Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXIX-3Les graffiti des pèlerins slaves...

Les graffiti des pèlerins slaves en France xiie -xviie siècles

The Graffiti of Slavic Pilgrims in France, 12th-17th centuries
Tatiana Rozhdestvenskaya, Alexandre Gordine et Piotr Zykov
p. 281-302

Résumés

Laisser un autographe, une prière, une note sur le mur de l’église était au Moyen Âge une habitude chez les Russes. Jusqu’à récemment on ne connaissait en Europe occidentale qu’un groupe de graffiti cyrilliques à Lucques (Dell’Agata 1973-1974). Aujourd’hui, on peut y ajouter quatre inscriptions en France. Les plus anciennes et monumentales d’entre elles, celles de Pons (circa 1160-1180) et de Saint-Gilles-du-Gard (première moitié du xiiie siècle) (Brun, Hartmann-Virnich, Ingrand-Varenne, Mikheev 2014), révèlent la présence insoupçonnée des pèlerins orthodoxes sur les chemins de Compostelle. L’inscription pontoise aurait été faite par un Novgorodien, tandis que l’autre serait due à un originaire de l’Ukraine. Le second graffito de Saint-Gilles, plus petit et tardif, aurait été laissé par un Serbe. Même au temps du déclin du Camino de Santiago, les « Jacquets » slaves étaient encore là, comme en témoigne le nom Габоръ (?) inscrit dans un fer à cheval gravé sur un contrefort de l’Hôpital Neuf à Pons : qui date du xvie siècle.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été préparé dans le cadre du projet de la Fondation russe pour les sciences humaines (RGNF) no 16-04-00331а. Les auteurs tiennent à remercier А. Musin (Institut d’histoire de la culture matérielle de l’Académie des sciences de Russie), Т. Orlova (Musée-réserve de Polotsk), S. Mikheev (Institut d’études slaves de l’Académie des sciences de Russie), J. Demai (SCD – Université de Poitiers), C. Sapin (Centre d’études médiévales d’Auxerre), D. Prigent (archéologue, Angers), Don Mauro Lucchesi (recteur de la cathédrale de Lucques), J.-L. Le Strat (Association d’histoire, d’archéologie et de sauvegarde de Saint-Gilles) et D. Bernardin (président du Groupe de recherches archéologiques et historiques Tolvère – GRAHT) pour leur aidе, leurs conseils et leurs compléments bibliographiques et illustratifs.

Texte intégral

1La parenté étroite de la langue de l’Église avec les dialectes populaires chez les Slaves a favorisé, comme on le sait, une diffusion rapide de l’alphabétisation dans la langue maternelle, juste après la conversion au christianisme. Pour la Russie ancienne ce phénomène est attesté, avant tout, par les documents sur écorce de bouleau, trouvés maintenant dans douze villes, mais aussi par un riche héritage épigraphique. Le corpus des graffiti de la ville de Novgorod, actuellement en constitution, compte, à lui seul, plus de mille unités, d’un simple nom à des notes chronographiques, datant du xie au xve siècle. Écrire sur les murs des églises n’était pas préjudiciable, d’autant plus que la coutume avait été empruntée aux Grecs, jusqu’aux formules stéréotypées des inscriptions.

  • 1 Jean Michaud, Giuseppe De Spirito, « Les inscriptions médiévales », Peindre à Auxerre au Moyen A (...)
  • 2 Corpus des inscriptions de la France médiévale (VIIIe-XIIIe siècle), vol. 24, Maine-et-Loire, Ma (...)

2Cette situation contraste fortement avec ce que l’on voit à la même époque au nord des Alpes, y compris en France. Sous les premiers Capétiens, les graffiti latins ne semblent pas encore trop rares : deux invocations des saints dans la crypte de l’abbaye Saint-Germain à Auxerre, un commentaire au dessin dans la crypte de la collégiale Saint-Frambourg à Senlis, deux petits graffiti à la collégiale Saint-Martin d’Angers, etc.1 Mais vers le xiie siècle ce genre d’écriture s’éteint – contrairement à l’usage des inscriptions lapidaires – et quelques exceptions ne se résument qu’à des notations commémoratives, tel un graffito de 1299 à l’abbatiale d’Asnières près de Saumur2. Il faut attendre l’époque de l’écriture gothique et la fin de la guerre de Cent Ans pour que le nombre des inscriptions spontanées sur les murs devienne vraiment notable, comme par exemple, à l’abbatiale de la Trinité de Caen.

  • 3 Giuseppe dell’Agata, « Antiche iscrizioni cirilliche nel Duomo di Lucca », Ricerche slavistiche, 20 (...)
  • 4 Giuseppe dell’Agata, « Antiche iscrizioni cirilliche nel Duomo di Lucca », p. 6-7 ; Renato Stopani, (...)
  • 5 Sergej Vysockij, Киевские граффити XI-XVII вв., Kiev, Naukova dumka, 1985, p. 63-68, Pl. XXXIII : 1 (...)

3Jusqu’à récemment, sur le territoire de l’Europe occidentale, on ne connaissait qu’un groupe de graffiti cyrilliques sur un montant de marbre de quatre mètres, réemployé en 1233 comme architrave du grand portail de la cathédrale de Lucques, en Toscane3. Lucques était une étape majeure de la via Francigena menant les pèlerins de toute l’Europe à Rome et au sud de l’Italie, et de là en Palestine, mais aussi de Rome à Saint-Jacques-de-Compostelle. Des foules affluaient ici pour vénérer Volto Santo, un Crucifix miraculeux conservé dans la cathédrale4. De toute évidence, les pèlerins slaves furent également attirés par cette merveille. L’inscription principale a été gravée au burin à près de 130 cm de la base du montant et se distingue par l’usage de la ponctuation, des abréviations et d’une ligature, ainsi que par une écriture grande – lettres jusqu’à 33 mm de hauteur – et savante, qui n’est pas sans rappeler l’inscription de fondation de 1150 conservée dans les grottes proches de la Laure des Grottes de Kiev5 :

  • 6 Savva Mikheev propose de lire Ѧр[ы]шєвичь, Anne-Sophie Brun, Andreas Hartmann-Virnich, Estelle Ingr (...)

1. + Лаӡорь псалъ Ѧр(о)
2. шєвичь рости[сла]
3. вль[...]
Traduction : Lazar′ a écrit, fils d’Iaroche, de Rostislav...6

4Et juste en-dessous, deux lignes minuscules, un peu en biais, une écriture ordinaire mais régulière, avec des lettres hautes d’environ 9 mm :

1. дьѩконъ мѹро
2. мьскъи псалъ
Traduction : Un diacre de Mourom a écrit.

  • 7 Mikheev, « Old Russian Graffito... », p. 122.

5L’absence de prénom laisse l’impression que ce petit graffito n’est venu que pour commenter le grand, dont la gravure s’était interrompue sur un fût diagonal de la première lettre du cinquième mot. Si l’impression est juste, suppose Savva Mikheev7, il pourrait alors s’agir du clerc de Rostislav Jaroslavič, prince de Mourom de 1145 à 1147 et de 1149 à 1153, le nom Rostislav n’ayant été réservé qu’aux princes en Russie.

  • 8 Les éléments ont été trouvés lors de travaux, en 1873, et depuis perdus, ce qui empêche d’aff (...)

6Est-ce de son libre choix que Lazar′ est parti pour l’Italie ou bien se trouvait-il dans la suite d’une personne éminente ? Est-ce uniquement du vivant du prince qu’il pouvait se qualifier d’homme de Rostislav ? Qui a d’ailleurs rayé, de manière usuelle dans l’épigraphie russe, le commentaire ajouté à sa belle inscription ? On voit, au moins, que Lazar′ ne pérégrinait pas tout seul. Il est difficile de mettre cela en rapport avec ce passage par le nord de l’Italie, mais on peut néanmoins se rappeler que Mourom compte parmi les rares villes russes où la seconde moitié du xiie siècle est marquée par l’usage du décor architectural du style roman, un savoir-faire apporté, très probablement, du Saint Empire8.

  • 9 Dell’Agata, « Antiche iscrizioni cirilliche nel Duomo di Lucca », p. 13 ; Idem, « Стари кирилски на (...)

7Passé quelque temps, à côté des graffiti cités surgissent deux autres, grossièrement grattés. L’un a presque scellé l’inscription de Lazar′, avec des lettres hautes de 16 à 25 mm. Giuseppe dell’Agata hésitait quant à son interprétation, et signala à juste titre des analogies graphiques pour les lettres ѱ et л parmi les graffiti de Sainte-Sophie de Kiev9. Cependant, la lecture corrigée de trois lettres permet, paraît-il, de rétablir le sens et de reconnaître la main de l’originaire d’une autre principauté slave de l’Est :

1. + вискоша полоца(нинo) (?)
2. ѱло
Traduction : Viskoša de Polotsk (?) a écrit.

8Les lettres manquantes du gentilé se trouvaient probablement sur une autre pierre.

  • 10 Vysockij, Древнерусские надписи Софии Киевской. XI-XIV вв, vyp. I, Kiev, Naukova dumka, 1966, p. 5 (...)
  • 11 Zygmunt Gloger, Encyklopedja staropolska ilustrowana, t. II, Warszawa, Druk P. Laskauera i W. Babic (...)
  • 12 Klavdija Gorškova, Историческая диалектология русского языка, Moskva, Prosveščenie, 1972, p. 78  (...)
  • 13 Словник української мови в 11 томах, t. I, Kiev, 1970, p. 486.
  • 14 Andrej Zaliznjak, Древненовгородский диалект, 2e éd., перераб. с учетом материала находок 1995-20 (...)
  • 15 ПВЛ 1996, p. 562.
  • 16 Zaliznjak, Древненовгородский диалект..., p. 206-207.
  • 17 Savva Мixeev, « Вълъкоша и Николаосъ : о двух трудночитаемых надписях из Софии Новгородской », Тру (...)

9On connaît encore un habitant de Polotsk qui a laissé son autographe sur un mur de la cathédrale Sainte-Sophie à Kiev : « Воинегъ ѱ҃лъ Журѧговиць полоцанинъ »10. De même que Viskoša, Voineg s’est appelé d’un nom autre que celui de son baptême. Nous n’avons pas réussi à trouver le nom Вискоша / Висъкоша dans les sources russes anciennes. Cependant, parmi les vieux noms polonais on relève, dans les monuments appartenant aux xie-xiiie siècles, des prénoms avec les thèmes Wis- (Wisław) et Wysz- (Wysz, Wyszek, Wyszko, Wyszesław)11. La variabilité de s / š, comme des voyelles y / i est caractéristique des dialectes de Pskov, de Polotsk et Smolensk et des patois de la Pologne orientale12. On peut faire l’hypothèse que le nom Viskoša pouvait appartenir à la même famille, mais avoir le thème Visk-. Toutefois, il est plus probable que Viskoša soit un dérivé du mot ukrainien visk signifiant « un son fin et perçant, un cri »13. Dans ce cas, Вискоша est un hypocoristique formé selon le modèle Жироша < Жирослав14, cf. aussi Святоша < Святослав15. De telles formes avec le suffixe ъш/-ош sont largement présentes, entre autres, dans les documents sur écorce de bouleau, par exemple : Гавъша (de Gavrila), Прокъша, Даньша, etc.16 Un prénom, formé selon ce modèle, a été récemment déchiffré dans un graffito du xie ou du xiie siècle à Sainte-Sophie de Novgorod : Вълкъша (Volkoša) 17.

  • 18 DellAgata, « Antiche iscrizioni cirilliche nel Duomo di Lucca », p. 12-13 ; Idem, « Стари кирилски (...)

10Enfin, le dernier graffito de Lucques, situé au-dessous des autres, a été aisément identifié par G. dell’Agata comme serbo-croate (hauteur des lettres environ 14 mm): сава девод, c’est-à-dire Sava le dévot18.

11Ce n’est que ces dernières années que les graffiti des pèlerins slaves commencent à se révéler en France. Les deux plus importants et plus anciens d’entre eux sont également dus aux hommes venus de la « terre russe ».

  • 19 Brun, Hartmann-Virnich, Ingrand-Varenne, Mikheev, « Old Russian Graffito Inscription... », p. 110-1 (...)

12Le projet multidisciplinaire de recherche sur le célèbre site de pèlerinage de l’ancienne abbaye Saint-Gilles à la frontière du Languedoc et de la Provence (fig. 1), a donné lieu à la publication du graffito d’un pèlerin russe du xiiie siècle 19.

Fig. 1. Saint-Gilles (Gard), façade de l’église abbatiale, fin du XIIe, milieu du XVIIe siècle.

© A. Gordine, T. Rozhdestvenskaya.

13Ce texte de prière de formulation canonique comporte cinq lignes, gravées légèrement en biais à la base du fût de la colonne méridionale du troisième pilier de la nef, à 106 cm du sol (fig. 2) :

14Fig. 2. Saint-Gilles, église, troisième pile méridionale de la nef et graffito cyrillique de la première moitié du XIIIe siècle.
© A. Gordine, T. Rozhdestvenskaya.

1. ҃ги помъӡи
2. рабѹ свъ
3. емѹ сьмкъ
4. ви ниносла
5. вичю
Traduction : Seigneur, aide ton esclave Semka, fils de Ninoslav.

  • 20 Brun, Hartmann-Virnich, Ingrand-Varenne, Mikheev, « Old Russian Graffito Inscription... », p. 112-1 (...)

15Comme le montrent les publicateurs, les indices paléographiques datent ce graffito avant la fin et, même plutôt, le milieu du xiiie siècle ; d’autre part, le début du chantier de l’abbatiale ne remonte qu’aux années 1170-1180, et les quatre travées occidentales de la nef de l’église haute ne furent édifiées que vers la fin du xiie siècle20.

16Les publicateurs mettent également l’accent sur la proximité de l’inscription de la travée, sous laquelle se trouve dans la crypte le tombeau de saint Gilles. Il semble, d’ailleurs, douteux que cet aspect ait été pris en compte par Semka Ninoslavič qui a plutôt choisi un endroit calme : loin de l’entrée, du chevet et du bas-côté nord où les pèlerins descendaient dans la crypte ; un endroit à l’abri des regards derrière la clôture du chœur liturgique étendu dans la nef, mais toutefois suffisamment éclairé par la fenêtre et le portail latéral sud. Il serait tentant de penser que l’inscription a été même faite au cours du chantier, à ciel ouvert, au moment de l’absence des bâtisseurs. Or, il faudrait voir la dureté de la pierre (calcaire coquillier), sa surface nervurée et la puissance des incisions, pour estimer le temps dépensé et la persévérance de l’écrivain.

  • 21 Vysockij, Средневековые надписи Софии Киевской. (По материалам граффити XI-XVII вв.), Kiev, Naukov (...)
  • 22 Brun, Hartmann-Virnich, Ingrand-Varenne, Mikheev, « Old Russian Graffito Inscription... », p. 121.

17Le style de l’écriture qui reflète la tendance ornementaliste, caractéristique des décennies précédant l’invasion mongole, penche, pourtant, en faveur d’une datation dans la première moitié du xiiie siècle. L’écriture serrée de Semka Ninoslavič, avec une hauteur inégale des lignes, un assortiment des lettres larges, carrées et étroites, un rythme dominant des plateaux, des barres horizontales et des diagonales, trouve, entre autres, un parallèle dans un graffito de formulation analogue, conservé dans la chapelle Saint-Michel de Sainte-Sophie de Kiev21 ; dans les deux cas, les mots рабѹ своемѹ sont plus grands que d’autres, ce qui peut témoigner d’un certain stéréotype, un élégant tilde en S au-dessus du mot г(оспод)и s’avère aussi identique. Cette ressemblance, même si l’écriture du graffito kiévien est beaucoup moins soigneuse, pourrait être un argument en faveur des origines méridionales de Semka. La terminaison du datif -ови atteste, au moins, qu’il n’était pas de Novgorod22.

  • 23 Albina Medynceva, Древнерусские надписи новгородского Софийского собора: XI-XIV века, Boris Rybako (...)
  • 24 La figure en forme de navette, longue d’environ 6 cm, située à la base de fût, à gauche de l’in (...)

18La solitude du graffito cyrillique dans l’église haute de Saint-Gilles contraste avec le nombre de signes de dévotion (croix, initiales, figures héraldiques, rarement une phrase), laissés sur une pierre plus malléable de l’église basse et de la façade, sans parler des dessins profanes sur les deux colonnes de son flanc méridional. Assez singulière est aussi la présence de quelques autres « marques de passage » autour du graffito et en rapport avec lui. C’est, avant tout, une petite croix boulée, haute de 3,5 cm, gravée avec moins d’effort, tout près du commencement de la seconde ligne (fig. 3а). Ce qui est curieux, c’est que ce type de croix, sur une base conique, est fréquent tant dans la tradition médiévale française que russe23. En tout cas, il est quasi improblable qu’un calligraphe comme Semka Ninoslavič s’autorise à « coller » la croix à une lettre. Et sans doute, n’était-il pas non plus l’auteur de la seconde croix, toujours difficile à dater mais plutôt également médiévale, qui est grattée à 40 cm au-dessus de l’inscription et mesure plus de 11 cm de hauteur (fig. 3b). Le dessin manque de technique et de force de la lame, ce qui rend ses traits chaotiques. L’iconographie, avec les bras latéraux fourchés, une véritable « couronne » au-dessus, l’extrémité inférieure en W et le crâne d’Adam indiqué par la hachure, révèle une influence orientale, sans pourtant obliger à attribuer ce pieux symbole à quelqu’un originaire d’un pays de l’Est24.

Fig. 3. Saint-Gilles, église, troisième pile méridionale de la nef :
a – croix boulée ; b – croix située au-dessus du graffito cyrillique, à 160 cm du sol.
© A. Gordine, T. Rozhdestvenskaya.

  • 25 Brun, Hartmann-Virnich, Ingrand-Varenne, Mikheev, « Old Russian Graffito Inscription... », p. 119, (...)
  • 26 Les graffiti nominatifs tardifs sont visibles à l’entrée de la nef et surtout dans la partie oues (...)

19Deux lettres latines ajoutées à la fin de la première ligne de l’inscription sont plutôt EN que ЕА, supposées par les publicateurs25, et dans ce cas-là, ne sont rien d’autre qu’une partie du prénom HENRI, avec le H cyrillique, paraît-il légèrement renforcé, comme l’initiale, et la haste du R inachevé coïncidant avec une rainure verticale de pierre mais toutefois plus large que celle-ci. La graphie des lettres suggère le xvie ou le xviie siècle au plus tôt. Les dommages subis par l’abbatiale durant les guerres de religion, puis sa reconstruction au milieu du xviie siècle ont forcément causé les pertes du badigeon26.

  • 27 Aleksandr Gordin, « Заметки о паломнических граффити аббатства Сен-Жиль », В камне и в бронзе. Сбор (...)

20La seconde inscription cyrillique de Saint-Gilles, trouvée en mars 2016 par l’un des auteurs de cet article27, est tout à fait minuscule et, en ce sens, beaucoup plus représentative de toute la tradition des graffiti personnels, de l’antiquité au Moyen Âge, y compris en pays slaves (fig. 4). La taille des lettres est à l’échelle de celles des documents et des livres, et la longueur totale ne dépasse pas 6 cm. L’inscription est grattée à la lame fine sur le calcaire dur du pied-droit sud du portail principal, à une hauteur de 170 cm, dans la cannelure extrême gauche, et par conséquent en vertical, ce qui n’est pas un cas unique sur la façade de l’abbatiale où les cannelures constituent le second motif décoratif après la sculpture. Les premières lettres, très nettes, mais également les dernières, à peine tracées, permettent d’y reconnaître un Kyrie eleison : Гспд[ѣ по]мнлун.

Fig. 4. Saint-Gilles, église, portail principal, graffito cyrillique avec une croix, XIVe siècle (?). Photo prise avant le nettoyage de 2017 et relevé d’après la photo.
© A. Gordine, T. Rozhdestvenskaya, P. Zykov.

21Une simple omission de la voyelle о dans le mot Господи au lieu de l’abréviation normale ГН, sur le modèle du KЄ (Κύριε) grec ou, au moins, ГДН, ainsi que la possible terminaison / ѣ, rendent peu plausible l’attribution à un Slave de l’Est. L’auteur du graffiti était plutôt un Slave du Sud, vraisemblablement, un Serbe.

  • 28 Il est vrai que A. A. Turilov met en doute l’origine serbe de l’icône comme de l’inscription, sans (...)
  • 29 Mehmed Kardaš, Jezik i grafija srednjovjekovne bosanske epigrafike, Sarajevo, Institut za jezik, 2 (...)

22On peut se rappeler une abréviation analogue dans l’inscription sur la célèbre Sainte Face de Laon, considérée à la quasi-unanimité comme l’icône serbe du premier tiers du xiiie siècle : ѠБРАӠЪ ГСПДNЬ NАuБРuСѢ28. L’orthographe similaire est aussi présente dans l’épigraphie lapidaire serbe, comme, par exemple, le mot гсподє qui se répète trois fois dans l’épitaphe du Gost Milutin (1318) à Humsko kod Foče en Bosnie29. La paléographie du graffito est bien conforme à la version balkanique. La seule chose qui la contredit un peu, c’est l’emploi de la lettre у au lieu de la ligature u ou du digramme ѹ, à moins qu’on ne prenne pour le о amorcé une minuscule alvéole derrière le supposé Λ.

  • 30 Ibid., p. 25-26, 35-37.

23La période du rapprochement le plus étroit de la Serbie de ses voisins occidentaux tombe à la fin du xiie et au xiiie siècle, mais le graffito de Saint-Gilles fait penser plutôt à l’époque paléologue. Une date plus ancienne semble exclue par le Г majuscule, haut de 13 mm, tandis que la graphie des autres lettres, au contraire, empêche de trop rajeunir la datation30. C’est aussi au bas Moyen Âge que correspond une croix à cinq pointes et à une hampe extrêmement longue qui fut grattée avant l’inscription mais vraisemblablement par la même main.

24La cannelure juxtaposée au graffito slave abrite un dessin de deux écus chevronnés, surmontés d’une inscription infime en minuscule qui se termine probablement par fecit, ex-voto d’un chevalier, sans doute, peut-être même d’un croisé. Or, Saint-Gilles les a vus passer nombreux, y compris saint Louis. La forme élancée des écus et, en particulier, celle, parfaitement triangulaire, de celui de dessus – s’il ne s’agit pas d’une négligence – indiquent, en effet, le xiiie siècle. Au Moyen Âge, comme à présent, la porte principale de l’abbatiale devait rester la plupart du temps fermée, ce qui faisait du portail un lieu non seulement prestigieux mais aussi propice pour les autographes. Quant à la prédilection des pèlerins pour le pied-droit sud qui garde, en outre, quelques lettres latines isolées, des croix toutes simples, un autre écu et des figures moins compréhensibles, elle s’explique, paraît-il, moins par la proximité de la statue de saint Jacques le Majeur, quoique significative, que par la recherche du côté ombre. C’est aussi la logique de la distribution des graffiti médiévaux sur le portail de Saint-Trophime d’Arles et sur le porche occidental de Sainte-Marthe de Tarascon.

25Le graffiti de l’église Saint-Vivien de Pons (fig. 5), en Charente-Maritime, a été repéré en 2010 par l’un des auteurs du présent article, sans être examiné, puis il a été retrouvé par son

Fig. 5. Pons (Charente-Maritime), Saint-Vivien, façade (milieu du XIIe siècle) et position du graffito. © A. Gordine, T. Rozhdestvenskaya.

  • 31 Alexandre Gordine, Tatiana Rojdestvenskaïa, « Linscription dun pèlerin russe du XIIe siècle à (...)

26co-auteur sur le site amateur graffitimania.free.fr étiqueté simplement inscription, et étudié de visu en septembre 201531.

  • 32 La façade du bas-côté nord fut remaniée avec la construction du bas-côté sud au XIXe siècle.

27L’inscription est située sur la face nord de la façade-écran romane, en quatrième assise d’un contrefort massif, soit à 83 cm du sol actuel ou, à en juger d’après les bases du portail, à environ un mètre du niveau d’occupation du Moyen Âge, ce qui signifie que la personne a écrit, plutôt, agenouillée. Depuis l’adjonction du bas-côté nord au xviiie siècle, la moitié inférieure du contrefort se trouve à l’intérieur32. Il est probable qu’une annexe existait de ce côté même avant, sans être d’origine. Sur l’appareil roman, on compte encore pas moins de dix couches du badigeon ; les traces des filets perpendiculaires rouges sur une d’entre elles peuvent témoigner du motif du faux appareil gothique. Le décapage des murs est le fruit d’une restauration cosmétique des années 1970 ; le dégagement du graffiti est dû peut-être aussi à quelques efforts d’enthousiastes.

28L’inscription comporte quatre lignes. En dépit de trois lettres endommagées et de résidus des badigeons, le texte est très facile à lire (fig. 6, 7) :

1. Ивано ѱ҃ло Ӡав(и)
2. довичє ида ко
3. свѧтомѹ Иѧ
4. ковѹ
Traduction : Ivan a écrit, fils de Zavid, en allant vers saint Jacques.

Fig. 6. Pons, Saint-Vivien, graffito cyrillique et croix fleurie, vers 1160-1180.

© A. Gordine, T. Rozhdestvenskaya, P. Zykov.

Fig. 7. Relevé d’après la photo (dimensions de la pierre : 28,5 х 43 cm)

© P. Zykov.

  • 33 Medynceva, Древнерусские надписи новгородского Софийского собора..., fig. 9, 41, 85, no 52, 53, 15 (...)

29La longueur des lignes est limitée par le joint de maçonnerie. À la fin de la première ligne, il ne reste que la haste gauche de la lettre и, celle de droite a péri dans l’écornure au bord de la pierre. Notons aussi la petite taille de cette lettre au début comme à la fin de la ligne ; avec ses 16 mm de hauteur, elle est parmi les plus petites de l’inscription (la plus grande ici est la lettre ӡ, haute de 66 mm). Dans l’épigraphie russe ancienne, en général, la disparité de la taille des lettres est loin d’être rare : dans les graffiti plus modestes, comme dans les documents sur écorce de bouleau, elle est simplement moins perceptible. La manière d’écrire le nom Иванъ avec l’initiale sensiblement plus petite que d’autres lettres, est courante dans les graffiti russes anciens33. Dans la seconde

  • 34 Zaliznjak, « Палеография берестяных грамот и их внестратиграфическое датирование », dans Valentin J (...)
  • 35 Medynceva, Древнерусские надписи новгородского Софийского собора..., p. 125, 161.
  • 36 Zaliznjak, Древненовгородский диалект..., p. 189-190.

30ligne, dans le mot Завидовиче, il ne subsiste du ч que le haut de la coupe arrondie et le bas du pied. Il est difficile de dire, si un tilde existait au-dessus de la lettre ѱ. Pour une datation paléographique conforme à la méthode de datation développée par Andrej Zaliznjak pour les documents sur écorce de bouleau34, les plus significatifs s’avèrent le a assez petit, avec la boucle à angle aigu, le grand в avec la panse supérieure qui passe derrière la panse inférieure, le ӡ droit avec fracture, le к en deux parties désunies et avec la branche supérieure raccourcie, le ѧ avec la barre abaissée et la languette courte, le ѱ avec la haute coupe conique et la haste débordante. De façon générale, la graphie des lettres correspond parfaitement à la période comprise entre 1160 et 1190. C’est donc de ce temps-là à peu près que l’on peut dater l’inscription. Comme dans le graffito principal de Lucques, le prénom et le nom à suffixe patronymique se trouvent séparés par le verbe ѱлъ, ce qui est caractéristique des graffiti russes anciens, de Novgorod en priorité : « Ст(ьп)анъ ѱлъ Рожн(ѧ)тиць », « Михал(ъ) п(ъ)салъ Людогости(ничь) »35, ainsi que des graffiti des pèlerins russes à Sainte-Sophie de Constantinople. Une position distante des membres d’un groupe de mots (prénom et nom à suffixe patronymique ou surnom) caractérise aussi la syntaxe des documents sur écorce de bouleau et des chroniques36.

  • 37 Ibid., p. 21-25.
  • 38 Vysockij, Средневековые надписи Софии Киевской..., p. 41, pl. XXIV-XXV : 1, no 118.
  • 39 Medynceva, Древнерусские надписи новгородского Софийского собора..., fig. 41, no 53.

31L’inscription, comme d’ailleurs le graffito de Viskoša à Lucques, reflète un système d’orthographe vulgaire avec la variabilité des lettres finales ъ / о, courant dans les documents sur écorce de bouleau et dans l’épigraphie à partir du xiie siècle37 : Ивано et ѱло. La forme du participe masculin se terminant par -а (ида) est conforme à la norme grammaticale du russe ancien. En même temps, on emploie la forme du slavon d’Église pour le nom Иѧковъ, avec le ѧ, ce qui trouve un parallèle dans l’orthographe du nom de moine dans un graffito du xiie siècle à Sainte-Sophie de Kiev (no 118)38. Un trait vertical qui divise и et ѧ peut être préexistant. On ne le dirait pourtant pas au sujet d’une mystérieuse lettre п39, non seulement d’une facture identique avec la lettre ѧ, au-dessous de laquelle elle est placée, mais aussi tout à fait différente d’une marque de tâcheron, dont nous avons, paraît-il, un exemple dans un petit h en miroir, à peine discernable à mi-hauteur du bord de la pierre.

  • 40 Aux xiie et xiiie siècles ce prénom était connu en Bohême et en Moravie, le frère d’Étienne N (...)
  • 41 Zaliznjak, Древненовгородский диалект, no 103, 156, 228, 644, 665, 736а, 798, 818, 824; Valentin J (...)
  • 42 Valentin Janin, Andrej Zaliznjak, Новгородские грамоты на бересте, 9 : (Из раскопок 1984-1989 гг.), (...)
  • 43 Valentin Janin, Andrej Zaliznjak, Новгородские грамоты на бересте..., p. 10-16.

32Le nom à suffixe patronymique Zavidovič, tout comme le prénom Zavid, présent dans les différentes parties du monde slave40, chez les Slaves orientaux est davantage connu des sources novgorodiennes. Sa popularité dans le milieu des boyards de Novgorod est attestée par les lettres sur écorce de bouleau, trouvées sur les chantiers des fouilles Nerevskij et Troickij, dans les couches archéologiques datant du début du xiie au milieu du xiiie siècle41, ainsi que par une inscription propriétaire sur un peigne 42. Zavid était le destinataire de la lettre no 824, peut-être aussi de la no 803, et du document no 665, il a écrit la lettre no 798 et fut mentionné dans la no 818. Tous ces documents parlent en faveur de la seconde moitié du xiie siècle. Le document no 644, adressé également à un certain Zavid, est daté du premier quart du xiie siècle. La liste des posadniki (bourgmestres) de Novgorod compte trois Zavid [НПЛ: 164, 471-472], dont l’un a vécu au XIe siècle, l’autre, son petit-fils et le beau-frère du prince Mstislav Vsevolodovič, Zavid Dmitrič, est mort en 1128, l’an même de son investiture [НПЛ: 21-22, 204-206], et le troisième était Zavid Nerevinič du quartier de Nerevo (Nerevskij konec) qui exerçait ses fonctions de 1176 à 1180 et puis, en second mandat, jusqu’en 1186 [НПЛ: 35-36, 38, 224-226, 228]. En outre, les annales connaissent Zavid Negočevič, accusé de trahison et tué lors d’une expédition coloniale malheureuse à Jugra en 1194 [НПЛ: 41, 234], ainsi que Volodislav Zavidic′, vraisemblablement du Quartier « de petites gens » (Ljudin konec) qui est cité parmi les partisans du prince Iaroslav Vsevolodovič lors de la guerre féodale de 1216 [НПЛ: 55, 254-255]43.

  • 44 Jurij Artamonov, Aleksej Gippius, « Древнерусские надписи Софии Константинопольской », Славянский (...)
  • 45 Jurij Artamonov, Aleksej Gippius, Ilija Zajcev, « Древнерусские надписи-граффити Константинопольско (...)
  • 46 Mixeev, « 22 древнерусских глаголических надписи-граффити XI-XII веков из Новгорода », Slovo : Čas (...)
  • 47 Conférence « Древнерусская эпиграфика за пределами Древней Руси », dans le cadre du seminaire sur (...)

33Parmi les nombreux graffiti des pèlerins russes anciens découverts ces dernières années à Saint-Sophie de Constantinople44, il y a un autographe d’un certain Zavid : Завиде ѱалъ Данетин(ичь). La terminaison -е au singulier de l’indicatif dans le prénom appartenant à la déclinaison en -о, ainsi que la position distante du prénom et du nom à suffixe patronymique, confirment les origines novgorodiennes de l’auteur45. À Sainte-Sophie de Novgorod, sur la paroi sud de la galerie nord, il existe un graffito glagolitique « Завидъ », daté par la stratigraphie architecturale entre 1045 et 110946. Bien qu’il n’y ait pas de raisons proprement linguistiques de relier Ivan Zavidovič, qui va « vers saint Jacques », forcement à Novgorod, ce lien paraît néanmoins fort probable. En signalant deux inscriptions de pèlerins en russe ancien, trouvées sur le territoire de la Turquie, Aleksej Gippius a émis l’hypothèse que l’expression « ида къ/отъ... NN писалъ » aurait été une formule adoptée, moyennant laquelle le pèlerin marquait les étapes de son cheminement vers le lieu saint47. C’est de cette formule que s’est servi Ivan Zavidovič.

  • 48 Haute Saintonge. Carnet de route des graffiti, Communautés des communs de la Haute Saintonge, s.d. (...)
  • 49 Volodimir Diduh, Галич, Фотоальбом (літературно-мистецьке видання), Lvіv, Manuscript-Lviv, National (...)
  • 50 Medynceva, « Надписи и рисунки на стенах лестничной башни собора Рождества Богородицы Антониева мо (...)

34La pierre voisine de l’inscription est ornée d’une image d’artiste, quoique laissée inachevée, de croix fleurie48. De petits dessins de croix fleurie accompagnent un très grand nombre des graffiti-prières de l’époque pré-mongole (à Sainte-Sophie de Kiev et de Novgorod, à Saint-Sauveur sur Berestovo à Kiev, etc.), mais ce n’est que deux croix fleuries des pierres extérieures de l’abside de Saint-Pantéleon de Galitch en Ukraine occidentale qui offrent un parallèle direct à la nôtre49. Elles sont marquées du même laconisme, apparemment, déterminé par une exécution difficile : des deux traverses il n’en reste qu’une seule. Et tout comme à Pons, les lignes élastiques des pousses de l’une des croix rappellent les boucles des rinceaux des fresques. C’est, en effet, de cette manière que les croix fleuries sont traitées dans la peinture murale de Novgorod : dans un dessin de la tour d’escalier du catholicon du monastère Antoniev (second quart du xiie siècle) et dans les ornements des arcs de la coupole de Spas-Néréditsa (1199)50.

  • 51 Izmail Sreznevskij, Материалы для Словаря древнерусского языка по письменным памятникам, t. II, Л-П (...)
  • 52 Vysockij, Древнерусские надписи Софии Киевской. XI-XIV вв., p. 111, pl. LXIX-LXX : 2, no 76.
  • 53 Medynceva, Древнерусские надписи новгородского Софийского собора..., p. 82, 161, fig. 72, 135, no (...)

35Non moins exotique pour la France romane que le cyrillique, la croix fleurie se présente aujourd’hui comme un simple complément, à la fois symbolique et artistique, de l’écrit. Cependant, la forme verbale псал pouvait se reporter tout aussi bien à l’image de la croix, car le verbe russe ancien писати (écrire) signifiait également “orner de peinture, peindre”51, “dessiner”. Qui plus est, l’expression « ѱлъ хр(е)стъ » est bien présente parmi les graffiti pré-mongols 52, et on peut penser que le dernier mot était souvent omis, comme allant de soi53.

  • 54 Le fait que le Russes n’effectuaient pas leurs pèlerinages en solitaire mais en groupes, ce qui es (...)
  • 55 Vysockij, Киевские граффити XI-XVII вв., p. 46, 126, no 325, pl. XIX : 1-2.
  • 56 Oleg Ioannisian, Tatjana Roždestvenskaja, « Надпись с именами Мстислава и Игната на стене церкви С (...)

36La taille de l’inscription (champ épigraphique : 27,5 х 40 cm) et de la croix (hauteur : 16,7 cm) peuvent témoigner tant des ambitions de l’auteur que d’une mission qu’il était chargé ou s’est chargé volontairement d’accomplir avec ses éventuels compagnons, à savoir d’apporter une eulogie du tombeau de l’apôtre54. Certes, on connaît en Russie pré-mongole des inscriptions personnelles encore plus grandes – il suffit d’évoquer celle d’un certain Stéphane sur le mur extérieur de l’église de Vydoubitch à Kiev55. Mais presque toutes ces inscriptions ont un air désordonné, en formant des lignes longues et irrégulières. Même une notation de caractère judiciaire et publique sur la façade de l’église précitée de Saint-Pantéleon de Galitch ne respecte pas la limite verticale du bloc56. Par

  • 57 Corpus des inscriptions de la France médiévale, vol. I, fasc. 1 : Ville de Poitiers, textes étab (...)

37sa subordination au format de la pierre – seule la dernière lettre de la première ligne transgresse les marges – le graffito d’Ivan Zavidovič s’approche quelque peu de la tradition latine des inscriptions lapidaires sur les pierres d’appareil ordinaires. Peut-être, avons-nous affaire à une imitation inconsciente. Sur son chemin à travers l’Europe le pèlerin russe a pu voir de telles inscriptions, souvent fort modestes, sur les murs des églises. Certaines d’entre elles, comme une épitaphe du xie siècle au soubassement de l’absidiole du bras sud du transept de la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand à Poitiers57, devant laquelle Ivan est certainement passé, sont situées tout près du sol.

38Notons, enfin, que contrairement aux grandes inscriptions de Lucques et de Saint-Gilles, les lettres et la croix ont été ciselées et seulement renforcées et complétées ensuite au couteau. C’est particulièrement évident sur l’exemple des lettres а, в, л, у. D’où ce géométrisme tout spécial d’une écriture « hachée » et même cet « excès » que sont les empattements obliques des а et у, issus paraît-il, de la pratique de l’écriture sur écorce de bouleau.

  • 58 Pierre Senillou, Pons, à travers l’histoire, Saint-Jean d’Angély, Bordessoules, Publications de l (...)

39Si le caractère parfaitement inattendu de l’inscription de la nef de Saint-Gilles est indéniable, les circonstances de la réalisation du graffito de Pons, de sa technique et de son style encore plus monumentaux, font s’interroger. Le pèlerin, a-t-il obtenu l’accord du clergé ? Sinon, comment a-t-il réussi à mener à bon terme son œuvre, hormis la croix ? Quoi qu’il en soit, le choix du contrefort nord répond à une certaine volonté de discrétion : non seulement il était presque toujours à l’ombre, mais aussi moins visible depuis la route, ce qui confirme l’absence de l’imposte sculpté, à l’instar de celui qui est enjolivé le dosseret symétrique du sud. D’ailleurs, juste à côté, la niche latérale nord de la façade abritait la statue du saint patron de l’église58.

  • 59 Sur les interprétations de la « triple enceinte » voir en dernier lieu : Daniel Schweitz, « Des ta (...)

40Là encore, l’inscription cyrillique ne manquait pas d’attirer l’attention des autres passants. C’est plutôt après que surgit un anneau profondément gravé dans le bloc au-dessous de l’inscription et de la croix, et surtout les lettres capitales АN..., hautes de 13-15 mm, dans l’assise sus-jacente – sans doute, ANNO ou ANNI. Le plateau débordant de la lettre А indique selon toute vraisemblance les xiie- xive siècles. Sur d’autres pierres du contrefort, comme sur les parois adjacentes, on ne trouve aucun graffito, même tardif. Ce n’est qu’au revers de la façade, à gauche du portail, que l’on peut deviner un dessin de voilier à un mât, si typique pour la Saintonge, une « triple enceinte », une tête couronnée qui rappelle le modillon roman et quelques autres images59.

  • 60 Alexander Musin, « Z wiecznego Rzymu nad Bug: znaki pielgrzymie z Czermna », dans J. Bagińska, M. (...)
  • 61 Les mariages des Riourikides avec les Piast qui avait une grande dévotion pour saint Gilles, ne pe (...)
  • 62 Ibid., p. 111-112, 121-123.
  • 63 Памятники древнерусского канонического права (Памятники XI-XV в.), ч. I, Русская историческая библи (...)

41Les pèlerinages ad limina apostolorum, à Saint Jacques et, à plus forte raison, pour les tombeaux des saints latins, étaient jusqu’à présent considérés comme purement occidentaux. Mais la première information sur un graffito russe à Saint-Gilles, conjointe à celle des découvertes récentes des insignes des pèlerins à Rome, faites à Ousviaty, dans l’antique pays de Polotsk, et à Czermno (Červen′ à l’époque de la Russie de Kiev), à l’est de la Pologne, conduisent à réviser cette opinion60. En dépit de toute la gloire de saint Gilles en Europe, gloire, qui atteint son apogée, paraît-il, vers la fin du xiie et dans la première moitié du XIIIe siècle, il est difficile de supposer que la vénération de ses reliques était le principal but de la pérégrination de Semka Ninoslavič61. L’abbaye de Saint-Gilles est située au début de la via Tolosana, une des quatre routes principales de Compostelle, décrites dans le Guide des pèlerins de Aimery Picaud. Aussi, il est apparu tout naturel de penser que Semka Ninoslavič se trouvait en route pour Saint-Jacques ou sur le chemin du retour62. L’inscription aquitaine mentionne un tel pèlerinage en toutes lettres. Compte tenu des deux découvertes, il est possible d’interpréter d’une manière un peu différente la phrase « идуть въ стороноу в Ѥрусалимъ къ свѧтымъ » dans le fameux Questionnaire de Kirik (Cyricus) à l’archevêque Niphont, monument littéraire novgorodien du milieu du xiie siècle63. « Къ свѧтымъ » peut signifier ici d’autres destinations de pèlerinage que la Terre Sainte.

  • 64 Elena Rybina, Новгород и Ганза, Moskva, Rukopisnye pamjatniki Drevnej Rusi, 2009, p. 38-54.

42Choisir parmi les quatre routes principales de Saint-Jacques, la via Turonensis, qui passait par Paris, Tours, Poitiers, Saintes et Bordeaux, au plus proche de l’Atlantique, paraît beaucoup plus naturel pour un Novgorodien que pour un habitant de la Russie méridionale (fig. 8). Il aurait pu commencer son périple par la traversée de la mer Baltique à bord d’un bateau de commerce, et prendre ensuite la route pour la Galice quelque part sur la côte allemande, à Lübeck, peut-être. Durant la seconde moitié du xiie siècle, les marchands allemands jouaient un rôle de plus en plus important dans le commerce traditionnel de Novgorod avec Gothland et finirent par installer dans la ville leur comptoir avec une église64.

Fig. 8. Carte de l’Europe avec l’indication des villes mentionnées.

© A. Gordine.

  • 65 Vladislav Darkevič, Произведения западного художественного ремесла в Восточной Европе (X-XIѴ вв.) (...)

43Est-ce aussi par hasard que c’est bien à Novgorod, dans la sacristie de Znamenskij sobor, qu’a été conservé un camée en verre moulé du xiiie siècle représentant deux pèlerins agenouillés en prière devant saint Jacques, dont le nom est écrit en latin des deux côtés du nimbe (fig. 9) ? 65

  • 66 Musin, « Кораллы в христианской культуре Восточной Европы и Средиземноморья », Российский архео (...)

44On ne compte à présent qu’une dizaine de camées en verre de cette iconographie, et l’exemplaire de Novgorod, serti au xvie siècle dans une monture en filigrane doré et transformé en une panagia, demeure seul dans toute l’Europe de l’Est66.

Fig. 9 Saint Jacques vénéré par deux pèlerins, camée en verre moulé, XIIIe s. (Europe occi- dentale), monture en filigrane doré, xvie siècle (Novgorod), Musée-réserve de Novgorod, inv. ДРМ-21 ; 8,6 х 6 cm.

© Musée-réserve de Novgorod

45De même, Novgorod se singularise par la présence sur la rive droite, dite côté Sainte-Sophie, au moins, dès la première moitié du xiie siècle de deux paroisses Saint-Jacques : rue Jakovla et rue Dobrynja. Les trois premières apparitions de leurs églises dans les annales coïncident avec la date paléographique de notre graffito : en 1172, on commence à reconstruire en pierre l’église de la rue Jakovla [НПЛ: 34, 222], en 1175, celle de la rue Dobrynja brûle dans l’incendie et en 1181, elle est rebâtie en bois [НПЛ: 34, 37, 223, 227]. Ni dans la ville voisine de Pskov, ni dans d’autres villes importantes de la Russie ancienne, comme Kiev, Polotsk, Smolensk, Souzdal, Vladimir, on ne connaît d’églises dédiées à saint Jacques apôtre. L’existence simultanée de deux églises de ce rare vocable à Novgorod est, sans doute, liée à la rivalité des boyards des quartiers (Nerevskij et Ljudin konec) où se trouvaient ces églises. La dévotion au saint apôtre avait, donc, de l’importance aux yeux des deux groupes de boyards opposés.

  • 67 Valentin Janin, « “Семисоборная роспись” древнего Новгорода », Средневековая Русь : сборник. статеи (...)
  • 68 Опись Новгорода 1617 г., Памятники отечественной истории,vyp. 3., V. Janin (ed.), Moskva, Tipograf (...)

46D’après les sources tardives, il ne s’agit pourtant pas de saint Jacques le Majeur, mais de saint Jacques le Mineur, ou comme on l’appelle dans la tradition grecque, le frère du Seigneur. Qui plus est, les historiens considèrent ce vocable comme originel, en l’associant avec la victoire salvatrice emportée par les Novgorodiens sur le prince Vseslav de Polotsk dans la bataille de la Gzen′, jour de la fête du saint, le 23 octobre 1069 [НПЛ: 17]. Bien que cette version basée sur le calendrier soit difficile à contester, il faut toutefois noter que le vocable de saint Jacques le frère du Seigneur n’est guère accentué dans les documents. Même la liste détaillée des églises de Novgorod, Semisobornaja rospis′, rédigée entre 1463 et 1508, n’évoque ce nom que dans le cas de l’église de la rue Dobrynja67, et l’Inventaire de 1617 et l’explication sur le plan de Novgorod de 1745 désignent saint Jacques uniquement comme apôtre68.

  • 69 Pivovarova, Фрески церкви Спаса на Нередице в Новгороде..., p. 42-43, ill. 26, 198, 201 ; Tatjana C (...)
  • 70 Voir : Paul Deschamps, Marc Thibout, la Peinture murale en France : le haut Moyen Âge et l’époque (...)

47Il ne sera pas non plus inutile de signaler la présence des peintures murales de saint Jacques le frère du Seigneur dans les chœurs des églises de Novgorod et de son pays : entre les figures de saint Lazar et saint Phocas, très vénérés dans la ville, à Spas-Néréditsa (1199) et vis-à-vis du même Phocas à l’église de l’Annonciation sur le lac Miatchino (1189), ainsi que peut-être dans l’abside de l’église de la Dormition à Staraïa Ladoga, peinte dans le dernier tiers du xiie siècle69. Dans le contexte de la participation quasi certaine des Novgorodiens au pèlerinage à Compostelle, il paraît curieux que l’image de Néréditsa, celle du vieillard aux cheveux blancs et à la barbe cunéiforme, est presque identique – excepté, certes, les habits épiscopaux – à un type de l’iconographie romane de saint Jacques le Majeur, courante dans le centre-ouest de la France, c’est-à-dire dans la région même de la via Turonensis, un type supplanté plus tard par l’image du pèlerin à la barbe large de couleur brune que tout le monde connaît70.

  • 71 Alexandr Musin, Elena Toropova, Sergej Toropov, « Распятие с предстоящими из археологических находо (...)

48Il est vrai que pas une seule coquille Saint-Jacques (pecten maximus) n’a été trouvée jusqu’ici dans les fouilles massives de Novgorod. Mais le Nord-Ouest de la « terre russe » dans son ensemble en compte néanmoins deux exemplaires (Staraïa Roussa, Vitebsk), contre un seulement au Sud (Šepetovskoe gorodiščе en Ukraine, longtemps identifié comme la ville d’Iziaslavl connue des chroniques)71. La coquille de Staraïa Roussa a été trouvée dans l’enceinte d’une résidence féodale, dans les couches de la seconde moitié du xiiie siècle qui ont également donné un sceau du prince novgorodien Dmitrij Alexandrovič, datable entre 1276 et 1292. La coquille de Vitebsk (Biélorussie) – la plus petite et, probablement, grâce à cela mieux conservée – impose quelques doutes par l’absence de perforations, tandis que la ville de Vitebsk, liée par le commerce fluvial avec Riga, constitue, tout comme Polotsk, situé à plus de 100 km en aval, un point de départ et de retour non moins commode pour celui qui part vers l’Occident.

  • 72 Gordin, Roždestvenskaja, « “Идя ко святому Иакову”... », p. 138-139.
  • 73 Pascal Éven, « L’Hôpital Neuf de Pons », Saint Jacques et la France, actes du colloque des 18 et (...)

49Mais pourquoi est-ce sur Saint-Vivien de Pons, une simple église paroissiale dépendant depuis sa fondation au xie siècle de l’abbaye Saint-Florent près de Saumur, que s’est arrêté le choix du pèlerin russe ? On peut répondre en partie à la question. Étant donné que l’édifice actuel, et notamment sa façade, remonte aux années 1140-117072, et le graffito peut être daté de 1160-1180, il paraît quasi certain que le passage d’Ivan Zavidovič par Pons a eu lieu à l’époque où, à l’entrée du faubourg Saint-Vivien, à une centaine de toises de l’église paroissiale, existait déjà un grand hôpital de pèlerins (fig. 10). Fondé par Geoffroy III, seigneur de Pons de 1156 à 1191, il est connu sous le nom de l’Hôpital Neuf. L’Ancien, alias l’hôpital Saint-Nicolas, cité dans les chartes de la même abbaye Saint-Florent depuis 1067, se trouvait dans la partie opposée de la ville, non loin du château73.

Fig. 10. Pons, l’Hôpital Neuf, seconde moitié du xiie siècle avec les modifications du xvie et xixe siècle (restauré en 1996-2003).

© N. Gordina.

  • 74 Jean Glénisson, « De Pons à Blaye, sur le chemin de Saint-Jacques », Saint Jacques et la France.. (...)
  • 75 Senillou, Pons, à travers l’histoire, p. 70-76 ; Éven, « L’Hôpital Neuf de Pons », p. 487-488 ; (...)

50Les itinéraires médiévaux mentionnent l’hôpital de Pons comme un abri accueillant et sûr74. Situé, comme il le faut, extra muros, il restait accessible aux passants même après la fermeture des portes de la ville. Contrairement à beaucoup d’autres institutions hospitalières, il se trouvait constamment entre les mains du pouvoir laïc. Mais surtout, c’est aujourd’hui le seul hôpital des pèlerins plus ou moins bien conservé de l’époque romane en France. Édifié en deux étapes, vers 1160 et 1190, le bâtiment adopte un plan type : un long passage qui enjambe la voie relie d’un côté une église, aujourd’hui en ruines, et de l’autre, une salle des malades75.

  • 76 Senillou, Pons, à travers l’histoire, p. 73, fig. 2-5. Les images gravées de fer à cheval figure (...)

51Outre les marques de tâcherons ordinaires et quelques marques de compagnons, les parois du passage voûté gardent une trentaine de fers à cheval creusés par les pèlerins médiévaux ; beaucoup de ces fers abritent une croix ou parfois des initiales sur les flancs ou à l’intérieur 76. Le phénomène doit son origine aux légendes espagnoles relatives à l’apparition de saint Jacques en chevalier victorieux dans des combats de la Reconquista, et plus précisément, aux empreintes des sabots de son cheval sur le champ de bataille de Clavijo (844), ainsi que, probablement, aux herraduras del caballo Santiago, une relique retrouvée lors de la bataille de Las Navas de Tolosa en Andalousie (1212) et donnée à l’abbaye Santa Maria de San Salvador, située sur le chemin de Compostelle.

  • 77 Gordin, Roždestvenskaja, « “Идя ко святому Иакову”... », p. 140-141. La datation du contrefort du (...)
  • 78 Les graffiti de l’Hôpital Neuf, devenus ces dernier temps l’objet d’une grande attention des amate (...)

52L’un des fers à cheval, gravé sur le contrefort sud-ouest, construit de toute vraisemblance au xvie siècle, se singularise par sa forme symétrique en Ω et par un mot qu’il renferme et que l’on peut lire comme Габо(р)ъ (fig. 11). La lettre ъ, déterminante pour une lecture cyrillique se devine à peine sur le quartier du fer, mais il est difficile de la prendre pour un simple jeu du relief : la surface de la pierre ne présente nulle part ailleurs de formes illusoires semblables, sans parler de la longueur du crochet de la lettre, caractéristique justement pour une date tardive. Le г étroit, le а en miroir, le о (?) large et la panse arrondie du б, correspondent tout aussi bien à la datation du xvie ou du xviie siècle77. Gabor est la forme hongroise du nom Gabriel. Il n’est pas impossible qu’un Ruthène de la Transcarpatie hongroise s’appelle ainsi. Cf. de même les noms polonais Gabryś et Gabruś, biélorusses Gabrus′, Gabra, ukrainien Gabro, etc. D’ailleurs, vu l’usure des lettres finales, la lecture ici proposée reste hypothétique78.

Fig. 11. Pons, l’Hôpital-Neuf, contrefort sud-ouest, dessin d’un fer à cheval (15,3 х 22,8 cm) avec une inscription cyrillique du xvieou xviiesiècle.

© A. Gordine, T. Rozhdestvenskaya.

53Révélée grâce aux graffiti, la présence des gens de la Russie ancienne – au moins, de quelques-uns de ses notables – sur les routes des pèlerinages occidentaux, apporte un correctif important aux idées reçues sur le caractère des contacts religieux du monde latin et de l’orthodoxie russe, un ou même deux siècles après le grand schisme. On voit que ces contacts ne se résument point à la pénétration en Russie des missionnaires occidentaux et au fonctionnement dans certaines villes des églises latines. Qui plus est, les datations paléographiques et linguistiques des grandes inscriptions de Pons et de Saint-Gilles, à l’égal des dates stratigraphiques de trois coquilles Saint-Jacques, situent le pic des pèlerinages russes à Compostelle dans la seconde moitié du xiie et au xiiie siècle, époque de l’essor des échanges commerciaux entre la Russie ancienne et l’Europe, mais aussi celle de la discorde croissante entre les « Latins » et les « Grecs ».

  • 79 Bertrand Ledoux, Fred Rossillo et autres, « Les graffitis hébraïques de la Tour Blanche d’Issoudu (...)

54La quantité restreinte des graffiti latins et la quasi-absence de ceux en langues vernaculaires, évoquées au tout début, font que les graffiti en d’autres langues occupent une place considérable dans l’épigraphie spontanée de la France médiévale. Il suffit de se rappeler les inscriptions hébraïques de la Tour Blanche d’Issoudun et de la synagogue de Rouen, les graffiti arméniens accompagnés de deux petites croix sur un pilier de la nef dans la cathédrale de Bourges79. Désormais, on peut y inclure des graffiti slaves, majoritairement russes anciens, avec les trois formules les plus usuelles à l’époque : « Ô Seigneur, aide ton esclave N », « Ô Seigneur, prends pitié » et « N a écrit ».

Haut de page

Annexe

Abréviations

CEACM Centre européen d’art et de civilisation médiévale

CESCM Centre d’études supérieures de civilisation médiévale

CNRS Centre national de la recherche scientifique

НПЛ Arsenij Nasonov (réd.), Новгородская первая летопись старшего и младшего изводов, Moskva, Leningrad, Izd. AN SSSR, 1950.

ПВЛ Dimitrij Lixačov, Varvara Adrianova-Peretz (réd.), Повесть временных лет, 2е éd., Sankt-Peterburg, Nauka, 1996.

ПСРЛ 32: Полное собрание русских летописей, t. 32, Хроники: Литовская и Жмойская, Быховца. Лето-писи: Баркулабовская, Аверки и Панцырного, Moskva, Nauka, 1975.

ПСРЛ 35: Полное собрание русских летописей, t. 35, Летописи белорусско- литовские, Moskva, Nauka, 1980.

Haut de page

Notes

1 Jean Michaud, Giuseppe De Spirito, « Les inscriptions médiévales », Peindre à Auxerre au Moyen Âge, IXe-XIVe siècles, C. Sapin (dir), Paris – Auxerre, CNRS, 1999, p. 188-190 ; Jean-Michel Desbordes, « Les origines de la collégiale de Saint-Frambourg à Senlis », Archeologia, 78, 1975, p. 57, fig. 10 ; George H. Forsyth, The Church of St. Martin at Angers, Princeton, Princeton University Press (Princeton Monographs for Art and Archaeology, XXVIII), 1953, fig. 142-143.

2 Corpus des inscriptions de la France médiévale (VIIIe-XIIIe siècle), vol. 24, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe (région Pays de la Loire), textes établis et présentés par V. Debiais, Paris, CNRS, 2010, p. 141-142.

3 Giuseppe dell’Agata, « Antiche iscrizioni cirilliche nel Duomo di Lucca », Ricerche slavistiche, 20-21, 1973-1974, p. 5-14 ; Idem, « Стари кирилски надписи в катедралата “Сан Мартино” в град Лукка », dans N. Todorov, V. Typkova-Zaimova, N. Dragova, M. Žečev, L. Genova (réd.), Славянские культуры и Балканы, 1 : IX-XVII вв., Sofia, BAN, 1978, p. 62-65.

4 Giuseppe dell’Agata, « Antiche iscrizioni cirilliche nel Duomo di Lucca », p. 6-7 ; Renato Stopani, « Rappels, messages et symboles du pèlerinage le long de la Via Francigena en Toscane », Trésors et routes de pèlerinages dans l’Europe médiévale, Conques, CEACM, 1994, p. 71-75.

5 Sergej Vysockij, Киевские граффити XI-XVII вв., Kiev, Naukova dumka, 1985, p. 63-68, Pl. XXXIII : 1, no 355.

6 Savva Mikheev propose de lire Ѧр[ы]шєвичь, Anne-Sophie Brun, Andreas Hartmann-Virnich, Estelle Ingrand-Varenne, Savva Mikheev, « Old Russian Graffito Inscription in the Abbey of Saint-Gilles, South of France», Slověne, vol. 3, no 2, 2014, p. 121, mais on croit deviner un petit о gravé au-dessus de la première lettre.

7 Mikheev, « Old Russian Graffito... », p. 122.

8 Les éléments ont été trouvés lors de travaux, en 1873, et depuis perdus, ce qui empêche d’affiner leur datation et de les confronter avec les œuvres des tailleurs de pierre que le prince de Vladimir, Andrej Bogolubskij, a reçu vers 1158 de l’empereur Frédéric Barberousse. Nikolaj Voronin, Зодчество Северо-Восточной Руси XII-XV веков, t. II, Moskva, Nauka, 1962, p. 17-18.

9 Dell’Agata, « Antiche iscrizioni cirilliche nel Duomo di Lucca », p. 13 ; Idem, « Стари кирилски надписи в катедралата “Сан Мартино” в град Лукка », p. 65.

10 Vysockij, Древнерусские надписи Софии Киевской. XI-XIV вв, vyp. I, Kiev, Naukova dumka, 1966, p. 59, pl. XXV-XXVI : 1, no 22.

11 Zygmunt Gloger, Encyklopedja staropolska ilustrowana, t. II, Warszawa, Druk P. Laskauera i W. Babickiego, 1901, p. 268.

12 Klavdija Gorškova, Историческая диалектология русского языка, Moskva, Prosveščenie, 1972, p. 78 ; Natalija Anan′eva, История и диалектология польского языка, 3e éd., испр., Moskva, Librokom, 2009.

13 Словник української мови в 11 томах, t. I, Kiev, 1970, p. 486.

14 Andrej Zaliznjak, Древненовгородский диалект, 2e éd., перераб. с учетом материала находок 1995-2003 гг., Moskva, Jazyki slavianskoj kultury, 2004, p. 207, 836.

15 ПВЛ 1996, p. 562.

16 Zaliznjak, Древненовгородский диалект..., p. 206-207.

17 Savva Мixeev, « Вълъкоша и Николаосъ : о двух трудночитаемых надписях из Софии Новгородской », Труды Института русского языка им. В. В. Виноградова, IX, История русского языка и культуры. Памяти Виктора Марковича Живова, Moskva, 2016, p. 172-174.

18 DellAgata, « Antiche iscrizioni cirilliche nel Duomo di Lucca », p. 12-13 ; Idem, « Стари кирилски надписи в катедралата “Сан Мартино” в град Лукка », p. 65.

19 Brun, Hartmann-Virnich, Ingrand-Varenne, Mikheev, « Old Russian Graffito Inscription... », p. 110-129.

20 Brun, Hartmann-Virnich, Ingrand-Varenne, Mikheev, « Old Russian Graffito Inscription... », p. 112-113, 120-121.

21 Vysockij, Средневековые надписи Софии Киевской. (По материалам граффити XI-XVII вв.), Kiev, Naukova dumka, 1976, p. 51, pl. XLI-XLII, no 134.

22 Brun, Hartmann-Virnich, Ingrand-Varenne, Mikheev, « Old Russian Graffito Inscription... », p. 121.

23 Albina Medynceva, Древнерусские надписи новгородского Софийского собора: XI-XIV века, Boris Rybakov (réd.), Moskva, Nauka, 1978, fig. 67, 68.

24 La figure en forme de navette, longue d’environ 6 cm, située à la base de fût, à gauche de l’inscription, est une marque de tâcheron.

25 Brun, Hartmann-Virnich, Ingrand-Varenne, Mikheev, « Old Russian Graffito Inscription... », p. 119, fig. 3.

26 Les graffiti nominatifs tardifs sont visibles à l’entrée de la nef et surtout dans la partie ouest de la crypte.

27 Aleksandr Gordin, « Заметки о паломнических граффити аббатства Сен-Жиль », В камне и в бронзе. Сборник статей в честь Анны Песковой, A. Musin, O. Ščeglova (réd.), Sankt-Peterburg, IIMK RAN, 2017, p. 99-100.

28 Il est vrai que A. A. Turilov met en doute l’origine serbe de l’icône comme de l’inscription, sans exclure même leur réalisation en Galicie-Volhynie. Anatolij Turilov, « К вопросу о происхождении ланского образа Спаса Нерукотворного », Образ христианского храма. Сб. статей по древнерусскому искусству : к 60-летию А. Л. Баталова, L. Beljaev, V. Sedov (réd.), Мoskva, Artkitchen, 2015, p. 109-113.

29 Mehmed Kardaš, Jezik i grafija srednjovjekovne bosanske epigrafike, Sarajevo, Institut za jezik, 2015, no 14, p. 104-105.

30 Ibid., p. 25-26, 35-37.

31 Alexandre Gordine, Tatiana Rojdestvenskaïa, « Linscription dun pèlerin russe du XIIe siècle à Pons », Bulletin de la Société dhistoire et darchéologie de Pons et sa région, 2016, no 116, p. 15-20 ; Alexandr Gordin, Tatjana Roždestvenskaja, « “Идя ко святому Иакову” : древнерусское граффито XII в. в Аквитании », Slověne, vol. 5, no 1, 2016, p. 126-139.

32 La façade du bas-côté nord fut remaniée avec la construction du bas-côté sud au XIXe siècle.

33 Medynceva, Древнерусские надписи новгородского Софийского собора..., fig. 9, 41, 85, no 52, 53, 156 ; Vysockij, Средневековые надписи Софии Киевской. (По материалам граффити XI-XVII вв.), pl. CXXVII-CXXVIII : 4, no 240, pl. XLIX-L : 3, no 142.

34 Zaliznjak, « Палеография берестяных грамот и их внестратиграфическое датирование », dans Valentin Janin, Andrej Zaliznjak, Новгородские грамоты на бересте, 10 : (Из раскопок 1990-1996 гг.). Палеография берестяных грамот и их внестратиграфическое датирование, Moskva, Russkie slovari, 2000, p. 152-217, 220-245.

35 Medynceva, Древнерусские надписи новгородского Софийского собора..., p. 125, 161.

36 Zaliznjak, Древненовгородский диалект..., p. 189-190.

37 Ibid., p. 21-25.

38 Vysockij, Средневековые надписи Софии Киевской..., p. 41, pl. XXIV-XXV : 1, no 118.

39 Medynceva, Древнерусские надписи новгородского Софийского собора..., fig. 41, no 53.

40 Aux xiie et xiiie siècles ce prénom était connu en Bohême et en Moravie, le frère d’Étienne Némania

le portait également : kod-imeni.ru/slavyanskie_drevneslavyanskie_imena/zavid.html. Voir aussi : Miodrag Marković, « О ктиторском натпису кнеза Мирослава у цркви Светог Петра на Лиму », Зограф 36, 2012, p. 21-24.

41 Zaliznjak, Древненовгородский диалект, no 103, 156, 228, 644, 665, 736а, 798, 818, 824; Valentin Janin, Andrej Zaliznjak, Aleksej Gippius, Новгородские грамоты на бересте, 12 : (Из раскопок 2001-2014 гг.), Moskva, Jazyki slavianskoj kul′tury, 2015, no 987.

42 Valentin Janin, Andrej Zaliznjak, Новгородские грамоты на бересте, 9 : (Из раскопок 1984-1989 гг.), Moskva, Nauka, 1993, p. 114-115, no 25.

43 Valentin Janin, Andrej Zaliznjak, Новгородские грамоты на бересте..., p. 10-16.

44 Jurij Artamonov, Aleksej Gippius, « Древнерусские надписи Софии Константинопольской », Славянский альманах 2011, Moskva, 2012, p. 41-52.

45 Jurij Artamonov, Aleksej Gippius, Ilija Zajcev, « Древнерусские надписи-граффити Константинопольской Софии. Предварительные итоги исследования », dans Valerij Perxavko (dir.), 1150 лет Российской государственности и культуры. Материалы к Общему собранию Российской академии наук, посвященного Году российской истории (Москва, 18 декабря 2012 г.), Moskva, Nauka, 2012, p. 288.

46 Mixeev, « 22 древнерусских глаголических надписи-граффити XI-XII веков из Новгорода », Slovo : Časopis Staroslavenskoga instituta u Zagrebu, Zagreb, 2012, p. 71-72.

47 Conférence « Древнерусская эпиграфика за пределами Древней Руси », dans le cadre du seminaire sur la Russie ancienne à l’Université de Saint-Pétersbourg, Faculté des arts liberaux et des sciences, séance du 6 mai 2016.

48 Haute Saintonge. Carnet de route des graffiti, Communautés des communs de la Haute Saintonge, s.d., p. 4 et couverture (photo), p. 5 (dessin).

49 Volodimir Diduh, Галич, Фотоальбом (літературно-мистецьке видання), Lvіv, Manuscript-Lviv, National′nij zapovidnik « Dаvnij Galič », 2005, phоtо 31.

50 Medynceva, « Надписи и рисунки на стенах лестничной башни собора Рождества Богородицы Антониева монастыря (Новгород) », Российская археология, 2011, 3, p. 131, fig. 1 ; Nadežda Pivovarova, Фрески церкви Спаса на Нередице в Новгороде: иконографическая программа росписи, Sankt-Peterburg, Dmitrij Bulanin, 2002, ill. 222.

51 Izmail Sreznevskij, Материалы для Словаря древнерусского языка по письменным памятникам, t. II, Л-П, Sankt-Peterburg, Tipografija IAN, 1902, p. 936.

52 Vysockij, Древнерусские надписи Софии Киевской. XI-XIV вв., p. 111, pl. LXIX-LXX : 2, no 76.

53 Medynceva, Древнерусские надписи новгородского Софийского собора..., p. 82, 161, fig. 72, 135, no 90, 224.

54 Le fait que le Russes n’effectuaient pas leurs pèlerinages en solitaire mais en groupes, ce qui est naturel lorsqu’on part si loin, est attesté, par exemple, par les graffiti situés compactement sur des colonnes de Sainte-Sophie de Constantinople, qui ont été faits simultanément par quelques compagnons de route. Artamonov, Gippius, « Древнерусские надписи Софии Константинопольской », p. 41-52.

55 Vysockij, Киевские граффити XI-XVII вв., p. 46, 126, no 325, pl. XIX : 1-2.

56 Oleg Ioannisian, Tatjana Roždestvenskaja, « Надпись с именами Мстислава и Игната на стене церкви Св. Пантелеймона в Галиче в контексте политических событий конца XII в. », Труды Государственного Эрмитажа, 46 : Архитектура и археология Древней Руси, Sankt-Peterburg, Izd. Gosudarstvennogo Ermitaža, 2009, p. 200-201, ill. 4, 7 ; Gippius, « Галицкие акты XIII в. из церкви св. Пантелеймона в Галиче », Письменность Галицко-Волынского княжества : историко-филологические исследования, Jitka Komendová a kol., Olomuc, Univerzita Palackého, 2016, p. 49-64.

57 Corpus des inscriptions de la France médiévale, vol. I, fasc. 1 : Ville de Poitiers, textes établis et présentés par R. Favreau et J. Michaud, sous la direction d’E.-R. Labande, Poitiers, CESCM, CNRS, 1974, p. 64-66, no 61, pl. XX, fig. 41.

58 Pierre Senillou, Pons, à travers l’histoire, Saint-Jean d’Angély, Bordessoules, Publications de l’Université francophone d’été, 1990, p. 69. Conformément à la tradition, c’est le cimetière qui se trouvait souvent du côté nord, mais ici, d’après le plan du cadastre napoléonien (1813) et les résultats des fouilles préventives des années 2000, il s’étendait à l’ouest et au sud de l’église.

59 Sur les interprétations de la « triple enceinte » voir en dernier lieu : Daniel Schweitz, « Des tables de jeu au symbole chrétien : marelles et “triple enceinte” du XVe siècle au château de Lavardin », Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois, 2014, p. 95-108.

60 Alexander Musin, « Z wiecznego Rzymu nad Bug: znaki pielgrzymie z Czermna », dans J. Bagińska, M. Piotrowski, M. Wołoszyn (réd.), Czerwień – grod między Wschodem a Zachodem. Katalog wystawy, Tomaszow Lubelski, Leipzig, Lublin, Rzeszow, Instytut Archeologii, Uniwersytet Rzeszowski, 2012, p. 249, 253, rys. 1 ; Idem, « Кораллы в христианской культуре Восточной Европы и Средиземноморья », p. 380-381. Les deux insignes sont privés de date stratigraphique, en revanche, leur type indique la fin du XIIe ou le xiiie siècle ; celui d’Ousviaty est maintenant publié dans : Ivan Jeremejev, Древности Полоцкой земли в историческом изучении Восточно-Балтийского региона (очерки средневековой археологии и истории Псковско-Белорусского Подвинья), труды ИИМК РАН, t. 44, Sankt-Peterburg, Dmitrij Bulanin, 2015, p. 501-511, fig. 451 :1. L’auteur renonce à l’attribution de l’insigne à un pèlerin russe et préfère penser à un chevalier teutonique ou à un marchand allemand ou encore à un guerrier lituanien (païen). Face à ces trouvailles comme au graffito de l’originaire de Polotsk à Lucques, on pourrait accorder plus de confiance à l’histoire répétée dans les chroniques lituaniennes du XVIe siècle [ПСРЛ 32 : 23, 131; ПСРЛ 35 : 91, 130, 147, etc.] mais présumée être une invention de la propagande catholique (Aleksandr Sapunov, Католическая легенда о Параскеве, княжне полоцкой, Vitebsk, 1888), histoire de la fille du prince Rogvold de Polotsk, Parascève, moniale du monastère Saint-Sauveur, qui fit le pèlerinage à Rome où elle vécut sept ans et mourut en 1239.

61 Les mariages des Riourikides avec les Piast qui avait une grande dévotion pour saint Gilles, ne peuvent pas constituer une preuve crédible de la pénétration de sa légende en Russie. Cf. Brun, Hartmann-Virnich, Ingrand-Varenne, Mikheev, « Old Russian Graffito Inscription in the Abbey of Saint-Gilles, South of France », p. 122.

62 Ibid., p. 111-112, 121-123.

63 Памятники древнерусского канонического права (Памятники XI-XV в.), ч. I, Русская историческая библиотека, t. 6, A. S. Pavlov (ed.), Sankt-Peterburg, Tipografia M. А. Alexandrova, 1880, p. 27.

64 Elena Rybina, Новгород и Ганза, Moskva, Rukopisnye pamjatniki Drevnej Rusi, 2009, p. 38-54.

65 Vladislav Darkevič, Произведения западного художественного ремесла в Восточной Европе (X-XIѴ вв.) (= Свод археологических источников, Е1-57), Moskva, Nauka, 1966, p. 49-50, fig. 5, no 93 ; Irina Sterligova (dir.), Декоративно-прикладное искусство Великого Новгорода : Художественный металл XVI-XVII веков (Центры художественной культуры средневековой Руси), Moskva, Severnyj palomnik, 2008, p. 419, 711, pl. 2 : no 149.

66 Musin, « Кораллы в христианской культуре Восточной Европы и Средиземноморья », Российский археологический ежегодник, 4, 2014, p. 379-380. Il est remarquable que Vladislav Darkevič (p. 50) acceptait l’idée que la camée à saint Jacques avait été apporté de la Galice par un Novgorodien : « L’image portative de Novgorod, écrit-il, sortit d’un atelier monastique de Compostelle... Dans la première moitié du xvie siècle un joaillier de Novgorod sertit cette image portative dans une monture précieuse en filigrane, peut-être en souvenir du voyage d’un Novgorodien d’autrefois au pays de l’autre côté des Pyrénées ».

67 Valentin Janin, « “Семисоборная роспись” древнего Новгорода », Средневековая Русь : сборник. статей памяти Н. Н. Воронина, Moskva, Nauka, 1976, p. 112-113.

68 Опись Новгорода 1617 г., Памятники отечественной истории,vyp. 3., V. Janin (ed.), Moskva, Tipografia Glavarxiva SSSR, 1984, p. 79, 279, 324-325, 369-370.

69 Pivovarova, Фрески церкви Спаса на Нередице в Новгороде..., p. 42-43, ill. 26, 198, 201 ; Tatjana Carevskaja, Фрески церкви Благовещения на Мячине (« в Аркажах »), Sankt-Peterburg, Dmitrij Bulanin, 1999, p. 83, ill. 24 ; Boris Vasilev, Монументальная живопись Старой Ладоги XII века, Sankt-Peterburg, Slavija, 2014, cat. 10, p. 342. Dans les décors des chœurs byzantins, l’image de saint Jacques le frère du Seigneur est, à notre connaissance, loin d’être obligatoire.

70 Voir : Paul Deschamps, Marc Thibout, la Peinture murale en France : le haut Moyen Âge et l’époque romane, Paris, Plon, 1951, pl. LVII-1, LXII-1 ; Idem, la Peinture murale en France au début de l’époque gothique : de Philippe-Auguste à la fin du règne de Charles V (1180-1380), Paris, CNRS, 1963, pl. XII-2.

71 Alexandr Musin, Elena Toropova, Sergej Toropov, « Распятие с предстоящими из археологических находок в Старой Руссе – уникальный памятник древнерусской иконописи первой половины XIII в. », Памятники культуры. Новые открытия, 2003, Moskva, Nauka, 2004, p. 625-626 ; Tatjana Bubenko, Средневековый Витебск. Посад – Нижний Замок (X - первая половина XIV в.), Vitebsk, Izd. Vitebskogo universiteta, 2004, p. 141, fig. 100 : 16 ; Anna Peskova, « Паломнические реликвии Святой земли в древнерусском городе », Пилигримы. Историко-культурная роль паломничества. Сб. научных трудов. Государственный Эрмитаж. К XX Международному конгрессу византинистов. Париж, 19-25 августа 2001 года, Sankt-Peterburg, Izd. Gosudarstvennogo Ermitaža, 2001, p. 123-124, ill. 7.

72 Gordin, Roždestvenskaja, « “Идя ко святому Иакову”... », p. 138-139.

73 Pascal Éven, « L’Hôpital Neuf de Pons », Saint Jacques et la France, actes du colloque des 18 et 19 janvier 2001 à la fondation Singer-Polignac, sous la dir. d’A. Rucquoi, Paris, Cerf, 2003, p. 486.

74 Jean Glénisson, « De Pons à Blaye, sur le chemin de Saint-Jacques », Saint Jacques et la France..., p. 472 ; Éven, « L’Hôpital Neuf de Pons », p. 490.

75 Senillou, Pons, à travers l’histoire, p. 70-76 ; Éven, « L’Hôpital Neuf de Pons », p. 487-488 ; Marie-Ève Scheffer, « Charente-Maritime. Pons, “L’hôpital neuf”, un ensemble hospitalier des xiie et xiiie siècles et ses aménagements au xviiie siècle », Bulletin Monumental, 161 no 2, 2003, p. 151-152. La construction de la salle des malades au début du xiiie siècle est moins probable, puisque la transformation de la salle primitive en église a dû précéder la sépulture du fondateur de l’hôpital en février 1191.

76 Senillou, Pons, à travers l’histoire, p. 73, fig. 2-5. Les images gravées de fer à cheval figurent aussi sur d’autres monuments en France, comme l’église de Wanel du xvie siècle (Somme).

77 Gordin, Roždestvenskaja, « “Идя ко святому Иакову”... », p. 140-141. La datation du contrefort du xvie ou du tout début du xviie siècle est notamment fournie par les traces de ripes en forme des petits traits parallèles réguliers. Jean-Claude Bessac, l’Outillage traditionnel du tailleur de pierre de l’Antiquité à nos jours, Paris, CNRS, 1986, p. 199. Une prédilection des pèlerins slaves pour les volumes verticaux étroits, que ce soit un contrefort, une colonne ou un pied-droit du portail, dénote une remarquable constance.

78 Les graffiti de l’Hôpital Neuf, devenus ces dernier temps l’objet d’une grande attention des amateurs du patrimoine, du GRAHT notamment, comportent aussi de nombreux dessins du bas Moyen Âge et de la Renaissance sur les piliers cylindriques et le soubassement des murs de la salle des malades.

79 Bertrand Ledoux, Fred Rossillo et autres, « Les graffitis hébraïques de la Tour Blanche d’Issoudun », Bulletin du groupe d’histoire et d’archéologie de Buzançais, 1979, p. 133-138 ; Michel de Boüard, « Un ensemble synagogal à Rouen », Compte rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles lettres, 1976, p. 643-687 ; Frédéric Macler, Mosaïque orientale, I. Epigraphica, II. Historica, Paris, Paul Geuthner, 1907, p. 27-30.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Saint-Gilles (Gard), façade de l’église abbatiale, fin du XIIe, milieu du XVIIe siècle.
Crédits © A. Gordine, T. Rozhdestvenskaya.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/1799/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Crédits Fig. 3. Saint-Gilles, église, troisième pile méridionale de la nef :a – croix boulée ; b – croix située au-dessus du graffito cyrillique, à 160 cm du sol. © A. Gordine, T. Rozhdestvenskaya.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/1799/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Crédits Fig. 4. Saint-Gilles, église, portail principal, graffito cyrillique avec une croix, XIVe siècle (?). Photo prise avant le nettoyage de 2017 et relevé d’après la photo.© A. Gordine, T. Rozhdestvenskaya, P. Zykov.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/1799/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 6. Pons, Saint-Vivien, graffito cyrillique et croix fleurie, vers 1160-1180.
Crédits © A. Gordine, T. Rozhdestvenskaya, P. Zykov.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/1799/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 9 Saint Jacques vénéré par deux pèlerins, camée en verre moulé, XIIIe s. (Europe occi- dentale), monture en filigrane doré, xvie siècle (Novgorod), Musée-réserve de Novgorod, inv. ДРМ-21 ; 8,6 х 6 cm.
Crédits © Musée-réserve de Novgorod
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/1799/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 10. Pons, l’Hôpital Neuf, seconde moitié du xiie siècle avec les modifications du xvie et xixe siècle (restauré en 1996-2003).
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/1799/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 11. Pons, l’Hôpital-Neuf, contrefort sud-ouest, dessin d’un fer à cheval (15,3 х 22,8 cm) avec une inscription cyrillique du xvie ou xviie siècle.
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/1799/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tatiana Rozhdestvenskaya, Alexandre Gordine et Piotr Zykov, « Les graffiti des pèlerins slaves en France xiie -xviie siècles »Revue des études slaves, LXXXIX-3 | 2018, 281-302.

Référence électronique

Tatiana Rozhdestvenskaya, Alexandre Gordine et Piotr Zykov, « Les graffiti des pèlerins slaves en France xiie -xviie siècles »Revue des études slaves [En ligne], LXXXIX-3 | 2018, mis en ligne le 15 septembre 2019, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/res/1799 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.1799

Haut de page

Auteurs

Tatiana Rozhdestvenskaya

Université de Saint-Pétersbourg Faculté de philologie, chaire de langue russe

Alexandre Gordine

Musée de l’Ermitage, section d’archéologie architecturale

Piotr Zykov

Musée de l’Ermitage, section d’archéologie architecturale

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search