Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIX 1-2Une historiographie en mouvement ...

Une historiographie en mouvement : un siècle d’études de la Grande Guerre en Pays tchèques

A Historiography on the Move. One Century of Great War studies in the Czech Lands.
Étienne Boisserie
p. 87-100

Résumés

L’historiographie tchèque de la Grande Guerre s’est longtemps organisée en fonction de la grande narration initiale qui soulignait l’importance décisive de l’action extérieure aussi bien civile que militaire et, selon un schéma que l’on retrouve chez d’autres belligérants, évoquait peu la situation de la population civile. La période socialiste est marquée par une remise en cause totale puis plus modérée de l’importance de l’action extérieure tchèque et par la mise en valeur de la révolution d’Octobre dans le processus de création de l’État. Dans le même temps, une approche plutôt quantitative et centrée sur la dimension répressive de la politique autrichienne a abondamment documenté les troubles économiques et sociaux des deux dernières années du conflit. À partir de la fin des années 1990, les objets se diversifient et certains grands récits sont remis en cause. Cet article se propose d’observer cette évolution dans ces trois grands temps et de s’interroger sur l’étude de champs encore peu exploités dans l’étude la Grande Guerre en Pays tchèques.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque la Première Guerre mondiale éclate à l’été 1914, Tchèques et Slovaques se trouvent dans deux parties distinctes de la Double monarchie. Au cours de la guerre, les unités slovaques et tchèques combattent sur plusieurs fronts (notamment russe, serbe, italien et roumain) en même temps que les civils doivent s’adapter aux profondes transformations provoquées par la guerre dans tous les aspects privés comme publics, individuels comme professionnels. Hors de la monarchie, quelques exilés volontaires posent un programme politique de réorganisation de l’Europe centrale par la disparition de l’Autriche-Hongrie à laquelle se substituerait un ensemble de nouveaux États dont un État tchécoslovaque. Ce projet se structure au cours de l’année 1916 ; ses dimensions politique et militaire se complètent dans la mesure où à l’action de conviction politique et diplomatique s’ajoute une démarche de recrutement de prisonniers de guerre austro-hongrois, de nationalité tchèque ou slovaque, pour servir aux côtés des pays de l’Entente. Bien que parfois entravée par les intérêts et stratégies de ces derniers, la constitution de ces légions tchécoslovaques fait des « Tchécoslovaques » des belligérants, bénéficiaires de la victoire de l’Entente. La Grande Guerre recouvre donc, pour les Tchèques comme pour les Slovaques, un ensemble d’expériences et de situations, aussi bien civiles que militaires, distinctes, de dynamiques parfois indépendantes les unes des autres dont le nouvel État doit faire récit commun dès sa création à la fin du mois d’octobre 1918.

2Immédiatement, les nouveaux responsables de l’État ont produit un récit qui modifiait substantiellement l’histoire commune de la période habsbourgeoise, y compris celle la Grande Guerre. Cette interprétation a traversé toute l’histoire tchécoslovaque, avec de légères variations dépendantes du cadre politique et idéologique. Par beaucoup d’aspects, elle reste encore très présente dans la mémoire collective tchèque. Jusqu’aux années 1970, l’historiographie tchèque – et slovaque –, avec des thèmes et des paradigmes spécifiques que nous soulignerons, a emprunté des chemins comparables à ceux des principales historiographies d’Europe occidentale. Au cours de la décennie écoulée, l’évolution globale de l’analyse de la période de guerre a conduit à ouvrir de nouveaux champs de recherche qui offrent aujourd’hui le cadre général d’analyse pour les historiens tchèques. Ce phénomène a en partie contribué à reconsidérer le canon et il offre de nouvelles opportunités pour une meilleure connaissance des sociétés en guerre et leur évolution. Le but de cette communication est de contribuer à mesurer l’importance de ces nouveaux courants dans le cadre général de l’historiographie tchèque de la Grande Guerre.

Un récit de longue durée

3La perspective tchèque s’ordonne en fonction de deux oppositions binaires : le front et l’arrière, la politique intérieure et l’action extérieure. C’est donc un défi d’avoir une vue globale et équilibrée des différentes expériences tchèques de la guerre. Cette réalité fragmentée évolue dans la seconde partie de la guerre lorsque certaines de ces dynamiques se combinent, d’autres amplifiant la crise intérieure de la monarchie jusqu’à son implosion dans la seconde moitié d’octobre 1918.

La création du canon

  • 1 Parmi les principaux, voir Tomáš Garrigue Masaryk, Světová revoluce, Praha, 1925 ; Edvard Beneš, S (...)
  • 2 František Soukup, 28. říjen 1918 (I-II), Praha, Orbis, 1928. Jan Hajšman, Česká mafie. Vzpomínky (...)
  • 3 Par exemple Vojta Beneš, Revoluční hnutí v severní americe, Praha, Památník odboje, 1923 ; Emanuel (...)

4Au cours de l’entre-deux-guerres, le récit tchèque sur la Grande Guerre a été saturé par les Mémoires des principaux hommes politiques – à l’intérieur ou à l’étranger – qui ont pris une part décisive dans le processus de construction de l’État à l’étranger1 comme à l’intérieur de la monarchie2, mais aussi de récits et mémoires d’officiers et – plus rarement – de soldats de la légion qui soulignent l’importance des volontaires dans le processus qui a conduit à l’indépendance du pays3. L’action tchéco-slovaque à l’étranger est rapidement devenue la partie la plus documentée de la guerre, et ses principaux paradigmes sont fermement posés dès les années 1920 : d’une part, la libération nationale est liée à l’action extérieure, au « président-libérateur » Tomáš Masaryk en premier lieu, et aux légions ; d’autre part, l’ensemble de la population, conduite par une grande partie de ses élites politiques et culturelles, a contribué, notamment à partir de 1917, à ce mouvement de libération nationale.

5Ils couvrent l’ensemble de la période de la guerre, mais en soulignent plus particulièrement certains aspects. Le consensus sur ces éléments les plus fondamentaux contribue à ancrer un récit de la double action politique, intérieure et extérieure, qui légitime la presque totalité du spectre politique de la république masarykienne.

  • 4 En Russie, Rudolf Medek, V. Holeček, Otakar Vaněk (eds.), Za svobodu, I-IV, Praha, Památník odboj (...)
  • 5 Jaroslav Papoušek, Masaryk a revoluční armáda. Masarykovi projevy k legiím a o legiích v zahranič (...)

6La littérature dite « légionnaire » en est une composante importante. Elle est majoritairement constituée de livres commémoratifs sur chacune des légions (en Russie, en France et en Italie4), de publications d’institutions ou de maisons d’édition officielles – notamment celles du Památník odboje – qui diffusent des mémoires, discours, documents sélectionnés qui conviennent avec l’objectif de créer une nouvelle cohésion nationale et de renforcer l’importance symbolique de ce qui est considéré comme le noyau de l’armée démocratique nouvellement créée5. La littérature légionnaire a ses œuvres canoniques en prose, en poésie et au théâtre, elle a ses hauts lieux – les Carpates, Zborov, la Sibérie – ses héros et ses faits d’armes – désertions, victoire, résistance héroïque – qui posent une image des combats et – dans une perspective plus large – de la guerre entièrement dédiée à la « libération » de la « nation tchécoslovaque ». Le comportement du soldat tchèque y est principalement analysé à travers l’opposition entre loyauté et déloyauté.

  • 6 En Russie, Medek, Holeček, Vaněk (eds.), Za svobodu ; en Italie, Bednařík (ed.), V Boj!... ; en (...)
  • 7 Alois Žipek (ed.), Domov za války, vol. I-IV [La Patrie pendant la guerre, vol. I-IV], Praha, Pokro (...)

7L’accent placé sur la déloyauté du soldat tchèque est apparu dès le début de la guerre et a duré jusqu’aux années 1990. Il appartient au registre de la propagande de la presse allemande en Cisleithanie. Il a été saisi de manière convaincante par l’action tchéco-slovaque à l’étranger et utilisé comme élément de cette propagande. Il est donc devenu un pilier du récit républicain qui soulignait l’hostilité à l’égard de la guerre comme une preuve éclatante des attentes nationales et démocratiques de la nation tchécoslovaque. Presque tous les ouvrages publiés dans l’entre-deux-guerres s’inscrivent dans ce schéma : l’efficacité de la mobilisation d’août et le comportement majoritairement inattaquable des soldats tchèques auraient été lié à la coercition. Dans cette historiographie, peu de choses sont dites des conditions de combat et de vie du soldat de l’armée austro-hongroise, occultées au profit du récit de la captivité et de l’engagement dans les légions6. Les rares témoignages et mémoires publiés abordant ce sujet insistent principalement sur l’inefficacité de l’administration militaire autrichienne et sur les faiblesses du corps des officiers7. La grande majorité des ouvrages publiés dans l’entre-deux-guerres se concentre donc sur l’inefficacité de l’armée commune et sur ses difficultés et manques matériels, moraux ou techniques. Ce qui est aujourd’hui appelé « l’arrière » est principalement observé par la même perspective : il est en premier lieu une histoire – écrite par les élites locales – de souffrances matérielles et de répression politique qui documente les vexations et persécutions subies par les Tchèques ainsi que les préjugés idéologiques des Allemands d’Autriche à leur égard.

Après 1948 – le cadre global, permanences et inflexions du canon

8En dépit des changements idéologiques radicaux, dus à l’avènement d’un régime communiste, le cadre décrit précédemment reste en partie inchangé entre 1948 et 1989, même si certains glissements peuvent être observés.

  • 8 Josef Hanzal, Cesty české historiografie 1945-1989 [Les chemins de l’historiographie tchèque 19451 (...)
  • 9 Zdeněk Šolle, Dělnické hnutie v českých zemích za imperialistické světové války [Le mouvement o (...)
  • 10 Josef Macek (ed.), 25 ans d’historiographie tchécoslovaque. 1936-1960, Praha, Československá akade (...)
  • 11 Ľudovít Holotík, Štefánikovská legenda a vznik ČSR [La légende de Štefánik et la création de la T (...)

9L’historiographie de la Grande Guerre a suivi l’évolution générale de l’historiographie tchécoslovaque au cours de cette période en passant par trois phases différentes : la première – parfois appelée « schématique » ou « obéissante8 » – coïncide avec la période stalinienne, dure jusqu’à la fin des années 1950 et entre dans le cadre suivant : la révolution d’Octobre a été le point de bascule et la clé permettant de renforcer les mécontentements sociaux latents et a offert une voie de sortie politique décisive à la crise sociale autrichienne. Dans cette perspective, la Russie révolutionnaire a été le noyau de la dynamique et les masses leur force motrice9. Cette approche a conduit à réduire l’importance de l’action tchéco-slovaque à l’étranger. Comme Josef Macek l’exprimait dans sa synthèse publiée en 1960, ce qui était en jeu était la « juste évaluation de l’influence exercée par les événements révolutionnaires russes sur le développement du mouvement populaire à l’arrière et au front, et sur la formulation de ses revendications socio-politiques10 ». Dans ce contexte, certains aspects très connus ont été délibérément mis de côté, d’autres déformés, la plupart des « pages blanches » de l’entre-deux-guerres le sont restées et de nouveaux documents tout aussi soigneusement sélectionnés ont été publiés. Ces choix ont contribué à faire de l’action extérieure une action périphérique au mouvement dit de « Libération11 ».

  • 12 Sur trois questions différentes, voir Karel Pichlik, Bez legend. Zahraniční odboj 1914-1918 [Sans (...)
  • 13 Voir par exemple Bohumil Lehár, Dějiny Baťova koncernu (1894-1945) [L’histoire de l’entreprise Ba (...)

10La seconde phase correspond au moment dit de « libéralisation » des années 1960. Les obstacles dressés sur le chemin des historiens par une grille de lecture trop rigide y sont partiellement levés et des ouvrages importants sont publiés, en particulier à l’occasion du 50e anniversaire de la création du pays qui coïncide avec le point culminant de cette libéralisation. Cette coïncidence a également rendu possible la discussion sur l’impact de l’action à l’étranger dans l’ensemble du processus, les relations entre Tchèques et Slovaques et l’évolution de leur paysage politique respectif qui permet d’aboutir à l’indépendance tchécoslovaque12. L’analyse de la machine répressive habsbourgeoise reste toutefois un thème important. Elle est sensiblement plus diverse, mais continue d’observer primordialement les poursuites à l’encontre des Tchèques, politiciens comme civils, associations ou fonctionnaires. Dans une perspective antiautrichienne classique, la vie quotidienne devient un thème important principalement sous l’angle de l’exploitation de la force de travail que viennent illustrer les mouvements sociaux13.

  • 14 Otto Urban, Česká společnost 1848-1918 [La société tchèque 1848-1918], Praha, Svoboda, 1982.
  • 15 Voir également Jiří Kořalka, « Die letzten Jahrzehnte der Habsburgermonarchie in der tschechische (...)

11La troisième période commence par la « Normalisation » qui suit de près l’intervention d’août 1968. Elle combine la vision traditionnelle de la Première République, des éléments de l’ancien récit schématique et une approche sélective des acquis des années 1960. Cette forme de synthèse peut s’observer dans la plupart des ouvrages et études consacrés au sujet. Elle est néanmoins complétée par un approfondissement des recherches sur la dimension diplomatique ou sur les dynamiques de long terme à l’œuvre dans la société tchèque14, même si ces dernières se concentrent sur les deux dernières années de guerre. Ces travaux peuvent être considérés comme le point d’équilibre trouvé sur le sujet dans ses dimensions politiques et économiques à la fin de la période socialiste15.

  • 16 Zdeněk Procházka (ed.), Vojenské dějiny Čekoslovenska, vol. 2 : (1526-1918) [Histoire militaire (...)
  • 17 Par exemple Urban, Česká, op. cit.

12Cette vision plus équilibrée de la guerre s’appuie toutefois sur les mêmes piliers qu’avant la Seconde Guerre mondiale : oppression autrichienne croissante, mouvement des Tchèques vers la libération nationale et sociale avec l’aide de l’action des légionnaires, dynamique créée par la « Grande Révolution socialiste d’Octobre16 ». Tous ces éléments restent centraux pour analyser et comprendre la guerre des Tchèques. Cette approche stabilisée élude la plupart des nouveaux champs et outils de recherche qui apparaissent dans les principales historiographies occidentales dans les années 1980. De ce point de vue, le glissement vers le vaste champ de l’histoire culturelle a été momentanément manqué : l’étude de l’arrière en tant que tel est restée limitée dans ses perspectives ; le mouvement ouvrier a continué d’être privilégié, les vagues de grèves et les émeutes des deux dernières années occultant largement l’analyse de la première partie du conflit17.

  • 18 Karel Pichlík, Češti vojáci proti válce 1914-15, Praha, Naše vojsko, 1961.
  • 19 Id., Vzpoury navrátilců z ruského zajetí na jaře 1918 [Les mutineries des prisonniers de retour d (...)

13En ce qui concerne les soldats, la dimension antimilitariste et l’idée de coercition prévalent toujours. Les principaux travaux documentent plutôt les stratégies de contournement en termes « patriotiques », c’est-à-dire « tchécoslovaques ». Toutefois, certaines analyses mettent implicitement en cause ce canon. C’est le cas notamment du livre en apparence très conventionnel de Karel Pichlik, Češti vojáci proti válce [Les soldats tchèques contre la guerre], publié en 1961, qui suggère que l’épuisement était un phénomène très répandu sans différence significative entre nationalités18. Toutefois, les désertions et le manque d’enthousiasme y sont toujours appréhendés majoritairement comme un signe de « bravoure » qui illustrerait le rejet de la « guerre impérialiste » et l’accent est toujours mis sur ses marques sur le front galicien en 1915 et sur les mutineries de 191819 ; les dimensions sociale et nationale sont combinées pour fournir une explication qui se veut exhaustive de ce qui mine le moral de la troupe.

  • 20 Libuše Otáhalová, Příspěvek k národné osvozeneckému boji lidu v Českých zemích. Srpen 1914 –bře (...)
  • 21 Milada Paulová, Tajný výbor (Maffie) a spolupráce s Jihoslovany v letech 1916-1918 [Le comité secre (...)

14De la même manière, l’intérêt renouvelé pour l’arrière et les conditions sociales et économiques se poursuit, en recourant à une abondante documentation qui se concentre sur la répression et sur l’inefficacité du système de ravitaillement mais – sous certains aspects limités – va au-delà du schéma classique ou améliore la connaissance de ses principaux aspects. L’idée maîtresse reste de montrer comment l’État autrichien perd graduellement sa légitimité, comment ses dysfonctionnements causent détresse économique et misère sociale. Cela conduit à un accord quasi unanime sur les principales causes des manifestations de plus en plus politiques qui s’amplifient20. Cette approche en apparence plus équilibrée a toutefois laissé dans l’ombre deux moments de la guerre – son déclenchement et sa première partie. La manière dont la guerre a affecté l’arrière, dont elle a contraint la société tchèque à adopter des modes d’activités largement non anticipés est toutefois plus compréhensible21.

Nouvelles approches et nouvelles dynamiques

15À la fin des années 1980, les principales lignes des questionnements diplomatiques et politiques sont stabilisées. Si l’action extérieure comme intérieure sont encore observées, c’est plutôt pour en souligner des dimensions jusqu’alors périphériques ou pour modifier à la marge des récits solidement établis, les compléter ou les préciser. À partir de ce moment, il est possible d’observer que les historiens tchèques – à l’instar de leurs collègues slovaques – entreprennent un effort considérable de renouvellement des questionnements et des outils d’analyse sur la Première Guerre mondiale. Cette tendance ne s’est qu’en partie confirmée et amplifiée au cours de la dernière décennie.

L’ouverture de nouveaux fronts historiographiques

  • 22 Rudolf Kučera, Život na příděl [La vie sur coupons], Praha, Lidové noviny, 2013, p. 128. Traduct (...)
  • 23 Ivan Šedivý, Češi, české země a velká válka 1914-1918 [Les Tchèques, les pays tchèques et la Gra (...)
  • 24 Anna Peřinová, « Ladislav Lábek – písař v době 1. světové války », PhD diss. Univerzita Pardubi (...)
  • 25 Sborník dokumentů k vnitřnímu vývoji v českých zemích za 1. sv. války – 1914-1918, vol. I.-V [Re (...)

16Rudolf Kučera soulignait récemment que, concernant l’arrière, l’historiographie tchèque avait « dans une certaine mesure, adopté le point de vue des institutions répressives autrichiennes22 ». Ce traitement biaisé a été en partie dépassé depuis la fin des années 1990. Grâce à de nouveaux outils et à de nouvelles approches, le schéma général est devenu plus subtil et contrasté. La première synthèse sur le sujet, celle d’Ivan Šedivý ainsi qu’une riche étude publiée l’année suivante par le même auteur peuvent être considérés comme des jalons dans ce processus23. Plus récemment, des approches croisées qui balancent entre front et arrière sont développées24. L’expérience de guerre des « désarmés » – qu’il s’agisse des femmes, des enfants ou des hommes restés à l’arrière et, plus récemment, des réfugiés – a été enrichie par la publication de nouveaux documents25. Quelques dynamiques étudiées de longue date sont mises de côté, cependant que des phénomènes moins connus – ou tout simplement inconnus – sont examinés avec une plus grande attention.

  • 26 Karel Pichlík, Bohumír Klípa, Jitka Zabloudilová, Českoslovenští legionáři (1914-1920) [Les Légio (...)
  • 27 Šedivý, « Přehled bádání », art. cit., p. 881.
  • 28 Antonín Klimek et al., Vznik Československa 1918 [La création de la Tchécoslovaquie], Praha, Ústav (...)
  • 29 Dagmar Hájková, Ivan Šedivý (dir.), Korespondence T. G. Masaryk – Edvard Beneš, 1914-1918 [Correspo (...)
  • 30 Jan Galandauer, Bitva u Zborova. Česká legenda [La bataille de Zborov. Une légende tchèque], Praha (...)
  • 31 Voir par exemple Jindřich Dejmek, Jan Šeba. Paměti legionáře a diplomata [Jan Šeba. Souvenirs d’ (...)
  • 32 Josef Ženka (ed.), Alois Richard Nykl. Poznámky k revoluční akci v Chicagu (1914-1918) [Alois Rich (...)
  • 33 Dagmar Hájková, “Naše česká věc”. Češi v Americe za první světově války [“Notre affaire tchèqu (...)
  • 34 Dagmar Hájková, Emanuel Voska. Špionážní legenda první světové války, Praha, Academia, 2014.
  • 35 Eduard Kubů, Jiří Šouša, T. G. Masaryk a jeho c.k. protivníci [T. G. Masaryk et ses adversaires k (...)
  • 36 Šedivý, Češi..., op. cit.
  • 37 Michael Borovička et al. (eds.), Velké dějiny zemí koruny české, svazek XII.b : 1890-1918. [La g (...)

17Concernant l’ancien thème principal de l’historiographie – l’action extérieure –, l’évolution est modeste. La publication de quelques nouvelles sources, correspondances, carnets ou mémoires, la republication de travaux « classiques » de l’entre-deux-guerres contribuent à un double phénomène de renforcement et d’extension de la connaissance sur le sujet mais aussi de reproduction des anciens paradigmes, jusqu’à la synthèse de 199626 qui peut être regardée comme, « l’accomplissement d’une étape de la recherche tchèque sur la Première Guerre mondiale27 ». Depuis lors, de nouvelles sources publiées28, des correspondances29 ou études ont permis d’offrir une image plus fine et plus complète du schéma général tout en abordant de nouveaux objets dans une perspective plus réflexive aussi bien pour ce qui concerne les batailles emblématiques des légions30 que les grandes figures « libératrices31 » ou l’atmosphère générale qui prévaut dans certains haut-lieux de l’action extérieure32. Cette distance à l’égard de l’action extérieure ne signifie pas minoration de son importance. Elle est en effet étudiée sous de nouveaux angles dans le travail de Dagmar Hájková consacré aux Tchèques des États-Unis33, dans l’analyse de la trajectoire et de l’action de certains responsables de deuxième rang34 ou de la première période d’activité de Masaryk dans les pays occidentaux35. Mais l’action extérieure est désormais en arrière-plan des synthèses récentes36, ou reléguée dans les derniers chapitres comme le choix en a été fait dans le récent volume de la Grande Histoire des Pays tchèques qui aborde cette période37. Ce qui peut être considéré comme un déclin relatif de l’étude de ce champ est contrebalancé par une nouvelle attention portée aux soldats.

Considérer le soldat tchèque d’abord comme un soldat, puis comme un Tchèque

  • 38 Ľubomír Lipták, Slovensko v 20. storočí [La Slovaquie au XXe siècle], Bratislava, Kalligram, 1998 (...)

18En 1968, l’historien slovaque Ľubomír Lipták faisait observer que l’historiographie officielle et la propagande tchécoslovaques n’avaient accordé d’attention à l’armée austro-hongroise « que dans la mesure où son effondrement à la fin de la guerre avait porté un coup mortel à la monarchie ». Il ajoutait que l’état d’esprit du soldat ordinaire et sa vie quotidienne durant les premières années du conflit restaient largement inconnus38. Cette affirmation, qui touche aussi bien le champ slovaque que tchèque, est restée en grande partie valide jusqu’à la fin des années 1990. Depuis lors, la situation a sensiblement évolué.

  • 39 István Deák, Beyond Nationalism. A Social and Political History of the Habsburg Officer Corps 1848- (...)
  • 40 Richard Lein, Pflichterfüllung oder Hochverrat ? Die tschechischen Soldaten Österreich-Ungarns im e (...)
  • 41 John R. Schindler, « A Hopeless Struggle : The Austro-Hungarian Army and Total War. 1914-1918 », Ph (...)
  • 42 Mark Cornwall, The Undermining of Austria-Hungary, London, Macmillan, 2000.
  • 43 Josef Fučík, Osmadvacátnici [Les hommes du 28e], Praha, Mladá fronta, 1996.
  • 44 Id., Piava 1918 [Piave 1918], Praha, Havran, 2001.
  • 45 Jiří Hutečka, Muži proti ohni [Les hommes contre le feu], Praha, Lidove noviny, 2016, p. 9. En an (...)

19Ce changement est évident pour ce qui concerne la question importante de l’attitude du soldat tchèque. On pourrait presque considérer que c’est désormais un lieu commun d’affirmer que le soldat tchèque n’eut pas un comportement moins loyal que ses camarades d’autres nationalités. Cette réévaluation s’inscrit dans un processus somme toute assez court, initié par des historiens étrangers, de Deák39 à Lein40 en passant par Schindler41 et Cornwall42 pour ne citer que les plus importants d’entre eux. Ce n’est que dans un second temps qu’un historien militaire tchèque, à l’approche au demeurant très classique, Josef Fučík, a introduit ce paradigme dans l’historiographie tchèque43. Cette interprétation est désormais dominante, et l’on pourrait même affirmer que le balancier est revenu tellement loin que certains travaux renversent excessivement cette image et surinterprètent les actes de bravoure ou d’héroïsme de certaines unités tchèques44. Cette inversion n’a pas été sans susciter certaines réticences de la part des tenants de la thèse de la déloyauté, ce qui a autorisé Jiří Hutečka à considérer à juste titre que le combat sans fin autour du soldat tchèque se poursuit et qu’il est, dans son essence, tragiquement similaire à ce qu’il était 80 ans plus tôt45.

  • 46 David Pazdera, « Češi v první světová válce (Pokus o vymezení válečného prožitku českých vojáku (...)
  • 47 Jiří Petráš (dir.), Armáda, společnost a první světová válka, České Budějovice, Jihočeské muz (...)
  • 48 Voir également la publication récente des carnets et de la correspondance du chirurgien František B (...)
  • 49 Lukáš Dulíček, Východočeši pod císařským praporem, Praha, ČsOL, 2015.
  • 50 Pour quelques exceptions, voir en particulier Alois Dolejš, Válečné zápisky z první světové války (...)
  • 51 Karel Černý, Radim Chrást, Eduard Stehlík (eds.), Legionáři s lipovou ratolestí I. : Tváře česk (...)
  • 52 Voir en particulier la republication du journal du légionnaire Čeňek Klos, Boj s rakouskou hydrou (...)

20Entre-temps, une analyse du comportement du soldat tchèque au début de la guerre a clairement montré que la coercition n’était pas le principal motif de l’obéissance46. Quelques années plus tard, la première étude globale de la vie quotidienne du soldat tchèque est publiée47. Tous ces travaux sont des bornes dans l’introduction de considérations quotidiennes plus triviales sur la vie des soldats 48. La question nationale est moins visible, les soucis quotidiens, les difficultés matérielles, l’ennui, la camaraderie et la solidarité, la lassitude et le sentiment croissant de perte de sens sont soulignés. Dans le même courant, des études académiques portant sur des régiments sont publiées49, ainsi que de nouvelles interrogations sur la situation dégradée de l’arrière et l’influence qu’elle a sur le moral des troupes qui est désormais éclairé d’une nouvelle lumière. En dépit de cet élargissement des thèmes et des approches, le très riche matériel publié (notes, carnets, mémoires) est encore plus souvent relié au phénomène légionnaire et la partie consacrée aux combats sous uniforme austro-hongrois y reste encore faible sinon marginale50. La publication ou republication récente d’une série de portraits51 ou de souvenirs de légionnaires de Russie montre la persistance de ce tropisme52.

21Récemment toutefois, considérant que la question de la loyauté avait déjà été résolue et que de nouvelles approches étaient nécessaires, Jiří Hutečka a offert une nouvelle perspective sur le soldat tchèque. Il s’interroge simplement sur ce qu’être « un homme à la guerre » signifie sous différents aspects et à des moments différents de sa vie de combattant – mobilisation, tranchée, combat, camaraderie, relation à l’arrière –, et comment la guerre affecte son comportement, ses sentiments, son moral et la perception de sa propre masculinité. Considérant « le soldat tchèque » d’abord et avant tout comme un soldat, puis comme un Tchèque, le livre de Hutečka peut être considéré comme un tournant dans l’historiographie tchèque.

L’arrière passe au premier plan

  • 53 Antoine Prost, Jay Winter, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2004, (...)
  • 54 Sborník dokumentů ; Karl Schelle (ed.), První světová válka a česká společnost [La Première Gue (...)

22Comparée aux historiographies d’Europe occidentale les plus actives, l’historiographie tchèque a manqué le tournant historiographique des années 1980 qui avait ouvert la voie à une étude approfondie de l’histoire culturelle53. Il a fallu environ une décennie pour remédier à ce décalage et pour que l’arrière devienne un objet d’études moins quantitatives ou centrées sur la dimension proprement répressive de l’appareil autrichien. L’évolution est évidente si l’on compare un volume en apparence consacré à la société tchèque – les Documents sur l’évolution domestique des Pays tchèques54 – aux monographies les plus récentes. Le premier fait toujours prévaloir les aspects politiques de cette évolution et le choix des documents favorise implicitement les interrogations « nationales ». Aucun thème nouveau n’y apparaît réellement dans le domaine des évolutions sociales et économiques : elles restent centrées sur l’alimentation, l’attitude de l’administration civile et militaire à l’égard des Tchèques, et en particulier des enseignants ou des fonctionnaires. Même si un léger mouvement vers des éléments plus qualitatifs peut être observé, les cinq volumes documentent majoritairement les forces centrifuges plutôt que centripètes qui traversent la société tchèque. De ce point de vue, ils confirment l’approche téléologique d’un Empire austro-hongrois condamné à disparaître.

  • 55 Jiří Petráš (dir.), Česká společnost a první světová válka [La société tchèque et la Première G (...)
  • 56 Hans Mommsen, Dušan Kováč, Jiří Malíř (eds.), První světová válka a vztahy mezi Čechy, Slováky (...)
  • 57 Šedivý, « Přehled bádání » ; Češi..., p. 5-6.

23Les signes majeurs d’un mouvement dans les approches apparaissent pourtant clairement dans trois ouvrages publiés en 1999 et en 2000. Le premier fait partie de la série des actes de conférences publiés par Jiří Petráš55 et inclut des contributions de jeunes chercheurs qui ouvrent la voie au renouvellement de l’objet. De même, un projet tripartite qui propose une vue d’ensemble équilibrée insistant sur l’histoire sociale56. À partir de ce moment, les évolutions ont été significatives. Ivan Šedivý a joué un rôle important dans ce processus lorsqu’il a résumé la trajectoire historiographique tchèque, proposé de nouvelles interrogations et publié la première réelle synthèse qui montre dans le même temps la profondeur de la connaissance factuelle et quantitative sur la Grande Guerre et, par contraste, les champs de recherche restés encore largement en jachère57.

  • 58 Jaroslav Láník, Tomáš Kykal (eds.), Léta do pole okovaná 1914. Proměny společnosti a státu ve vál (...)
  • 59 Kučera, Život..., op. cit., p. 93-123.
  • 60 Milena Lenderová, Martina Halířová, Tomáš Jiránek, Vše pro dítě!, Praha, Paseka, 2015. Sur le suj (...)
  • 61 Petráň, Dvacáté..., op. cit.
  • 62 Lucie Jeřábková, « Vliv první světové války na vlastenecké spolky v Jihlavě s ohledem na českon (...)
  • 63 Klára Habartová, « Židovští uprchlíci z Haliče a Bukoviny v Čechách během první světové války » (...)
  • 64 Dagmar Hájková, Helena Kokešová (eds), Dívčí deníky Zdenky Kaizlové z let 1909-1919 [Les journaux (...)

24Ces nouvelles approches ont permis des travaux importants sur l’arrière. Outre le cycle de colloques qui scandent les commémorations du centenaire et dont seul le volume concernant 1914 a pour l’heure fait l’objet d’une publication58, au moins deux ouvrages publiés au milieu des années 2010 et qui se saisissent de ces nouveaux objets avec des outils désormais maîtrisés méritent ici d’être mentionnés : le premier, Život na příděl [La vie sur coupons] de Rudolf Kučera s’intéresse à certains aspects de la vie quotidienne à l’arrière, balançant entre transformations de la force de travail, des relations familiales et des rapports entre sphères privée et publique59. En choisissant de s’appuyer à la fois sur du matériau connu qu’il réinterprète et sur de nouvelles archives syndicales ou municipales, il contribue à dépasser le canon tchécoslovaque et les principales approches quantitatives qui dominaient jusqu’alors. Le même souci de renouvellement a été appliqué à un autre sujet – les enfants –, dans un ouvrage de Milena Lenderová, Tomáš Jiránek et Martina Haliřová, Vše pro dítě! [Tout pour l’enfant !], publié en 201560. Les auteurs offrent un panorama original des formes et des outils de mobilisation de la société tchèque, une étude suggestive de la vie quotidienne et de la détérioration ininterrompue des conditions de vie qui n’avait pas encore été observé à cette échelle jusqu’à présent. Dans la même approche d’histoire culturelle, plusieurs travaux spécifiques méritent d’être mentionnés : pour en rester à quelques exemples plus significatifs, il peut s’agir de chroniques municipales61, d’études des activités des organisations caritatives en milieu urbain62, de la situation des réfugiés, notamment galiciens63 ou de journaux de jeunes femmes de l’élite tchèque64.

25Certaines questions encore non ouvertes pourraient être appréhendées sur la base de l’évolution décrite plus haut : elles concernent aussi bien les soldats et les prisonniers de guerre que l’arrière ou des perspectives plus générales de recherche.

  • 65 Sur ce point, voir Alon Rachamimov, POWs and the Great War, Oxford – New York, Berg, 2002.
  • 66 John Leed, No Man’s Land. Combat and Identity in World War I, Cambridge, Cambridge University Press (...)

26En ce qui concerne les soldats, les nombreux journaux récemment publiés signalent l’extrême diversité de ces expériences, dépendantes du front et du moment où les soldats accomplissent leur devoir. Par bien des aspects, ils peuvent être considérés comme des remises en cause du cœur du récit républicain tchécoslovaque. C’est particulièrement le cas si l’on considère l’importance du facteur « national » comme incitation à la désertion65. Il apparaît que cette dimension est, de très loin, un facteur de second rang, après des considérations plus triviales et existentielles, et que le soldat tchèque sur la ligne de front est avant tout un soldat, confronté à des problèmes observés pour d’autres combattants66. Considéré sous cet angle – et en poursuivant l’analyse de Hutečka sur ce point – une étude plus approfondie des causes, des manifestations et des conséquences de l’érosion croissante du moral du soldat serait fructueuse.

  • 67 Michal Heinrich, « Vznik a účast československé legie v bojích v Itálii a na Slovensku » [La créa (...)
  • 68 Dalibor Vácha, Bratrstvo [Fraternité], Praha, Epocha, 2015.
  • 69 Pour les fronts qui concernent l’Autriche-Hongrie, voir en particulier Giovanna Procacci, Soldati e (...)

27D’un autre côté, la captivité demeure étudiée comme la période précédant le volontariat dans les légions, c’est-à-dire sous l’angle des aspects spécifiques du processus de recrutement. L’observation de la période transitoire entre captivité et combats comme légionnaire ne change pas une approche qui reste fondamentalement politique67. Si l’on considère ce phénomène par ses conséquences internes et diplomatiques, cette dimension politique reste importante, mais elle est notoirement insuffisante. En dehors d’une analyse récente de Dalibor Vácha68, la captivité comme expérience reste moins connue dans son cadre quotidien et ses effets qu’elle ne l’est pour d’autres catégories nationales de prisonniers69. Les dimensions spécifiques et la diversité de la captivité des Tchèques mériteraient d’être plus étudiées : la connaissance du « projet tchécoslovaque » et l’attitude à son égard ou les obstacles – aussi bien subjectifs qu’objectifs – au volontariat restent un thème invisible.

  • 70 Maureen Healy, Vienna and the Fall of the Habsburg Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2 (...)

28L’arrière, enfin, est un champ de recherche largement ouvert. Il serait intéressant de l’approcher comme un processus de confrontation entre le discours public officiel sur le sacrifice et la solidarité entre citoyens k.u.k. d’un côté, et la dégradation quotidienne et l’inefficacité du système d’autre part. Ce décalage contribue en effet au détachement de la population vis-à-vis du sort de la monarchie. Aborder la question sous cet angle permettrait d’interroger les conclusions de Maureen Healy dans le cas de Vienne, lorsqu’elle affirme que « la ville est tombée avant que l’État ne s’effondre au sens militaire et diplomatique » et que cet « effondrement n’est pas un événement, mais un processus70 ».

  • 71 Marcela Zemanová, Václav Zeman (eds.), První světová válka a role Němců v českých zemích [La Pr (...)
  • 72 Jana Jilemnická, « Každodenní život německého obyvatelstva v Liberci za 1. světové války » [La Vi (...)

29On pourrait également suggérer qu’un pas supplémentaire serait franchi dans l’étude des Pays tchèques au cours de la guerre si la population germanophone devenait un sujet d’étude à part entière, au-delà de ce qu’il a été jusqu’à présent71. L’observation de la réaction aux exigences de sacrifice et de frugalité, l’attitude à l’égard de la propagande, de l’appareil civil et militaire, le souci des enfants, des réfugiés, la réaction aux problèmes croissants de la vie quotidienne et à ses effets sociaux, les types de solidarités qui émergent pour contrebalancer l’inefficacité du « centre » sont encore peu étudiés de manière transversale dans une approche qui ferait abstraction de la dimension « nationale ». Certaines études spécifiques suggèrent pourtant que les deux communautés « nationales » n’ont pas une attitude radicalement divergente dans l’appréhension du quotidien de guerre et des difficultés qu’il provoque72. Des études à dimension plus territoriale ouvriraient sans doute des perspectives de recherches.

Haut de page

Notes

1 Parmi les principaux, voir Tomáš Garrigue Masaryk, Světová revoluce, Praha, 1925 ; Edvard Beneš, Světová válka a naše revoluce. Vzpomínky a úvahy z bojů za svobodu národa, I-III, Praha, Čin, 1927-1928.

2 František Soukup, 28. říjen 1918 (I-II), Praha, Orbis, 1928. Jan Hajšman, Česká mafie. Vzpomínky na odboj doma, Praha, Orbis, 1932. Voir également, parmi les principales publications de Památník odboje à Prague, Antonín Hajn, Česká politika za války (1924), Jan Herben, Ohlas zahraniční revoluce doma (1928), Jarsolav Kvapil, Projev českých spisovatelů r. 1917 (1924)?

3 Par exemple Vojta Beneš, Revoluční hnutí v severní americe, Praha, Památník odboje, 1923 ; Emanuel Voska, Československá Amerika v revoluci, Praha, Památník odboje, 1924 ; Alois Eliáš, Vývoj a boje čsl. legií ve Francii, Praha, Památník odboje, 1924 ; Maurice Janin, Moje účast na československém boji za svobodu, Praha, Otto, 1930 ; Josef Logaj, Československé legie v Itálii (1915-1918), Praha, Památník odboje, 1920.

4 En Russie, Rudolf Medek, V. Holeček, Otakar Vaněk (eds.), Za svobodu, I-IV, Praha, Památník odboje, 1924-1926 ; en Italie, František Bednařík (ed.), V Boj! Kronika čs. legie v Italii – 1915-1918, Praha, Za svobodu, 1927 ; en France, Ladislav Preininger (ed.), Československá Legie ve Francii. První sborník francouzských legionářů k desátému výročí samostatnosti českoslov. Republiky, Praha, Kruh francouzských legionářů, 1928 ; Jaroslav Boháč, Kronika československé legie ve Francii. Kniha prvá: Rota Nazdar 1914-1916, Praha, Naše záloha, 1938.

5 Jaroslav Papoušek, Masaryk a revoluční armáda. Masarykovi projevy k legiím a o legiích v zahraniční revoluce [Masaryk et l’armée révolutionnaire. Discours de Masaryk aux Légions et sur les Légions], Praha, Čin, 1922 ; Lev Borský, Z civilního generálního štábu [De l’état-major général civil], Praha, Památník odboje, 1924.

6 En Russie, Medek, Holeček, Vaněk (eds.), Za svobodu ; en Italie, Bednařík (ed.), V Boj!... ; en France, Preininger (ed.), Československá Legie ve Francii... ; Boháč, Kronika československé legie ve Francii...

7 Alois Žipek (ed.), Domov za války, vol. I-IV [La Patrie pendant la guerre, vol. I-IV], Praha, Pokrok, 1929-1930.

8 Josef Hanzal, Cesty české historiografie 1945-1989 [Les chemins de l’historiographie tchèque 19451989], Praha, Karolinum, 1999, p. 89.

9 Zdeněk Šolle, Dělnické hnutie v českých zemích za imperialistické světové války [Le mouvement ouvrier en Pays tchèques pendant la guerre mondiale impérialiste], Praha, Rovnost, 1952 ; Ohlas Velké říjnové socialistické revoluce v Československu. Sborník dokumentů z let 1917-1921 [L’écho de la Grande révolution d’octobre en Tchécoslovaquie. Recueil de documents des années 1917-1921], Praha, SNPL, 1957.

10 Josef Macek (ed.), 25 ans d’historiographie tchécoslovaque. 1936-1960, Praha, Československá akademie věd, 1960, p. 291. Voir également Karel Pomajzl, Vznik ČSR: Problém marxistické vědecké interpretace [La création de la République tchécoslovaque : le problème de l’interprétation scientifique marxiste], Praha, ČsAV, 1965.

11 Ľudovít Holotík, Štefánikovská legenda a vznik ČSR [La légende de Štefánik et la création de la Tchécoslovaquie], Bratislava, SAV, 1958.

12 Sur trois questions différentes, voir Karel Pichlik, Bez legend. Zahraniční odboj 1914-1918 [Sans légendes. La résistance à l’étranger 1914-1918], Praha, Svoboda, 1968 ; Samuel Falťan, Slovensko a československá otázka [La Slovaquie et la question tchécoslovaque], Bratislava, Vydavateľstvo politickej literatúry, 1968 et Zdeněk Kárník, Socialisté na rozcestí. Habsburk, Masaryk či Šmerál ? [Les socialistes à la croisée des chemins. Les Habsbourg, Masaryk ou Šmerál], Praha, Svoboda, 1968.

13 Voir par exemple Bohumil Lehár, Dějiny Baťova koncernu (1894-1945) [L’histoire de l’entreprise Baťa (1894-1945)], Praha, Státní nakladatelství politické literatury, 1960 ; Václav Jíša, Škodovy závody 18591919 [Les Usines Škoda 1859-1919], Praha, Práce, 1965. Dans le cas slovaque, voir Ľudovít Holotík, Októbrová revolúcia a národnooslobodzovacie hnutie na Slovensku v rokoch 1917-1918 [La révolution d’Octobre et le mouvement de libération nationale en Slovaquie dans les années 1917-1918], Bratislava, SAV, 1958.

14 Otto Urban, Česká společnost 1848-1918 [La société tchèque 1848-1918], Praha, Svoboda, 1982.

15 Voir également Jiří Kořalka, « Die letzten Jahrzehnte der Habsburgermonarchie in der tschechischen Geschichtsschreibung 1918-1982 », Austriaca, 10, 1984, p. 81-102.

16 Zdeněk Procházka (ed.), Vojenské dějiny Čekoslovenska, vol. 2 : (1526-1918) [Histoire militaire de la Tchécoslovaquie, vol. 2 (1526-1918)], Praha, Naše vojsko, 1986.

17 Par exemple Urban, Česká, op. cit.

18 Karel Pichlík, Češti vojáci proti válce 1914-15, Praha, Naše vojsko, 1961.

19 Id., Vzpoury navrátilců z ruského zajetí na jaře 1918 [Les mutineries des prisonniers de retour de captivité en Russie au printemps 1918], Praha, Nakladatelství ČsAV, 1964.

20 Libuše Otáhalová, Příspěvek k národné osvozeneckému boji lidu v Českých zemích. Srpen 1914 –březen 1917 [Contribution au combat de libération nationale du peuple en Pays tchèques. Août 1914 – mars 1917], Praha, Rozpravy ČsAV, 74, 3, 1964.

21 Milada Paulová, Tajný výbor (Maffie) a spolupráce s Jihoslovany v letech 1916-1918 [Le comité secret (Maffia) et la collaboration avec les Yougoslaves dans les années 1916-1918], Praha, Academia, 1968.

22 Rudolf Kučera, Život na příděl [La vie sur coupons], Praha, Lidové noviny, 2013, p. 128. Traduction anglaise : Rationed Life : Science, Everyday Life and Working-Class Politics in the Bohemian Lands, 19141918, Berghahn, 2016.

23 Ivan Šedivý, Češi, české země a velká válka 1914-1918 [Les Tchèques, les pays tchèques et la Grande Guerre 1914-1918], Praha, Lidové noviny, 2001 ; « Přehled bádání. Česká historiografie vojenství 19892002 » [Récapitulatif de recherche : l’historiographie militaire tchèque 1989-2002], Český časopis historický, 100, 2002, p. 868-901.

24 Anna Peřinová, « Ladislav Lábek – písař v době 1. světové války », PhD diss. Univerzita Pardubice, 2012.

25 Sborník dokumentů k vnitřnímu vývoji v českých zemích za 1. sv. války – 1914-1918, vol. I.-V [Recueil de documents sur l’évolution intérieure en Pays tchèques pendant la Première Guerre mondiale – 1914-1918, vol. I-V], Praha, Státní Ústřední archiv v Praze, 1993-1997.

26 Karel Pichlík, Bohumír Klípa, Jitka Zabloudilová, Českoslovenští legionáři (1914-1920) [Les Légionnaires tchécoslovaques (1914-1920)], Praha, Mladá fronta, 1996.

27 Šedivý, « Přehled bádání », art. cit., p. 881.

28 Antonín Klimek et al., Vznik Československa 1918 [La création de la Tchécoslovaquie], Praha, Ústav mezinárodních vztahů, 1994.

29 Dagmar Hájková, Ivan Šedivý (dir.), Korespondence T. G. Masaryk – Edvard Beneš, 1914-1918 [Correspondance T. G. Masaryk – Edvard Beneš, 1914-1918], Praha, Ústav TGM, 2004.

30 Jan Galandauer, Bitva u Zborova. Česká legenda [La bataille de Zborov. Une légende tchèque], Praha, Havran, 2002 ; Josef Fučík, Doss Alto – Mýtus a skutečnost [Doss Alto – Mythe et réalité], Praha, Epocha, 2014.

31 Voir par exemple Jindřich Dejmek, Jan Šeba. Paměti legionáře a diplomata [Jan Šeba. Souvenirs d’un légionnaire et d’un diplomate], Praha, Historický ústav AV ČR, 2016. Voir également, dans le cas slovaque, Peter Macho, Milan Rastislav Štefánik v hlavách a srdciach [Milan Rastislav Štefánik dans les têtes et dans les cœurs], Bratislava, HÚ SAV, 2011.

32 Josef Ženka (ed.), Alois Richard Nykl. Poznámky k revoluční akci v Chicagu (1914-1918) [Alois Richard Nykl. Notes sur l’action révolutionnaire à Chicago (1914-1918)], Praha, Karolinum, Národní muzeum, 2017.

33 Dagmar Hájková, “Naše česká věc”. Češi v Americe za první světově války [“Notre affaire tchèque”. Les Tchèques en Amérique pendant la Première Guerre mondiale], Praha, Lidové noviny, 2011.

34 Dagmar Hájková, Emanuel Voska. Špionážní legenda první světové války, Praha, Academia, 2014.

35 Eduard Kubů, Jiří Šouša, T. G. Masaryk a jeho c.k. protivníci [T. G. Masaryk et ses adversaires k.u.k.], Praha, Karolinum, 2015. Voir également Martin Kučera, Zprávy tajným inkoustem, Praha, MÚ AV ČR, 2003.

36 Šedivý, Češi..., op. cit.

37 Michael Borovička et al. (eds.), Velké dějiny zemí koruny české, svazek XII.b : 1890-1918. [La grande histoire des pays de la couronne tchèque, vol. XII.b : 1890-1918)], Praha, Paseka, 2013.

38 Ľubomír Lipták, Slovensko v 20. storočí [La Slovaquie au XXe siècle], Bratislava, Kalligram, 1998 (1968), p. 51. Voir aussi Kováč, Prvá svetová, op. cit., p. 277.

39 István Deák, Beyond Nationalism. A Social and Political History of the Habsburg Officer Corps 1848-1918, New York, Oxford University Press, 1990.

40 Richard Lein, Pflichterfüllung oder Hochverrat ? Die tschechischen Soldaten Österreich-Ungarns im ersten Weltkrieg, Vienne – Berlin – Münster, LIT Verlag, 2011.

41 John R. Schindler, « A Hopeless Struggle : The Austro-Hungarian Army and Total War. 1914-1918 », PhD diss., Hamilton University, ON, 1995.

42 Mark Cornwall, The Undermining of Austria-Hungary, London, Macmillan, 2000.

43 Josef Fučík, Osmadvacátnici [Les hommes du 28e], Praha, Mladá fronta, 1996.

44 Id., Piava 1918 [Piave 1918], Praha, Havran, 2001.

45 Jiří Hutečka, Muži proti ohni [Les hommes contre le feu], Praha, Lidove noviny, 2016, p. 9. En anglais, voir Hutečka, « “Looking like the other guys” : the 1914 Mobilization as a Masculine Experience in Czech Soldiers’ Writings », Revue des études slaves, t. LXXXVIII, fasc. 4, 1914, L’Autriche-Hongrie entre en guerre. Récits de soldat et de civils, 2017, p. 667-682.

