Navigation – Plan du site

Les Branković de Hongrie et la principauté de Moscou

The Branković of Hungary and the Principality of Moscow
Jonel Hedjan
p. 143-154

Résumés

Après la prise de Smederevo, capitale du despotat serbe, par les Turcs en 1459, une partie de la famille Branković se réfugie en Hongrie, chez le roi Mathias Corvin, qui instaure un despotat serbe sur son territoire, afin d’encourager les Serbes à continuer de combattre les Turcs. Le roi Matthias nomme comme despotes des membres de la famille Branković afin de donner une impression de continuité avec le despotat serbe tombé aux mains des Turcs. Néanmoins, en tant qu’orthodoxes établis dans un royaume catholique, les Serbes de Hongrie cherchent activement le soutien de souverains orthodoxes, tels que les princes russes et roumains. La présente étude propose une esquisse des relations qu’établirent les Branković et l’Église serbe en Hongrie avec la Grande Principauté de Moscou.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Seulement quelques passages dans deux textes hagiographiques serbes font mention d’un contact entre (...)
  • 2 Pour un aperçu de ces relations du XIVe au XVIe siècle, consulter : Anatolij Turilov, « Культурные (...)
  • 3 Turilov, op. cit., p. 80. De son passage en « terre serbe », Cassian apporta un livre contenant des (...)
  • 4 Sur Serge de Radonež et son œuvre, consulter : Pierre Gonneau, Serge de Radonège & André Roublev à (...)
  • 5 Turilov, « К вопросу о сербском компоненте во втором юужнославянском влиянии », Russica Romana, vol(...)

1L’arrivée au pouvoir en Russie de la dynastie des Romanov en 1613 permit, dans les décennies et les siècles suivants, le développement des relations serbo-russes qui étaient restées jusque-là plutôt sporadiques. La rareté de ces échanges pendant les siècles antérieurs s’explique par les distances géographiques et la longue domination mongole sur les terres russes1. Ainsi, les premières traces de contacts entre la principauté de Moscou et la Serbie, datent que du dernier quart du xivesiècle2. Au départ, ils se résumaient à quelques échanges indirects à travers Constantinople ou le Mont-Athos, car l’éloignement géographique empêchait l’apparition d’un quelconque intérêt politique pouvant justifier l’établissement de relations plus étroites. Des moines et pèlerins russes qui voyagèrent à Constantinople et au Mont-Athos furent à l’origine de ces contacts, d’autant plus que certains parmi eux poussèrent leurs pérégrinations jusque dans les terres des Slaves du Sud, comme en témoigne une brève notice sur le passage en « terre serbe » autour de 1395 de Cassien Rumjancev, moine d’un monastère de Vologda3. De ces voyages, ils apportèrent des livres, contenant principalement des textes liturgiques et traités ascétiques, nécessaires au bon fonctionnement des nombreux monastères fondés à l’époque dans la Russie moscovite sous l’influence de Serge de Radonež et ses disciples4. Dans la majorité de cas, il s’agissait de traductions slaves des textes byzantins, déjà faites à Constantinople ou au Mont-Athos par des moines bulgares et serbes, que les moines russes recopièrent sur place5.

  • 6 Voici le passage en question cité par lhistorien Nikolaj Karamzin daprès la Chronique de la Trini (...)
  • 7 Il existe une littérature considérable sur l’œuvre et la vie de Pacôme. Pour une liste des travaux, (...)

2Les échanges ne se firent pas que dans un sens, car au cours du xvesiècle quelques moines serbes, tels que Lazare et Pacôme le Logothète, laissèrent des traces profondes dans le monde russe. Le moine Lazare arriva à Moscou du Mont-Athos et participa, d’après une chronique russe, à la conception et la construction en 1404 de la première horloge de Kremlin 6. L’hiéromoine Pacôme le Logothète (ou le Serbe), qui fut un écrivain très prolifique, arriva lui aussi du Mont-Athos dans la première moitié du xvesiècle (vers 1438). Il écrivit, jusqu’à la fin de sa vie, une cinquantaine de textes hagiographiques et d’offices dédiés aux saints russes, dont une partie considérable est toujours utilisée par l’Église orthodoxe russe7.

  • 8 La bataille de Kosovo (1389) fut connue relativement rapidement par les Russes grâce au passage à C (...)

3Pourtant, en dépit de ces quelques échanges culturels serbo-russes, il n’existait pas au cours du xiveet xvesiècle de véritable connaissance mutuelle de la situation contemporaine dans les deux contrées. La bataille de Marica (1371) ainsi que la bataille du Kosovo (1389) sont vraisemblablement les rares événements dont l’écho arriva, à l’époque, dans les terres russes, y laissant des traces dans les sources écrites8.

  • 9 En effet, tandis que la domination de la Horde d’or sur les terres russes prit fin en 1480, la plup (...)

4Le fossé commença à se combler vers la fin du xvesiècle. La prise de Constantinople par les Turcs en 1453, qui sonna le glas de l’Empire byzantin, suivie de la disparition définitive du despotat serbe en 1459 firent bientôt de la Russie moscovite l’unique puissance orthodoxe indépendante9.

5La perte de l’indépendance politique obligea les représentants de la noblesse et des Églises orthodoxes des Balkans, se trouvant dorénavant soit sous la domination turque soit sous la domination hongroise, à se tourner vers les princes moscovites pour obtenir une aide. Dans un premier temps, cette aide se limita néanmoins à des donations pécuniaires pour des établissements ecclésiastiques.

6Les relations que les Branković de Hongrie établirent avec la grande principauté de Moscou, au début du xviesiècle, s’inscrivirent dans ce nouveau modèle. À travers les documents témoignant des échanges entre les représentants d’une grande famille princière des Balkans et le grand-prince moscovite, c’est surtout les enjeux d’un monde post-byzantin qui se profilent à l’horizon.

7Ainsi, avant de présenter les actes et les lettres en question et de se pencher sur les problématiques qu’ils soulèvent, il paraît judicieux de donner une esquisse de la famille princière de Branković dont l’histoire est très étroitement liée au destin du despotat serbe.

Les Branković

  • 10 Mixailo Dinić, Хумско-требињска властела, Beograd, Naučno delo, 1967, p. 5.

8Sous la dynastie de Nemanjić, les Branković commencèrent à prospérer dès le début du xivesiècle. Mladen (mort vers 1326), qui fut leur premier membre illustre, obtint du roi Stefan Milutin le titre de župan, puis celui de voïvode sous le règne de Stefan Dečanski10. Branko (mort vers 1365), le fils de Mladen, grimpa encore plus dans la hiérarchie serbe sous le règne du tsar Stefan Dušan.

  • 11 Sur l’utilisation du titre byzantin de sébastokrator à la cour serbe consulter : Božidar Ferjančic (...)
  • 12 Momčilo Spremić, Despot Đurađ Branković i njegovo doba, Beograd, SKZ, 1994, p. 18.

9Ce dernier le nomma gouverneur d’Oxrid et lui donna le titre prestigieux de grand sébastokrator11. Fidèles à la couronne serbe, ils tirèrent pleinement profit des conquêtes. Ainsi, si au début du siècle la famille de Branković apparaît solidement ancrée dans l’arrière-pays de Dubrovnik, la génération suivante partit s’installer dans les contrées se trouvant plus au sud, d’où partirent les conquêtes militaires de Stefan Dušan12.

  • 13 Sur la région que Vuk contrôlait voir : Rade Mihaljčić, Крај Српског Царства, Beograd, 1975, p. 2 (...)
  • 14 Je me limite ici aux études de synthèse concernant la bataille de Kossovo, Kosovo. Legacy of a Medi (...)

10Le grand sébastokrator Branko eut plusieurs enfants, dont Vuk, qui, après la mort du tsar Stefan Uroš en 1371, commença à gouverner indépendamment une région de l’ancien empire serbe13. En effet, il resta fidèle à la dynastie de Nemanjić même sous le règne du tsar Stefan Uroš, quand une partie des grandes familles serbes commencèrent à agir de plus en plus indépendamment, sans beaucoup d’égard pour l’autorité de ce souverain. Le mariage de Vuk avec Mara, la fille du prince Lazar renforça considérablement sa position. Le prince Lazar, qui comme Vuk, resta longtemps fidèle au tsar Stefan Uroš, devint, après la disparition de ce dernier, le plus puissant seigneur serbe. En tant que beau-fils et allié du prince Lazar, Vuk Branković, réussit à son tour à consolider et agrandir la région se trouvant sous son contrôle. Pourtant, cela ne fut pas de longue durée, car la menace turque se fit bientôt sentir sur l’ensemble de territoire serbe. Les conséquences de la bataille de Kosovo en 1389, qui opposa l’armée rassemblée par prince Lazar à l’armée turque du sultan Mourad Ier, mirent bientôt Vuk Branković dans une situation intenable face aux Turcs14.

  • 15 Stojan Novaković, Законски споменици српских држава средњега века, Beograd, Srpska Kraljevska Akad (...)
  • 16 Ibid., p. 655-656 ; Spremić, Despot Đurađ Branković..., p. 48.

11Tandis que les successeurs du prince Lazar reconnurent la suzeraineté de l’Empire ottoman dès l’été 1389, Vuk Branković décida de continuer la résistance. En 1392, les Turcs prirent Skopje, la plus importante ville de sa région, et l’obligèrent à devenir à son tour leur tributaire15. Cette situation de vassalité ne facilita point sa position, car à plusieurs reprises, il fit défaut à ses obligations. Finalement, le sultan Bayazid Ierdécida de le démettre de ses fonctions. Il finit ainsi sa vie en captivité turque au début de l’année 1397. Quant à ses possessions, le sultan conserva les plus importantes forteresses, cédant le reste aux successeurs du prince Lazar, les Lazarević, ses fidèles vassaux16.

12Après la disparition de Vuk Branković, le sort de sa veuve et ses enfants paraissait incertain. Dans un premier temps, ils durent se contenter du peu que le sultan consentit à leur laisser. Mais les événements du début du xvesiècle permirent aux trois fils de Vuk, Grgur, Đurađ et Lazar, de retrouver la faveur du souverain ottoman. En effet, menacé par Tamerlan et ses armées turco-mongoles, Bayazid Ierrétablit dans leurs droits nombre de ses vassaux chrétiens, afin de faciliter la collecte des impôts et la levée des troupes chrétiennes auxiliaires dont il avait besoin. C’est ainsi que les Branković rachetèrent au sultan une grande partie de leur patrimoine, au détriment des Lazarević.

13La défaite turque à la bataille d’Ankara, en juillet 1402, suivi du décès de Bayazid Ier, devenu captif de Tamerlan, eut pour conséquence non seulement une guerre civile dans l’Empire ottoman, mais aussi le début de la confrontation ouverte entre les Branković et les Lazarević.

  • 17 Spremić, op. cit., p. 48-72.
  • 18 Ibid.
  • 19 Bistra Cvetkova, la Bataille mémorable des peuples. Le sud-est européen et la conquête ottomane fin (...)

14Rentrant d’Ankara, où il était resté fidèle jusqu’à la fin à Bayazid Ier, Stefan Lazarević passa par Constantinople. Là-bas, il obtint de l’empereur byzantin le titre de despote, ce qui mit ainsi en place le Despotat serbe qui exista jusqu’en 1459, date à laquelle tomba Smederevo, sa dernière capitale. Considérant qu’avec la disparition de Bayazid Ier, ses obligations de vassal avaient cessé, Stefan Lazarević quitta finalement Constantinople pour rentrer sur ses terres avec son frère Vuk Lazarević. Alors commença en Serbie une période de troubles qui opposa principalement Đurađ Branković à Stefan Lazarević, mais aussi ce dernier à son frère, Vuk Lazarević. Avec la fin, en 1413, de la guerre civile turque qui opposa les fils de Bayazid Ierse termina aussi le conflit entre Stefan Lazarević et Đurađ Branković, ce dernier ne contestant plus le titre de despote de Stefan, tout en conservant une grande autonomie dans sa région17. Après plusieurs années de conflit, ils parvinrent à établir une cohabitation, laquelle se termina par la désignation de Đurađ comme successeur de Stefan, du fait que ce dernier n’avait pas de progéniture. Ainsi à la mort de Stefan, en juillet 1427, Đurađ Branković se trouva finalement à la tête du Despotat serbe18. Il devint ainsi le seul seigneur chrétien de ce qui restait des terres serbes, dont une grande partie était déjà dans les mains des Turcs. Les Turcs ne s’arrêtèrent point-là, car ils voulaient subjuguer la totalité de ce que restait du Despotat serbe, devenu un territoire tampon entre eux et le royaume de Hongrie. Se trouvant dans une zone de conflit permanent, le Despotat serbe tomba une première fois aux mains des Turcs en 1439. Le despote Đurađ et sa famille trouvèrent alors refuge sur le territoire du royaume hongrois, à partir duquel il participa à l’organisation d’une contre-attaque. En 1444, après une première défaite turque par une armée de croisés ayant à sa tête le célèbre Jean Hunyadi, le despote arriva à un accord avec le sultan turc Murad II qui accepta de lui rendre le territoire du Despotat19.

  • 20 Constantinople tomba le 29 mai 1453. Sur la chute de Constantinople, voir par exemple : Agostino Pe (...)

15L’arrivée au pouvoir du nouveau sultan Mehmet II en 1451 marqua pourtant le début de la fin pour le Despotat serbe. Le nouveau sultan était en effet décidé à mettre un terme à tous les micro-États chrétiens l’entourant. Le premier à tomber fut l’Empire byzantin, dont le territoire restant se résumait à sa capitale, Constantinople20. Après la prise de Constantinople en 1453, Mehmet II tourna naturellement ses yeux vers l’ouest et les États chrétiens dans les Balkans. Le Despotat serbe fut attaqué dès 1454 et au moment de sa mort en 1456, le despote Đurađ perdit la majeure partie de son État.

  • 21 Pour un aperçu général du destin de tous les membres de la famille de Branković dans les années su (...)
  • 22 Les nobles serbes au service de la couronne hongroise, dont les Branković, combattirent avec leurs (...)
  • 23 Franz Miklosich, Monumenta Serbica spectantia historiam Serbiae, Bosnae, Ragusii, Vienne, 1858, p. (...)
  • 24 Sur Vuk Grgurević, consulter Sima Ćirković, « О деспоту Вуку Гргуревићу », Зборник Матице српске (...)

16La chute de Smederevo, la capitale du Despotat serbe, en 1459, ne marqua pas la fin de la famille des Branković, dont les membres prirent des directions différentes21. Une partie s’installa au royaume de Hongrie, sous la protection du roi Mathias Corvin Ier(1458-1490). Le roi hongrois, conscient du danger turc, autorisa le titre de despote serbe sur le territoire de son royaume. Il le fit afin d’encourager la fidélité de la population serbe. Le titre de despote serbe fut dorénavant honorifique, non accompagné d’un gouvernement quelconque sur la population serbe de Hongrie. Les despotes furent assimilés au reste de la noblesse hongroise, avec un service militaire important dans la lutte contre les Turcs et autres ennemis du roi hongrois22. Pour leurs services, ils reçurent des domaines dans le royaume hongrois et la promesse du roi que s’ils parvenaient à libérer le Despotat serbe, ils pourraient le gouverner en autonomie en tant que vassaux de la couronne hongroise23. Au départ, les despotes serbes de Hongrie furent choisis parmi les membres de la famille de Branković, qui en tant que représentants de la dernière famille régnante de Serbie possédaient la légitimité nécessaire. Trois Branković portèrent successivement le titre de despote avant qu’il passe dans les mains d’autres nobles, pour être finalement abrogé en 1537. Le premier despote de la famille de Branković en Hongrie fut Vuk Grgurević (1465-1485), fils illégitime de Grgur, le fils aîné de Đurađ Branković. Les deux frères : Đorđe Branković (1486-1497/1499) et Jovan Branković (1486-1502), les fils de despote Stefan (31 mars 1458-31 mars 1459), deuxième fils de Đurađ Branković, lui succédèrent par la suite24.

  • 25 Snežana Božanić, « Srpski velikaši u političkim i vojnim previranjima oko izbora Vladislava II za (...)

17Vuk Grgurević fut le premier des Branković à entrer au service du roi Mathias, entre 1464 et 1465. Dès le départ, il jouit de la renommée de sa famille, considérable parmi les Serbes et au-delà. Avec ses succès militaires, il renforça l’espoir des Serbes des deux côtés de la frontière, tout comme sa réputation auprès de la couronne hongroise. Ainsi, après la mort de Vuk, survenue le 16 avril 1485, le roi chercha un remplaçant parmi ses parents. Il finit par choisir deux de ses cousins, les frères Đorđe et Jovan, dont le plus grand atout était de faire partie de la famille de Branković25.

  • 26 Lemajić, « Рани контакти Срба... », p. 81 ; Stanoje Stanojević, « Нешто о Јакшићима », Нова искра (...)
  • 27 Sur la famille de Belmužović, consulter : Ivan Božić, Немирно Поморје XV века, Beograd, Srpska kn (...)

18En effet, au début de 1486 ils arrivèrent en Hongrie à l’invitation explicite du roi pour prendre la place de Vuk Grgurević. Cette démarche de la couronne hongroise témoigne du poids de la famille de Branković parmi les Serbes, d’autant plus qu’à la mort de Vuk Grgurević plusieurs membres d’autres illustres familles serbes, notamment Jakšić et Belmužević, avaient déjà fait preuve de leurs capacités militaires au service du roi Mathias. Ainsi, les deux frères Jakšić, Dmitar et Stefan, qui furent les fils de Jakša Breščić, un haut dignitaire du despote Đurađ Branković, arrivèrent en Hongrie en 1464, où ils reçurent des domaines en tant que fidèles serviteurs du roi hongrois26. Miloš Belmužević obtint quant à lui aussi de grands domaines en Hongrie pour services rendus à la couronne hongroise. La date de son passage en Hongrie reste inconnue, mais dans les années 80 du xve siècle, il apparaît à la tête d’un grand domaine. Une grande partie de ce patrimoine passa par la suite dans les mains de Jakšić, suite au mariage entre Milica, la fille de Miloš Belmužević, qui perdit son fils et héritier dans les luttes contre les Turcs, et Stefan, fils de Stefan Jakšić27.

  • 28 Sur leur despotat, voir : Dinić Knežević, « Сремски Бранковићи »..., p. 28-39 ; Božanić, op. cit (...)

19Le choix d’un successeur à Vuk Grgurević fut donc dicté en premier lieu par un souci de légitimité et de continuité. Il s’avéra judicieux, car les deux frères Branković s’avérèrent être des guerriers capables et déterminés28.

  • 29 Knežević, op. cit., p. 45.

20Ces despotes serbes de Hongrie, même s’ils n’étaient pas des souverains, cherchèrent, à l’instar de leurs ancêtres, à se montrer particulièrement soucieux des intérêts de l’Église serbe, dont ils devinrent le seul point d’appui29. Ceci témoigne du fondement et des enjeux de la nouvelle étape des relations russo-serbes dont les quelques documents préservés nous apportent le témoignage.

La principauté de Moscou et les serbes

  • 30 Ces documents sont contenus dans Российский государственый архив древних актов, f. 52, op. 1, kn (...)

21Parmi les lettres et les actes, gardant les traces des relations que la grande-principauté de Moscou entretenait avec les orthodoxes des Balkans durant la première moitié du XVIe siècle, un certain nombre provenait des échanges faits avec quelques personnages serbes, notamment le métropolite de Belgrade Théophane, mais aussi la despoina Angelina, épouse du Despote Stefan et mère des despotes serbes de Hongrie, Đorđe et Jovan Branković30.

22Ces lettres, toutes datées entre 1508 et 1509, ont un contenu intéressant à plusieurs niveaux. Elles procurent un aperçu de la situation précaire de l’Église serbe ainsi que de la famille Branković dans les années suivant la fin de leur despotat serbe dans le royaume de Hongrie, tout en présentant le grand-prince moscovite comme le grand espoir de la chrétienté orthodoxe opprimée. Finalement, elles font référence aux relations préexistantes entre les représentants des Serbes en Hongrie et la dynastie de Moscou.

  • 31 Ibid., document no 8, p. 136-138.
  • 32 Le prédécesseur de Théophane est inconnu. Philothée, qui apparaît dans un document du roi Mathias d (...)
  • 33 À la mort du despote Jovan, survenue le 10 décembre 1502, le roi hongrois Vladislav II proposa d’ab (...)
  • 34 Kaštanov, op. cit., document no 10, p. 138-139.
  • 35 Ibid., document no 12, p. 140.

23Dans sa lettre de mars 150831, le métropolite de Belgrade Théophane prie le grand-prince moscovite (velikij knjaz) Vasilij III (1505-1533) d’aider son église métropolitaine qui est privée de tout soutien, et donc dans une situation difficile, depuis la disparition des seigneurs serbes. Théophane affirme suivre l’exemple de son prédécesseur, dont il ne mentionne pas le nom, et dont la demande d’aide au grand-prince de Moscou (velikomu knezu) avait produit des résultats32. Ainsi, tout comme son prédécesseur, Théophane envoie à Moscou des clercs de son église afin de transmettre sa lettre et sa demande au grand-prince. Arrivés à Moscou, lesdits envoyés précisent au grand-prince Vasilij III que, suite à la donation précédente de son père, Ivan III (1462-1505), ce dernier est régulièrement mentionné avec sa famille dans les prières de l’église métropolitaine et cela devant ses plus précieux reliquaires. Ils se présentent donc devant Vasilij III avec une nouvelle demande d’aide. Cette démarche est justifiée par le fait que le nouveau despote serbe de Hongrie est de rite latin et qu’il n’a aucune envie d’aider matériellement l’église et le monastère métropolitain de Belgrade33. En échange, ils s’engagent à nommer Vasilij III ktétôr (« patron », au sens de protecteur attitré d’une église), à l’instar de son père avant lui34. Les envoyés du métropolite Théophane transmettent par la même occasion au grand-prince Vasilij III une lettre dudit despote de rite latin, Ivaniš Berislavić (1504-1514), qui, sur la prière du métropolite Théophane, a accepté de soutenir par écrit la demande d’aide du métropolite de Belgrade35.

  • 36 Sur la vie de despoina Angelina, voir : Franc Miklošič, « Марија кћи Ангелина и Константин Аријани (...)
  • 37 L’Église serbe qui avait dans les derniers Branković un de ces appuis, les traitait comme de vrais (...)
  • 38 Kaštanov, op. cit., document no 14, p. 140-141.

24La même année que les lettres et les envoyés du métropolite de Belgrade Théophane arrivent à la cour de Moscou d’autres moines serbes portant des lettres envoyées par l’ancienne despoina Angelina36. Ses lettres sont aussi porteuses de demandes d’aide pécuniaire. Dans la première, elle explique au grand-prince son désir de faire bâtir une église pour y déposer les restes de son mari, le despote Stefan, et de son fils, le despote Jovan, devenus saints37. Elle justifie sa demande d’aide par la grande précarité dans laquelle elle se trouve depuis la mort de son fils, car les Hongrois lui ont repris tous les biens et domaines dont il jouissait en tant que despote. Angelina se tourne donc envers Vasilij III comme vers son dernier espoir pour voir construire l’église tant désirée38.

  • 39 Ibid., document no 14, 15, p. 142.

25Dans la seconde lettre, Angelina prie Vasilij III de devenir le ktétôr du monastère athonite de Saint-Panteleimon. Afin de donner plus de poids à sa demande, sans toutefois faire valoir le fait que Saint-Panteleimon était considéré comme le monastère « russe » de l’Athos, le Rossikon, elle souligne qu’à la différence d’autres monastères athonites, qui se trouvent déjà sous la protection de différents seigneurs, tels que le tsar des Ibères (Géorgiens) pour Iveron, ou le prince de Valachie, ledit monastère de Saint-Pantéleimon n’a pas de ktétôr pour prendre soin de lui39.

  • 40 Ibid., document no 27, 29, 30, 32, p. 148-152.

26Le prince Vasilij III répond favorablement à ces demandes venues de loin. Il envoie à Théophane 3 000 peaux d’écureuil (belka, monnaie de compte), 4 000 à l’ancienne despoina Angelina et 5 000 à Saint-Pantéleimon, avec une promesse d’aide pour l’avenir40. Il suit, à l’évidence, l’exemple de son père Ivan III, s’efforçant ainsi d’étendre sa renommée au-delà de sa zone d’influence. En effet, la grande-principauté moscovite, en plein essor depuis quelques décennies, commence à sortir de son isolement, dû à sa dépendance passée vis-à-vis des Tatars.

27Avec la libération définitive du joug tatar en 1480, la principauté moscovite devient non seulement indépendante, mais aussi la seule puissance orthodoxe non menacée par les Turcs. Il n’est donc pas surprenant que les peuples orthodoxes ayant perdu récemment leur indépendance politique se tournent vers elle. Les demandes d’aide du métropolite de Belgrade Théophane et de l’ancienne despoina Angelina s’inscrivent bien dans ce nouveau cadre de la fin du xve siècle. En effet, si par le passé les évêques puis les métropolites de Belgrade jouirent du soutien des différents seigneurs serbes, ce n’est plus le cas du métropolite Théophane en 1508.

  • 41 En mai 1426, Stefan Lazarević et le roi Sigismond de Hongrie signèrent l’accord de Tata. D’après c (...)
  • 42 Marija Janković, Епископије и митрополије Српске цркве у средњем веку, Beograd, Istorijski institu (...)
  • 43 Les rois hongrois permirent aux orthodoxes installés dans les régions frontalières de ne pas payer (...)
  • 44 Maxime (Đorđe Branković) était le fils du despote Stefan et de la despoina Angelina. Il fut despot (...)

28La métropole de Belgrade a connu sans aucun doute son âge d’or durant le règne du despote Stefan Lazarević, qui fit de Belgrade la capitale de son despotat, vers 1403-1404. Le retour de Belgrade entre les mains des Hongrois en 1427, après la mort de Stefan Lazarević41, n’affecta pas outre mesure la métropole, qui jouissait toujours d’un soutien financier du nouveau despote Đurađ Branković, même si la ville ne faisait plus partie du Despotat serbe. Les métropolites de Belgrade restaient proches du despote serbe, dont la capitale se trouvait dorénavant à Smederevo. Ainsi, en 1440-1441, le métropolite de Belgrade Grégoire se trouvait à Dubrovnik en compagnie du despote Đurađ Branković, qui s’y était réfugié après la première prise de Smederevo par les Turcs en 1439. Le métropolite y déposa une partie des trésors de l’église de Belgrade, en prévision d’une éventuelle prise de Belgrade par les Turcs42. Avec la prise finale de Smederevo par les Turcs en 1459, le soutien financier en provenance des seigneurs serbes disparut lui aussi. Pourtant, dans les années suivant le repli des despotes serbes en Hongrie, sous la protection de Mathias Corvin, la métropole de Belgrade trouva une certaine stabilité, parce que le roi de Hongrie voulait encourager les Serbes à continuer la lutte contre les Turcs. Dans cette optique, Mathias Corvin, puis son successeur le roi Vladislav II, permirent temporairement aux Serbes du royaume de ne pas s’acquitter de la dîme43. Ainsi, tant que les despotes furent des orthodoxes issus de la famille de Branković, la métropole de Belgrade ne se trouva pas seule face à la pression catholique. La disparition de Jovan Branković en 1502, et le passage du despotat entre les mains d’un catholique, Ivaniš Berislavić en 1504, privèrent probablement la métropole de Belgrade des derniers soutiens qu’elle pouvait avoir à la cour hongroise. Les métropolites de Belgrade du début du xvie siècle, Théophane en 1508 ou Maxime plus tard, se trouvèrent donc devant la nécessité de trouver du soutien auprès de princes orthodoxes plus ou moins éloignés. D’après les sources disponibles, Théophane, ainsi que nous venons de l’évoquer, opta pour le prince russe de Moscou tandis que son successeur Maxime fut plus tourné vers les princes de Valachie44.

  • 45 Pourtant, malgré cette description morose de l’état de ses finances, dans la même lettre, elle affi (...)

29Dans les lettres de l’ancienne despoina Angelina, le même état d’esprit transparaît. Comme pour le métropolite Théophane, c’est la relative précarité de sa situation qui la pousse à s’adresser au grand-prince de Moscou. En effet, la plus grande partie des domaines dont ses fils jouissaient en tant que despotes était directement liée à leur titre. La mort de son fils Jovan, en 1502, laisse donc Angelina dépourvue et quand Ivaniš Berislavić est nommé despote, en 1504, il récupère définitivement les domaines de Jovan. Angelina ne peut donc plus financer la construction d’une église pour abriter les restes de son mari et de son fils, qui pourtant appartiennent à l’une des familles serbes les plus illustres et les plus riches des deux siècles précédents45. Or, en tant que représentante de cette famille, elle se sent non seulement autorisée, mais aussi fondée à s’adresser au souverain russe. Ceci devient encore plus évident à travers sa demande au prince russe de devenir le ktétôr d’un monastère athonite, une démarche probablement effectuée à la prière des moines du monastère, qui avaient aussi conscience que malgré leur situation précaire, les membres de la famille de Branković gardaient au moins une partie de leur influence d’antan.

30Se retourner vers les princes orthodoxes d’autres pays pour demander de l’aide devint donc une réalité pour l’Église serbe, mais aussi pour les représentants restants de l’ancienne noblesse serbe, qui usèrent, dans la mesure du possible, de leur prestige d’autrefois. L’aide qu’obtinrent dans ce cas précis le métropolite Théophane et la despoina Angelina de la part du prince moscovite, si importante fût-elle, ne pouvait en aucun cas remplacer la stabilité des revenus qu’avait perçus l’Église serbe avant la disparition de l’indépendance politique serbe au xve siècle.

31Ainsi, à l’aube du xvie siècle, les relations entre les différents peuples orthodoxes connurent de grands changements. Ces changements étant le résultat direct de la disparition de l’Empire byzantin puis des royaumes et principautés slaves des Balkans, une nouvelle hiérarchie relationnelle devait voir le jour. La Russie émergea comme le nouveau pôle autour duquel durant les siècles suivants les autres peuples orthodoxes commencèrent à se tourner non seulement pour obtenir de l’aide pécuniaire, mais aussi militaire et culturelle.

  • 46 Turilov, « Был ли сербом составитель Русского хронографа ? », in Вопросы источниковедения и историо (...)
  • 47 La grand-mère maternelle d’Ivan le Terrible, Anna Glinskaja, était née Jagić.

32De leur côté, les clercs moscovites, soucieux de donner davantage de rayonnement à leur souverain, s’intéressent nettement plus que par le passé à l’histoire serbe. Des épisodes serbes sont inclus dans le Chronographe russe, dit de 1512, compilation d’histoire universelle qui connaîtra une assez large diffusion. De même, la monumentale Chronique enluminée (Licevoj letopisnyj svod) du règne d’Ivan le Terrible (v. 1568-1576) fera aussi une place aux Serbes46. Ivan le Terrible qui a, par sa lignée maternelle, des ascendances serbes47, sera le premier grand-prince de Moscou à se faire couronner tsar, en janvier 1547, relevant ainsi non seulement le titre impérial byzantin, mais aussi l’héritage des tsars bulgares et serbes.

Haut de page

Notes

1 Seulement quelques passages dans deux textes hagiographiques serbes font mention d’un contact entre les Serbes et les Russes durant le XIIe et le XIIIe siècle. Le premier témoignage apparaît dans la Vie de saint Sava écrite par Théodose, où il est précisé que le moine qui aida le prince Rastko (futur Sava) à s’enfuir à Mont-Athos pour devenir moine sans la permission de ses parents était d’origine russe. Le deuxième passage parle des envoyés du roi serbe Dragutin dans les terres russes chez le prince Vasilij, avec des donations pour de nombreux monastères et églises (il s’agit probablement du prince Vasilij Jaroslavič, frère cadet d’Aleksandr Nevskij, qui règne à Kostroma à partir de 1265 et devient grand-prince de Vladimir-Suzdal′ en 1272. Il meurt en 1277. Pour les brefs détails sur ce Vasilij, voir V. A. Kučkin, Формирование государственной территории северо-восточной Руси в X-XIV вв., Moskva, Nauka, 1984, p. 119). Cette mention se trouve dans la Vie du roi Dragutin (roi de Serbie entre 1276 et1282 puis roi de Syrmie entre 1282 et 1316) écrite par l’archevêque Danilo II. Voir Teodosije Hilandarac, Живот Светога Саве – написао Доментијан, Đuro Daničić (ed.), (attribution erronée de l’éditeur), Beograd, Državna štamparija, 1860, réimpression, Beograd, Državna štamparija, 1973 (introduction Đorđe Trifunović). Étude et traduction serbe moderne : Teodosije, Житије светог Саве, annotation et introduction Dimitrije Bogdanović, Beograd, Srpska književna zadruga, 1984 ; « Живот благочастиваго краља Стефана Сремскаго, званога Драгутина, а у монаштву Теоктиста монаха » dans Danilo Arxiepiskop, Животи краљева и архиепископа српских, Đuro Daničić (ed.), Zagreb, U Svetozara Galca u kom., 1866, London, Variorum Reprints, 1972, introduction Đorđe Trifunović; Arhie- piskop Danilo II, Arxiepiskop Danilo, Животи краљева и архиепископа српских, introduction Nikola Radojičić, traduction en serbe moderne Lazar Mirković, Beograd, 1935.

2 Pour un aperçu de ces relations du XIVe au XVIe siècle, consulter : Anatolij Turilov, « Культурные связи Московской Руси и Сербии в XIV-XVI вв. », Москва-Србија, Београд-Русија : документа и мате- ријали, t. 1 : Друштвене и политичке везе XVI-XVIII век, Svetlana Dolgova, Ekaterina Ivanova, Anatolij Turilov, Tatjana Subotin-Golubović (eds.), Beograd – Moskva, Аrхiv Srbije, 2009, p. 78-141.

3 Turilov, op. cit., p. 80. De son passage en « terre serbe », Cassian apporta un livre contenant des traités théologiques de Grégoire le Théologien. Sur ce livre voir : Klimentina Ivanova, « Историята на един южнославянски ръкопис в руската книжнина през XIV в », Старобългарска литература, t. 2, Българо- руски литературни връзки през средновековието, Sofia, BAN, 1977, p. 166-168.

4 Sur Serge de Radonež et son œuvre, consulter : Pierre Gonneau, Serge de Radonège & André Roublev à l'aube de la Russie moscovite : légendes et images (XIVe-XVIIe siècles), Paris, IES, 2007.

5 Turilov, « К вопросу о сербском компоненте во втором юужнославянском влиянии », Russica Romana, vol. 14, Pisa-Roma, 2007, p. 23-38.

6 Voici le passage en question cité par lhistorien Nikolaj Karamzin daprès la Chronique de la Trinité dont la rédaction est de peu postérieure à l’événement : « В лето 6912, индикта 12, княз великий замысли часник, и постави е на своем дворе за церковью, за святым Благовещеньем. Сий же часник наречется часомерье, на всякий же час ударяет молотом в колокол, размеряя и расчитая часы нощныя и дневныя: не бо человек ударяше, но человековидно, самозвонно и самодвижно, страннолепно некако сотворено есть человеческою хитростью, преизмечтано и преухищрено. Мастер же и художник сему беляше некоторый чернец, иже от Святых Горы пришедый, родом сербин, именем Лазар ». Nikolaj Karamzin, История государства Российского, t. 5, Moskva, Zalotaja Aleja, 1993, p. 315 ; Turilov, « Культурные связи Московской Руси и Сербии в XIV-XVI вв. », Москва-Србија..., p. 89.

7 Il existe une littérature considérable sur l’œuvre et la vie de Pacôme. Pour une liste des travaux, jusqu’en 1989 voir : Словарь книжников Древней Руси, vyp. 2 : вторая половина XIV-XVI вв. ч. 2 (Л-Я), Leningrad, Nauka, 1989, p 176-177. Parmi les études récentes voir : Anton Gorskij, « Пахомий Серб и великокняжеское летописание второй половины 70-х гг. », Древняя Русь. Вопросы медиевистики, 2003, fasc. 4, p. 87-93.

8 La bataille de Kosovo (1389) fut connue relativement rapidement par les Russes grâce au passage à Constantinople peu après d’un prétendant au trône métropolitain russe. Son entourage rapporta la nouvelle dans la principauté moscovite. Voir : Gelian Proxorov, Повесть о Митяе. Русь и Византия в епоху Куликовской битвы, Leningrad, Nauka, 1978, p. 89-228 ; Nikolaj Prokof′ev, « Хождение Игнатия Смолянина », Литература Древней Руси, vyp. 2, Moskva, MGPI, 1978, p. 128. Quant à la bataille de Marica (1371), elle fut connue par les Russes grâce à la traduction en slave du Pseudo-Denys l’Aréopagite faite par le moine serbe Isaïe, qui parla de ses conséquences dans la préface de sa traduction. Voir : Proxorov, Памятники переводной и русской литературы XIV-XV веков, Leningrad, Nauka, 1987, p. 42-58. Enfin, au retour du concile de Florence un membre anonyme du clergé de Suzdal′ écrivit qu’il avait vu à Zagreb le despote serbe Đurađ Branković avec sa famille. Il précisa que tout l’État du despote serbe était conquis par le sultan turc Amurat (Murad II). Voir : Библиотека литературы древней Руси, t. 6, Sankt-Peterburg, Nauka, 1999, p. 482-484.

9 En effet, tandis que la domination de la Horde d’or sur les terres russes prit fin en 1480, la plupart des royaumes et principautés orthodoxes dans les Balkans étaient déjà dans les mains des Turcs. Seule la principauté de Moldavie réussit à garder son indépendance jusqu’à la fin de la première moitié du XVIe siècle. Voir : Dan Ioan Mureșan, « Rêver Byzance. Le dessein du prince Pierre Rareș de Moldavie pour libérer Constantinople », Études byzantines et post-byzantines, 4, 2001, p. 207-265.

10 Mixailo Dinić, Хумско-требињска властела, Beograd, Naučno delo, 1967, p. 5.

11 Sur l’utilisation du titre byzantin de sébastokrator à la cour serbe consulter : Božidar Ferjančić, « Sevastokratori i kesari u Srpskom carstvu », Zbornik Filozofskog fakulteta, X/1, 1970, p. 255-268.

12 Momčilo Spremić, Despot Đurađ Branković i njegovo doba, Beograd, SKZ, 1994, p. 18.

13 Sur la région que Vuk contrôlait voir : Rade Mihaljčić, Крај Српског Царства, Beograd, 1975, p. 219.

14 Je me limite ici aux études de synthèse concernant la bataille de Kossovo, Kosovo. Legacy of a Medieval Battle, Wayne Vucinich, Thomas Emmert (eds.), Minneapolis, University of Minnesota (Minnesota Medi- terranean and East European Monographs ; A Modern Greek Studies Yearbook Supplement vol. 1), 1991 ; Свети Кнез Лазар. Споменица о шестој стогодишњици Косовског боја 1389-1989, (ed.) episkop Raško- Prizrenski Pavle et al., Beograd, 1989.

15 Stojan Novaković, Законски споменици српских држава средњега века, Beograd, Srpska Kraljevska Akademija, 1912, p. 459-460.

16 Ibid., p. 655-656 ; Spremić, Despot Đurađ Branković..., p. 48.

17 Spremić, op. cit., p. 48-72.

18 Ibid.

19 Bistra Cvetkova, la Bataille mémorable des peuples. Le sud-est européen et la conquête ottomane fin XIVe-première moitié du XVe siècle, Sofia, Sofia-Presse, 1971 ; Kenneth Meyer Setton, The Papacy and the Levant, t. 1 : The Thirteenth and Fourteenth Centuries, Philadelphia, American philosophical society, 1976, t. 2 : The Fifteenth Century, Philadelphia, American philosophical society, 1978.

20 Constantinople tomba le 29 mai 1453. Sur la chute de Constantinople, voir par exemple : Agostino Pertusi, Antonio Carile (eds.), Testi inediti e poco noti sulla caduta di Costantinopoli, Bologna, Pàtron, 1983 ; Donald Nicol, The Immortal Emperor : The Life and Legend of Constantine Palaiologos, Last Emperor of Romans, Cambridge – New York – Port Chester [etc.], Cambridge university press, 1992 ; Steven Runciman, The Fall of Constantinople : 1453, Cambridge, Cambridge University Press, 1965 (trad. fr. la Chute de Constantinople, Paris, Hachette, 1968). Sur les dernières décennies de l’Empire byzantin consulter aussi : Ivan Đurić, Сумрак Византије : време Јована VIII Палеолога (1392-1448), Beograd, Narodna knjiga, 1984 (trad. fr. le Crépuscule de Byzance, Paris, Maisonneuve et Larose, 1996); Nevra Necipoğlu, Byzantium Bet- ween the Ottomans and the Latins, Politics and Society in the Late Empire, Cambridge – New York – Mel- bourne [etc.], Cambridge University Press, 2009 ; Constantinople 1453 : des Byzantins aux Ottomans, textes et documents réunis et traduits sous la direction de V. Déroche et N. Vatin, Toulouse, Anacharsis, 2016.

21 Pour un aperçu général du destin de tous les membres de la famille de Branković dans les années suivant la prise de Smederevo en 1459, consulter : Spremić, op. cit., p. 547-559.

22 Les nobles serbes au service de la couronne hongroise, dont les Branković, combattirent avec leurs hommes non seulement les Turcs, mais aussi les autres ennemis du roi hongrois, tels que les Polonais et les Tchèques. Voir : Nenad Lemajić, « Рани контакти Срба и Хабзбурговаца (до Мохачке битке) », Истра- живања, 25, 2014, p. 73-87. Il faut préciser aussi que Đurađ Branković avait été, à la suite de Stefan Laza- rević, un des plus grands nobles du royaume de Hongrie, possessionné par Sigismond de Luxembourg, sié- geant dans la diète du royaume ce qui explique le passage des Branković en Hongrie, où ils n’arrivaient pas comme des simples réfugiés, mais comme des figures de premier rang, membres de l’élite du royaume. Voir : Émile Picot, les Serbes de Hongrie, leur histoire, leurs privilèges, leur Église, leur état politique et social, Prague, Grégr et Dattel, 1873, p. 34.

23 Franz Miklosich, Monumenta Serbica spectantia historiam Serbiae, Bosnae, Ragusii, Vienne, 1858, p. 224-225 ; Stojan Novaković, Законски споменици српских држава средњега века, Beograd, Srpska Kraljevska Akademija, 1912, p. 542-543 ; Dušanka Dinić Knežević, « Сремски Бранковићи », Истражи- вања, 4, 1975, p. 35-39. Picot, les Serbes de Hongrie...

24 Sur Vuk Grgurević, consulter Sima Ćirković, « О деспоту Вуку Гргуревићу », Зборник Матице српске за ликовне уметности, 6, 1970, p. 283-290. Sur les Branković de Hongrie consulter aussi Dinić Knežević, « Сремски Бранковићи »..., p. 5-47.

25 Snežana Božanić, « Srpski velikaši u političkim i vojnim previranjima oko izbora Vladislava II za kralja Ugarske », Истраживања, 24, 2013, p. 151-165.

26 Lemajić, « Рани контакти Срба... », p. 81 ; Stanoje Stanojević, « Нешто о Јакшићима », Нова искра, 3, 1901, p. 3-9 ; Jovan Radonić, « Прилози за историју браће Јакшића », Споменик, 59, 1923, p. 61-76 ; Samu Borovszky, « A nagylaki uradalom története », Értekezések a történeti tudományok köré- bol, 18, 1900, p. 17.

27 Sur la famille de Belmužović, consulter : Ivan Božić, Немирно Поморје XV века, Beograd, Srpska književnazadrura,1979,p.188-191;Lemajic,́ «ОнекимнејаснимпитањимаизисторијепородицеБел- мужевић », Зборник радова Балкан и Панонија кроз историју, Међународни научни скуп, Novi Sad – Sremska Mitrovica 9-10 jun 2005, Novi Sad, 2006. ; Id., Српска елита на прелому епоха, Сремска Митро- вица – Источно Сарајево, 2006, p. 195-206 ; Id., « Рани контакти Срба... »

28 Sur leur despotat, voir : Dinić Knežević, « Сремски Бранковићи »..., p. 28-39 ; Božanić, op. cit., p. 151-165.

29 Knežević, op. cit., p. 45.

30 Ces documents sont contenus dans Российский государственый архив древних актов, f. 52, op. 1, kn. 1. Ils sont repris, avec une traduction en russe dans : Sergej Kaštanov (ed.), Россия и греческий мир в XVI веке : в двух томах, t. 1, Moskva, Nauka, 2004, p. 136-153.

31 Ibid., document no 8, p. 136-138.

32 Le prédécesseur de Théophane est inconnu. Philothée, qui apparaît dans un document du roi Mathias de 1481, est le dernier métropolite de Belgrade connu du XVe siècle. En tout cas il semble qu’au moment où le despote Đorđe, vers 1499, décida de devenir moine, il fit appel au métropolite Kalevit de Sofia pour son ordination en tant que hiéromoine, ce qui implique qu’à ce moment, le siège de la métropole de Belgrade était inoccupé. Voir : Jovanka Kalić-Mijušković, Београд у средњем веку, Beograd, Srpska književna zadruga, 1967, p. 310 ; Dinić Knežević, « Сремски Бранковићи »..., p. 35.

33 À la mort du despote Jovan, survenue le 10 décembre 1502, le roi hongrois Vladislav II proposa d’abord à son frère Maxime (l’ancien despote Đorđe) de reprendre sa place. Suite au refus de ce dernier, Vla- dislav II finit par donner le titre de despote au noble croate Ivaniš Berislavić, qui épousa Jelena, la veuve du feu despote Jovan. Voir Aleksa Ivić, « Два три питања из живота Стефана Берислава », Летопис Матице српске, 246, Novi Sad, 1907, p. 114-115.

34 Kaštanov, op. cit., document no 10, p. 138-139.

35 Ibid., document no 12, p. 140.

36 Sur la vie de despoina Angelina, voir : Franc Miklošič, « Марија кћи Ангелина и Константин Аријанит », Рад Јазу, 12, 1870, p. 1-9 ; « Житије деспотице Ангелине » (éd. D. Ruvarac), Српски Сион, 15, 1905, p. 552-553 ; Ilarion Ruvarac, « О роду деспотице србске Анђелине и срећи Деспине Мрије », Збор- ник Илариона Руварца : одабрани историски радови I, Beograd, Srpska kraljevska akademija, 1934, p. 36-40.

37 L’Église serbe qui avait dans les derniers Branković un de ces appuis, les traitait comme de vrais souverains, faisant d’eux des saints, avec le désir évident de les inscrire dans la continuité de la dynastie des Nemanjić. Sur cette question, voir : Boško Bojović, l’Idéologie monarchique dans les hagio-biographies dynastiques du Moyen Âge serbe, Roma, Pontificio Istituto Orientale, 1995.

38 Kaštanov, op. cit., document no 14, p. 140-141.

39 Ibid., document no 14, 15, p. 142.

40 Ibid., document no 27, 29, 30, 32, p. 148-152.

41 En mai 1426, Stefan Lazarević et le roi Sigismond de Hongrie signèrent l’accord de Tata. D’après cet accord, le roi Sigismond acceptait de reconnaître Đurađ Branković comme le nouveau seigneur de Serbie si Stefan décédait sans héritier. En contrepartie, Đurađ accepta de devenir vassal de la couronne hongroise, tout comme Stefan avant lui, mais aussi de rendre, entre autres, la ville de Belgrade au roi hongrois. Voir : Spremić, op. cit., p. 71.

42 Marija Janković, Епископије и митрополије Српске цркве у средњем веку, Beograd, Istorijski institut Narodna knjiga, 1985, p. 153.

43 Les rois hongrois permirent aux orthodoxes installés dans les régions frontalières de ne pas payer la dîme afin d’inciter la population orthodoxe à quitter le territoire turc et à venir s’installer en Hongrie, qui manquait d’hommes. Ces privilèges étaient néanmoins limités dans le temps ainsi qu’en témoigne le conflit entre Pierre, archevêque catholique de Kaloča, et les despotes. Voir Jovanka Kalić-Mijušković, Београд у средњем веку, Beograd, Srpska književna zadruga, 1967, p. 310 ; Dinić Knežević, « Сремски Бранкови- ћи »..., p. 32-35.

44 Maxime (Đorđe Branković) était le fils du despote Stefan et de la despoina Angelina. Il fut despote des Serbes de Hongrie de 1486 à 1497/1499, date à laquelle il se fit moine. Il resta sur le domaine de son frère, jusqu’à la mort de ce dernier quand il partit avec sa mère, la despoina Angelina pour la Valachie. Étant devenu proche du prince de la Valachie Radu cel Mare (1495-1508), il devint même métropolite d’Hungaro- Valachie (1505-1508). Après le décès de son protecteur, le prince Radu, il quitta la Valachie pour revenir en Hongrie. Avec l’aide des Jakšić, il obtint un endroit, où il bâtit avec l’aide financière du prince de la Valachie, Neagoe Basarab (1512-1521), le monastère de Krušedol. Il est mentionné en 1513 pour la première fois comme le métropolite de Belgrade. Il occupa le siège métropolitain de Belgrade jusqu’à sa mort en 1516. Sur ses liens avec les princes de Valachie, où il vécut quelques années, voir : Nicolai Zagnat, « Referințe istorice despre domni munteni în corespondența diplomatică a statului moscovit cu ortodocșii din Balcani, în prima jumătate a secolului al XVI-lea », Teologie și viața, 2015, p. 207-214.

45 Pourtant, malgré cette description morose de l’état de ses finances, dans la même lettre, elle affirme avoir dépensé 100 pièces d’or pour acheter le terrain sur lequel elle veut bâtir l’église avec son fils Maxime. C’est là que sera fondé le monastère de Krušedol, bâti principalement avec l’aide financière du prince de la Valachie.

46 Turilov, « Был ли сербом составитель Русского хронографа ? », in Вопросы источниковедения и историографии истории досоветского периода, Moskva, Institut istorii SSSR, 1979, p. 55-62 ; E. P. Naumov, « Сербские главы и разделы Русского Хронографа (Итоги и задачи исследования сербских источников хронографа редакции 1512 г.) », in Русско-балканские культурные связи в эпоху средневековья, Sofia, BAN, 1982, p. 102-122 ; V. V. Morozov, « Южные славяне на миниатюрах Лицевого летописного свода », Известия на Народната библиотека “Св. Св. Кирил и Методий”, Sofia, 1992, t. 20 (26), p.67-80.

47 La grand-mère maternelle d’Ivan le Terrible, Anna Glinskaja, était née Jagić.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonel Hedjan, « Les Branković de Hongrie et la principauté de Moscou  », Revue des études slaves, LXXXIX 1-2 | 2018, 143-154.

Référence électronique

Jonel Hedjan, « Les Branković de Hongrie et la principauté de Moscou  », Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX 1-2 | 2018, mis en ligne le 09 juillet 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/res/1633 ; DOI : 10.4000/res.1633

Haut de page

Auteur

Jonel Hedjan

École Pratique des Hautes Études

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals