoutsk, venu à Paris en 1881, mort en 1926) et Ernest Jaubert (1856-1942). Tous deux traduisaient aussi de l’anglais et du polonais. La BnF indique 72 traductions pour L. Golschmann et 127 pour E. Jaubert.

20 Michel Cadot, la Russie dans la vie intellectuelle française, 1839-1856, P., Fayard, 1967, p. 455.

21 Ont cependant été réédités sous forme électronique Aventure en chemin de fer, BRS (1842) et Serge (1838), tr. d’Eugène de Lonlay, Hachette 1854 (BRS).

22 D’après la Bibliographie... de V. Boutchik, op. cit., p. 170, mais absent de tous les catalogues infor- matisés.

23 Cf. Anne-Marie Mallet, les Traductions françaises des romans russes à la fin du XIXe siècle et leur public, thèse de 3e cycle (dir. Charles Dedeyan), Université de Paris-Sorbonne, 1974, 2 vol, LXII-372 p.

24 Georges Charpentier (1846-1905), éditeur des naturalistes (1872-1893).

25 Sans doute l’épouse de N. Tsakni, auteur de la Russie sectaire : sectes religieuses en Russie, Paris, Plon, 1888.

26 Cf. Correspondance en français entre Alexis Konstantinovitch Tolstoï et Boleslav Markévitch (1858- 1875). Controverses littéraires et politiques, correspondance inédite éditée, présentée et annotée par Michel Niqueux, Lyon, Centre d'études slaves André Lirondelle, Université Jean Moulin Lyon 3, 2015.

27 Ivan Doff, les Mystères de Saint-Pétersbourg. Histoire de tous les repus et de tous les affamés (1878). Édition et préface de Michel Cf. M. Niqueux, « Les mystères des Mystères de Saint-Pétersbourg (1878) », La Revue russe, no 40, 2013, p. 51-65.

28 Lidia Andreevna Rostopčina (1838-1915), fille de Evdokija Petrovna Rostopčina (Suškova), « lionne » pétersbourgeoise, écrivain, petite-fille du gouverneur de Moscou.

29 Ély Halpérine-Kaminsky (né en 1858 en Pologne, à Paris à partir de 1880, mort en 1936). Voir le catalogue de ses archives : illiad.trincoll.edu/watk/manuscripts/halperinesummary.htm

30 Sergej Markovič Perskij (Tchernigov, 1870 – Nice, 1938), médecin, traducteur, auteur d’ouvrages sur la littérature russe. Était-il apparenté à Dominique Desanti (née Persky) ?

31 Théoodore de Wyzewa (Podolie, 1862 – 1917, Paris), critique d’art, promoteur du symbolisme en France, traducteur multilingue (Tolstoï, Andréiev).

32 H. Le Soudier, Bibliographie française. Recueil de catalogues des éditeurs français, 10 vol., P., Librairie H. Le Soudier, 1900, t. V.

33 Èduard-Andrej Granstrem (1843-1918), de père suédois, auteur et éditeur (1881-1916) de beaux livres pour la jeunesse (Saint-Pétersbourg). Cf. expositions.nlr.ru/granstrem/catalogue.php

34 Aux mêmes éditions, on trouve un roman fantastique de Nady Baschmakoff (1885-fusillée en 1938), les Dieux puissants. Dans le même genre (historico-occulte), il faudrait citer Véra Krijanovskaïa (W. I. Rochester), 1857-1924, avec une vingtaine de romans parus entre 1880 et 1900, mais ils ont été tous (sauf un) écrits directement en français (on en trouve deux aux éd. Lingva), et Vsevolod Soloviev (1849-1903), frère du philosophe (Magnit! suivi de Kimenis, Lingva).

35 Nikolaj Gavrilovič Vučetič (1845-1912), écrivain pour la jeunesse, dramaturge.

36 Cf. les 10es rencontres internationales des écritures de l’exil (26-28 nov. 2010) à la Bibliothèque publique d’information du centre Georges Pompidou dont le thème était « Trajectoires russes », avec une intervention de Odile Belkeddar et Tatiana Maillard-Parain sur Nathalie Tchelpanova et Nadejda Teffi.