46 David Pazdera, « Češi v první světová válce (Pokus o vymezení válečného prožitku českých vojáků rakousko-uherské armády od mobilizace a nástupu k jednotce po přichod na frontu » [Les Tchèques dans la Première Guerre mondiale (Essai de délimitation de l’expérience de guerre des soldats tchèques de l’armée austro-hongroise depuis la mobilisation et l’intégration dans les unités jusqu’à l’arrivée au front)], PhD. Diss. České Budějovice, 1997.

47 Jiří Petráš (dir.), Armáda, společnost a první světová válka, České Budějovice, Jihočeské muzeum, 2003.

48 Voir également la publication récente des carnets et de la correspondance du chirurgien František Burian, Václav Smrčka, Vlasta Mádlová (dir.), Válečný chirurg František Burian a zrození české plastické chirurgie [Le chirurgien de guerre František Burian et la naissance de la chirurgie plastique tchèque], Praha, Karolinum, 2015).

49 Lukáš Dulíček, Východočeši pod císařským praporem, Praha, ČsOL, 2015.

50 Pour quelques exceptions, voir en particulier Alois Dolejš, Válečné zápisky z první světové války [Notes de guerre de la Première Guerre mondiale], Nové Strašecí, Gelton, 2014 ; František Šmída, Vzpomínky z vojny 1914-1919 [Souvenirs de guerre 1914-1919], Olomouc, Poznání, 2014. Dans une mesure moindre, voir František Černý, Moje záznamy ze světové války 1914-1918 [Mes notes de la Guerre mondiale 19141919], Praha, Zdeněk Bauer, 2014.

51 Karel Černý, Radim Chrást, Eduard Stehlík (eds.), Legionáři s lipovou ratolestí I. : Tváře československé armády – 16 generálů-legionářů [Les légionnaires à la branche de tilleul, 1er vol. : les visages de l’armée tchécoslovaque – 16 généraux-légionnaires :], Praha, Tváře, 2016.

52 Voir en particulier la republication du journal du légionnaire Čeňek Klos, Boj s rakouskou hydrou [Le combat contre l’hydre autrichienne], Praha, Epocha, 2016 ; Ladislav Preininger, Přísaha : deník legionáře Ladislava Preiningera, Praha, Epocha, 2016 ; Jdi! Vzpomínky legionáře Otokara Husáka, Praha, Epocha, 2017 ; V kole vojny. Vzpomínky legionáře Josefa Laciny, Praha, Epocha, 2017.

53 Antoine Prost, Jay Winter, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2004, p. 205-33.

54 Sborník dokumentů ; Karl Schelle (ed.), První světová válka a česká společnost [La Première Guerre mondiale et la société tchèque], Brno, Masarykova univerzita v Brně, 1994.

55 Jiří Petráš (dir.), Česká společnost a první světová válka [La société tchèque et la Première Guerre mondiale], České Budějovice, Jihočeské muzeum, 1999.

56 Hans Mommsen, Dušan Kováč, Jiří Malíř (eds.), První světová válka a vztahy mezi Čechy, Slováky a Němci [La Première Guerre mondiale et les relations entre les Tchèques, les Slovaques et les Allemands], Brno, Matice moravská, 2000.

57 Šedivý, « Přehled bádání » ; Češi..., p. 5-6.

58 Jaroslav Láník, Tomáš Kykal (eds.), Léta do pole okovaná 1914. Proměny společnosti a státu ve válce, Praha, MO ČR – VHÚ, 2015 ; Id., Léta do pole okovaná 1914, vol. II : Novi Nepřátelé, nové výzvy, Praha, MO ČR – VHÚ, 2017.

59 Kučera, Život..., op. cit., p. 93-123.

60 Milena Lenderová, Martina Halířová, Tomáš Jiránek, Vše pro dítě!, Praha, Paseka, 2015. Sur le sujet, voir également Markéta Pánková, Helena Plitzová (eds.), Odraz 1. Světové války ve škole a ve společnosti, Praha, Národní pedagogické muzeum a knihovna J. A. Komenského, Národní institut pro další vzdělávání, 2015.

61 Petráň, Dvacáté..., op. cit.

62 Lucie Jeřábková, « Vliv první světové války na vlastenecké spolky v Jihlavě s ohledem na českoněmecké vztahy » [L’influence de la Première Guerre mondiale sur les associations de Jihlava], PhD diss. Masaryková Univerzita Brno, 2012.

63 Klára Habartová, « Židovští uprchlíci z Haliče a Bukoviny v Čechách během první světové války » [Les réfugiés juifs de Galicie et de Bucovine en Bohême pendant la Première Guerre mondiale], PhD diss. Univerzita Pardubice, 2012.

64 Dagmar Hájková, Helena Kokešová (eds), Dívčí deníky Zdenky Kaizlové z let 1909-1919 [Les journaux de jeune fille de Zdenka Kaizlová des années 1909-1919], Praha, MÚ AV ČR, 2016.

65 Sur ce point, voir Alon Rachamimov, POWs and the Great War, Oxford – New York, Berg, 2002.

66 John Leed, No Man’s Land. Combat and Identity in World War I, Cambridge, Cambridge University Press, 1979 ; Toni Ashworth, The Trench Warfare 1914-1918. The Live and Let Live System, New York, Palgrave Macmillan, 1980.

67 Michal Heinrich, « Vznik a účast československé legie v bojích v Itálii a na Slovensku » [La création de la légion tchécoslovaque et sa participation aux combats en Italie et en Slovaquie], PhD diss. Masaryková Univerzita Brno, 2015.

68 Dalibor Vácha, Bratrstvo [Fraternité], Praha, Epocha, 2015.

69 Pour les fronts qui concernent l’Autriche-Hongrie, voir en particulier Giovanna Procacci, Soldati e prigionieri italiani nella Grande guerra, Torino, Bollati Boringhieri, 2000 ; Alon Rachamimov, POWs and the Great War, Oxford – New York, Berg, 2002 ; Reinhard Nachtigal, Russland und seine österreichischungarischen Kriegsgefangenen 1914 bis 1918, Remshalden, Greiner, 2003.

70 Maureen Healy, Vienna and the Fall of the Habsburg Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 3.

71 Marcela Zemanová, Václav Zeman (eds.), První světová válka a role Němců v českých zemích [La Première Guerre mondiale et le rôle des Allemands en Pays tchèques], Ústi nad Labem, 2015.

72 Jana Jilemnická, « Každodenní život německého obyvatelstva v Liberci za 1. světové války » [La Vie quotidienne de la population allemande à Liberec pendant la Première Guerre mondiale], PhD. Diss, Masarykova univerzita v Brně, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Boisserie, « Une historiographie en mouvement : un siècle d’études de la Grande Guerre en Pays tchèques  »Revue des études slaves, LXXXIX 1-2 | 2018, 87-100.

Référence électronique

Étienne Boisserie, « Une historiographie en mouvement : un siècle d’études de la Grande Guerre en Pays tchèques  »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX 1-2 | 2018, mis en ligne le 09 juillet 2019, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1509 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1509

Haut de page

Auteur

Étienne Boisserie

INALCO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search