Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIX 1-2Quand le sens lexical est trop pr...

Quand le sens lexical est trop proche de l’invariant sémantique de l’aspect

Quelques paradoxes de la syntaxe des aspects des verba manendi en russe moderne
When Lexical Meaning and Aspectual Semantic Invariant are too Close... Analysis of some Paradoxical uses of the Aspects of the verba manendi in Contemporary Russian
Olivier Azam
p. 27-54

Résumés

La syntaxe des aspects des verba manendi, notions verbales signifiant « rester » ou « durer » (оставаться/остаться, пребывать/пребыть, затягиваться/затянуться, длиться /продлиться), présente un certain nombre de paradoxes qui font de ces notions un groupe de verbes tout à fait particulier. 1) Bien que leur sens lexical recouvre l’invariant sémantique de l’imperfectif (focalisation sur le procès), ces verbes s’emploient au perfectif. 2) Leur perfectif peut se combiner avec un vrai complément de durée (Cобрание долго затянулось, я долго останусь). 3) Au futur et à l’infinitif, les russophones ont tendance à percevoir leur imperfectif (буду оставаться) comme exprimant une durée limitée et à voir dans leur perfectif (останусь) l’expression d’une durée définitive. Notre étude rend compte de ces paradoxes en rappelant à quel point une forte interférence entre le sens lexical de la notion verbale et l’invariant sémantique aspectuel peut modifier les règles habituelles de la syntaxe de l’aspect.

Haut de page

Dédicace

À Anne-Marie, Jean-Baptiste et Marie-Astrid.

Texte intégral

  • 1 Padučeva 1987 : 176-181.
  • 2 Séville 2006 : 44.
  • 3 Azam 2012.
  • 4 Pour une notion verbale télique, la limite de perfectivité est interne : c’est le télos. Pour un (...)

1Dans sa « quête d’un invariant dans la signification de l’aspect verbal », E. V. Padučeva s’était attachée à mettre en évidence l’incidence du contexte sur la signification propre de l’aspect1, montrant que dans chaque énoncé l’invariant sémantique aspectuel entrait en synergie avec le contexte pour donner naissance à des « significations aspectuelles particulières » (SAP). C’est d’ailleurs l’analyse de la liste de ces SAP qui lui permet d’extraire, au-delà de la multitude des valeurs textuelles, l’invariant sémantique de l’aspect, ce que Jean-Paul Sémon nomme sa fonction sémantique, qui prend dans chaque contexte une valeur particulière. Mais avant même d’interagir avec le champ d’incidence, l’invariant sémantique de l’aspect entre en synergie avec une autre constante, un autre invariant que l’on retrouvera dans tous les emplois des lexèmes verbaux desservant une notion verbale : le sens lexical de celle-ci. Nous nommerons la synergie crée par l’invariant aspectuel, le sens lexical et par le préverbe éventuel constante sémantique aspecto-lexicale (perfective ou imperfective) des notions verbales que j’étudierai ici. Avec J.-P. Sémon et Svetlana Séville2, nous admettons3 que l’opposition entre perfectif et imperfectif (désormais respectivement PF et IPF) n’est une opposition privative qu’au niveau des référents, mais que du point de vue sémantique il s’agit d’une opposition équipolente dans laquelle chaque terme est marqué : la marque ou invariant sémantique de l’IPF est la focalisation du procès, celle du PF la focalisation sur le franchissement de la limite de perfectivité4, qui est toujours une limite terminale.

  • 5 Le concept de « notion verbale », emprunté à J.-P. Sémon, est plus vaste que celui de couple asp (...)
  • 6 Du latin manēre : « rester, demeurer ».

2Dans la plupart des notions verbales (désormais NV)5 l’invariant sémantique aspectuel et le sens lexical se précisent et se complètent mais n’interfèrent guère. Dans une minorité de NV, notions atéliques ou téliques appartenant au champ lexical de la réussite d’une entreprise, le sens lexical et les invariants sémantiques aspectuels (respectivement de l’IPF et du PF) interfèrent partiellement. Mais il est un petit nombre de NV dont le sens lexical semble correspondre quasi exactement à l’invariant sémantique de l’un des aspects : c’est notamment le cas des verba manendi6, les verbes exprimant l’idée de « rester, demeurer » voire de « durer » dont la plupart, en russe comme en français, sont susceptibles d’être utilisés soit comme verbes d’existence, soit comme substituts de copule. Puisque le sens lexical de ces NV semble recouvrir parfaitement l’invariant sémantique de l’IPF il semblerait a priori logique pour un non russophone d’imaginer que ces verbes fussent des imperfectiva tantum. Or il n’en est rien. Non seulement les verba manendi existent au PF, mais, paradoxe supplémentaire, ils peuvent même s’employer au PF dans des conditions qui normalement excluent l’usage du PF d’une notion verbale ordinaire. Ainsi, à côté dun IPF qui ne surprend pas :

1. И тут же лопнет мыльный пузырь надежд РА [Росавиации] на то, что монополия на подготовку коммерческих пилотов в России, взлелеянная годами, будет вечно оставаться в руках государства. (@)

3On trouve couramment les verba manendi employés au PF avec des adverbes tels que вечно ou долго, ou encore des compléments de durée à l’accusatif sans préposition qui ne sont normalement possibles qu’en cooccurrence avec un IPF ou avec un PF métrique en <про.-> ou un PF de congruence en <по.-> (прожить, пожить) :

  • 7 Les exemples suivis de la mention RC sont tirés du Corpus national de la langue russe (Nacionalny (...)

2. Вкусите только ее пряного дыхания – и в душе вашей вечно останется ее зов, которого не заглушат, не изгладят в душе долгие годы, проведенные вдали от нее. (V. M. Černov, Перед бурей. Воспоминания, 1953) RC7

4S’agit-il d’une simple « homonymie aspectuelle » ? Quelle différence exprime ici le choix du PF ? Comment expliquer les paradoxes de la syntaxe de l’aspect des verba manendi ? Afin de montrer, à partir de l’exemple de ces verbes, à quel point l’interférence du sens lexical d’une NV avec l’invariant sémantique aspectuel peut modifier les règles habituelles du choix de l’aspect, nous analyserons la particularité syntaxique la plus paradoxale des NV signifiant « rester » : leur faculté à s’employer au PF avec un complément de durée. Pour ce faire, nous étudierons essentiellement au passé et au futur les emplois avec différents compléments de durée du verbum manendi par excellence оставаться / остаться « rester » ; mais aussi de son synonyme soutenu пребывать / пребыть (« rester, demeurer ») ainsi que de la NV длиться / продлиться « durer ». Nous y ajouterons le couple затягиваться / затянуться, pris au sens de « se prolonger (au-delà de ce qui était prévisible) », notion qui présente des particularités analogues à celles de оставаться / остаться. Nous n’étudierons que des actes non répétés.

1. La somme des facteurs perfectivants et imperfectivants : de l’accumulation au basculement

  • 8 Sémon 1982 : 195.

5Dans une langue comme le russe où l’aspect est une catégorie morphologisée, son choix, qui oblige un énonciateur à sélectionner dans l’arsenal d’une notion verbale une forme verbale IPF ou bien PF, constitue par essence un acte syntaxique. Toutefois, comme le fait remarquer Jean-Paul Sémon, « la fonction sémantique de l’énoncé [n’]est que la résultante de fonctions sémantiques nombreuses dont la nature (qualificative, adéquative, situative, constitutive) et le territoire (syntagme, proposition, phrase, mégaphrase) diffèrent. Chacune est exercée par un certain nombre de traits textuels ou fonctèmes formant une synergie8. » Ces synergies sont des opérations complexes, et il en résulte que le choix de l’aspect, s’il relève fondamentalement de la syntaxe, se trouve toujours aux confins de trois domaines linguistiques : la syntaxe, la sémantique et la pragmatique.

6Devant employer une forme verbale qui, in situ, sera soit PF, soit IPF, l’énonciateur aura pour tâche, dans chaque cas concret, de faire la somme des facteurs imperfectivants et des facteurs perfectivants et de regarder de quel côté penchera la balance. En d’autres termes, il doit non seulement établir une liste exhaustive des facteurs de chaque type, mais également tenir compte de leur poids relatif, tel facteur perfectivant pouvant peser plus lourd que tel autre facteur imperfectivant. Identification et hiérarchisation des facteurs imperfectivants et perfectivants constituent donc les étapes de l’algorithme du choix de l’aspect.

  • 9 Lorsque la limite de perfectivité est franchie et qu’il n’y a pas répétition ; lorsque la limite (...)

7Les facteurs les plus facilement identifiables et les plus contraignants ressortissent aux fonctions adéquatives du choix de l’aspect : en fonction de l’aspect choisi, la nature même de l’acte que l’énonciateur demande à son allocutaire de se représenter (acte singulier ou répété, de procès clos ou bien ouvert, ayant atteint son télos ou pas) pourra se trouver modifiée. L’ensemble des situations référentielles envisageables peut être défini au moyen de deux critères : la limite de perfectivité de l’acte est-elle franchie ou non, l’acte est-il répété ou non. En combinant les deux critères et en supposant que l’énonciateur et l’allocutaire connaissent la réponse à chacune de ces questions, on arrive à quatre combinaisons, qui correspondent aux quatre situations objectivement possibles dans la réalité extra-linguistique. Mais naturellement, le destinataire du message, tout comme l’énonciateur peuvent ignorer l’une ou l’autre des réponses à ces questions, voire aux deux, ce qui des points de vue subjectifs de l’énonciateur et de l’allocutaire porte le total des situations envisageables à neuf. Or dans la majorité de ces situations, un seul aspect est possible. En effet, s’il n’existe aucune configuration référentielle dans laquelle l’emploi du PF est a priori obligatoire, il existe en revanche plusieurs configurations dans lesquelles l’emploi du PF est exclu et par conséquent l’usage de l’IPF est obligatoire : le PF est en effet inapte à exprimer un acte qui n’a pas indubitablement franchi sa limite de perfectivité. Par conséquent, dans six des neuf combinaisons possibles, l’énonciateur ne dispose d’aucune liberté de choix et se voit contraint d’employer l’IPF. Il ne reste que trois cas9 où il peut choisir entre les deux aspects.

8Pourtant, si tous deux sont théoriquement possibles, il est rare que dans un énoncé la balance des facteurs imperfectivants et perfectivants soit en équilibre, permettant l’émergence de ce que l’on appelle parfois la « synonymie aspectuelle », synonymie qui n’existe de toute façon qu’au niveau des référents. En effet, dans la plupart des cas, la combinaison des facteurs sémantiques et pragmatiques fait pencher la balance d’un côté ou de l’autre. Presque toujours, plus les facteurs convergeant en faveur d’un aspect s’accumulent, plus la balance penche dans sa direction. Ainsi, lorsque l’énonciateur veut poser un nouveau jalon dans un récit décrivant une suite d’événements non répétés (facteur perfectivant) et qu’il précise en combien de temps le télos a été atteint au moyen du complément de temps {за+A.} (autre facteur perfectivant), ces deux facteurs perfectivants, dont chacun serait à lui seul suffisant pour conduire au choix du PF, se cumulent et se renforcent :

3. Он вошел в комнату и за две минуты успел переодеться.

9Pour un locuteur non natif, la tâche du choix de l’aspect semble particulièrement simplifiée lorsque dans une situation donnée il relève plusieurs facteurs convergents en l’absence de facteur divergent : cette accumulation de facteurs convergents semble être un indicateur tout à fait sûr de l’aspect à choisir. Mais à condition toutefois que ces facteurs convergents ne soient pas trop parfaitement explicites dans l’énoncé, car c’est alors que peut se produire un renversement de situation totalement inattendu et déroutant pour le non-russophone : lorsque sont déjà explicitement exprimées des nuances que, dans un contexte moins transparent, le choix de l’aspect devrait porter, celui-ci se trouve libéré de cette contrainte par la limpidité du champ d’incidence. Le choix de l’aspect qui aurait dû être employé pour exprimer la nuance déjà explicite n’est plus impératif, et l’énonciateur a de nouveau réellement le choix du point de vue (vid au sens propre) qu’il veut porter sur l’acte verbal : l’aspect est libéré pour exprimer d’autres nuances qui, dans un contexte moins explicite, auraient été sacrifiées au profit de l’expression de la valeur textuelle ici explicitement exprimée autrement que par l’aspect. Ainsi, on sait par exemple que l’acte objet, non répété, télique et devant atteindre son télos régi par надо est exprimé par défaut à l’infinitif PF :

4. Завтра надо встать в семь часов.

  • 10 «Приступ к действию» dans la terminologie d’O. P. Rassudova.

10Mais si, à l’idée d’obligation, l’énonciateur souhaite ajouter la valeur textuelle de passage immédiat à l’action10, il devra employer l’IPF :

5. Уже семь часов, надо вставать!

  • 11 Même si «Надо немедленно вставать», à l’IPF, reste possible. Mutatis mutandis, dans les contextes (...)

11Fort de ces connaissances, le locuteur non-russophone pourrait naïvement imaginer, en prenant à tort l’expression explicite comme un facteur convergent cumulatif comme les autres, que dans un contexte où l’idée de passage immédiat à l’action est explicitement exprimée lexicalement, c’est l’IPF qui s’impose. Et il commettrait une erreur : la présence d’un adverbe comme немедленно, au contraire, libèrera le choix de l’aspect et rendra à nouveau possible l’emploi de l’aspect qui exprime la focalisation sur le franchissement du télos, le PF11 :

6. Пять программ которые нужно немедленно удалить из вашего смартфона.
(@)

12Les verba manendi, qui constituent l’objet de notre étude, sont un cas particulier de choix paradoxal de l’aspect, un de ces cas où les facteurs sont si sont convergents et transparents qu’ils peuvent aboutir à un résultat opposé à celui vers lequel tous ces facteurs semblaient devoir faire pencher la balance. De fait, nous allons voir que c’est précisément le sens lexical de ces verbes qui leur permet de s’affranchir, pour des raisons qui leur sont propres, de contraintes qui pèsent normalement sur la syntaxe de l’aspect.

2. La particularité des verba manendi : leur capacité à se combiner au pf avec un vrai complément de durée

  • 12 Sous l’étiquette {на+A} nous rangeons aussi les compléments {на + adverbe} du même type (надолго (...)

13L’une des règles les plus strictes de la syntaxe des aspects, facilement mémorisable et rapidement assimilée par tous les non russophones, est l’impossibilité d’employer un véritable complément de durée avec le PF. Il convient toutefois de désambiguïser la notion de « complément de durée » : il est vrai effet que certains compléments exprimant l’idée de durée s’emploient sans difficulté (et s’emploient même par défaut, hors répétition) avec le PF. Tel est le cas de {за + Acc.} « en (tant de temps) » et {на + Acc.}12 « pour (telle durée) » :

7. Мальчик решил задачу за десять минут.

8. Куда сходить в Париже, если ты приехал на три дня .

14Aucun de ces deux circonstanciels de temps n’indique la durée du procès proprement dit. Le premier, {за+Acc.}, indique la durée nécessaire au franchissement du télos, et focalise naturellement l’attention de l’énonciateur sur ce franchissement et non sur le procès, ce qui implique, hors répétition, l’emploi du PF. Le second circonstant temporel, {на+Acc.}, indique la durée pour laquelle la qualification inaugurée par le franchissement de la limite de perfectivité restera valable. Autrement dit, pour reprendre la division de l’acte verbal en stades inspirée de Z. Vendler et reprise par E. V. Padučeva et J.-.S. Sémon, {на+Acc.} indique la durée de validité de la qualification de stade III posttélique, ce qui là aussi implique une focalisation sur le franchissement du télos et entraîne régulièrement, hors répétition, l’emploi du PF. Mais aucun de ces deux compléments évoquant la durée ne porte sur le procès lui-même. C’est là une différence fondamentale avec les « vrais » compléments de durée.

15Pour lever toute ambiguïté, je parlerai donc par convention de « vrais » compléments de durée pour désigner les compléments de durée (syntagme à l’accusatif sans préposition, adverbe exprimant la durée...) autres que {на + Acc.} et {за +Acc.}. Ce sont ces vrais compléments de durée qui, normalement, portent sur le procès en cours et, en focalisant l’attention de l’énonciateur sur le procès ouvert, le contraignent à employer systématiquement l’IPF, y compris lorsque l’acte est de procès clos entièrement révolu. Un Russe est obligé de dire à l’IPF :

9. Я учил французский три года.

16et il ne pourra le faire au PF. La force de cet interdit est telle que la faute « *J’étudiais le français pendant trois ans » pour « J’ai étudié le français pendant trois ans » est l’une des fautes de temps les plus courantes des russophones étudiant le français : en réalité, la faute de temps n’est que le résultat final, et elle recouvre en fait une confusion entre les temps du français et les aspects du russe. Ayant abusivement placé un signe égal entre leur passé PF et le passé composé d’une part et entre le prétérit IPF et l’imparfait d’autre part, les russophones ont tendance à exclure automatiquement la forme qui correspond pour eux au PF dès qu’apparaît un complément de durée.

3. Verba manendi au Pf et compléments de durée du procès inventaire

17Au passé comme au futur, les PF остаться, пребыть et затянуться se combinent régulièrement avec les compléments de durée suivants : {до + G} employé au sens de « jusqu’à » et indiquant jusqu’à quel moment se prolonge l’acte du verbum manendi ; accusatif sans préposition ; {несколько + subst. désignant un intervalle de temps} ; adverbes exprimant la durée : (не...) долго, недолго ; le comparatif дольше ; всегда (exprimant la durée et non la répétition) ou вечно.

A) До + G

  • 13 Я прочитаю эту книгу до среды. « J’aurai lu ce livre avant mercredi »

18Lorsque {до+G.} ne désigne pas une période et ne signifie pas « jusqu’à (telle date) » mais qu’il est employé au sens de « avant (telle date) » pour indiquer avant quel repère temporel le télos aura été atteint, il s’emploie tout à fait régulièrement avec le PF d’un verbe télique13. En revanche, pour indiquer « jusqu’à quand » un procès se déroule, {до+G.} exclut normalement l’usage du PF. Nous ne nous intéresserons ici qu’à ce dernier {до+G.}. Sa combinabilité exceptionnelle avec le PF constitue une propriété spécifique des verba manendi.

19Passé

20Продлиться

10. Пребывание делегации в России продлилось до 22 ноября.
(Журнал Московской патриархии, 24 novembre 2003) RC Затянуться

21Затянуться

11. В итоге процесс затянулся до неопределенного времени.
(@, podrobnosti.ua, 12 juin 2017)

22Остаться

12. Александр Николаевич Попов работал в молодости гимназическим учителем, что скромнее, но в некотором смысле первозданнее, чем «университетский преподаватель», – им он остался до гробовой доски.
(S. S. Averinicev, Попытки объясниться, 1981-1987) RC

13. Аксаков остался до конца жизни вечным восторженным и беспредельно благородным юношей; он увлекался, был увлекаем, но всегда был чист сердцем.
(А. I. Gercen, Былое и думы, 1857) RC

14. Всегда и во всем он был самим собою и таким остался до конца дней своих.
(I. N. Potapenko, Несколько лет с А. П. Чеховым, 1904-1914) RC

15. Он остался до конца связанным с породившей его народной толпой.
(Julija Sazonova, Уличный театр, 1937) RC

16. Александр Александрович остался до самого конца, пришел домой в начале четвертого часа и просил меня не будить его раньше восьми часов.
(N. P. Litvinov, Из дневника Н. П. Литвинова, 1861-1862) RC

17. Я жил с Витбергом в одном доме два года и после остался до самого отъезда постоянно в сношениях с ним.
(А. I. Gercen, Былое и думы, 1854-1858) RC

18. И после года, или полутора лет, он крестился, и остался до сих пор верующим, и рад этой встрече с Живым Богом.
(métropolite Antonij (Blum), Встреча с Богом Живым, 1990-1991) RC

23Futur

24Продлиться

19. Акция продлится до 31 декабря. (@)

20. Нуреевская выставка продлится до начала будущего года.
(Столица, 1997.11.24) RC

21. А я, глядя на мою героиню, сказал: «Если останешься навсегда такою чистою и непорочною, как теперь, то минута твоей светлой радости продлится до гроба ».
(Т. G. Ševčenko, Прогулка с удовольствием и не без морали, 1855-1858) RC

25Затянуться

22. Если работать в одну смену, ремонт затянется до 1 декабря.
(Новгородские ведомости, 2013) RC

23. Я высказал предположение, что война затянется до 44-го года.
(Vs. V. Ivanov, Дневники, 1940-1948) RC

26Остаться

24. В нем родился, в нем останусь до конца своих дней.
(V. Zapašnyj, Риск. Борьба. Любовь (1998-2004)) RC

25. – Ты не рассердишься, если я у тебя останусь до утра? (А. I. Kuprin, Колесо времени, 1929)

26. Поклонитесь от меня вашей милой жене – я здесь останусь до 8 января. (А. А. Fet, Мои воспоминания, часть II, 1862-1889) RC

27Cette liste d’exemples d’emplois du PF avec un complément de durée en {до +G} permet déjà de faire un certain nombre de constatations : d’une part, on remarque que les compléments de durée se combinent aussi bien avec остаться employé absolument comme verbe d’existence (25) qu’avec остаться utilisé comme substitut de copule (13) ; cette différence entre les deux constructions de остаться est sans influence sur la combinabilité de ce PF avec un complément de durée.

28D’autre part, on aura noté que продлиться et затянуться sont, dans la plupart des cas, suivis d’une indication de date relativement proche (quantième, mois, saison voire année) et que остаться, en revanche, est beaucoup plus rarement suivi d’une indication de date proche (до утра, до 8 января) ou d’un repère renvoyant au moment de l’énonciation (до сих пор) que d’un repère marquant un terme définitif : on note dans l’ensemble du corpus d’exemples – dont on n’a cité ici qu’une petite partie – la surreprésentation du substantif конец (до конца чего-то) et la forte présence d’expressions désignant la fin de l’existence (до гробовой доски, до конца дней своих...). Certes, la répartition n’est pas si systématique : de même qu’il y a quelques compléments de остаться indiquant une durée proche, on peut trouver продлиться до гроба, « jusqu’à la tombe ». Il n’en demeure pas moins que la sémantique des compléments de durée en {до + G} les plus employés avec остаться confirme l’intuition des locuteurs natifs : d’une manière ou d’une autre, остаться signifie toujours rester définitivement (fût-ce définitivement jusqu’à une date précise).

B) Accusatif sans préposition

29Passé

30Продлиться

27. Я собиралась любить его вечно. Мое «вечно» продлилось 4 года. Сейчас он абсолютно чужой для меня человек, и мне сложно даже представить, что когда-то я любила его и мы были счастливы вместе. (@//VK)

31Затянуться

28. Он показал видеоролик о ремонте моста в Велиже, который затянулся два года .(@, 2017)

32Futur

33Продлиться

29. Международный литературный симпозиум продлится три дня. (@)

34Затянуться

30. Сама процедура выхода страны из ОАГ (Организации Американских Государств) довольно сложная и затянется два года.
(@, piterburge.ru, 2017)

35Остаться

31. В последних числах мая мне надо быть в Новгородской губ., где я останусь месяц-полтора, а оттуда поеду на всё лето, вероятно, в Херсонскую губ. к художнику Н. Д. Кузнецову, портрет которого я также думаю написать к следующей выставке. (А. P. Čexov, Э Браузу, 29 марта 1897)

32. Но мне кажется гораздо опасней, если я останусь неделю без Ферона в крови. (@)

C) {несколько + subst. désignant un intervalle de temps}

36Infinitif

37Затянуться

33. Сам процесс назначения главы ФСР [Федеральной службы расследований] может затянуться несколько месяцев. (@, 2008)

38Passé

39Затянуться

34. Надеемся, вы еще помните, что когда-то давно фанаты уже ждали премьеру первого сезона, ожидание затянулось целых несколько лет.
(@, zona2.info, 2016)

40Futur

41Остаться

35. Кемский оставил письмо к нему у Вышатина: извещал его о своем отъезде, просил взять отпуск и ехать к нему; говорил, что, в ожидании его, останется несколько времени в Москве...
(N. I. Greč, Черная женщина, 1834) RC

36. Я еду отсюда в субботу, останусь несколько дней в Бухаресте и надеюсь к Рождеству быть у вас. (N. P. Ignat′ev, Походные письма 1877 года,1877) RC

42Fondamentalement, ces compléments de durée sont très proches des précédents (3.B) : comme les accusatifs de durée sans préposition, ils expriment une durée ouverte et quantifiée ; la seule différence réside dans l’incertitude portant sur la quantité : несколько indique que celle-ci est déterminée, mais inconnue ou non précisée. Les compléments à l’accusatif sans préposition et les compléments {несколько + substantif désignant un intervalle de temps} sont les moins fréquents des compléments de durée qui apparaissent avec le PF des verba manendi.

D) долго

43Le complément de durée долго, au contraire, est celui que l’on rencontre le plus fréquemment et qui semble se combiner le plus librement avec le PF des verba manendi. Il peut apparaître dans une interrogative (directe ou indirecte) : как долго, столь долго ; son sens peut être renforcé : долго-долго, неоправданно долго, неимоверно долго, слишком долго, очень долго ; il peut également apparaître au comparatif дольше.

44Passé

45Продлиться

37. Впрочем, неестественно бы было, если ее горячка долго продлилась.
(A. N. Vul′f, Дневник, 1830) RC

46Затянуться

38. Другое дело, что неоправданно долго затянулось организационное становление чеченской милиции, ее оснащение и профессиональное обучение. (Коммерсантъ-Daily, 2003) RC

39. А великий человек творил и, когда надоедало сидеть тихо детям и они находили, что творчество долго-долго затянулось, то мать говорила: «[...]». (А. S. Sorokin, Писатель Александр Тараканов, 1920-1927) RC

40. А гоф-фурьер спрашивал меня потом, почему так неимоверно долго затянулся завтрак?...
(А. I. Denikin, Путь русского офицера, 1944-1947) RC

41. Пауза затянулась дольше, чем следовало, и Олежка толкнул меня локтем в бок: (Е. Zaveršneva, Высотка, 2012) RC

47Остаться

42. Он очень долго остался в этот вечер на заводе, особенно тщательно наблюдал за его ходом, бессознательно стараясь как можно больше угомониться. (А. I. Kuprin, Впотьмах, 1892) RC

43. Жолкевский не долго остался в Москве. (N. I. Kostomarov, Русская история в жизнеописаниях ее главнейших деятелей, 1862-1875) RC

44. Она долго осталась неподвижной и долго глядела неподвижно и прямо из-под сдвинутых бровей. (I. S. Turgenev, Первая любовь, 1860) RC

45. В то время иностранцам было много хода в России, и Ульрих Райнер не остался долго без места и без дела. (N. S. Leskov, Некуда, 1864) RC

46. Малый был он видный, сильный и плотный, несмотря на свои сорок лет, и потому не остался долго без занятия...
(М. Е. Saltykov-Ščedrin, Невинные рассказы / Запутанное дело, 1848-1863) RC

48En revanche, les énoncés illustrés par lexemple suivant, dans lesquels le PF остаться au prétérit est précédé de долго et suivi dun infinitif IPF ne sont pas pertinents :

47. Мне, может, не очень долго осталось жить.
(È. Radzinskij, Она в отсутствии любви и смерти,1981) RC

49En effet, en dépit de sa place, l’adverbe долго ne porte pas ici sur остаться, comme dans les exemples précédents, mais sur l’infinitif жить. Il s’agit simplement d’un cas d’ « inversion » expressive de l’ordre des mots avec antéposition du rhème не очень долго. Dans un ordre des mots neutre le complément de durée serait placé à la fin, après жить, sur lequel il porte.

  • 14 Notre liste d’exemples ne contient que quelques-uns des exemples relevés avec затянуться mais pres (...)
  • 15 Les seuls exemples récents sont des « faux positifs », des énoncés décrits supra dans lesquels (...)

50On notera que les emplois de долго avec le PF prétérit de остаться sont assez rares, si on les compare à la fréquence des occurrences de затянуться dans les mêmes conditions14. De plus, pour les cas où долго est postposé en position rhématique, nous n’avons trouvé que des occurrences du XIXe siècle ; s’agirait-il d’un gallicisme ? Un calque du français « Elle resta longtemps immobile ? » Gallicisme ou pas, nous pouvons dire en anticipant quelque peu sur nos conclusions qu’il apparaît clairement que долго остался est employé au passé pour надолго остался, et que cette confusion, tolérable ici au passé au XIXe siècle, semble ne plus l’être aux xxe et xxie15.

51Futur

52Продлиться

48. Кажется, это последние жесточайшие атаки немцев. Как долго продлится это? Видимо, не так уж и долго, если такие потери.
(V. Davydov, Театр моей мечты, 2004) RC

49. Видно по всему, что еще долго продлится это лечение, и конца ему не предвидится.
(P. I. Čajkovskij, Письма Н. Ф. фон-Мекк, 1883) RC

50. Спор о том, была ли она империей, продлится долго.
(Е. Gajdar, Гибель империи (2006)) RC

51. Теперь же царствование твое не продлится долго.
(P. I. Kovalevskij, Навуходоносор, царь Вавилонский, 1900-1910) RC

53Затянуться

52. Врачи утверждают, что процесс там долго не затянется, два, максимум три часа. (Ju. Ivanovič, Защита звездного престола, ІІ, 2013)

53. Как долго затянется ваша экспедиция? (V. Matalasov, Тайна вселенской реликвии, 2016)

54Остаться

54. – В деревнях им будет очень трудно, – заметил я ему, – и едва ли они там долго останутся.
(N. А. Morozov, Повести моей жизни/Свободные горы, 1912) RC

55. Смысл этих надписей, как полагает Шмидт, еще долго останется не ясным.
(Ju. Rjazancev, Наука и жизнь, 2006) RC

56. Сколько помнится, он не долго останется в Петербурге.
(P. I. Čajkovskij, Письма Н. Ф. фон-Мекк, 1881)

E) всегда

55Les compléments de durée всегда et вечно sont sémantiquement très proches. Nous ne les avons rencontrés ni avec le PF de затянуться, ni avec celui de продлиться. On ne rencontre avec ces deux derniers lexèmes PF que la construction régulière attendue avec un PF normal : {на+A}.

57. Моя любовь затянулась на вечно! (@)

56Всегда et вечно ne se combinent qu’avec остаться et пребыть. Très rarement au passé et régulièrement au futur. On rencontre aussi quelques occurrences de затянуться au futur avec вечно.

57Passé

58Остаться

58. В делах гражданских я остался всегда « гастролером ».
(V. А. Maklakov, Из воспоминаний (1954)) RC

59. –Я согласилась,– говорила себе теперь Наташа,–что было быужасно, если б он остался всегда страдающим.
(L. N. Tolstoj, Война и мир, том четвертый, 1867-1869) RC

59Futur

60Остаться

60. Но что бы ни было, я всегда всегда останусь человеком, потому что я себя не потеряла.
(О. Timofeeva, Русский репортер, No 8 (136), 4-11 марта 2010) RC

61Пребыть

61. Тогда это был настоящий пензенский коренник, [...] с лицом, на котором, казалось, было написано: был, есть и всегда пребуду в здравом уме и твердой памяти.
(М. Е. Saltykov-Ščedrin, Незавершенные замыслы и наброски, 1869-1872) RC

E) вечно

62Au passé, nous n’avons pas rencontré de verbum manendi PF avec вечно. Les seuls exemples d’emplois du prétérit PF avec вечно figurent en fait dans des propositions au mode dit hypothétique introduites par чтобы dans lesquelles l’acte exprimé par остаться est prospectif par rapport à l’acte régissant la complétive.

62. – Это же неизбежно должно было случиться, – беспечно заметил я, – и было бы странно желать, чтобы ты вечно осталась в девушках при ней.
(А. K. Šeller-Mixajlov, Вешние грозы, 1892) RC

63Ce prétérit employé avec (что)бы n’est pas un vrai passé. Si la complétive n’était pas au mode hypothétique, on aurait un futur PF.

64Pour затянуться, nous avons relevé un exemple de PF à l’infinitif avec вечно. Tous les autres énoncés rencontrés sont au futur. Si les exemples avec остаться et пребыть sont assez courants et appartiennent à la langue littéraire, les exemples avec затянуться semblent se situer aux marges de celle-ci, à en juger par les sources. La langue littéraire remplacerait вечно par un complément en {на+A}.

65Infinitif

66Затянуться

63. Но не могло же затянуться вечно...
(А. Burovskij, Сибирская жуть 6. Дьявольское кольцо) RC

67Futur

68Затянуться

64. И это, как я понимаю, затянется вечно! Я просто не верю, что в течении (sic) 40 дней не получается получить ответ от Билайна! (@, 2013)

69Остаться

70Nous avons relevé 18 exemples contenant une cooccurrence du futur PF de остаться avec вечно. Nous nen citons que quelques-uns :

65. Более того, я не верю, что существующая система образования останется вечно. (@)

66. Человечество не останется вечно на Земле. (@)

67. А то крестьянство теряет лучших членов и вечно останется чернью, быдлом, а дворянство тоже терпит ущерб от прилива некультурных эле- ментов. (F. K. Sologub, Мелкий бес, 1902) RC

68. Любите души, а не тела. Тело рано или поздно одряхлеет и потеряет красоту. И только душа останется вечно молодой. (M. Nogaeva, stihi.ru)

69. это был страшный день в моей жизни, и вечно останется он памятен мне! (М. Е. Saltykov-Ščedrin, Противоречия, 1847) RC

71Пребыть

70. Вера упразднится, но разум пребудет вечно, ибо человек вечно пребудет разумным существом.
(V. V. Zen′kovskij, История русской философии, 1948) RC

71. Благотворное влияние его на русскую поэзию есть и пребудет вечно.
(V. Аstaf′ev, Затеси (1999; Новый Мир, 2000)) RC

72. Всегда была и пребудет вечно живая жизнь.
(А. Jakovlev, Омут памяти, т. 1, 2001) RC

72Dans la plupart des exemples (si l’on y inclut ceux qui n’ont pas été cités ici faute de place), стать et пребыть sont utilisés comme substituts de copule ; mais là aussi, leur emploi avec un complément de durée en tant que prédicats d’existence n’est pas exclu (ex. 65-66, 71-72), et ici encore l’opposition prédicat d’existence vs. substitut de copule n’apparaît pas pertinente en ce qui concerne la combinabilité du PF des verba manendi avec un complément de durée.

73Du corpus d’exemples cités dans cette troisième partie, on retiendra tout particulièrement l’affinité de остаться avec des compléments de durée indiquant un changement qui, d’une manière ou d’une autre et à un moment donné est perçu ou présenté comme définitif.

4. Interprétation. Situation des verba manendi dans la chaîne stadiale

74Un groupe de notions verbales original. Constante sémantique aspecto-lexicale du PF des verba manendi

  • 16 Cf. Sémon 1986 : 612.

75Pour tenter de comprendre le paradoxe que constitue la combinabilité du PF des verba manendi avec un véritable complément de durée, il faut avant tout s’interroger 1) sur la classe sémantique à laquelle ils appartiennent et 2) sur le type de couples que forment ces NV en précisant à quel endroit leur IPF et leur PF se situent du point de vue stadial, c’est-à-dire « dans la chaîne qualificative actuelle des stades par lesquels passe la qualification sujet-verbe16 ».

  • 17 Ibidem.

76Par leur signification, les verba manendi semblent devoir se rattacher tout naturellement à la classe sémantique des NV atéliques de type стоять, жить, etc. vu qu’ils expriment comme elles un procès non évoluant et « uniqualificati[f] puisqu’ils ne comporte[nt] qu’une seule qualification, celle du sujet17 ». Du point de vue stadial, les IPF оставаться, пребывать, длиться ou затягиваться sont situés comme стоять au stade III d’une qualification stable :

77Toutefois, pour tous les verba manendi à l’exception de длиться, c’est ici que s’arrête la comparaison. En effet, pour la grande majorité des NV atéliques de procès non évoluant, l’opposition aspectuelle s’incarne dans un arsenal de trois lexèmes verbaux : un verbe IPF simple, un PF de congruence en <по.-> et un PF métrique en <про.->. Si l’on reprend l’exemple de стоять, on retrouve ces trois lexèmes : l’IPF стоять et les PF по.стоять et про.стоять. Mais à l’exception de длиться, les verba manendi que nous étudions ne sont pas des verbes simples.

78À la différence des verbes téliques, qui, eux, tendent vers un télos interne (stade II) après le franchissement duquel (passage du stade II au stade III) l’acte est aboli, à moins qu’il ne soit réitéré, les NV atéliques ne peuvent posséder qu’une télicité externe. Comme l’a montré J.-P. Sémon, l’un des deux verbes PF, préverbés au moyen du préverbe <по.-> dit « limitatif », indique le temps limité (pas forcément bref) pendant lequel le sujet souhaite que l’acte se poursuive ou la durée limitée qui convient à la nature de l’acte (si le sujet n’est pas pourvu de volonté) ; le PF métrique en <про.-> précise cette durée, le plus souvent en la chiffrant, et ajoute la nuance d’une certaine résistance de l’acte au sujet qui l’accomplit. L’IPF peut être représenté par une droite, sans début ni fin, et les deux PF par des segments. Mais tous les trois expriment une qualification stable de stade III :

79Les verbes PF en <по.-> et <про.-> des notions atéliques sont réputés être les seuls PF couramment compatibles avec un complément exprimant de durée.

verba manendi, длиться, продлиться, длиться18<по.-> длиться Cette explication suffit à justifier que ce verbe, assimilable par son sens lexical aux verba manendi,продлиться

80Il en va tout autrement pour оставаться/остаться, пребывать/ пребыть et sans doute затягиваться / затянуться, puisque ces NV se distinguent des notions atéliques typiques 1) par ce qu’elles ne sont pas desservies par trois lexèmes verbaux, mais réduites à un couple, et surtout 2) parce qu’à la différence des PF des NV atéliques régulières et du PF продлиться, elles ne peuvent être placées dans la chaîne des stades parallèlement à la ligne du stade III et à la représentation de leur IPF. En effet, leur PF n’exprime pas une limitation du stade III, mais il exprime le passage au stade III.

  • 19 Guiraud-Weber 1988 : 59, 62, 64.
  • 20 Ce qui est involontaire dans ce type de verbes (слышать/услышать, видеть/увидеть...) c’est l’entré (...)

81Il en résulte que les verba manendi autres que длиться constituent des NV sémantiquement atypiques, hétérogènes, comprenant un IPF atélique (appartenant à ce que M. Guiraud-Weber nomme les verbes « adynamiques »19) et un PF télique marquant l’inauguration du stade III. Par leur hétérogénéité et les stades auxquels appartiennent leur PF et leur IPF, les verba manendi autres que длиться rappellent fortement le groupe de NV également hétérogènes des verbes de perception involontaire20 du type видеть/увидеть dont l’IPF de stade III exprime une perception et le PF « dynamique à effet immédiat » (dans la terminologie de M. Guiraud-Weber) marque un saut du stade I au stade III, un procès inextensible marquant le passage de l’absence de perception à la perception :

82Les verba manendi partagent une autre propriété importante des verbes de perception involontaire : leur IPF est incapable d’assumer la valeur textuelle conative que l’on peut rencontrer à l’IPF de certaines NV téliques. De même qu’il est impossible de dire :

73. *Он долго видел и наконец увидел.

83au sens de « *Il a longtemps essayé et de voir et a fini par voir », il est également impossible de dire

74. *Он долго оставался и наконец остался.

75. *Собрание долго затягивалось и наконец затянулось.

84Toutefois, il existe une différence notable entre les verba manendi et les verbes du type видеть / увидеть. Ces derniers en effet sont facilement identifiables : non seulement par le champ sémantique auquel ils appartiennent, mais aussi, plus formellement, par une propriété originale qui leur est spécifique : leur prétérit PF équivaut, du point de vue du sens, à leur présent IPF.

76. Я увидел теперь я вижу; я услышал теперь я слышу
(Je suis entré dans la perception par la vue / l’ouïe à présent je vois / j’entends)

85Les verba manendi ne partagent que partiellement cette propriété. S’il est vrai que

77. Осталось пять минут équivaut à остаётся пять минут,

86il suffit de changer le sujet pour que l’équivalence cesse d’être vraie :

78. Я остался n’équivaut pas à теперь я остаюсь; я останусь n’équivaut pas à Я буду оставаться.

87Ainsi donc, à l’exception de длиться qui fonctionne comme une notion verbale atélique défective, les verba manendi constituent eux aussi un petit groupe de NV à part dans le système aspectuel russe. S’ils expriment un procès non évoluant, ils se distinguent sémantiquement des verbes atéliques par le fait que les NV atéliques habituelles ne se contentent pas d’exprimer un procès ouvert – ce qui conduit à les employer par défaut à l’IPF s’il n’y a pas de télicité externe – elles précisent aussi la nature de ce procès (« dormir », « vivre », « se tenir debout », etc.). Les verba manendi, en revanche, n’expriment rien d’autre que « l’être » (copule ou prédicat d’existence) dans son déroulement, et leur sens lexical recouvre presque parfaitement l’invariant sémantique de l’IPF. Quelle place leur sens lexical laisse-t-il donc au PF, puisque nous avons vu que celui-ci n’exprimait pas chez eux le franchissement d’une limite externe congruente comme dans le cas des verbes atéliques ?

88Après avoir analysé l’hétérogénéité des NV signifiant « rester », la situation précise des lexèmes verbaux qui la desservent sur la chaîne stadiale et constaté l’originalité du groupe constitué par ces verba manendi en montrant qu’ils tenaient un peu des atéliques et beaucoup des verbes de perception involontaire tout en restant irréductibles à l’un de ces deux groupes, nous pouvons définir ce que j’ai appelé la constante aspecto-lexicale du PF des verba manendi autres que длиться : leur PF exprime le passage du stade précédent le stade III au stade III. Ce stade précédent est-il le stade II ou bien, comme pour les verbes de perception, le stade I ? Autrement dit, y a-t-il un saut du stade I au stade III ? Il nous semble que la question n’est pas pertinente pour comprendre les spécificités de la syntaxe de l’aspect des verbes qui nous intéressent. Ce qui en revanche est pertinent, c’est bien le passage d’un stade précédent au stade III. Or la limite terminale du stade précédent est aussi la limite initiale du stade III. Il en résulte que lors de l’emploi du PF d’un verbum manendi, le projecteur de l’énonciateur est toujours braqué sur l’inauguration du stade III :

89Aucune limite interne au stade III antérieure à la limite externe qui abolira le stade III lui-même ne figure alors dans le champ de ce projecteur. Cette particularité permet de rendre compte des effets de sens rencontrés dans les différents contextes.

5. Des paradoxes de plus en plus paradoxaux

  • 21 Les réflexions ci-dessous sont valables lorsque rien dans le champ d’incidence (contexte ou situat (...)
  • 22 Une demi-douzaine de russophones adultes ayant fait des études supérieures ont été interrogés.

90C’est précisément cette constante sémantique aspecto-lexicale du PF остаться qui explique ce que l’on pourrait véritablement considérer comme un paradoxe encore plus paradoxal que la simple combinabilité du PF des verba manendi avec les compléments de durée : la manière dont, hors contexte, un russophone percevra l’opposition entre le PF et l’IPF du verbe оставаться/ остаться21, notamment au futur et à l’infinitif. Nos informateurs22 s’accordent en effet à interpréter :

79. Я останусь.

91Comme « je resterai définitivement » («как бы навсегда»), « jusqu’au bout » alors que la variante

80. Я буду оставаться,

92est perçue comme porteuse en elle-même d’une limite : « je resterai un certain temps ».

  • 23 Rassudova : 1982, 79-81.

93L’importance de cette opposition est d’ailleurs telle qu’elle bloque l’une des SAP du futur IPF : l’expression de l’intention23. Alors qu’on peut demander

81. Ты будешь читать статью?

94pour interroger quelqu’un sur son intention d’accomplir un acte qui peut parfaitement atteindre son télos, on ne pourra pas dire en revanche

82. Ты будешь оставаться?

95pour interroger l’allocutaire sur son intention de rester jusqu’au bout d’une réunion. On sera alors obligé de dire :

83. Ты останешься?

96De même, à l’infinitif, alors que l’opposition entre PF et IPF est généralement utilisée pour opérer une distinction de modalité entre l’impossibilité (PF) et l’interdiction (IPF) après не могу, dans le cas du verbe оставаться / остаться cette opposition modale liée au choix de l’aspect est court-circuitée par l’opposition entre « rester définitivement » (au PF) :

84. Я не могу остаться.

97et « rester un certain temps » (à l’IPF),

85. Я не могу оставаться.

  • 24 Ce « court-circuit » d’une SAP de l’IPF par l’opposition propre à оставаться / остаться ne se prod (...)

98Opposition qui pour le verbum manendi par excellence apparaît prioritaire sur l’opposition de modalité24.

99Le poids de la constante sémantique aspecto-lexicale du PF остаться est tel qu’on en arrive à ce paradoxe qui donne l’impression, si l’on s’en tient à une analyse superficielle, que c’est le futur (ou l’infinitif) IPF qui exprime la durée limitée et le PF qui exprime une durée présentée comme définitive, autrement dit que l’IPF exprimerait ici une durée moins longue... Que celle qu’exprime le PF ! On se trouve bien en présence de l’un de ces « basculements » inattendus que nous évoquions au début de la présente contribution (§1).

100Qu’en est-il en réalité ? Reprenons les valeurs stadiales de оставаться et остаться. L’énoncé Я останусь exprime simplement le passage du stade précédant le stade III au stade III : l’entrée dans le stade posttélique, par laquelle le sujet se retrouve dans la qualification stable où il « demeure ». C’est ce franchissement et lui seul qui se trouve sous le projecteur. L’emploi du PF concentre donc l’attention sur la phase ingressive du stade posttélique. En exprimant le passage au stade III, l’énonciateur ne s’intéresse qu’à l’inauguration du stade III, sans aucune allusion à une quelconque limite à la nouvelle qualification du sujet à l’intérieur de ce stade. C’est ce qui donne l’impression que la qualification inaugurée par le PF est perçue comme définitive, définitive voulant dire coextensive au stade III. Voilà pourquoi останусь est toujours perçu, d’une manière ou d’une autre, comme signifiant « je resterai définitivement », jusqu’à ce que le stade III lui-même soit aboli par une limite externe. Dans l’exemple qui nous intéresse, la limite externe est la fin de la réunion, qui fera cesser la nécessité de rester et mettra un terme au stade III lui-même. Mais cette limite externe pourrait tout aussi bien être linguistique, il s’agirait alors de la pose d’un nouvel acte diastatique jalonnant abolissant le présent du récit inauguré par останусь. Il ne faut donc pas confondre : ce n’est pas « le PF останусь » qui exprime une durée perçue comme étant d’une certaine manière définitive ; ce qui paraît définitif avec останусь, c’est la qualification posttélique qui semble devoir se poursuivre sans limite interne jusqu’au terme du stade III.

  • 25 En réalité, la qualification décrite par буду оставаться peut bien être coextensive au stade II (...)

101De même, bien évidemment, ce n’est pas l’IPF буду оставаться qui exprime per se une limitation dans la durée. Stricto sensu, буду оставаться n’exprime que la focalisation sur un procès de stade III déjà en cours de déroulement. Le procès étant saisi dans son flux, sans complément de durée exprimée, il pourrait même être représenté par une droite, se prolongeant à droite et à gauche. D’où vient que l’énonciateur perçoit буду оставаться comme un segment, une qualification limitée à l’intérieur d’un stade III qui ne se poursuit pas jusqu’à son terme ? Non pas de l’IPF en lui-même, qui ne dit rien de tout cela, mais du choix de l’IPF au lieu du PF. Puisque le PF, pour les raisons que nous venons d’évoquer, conduit secondairement le destinataire du message à se représenter l’acte de rester comme « définitif », se poursuivant jusqu’au terme du stade III, le même destinataire infèrera du choix du futur ou de l’infinitif IPF que si l’énonciateur avait voulu que son allocutaire se représentât la qualification posttélique du sujet « restant » comme devant durer jusqu’au bout du stade III, il aurait employé l’infinitif ou le futur PF. L’allocutaire infèrera donc du choix de l’IPF qu’il est destiné à bloquer les implications qui auraient découlé du choix du PF. Poursuivant son raisonnement de décodage des implications de l’énoncé, l’allocutaire inférera enfin (au prix d’un saut logique) que si l’énonciateur n’a pas voulu qu’il se représentât la qualification du sujet comme coextensive au stade III, cela signifie (c’est ici que se situe le saut logique) que la qualification n’est pas coextensive au stade III et donc qu’elle est limitée à l’intérieur du stade III par une limite interne qui l’empêche de se poursuivre jusqu’à la fin du stade III25.

102Ainsi s’explique le paradoxe qu’un énoncé contenant un futur ou un infinitif IPF de la NV оставаться / остаться puisse décrire une réalité plus brève que l’énoncé présentant la même NV au PF. Ce n’est pas « le PF qui exprime une durée définitive et l’IPF qui exprime une durée limitée », comme le laisserait croire un raccourci simplificateur, mais bien la constante sémantique aspectolexicale du PF остаться et tout ce que le destinataire du message infère successivement de cette constante qui lui fait percevoir l’infinitif ou le futur PF comme menant à un état paraissant définitif ou, au contraire, ressentir l’énoncé contenant le futur IPF comme évoquant une durée du stade III non définitive parce que le futur IPF apparaît comme une exclusion délibérée du futur PF et de ses implications.

103On peut toutefois se demander si la valeur « rester définitivement, jusqu’à la fin » du stade III liée à la constante sémantique aspecto-lexicale du PF остаться n’entre pas en contradiction avec une autre intuition des locuteurs natifs : lorsque nous demandons à nos informateurs quelle distinction ils imaginent spontanément, hors répétition et sans contexte plus précis, entre :

86. Я останусь в Москве до 15 июня.

104et

87. Я буду оставаться в Москве до 15 июня.

105Ils répondent que le premier énoncé est déjà orienté vers ce qui se produira après le séjour (Où irai-je après le 15 juin ? Que ferai-je après ?) alors que dans le second cas ce qui se passera après la fin du séjour est situé hors du champ de vision de l’énonciateur. En entendant l’énoncé à l’IPF, l’allocutaire s’imagine que l’énonciateur va développer sa pensée sur le contenu de son séjour, par exemple en énonçant le programme d’activités qu’il prévoit de réaliser à Moscou. N’y a-t-il pas là un nouveau paradoxe ? L’énonciateur semble en effet ne pas voir de limite avec l’IPF et être orienté vers la limite du séjour au PF, ce qui correspond aux usages habituels de l’IPF et du PF mais semble entrer en contradiction avec ce que nous venons de dire à propos des valeurs textuelles que prenaient au futur et à l’infinitif l’IPF оставаться et le PF остаться.

106En réalité, il n’y a ni contradiction, ni même opposition. Encore et toujours, il faut revenir à la constante sémantique aspecto-lexicale du PF остаться : le passage du stade précédant le stade III au stade III. En effet, dans tout récit d’une suite d’actes non réitérés, (la « chronopoïèse singulière » de Jean-Paul Sémon), tout perfectif pose un nouveau jalon qui inaugure un nouveau présent du récit qui lui-même dure jusqu’à ce qu’il soit aboli par un nouveau PF, qui posera à son tour un nouveau jalon inaugurant un nouveau présent du récit, et ainsi de suite. De sorte que dans lénoncé :

88. Когда он вошёл, она читала. Он подошёл к ней и поцеловал её.

107Trois présents du récit se succèdent : celui quinaugure вошёл et quabolit подошёл, présent du récit dont lacte non jalonnant à limperfectif читала est contemporain ; à ce premier présent succède celui quinaugure подошёл et quabolit поцеловал, auquel succède le présent du récit inauguré par поцеловал.

108Ainsi, dans le récit d’une séquence d’actes non réitérés, tout PF jalonnant lance l’allocutaire en quête de l’acte jalonnant suivant qui abolira le stade III et la qualification stable inaugurée par le PF précédent, qualification ici coextensive au stade III. C’est cette quête du nouvel acte jalonnant qui, dans notre exemple Я останусь в Москве до 15 июня, donne l’impression à l’allocutaire que l’énoncé au perfectif est déjà orienté vers ce qui se passera au-delà de la limite du séjour. Et c’est aussi le fait que la pose d’un nouveau jalon crée une situation stable jusqu’à la pose du jalon suivant par un autre PF qui donne l’impression – juste – que la qualification inaugurée par un остаться PF est valide « définitivement », « définitivement » signifiant toujours « jusqu’à la fin du présent inauguré par la dernière limite de perfectivité », autrement dit « jusqu’à la pose du prochain jalon. »

109Il faut donc bien comprendre que la limite de la « durée limitée » de l’acte de rester que l’allocutaire perçoit dans буду оставаться n’est pas la même que la limite de la « durée définitive » qu’il perçoit dans останусь до 15 июня : la première, on l’a vu, est une limite interne au stade III ; la seconde, au contraire, est la limite externe, le nouveau jalon qui abolira le stade III, comme dans la variante suivante :

86bis. Я останусь в Москве до 15 июня. Потом вернусь в Питер.

110où cette limite externe constituée par le nouveau jalon est exprimée par вернусь.

111L’absence de limite à la durée de la qualification inaugurée par останусь, qui crée l’effet de sens « rester jusqu’à bout », « rester définitivement » est simplement une absence de limite interne antérieure à la pose du prochain jalon. En revanche, la durée limitée perçue dans буду оставаться à l’issue de la réflexion complexe décrite plus haut ne peut être qu’un segment compris dans les limites de la qualification inaugurée par останусь. Le segment correspondant à буду оставаться est inclus dans la durée du stade III. Sa durée est inférieure ou égale à celle du stade III.

112C’est ce que nous avons représenté sur le schéma suivant en matérialisant la constante sémantique aspecto-lexicale du PF остаться par un cercle qui entoure la limite initiale du stade III ; en indiquant par une droite noire la valeur de l’IPF оставаться ; en indiquant par des segments épais les intervalles de temps du stade III auxquelles correspondent, pour l’allocutaire, буду оставаться (fond blanc) et останусь (fond gris). Si les limites du segment blanc peuvent varier (sans dépasser les deux jalons), celles du segment gris correspondent exactement à l’espace situé entre les deux jalons, c’est-à-dire à la totalité du stade III.

6. Sens des compléments de durée employés avec les verba manendi. Conclusions

113Notre étude de la place des verba manendi dans la chaîne stadiale, la définition que nous avons donnée de la constante sémantique aspecto-lexicale de leur PF et l’analyse de valeurs sémantiques intuitivement attachées par les locuteurs natifs à ces PF nous permettent de conclure sur la valeur des compléments de durée employés en synergie avec eux. Comme nous l’avons souligné et comme le rappelle l’exemple ci-dessous, dans lequel tous les verbes autres que остаться employés avec вечно sont à l’IPF, la combinabilité du PF avec un « vrai » complément de durée est un privilège que les verba manendi partagent avec les PF métriques et les PF de congruence des NV atéliques typiques (продлиться devant être rattaché à ces dernières).

89. Пусть сычи вечно останутся сычами: мы вечно будем удивляться многоплодным их произведениям, вечно отпевать их, вечно забавляться их трагедиями, плакать и зевать от их комедий, любоваться нежностью их сатир и колкостью их мадригалов.
(V. P. Avenarius, Юношеские годы Пушкина, 1888) RC

114Mais bien sûr, cela ne signifie nullement que la présence d’un « vrai » complément de durée oblige à employer les verba manendi au PF, bien au contraire. Avec tous les compléments de durée cités supra (§ 3) on peut également trouver l’IPF :

90. Clarins: здоровая сияющая кожа, которая будет вечно оставаться молодой. (@)

91. Для папы ты всегда будешь оставаться малышкой.

115La possibilité d’employer les deux aspects avec un même complément de durée ne veut naturellement pas dire que PF et IPF sont interchangeables et que toute nuance sémantique entre eux est abolie. Outre la différence entre « rester un certain temps » et « rester jusqu’au bout » analysée plus haut, on trouve régulièrement avec un complément de durée une SAP habituelle de l’IPF : continuer à accomplir un acte déjà en cours. C’est notamment le cas dans le dernier exemple ci-dessus : la petite fille qui restera toujours une petite fille pour son papa est déjà une petite fille, elle continuera de le rester. D’une manière plus générale, hors cas examinés plus haut, la différence entre les deux aspects ne ressortit pas aux fonctions adéquatives (l’acte décrit est le même), mais elle reflète une différence de focalisation : l’IPF insiste comme à son habitude sur le procès alors qu’avec le PF l’énonciateur se projette déjà au-delà. Un jeune officier très sûr de lui pourra dire à une réunion d’état-major avec une assurance de blancbec :

92. Война продлится недолго.

116Alors qu’un vieux général chevronné pourra s’interroger à l’IPF sur la durée d’un conflit dont il ne voit pas la fin :

93. Как долго будет длиться эта война, я не знаю и всех последствий не могу предсказать. (Известия, 19 septembre 2001) RC

117La concurrence de l’IPF n’est pas la seule que subissent les PF des verba manendi employés avec un complément de durée. Celle des énoncés contenant un PF combiné avec un complément de durée particulier en {на+A} est encore plus forte. En réalité, dans cette concurrence, les énoncés à PF employés avec {на+A} (combinable avec tout type de PF) constituent la règle alors que la spécificité des verba manendi, la possibilité pour leur PF de se combiner avec un « vrai » complément de durée, reste l’exception pour les verba manendi eux-mêmes. On pourrait donc citer ici des centaines d’exemples de verba manendi PF employés avec {на+A} dont le sens ne semble guère les distinguer des énoncés équivalents cités ci-dessus (§ 3) contenant un vrai complément de durée. Nous nous contenterons de deux exemples :

94. Разве немцы думали, что война затянется на полгода и долее?
(М. О. Мen′šikov, Должны победить, 1er janvier 1915)

95. Дело приобрело очень большой общественный резонанс, и даже попало в передачу «Человек и закон», однако судебный процесс затянулся уже более чем на год. (@, progorodnn.ru, 29 octobre 2014)

118Même si la variante PF + {на+A} est plus fréquente et ressentie comme plus habituelle et plus correcte que la variante PF + « vrai » complément de durée, il est remarquable que les deux variantes semblent s’employer sans aucune différence de sens. Dans l’énoncé suivant, un message posté sur un forum, l’énonciateur emploie deux fois le présent PF de остаться dans le même contexte, la première fois avec надолго, la seconde avec un accusatif de durée.

96. Единственное мое обоснованное беспокойство в том, что дочке будет без меня тяжело. Не подумает ли она, что ее бросила мама? Как объяснить ей, что она останется с бабушкой надолго [...] П. С. поедем вместе, я там с ней останусь неделю, чтобы она привыкла, потом уеду, а бабушка ее привезет обратно через месяц. (@)

119Autre exemple révélateur, cette liste hors contexte de verbes PF combinés avec des adverbes donnée par E. V. Padučeva dans l’un de ses articles : alors que продлиться et затянуться se combinent tous les deux à la fois avec {на+A} et un « vrai » complément de durée, les deux verbes sont cités différemment : le premier est cité avec un « vrai » complément de durée, l’autre avec un complément en {на+A}

97. ... т. е. наречия большой степени для разных глаголов разные, ср. уйти далеко и продлиться долго : [...] надолго не затянулось; долго не продлится (Е. V. Padučeva, Эффекты снятой утвердительности: глобальное отрицание, 2005) RC

120Il faut se rendre à l’évidence : en synergie avec le PF d’un verbum manendi, même si la variante en {на+A} est la plus fréquente, la variante avec « vrai » complément de durée a exactement le même sens : l’opposition entre « vrai » complément de durée et complément en {на+A} se trouve neutralisée. Comment une telle synonymie est-elle possible ? Deux types d’énoncés, l’un avec затянуться, l’autre avec остаться peuvent nous mettre sur la voie.

121On relève en effet une grande quantité d’exemples avec затянуться construits sur le modèle suivant :

98. Что-то затишье затянулось, целых два часа, это просто вечность. (@)

122Le complément de durée n’y porte pas sur затянуться lui-même, il est rejeté hors construction après une ponctuation plus ou moins forte, dans une autre proposition, ou placé en apposition. Les trois exemples suivants, encore plus explicites, nous révèlent sa véritable signification :

99. Хотя, все прогнозировали, что закончится все очень быстро, а вот затянулось, два года уж тянется. (@)

100. Полнолунье ноября странно затянулось две недели: уже Луна не уменьшалась (@, 2009)

101. Да уж затянулось так затянулось. Два года пытаемся выпустить в свет вторую партию этих футболок... (@)

123Le complément de temps ne porte pas sur la durée que résume затянулось et dont il explicite le contenu, mais sur le stade III (тянется, уменьшалась, пытаемся) auquel a conduit le franchissement de télos exprimé par затянулось. Nous tenons certainement là l’origine de la possibilité d’employer un complément de durée avec le PF d’un verbum manendi : il s’est produit un glissement, un transfert syntaxique – le complément de durée porte désormais formellement sur le verbe au PF – mais sans changement de l’objet sur lequel porte ce complément, qui continue à caractériser la durée de l’état résultant du franchissement du télos.

124L’exemple suivant confirme qu’il en va de même avec остаться :

102. Цзян Цин канула в прошлое, а Мао остался «  вечно живым » благодаря тому, что он изменил политический облик Китая и оставил народу свои «идеи». (Ju. Bezeljanskij, В садах любви, 1993) RC

125La présence de l’adverbe de durée près de l’adjectif attribut et la ponctuation qui matérialise le bloc {adverbe + attribut} nous suggèrent le processus de réinterprétation du complément de durée auquel se livre l’allocutaire lorsque l’énonciateur utilise le PF : l’adverbe вечно porte sur l’attribut, autrement dit sur l’état dans lequel entre pour toujours le sujet Mao.

  • 26 Exceptionnellement, la réinterprétation d’un complément de durée comme équivalent de {на+A} pe (...)

126Et c’est bien ce qui se passe dans tout énoncé qui contient un verbum manendi au PF avec un « vrai » complément de durée : ce complément exprime la même chose qu’avec un IPF de verbum manendi, il exprime la durée d’une qualification stable de stade III. C’est par la constante sémantique aspectolexicale particulière du PF des verba manendi que s’explique la neutralisation de l’opposition entre « vrais » compléments de durée et compléments en {на+A} qui permet ici l’emploi des premiers avec le PF : en braquant le projecteur sur le franchissement du télos, le PF focalise en même temps l’attention sur l’inauguration du stade III. Mais le poids du sens lexical de ces NV signifiant « rester » est tel que la durée du stade III est plus importante encore pour l’énonciateur comme pour le destinataire que le franchissement du télos qui y mène. Pour exprimer la durée de validité de la qualification posttélique, la forme correcte, attendue, est bien celle d’un complément en {на+A}, y compris avec un verbum manendi. Mais alors qu’avec un autre PF l’énonciateur serait obligé de distinguer formellement le complément exprimant la durée de validité du stade III {на +A} d’un complément de durée habituel, il n’est pas obligé de le faire avec un PF de verbum manendi : il y a là pour l’énonciateur une licence26 qui lui permet d’employer un complément de durée normal, l’allocutaire déduisant automatiquement de la cooccurrence du complément de durée avec le PF que ce complément doit être réinterprété comme l’équivalent de {на+A}. Ainsi s’explique la propriété la plus originale des verba manendi.

127Le comportement aspectuel tout à fait particulier des verba manendi constitue certes un phénomène marginal dans le tableau général de la syntaxe de l’aspect en russe. Mais comme presque toujours en linguistique, ce qui est marginal s’avère très révélateur du fonctionnement d’un système en le poussant dans ses derniers retranchements, aux limites de sa logique. La quasi-correspondance entre le sens lexical des verba manendi et l’invariant sémantique de l’IPF, qui permet la combinabilité exceptionnelle de leurs PF avec un complément de durée qui, en synergie avec ces PF, voit à son tour son sens modifié, nous rappelle à quel point la syntaxe de l’aspect doit tenir compte du sens lexical de la NV qui peut interférer directement avec elle. Par sa complexité, le cas des verba manendi révèle de manière particulièrement flagrante la synergie qui se noue entre sémantique aspectuelle et sens lexical de la NV en amont même des synergies qui se lieront ensuite avec le champ d’incidence. Enfin, l’interférence entre sémantique aspectuelle et sens lexical illustrée par les verba manendi nous invite à toujours distinguer avec la plus grande vigilance ce qui relève de la syntaxe des aspects et ce qui ressortit au sens lexical des NV concrètes, la première n’existant jamais qu’incarnée dans les secondes.

Haut de page

Bibliographie

Azam Olivier. 2012. « Influence du statut méta-informatif “nouveau” ou “ancien” de l’acte verbal sur le choix de l’aspect au prétérit en russe littéraire moderne », colloque MIC Sorbonne 2012, Nouveaux critères pour les sciences du langage, Paris, Université Paris-Sorbonne, 15-16 novembre 2012.

Guiraud-weber Marguerite. 1988. L’aspect du verbe russe (essai de présentation), Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence.

Padučeva Elena V. 1989. « Contribution à la quête d’un invariant dans la signification de l’aspect verbal russe », in Ve colloque de linguistique russe : Poitiers 14-16 mai 1987, Paris, Institut d’études slaves, p. 171-186.

Id. 1991. « К семантике несовершенного вида в русском языке: общефактическое и акциальное значение », Вопросы языкознания, no 6, p. 34-45.

Rassudova Olga P. 1982. Употребление видов глагола в современном русском языке, M., Russkij jazyk.

Sémon Jean-Paul. 1982. « Participation d’une association de traits catégoriels à une fonction sémantique », Revue des études slaves, t. LIV, fasc. 1-2, p. 195-203.

Id. 1986. « Postojat ́ ou la perfectivité de congruence : définition et valeurs textuelles », Revue des études slaves, t. LIV, fasc. 4, p. 609-635.

Vendler Zeno. 1957. « Verbs and Times », in The Philosophical Review, Vol. 66, No. 2, p. 143-160.

Haut de page

Notes

1 Padučeva 1987 : 176-181.

2 Séville 2006 : 44.

3 Azam 2012.

4 Pour une notion verbale télique, la limite de perfectivité est interne : c’est le télos. Pour une notion verbale atélique, la limite est externe, c’est une limite « de congruence » dans la terminologie de J.-P. Sémon.

5 Le concept de « notion verbale », emprunté à J.-P. Sémon, est plus vaste que celui de couple aspectuel habituellement utilisé : certes, dans la plupart des cas, l’arsenal des formes desservant la notion se réduit à deux verbes, l’un PF et l’autre IPF ; dans ce cas la NV est synonyme de couple aspectuel. Mais l’arsenal d’une NV peut être plus riche : les NV atéliques typiques, par exemple, sont desservies par trois lexèmes verbaux : un IPF et deux PF, l’un en <по->, l’autre en <про->, cf. § 4.

6 Du latin manēre : « rester, demeurer ».

7 Les exemples suivis de la mention RC sont tirés du Corpus national de la langue russe (Nacionalnyj korpus russkogo jazyka, Ruscorpora) ruscorpora.ru; les exemples suivis de la mentions (@) sont issus d’internet. Pour plus de clarté, dans les exemples les formes verbales IPF sont en gras, les formes PF en caractères gras italiques.

8 Sémon 1982 : 195.

9 Lorsque la limite de perfectivité est franchie et qu’il n’y a pas répétition ; lorsque la limite de perfectivité est franchie et qu’il y a répétition ; lorsque la limite de perfectivité est franchie et que l’on ne sait pas s’il y a répétition.

10 «Приступ к действию» dans la terminologie d’O. P. Rassudova.

11 Même si «Надо немедленно вставать», à l’IPF, reste possible. Mutatis mutandis, dans les contextes où les nuances qu’aurait exprimé ailleurs le choix de l’aspect sont parfaitement explicites, il en est donc de l’aspect comme de l’ordre des mots, qui en russe, grâce à la présence des désinences casuelles, est libéré de la contrainte qu’il aurait dans une langue dépourvue de déclinaison d’exprimer les rapports syntaxiques entre les composants de la proposition et qui peut donc servir à autre chose, en l’occurrence à exprimer les nuances d’ordre pragmatique.

12 Sous l’étiquette {на+A} nous rangeons aussi les compléments {на + adverbe} du même type (надолго, ненадолго).

13 Я прочитаю эту книгу до среды. « J’aurai lu ce livre avant mercredi »

14 Notre liste d’exemples ne contient que quelques-uns des exemples relevés avec затянуться mais presque tous les exemples exploitables de Ruscorpora avec остаться.

15 Les seuls exemples récents sont des « faux positifs », des énoncés décrits supra dans lesquels долго porte en réalité sur l’infinitif.

16 Cf. Sémon 1986 : 612.

17 Ibidem.

18 À la suite de Jean-Paul Sémon, nous nommons conventionnellement une NV (en incluant tout son arsenal de formes) par son seul IPF.

19 Guiraud-Weber 1988 : 59, 62, 64.

20 Ce qui est involontaire dans ce type de verbes (слышать/услышать, видеть/увидеть...) c’est l’entrée du sujet dans la perception. Il peut bien sûr faire des efforts volontaires pour tenter d’y entrer, mais l’entrée dans la perception ne dépend pas de la seule volonté : le PF signifie qu’à un certain moment il se retrouve dans l’état de perception.

21 Les réflexions ci-dessous sont valables lorsque rien dans le champ d’incidence (contexte ou situation extralinguistique) ne vient contredire ou réorienter ce que le destinataire du message peut inférer de l’énoncé minimal оставаться / остаться au futur + sujet éventuel au nominatif.

22 Une demi-douzaine de russophones adultes ayant fait des études supérieures ont été interrogés.

23 Rassudova : 1982, 79-81.

24 Ce « court-circuit » d’une SAP de l’IPF par l’opposition propre à оставаться / остаться ne se produit pas à l’impératif : la SAP « prière insistante » de l’impératif IPF reste prioritaire. En disant : «Оставайся!» l’énonciateur peut aussi bien supplier l’allocutaire de rester un certain temps que définitivement. La liste des cas où l’opposition « rester un certain temps » vs. « rester définitivement » l’emporte sur les SAP habituelles de chaque aspect doit faire l’objet d’une étude spécifique.

25 En réalité, la qualification décrite par буду оставаться peut bien être coextensive au stade III (cf. infra), mais il faut pour cela que le contexte soit suffisamment fort pour empêcher le saut logique signalé ici.

26 Exceptionnellement, la réinterprétation d’un complément de durée comme équivalent de {на+A} peut se produire avec d’autres PF, cf. supra ex. 2 : « зов, которого не заглушат, не изгладят в душе долгие годы ». Mais il s’agit ici d’une licence contextuelle due à la présence de « вечно останется » que la suite de l’énoncé explicite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Azam, « Quand le sens lexical est trop proche de l’invariant sémantique de l’aspect  »Revue des études slaves, LXXXIX 1-2 | 2018, 27-54.

Référence électronique

Olivier Azam, « Quand le sens lexical est trop proche de l’invariant sémantique de l’aspect  »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX 1-2 | 2018, mis en ligne le 09 juillet 2019, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/1718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1718

Haut de page

Auteur

Olivier Azam

École normale supérieure, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search