37 Voir le catalogue des éditions Povolozky sur le site
lekti-ecriture.com/blogs/alamblog/index.php/post/2006/08/28/82-povolozky

38 F. Hellens, Documents secrets, Paris, Albin Michel, 1958, p. 134.

39 Hélène Izwolsky (1896-1975) était la fille de l’ambassadeur de Russie à Paris (1910-1917). Convertie au catholicisme (rite oriental) en 1923, elle laisse une œuvre importante en traductions et histoire religieuse.

40 Le cheval blême (1908), « adapté du russe avec autorisation de l’auteur par Mali Krogius et Henriette Hamon » dans la Grande revue du 25 août 1912, a été retraduit par nos soins chez Phébus en 2003.

41 Avertchenko figurait déjà dans le recueil d’humoristes russes (Boukhov, Dorochevitch, Teffi, Don Aminado, etc.) établi par Maurice Dekobra et Don-Aminado : le Rire dans la steppe, P., Baudinière, 1927.

42 Cf « Les lettres russes à l’enseigne de la NRF »
http://www.gallimard.fr/Footer/Ressources/Entretiens-et-documents/Document-Les-lettres-russes-a-la-NRF/(source)/184568

43 Cf. Michel Aucouturier, « Brice Parain et la littérature soviétique », in Brice Parain, un homme de parole, Gallimard-BnF, 2005, p. 73-87.

44 Signalons aussi, aux éditions Montaigne (Collection littéraire de La Russie nouvelle), Transval suivi de les Moujiks et de l’autobiographie de G. Fédine, tr. par V. Parnac (1927).

45 Traduction révisée (et complétée) pour Autrement (1997) puis BRS par Dany Savelli, qui a par ailleurs traduit Récits d’Extrême-Orient (Le Serpent de mer, 2001) et Racines du soleil japonais (Éd. du Sandre, 2010).

46 Aux éditions Les Revues parut en 1930 la Ruelle de Moscou (В проточном переулке), dans une tra- duction de Y. Siderski (réédition au Livre de Poche en 1974 sans indication du nom du traducteur ni de la première publication).

47 V. Soukhomline : membre du CC du parti socialiste-révolutionnaire, rédacteur de périodiques s-r. en France (cf. B. Nicolayewsky, « Historique de la Presse Périodique de l’émigration Socialiste Russe 1917- 1937 », Bulletin of the International Institute of Social History, Cambridge University Press, 1938, 2, p. 5-17), auteur de les Procès célèbres de la Russie (Payot, 1937), les Hitlériens à Paris (EFR, 1967, tr. Lily Denis).

48 Cf. Maria Chiara Gnocchi, le Parti pris des périphéries, Bruxelles, Le Cri, 2008. 2.lingue.unibo.it/francofone/locandine_programmi/LECRI•AVIS_Gnocchi.pdf.

49 Cf. Marie-Cécile Bouju, « Les maisons d’édition du PCF, 1920-1956 », Nouvelles FondationS 3/2007 (no 7-8), p. 260-265; cairn.info/revue-nouvelles-fondations-2007-3-page-260.htm Nous laissons de côté les Éditions du progrès, sises à Moscou.

50 Pour les références des éditions récentes, on se reportera à la « Bibliographie des ouvrages en français sur le monde russe » qui paraît dans les livraisons semestrielles de la Revue russe (Paris, Institut d’études slaves).

51 Русские писатели 1800-1917, t. 1-5 [Solonicyn], M, 1989-2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Niqueux, « Panorama de la traduction en français des minores russes »Revue des études slaves, LXXXVIII-4 | 2017, 815-835.

Référence électronique

Michel Niqueux, « Panorama de la traduction en français des minores russes »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII-4 | 2017, mis en ligne le 25 avril 2019, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1465 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1465

Haut de page

Auteur

Michel Niqueux

Université de Caen – Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals