Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIX 1-2Les noms collectifs en -a et en -...

Les noms collectifs en -a et en -ad et les diminutifs en -ić.
En bosniaque, croate, monténégrin, serbe (bcms) : pluriels supplétifs ou diminutifs au pluriel ?

Collective Names in -a and -ad and Diminutives in -ić in BCMS (Bosnian-Croatian-Montenegrin-Serbian) Language : Suppletive Plurals or Plural Diminutives ?
Aleksandar Stefanovic
p. 217-229

Résumés

L’article traite du comportement des noms diminutifs en -ić et des noms collectifs en -ad et en -a qui peuvent servir de pluriel supplétif à certains substantifs en -e, -eta du type golupče ou d(j)ete. Une attention particulière est portée au cas où ces noms ne semblent pas servir de pluriel supplétif, mais de véritables diminutifs au pluriel ; la frontière entre véritable diminutif et pluriel supplétif étant difficile à établir. Le comportement desdits substantifs est, entre autres, étroitement lié à l’épineux problème de la quantification en bosniaque, croate, monténégrin, serbe (BCMS).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rappelons qu’un nom collectif désigne un ensemble d’êtres ou de choses, par opposition au nom in- d (...)

1Un des problèmes récurrents que rencontrent aussi bien les apprenants de BCMS que les locuteurs natifs se situe dans l’emploi et le comportement des noms diminutifs en -ić (dont la valeur diminutive tend toutefois à s’estomper de plus en plus dans la langue moderne) et des noms collectifs1 en -a et en -ad qui peuvent servir de pluriel supplétif à certains substantifs en -e, -eta [substantifs n’existant qu’au singulier et présentant un infixe (ou crément) -et aux cas obliques] du type d(j)ete, đak (« élève ») ou golupče (« pigeonneau »). Dans certains cas, en effet, ces noms diminutifs ou collectifs ne servent pas à l’évidence de pluriel supplétif, mais de véritables diminutifs (parfois à valeur hypocoristique) au pluriel. Cependant, la frontière entre véritable diminutif et pluriel supplétif est souvent difficile à établir car, d’une part, son interprétation varie d’un locuteur à un autre et, d’autre part, la norme reste quasiment muette à ce sujet. Une difficulté complémentaire réside dans le fait que certains substantifs en -e, -eta possèdent, du moins dans l’usage, seulement un pluriel supplétif et d’autres deux. Enfin, le comportement de ces substantifs au pluriel est étroitement lié à l’épineux problème de la quantification en BCMS, que nous aborderons également.

1. Noms comptables collectifs en –a

  • 2 Toutefois, dans de rares cas, et ce plutôt dans une langue dialectale ou archaïque, il peut égaleme (...)
  • 3 Cela dit, il est important de préciser dès à présent qu’en BCMS les substantifs du type d(j)ete, ja (...)

2Dans la très grande majorité des occurrences il s’agit de l’expression du pluriel du substantif d(j)ete (« enfant »), neutre à suffixe -et dans sa déclinaison2. Le pluriel supplétif de ce dernier est le substantif à valeur collective (grammaticalement au féminin singulier), d(j)eca (« enfants »). Son emploi ne présente pas de difficultés particulières3. Dans ce cas aucune notion diminutive ne semble apparaître et le substantif d(j)eca agit en l’espèce en véritable pluriel supplétif.

3Citons quelques exemples de cet emploi :

1. Sići sa decom u podrum i osvetliti ga [...] (M. Popović, 48)
« Descendre avec les enfants dans la cave et l’éclairer [...] »
2. [...] žene su kao
djeca [...] (M. Selimović, 78)
« [...] les femmes sont semblables aux enfants [...] »
3. Imaćemo
petero djece... (J. Dujmović, 153)
« On aura cinq enfants... »

4. [...] Pauna je izrađala sedmoro djece [...] (R. Bratić, 17)
« [...] Pauna a mis au monde sept enfants [...] »

  • 4 Les exemples infirmant cette constatation sont en effet rarissimes. Cependant, lorsque l’on insiste (...)
  • 5 Et c’est surtout dans ce but que le cardinal est préféré au collectif dans la quantification. Noton (...)

4Pour désigner un groupe d’enfants déterminé par un numéral (cf. note 2), la tendance semble lourde à utiliser le substantif d(j)eca et non pas le paucal / génitif singulier d(j)eteta lorsqu’il s’agit d’énoncer le nombre d’enfants d’une filiation (du type : j’ai x enfants) puisque dans ce genre d’énonciation, le locuteur s’attarde sur la quantité, la collectivité d’enfants, leur faisant ainsi perdre toute individualité4, le cardinal permettant, en effet, une meilleure individualisation5 (en l’occurrence de chaque enfant). En revanche, lorsqu’il ne s’agit pas de filiation, le cardinal (dva en très grande majorité) est couramment utilisé avec le substantif dete :

5. Obadvije, malene i sitne, izgledale su kao dva djeteta.(trad. I. Šubarić, 120)
« Toutes deux petites et menues, elles avaient l’air de deux enfants. » (G. Sand, 171)
6. Ličili su na
dva deteta [...] (trad. B. Anđić, 52) « Ils avaient l’air de deux enfants [...] »

  • 6 Cet emploi des numéraux collectifs est d’ailleurs noté comme tout à fait standard (du moins pour d( (...)

5Deux autres substantifs, dérivés de d(j)eca, ne servant pas à proprement parler de pluriel supplétif d’un substantif qui n’existerait qu’au singulier se comportent de la même façon, certainement par analogie. Cela est particulièrement remarquable par rapport à l’emploi du déterminant numérique, en l’occurrence des numéraux collectifs, dont l’une des caractéristiques est en effet la quantification des noms collectifs en -a et en -ad, servant de pluriel supplétif. La tolérance de l’emploi des numéraux collectifs semble ainsi s’étendre aux dérivés de d(j)eca à savoir à son augmentatif à valeur péjorative d(j)ečurlija et à son diminutif à valeur hypocoristique d(j)ečica, ces derniers désignant logiquement le nombre d’enfants représentés par l’augmentatif ou l’hypocoristique6 :

  • 7 Nous remarquerons qu’il est difficile de rendre en français, sous peine de dénaturer le propos d’or (...)

7. [...] imao je sitnu dečicu, šestoro. (M. Crnjanski, 73)
« [...] il avait des enfants en bas âge : six
. »
8. Sede oni tako ispred ekrana, Gvozden, Milostiva, žena mu, i njihovo dvoje dečurlije [...] (M. Ratković, 29)
« Gvozden et sa femme Milostiva sont ainsi assis devant l’écran avec leurs deux enfants [...] »7

6De même, mais de façon, nous semble-t-il, beaucoup plus critiquable, des substantifs collectifs (ou à valeur collective) en -a, représentant un ensemble diffus ou non structuré, et de surcroît ne servant pas de pluriels supplétifs (cf. supra, note 1) du type družina, mlađarija (« camarades, jeunes ») sont associés à des numéraux collectifs, par analogie, encore une fois, avec le comportement de d(j)eca, et cela afin de dénombrer, d’isoler, les éléments de l’ensemble (diffus) considéré. Cette façon de quantifier reste toutefois exceptionnelle, tant la langue regarde ce type de substantifs comme indénombrables, compte tenu du fait qu’elle dispose justement de noms (ou d’adjectifs substantivés) comptables lorsqu’elle désire isoler les éléments en question [ici les substantifs drug (« camarade ») ou mladi (« jeune ») seraient quasi systématiquement utilisés]. Toutefois, eu égard à l’emploi (courant) des numéraux collectifs avec des substantifs collectifs du type d(j)eca ou jarad (« chevreaux ») (cf. en 2) [qui certes désignent au départ un ensemble diffus mais servent de pluriels supplétifs, ici à d(j)ete, jare, (cf. supra, note 1)], on peut se demander si l’emploi des numéraux collectifs avec des substantifs collectifs comme družina ou mlađarija est agrammatical. Ainsi, aucun des locuteurs natifs que nous avons interrogés n’emploierait ce type de construction le jugeant en effet pour la majorité désuet et nullement consacré par l’usage ; cependant ils ne le voient pas comme une incorrection flagrante.

7Citons quelques-uns des très rares exemples notés :

  • 8 Cela certainement par analogie avec les quelques noms collectifs en -ad renvoyant quant à eux à des (...)

9. Oko sebe imaju više od dvadesetoro družine8. (V. Novak, 210)
« Ils ont plus de vingt camarades avec eux. »

10. [...] gde je pedesetoro mlađarije, mnogi u parovima, beskonačno išlo ukrug [...] (trad. B. Vučičević, 158)
« [...] où une cinquantaine de jouvenceaux, nombre d’entre eux en couple, tournaient en rond [...] »

2. Substantifs collectifs en -ad

8Il s’agit des substantifs qui servent essentiellement de pluriels supplétifs aux substantifs neutres en -e, -eta (infixe apparaissant aux cas obliques) qui, au singulier, désignent en très grande majorité un être jeune (du moins dans la perspective de l’énonciateur) pour les humains et un petit d’animal (ou un jeune animal) pour les animaux et qui sont du genre grammatical neutre mais de genre naturel indifférencié, renvoyant ainsi aux deux sexes [les seules rares exceptions, désignant un seul sexe, étant logiquement les substantifs dont le radical, de par sa signification, interdit l’autre sexe : momče (« jeune gars ») pour le masculin et d(j)evojče, curče (« jeune fille ») pour le féminin ou lorsque le sexe est déterminé socialement : husarče (« petit hussard »)] : unuče (« petit-enfant »), siroče (« orphelin »), blizanče (« jumeau »), derište (« garnement »), jagnje (« agneau »), pile (« poussin ») etc. mais également čeljade (« personne, être humain »), služinče (« domestique ») qui ne désignent pas forcément des êtres jeunes. Les pluriels supplétifs en -ad renvoient ainsi tout à fait normalement à la pluralité des substantifs que nous venons de citer, par exemple : dojenčad, novorođenčad (« nourrissons »), (pra)unučad [« (arrières) petits-enfants »], siročad (« orphelins »), bliznad (« jumeaux »), d(j)evojčad (« jeunes filles »), deriščad (« garnements »), jagnjad (« agneaux »), telad (« veaux ») etc. ou encore čeljad (« gens »), služinčad (« domestiques »).

  • 9 Pour plus d’informations, voir par ailleurs dans ce travail, ainsi que : Skok 1971, vol. 1 : 305.

9Toutefois certains de ces pluriels supplétifs désignant des êtres jeunes ou des petits d’animaux sont parfois également utilisés dans la langue moderne avec comme signification les êtres adultes correspondants9, voire avec une signification totalement inattendue, qui n’a rien de commun avec des êtres jeunes.

  • 10 Cf. par exemple Raguž 1997 : 113.

10Ainsi momčad (« équipe ») pour les humains et pilad (« poulets, volaille – sans aucune acception de “jeunesse” que peut encore éventuellement avoir le substantif poulet en français dans le sens “jeune poule ou jeune coq” ») pour les animaux ont quasiment complètement écarté de l’usage les significations primaires de ces substantifs10. Il est ainsi intéressant de noter que cette « nouvelle » signification au pluriel s’est transposée même au singulier pour pile qui n’est aujourd’hui quasi uniquement employé que dans le sens poulet.

11C’est ainsi que la langue joint à ce substantif des adjectifs [du type malo, mlado (« petit, jeune »)] pour « retrouver » son sens d’origine :

11. Kao jedno malo pile, žuti i svileni, ali – brkovi su. » (S. Selenić, 174)
« Comme un duvet de poussin, jaune et soyeuse ; mais c’est bien une moustache. »

12D’autres substantifs en -ad qui cette fois-ci désignent toujours dans la langue moderne des petits d’animaux, sont quant à eux également parfois utilisés pour indiquer (concurremment, il va sans dire, avec les substantifs déjà existants) les animaux adultes correspondants ; par exemple : magarad pour ânons et ânes (parallèlement à magarci) ou paščad pour chiots et chiens (parallèlement à psi). Dans ce cas, seul le contexte linguistique peut aider à deviner s’il s’agit d’un animal adulte ou d’un jeune (ou petit d’) animal.

  • 11 Cf. par exemple Raguž 1997 : 113.
  • 12 Cf. par exemple Raguž 1997 : 113.

13Notons également deux phénomènes intéressants : d’une part, la formation des noms collectifs en -ad a été motivée par les substantifs neutres en -e, -eta correspondants, hormis pour čeljad et služinčad dont la formation est antérieure à celle de čeljade et de služinče (construits à partir des collectifs čeljad et služinčad pour pouvoir isoler les éléments du collectif, et qui, rappelons-le, ne portent aucune acception de « jeunesse » a priori) ; c’est le cas aussi pour deux autres substantifs du même type que nous analysons dans notre travail, družinče (« camarade », cf. supra, note 8) et goveče (« bovin ») (formé à partir du collectif goved)11 ; d’autre part, ces noms collectifs en -ad, qui ont la forme des substantifs féminins singuliers à finale consonantique, possèdent des formes au pluriel, qui n’existent toutefois qu’au datif, instrumental et locatif et qui, dans l’usage courant, semblent tout à fait facultatives. En effet, des phrases du type : šeta se sa svojom jagnjadi ou svojim jagnjadima (« il se promène avec ses agneaux ») paraissent synonymiques aux quelques locuteurs natifs que nous avons interrogés. Toutefois, certains grammairiens12 estiment que le suffixe -ima du pluriel renvoie à chaque élément (individualisé) du groupe, tandis que la terminaison -i du singulier fait référence au collectif en tant que groupe unique.

  • 13 Dorénavant Dictionnaire de l’Académie.
  • 14 Et peut par conséquent avoir une désinence au paucal (cf. note 1) : « Moja dva govečeta su bila mr (...)
  • 15 Le nominatif goved a cependant disparu de la langue standard ainsi que de la langue dialectale (cf. (...)

14Un des substantifs les plus difficiles à cerner dans cette catégorie, aussi bien par ses caractéristiques sémantiques que grammaticales, est sans conteste le « pluriel supplétif » goved(a). Le monumental Dictionnaire du croate ou serbe de l’Académie yougoslave des sciences et des arts (23 volumes de 1880 à 1976)13 explique que le substantif goveda serait compris comme pluriel supplétif du substantif neutre en -e, -eta goveče (qui, comme nous l’avons déjà signalé plus haut, n’existe qu’au singulier14), et non pas comme pluriel du singulier « régulier » govedo (ce qui devrait pourtant être grammaticalement le cas), étant donné que ce dernier, d’après le Dictionnaire, « s’entend peu » et est justement remplacé par son équivalent sémantique goveče (« bovin adulte » ; goveče est en effet de formation postérieure à govedo et fait partie de ces très rares substantifs pour lesquels le suffixe -če n’a pas de caractère diminutif, mais sert à l’individualisation à partir d’un substantif collectif, qui fut en l’occurrence goved15). Dans ce cas c’est bien goveda qui devient pluriel supplétif de goveče, à l’instar des autres pluriels supplétifs en -a, -ad ou en -ić, qui, quant à eux, désignent en majorité, mais pas uniquement, des êtres jeunes, sans aucune acception de différences de sexe (voir par ailleurs dans ce travail). Par exemple :

12. [...] naginjući se čas levo čas desno kao da alače krdo goveda. (I. Andrić, 56)
« Se penchant tantôt à gauche, tantôt à droite comme s’il hélait un troupeau de bovins. »

  • 16 Toutefois, les exemples restent trop rares (notamment dans ce cas précis, pour savoir si les locute (...)
  • 17 Cf. par exemple Brabec-Hraste-Živković 1961 : 111 ; Stevanović 1975 : 312 ; Barić et al. 1997 : (...)
  • 18 Cet emploi de goved(a) peut être ainsi rapproché de celui du régionalisme vunjač, substantif fémin (...)

15Effectivement, eu égard au fait que govedo est très peu utilisé et qu’en lieu et place est souvent employé son dérivé goveče (qui lui-même ne se retrouve toutefois pas partout sur l’aire linguistique du BCMS), le substantif goveda, malgré l’existence de la forme plurielle régulière, a pu commencer à être ressenti, dans une certaine mesure, comme un substantif à valeur collective16, type de substantifs avec lesquels l’emploi des numéraux collectifs est de rigueur, mais ces derniers, dans ce cas, ne font référence qu’à l’espèce sans aucune distinction de sexe ou de genre ou d’âge, distinction qui, d’après les grammaires17, devrait pourtant être portée par les numéraux collectifs lorsque ces derniers sont associés à des substantifs non collectifs désignant des animaux adultes (cf. également à ce propos infra note 23)18.

16L’analyse du Dictionnaire de l’Académie est corroborée par le fait que dans tous les exemples que nous avons relevés aussi bien dans la langue standard que dans les matériaux dialectaux, exemples associant très souvent un numéral collectif et le substantif goveda, seule l’information sur le nombre exact de bovins est donnée ; dans ce cas on parle essentiellement, voire uniquement, d’animaux adultes, quel que soit leur sexe et leur âge ; ainsi tro(j)e govedi / goveda se dit également quand on fait référence à trois vaches ; par exemple :

  • 19 Nous reprenons ici à dessein la traduction d’Irina Danil du roman le Couteau de V. Drašković. Cett (...)

13. A njegovom sinu Nijazu nagrdi pojatu i preko noći zaledi i zamete šest ovaca i desetoro govedi. (V. Drašković, 169)
« Et ça a détruit l’étable de son fils Nijaz. Six moutons et dix vaches19 sont morts gelés dans la nuit. » (trad. I. Danil, 176)

17Remarquons enfin que le nominatif et le génitif pluriel « normal » goveda de govedo est parfois noté (séparément de govedo) comme substantif neutre à valeur collective, sans acception de genre ou d’âge, certainement au regard de la situation dialectale (cf. par exemple Karadžić 1898 – qui ressentait ce substantif comme collectif et le classait séparément de govedo, ou encore le Dictionnaire de la langue serbo-croate littéraire de 1967 de Matica srpska et Matica hrvatska). Cette valeur collective n’est toutefois plus mentionnée par les publications modernes, govedā étant simplement noté comme génitif pluriel de govedo, qui pourtant est peu utilisé dans la langue (cf. également à ce propos supra, note 19).

3. Substantifs diminutifs en -ić

  • 20 Hormis logiquement les substantifs dont le radical, de par sa signification, interdit l’autre sexe  (...)

18Les noms diminutifs (ou hypocoristiques) en -ić, de genre grammatical masculin, comme les noms collectifs en -ad, servent de pluriel supplétif à certains substantifs en -e, -eta, qui n’existent qu’au singulier (du type unuče, pile, jare, etc.) et comme eux ils sont dans la grande majorité des cas (du moins au pluriel ; l’indifférenciation étant moins prononcée au singulier), de genre naturel indifférencié20. En revanche, contrairement aux noms collectifs en -ad, ils ne semblent jamais être employés pour désigner des êtres adultes, hormis peut-être pour le substantif pile, qui, rappelons-le, a quasiment perdu au singulier sa signification de poussin, pour signifier uniquement poulet et pour lequel, certes rarement, pilići peut vouloir aussi dire poulets (cf. infra, exemple no14).

19On aura ainsi schématiquement : unuče : un petit-enfant ; unučić : un petit-enfant ; unučad : des petits-enfants ; unučići : des petits-enfants – pile : un poulet / (un poussin) ; pilić : un poussin ; pilad : des poulets / (des poussins) ; pilići : des poussins / (des poulets) – jare : un chevreau ; jarić : un chevreau ; jarad : des chevreaux ; jarići : des chevreaux.

  • 21 De rares exemples peuvent également se trouver dans les grands dictionnaires académiques ; le dic- (...)

20Il est intéressant de constater que les grammaires citent fort souvent les substantifs en -ić en association avec les numéraux collectifs. Déjà Vuk Karadžić dans sa première grammaire du serbe populaire en 1814 (page 39) (Pismenica serbskoga jezika) et Đura Daničić, en 1872, dans les Formes de la langue serbe ou croate (page 49) (Oblici srpskoga ili hrvatskoga jezika) mentionnent, entre autres, l’exemple troje pilića pour l’emploi des « numéraux de genre neutre », association qui est également citée par Maretić 1963 : 229 ou plus proche de nous Barić et al. 1997 : 219, Peco-Stanojčić 1972 : 258, Pešikan-Jerković-Pižurica 1997 : 196 et Raguž 1997 : 105 qui citent respectivement dvoje pilića, troje pilića, dvoje jarića et petero (« cinq ») plilića. Toutefois, hormis quelques très rares occurrences trouvées pour les uniques valeurs dvoje et troje sur les moteurs de recherche sur Internet21, nous n’avons noté qu’un seul exemple de cet emploi, cité par Sekulić 1992 : 63 :

  • 22 Nous remarquons que pilići renvoie sans hésitation dans cet exemple à des petits d’animaux.

14. Bila jedna kokoška pa imala devetoro pilića. [...] Jednom je kokoška obećala pilićima22 da će im doneti iz polja ceo klas. [...] Osmoro se radovalo [...]
« Il était une fois une poule qui avait neuf poussins. [...] Une fois la poule promit aux poussins d’aller chercher un épi entier au champ. [...] Huit poussins étaient contents [...] »

  • 23 Il est important de noter que lorsque les numéraux collectifs sont employés pour désigner des petit (...)

21Signalons également que les numéraux collectifs ne seront apparemment pas employés avec les noms diminutifs en -ić quand ces derniers ne servent pas, à l’évidence nous semble-t-il, de pluriel supplétif, mais de véritable diminutifs au pluriel (dans le sens un petit/jeune animal et pas petit d’animal)23 :

15. I da prinesu prilog, kao što je rečeno u zakonu Gospodnjemu, dvije grlice, ili dva golubića. (V. Karadžić, 96)
« Et pour offrir en sacrifice deux tourterelles ou deux jeunes pigeons, comme cela est prescrit dans la loi du Seigneur. »
16. Ispričat ću im onda neku pustolovnu smiješnu dječju priču da se zabave djevojčice. Onu od Askerlanda o podvizima družbe
pet pjetlića...(R. Marinković, 387)
« Je vais alors leur raconter une amusante petite histoire d’aventures pour enfants, écrite pour distraire les petites-filles. Celle d’Askerland sur les exploits de la compagnie des cinq petits coqs ... »
17. – Zamisli da sam ti dao
pet zečića, a kasnije još jednoga. Koliko ćeš imati zečića ? – Sedam odgovorila je Mahala. Zašto sedam ? – Zato što kod kuće već imama jednog zečića. (Cité par Sekulić 1992 : 64)
« – Imagine que je te donne cinq petits lapins puis encore un plus tard. Combien auras-tu de petits lapins ? – Sept, répondit Mahala. Pourquoi sept ?
– Parce que j’ai déjà un petit lapin à la maison. »

22Cette dernière constatation est toutefois à interpréter avec prudence, tant la frontière entre véritable diminutif et pluriel supplétif est difficile à établir.

23Son interprétation varie en effet souvent d’un locuteur natif interviewé à un autre. La complexité de la situation peut s’illustrer par un exemple significatif ; en partant en effet du nom commun golub (« pigeon ») et des différentes acceptions de ses dérivés données par les dictionnaires : golupče signifie ainsi un pigeonneau (petit du pigeon) mais également un petit / jeune pigeon (sens diminutif) tandis que golupčić ou golubić signifie uniquement petit pigeon (sens diminutif) ; en revanche les pluriels golupčad et golupčići / golubići, étant donné qu’ils servent tous les deux de pluriels supplétifs de golupče auront les deux significations au pluriel: petits pigeons et pigeonneaux. Par conséquent golupčić / golubić = petit pigeon (sens diminutif), golupčići / golubići = petits pigeons (sens diminutif) mais également pigeonneaux (pluriel supplétif). Dans ce cas aussi, seul le contexte linguistique peut aider à deviner s’il s’agit de pluriel supplétif, ou de diminutif au pluriel (cf. exemple no14).

  • 24 Il est toutefois important de signaler que dans cette signification, c’est la combinaison numéral c (...)

24Cette diversité d’emploi et cette variété d’interprétation susceptible d’entraîner des hésitations d’emploi se retrouvent par exemple également sur les pluriels supplétifs dérivés de substantifs épicènes au pluriel régulier, du type unuci (« petits-enfants ») ou blizanci (« jumeaux ») dont le singulier unuk et blizanac renvoie dans la très grande majorité des cas à des êtres de genre masculin. Ces substantifs possèdent par ailleurs des équivalents féminins au singulier ou au pluriel: unuka / unuke ; bliznakinja / bliznakinje ainsi que des équivalents au départ à valeur diminutive, souvent à coloration hypocoristique, unuče / blizanče, de genre grammatical et naturel neutre. Les pluriels réguliers ou supplétifs unučići / unučad et blzančići / bliznad de ces derniers sont ainsi employés par la langue pour désigner des petits-enfants ou des jumeaux de genres différents ou plus précisément dont l’acception du sexe n’est pas jugée comme importante, la valeur diminutive du suffixe -ić s’estompant ainsi complètement au pluriel. De façon générale, lorsqu’il s’agit de les quantifier, la langue utilisera par conséquent la combinaison numéral cardinal/numéral collectif + unučeta / unučići / unučad et bliznančeta / blizančići / bliznad pour désigner des êtres de sexe différent ou dont le sexe n’apparaît pas comme important24.

  • 25 Se comportent par exemple de la même façon, certains noms masculins, signifiant l’appartenance à un (...)

25Notons également un phénomène intéressant, en rapport avec ce que nous venons d’exposer et qui concerne cette fois-ci les substantifs épicènes du type đak25, qui possèdent eux aussi deux diminutifs / hypocoristiques neutre et masculin singuliers, en -e, -eta (đače, pl. đačad) et en -ić (đačić, pl. đačići). Ces substantifs diminutifs / hypocoristiques dérivant tous les deux d’un substantif épicène gardent cette caractéristique sémantique et peuvent par conséquent, comme tout épicène, en fonction des situations, être quantifiés aussi bien avec

  • 26 La seule restriction se situe bien sûr au niveau des pluriels en -ad qui n’admettent théoriquement (...)

26les cardinaux, les collectifs ou les substantifs numériques en -ica (qui d’après la norme désignent uniquement des référents de sexe masculin)26.

27Il est à noter que l’emploi (certes rare) des substantifs numériques en -ica avec les substantifs du type đačić ou unučić s’explique par le fait que dans « l’inconscient linguistique » des locuteurs, ces diminutifs, au singulier, renvoient plutôt aux substantifs đak et unuk, et moins à đače ou unuče et peuvent par conséquent plus facilement, quoique rarement, être associés au genre naturel masculin au pluriel [même si đak (voire unuk) est épicène]. Ce n’est en revanche pas le cas avec les substantifs du type siročić ou pastorčić associés systématiquement, au singulier comme au pluriel, au genre naturel neutre (siroče, pastorče, etc.).

Conclusion

28Dans cet article nous avons tenté de regrouper les différents marqueurs intervenant dans le comportement des noms diminutifs en -ić et des noms collectifs en -a et en -ad qui peuvent servir de pluriel supplétif à certains substantifs en -e, -eta en BCMS. En nous fondant notamment sur la langue des traducteurs (qui est effectivement souvent utilisée dans toute étude linguistique comme « révélateur » de la langue en usage) mais également sur la langue littéraire et la langue parlée quotidienne, nous avons pu mettre en exergue les nombreuses difficultés et hésitations qui apparaissent lors de l’énonciation des (possibles) pluriels supplétifs. Lesdites difficultés sont d’ordre sémantique [interprétation difficultueuse entre pluriel supplétif et diminutif au pluriel ; dérivation dérogeant au paradigme : momče / momčad ; govedo / goveče/goved(a) ; substantifs ne désignant pas des petits d’humains mais des adultes: čeljade, služinče...] et grammatical (notamment dues aux problèmes de quantification : pluralité rendue par le paucal, emploi des numéraux collectifs par analogie avec des substantifs en -a non comptables ou emploi standard mais quasi inconnu dans l’usage avec les noms comptables en -ić...).

Abréviations
HRT Hrvatska radiotelevizija « Radio-télévision croate »
RTL RTL Hrvatska « RTL Croatie »

RTS Radio-televizija Srbije « Radio-télévision serbe »

Haut de page

Bibliographie

A) Ouvrages et linguistiques27

Barić E., Hudaček L., Koharović N. et al. 1999. Hrvatski jezični savjetnik, Školske novine, Zagreb.

Barić E., Lončarić M., Malić D. et al. 1997. Hrvatska Gramatika, 4e éd., Zagreb Školska knjiga (1re éd. 1979, sous le titre : Priručna gramatika hrvatskoga književnog jezika).

Brabec I., Hraste M., Živković S. 1961. Gramatika hrvatskosrpskoga jezika, Zagreb, Školska knjiga [1952].

Daničić Đ. 1872.Облици српскога или хрватскога језика, Zagreb, Štamparija Dragutina Albrehta.

Karadžić V. 1814. Писменица сербскога језика, Wien, Joanna Šnirera.

ID. 1898. Српски рјечник, 3e éd. (1re éd. 1818, 2e éd. 1852), Beograd, Štamparija kral jevine Srbije.

Katičić R. 1986. Sintaksa hrvatskoga književnog jezika : nacrt za gramatiku, Zagreb, Jugoslavenska Akademija Znanosti i Umjetnosti-Globus.

Maretić T. 1963. Gramatika hrvatskoga ili srpskoga književnog jezika, 3e éd. (1re éd. 1899), Zagreb, Matica hrvatska.

Nikčević V. 2001. Gramatika crnogorskog jezika, Podgorica, Dukljanska akademija nauka i umjetnosti.

Peco A., Stanojčić Ž. 1972. Srpskohrvatski jezik : Enciklopedijski leksikon, Beograd, Interpres.

Pešikan M., Jerković J., Pižurica M. 1997. Правопис српскога језика jezika, (1re éd. 1995), Beograd, Matica srpska, Novi Sad.

Raguž D. 1997. Praktična hrvatska gramatika, Zagreb, Medecinska Naklada.Rečnik srpskohrvatskoga književnoga jezika. 1967-1976. 6 vol., Zagreb, Matica srpska – Matica hrvatska, Novi Sad.

Rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika. 1880-1976. 23 vol., Zagreb, Jugoslavenska Akademija Znanosti i Umjetnosti.

Sekulić M. 1992. Srpski jezik – priručnik za specijalne škole, Beograd, Zavod za udžbenike i nastavna sredstva; Novi Sad, Zavod za udžbenike; Podgorica, Zavod za školstvo.

Skok P. 1971-1974. Etimologijski rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika, 4. vol, Zagreb, Jugoslavenska Akademija Znanosti i Umjetnosti,

Stevanović M. 1975. Савремени српскохрватски језик, t. I, 3e édition (1re éd. 1969), Beograd, Naučna knjiga.

B) Ouvrages dont sont tirés les exemples

En BCMS

Andrić Ivo. 1996. Травничка хроника, Beograd, Prosveta.

Bratić Radoslav. 1992. Слика без оца, Beograd, BIGZ.

Crnjanski Miloš. 1987. Seobe II, Beograd, BIGZ.

Drašković Vuk. 1988. Нож, Beograd, Srpska reč.

Dujmović Josip. 1994. Krici iz mračnog doma, Sarajevo, Libero.

Karadžić Vuk. 1987. Нови Завjет, превод, Beograd, Izdanje biblijskog društva.

Marinković Ranko. 1965. Киклоп, Beograd, Prosveta.

Matavulj Simo. 1962. Bakonja Fra Brne, Beograd, Branko Đonović.

Novak Vjenceslav. 1962. Poslednji Stipančići, Beograd, Branko Đonović.

Popović Miroslav. 2005. Судбине, Beograd, NIN.

Ratković Milan. 1997. Виза до Париза, Beograd, Zora.

Selenić Slobodan. 1996. Očevi i oci, Beograd, Prosveta – Dereta.

Selimović Meša. 1977. Magla i Mjesečina, Beograd, Sloboda.

Traduits en BCMS


Nabokov V. 1984. Lolita, trad. de l’anglais par B. Vučičević, Beograd, Narodna knjiga.

Sand G. 1964. Povijest moga života, trad. du français [Histoire de ma vie] par I. Šubarić, Zagreb, Zora.

Vargas Ljosa M. [Vargas Llosa M.]. 1990. Pohvala Pomajci, trad. de l’espagnol [Elogio de la madrastra] par B. Anđić, Beograd, Književne novine.

C) Ouvrages en français utilisés pour la traduction des exemples

Sand G. Histoire de ma vie, Paris, Stock, 1996.

D) Ouvrages traduits en français utilisés pour la traduction des exemples

Drašković V. 1993. Le couteau, trad. du serbo-croate [Nož] par I. Danil, J.-C. Lattès, Paris.

Haut de page

Notes

1 Rappelons qu’un nom collectif désigne un ensemble d’êtres ou de choses, par opposition au nom in- dividuel qui, quant à lui, renvoie à un seul être ou une seule chose. Parmi ces noms, il faut bien distinguer ceux qui renvoient à un groupe diffus, non structuré et par conséquent indénombrable, du type lišće (« feuilles ») ; roblje (« esclaves ») ; trava (« herbe ») et ceux que l’on imagine en tant que collectivité naturelle, qui se pré- sentent dans une forme structurée, encadrée, soit comme un véritable bloc, du type armija, grupa, stado, jato, tim, vlada (« armée, groupe, troupeau, volée, équipe, gouvernement ») et qui, en tant que tels, peuvent tout à fait être dénombrés. Les noms collectifs, objet de notre étude, qui désignent au départ des ensembles non structurés du type pilad (« poulets ») ou d(j)eca (« enfants »), etc. échappent en partie à cette règle, eu égard au fait qu’ils servent de pluriels supplétifs à certains substantifs qui n’existent pour la plupart qu’au singulier [d(j)ete (« enfant »), pile (« poulet »), etc.] et renvoient dans ce cas, non pas à un ensemble (non structuré) mais au contraire à une pluralité d’unités, unités qui peuvent être isolées et donc quantifiées.

2 Toutefois, dans de rares cas, et ce plutôt dans une langue dialectale ou archaïque, il peut également s’agir de substantifs collectifs féminins à finale consonantique (ou ayant des restes dans leur désinence de formes à finale consonantique), désignant en général du bétail ou de très jeunes enfants, du type goved(a), vunjač, nejač (« petit) bovin, mouton, enfant »), cf. en 2 et notamment la note 18.

3 Cela dit, il est important de préciser dès à présent qu’en BCMS les substantifs du type d(j)ete, jare (« chevreau », v. en 2) peuvent être dénombrés pour les valeurs 2, 3, 4 (et leurs composés) avec le numéral cardinal [accompagné du paucal, identique au génitif singulier : dva d(j)eteta (« deux enfants »)], ou du numéral collectif [série : dvoje, troje... (« deux, trois... »), avec génitif du substantif collectif désignant des animés du type d(j)eca, jarad : dvoje d(j)ece (« deux enfants »)]. Au-delà de la valeur 5, seul le numéral collectif est possible car le standard autorise le génitif (morphologiquement singulier) du substantif collectif tandis que l’emploi du numéral cardinal nécessiterait un génitif pluriel inexistant pour ce type de substantifs.

4 Les exemples infirmant cette constatation sont en effet rarissimes. Cependant, lorsque l’on insiste sur les deux enfants d’une même filiation, c’est-à-dire lorsqu’il existe une plus grande détermination, les deux versions marquées oboje et oba [« (tous) les deux »] des numéraux dvoje et dva, cohabitent à fréquence égale.

5 Et c’est surtout dans ce but que le cardinal est préféré au collectif dans la quantification. Notons en outre que d(j)ete et son pluriel supplétif d(j)eca sont d’un genre naturel indifférencié, autrement dit dont le sexe n’est pas pris en considération ; cf. à ce propos également en 2.

6 Cet emploi des numéraux collectifs est d’ailleurs noté comme tout à fait standard (du moins pour d(j)ečica) par certaines grammaires, cf. par exemple Raguž 1997 : 356 et Barić et al. 1997 : 219, qui citent respectivement četvero dječice et petero dječice (« quatre, cinq enfants »).

7 Nous remarquerons qu’il est difficile de rendre en français, sous peine de dénaturer le propos d’origine, la valeur respectivement augmentative et diminutive des substantifs. Toutefois, l’existence et la possibilité d’emploi du diminutif d(j)ečica va dans le sens de l’hypothèse que d(j)eca est bien utilisé uniquement comme pluriel supplétif.

8 Cela certainement par analogie avec les quelques noms collectifs en -ad renvoyant quant à eux à des animaux adultes et ne servant pas de pluriels supplétifs ; par exemple (l’archaïsme) mišad, « des souris », parallèle au pluriel « régulier » miševi.

9 Pour plus d’informations, voir par ailleurs dans ce travail, ainsi que : Skok 1971, vol. 1 : 305.

10 Cf. par exemple Raguž 1997 : 113.

11 Cf. par exemple Raguž 1997 : 113.

12 Cf. par exemple Raguž 1997 : 113.

13 Dorénavant Dictionnaire de l’Académie.

14 Et peut par conséquent avoir une désinence au paucal (cf. note 1) : « Moja dva govečeta su bila mrtva sledećeg dana » (Mes deux bovins étaient morts le lendemain) (RTS, sous-titres du film « The day the world ended »).

15 Le nominatif goved a cependant disparu de la langue standard ainsi que de la langue dialectale (cf. également infra, note 19).

16 Toutefois, les exemples restent trop rares (notamment dans ce cas précis, pour savoir si les locuteurs de la langue standard considèrent goveda comme un collectif ou comme un pluriel régulier) afin de pouvoir fournir une base de faits susceptible d’orienter une hypothèse définitive.

17 Cf. par exemple Brabec-Hraste-Živković 1961 : 111 ; Stevanović 1975 : 312 ; Barić et al. 1997 : 219 ; Nikčević 2001 : 191.

18 Cet emploi de goved(a) peut être ainsi rapproché de celui du régionalisme vunjač, substantif féminin à valeur collective qui renvoie à du petit bétail à laine (brebis, moutons) et qui est logiquement quantifié à l’aide des numéraux collectifs sans aucune distinction de sexe ou de genre : « Od kretnog imetka imao je: ženu Osinjaču, tri sina, dvije kćeri, dvije krave, dvanaestoro vunjači, dvoje magaradi i svinju za posjek. » (Il avait comme bien mobilier : sa femme Osinjača, trois fils, deux vaches, douze moutons, deux ânes et une truie pour les cochons de lait.) (S. Matavulj, 19) ; ou encore de celui de nejač, également substantif féminin à valeur collective mais renvoyant quant à lui à de très jeunes enfants, là aussi sans distinction de sexe : « A što ćeš sa ovo dvoje nejači? » (Et que vas-tu faire de ces deux enfants ?) (HRT, série télévisée). Remarquons à ce propos l’existence du substantif neutre en -e, -eta, nejače et de son pluriel supplétif en -ad, nejačad, qui restent toutefois d’un emploi fort limité dans la langue (cf. note 2).

19 Nous reprenons ici à dessein la traduction d’Irina Danil du roman le Couteau de V. Drašković. Cette dernière rend ainsi le syntagme desetoro govedi par « dix vaches » sans aucune distinction d’âge, de sexe entre les animaux. Signalons également à ce propos qu’en BCMS comme en français, le terme krave (« vaches ») dans l’usage courant concurrence de plus en plus souvent le terme générique goveda (« bétail, bovins ») et que ces deux termes deviennent plus ou moins interchangeables. Par ailleurs, nous considérons ici la forme govedi comme variante du génitif pluriel goveda et non pas comme génitif (singulier) du collectif goved, qui a disparu de la langue moderne (cf. note 15). Nous nous fondons sur l’analyse de Stevanović 1975 : 211, 312 qui cite la formule desetoro govedi. Cette dernière s’explique en effet par le fait qu’existait également dans la langue (comme nous l’avons déjà signalé plus haut), le substantif féminin à valeur collective goved (il n’est toutefois plus noté par les dictionnaires les plus récents), dont la forme au génitif est govedi. Stevanović affirme cependant que cette forme au génitif s’est maintenue, contrairement à la forme nominative qui a, quant à elle, totalement disparu. L’affirmation de Stevanović nous paraît en effet justifiée car la forme au génitif govedi semble se maintenir, devenant ainsi une variante de la forme régulière du génitif pluriel govedā, aussi bien dans la langue littéraire (cf. exemple no 13) que dans la langue dialectale. Ce substantif apparaît ainsi logiquement dans certaines grammaires comme variante du génitif pluriel régulier goveda.

20 Hormis logiquement les substantifs dont le radical, de par sa signification, interdit l’autre sexe : momčić (« jeune gars ») ou husarčić (« petit hussard ») ; cf. en 2, le même phénomène avec les substantifs en -e, -eta.

21 De rares exemples peuvent également se trouver dans les grands dictionnaires académiques ; le dic- tionnaire de 1967 de Matica srpska et Matica hrvatska cite par exemple à l’entrée pile : « Ja ću u svojoj kobači živjeti sa svoje četvero pilića » (Je vivrai dans ma cage avec mes quatre poussins), emprunté à l’écrivain croate du XIXe siècle Janko Jurković ; de même Katičić 1986 : 445 cite un exemple emprunté aux adages populaires : « Jedna koza okozi dvoje jarića » (Une chèvre a mis bas deux chevraux). Signalons également un emploi de ce type noté dans les sous-titres d’une série télévisée, diffusée sur la chaîne croate RTL : « Izgledaju kao troje malih tužnih mačića. » (Ils ressemblent à trois tristes petits chatons). Notons en outre que la combinaison numéral collectif + nom diminutif en -ić, n’apparaît également que très rarement avec les noms désignant des humains, lorsqu’ils servent de pluriels supplétifs, et semble être l’apanage quasi unique (bien que rare) des noms renvoyant à des (jeunes) animaux.

22 Nous remarquons que pilići renvoie sans hésitation dans cet exemple à des petits d’animaux.

23 Il est important de noter que lorsque les numéraux collectifs sont employés pour désigner des petits d’animaux ou d’humains, aucune acception de sexe (ou autre) n’est incluse. Ainsi, quand on énonce des syntagmes du type petoro dece, petoro piladi, petoro pilića, comme lorsque ces mêmes substantifs ne sont pas quantifiés, on ne « s’intéresse » pas au genre ou au sexe des éléments dénombrés. Tous ces substantifs, qui sont des trois genres, servent en effet de pluriel aux substantifs dete, pile, jagnje, etc. qui sont, quant à eux, comme nous l’avons déjà signalé, seulement du genre grammatical et naturel neutre.

24 Il est toutefois important de signaler que dans cette signification, c’est la combinaison numéral col- lectif + nom collectif en -ad qui est, de loin, la plus courante.

25 Se comportent par exemple de la même façon, certains noms masculins, signifiant l’appartenance à une communauté (ethnique, religieuse, territoriale) et qui ont un « pluriel tronqué » : Ciganin (« Tsigane ») / Ciganče (pl. Cigančad) – Cigančić (pl. Cigančići) ; Albanac (« Albanais ») / Albanče (pl. Albančad) – Albančić (pl. Albančići) ; Srbin (« Serbe ») / Srpče (pl. Srpčad) – Srpčić (pl. Srpčići), etc.

26 La seule restriction se situe bien sûr au niveau des pluriels en -ad qui n’admettent théoriquement qu’une quantification avec les collectifs (voir en 2).

27 Nous faisons figurer la date de la première parution de l’ouvrage, lorsqu’elle diffère de celle de l’édi- tion utilisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aleksandar Stefanovic, « Les noms collectifs en -a et en -ad et les diminutifs en -ić.
En bosniaque, croate, monténégrin, serbe (bcms) : pluriels supplétifs ou diminutifs au pluriel ?
 »
Revue des études slaves, LXXXIX 1-2 | 2018, 217-229.

Référence électronique

Aleksandar Stefanovic, « Les noms collectifs en -a et en -ad et les diminutifs en -ić.
En bosniaque, croate, monténégrin, serbe (bcms) : pluriels supplétifs ou diminutifs au pluriel ?
 »
Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX 1-2 | 2018, mis en ligne le 09 juillet 2019, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1538 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1538

Haut de page

Auteur

Aleksandar Stefanovic

Sorbonne Université – Centre de linguistique en Sorbonne (CeLiSo)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search